Archives par étiquette : sociologie

Blandine Ripert, Loraine Kennedy, Aminah Mohammad-Arif et Stéphanie Tawa Lama-Rewal : le Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud

Les chercheurs du CEIAS représentent aujourd’hui un large éventail de disciplines : anthropologie, démographie, géographie, histoire, littératures anciennes et modernes, linguistique, philosophie, socio-économie, sciences politiques, sciences religieuses et sociologie. Ils sont rattachés à différentes institutions d’enseignement et de recherche : Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), pour les membres statutaires, mais aussi Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE), Institut de Recherche pour le Développement (IRD), Fondation Nationale des Sciences Politiques (FNSP), Paris IV (Sorbonne), Paris VII (Jussieu) et Paris Ouest (Nanterre) pour les membres associés. Leurs travaux sont menés dans le cadre d’équipes interdisciplinaires qui rassemblent autour de problématiques communes les compétences et l’approche intellectuelle de spécialistes de formation différente, confrontant textes, contextes et terrains.

Nous avons bénéficié de recrutements au CNRS ces dernières années (une anthropologue et une géographe en 2010), mais il nous faudra encore intégrer des chercheurs, en histoire tout particulièrement, pour espérer compenser nos départs à la retraite et couvrir certaines époques, primordiales pour la connaissance du sous-continent indien. Nous déplorons le manque de sociologues au CEIAS et essayons d’attirer de jeunes docteurs vers les études en Asie du Sud, mais le manque cruel de bourses doctorales nous rend peu attractifs. Par ailleurs, les indianistes dominent très fortement le CEIAS et nous souhaiterions pouvoir élargir les compétences de nos spécialistes aux autres pays de la région.

Thématiques de recherche au CEIAS depuis 1990 :

1990-1993 :

  • Violences et non violences en Asie du Sud
  • Littératures orales en Inde, au Pakistan et au Népal
  • Des pratiques religieuses aux modèles sociologiques
  • Acculturation de l’Islam et du Christianisme en contexte hindou
  • Caste, secte et réforme religieuse
  • Configurations urbaines et réseaux marchands en Inde du sud
  • Marché du travail et fondamentaux religieux
  • Théâtres indiens

1994-1997

  • Histoire et circulation dans le monde indien : XVe-XXe siècles
  • Les relations du politique et du religieux dans le passé et le présent du monde indien
  • L’Inde et le monde
  • Le corps en Asie du sud
  • Les constructions identitaires en Asie du Sud
  • Développement et libéralisation
  • Delhi et son évolution contemporaine

1998-2001

  • Histoire et circulation dans le monde indien : XVe-XXe siècles
  • Les relations du politique et du religieux dans le passé et le présent du monde indien
  • Du mondial au local : libéralisation économique et développement en Inde
  • Islam et littératures
  • Rites hindous : transferts et transformations
  • Constructions étatiques au Pakistan : religion, ethnicité, politique
  • Dynamiques urbaines et recompositions sociales et spatiales
  • Localité, nation, globalisation

2002-2005

  • L’histoire dans les études indiennes : bilans et perspectives
  • Multiculturalisme et création esthétique en Asie du Sud
  • La laïcisation en question. « Confessionnalisation » des institutions et conflits religieux en Asie du sud XIXe-XXIe siècles
  • Les figures de l’unification religieuse dans le monde indien
  • Circulation et territoires dans le monde indien contemporain
  • Savoirs spécialisés et savoir-faire

2006-2009

  • Inde et Asie : jalons pour une recherche
  • Histoire et soufisme dans le Sindh : Sehwan Sharif
  • La diaspora de l’océan indien
  • L’expérience indienne des réformes
  • Idées religieuses, engagements et projets de société en Asie du sud moderne et contemporaine
  • Guérison, remèdes et pratiques de santé dans le contexte religieux en Asie du Sud
  • Enfances indiennes
  • Politiques urbaines, territoires et exclusion sociale : une comparaison Inde-Brésil

2010-2013

  • Cultures et constructions historiques dans l’Asie du Sud de la première modernité
  • Des configurations orientalistes aux sciences sociales (XVIe-XXIe siècles). Les savoirs sur le monde indien: filiations, moments, transmissions
  • Territoires du religieux en Asie du Sud : échelles, circulation, réseaux
  • Histoire et Soufisme dans la vallée de l’Indus
  • Représentations et pratiques de la citoyenneté en Asie du Sud
  • Politiques socio-économiques et recompositions territoriales
  • À la frontière, autour et au-delà
  • Industries culturelles indiennes. Scènes artistiques et littéraires

Recrutements de chercheurs statutaires dans l’unité depuis 1990 :

  • Gérard Colas, CNRS, 1993, histoire (Inde)
  • Denis Matringe, CNRS, 1995, histoire (Inde, Pakistan)
  • Ines G. Županov,  CNRS, 1999, histoire (Inde)
  • Michel Boivin, CNRS, 2000, histoire (Pakistan)
  • Marie Caroline Saglio-Yatzimirsky, INALCO, 2000, anthropologie (Inde)
  • Blandine Ripert, CNRS, 2001, géographie (Népal, Inde)
  • Aminah Mohammad-Arif, CNRS, 2002, anthropologie (Inde)
  • Stéphanie Tawa Lama-Rewal, CNRS, 2002, sciences politiques (Inde)
  • Pascale Haag, EHESS, 2003, anthropologie (Inde)
  • Corinne Lefèvre, CNRS, 2004, histoire (Inde)
  • Loraine Kennedy, mutation en 2005, socio-économie (Inde)
  • Laurent Maheux, INALCO, 2005, anthropologie (Inde)
  • Mathieu Claveyrolas, CNRS, 2007, anthropologie (Inde, Maurice)
  • Rémy Delage, CNRS, 2007, géographie (Inde, Pakistan)
  • Caterina Guenzi, EHESS, 2008, anthropologie (Inde)
  • Zoé Headley, CNRS, 2010, anthropologie (Inde)
  • Aurélie Varrel, CNRS, 2010, géographie (Inde)

Contrats gérés par l’unité depuis 2006 :

ANR

  • SETUP : Exclusion sociale, Territoires et Politiques Urbaines en Inde et au Brésil (Social Exclusion, Territories and Urban Policies in India and Brazil) ; coordinatrice : Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky ; 08/11/2006 – 07/05/2010
  • CITADIN: Comparer l’Intégration des Territoires et l’Adaptation du Droit dans le monde Arabe et Indien ; coordinateur Philippe Cadène ; 30/10/2008 – 12/07/2009
  • RUPTURES : Programme RP DOC. Évènements radicaux et Reconfigurations de l’existence ; coordinatrice : Fabienne Martin ; 01/12/2010 – 01/12/2013
  • ADRIATLAS : Atlas Informatisé de l’Adriatique Antique ; coordinatrice Françoise Pirot ; 01/12/2010 – 01/12/2013

Programme Européen

  • Chance2Sustain : Cites and Sustainable Development (7e PCRD) ; coordinatrice de l’équipe CNRS : Loraine Kennedy ; 01/04/2010 – 31/03/2014

Contributeurs :

  • Loraine KENNEDY est économiste et sociologue, spécialiste de l’Inde, directrice de recherche au CNRS et directrice adjointe du Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS)
  • Blandine Ripert est ethnologue et géographe, spécialiste de l’Inde et du Népal, chargée de Recherche au CNRS et directrice du Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS);
  • Aminah Mohammad-Arif est anthropologue, spécialiste de l’Inde, chargée de recherches au CNRS et directrice adjointe au Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS);
  • Stéphanie Tawa Lama-Rewal est politiste et sociologue, spécialiste de l’Inde, chargée de Recherche au CNRS et directrice adjointe Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS)

 

Pour citer ce billet : RIPERT Blandine, KENNEDY Loraine, MOHAMMAD-ARIF Aminah et TAWA LAMA-REWAL Stéphanie, « le Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 21 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/908]

Laurence Roulleau-Berger : La sociologie chinoise au XXIe siècle

Si les sociologies européennes apparaissent ethno-centrées et peu ouvertes aux autres sociologies  du monde ce n’est pas le cas pour la sociologie chinoise qui d’abord s’est tournée vers les sociologies européennes et américaines pour affirmer aujourd’hui une pensée propre. Dans la sociologie chinoise les déplacements et hybridations de paradigmes s’organisent autour de la résistance à l’imposition de modèles intellectuels post-coloniaux et de l’affirmation d’une pensée « située » là où les sociologies européennes intègrent difficilement les pensées non occidentales.

Depuis 1979, la réinvention de la sociologie chinoise représente un évènement majeur dans l’histoire des sciences humaines et sociales. La sociologie chinoise, si elle s’était largement développée avant 1949, sera ensuite interdite pendant trente ans, pour retrouver un essor très rapide depuis sa recréation. La sociologie est en effet devenue une discipline-phare du champ intellectuel au cours de la décennie 1980 en Chine. L’abondance des productions scientifiques témoigne d’une dynamique intellectuelle forte qui produit une vraie originalité et de vraies spécificités liées à une histoire de la pensée chinoise et à la complexité d’un contexte sociétal..

La sociologie chinoise semble admettre plusieurs normes de légitimation scientifique qui permet la production d’une diversité et d’une cohabitation de points de vue, à condition que soit mise en oeuvre une vraie dialectique entre pratique et théorie sociologique. La sociologie chinoise s’est structurée tout au long de ces trente dernières années autour des tendances suivantes :

-la prise en considération de ce qui pourrait apparaître un effet de contexte civilisationnel.

– la montée de l’idée de « la production de la société » via l’analyse des processus structurels

– l’émergence de l’Individu à travers la question de la subjectivité et des interactions

– l’idée de produire des paradigmes émancipés de toute forme de colonisation culturelle et d’un regard surplombant de l’Occident sur la société chinoise

Les sociologues chinois connaissent les différents courants de la sociologie d’Europe de l’Ouest et américaine, il les distinguent et les associent dans différents travaux sans refuser à l’un ou à l’autre une légitimité donnée. En effet considérant que la sociologie comme discipline est née dans la civilisation capitaliste ils produisent une sociologie qui prend vraiment ses ancrages dans la civilisation chinoise d’hier et d’aujourd’hui, mais aussi dans des filiations, déplacements, hybridations avec des sociologies nord-américaines et européennes.

Certaines sociologies chinoises se nomment, d’autres ne se nomment pas. Mais surtout la sociologie se diversifie en produisant des propositions qui, à partir de l’effet de civilisation chinoise, agencent différemment processus structurels/actions pratiques/interactions/ subjectivités et se distinguent les unes des autres en donnant des statuts différents accordés à chaque concepts.

Parmi les sociologies qui se nomment Sun Liping parle de « sociologie de la pratique ».

Parmi les sociologies qui ne se nomment pas nous en avons distingué trois qui se construisent différemment en fonction du statut accordé aux concepts processus structurels/actions pratiques/interactions/ subjectivités :

– sociologie des structures et stratégies

-sociologie des  interactions, actions collectives et structures

-sociologie des  structures sociales, individu et subjectivité

Là où les couples individualisme / holisme, objectivisme / subjectivisme, microsociologique / macrosociologique ont été actifs dans la sociologie d’Europe de l’Ouest dans la production de pensées binaires, la sociologie chinoise se construit plutôt dans la pluralité des approches théoriques.

Cette réflexion sur la sociologie chinoise s’inscrit dans une entreprise scientifique plus large de désoccidentalisation des savoirs sociologiques et dans un travail épistémologique sur la production de « sciences sociales post-occidentales » qu’il paraît nécessaire de produire. Des dominations et des hiérarchies ont donc été très tôt construites entre les contextes occidentaux, orientaux et extrême-orientaux et ont produit des ignorances et des occultations de pans de savoirs entiers. Aujourd’hui nous sommes invités à nous placer dans un espace épistémique pluridimensionnel pour penser nos sociétés, pour comprendre comment d’anciennes hiérarchies de savoirs sont bousculées pour céder la place à de nouvelles, comment des réseaux transnationaux et translocaux de connaissances peuvent se former en créant des processus de conjonction et de disjonction culturelle et symbolique. Si Dipesh Chakrabarty avait créé subaltern studies en proposant de « provincialiser l’Europe » pour considérer les « histoires subalternes » dans leurs dynamiques propres et si des intellectuels comme Homi Bhabba ont porté les postcolonial studies à partir de l’idée de dépasser les grands récits de la modernité et les grands paradigmes en sciences sociales, il nous paraît aujourd’hui moins pertinent de penser la pluralité des « provinces du savoir» que les nouvelles centralités mais surtout de penser les modes de formation des continuités et les discontinuités, les agencements et les disjonctions entre des lieux de savoir situés à différents endroits du monde.

-L.Roulleau-Berger et  GuoYuhua, Li Peilin, Liu Shiding (dir), 2008, La Sociologie chinoise contemporaine, Coll. Réseau Asie, Éditions du CNRS, 2008, Paris.

-L.Roulleau-Berger, 2011,  Désoccidentaliser la sociologie. L’Europe au miroir de la Chine, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2011. Édition traduite en chinois aux Social Sciences Academic Press parue en 2012.

-L.Roulleau-Berger and Li Peilin (ed), 2011, European and Chinese Sociologies : a new dialogue, Brill Publishers, Leiden, Boston, Singapour.

-Li Peilin and L.Roulleau-Berger (ed), 2012, Internal and International Migration : a comparative perspective, Routledge Publishers, London and New York.

Lyon, le 5 novembre 2012

Laurence Roulleau-Berger est sociologue, spécialiste de la Chine, directrice de recherche au CNRS (UMR 5206, TRIANGLE interdisciplinaire au carrefour de la science politique, de l’histoire de la pensée politique et économique CNRS/ENS de Lyon, Sciences Po Lyon et université de Lyon 2)

 

Pour citer ce billet : ROULLEAU-BERGER, Laurence « La sociologie chinoise au XXIe siècle », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 28 septembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/548]

Christophe Serra Mallol : Pour une recherche en socio-anthropologie de l’alimentation en Asie-Pacifique

L’Asie-Pacifique est une vaste région de contrastes bénéficiant d’une biodiversité exceptionnelle tant marine que terrestre et d’une grande diversité culturelle. Pourtant la recherche dans le Pacifique reste le « parent pauvre » de la recherche française sur des aires culturelles non européennes, par comparaison par exemple avec les travaux de nos confrères anglo-saxons sur la région, ou des chercheurs africanistes francophones.

Les changements importants intervenus ces dernières années sur cette aire sont pourtant porteurs d’une dynamique propice à la recherche. Ainsi, la prise de conscience d’un développement nécessaire d’un modèle socio-éco-politique propre au milieu insulaire pacifique, qui à la fois dépasse la faillite relative du Pacific Way et s’appuie sur les conséquences des nouveaux enjeux de la région. Ou encore la prise de conscience récente au niveau régional de l’importance essentielle, tant au niveau sanitaire qu’économique (le poids croissant dans les dépenses de santé) et social (phénomènes de stigmatisation, modification des modèles traditionnelles encore prégnants), de l’impact des maladies non transmissibles, et notamment celles liées aux changements récents de modèles alimentaires : obésité morbide, diabète, maladies cardio-vasculaires… De même, la montée en puissance du rôle joué au niveau régional par des États anglophones (Australie notamment) et asiatiques (Chine) auprès des petits Etats insulaires fait poser la question de plus en plus cruciale de la place de la France dans cette région.

L’état des forces et des faiblesses de la recherche française en sociologie et anthropologie explique en partie l’actualité de cette question.

La recherche française semble se caractériser par son absence de pluridisciplinarité, au sein même des centres de recherche : les projets de recherche mis en œuvre restent encore et toujours cloisonnés entre disciplines, contrairement aux grands projets de recherche lancés depuis plus d’un demi-siècle par les États anglophones (États-Unis, Nouvelle-Zélande…)

L’isolement par rapport aux autres chercheurs sur l’aire, entre plusieurs entités sans grands contacts entre elles (UPF, UNC, CREDO…), et l’individualisme de mise au détriment de travaux collectifs, malgré les progrès accomplis ces toutes dernières années par la mise en œuvre du Réseau Asie-Pacifique, restent toujours d’actualité.

Enfin, les rapports difficiles avec les institutions sociales (politiques et économiques) restent une constante de la recherche française, toujours dans une position de méfiance et/ou dédain vis-à-vis de ces institutions, essentielles pourtant dans la relation avec le corps social et la mise en œuvre d’actions, au contraire des relations décomplexées des équipes de recherche anglophones avec ces mêmes institutions, ces dernières trouvant ainsi des moyens financiers et matériels accrus de présence et de recherche.

De fait, les travaux entrepris restent à portée restreinte, sans visée générale ni même appliquée.

Plus généralement, et au-delà d’une vision « primitiviste » inavouée qui tend à assigner les sociétés insulaires du Pacifique dans un passéisme immobilisant et un « spécificisme » proche du « bongo-bongoïsme » dénoncé par Mary Douglas, une prise en compte des adaptations propres des sociétés insulaires au processus de globalisation est indispensable, et notamment de la façon dont les communautés cherchent et trouvent de manière dynamique des solutions alternatives au modèle dominant occidental. L’intérêt récent et grandissant pour cette région, dans un contexte post-colonial mieux assumé, ne se concrétise pas encore dans les grands projets ni dans la visibilité des travaux entrepris par des équipes francophones de recherche.

De nouvelles thématiques et axes de recherche émergents pourtant et sont porteuses d’espoir pour les années à venir.

Ainsi en est-il du champ de la socio-anthropologie de l’alimentation. Ce champ s’est constitué en France il y a plus de trente ans autour de Jean-Pierre Poulain (PR Université Toulouse 2),  Claude Fischler (DR CNRS) Annie Hubert (DR CNRS) et Jean-Pierre Corbeau (PR Université de Tours) notamment, et représenté à l’étranger par des chercheurs de renom (avec M. Douglas, J. Goody, A. Warde, S. Menell au Royaume-Uni, P. Rozin, Farb P., M. Harris et N.J. Pollock aux Etats-Unis, J. Contreras en Espagne…).

Des évaluations récentes ont quantifié le nombre de chercheurs français ayant déjà au moins une publication à leur actif à 150 à 200 personnes au sein de 52 unités de recherche, dont la moitié comme enseignants-chercheurs et le tiers en tant que chercheurs CNRS. Le champ de la socio-anthropologie de l’alimentation se voit doter d’un Réseau thématique pluridisciplinaires (RTP[i]) en cours de constitution au CNRS.

Le champ de l’alimentation est abordé par plusieurs disciplines dont l’histoire, la sociologie, l’anthropologie sociale et culturelle, l’économie, et l’anthropologie biologique et la préhistoire. Actuellement une quarantaine de thésards travaillent sur ce champ en France.

Les principales thématiques identifiées en France sont les suivantes :

–     processus de patrimonialisation de l’alimentation ;

–     effets culturels, d’âge et de génération, de niveau social et de genre, processus de différenciation et inégalités ;

–     médicalisation et institutionnalisation de l’alimentation.

Des thématiques sont émergentes :

–      alimentation et génétique (épi-génétique…) ;

–       socialisation des troubles alimentaires ;

–       biodiversité, développement durable et modèles alimentaires ;

–       controverses scientifiques et enjeux sociaux ;

–       évolution des politiques alimentaires ;

–       innovation alimentaire entre recherche fondamentale et applications.

La zone Asie-Pacifique est une zone en plein développement dans le domaine de la recherche, notamment du fait de l’expansion du poids des universités des pays asiatiques, et de l’importance plus classique de l’anthropologie américaine et française dans le Pacifique insulaire. Depuis une quarantaine d’années, la recherche en socio-anthropologie de l’alimentation en Asie-Pacifique a été plutôt le fait d’anglo-saxons (USA et Hawaii, Nouvelle-Zélande, Australie, Fidji…). Des recherches françaises continuent à être mises en œuvre notamment dans le Pacifique insulaire (voir notamment, après ceux de J. Barrau, les travaux de F. Douaire-Marsaudon, M.C. Bataille-Benguigui, S. Lacabanne, V. Lebot, C. Serra Mallol…), mais également en Asie du sud-est.

Ainsi l’Université de Toulouse 2 Le Mirail développe, à travers l’institut ISTHIA (ex CETIA[ii]) au sein du laboratoire CERTOP[iii] des travaux de recherche sur les thèmes de la socio-anthropologie de l’alimentation appliquée à l’insularité, et notamment en Malaisie et au Vietnam, en développant des travaux sur le thème de la convergence culturelle et de la multiculturalité. Elle témoigne des influences socio-culturelles sur ces zones géo-économiques particulières que sont les milieux insulaires du Pacifique, et constitue un terrain d’observation privilégié des impacts socio-économiques sur le développement de maladies non transmissibles et liées aux modes de vie (obésité, diabète, cancer…) du fait de la transition rapide en œuvre dans ces sociétés.

Les relations étroites mises en œuvre depuis une dizaine d’années entre l’Université de Toulouse 2 Le Mirail et des centres universitaires en Malaisie et au Vietnam ont permis le développement de collaborations scientifiques fructueuses dans le domaine de la socio-anthropologie de l’alimentation et de la sociologie du tourisme sur une zone asiatique en plein développement économique et sur des marchés dits « émergents ». Une convention conjointe Taylor’s University Center de Kuala Lumpur – Université de Toulouse 2 a permis la création du Toulouse Taylor’s University Center et d’une chaire de Recherche Food Studies sur l’alimentation confiée au professeur Jean-Pierre Poulain. Des travaux sont en cours pour mettre en place un observation des pratiques alimentaires sur l’ensemble de la région Asie-Pacifique sous la forme du Asia Pacific Food Barometer.

En matière de socio-anthropologie de l’alimentation, les phénomènes d’urbanisation et de vieillissement des sociétés insulaires du Pacifique, le processus continuel de changement des modèles alimentaires traditionnels et ses conséquences tant sanitaires que sociales, sont porteurs d’enjeux renouvelés, dont les résultats pourraient permettre, au-delà du strict aspect recherche, la mise en œuvre de politiques publiques régionales mais également jouer le rôle de modèle dans le monde occidental en matière de prise en compte du concept de durabilité dans les modes de développement actuels.

Des mesures qui permettraient d’améliorer et d’accroître les travaux et la visibilité de la recherche française sur le Pacifique sont à envisager.

La mise en place de coopération entre institutions, à l’image du Pace-net dans le domaine du changement climatique, pourrait être initiée en matière de recherche en sciences sociales sur des problématiques transverses : souveraineté et institutions politiques, alimentation et santé, migrations et multiculturalité etc…

Un développement de réponses conjointes à appel d’offres de projets de recherche, associant des chercheurs provenant de disciplines et d’institutions différentes, est à envisager par la mise en place d’une plate-forme de réponse commune et désignation de « porteurs de projet transdisciplinaires ».

Une visibilité plus importante sur les fonds disponibles pour la recherche dans les grandes institutions internationales (Union Européenne, Commission du pacifique sud, Organisation Mondiale pour la Santé… ) est pour ce faire indispensable, notamment par la mise en œuvre d’une « veille » assurée par un organisme commun (le Réseau Asie-Pacifique) avec diffusion des informations en fonction des profils individuels de chercheurs disponibles sur le Livre Blanc du Pacifique.

La création d’un comité de recherche dédié au Pacifique (comme il en existe déjà un dédié à la Chine) au sein de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF) permettrait également d’assurer une présence aux manifestations organisées par cette association, et de mettre en place des cycles réguliers de réunions et de travaux conjoints.


[i] Un réseau thématique pluridisciplinaire (RTP) est « une formule  institutionnelle de regroupement de laboratoires, d’équipes de recherche ou de scientifiques, appartenant à des disciplines différentes, autour d’un thème particulier ou d’un objectif clairement défini.
 Créé par la direction de l’INSHS pour une durée de trois ans, il est essentiellement un outil d’assistance à la politique scientifique et une instance chargée d’émettre des avis et des propositions ». Le RTP Alimentation (en cours de constitution) du CNRS vise à promouvoir le développement d’une approche pluridisciplinaire du fait alimentaire (voir http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/RTP-alimentation/presentation.htm)

[ii] ISTHIA (Institut Supérieur du Tourisme de l’Hôtellerie et de l’Alimentation), anciennement Département CETIA (Centre d’Etudes sur le Tourisme et les Industries de l’Alimentation) du Département LEFL (voir www.cetia.fr/)

[iii] Centre d’Etudes et de Recherche Travail, Organisation, Pouvoir (CERTOP) UMR 5044 (voir http://w3.certop.univ-tlse2.fr/)

Christophe Serra Mallol est socio-anthropologue, Maître de conférences à l’Université de Toulouse 2 (France)- CERTOP (UMR 5044) et a été l’un des sept responsables d’atelier pour les États Généraux de l’Outre-mer en Polynésie française en 2009. Il est également chercheur associé au Centre Edgar Morin-IIAC (UMR 8177).

christophe.serra-mallol@univ-tlse2.fr

Retrouvez le profil de Christophe Serra Mallol, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : SERRA MALLOL, Christophe, « Pour une recherche en socio-anthropologie de l’alimentation en Asie-Pacifique », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/373]


Marlène Laruelle : les études sur l’Asie centrale

Les études sur l’Asie centrale (parfois appelée « Eurasie centrale », et entendus au sens large : États postsoviétiques du Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Turkménistan, mais aussi Afghanistan, Xinjiang, région Volga-Oural) ont profondément changé depuis le début des années 1990 : l’effondrement de l’Union soviétique et l’ouverture de la Chine ont donné accès à un terrain auparavant quasiment fermé aux Occidentaux. Les conditions d’accès aux archives se sont toutefois durcies dans les années 2000 ; certains pays ont réduit les autorisations données aux étrangers (Turkménistan, Ouzbékistan – le Xinjiang ayant toujours été difficile d’accès) ; et la question de la sécurité reste problématique en Afghanistan.

La recherche française sur l’Asie centrale, riche de son passé orientaliste et qui s’était poursuivie durant les décennies soviétiques, principalement à l’INALCO et à l’EHESS, a pu se développer rapidement dans les années 1990-2000, dynamisées par les changements dans les pays concernés, et suscitant l’intérêt d’une jeune génération de chercheurs. Ce dynamisme a été conforté grâce à l’établissement de l’Institut français d’études sur l’Asie centrale (IFEAC) à Tachkent entre 1992 en 2009, qui a servi d’école doctorale aux études françaises sur la région et donné à celles-ci une visibilité internationale. Les études archéologiques ont également été revigorées, particulièrement en Ouzbékistan, au Turkménistan, au Kazakhstan et bien évidemment en Afghanistan avec la réouverture de la DAFA.

Dans les années 1990, les institutions spécialisées comme l’INALCO et l’EHESS ont été les principaux lieux de formation des spécialistes de la région, mais elles ont perdu ce quasi-monopole dans les années 2000 avec la multiplication des universités et institutions accueillant des spécialistes de la région. Cette évolution est le signe d’une sortie de l’Asie centrale de son statut de zone culturelle orientaliste et de sa « normalisation », puisque les spécialistes de la région sont dorénavant inscrits dans des cursus disciplinaires (histoire, sociologie, anthropologie, économie, science politique, etc.) plus que géographiques.

Comme dans d’autres domaines, la recherche française sur l’Asie centrale est pénalisée par son intégration insuffisante dans les réseaux internationaux, en particulier son manque de publications en anglais, qui la rendent en grande partie inaccessibles aux chercheurs étrangers. Elle dispose cependant de plusieurs forces, dont celle de la connaissance du terrain. Les thématiques de recherche ont évolué. Dans les années 1990, la question des identités, des symboles de l’État et la redécouverte des « traditions » était l’un des thèmes phares des études, auquel a succédé dans les années 2000 des thématiques plus ancrées dans les réalités sociales (migrations, transformation du tissu urbain ou rural, études par secteur économique). Les travaux liés à l’islam sont restés importants. Les recherches historiques, en particulier sur les périodes tsariste et soviétique, sont peu nombreuses comparées à leur importance dans le monde anglo-saxon ou la recherche japonaise.

Les lieux de production du savoir se sont multipliés dans la décennie 2000 : laboratoires du CNRS (CERCEC, CETOBAC, Mondes iranien et indien, LAIOS), institutions parisiennes (INALCO, EHESS, CERI-Sciences Po), universités. Toutefois, la fermeture à Tachkent de l’IFEAC porte un grand préjudice au maintien des études centre-asiatiques et pourrait nuire au dynamisme de la recherche française sur la région, ainsi qu’à l’intégration professionnelle et intellectuelle des jeunes chercheurs en cours de formation.

Marlène Laruelle est politiste et sociologue, spécialiste de l’Asie centrale et de la partie extrême-orientale de la Russie. Senior Research Fellow au Central Asia and Caucasus Institute (SAIS, Johns Hopkins University, Washington D.C.), elle est également chercheur associé au CERCEC et à l’Observatoire des États post-soviétiques (INALCO).

Retrouvez le profil de Marlène Laruelle, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : LARUELLE, Marlène, « Les études sur l’Asie centrale », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 18 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/88]

Michel Wieviorka : La fin de l’ère postcoloniale

Les Français savent bien que la globalisation met fin à l’hégémonie occidentale. Ils ont conscience que l’Asie n’est plus cette région mystérieuse, lointaine, plus ou moins exotique que la colonisation et l’impérialisme avaient tenté de placer en situation de dépendance. Ils ont appris à voir se développer le Japon, puis les « dragons » (la Corée, Singapour, Taiwan et Hong Kong), les « tigres » (la Thaïlande, la Malaisie, l’Indonésie, les Philippines et le Vietnam) avant de s’inquiéter de la formidable montée en puissance de la Chine et de l’Inde. Mais ils ne vont pas toujours assez loin dans cette prise de conscience.

Car aujourd’hui, ce n’est pas seulement l’ère coloniale qui est loin derrière nous, avec son orientalisme, c’est de plus en plus l’ère postcoloniale. À partir des années 1960, d’importants courants de pensée ont mis en avant cette idée selon laquelle pour connaître et penser les sociétés d’Asie, comme d’Afrique, il fallait, partir de leur relation au passé colonial, prendre en compte le poids de ce passé, en même temps que les difficultés qu’il y a à s’en abstraire complètement. Et symétriquement, le post-colonialisme a servi également pour réfléchir aux sociétés occidentales, et à leurs difficultés, elles aussi, à s’émanciper de leur passé colonial. Mais nous n’en sommes plus là.

Les sociétés d’Asie sont de plus en plus capables d’autonomie, dans leur production industrielle et leur vie économique, comme dans leurs activités scientifiques et intellectuelles.

Dans mon domaine, les sciences humaines et sociales, elles se construisent et s’imposent au point qu’il est possible de distinguer trois modèles d’affirmation. Le premier consiste à s’aligner sans grande distance sur la production dominante, à emprunter les modes d’approche et les paradigmes qui proviennent du monde anglo-saxon, à publier sans grande originalité ou spécificité dans des revues américaines, anglaises ou « internationales ». Le deuxième modèle, par réaction, consiste à prôner une sorte d’enfermement régional ou national, à suivre une voie « asiatique », ou indienne, chinoise, etc., comme si l’universalisme des catégories utilisées en principe par la recherche recouvrait en fait une idéologie dominante, particulariste, à laquelle il conviendrait d’opposer la force intellectuelle d’outils conceptuels spécifiques, propres à la région ou à une de ses nations. Le troisième modèle, enfin, tente d’articuler un ancrage local, national ou régional, avec une participation de la recherche au débat scientifique mondial, au meilleur niveau.

C’est évidemment ce troisième modèle qui est le plus prometteur. Il fait des chercheurs des pays d’Asie des scientifiques capables non seulement d’étudier leur propre société, ou de mener des travaux comparatifs aussi bien sinon mieux, que des chercheurs « occidentaux », mais aussi d’étudier le monde et d’envisager des thématiques qui ne les enferment en aucune façon dans leur seule société. Mieux même, il rend concevable des avancées, théoriques ou méthodologiques, qui peuvent concerner la recherche à l’échelle de la planète. Un cas déjà ancien, ici, est celui des Subaltern Studies, nées en Inde, fortement influencées au départ par la pensée du marxiste italien Antonio Gramsci, et devenues un puissant courant, bien implanté, en particulier, dans certaines universités américaines.

« Il n’est pas difficile d’imaginer les implications d’un tel diagnostic pour la politique scientifique : la France pourrait par exemple envisager une politique d’ouverture beaucoup plus grande aux chercheurs d’Asie, y compris au sein de ses propres institutions de recherche et d’enseignement supérieur, et promouvoir encore plus les échanges, partenariats et coopérations en tous genres avec les institutions de cette partie du monde. Elle pourrait aussi tirer profit de la présence sur le territoire national de plusieurs diasporas liées à l’Asie. »

À partir du moment où le post-colonialisme est dépassé, ou appelé de plus en plus à l’être, la recherche en Asie ou sur l’Asie doit être tenue comme indépendante, et digne de participer à la vie scientifique mondiale au même titre que ses homologues en Amérique du Nord ou en Europe. Des partenariats, des coopérations peuvent être envisagés, dans la mesure où une stricte égalité est instaurée entre scientifiques relevant de divers pays, les uns d’Asie, les autres de l’Europe ou d’Amérique du Nord, ainsi d’ailleurs que d’Amérique latine.

Dans les années 1960 et 1970, ce dernier continent connaissait en matière de sciences sociales une évolution comparable à celle de l’Asie actuelle, et s’émancipait. Aujourd’hui c’est l’Asie. Demain, ce sera certainement le tour de l’Afrique et du monde arabo-musulman : la mondialisation des sciences sociales, en ce qui les concerne, met fin au post-colonialisme, ouvrant de nouvelles perspectives à qui veut bien tout à la fois « penser global », et respecter les ancrages ou les particularismes nationaux et régionaux.

Quelques pays d’Europe et les États-Unis ont inventé les sciences humaines et sociales du XXème siècle, et les ont fermement adossées sur des valeurs universelles. Puis leur universalisme a été critiqué, parce qu’il devenait abstrait, ou parce qu’il semblait recouvrir des intérêts idéologiques, des formes de domination. En reconnaissant la fin de l’ère postcoloniale pour les sociétés asiatiques, nous nous donnons la possibilité de réfléchir à nouveau frais, avec elles, à l’universalisme, et de procéder à son aggiornamento.

Michel Wieviorka est sociologue, docteur d’État ès Lettres et Sciences Humaines, directeur d’études à l’EHESS, Administrateur de la FMSH. Il a été co-directeur, avec Georges Balandier, de la revue Cahiers Internationaux de Sociologie de 1991 à 2011. Il dirige aujourd’hui la collection « Le monde comme il va » aux Éditions Robert Laffont. Il est également membre du Comité scientifique des Presses de Sciences Po’ et des comités de rédaction de plusieurs revues dont : Journal of Ethnic and Migration Studies / Ethnic and Racial Studies / French Politics, Culture and Society.

 

Pour citer ce billet : WIEVIORKA, Michel, « La fin de l’ère postcoloniale », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 18 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/84]