Orientalisme versus Asie-Océanie

Jean-François Sabouret, 8 octobre 2013

 

Ce livre blanc sur les études Asiatiques et du Pacifique fait écho au rapport sur les Études orientalistes paru en 1993. Les deux titres sont différents, la réalité l’est également, ce qui ne signifie pas que les études orientalistes aient disparu au profit de nouvelles études centrées sur l’Asie contemporaine.

Les études orientalistes sont principalement représentées en France dans des institutions prestigieuses comme le Collège de France, l’EPHE, l’EFEO.

Cependant vingt ans plus tard en 2013, si les Études orientalistes occupent toujours une place notable dans la recherche française sur l’Asie et sont un élément important de sa reconnaissance à l’étranger, une évolution sensible s’est produite dans les études contemporaines sur cette même aire asiatique à laquelle il faut joindre les pays voisins de l’Asie, ceux de l’Océanie, entraînés par le développement rapide de l’Extrême-Orient. Cela est dû en grande partie au dynamisme des économies de nombreux pays d’Asie qui enregistrent un taux de croissance élevé (Chine, Japon, Corée du Sud, Taiwan, Hong-Kong, Singapour, Inde…).

Le basculement du monde et l’exigence de comprendre cette nouvelle donne

Dès la fin des années 70, la stratégie économique du leader chinois Deng Xiaoping apparaît, avec le court recul de ces trente dernières années, comme une lame de fond qui bouscule les économies du monde entier, à commencer par celles de l’Europe et des États-Unis. On sait aujourd’hui que la Chine et derrière elle, d’autres nations comme la Corée, Taiwan et l’Inde ont pris la mesure du monde et développent des industries, des services, de l’agriculture sur l’ensemble de la planète : dans l’Australie « voisine », mais aussi en Afrique et au Brésil. L’Occident n’est plus au centre du Monde.

L’Asie s’enrichit, prend confiance en elle, deux économies asiatiques sont dans les cinq premières : La Chine et le Japon. L’Inde va bientôt entrer dans le club des dix et la Corée du Sud est au quinzième rang. Le PNB de la Chine a doublé celui du Japon en 2010 et ces deux puissances économiques sont aujourd’hui respectivement les seconde et troisième du monde. Si cette tendance se poursuit, la Chine, disent les experts, pourrait devenir la première puissance économique du monde en 2025.

Le PIB cumulé de l’Asie et de l’Océanie place dorénavant cette région au premier rang (28,15%), devant l’Amérique du Nord (27,72%) et l’Union Européenne (27,08%) (stat. 2012). Mais avec la puissance économique acquise ou retrouvée (pour l’Inde et la Chine), d’autres dépenses montent aussi en puissance : les dépenses militaires. Selon le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), dont le centre est à Stockholm la première place de « gendarme du monde » est toujours occupée par les États-Unis : 711 milliards USD de dépenses en 2011 contre 71,9 pour la Russie, 62,7 pour Royaume-Uni, 62,5 à la France…mais déjà 143 milliards USD pour la Chine (tendance régulière en hausse chaque année). L’Asie est prospère mais la région est peuplée de belligérants potentiels.

De nombreux pays voisins s’observent, les armes à la main, soufflant alternativement le chaud et le froid : les deux Corées (de chaque côté de la ligne DMZ), Corée du Sud contre le Japon (Takeshima/Dokdo, le Japon contre la Russie (Kouriles), la Chine contre le Japon (Senkaku), La Chine contre l’Inde (Arunachal Pradesh), la Chine contre le Vietnam, la Malaisie, Brunei, La République de Chine et les Philippines (Spratleys), tout cela sous l’œil attentif du maître du Pacifique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale : Les États-Unis.

Le danger d’un affrontement militaire est atténué, pour un temps seulement peut-être, par les échanges économiques, le consumérisme galopant, la production industrielle…. Ainsi la Chine est le premier pays producteur d’automobiles (18 418 876 en 2011) contre 8 653 560 aux États-Unis, 8 398 654 au Japon, 6 311 318 en Allemagne, 4 657 094 en Corée du Sud, 3 926 517 en Inde et… 2 242 928 en France.

Un nécessaire repositionnement sur les études contemporaines en sciences politiques, en économie et dans l’étude des sociétés du temps présent.La demande pour prendre la mesure de ce monde asiatique en mutation est quasi-exponentielle : mieux comprendre, mieux se former. Il apparaît évident sinon urgent de doter la recherche de spécialistes en France capables d’étudier et de rendre compte de ce « basculement du monde ». La plupart des personnes interrogées pour le Livre blanc, celles qui ont rédigé un texte (voir le site Resap.hypotheses.org), mais aussi celles qui ne pouvaient consacrer qu’un temps assez court à cette enquête ont souligné ce changement majeur dans l’évolution de l’Asie.

Si une majorité se déclare en faveur d’un nombre accru d’enseignants et de chercheurs spécialistes de l’Asie contemporaine, plusieurs « solutions » sont avancées quand à cet accroissement significatif de postes dans des domaines jusque-là en nombre modeste.

La première solution consiste à confier à l’État cette importante création de postes nouveaux et à se reposer sur les décisions des personnes en charge de cette politique d’enseignement et de recherche tant au niveau de l’enseignement supérieur que du secondaire.

La seconde et la troisième solutions tiennent compte de la situation économique de notre pays actuellement et qui est peu propice à une augmentation accélérée des postes à créer. La seconde solution suppose donc de réduire ou de ne pas renouveler des postes dans certaines disciplines afin de permettre la création de nouveaux postes ailleurs. Solution « polémique » selon que les chercheurs appartiennent à une discipline ou à un champ en forte demande ou à une discipline dont la place est devenue moins urgente.

La troisième de ces solutions est nouvelle et originale. Elle tient compte de la double demande d’un accroissement d’enseignants et de chercheurs. Là aussi, des arbitrages devront sans doute être faits. Cependant, pourquoi ne pas créer des postes de chercheurs-enseignants qui seraient en quelque sorte les postes miroirs de ceux des enseignants-chercheurs. Les enseignants chercheurs, ceux qui ont des étudiants dès la première année de licence (192 heures annuelles pour un maître de conférences), et un flot important et répété de copies à corriger, stigmatisent souvent le déséquilibre dont ils s’estiment victimes quand ils comparent leurs emplois du temps au regard de celui des chercheurs.

Si un enseignant-chercheur peut réserver « au maximum » le tiers de son temps à la recherche, il est gêné dans la réalisation de ses projets de recherche pour écrire ou partir en mission sur son terrain. Or si dans l’emploi du temps de ce nouveau type de poste de « chercheur-enseignant », un tiers était réservé à l’enseignement, celui-ci pourrait « en complémentarité, remplacer son collègue une ou deux années universitaires. Ainsi sur une carrière de plus de trente ans, le chercheur-enseignant aurait une douzaine d’années à faire comme enseignant pour s’acquitter de son cahier des charges. Cette proposition apparaît comme une solution intermédiaire par rapport à l’idée développée par le ministre C. Allègre quand il souhaitait un seul corps d’enseignants-chercheurs.

Une demande insistante de disposer de plus de temps pour mener à bien des recherches.

La réforme des universités, avec une plus grande autonomie accordée à celle-ci, va-t-elle faire évoluer les deux métiers vers une fusion ou va-t-elle maintenir cette séparation entre chercheurs et enseignants sujette à bien des commentaires ? Entre les deux métiers traditionnels d’enseignant-chercheurs et de chercheurs, la proposition de créer une nouvelle catégorie mérite réflexion, puisque les deux professions seraient complémentaires : plus de cours nouveaux pourraient être proposés aux étudiants et davantage de recherches sur le contemporain seraient réalisées, sans avoir forcément à remettre en question la raison d’être de certaines spécialités situées davantage sur le versant « sciences humaines » que des « sciences sociales contemporaines ». Il reste néanmoins que certains spécialistes se demandent s’il y a lieu encore de reconduire autant de postes dans certaines disciplines qui furent importantes sans doute à l’époque où la France, ayant des colonies ou des protectorats, se devait de mieux comprendre les « ethnies » minoritaires, et les religions des peuples qu’elle dirigeait. La question est ouverte.

Une concertation accrue au niveau des établissements et des organismes

Une plus grande transparence est souhaitée quant à la création des postes nouveaux, la cohérence de ceux-ci dans un établissement donné par rapport à un autre établissement. Est-ce qu’une politique de concertation est menée, par qui, et pour quels résultats entre le CNRS, le CIRAD, l’INSERM, l’INRA, l’IFREMER, l’IRD… et la CPU? Est-ce une conférence inter-organismes ? Est-ce le (ou les) ministère(s) de tutelle ? De grands thèmes intéressants plusieurs organismes pourraient être définis et donner lieu à des montages.

Les recrutements « à l’Américaine »

Certains souhaitent un recrutement tel qu’il se pratique par exemple aux États-Unis (système de la « tenure »). Un jury de spécialistes de la discipline et du champ incluant des chercheurs étrangers, font le choix de deux personnes au terme d’un processus plus long de réflexion et d’investigation que celui pratiqué par le comité national au CNRS par exemple. Un cahier des charges serait proposé aux chercheurs choisis (articles de recherches, participation à des conférences, organisation de colloques, publication d’ouvrage…) Après plusieurs années, une seule des deux personnes obtiendrait définitivement le poste.

L’autonomie des universités et la demande de création d’UMR

La recherche au sein des universités prend une place de plus en plus grande et devenant plus autonomes, ces dernières souhaitent développer des stratégies propres. Il est à prévoir un plus grand nombre de créations de postes d’enseignants-chercheurs dans les domaines des études asiatiques et du Pacifique. Si une taille critique est atteinte, certaines universités vont vouloir posséder une UMR associant le CNRS à leur université. Le cas d’école, si l’on peut dire, est celui de l’INALCO (Institut National des Langues et civilisations orientales), qui, depuis novembre 2011, a vu tout son dispositif d’enseignement regroupé sur le site de l’Avenue de France dans le XIIIe arrondissement, regroupement vertueux également puisque la bibliothèque de la BULAC est située également dans les mêmes bâtiments. Plus de 93 langues enseignées dès la première année, 9 000 étudiants, 300 enseignants dont déjà 50 « civilisationnistes ». Les enseignants souhaitent se voir créer au sein de l’INALCO une ou plusieurs UMR pour faciliter les recherches, recevoir des chercheurs du CNRS, accueillir et former des étudiants qu’ils veulent pouvoir former jusqu’à la fin du doctorat… La réunification des divers éléments du « puzzle de l’INALCO » mettant un terme à sa longue « balkanisation » permettrait, si la recherche était véritablement soutenue en sciences sociales par le CNRS, de créer, par exemple, une saine émulation avec la SOAS de Londres.

Un besoin important de compétences asiatiques ciblées et nouvelles

Les universités, mais aussi les écoles de commerce et d’autres lieux d’enseignement et de recherche (Coëtquidan, Navale, écoles d’agriculture, des beaux-arts, école des transports…), feront certainement appel à des enseignants spécialisés sur des savoirs jusque-là peu abordés. Il est donc important de pouvoir former dès maintenant les futures compétences dont notre pays aura besoin. Tout un chantier à consolider. Cela évitera des déconvenues ultérieures lors des recrutements avec des candidats compétents, certes, mais dans des domaines qui ne correspondent pas exactement à la demande des établissements et plus simplement à la demande sociale.

La quasi-totalité des personnes interrogées ont également mis l’accent sur la bonne maîtrise d’une ou plusieurs langues asiatiques comme condition nécessaire à un accès réel aux sources premières et aux enquêtes de terrain quelle que soient les disciplines concernant l’Asie.

Financement, emploi du temps, évaluation

Certains enseignants-chercheurs relèvent que dans leurs emplois du temps, la partie occupée par les réunions et la préparation de multiples dossiers de demandes de financement de recherche occupent une part de plus en plus importante, avec l’inconnu de réponses négatives dans le cas des demandes de financement. Les grandes œuvres des asiatisants comme Paul Mus ou Denys Lombard n’auraient pu voir le jour dans une ambiance où le harcèlement bureaucratique l’emporte sur une recherche patiente et réfléchie. Ne pourrait-on pas attribuer une somme moins importante à un chercheur que pour un programme ANR et évaluer sa qualité, non pas sur la base d’un projet, mais sur les résultats des travaux effectivement réalisés. Les résultats obtenus étant garants d’un futur financement.

Moins de bureaucratie, une plus grande attention accordée au jugement des pairs et aussi à des travaux de plus longue haleine et moins de court terme imposé par les recherches par appel à projets du système actuel. Le système de programmes favorise les recherches de micro-terrains et les micro-expertises. Peut-on former ou favoriser des chercheurs pour des analyses géopolitiques ou des recherches sociologiques plus vastes, mais dont la réalisation demande plus de temps ?

En conclusion

Il faut remercier toutes les personnes, professeurs, experts, chercheurs qui ont bien voulu répondre à cette enquête malgré un emploi du temps chargé. Ces réponses écrites aussi ont été complétées par des entretiens oraux, des rencontres parfois courtes où on demandait quelles étaient les préoccupations et les questions saillantes auxquelles les chercheurs étaient confrontés. Le site RESAP permet l’accès des textes de chacun à tous.

De tout cela émerge chez les enseignants-chercheurs dans les universités la question du manque de temps consacré à la recherche et c’est peut-être le point le plus marquant de notre enquête, d’où la proposition de création d’un statut nouveau qui serait celui de chercheur-enseignant (⅔ de recherche, un tiers d’enseignement), faisant miroir à celui d’enseignant-chercheur (⅔ d’enseignement ⅓de recherche). Ils souhaitent (et ce vœu est récurrent), pouvoir consacrer davantage de temps à la recherche, à l’écriture d’articles visibles dans des revues sortant de la semi-confidentialité, continuer à rédiger en français, tout en publiant davantage en anglais. Ils souhaitent voir plus de leurs ouvrages traduits en anglais et dans des langues asiatiques. Des budgets réservés à des traductions correctes dans diverses langues permettraient aux chercheurs sur l’Asie et le Pacifique de les faire mieux connaître par leurs pairs européens et étrangers.

Ce nouveau couple enseignant et chercheur permettrait de prendre place d’autant mieux dans le paysage de l’université de demain que l’Asie et le Pacifique entrent de plus en plus dans les cursus des universités à côté des enseignements traditionnels. Des enseignements sur l’Asie y sont donnés régulièrement et constituent un pôle de plus grande attractivité. En province également des enseignements sur l’Asie sont donnés dans des universités anciennes (comme Strasbourg ou Bordeaux…) ou nouvelles (La Rochelle, Le Havre…). Si l’on tient compte des institutions célèbres et plus anciennes et des structures plus jeunes et dynamiques, on mesure rapidement la richesse, la diversité de l’enseignement et de la recherche sur l’Asie et le Pacifique en France. La question qui demeure est la répartition des rôles et des obligations. Pour peu que la génération des baby-boomers arrivant à la retraite soit correctement remplacée grâce à un recrutement concerté, la France a des atouts certains qu’elle ne peut que mieux valoriser au fil des années à venir. Cela signifie que l’Asie et les Pacifiques vont occuper une place plus importante dans les manuels scolaires du primaire au lycée et donc dans la formation des enseignants.

Les centres de recherche et institutions dédiées à l’Asie et au Pacifique sont-ils remis en cause de ce fait ? Cela n’est pas dit et encore moins écrit clairement, mais en creux on voit bien que les enseignants du supérieur souhaitent sinon une réforme profonde de ces institutions du moins une participation plus active à la formation des étudiants depuis la première année et non au niveau du master ou du doctorat.

Certains interlocuteurs ont abordé la question d’un meilleur cadre d’enseignement et de recherche. Ils n’hésitent pas à proposer des frais d’inscription et de cours plus élevés pour les étudiants issus de catégories socio-professionnelles plus aisées avec un système de tarif différentiel pour les étudiants de familles ayant peu de revenus. Le principe de l’égalité des chances liée à une meilleure qualité de l’environnement pour tous, mettrait l’université française au niveau de grandes universités étrangères du monde et exercerait une plus grande force d’attractivité pour les étudiants européens et étrangers voulant étudier en France.

Les succès économiques, industriels, technologiques, scientifiques en Asie ajoutés à l’énorme réservoir démographique que représente cette région obligent l’enseignement et la recherche française à tenir davantage compte de ce basculement du monde et cela devrait se traduire rapidement par des décisions réelles que l’ensemble des enseignants et des chercheurs attend avec espoir et vigilance.

Jean-François Sabouret est sociologue, spécialiste du Japon, directeur de recherche émérite au CNRS


Présentation synthétique des contributions au Livre Blanc des études et des recherches sur l’Asie et le Pacifique

Virginie Symaniec, 12 décembre 2012

Tout au long de l’année 2012, une soixantaine de chercheurs et enseignants-chercheurs ont accepté de contribuer à la préparation du Livre blanc des études sur l’Asie et le Pacifique, une région qui représente à elle seule plus de 65% de la population mondiale. Leur état des lieux sur les forces et les faiblesses de la recherche française montre que l’Asie et le Pacifique constituent la seconde aire culturelle la mieux représentée au CNRS — ce qui la situe comme première « aire culturelle » extra-européenne. La position de force de l’Asie sur la scène mondiale n’a, en particulier, pas cessé de se consolider au cours des deux dernières décennies. Ce « retour » est lié, d’une part, à une évolution des représentations occidentales sur les mondes de l’Asie et du Pacifique faisant suite à la fin de l’ère coloniale ; d’autre part, à la rupture épistémologique qui a suivi la reconfiguration de l’Europe après la chute du mur de Berlin (émergence des notions plurielles « d’aires asiatiques » ou « d’Asies », par exemple). L’analyse s’inscrit donc dans une entreprise scientifique plus large de désoccidentalisation des savoirs sociologiques et dans un travail épistémologique sur la production de « sciences sociales post-occidentales » qu’il paraît nécessaire de produire (L. Roulleau-Berger).

Face à cette montée en puissance et au dépassement en cours de la notion même de post-colonialisme « qui permet à la recherche en Asie ou sur l’Asie d’être tenue comme indépendante et digne de participer à la vie scientifique mondiale », force est aujourd’hui de constater que « l’Asie n’est plus cette région mystérieuse, lointaine, plus ou moins exotique que la colonisation et l’impérialisme avaient tenté de placer en situation de dépendance » (M. Wieviorka). Pour Maurice Aymard, l’Asie est même « devenue, dans ses diversités, un acteur de premier plan, dont les performances ne se limitent pas à la géopolitique et à l’économie, mais s’étend à la culture, au social, à la recherche et à la science ». De son côté, le Pacifique, loin également de tout « exotisme », n’apporte plus, de façon dissymétrique ou déséquilibrée, une dimension simplement « maritime » à l’ensemble continental asiatique. L’immensité du monde océanique représente à lui seul un tiers de la surface du globe : un « cinquième continent » doté d’une identité propre qui nécessite, à l’évidence, le développement de recherches spécifiques (C. Huetz de Lemps & V. Fayaud) et qui, du fait de sa configuration géographique et du contexte historique, constitue un formidable laboratoire sociétal et environnemental (P.-Y. Le Meur). Dès lors, « s’il est un « paradis » océanien », écrit Jean-Yves Faberon, « c’est bien celui des sciences sociales ! »

Si ces deux espaces de l’Asie et du Pacifique, compris comme « facteurs du basculement du monde », se trouvent profondément interconnectés tout en restant intimement liés à l’Europe, ils représentent donc plus que jamais des champs de recherche immenses mobilisant toujours « l’épaisseur de l’histoire », et dont il importait de montrer que les scientifiques français restaient à la hauteur (Jean-Luc Racine).

Des obstacles dans un monde en mutation

Comme le suggèrent en particulier les contributions des spécialistes de l’Asie centrale Henri-Paul Francfort, Marlène Laruelle et Svetlana Gorshenina, certains déséquilibres dans le traitement de ces régions peuvent parfois relever de causes externes au monde des savants. Par exemple, la fin de l’URSS ainsi que les conflits et rivalités nationales qui ont suivi rendent aujourd’hui très difficile l’organisation d’une activité de recherche sur l’ensemble d’une région comme l’Asie centrale, tandis que de nombreuses questions scientifiques requièrent une telle vue d’ensemble (H.-P. Francfort). La fermeture à Tachkent de l’IFEAC semble avoir porté « un grand préjudice au maintien des études centre-asiatiques » et avoir nuit « au dynamisme de la recherche française sur la région, ainsi qu’à l’intégration professionnelle et intellectuelle des jeunes chercheurs en cours de formation » (M. Laruelle).

Il demeure qu’au cours des deux dernières décennies, la recherche sur l’Asie et le Pacifique a également été confrontée à de profondes mutations internes qui n’ont pas été sans créer un certain nombre de difficultés au sein même des institutions de recherche et d’enseignement supérieurs : des difficultés créant un sentiment de « crise mondiale », qui comme le rappelle Alain Delissen, touche particulièrement les sciences humaines et sociales. Si ces mutations se sont majoritairement traduites par la recomposition des équipes, l’émergence de nouvelles thématiques, la multiplication des approches comparatistes et multidisciplinaires ou le processus de dépassement des aires culturelles par la remise en question profonde des divisions géographiques jusqu’alors admises, certaines difficultés ont également pu découler d’un « pari » : « préférer systématiquement et massivement la recherche programmée au temps libéré, la surproduction quantitative à la qualité créative, la reproduction du même à l’énergie du neuf. » (A. Delissen).

Pour Jean-François Huchet, une sorte de « trou d’air » a séparé la génération des soixantenaires de celle des chercheurs actuels, reposant ainsi la question du vivier d’experts qui, au-delà de leur spécialité, sont capables de décrypter les situations sur le terrain. Certains domaines, pourtant importants en matière géostratégique, se voient même délaissés « faute de combattants » (P. Maurus). « Les départs en retraite de chercheurs CNRS non remplacés et les choix faits dans les universités de privilégier la période contemporaine, voire moderne » expliquent le déclin des effectifs dans des domaines aussi importants que les études sur la Chine ancienne (O. Venture) ou que les chercheurs du CNRS, par exemple sur le Japon, puissent aujourd’hui s’apparenter à une espèce en voie d’extinction (A. Horiuchi). Les questions de globalisation associées à celles des mutations technologiques ont par ailleurs conduit à une telle transformation en profondeur des corpus étudiés par les chercheurs du contemporain que la question de savoir comment maintenir le pôle d’excellence que fut celui des spécialistes français, notamment dans les domaines de l’archéologie, de l’histoire, des études documentaires, religieuses ou littéraires se pose aujourd’hui de façon lancinante (C. Sakaï). Dans certains domaines, tels que la recherche urbaine en Asie, la recomposition des équipes a même paradoxalement semblé conduire à toujours plus de fragmentation des réseaux, qui « relèvent davantage d’affinités géographiques (communautés organisées en sous-aires culturelles), personnelles ou corporatistes (normaliens, architectes), que de véritables stratégies de partage des compétences à l’échelle de l’Asie » (N. Aveline).

Parallèlement à ces nouveaux phénomènes d’enclavements de communautés scientifiques, aux difficultés de recrutement et de financement que rencontrent aujourd’hui les jeunes chercheurs (S. Veg) ou à la faiblesse de l’encadrement doctoral dans certains domaines — comme le montre par exemple Charles Stepanoff pour le cas des études sibériennes —, la visibilité de nombreux projets collectifs en sciences sociales reste encore insuffisante (B. Thomann). Marlène Laruelle rejoint par exemple Annick Horiuchi sur l’idée que « la visibilité dans le monde anglo-saxon des publications françaises est faible. Il n’existe pas de portail d’accès identifié à la production en langue française, comme il n’y a pas de revues scientifiques francophones internationalement reconnues. » Simultanément, « les aires culturelles en SHS et ce qu’elles nous permettent de comprendre en finesse — au prix d’une formation longue — des changements planétaires en cours sont sacrifiées sur l’autel d’un court-termisme utilitariste qui tient les échanges internationaux en « sciences dures » (en anglais international) pour suffisants à la compréhension du monde » (A. Delissen). Enfin, le transfert du pouvoir et des moyens du CNRS et des autres EPST aux universités, dont la gouvernance et la gestion ont été modifiés dans le sens d’une plus grande autonomie (Loi LRU, 2007) n’est pas la moindre des transformations auxquelles le monde de la recherche français a assisté ces dernières années. Corrélé à la création de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et de l’Agence pour l’évaluation de la recherche scientifique (AERES), ce transfert reste pour nombre de chercheurs à l’origine du sentiment que le CNRS a été progressivement vidé de son rôle de pilotage stratégique pour devenir, au mieux, une agence de main-d’œuvre hautement qualifiée, ce qui ne manque pas de poser la question de son avenir (M. Goujon).

Recommandations

De la mise en commun de cet ensemble de constats et de réflexions sur les mutations et les difficultés en sciences humaines et sociales sur l’Asie et le Pacifique résulte un certain nombre de recommandations qu’il convient de synthétiser et qui s’organisent essentiellement autour des thèmes de la formation des chercheurs, de la possibilité de mieux anticiper leurs recrutements, d’améliorer leur « productivité » et leur mise en réseau, de favoriser leur libre accès aux sources, d’accélérer le décloisonnement entre « aires » et « disciplines » ainsi que de mieux valoriser les résultats de la recherche.

1) Mieux former

La question de la formation a souvent été au cœur des réflexions dans le cadre de la réalisation de ce livre blanc, où plusieurs contributions en appellent à une politique de planification nationale permettant d’anticiper sur les lacunes en matière de thématiques d’avenir essentielles à notre développement ou sur les « blancs cartographiques » de la recherche, comme celui du Pacifique Nord, où la présence scientifique francophone fait aujourd’hui défaut, et où se développent essentiellement des programmes archéologiques australiens, américains et japonais (C. Sand). Rétablir les équilibres ou mettre fin à certaines situations de marginalité requiert que des dispositions, prises au plus haut niveau politique, accompagnent une révolution nécessaire des esprits (J.-M. Regnault).

Un tel constat n’en appelle pas uniquement à « un développement considérable des études de type économique sur la zone asiatique, appuyé sur des financements massifs et des procédures de sélection modernes » (J.-L. Domenach, C. Meyer). S’en dégage l’idée qu’une partie du besoin de chercheurs capables de produire des expertises sur leur terrain au-delà de leur strict domaine de recherche pourrait être comblée en formant plus de spécialistes du contemporain : aujourd’hui, l’étude de certains pays devrait plus relever de la sociologie que de l’anthropologie (G. Fussman) et ancrer de nouvelles options professionnelles pour une jeunesse prête à s’investir hors métropole (M. Nedeljkovic).

Pour Guy Trebuil, il s’agirait également de former une nouvelle génération de gestionnaires des territoires écologiquement efficaces et socialement équitables à différents niveaux (administrations locales, ministères sectoriels, organisations de la société civile, etc.), capables de concevoir, de mettre en œuvre et d’évaluer des processus de concertation, d’apprentissage et de décision collectifs. Ceci impliquerait de donner plus de moyens aux étudiants et aux doctorants pour faire des recherches de terrain (A. Arrault) comme d’encourager leur formation aux langues étrangères, certes en anglais, mais également en russe, chinois, mandchou, tibétain, japonais,… (O. Venture, I. Charleux). L’aide à la formation d’une nouvelle génération de chercheurs mieux intégrés sur leur terrain en matière de coopération pourrait enfin passer par l’organisation, en partenariat avec les chercheurs asiatiques et pacifisants, d’« écoles de chercheurs » ou « doctoriales » régionales sur des thématiques pluridisciplinaires (S. Morand).

2) Mieux recruter

Les questionnements sur la formation des jeunes chercheurs semblent intimement liés à un appel à une meilleure anticipation de la planification des postes (H.-P. Francfort), car il s’agit autant de compenser les départs à la retraite pour assurer la relève (O. Venture), de valoriser dans les carrières de chacun l’expertise géopolitique du chercheur en sciences sociales et humaines en renouvelant la politique de recrutement pour l’adapter à la pénurie croissante de la recherche française sur le contemporain dans les régions (B. de Tréglodé, G. Fussman), que de combler les lacunes thématiques existantes dans les recrutements, notamment en matières de sécurité et de défense, de santé, d’agroalimentaire, de sciences environnementale ou de la biodiversité (B. de Tréglodé, C. Hoste, S. Morand).

Les « blancs » dans les recrutements thématiques semblent parfois liés à des zones d’ombre en matière de recherche sur certaines régions, ce que les contributions sur le Pacifique soulignent au même titre que les articles sur la Corée. Aussi semblerait-il urgent, pour parvenir à les combler, d’organiser une réflexion commune sur la place des « aires culturelles » dans les critères de sélection (B. Tréglodé, B. Thomann). Car en effet, comme le souligne Cécile Sakaï, de nouvelles pistes doivent être explorées pour reconfigurer les études aréales au 21e siècle (C. Sakaï). Par ailleurs, il conviendrait de mieux identifier les compétences éparses, y compris parmi les chercheurs français qui travaillent à l’étranger, pour les relier au réseau institutionnel français (J. Brock).

3) Rentabiliser la recherche en sciences humaines et sociales et donner les moyens aux chercheurs d’accroître leur productivité

Pour permettre parallèlement à la recherche fondamentale française de retrouver une place de choix (C. Sakai), il importe de développer l’assistance à la recherche en évitant de noyer les équipes dans des logiques de regroupement tout azimut — voir notamment le cas du Centre d’études japonaises de l’Inalco décrit par J.-M. Butel. Rentabiliser la recherche, c’est aussi limiter « l’inflation chronophage des réunions et des productions administratives, imposée par la multiplication des niveaux de tutelle, et qui obère gravement la productivité du chercheur » (M. S. de Vienne, C. Sakai).

4) Faire circuler et mettre en réseau

Les nouvelles logiques de regroupement doivent désormais se penser tant au niveau français, européen que plus largement international, ce qui implique d’admettre de croiser les aires, les axes et les disciplines (R. Ivekovic, T. Pairault). Ces logiques ne pourront déboucher sur des résultats efficaces que si elles conduisent à renforcer aussi bien les institutions et les réseaux pluridisciplinaires et transversaux au sein du dispositif français (B. Jetin) que si elles permettent de développer la communication et les programmes structurant les coopérations entre équipes européennes (J.-P. Bassino) ou internationales (C. Hoste), à l’exemple de la coopération en matière de recherche et d’innovation entre l’UE et l’Association des nations du Sud-Est asiatique (ANASE) (J.-M. Sers) ou de celle entre l’Institut d’Asie Orientale (CNRS/ENS) à Lyon et l’UQAM au Canada autour du Vietnam.

Les circulations à l’échelle internationale pourraient également s’organiser aussi bien autour de la création d’un réseau « Villes d’Asie » qui couvrirait l’ensemble des aires culturelles (N. Aveline), qu’en favorisant les accords de coopération avec les centres de recherche extra-européens, notamment est-européens et d’Extrême-Orient (I. Charleux, P. Maurus). Le regroupement des spécialistes et le développement d’une meilleure communication entre collègues pourrait également s’établir à travers la construction de forums, plateformes collaboratives ou sites web communs (A. Horiuchi). Dans la même logique, la mise en place d’une plate-forme de réponse commune et de désignation de « porteurs de projet transdisciplinaires » permettant plus de réponses conjointes à appel d’offres reste à envisager (C. Serra Mallol).

Il conviendrait également d’entamer une réflexion sur la place des IFRE dans le paysage de recherche français, d’organiser une meilleure circulation entre IFRE et universités et d’accroître l’implication du CNRS dans les UMIFRES, qu’il s’agisse « de la mise en place de contrats doctoraux et surtout postdoctoraux, de la coordination de réponses à des appels à projets européens, de leur articulation avec les réseaux de recherche » (S. Veg), de l’accueil des collègues et des partenaires étrangers (H.-P. Francfort) ou de l’organisation de certaines délégations CNRS dans le cadre de conventions d’internationalisation pensées dans la réciprocité (C. Sakaï). Car la mise en réseau des équipes de recherche devrait autant reposer sur une aide à la mobilité des jeunes chercheurs que sur la valorisation des recherches de terrain de longues durée et des détachements pour favoriser une meilleure implantation des chercheurs français dans les régions concernées (H.-P. Francfort, A. Horiuchi, B. Jetin, S. Morand). Enfin, « la proposition de création d’une puissante UMR consacrée à l’Asie et commune aux établissements dans lesquels ces recherches présentent une pertinence forte, à laquelle le Réseau Asie apporterait ses compétences et ses forces propres, permettrait de répondre aux attentes et de promouvoir les intérêts tant de chaque partenaire que de l’ensemble » (J. Legrand). Elle permettrait également la mise en œuvre d’une « veille » assurée par un organisme commun « avec diffusion des informations en fonction des profils individuels de chercheurs » (C. Serra Mallol).

5)  Favoriser les transferts de connaissance et de savoir-faire

La mise en réseau des équipes et la circulation des recherches sont loin de ne concerner que les seules sciences humaines et sociales. Si « La guerre des cerveaux a lieu essentiellement aujourd’hui dans quatre domaines : Nanotechnologies, Biotechnologies, technologies de l’Information et sciences Cognitives (NBIC) » et si l’on souhaite participer « à l’immense challenge que constitue la compréhension mutuelle entre les peuples et en particulier à celui de l’appropriation sans frontière, des progrès de la Science et de la Technologie est sans conteste l’une des missions majeures du CNRS » (B. Chenevier), il importe alors également de favoriser les investissements ciblés sur certaines régions au cœur de ces problématiques (comme le Japon), les collaborations entre sciences humaines et sciences dures qu’illustre également le cas de la médecine chinoise (E. Marié), ainsi que les coopérations entre chercheurs et ONG « pour participer à leurs expertises ainsi qu’à des réflexions politiques approfondies qui prennent en considération tous les aspects d’une société » (J. Ivanoff).

Cet ensemble de propositions pose la question des transferts de connaissance et de savoir-faire, y compris alternatifs et issus de l’expérience (R. Ivekovic). Il s’agirait donc de « développer une meilleure synergie avec les attentes de milieux extérieurs à l’univers de la recherche » (C. Meyer). À noter que si ces transferts doivent désormais se penser entre disciplines, régions ou aspects théoriques et empiriques — l’enjeu étant ici également de prendre les moyens de faire face à la concurrence anglo-saxonne (B. de Tréglodé) —, ils concernent également les relations entre les universités et le CNRS qui pourraient profiter d’une augmentation substantielle des possibilités de détachement (C. Froissart).

Enfin, dans un contexte où un appel commun est lancé pour l’adoption de perspectives plus globales et comparatistes, il importerait de prêter une attention particulière au développement du domaine de la traduction (P. Brown, A. Horiuchi). Car « Plus généralement, les actions cherchant à établir des passerelles entre mondes anglophones et francophones, entre pays indépendants et territoires d’outremer, entre instituts de recherche et centre de collecte culturelle et patrimoniale sont à encourager » (P.-Y. Le Meur).

6) Valoriser la recherche

La valorisation de la recherche devrait en outre passer par le développement des publications des publications de chercheurs français dans les langues asiatiques et de l’est européen (I. Charleux) aussi bien que par un élargissement de la place accordée aux travaux en langues locales de l’Asie (C. Sakai). Admettre cette logique d’interactions pourrait permettre de créer des événements scientifiques de haut niveau bi- ou multinationaux et multidisciplinaires (H.-P. Francfort). D’une manière générale, les contributeurs de ce livre blanc affirment la nécessité de faire le choix de l’ambition et de l’innovation, y compris pour consolider certains échanges scientifiques qui continuent d’être à la remorque, en dépit de leur importance stratégique, des grands bureaux régionaux et dont on évalue encore mal l’apport pourtant fondamental en SHS. Le cas de la Corée est ici illustratif, car pourquoi ne pas créer, « à Séoul, comme on le faisait à Tokyo il y aura bientôt un siècle, une Maison franco-coréenne » et « en la structurant d’emblée à égalité d’ambitions et d’intérêts comme une structure d’échanges et de circulations bilocalisée à Paris et à Séoul » (A. Delissen).

7) Favoriser le libre accès aux ressources électroniques

Enfin, le développement de l’accès libre aux ressources électroniques (A. Arrault, J.-P. Bassino) et le développement d’outils informatiques d’information prenant en compte l’ensemble des productions scientifiques (J.-L. Racine) font partie des demandes récurrentes des chercheurs, dans un contexte où l’accès à un corpus international de données constitue l’attente majeure du chercheur du XXIe siècle. (B. Sudul).

Virginie Symaniec

Docteur en études théâtrales, HDR en Histoire

Le Ver à soie, Virginie Symaniec éditrice.

 

Dénomination des aires géoculturelles

Alexis Darbon, IE CNRS

Outre la définition de la notion d’aire géoculturelle, il est également utile de nommer précisément l’organisation des aires elles-mêmes. Comme le découpage des aires, la question de la dénomination, issue de discussions et réflexions menées avec des chercheurs et experts, peut être revue dans le futur.

Définitions

Aire géoculturelle

Il s’agit là de la dénomination générique, englobant tous les échelons détaillés ci-dessous.

Continent

Il s’agit du continent au sens géographique traditionnel. Il en existe donc six : Afrique, Amérique, Antarctique, Asie, Europe et Pacifique-Océanie.

Région

La région est ici définie comme un sous-ensemble d’un continent constitué d’un groupe de pays considérés dans leur globalité.

Le continent Asie est ainsi formé de cinq régions :

  • Asie occidentale
  • Asie centrale
  • Asie du Nord-Est (aussi appelée Asie orientale)
  • Asie du Sud
  • Asie du Sud-Est

On notera que le Moyen-Orient et le Caucase devraient être intégrés à l’Asie. Cependant, le consensus est plutôt de les traiter comme des cas particuliers, (relativement) isolés du reste de l’Asie.

Pays ou territoires transcontinentaux

Si la notion de pays est aisée à comprendre, il est nécessaire de mieux présenter les « territoires transcontinentaux ». Ces derniers sont des territoires d’un continent sous la souveraineté d’un pays qui n’appartient pas lui-même à ce continent. Les territoires transcontinentaux couvrent en fait deux cas de figures : les territoires continentaux mixtes et les territoires extracontinentaux.

Le territoire continental mixte se caractérise par l’appartenance géographique à un continent, mais sans rupture de frontière, terrestre et/ou maritime, avec le pays duquel il dépend. L’exemple le plus évident, et qui concerne directement le Livre blanc, est la Russie[1]. En effet, historiquement tournée à la fois vers l’Europe et vers l’Asie, celle-ci constitue un cas singulier. Ses territoires sur le continent asiatique, sans pouvoir être définis comme un « sous-continent », ne s’en retrouvent pas moins sous la souveraineté d’un pays appartenant lui-même au continent européen, en faisant donc des territoires continentaux mixtes. À noter que, dans le cadre de notre étude, et pour des raisons de commodité, nous traiterons les districts de l’Oural et de la Sibérie comme un seul territoire, du fait de leur association commune à l’Asie centrale, en conservant spécifiquement identifié le district de l’Extrême-Orient russe.

Le territoire extracontinental, pour sa part, ne possède pas cette continuité des frontières avec le pays auquel il appartient. Les territoires d’outre-mer français dans le Pacifique – Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Wallis et Futuna –, en constituent un parfait exemple mais il ne faut pas oublier que c’est aussi le cas pour l’île de Pâques (territoire chilien), et les territoires américains du Pacifique : Hawaï (un des cinquante États des États-Unis), Guam, les Mariannes du Nord, les Samoa américaines et les Îles mineures éloignées des États-Unis.

Sous-région

La sous-région est un territoire qui couvre plusieurs pays, sans les inclure tous dans leur totalité. Normalement, elle est limitée à un seul continent, mais des exceptions peuvent exister.

Ainsi, le Cachemire est une sous-région qui couvre une partie de l’Inde et du Pakistan, et Bornéo une sous-région qui couvre une partie de l’Indonésie et de la Malaisie, mais la totalité du sultanat de Brunei.

L’exception asiatico-pacifique concerne la Nouvelle-Guinée, partagée entre l’Indonésie (Asie) et la Papouasie-Nouvelle-Guinée (Pacifique-Océanie).

Autres déclinaisons

Cette nomenclature n’est pas figée et l’on peut envisager de la faire évoluer pour l’adapter aux situations spécifiques à chaque continent.

Ainsi, il serait possible d’ajouter la définition du sous-continent pour traiter du cas de l’Amérique. Ses régions sont l’Amérique du Nord, l’Amérique centrale, l’Amérique du Sud et les Antilles-Caraïbes. Or, Amérique centrale et Amérique du Sud sont également parfois rassemblées sous l’appellation d’Amérique latine. Cette dernière pourrait donc parfaitement constituer un sous-continent propre.

Les aires géoculturelles de l’Asie et du Pacifique-Océanie

Les régions d’Asie

L’Asie est découpée en cinq régions. Voici la répartition des pays par région

Asie centrale

Kazakhstan

Kirghizstan

Ouzbékistan

Oural et Sibérie (territoire transcontinental russe)

Tadjikistan

Turkménistan

Asie occidentale

Iran, République islamique d’

Asie du Nord-Est

Chine

Corée, République de

Corée, République démocratique de

Extrême-Orient russe (territoire transcontinental russe)

Japon

Mongolie

Taiwan

Asie du Sud

Afghanistan

Bangladesh

Bhoutan

Inde

Maldives

Népal

Pakistan

Sri Lanka

Asie du Sud-Est

Bornéo

Brunei Darussalam

Cambodge

Indonésie

Laos, République démocratique populaire

Malaisie

Myanmar

Philippines

Singapour

Thaïlande

Timor-Leste

Vietnam

Quelques sous-régions

Bornéo (Asie du Sud-Est)

Cachemire (Asie du Sud)

Nouvelle-Guinée (Asie du Sud-Est, Pacifique)

Tibet (Asie du Sud et Asie du Nord-Est)

 

Les pays du Pacifique-Océanie

2

Le découpage du Pacifique-Pacifique en régions fait l’objet de nombreux débats. En conséquence, et en l’attente d’un consensus plus marqué, il a été décidé de ne pas attribuer de régions à ce continent. Voici la liste des pays du Pacifique-Océanie.

 

 

Australie

Fidji

Île de Pâques (territoire transcontinental chilien)

Îles Cook

Îles Marshall

Îles Salomon

Kiribati

Micronésie, États fédérés de

Nauru

Niue

Nouvelle-Zélande

Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Wallis et Futuna (territoires transcontinentaux français)

Guam, Hawaï, Mariannes du Nord, Samoa américaines, Îles mineures éloignées des États-Unis (territoires transcontinentaux américains)

Palaos

Papouasie-Nouvelle-Guinée

Samoa

Tonga

Tuvalu

Vanuatu

Cartes :

Projection Robinson selon les bases de données géo-spatiales ESRI 2008 et DCW 1993

Échelle 1 :1 000 000

Données compilées par F. Pirot, UMR8564-CRN M²ISA (CNRS)


[1] Le Sinaï égyptien constitue un autre exemple de territoire continental mixte.

Le Clersé

Abdelhafid Hammouche, Marie-Pierre Coquard, 09/05/2012

 

1) pour le sous continent indien :

Anthropologie – Brigitte Steinmann (Prof., anthropologie générale et approches ethnologiques comparées, construction des systèmes symboliques et des savoirs, ethno-histoire, anthropologie du développement et répercussions politiques) avec des champs de recherche en Inde et au Népal, et deux doctorantes du Clersé concernées sous sa direction :

– Claire Martinus avec un sujet de thèse intitulé « Mariages inter-castes au sein des populations népalaises locales et immigrées. Etude sur l’évolution des choix matrimoniaux au Néapl et dans l’immigration népalaise en Europe » ;

– Claire Femenias, sujet de thèse intitulé « Etude des rites funéraires chez les Bayung-Raï du Népal oriental : comparaison village /aire urbaine ».

2) pour l’extrême orient :

a) Asie du Sud-Est :

Economie – Pierre Alary (MCF) : Le développement des échanges marchands et les monnaies en Asie du Sud-Est. Le cas du Laos.

 Sociologie – Gwenola Ricordeau (MCF) : Mariages mixtes, féminisme, rapport sociaux de sexe et femmes migrantes aux Philippines. Gwenola Ricordeau travaille sur les mariages des femmes philippines avec des hommes étrangers. Sa recherche porte à la fois sur les parcours des actrices et sur les discours et débats publics sur ces mariages mixtes. C’est dans cette perspective qu’elle s’intéresse au mouvement féministe philippin et plus généralement aux femmes dans l’espace politique philippin.

 A noter que la recherche sur la zone des Philippines implique en France une communauté de chercheurs français restreinte alors qu’au niveau international, les américains et australiens sont très actifs compte-tenu de leur proximité avec cette zone. Ceci constitue une faiblesse pour la recherche française et le débat des idées, d’où l’intérêt d’être présent, de s’insérer et de développer des réseaux internationaux, de nouer des partenariats sur ces sujets avec des pays où souvent c’est la présence anglo-saxonne et américaine qui domine.

b) Asie de l’Est :

Chine : Brigitte Steinmann et Sébastien Delarre (MCF, sociologue, analyse des réseaux) dans le cadre du programme France-Chine Cuai Yuanpei (2011-2013) intitulé Integrated Urban Mesocosm.

Dans le cadre de ce programme, une doctorante du Clersé, Marjeurie Meunier est très impliquée. Son sujet de thèse porte sur « Anthropologie des organisations religieuses du taoïsme en Chine ».

Dans le cadre de ce programme, le Clersé accueille pendant 2 ans (2011-2013) un doctorant de l’Université de Pékin, Xuan Fan. Ses recherches portent sur « le genre, le corps, et la théorie générale du genre en Europe ».

 Chine : Economie – Bruno Boidin (MCF HDR) et Richard Sobel (MCF) dans le cadre de la thèse de Clément Séhier intitulée « RSE et transformations du rapport salarial dans la Chine contemporaine ».

 Chine : Anthropologie- thèse de Kamel Labdouni soutenue en nov. 2011 intitulée « Modernisation et changement en Chine : enjeux anthropologiques et sociaux. La rénovation des quartiers d’habitation vécue par une communauté de résidents de Harbin » sous la direction de G. Gaillard (Prof.).

Corée : Sociologie – Claire Gellereau, étudiante en M2 Sociologie et Anthropologie des Enjeux Urbains suivie par Cécile Vignal (MCF). Titre : « Les choix résidentiels d’expatriés issus de pays Occidentaux à Séoul ». Ce projet de recherche croise la sociologie urbaine, la sociologie de l’habitat et la sociologie des migrations dans le contexte asiatique. Il s’agit de saisir le rôle joué par les entreprises, la ville de Séoul, les institutions françaises ainsi que par les contraintes structurelles sur les choix résidentiels des expatriés. La thèse approfondira et développera l’étude engagée en Master 2 en s’intéressant également aux ressortissants d’autres pays européens, et en élargissant les questionnements dans une étude comparatiste des choix résidentiels selon le pays d’origine.

Le choix de la ville de Séoul reste pertinent car, récemment ouverte aux étrangers et dotée d’un important dynamisme urbain, la ville a créé des centres d’aides destinés aux étrangers et met en avant les identités culturelles des quartiers regroupant une forte communauté étrangère (quartiers mongol, japonais, chinois, ainsi qu’anglo-saxon et français). La thèse vise ainsi à enrichir les travaux en sociologie portant sur les expatriés ainsi que les études urbaines et asiatiques.

Japon : Economie – Florence Jany-Catrice (Prof.), sur la thématique du CARE (question montante dans les pays d’Asie, et au Japon en particulier), sur la question des nouveaux indicateurs de richesse question dont le Japon commence à s’emparer également, et dans le cadre du projet franco-japonais chorus ANR ILERE 2011-2013 « Initiatives locales et exclusion des résidents étrangers – Comparaison France –Japon ». Cette dernière recherche s’effectue en relation avec Thierry Ribault (CR CNRS) actuellement détaché à l’Institut de recherche de la maison franco-japonaise de Tokyo (UMIFRE 19 CNRS-MAEE). Thierry Ribault a également bénéficié d’un appui de l’INSHS au Clersé dans le cadre du 1er appel à projets en émergence PEPS 2009, sur le thème « Japon : des jeunes en émergence ».

Enfin, un projet de Laboratoire International Associé (LIA) à l’initiative de Thierry Ribault, qui sera proposé auprès de la direction de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS (InSHS) dont le titre provisoire est: « Protection humaine et réponses au désastre. Soin intensif en sociétés industrielles » basé au Japon et au sein duquel plusieurs membres du Clersé pourraient participer.

Japon : Sociologie – Abdelhafid Hammouche (Prof.) sur le thème Villes et Cultures : action publique dans l’espace urbain. Cette recherche sur la transformation des quartiers concerne les villes de Lille, Fortaleza et Yokohama. Coordonnée par Abdelhafid Hammouche, elle implique des chercheurs des universités des trois villes. Les chercheurs japonais sont enseignant-chercheurs à l’Université Meiji Gakuin de Yokohama.

Japon : Economie – Anne Bustreel (MCF) dans le cadre de sa coopération avec Tomo Nishimura (MCF, Université de Kwansei Gakkuin) un travail en émergence en liaison également avec Martine Pernod-Lemattre (MCF) et Frédéric Cornuau (MCF) : dimension de genre, conditions de travail des salariés précaires, approches comparatives France -Japon.

Japon : Ethnologie – projet de post-doc de Clothilde Sabre, suite à sa thèse intitulée « Le néo-japonisme ou la passion pour la culture pop japonaise comme forme de construction identitaire dans le cadre de la mondialisation » sous la direction de Paul van der Griip (Prof.).

Taiwan : Economie – Catherine Comet (MCF), projet PHC Orchid actuellement terminé. « Between State and Familism : a comparative study of interlocking Directorates between France Taïwan » (2009-2010).

Abdelhafid Hammouche,
Directeur du Clersé

Marie-Pierre Coquard,
Chargée des relations internationales au Clersé

Les thèses sur l’Asie

Christophe Sabouret, 22 février 2013

Intention

L’enseignant-chercheur, l’étudiant, l’administrateur de la recherche, l’éditeur, les recruteurs disposent, au sujet des thèses soutenues en sciences humaines et sociales sur l’Asie en France, de dénominations et de « thématiques » concurrentes, selon qu’elles sont issues de ministères (de la Recherche et de l’Enseignement supérieur notamment), du Conseil national des universités, du Programme-cadre de recherche et de développement ou du Comité national de la recherche scientifique (Centre national de la recherche scientifique). Il est souvent malaisé d’établir des correspondances entre les différentes dénominations de « thématiques » existantes. C’est en vue de proposer un état cohérent et relativement unifié des « thématiques » des thèses soutenues en sciences humaines et sociales sur l’Asie en France, qu’a été entreprise la présente étude. Nous visons, par cette étude, à appuyer la recherche dans ses opportunités de choix de sujets, de thématiques, de références (enseignants-chercheurs et étudiants) et d’offre de compétences et expertises ponctuelles ou durables (en direction de recruteurs, éditeurs, journalistes).

Méthode

La méthode a consisté à collecter les données dans le catalogue en ligne du Système Universitaire de Documentation – SUDOC (principalement les « notices abrégées ») et à les traiter semi-manuellement (tableau Excel, distribution selon les grands types de disciplines, les « continents », les « sous-aires asiatiques » et les pays) et semi-automatiquement (calculs selon les « continents », les « sous-aires » et les pays asiatiques, et les années de soutenance).

Analyse

Il a été soutenu en France plus de thèses sur l’Asie depuis 1991 (année de rédaction du Livre Blanc de l’Orientalisme français, Paris, Société asiatique, 1993) qu’au cours de deux siècles précédant cette date.

Entre 1991 et 2012 (comptage arrêté au 19 novembre 2012), 2 917 thèses ont été soutenues en France sur l’Asie : 2 327 sur l’Asie seule et 590 sur l’Asie et une autre aire géoculturelle (voir liste « aires culturelles » ci-dessous), hors Océanie.

Entre 1784 (première mention d’un document écrit catalogué dans la catégorie « thèse » dans le catalogue en ligne du Système Universitaire de Documentation – SUDOC), apparaissant après la requête d’un des pays d’Asie (voir liste « pays » ci-dessous) et ressortissant aux sciences humaines et sociales (SHS), lettres, linguistique, « humanités » et quelques « relations de voyages médicales » comprises), et 1990, 2 453 thèses ont été soutenues en France sur l’Asie : 2 113 sur l’Asie seule et 340 sur l’Asie et une autre aire géoculturelle, hors Océanie.

158 thèses en 2007 : le chiffre le plus élevé depuis deux siècles

Depuis 1991, les années qui ont vu le plus fort nombre de thèses soutenues sur l’Asie seule ont été, par ordre décroissant, 2007 (158 thèses soutenues), 2004 et 2010 (142), 2000 (128), 2008 et 2009 (127), sur l’Asie et une autre aire géoculturelle, hors Océanie, 2008 (41), 2010 et 2011 (37), 2005 (35), 2007 (34), 1995 (33).

Depuis 1991, les années qui ont vu le plus faible nombre de thèses soutenues sur l’Asie seule ont été, par ordre croissant, 2012 (43), 1993 (77), 1992 (81), 1995 (90), 1996 (92), sur l’Asie et une autre aire géoculturelle, hors Océanie, 1991 (12), 2012 (16), 1992 (18), 2001 (19), 1997 (21).

La Mongolie, Taïwan et la Corée du Sud en tête des pays les plus étudiés

Là où les sous-aires asiatiques étudiées ayant connu, entre après 1991 et avant 1991, les plus fortes progressions ont été l’Asie du Sud + l’Asie du Sud-Est, l’Asie du Sud + l’Asie du Sud-Est + l’Asie du Nord-Est (150 % ; 2 à 5), l’Asie du Sud + l’Asie centrale et l’Asie du Sud + l’Asie occidentale + l’Asie centrale (100 % ; 1 à 2), l’Asie centrale (85 %, 35 à 65) ; les plus faibles ont été l’Asie du Sud-Est + l’Asie du Nord-Est (-66 % ; 3 à 1), l’Asie du Sud + l’Asie occidentale (-25 % ; 4 à 3).

L’Asie du Nord-Est (Chine, Corée, Japon, Mongolie, Taïwan) a été la sous-aire asiatique la plus étudiée par les thèses soutenues en France depuis 1991 : 1 420 thèses soutenues, contre 898 pour l’Asie du Sud-Est, 681 pour la Haute-Asie, 413 pour l’Asie du Sud, 336 pour l’Asie occidentale, 65 pour l’Asie centrale. Par rapport à avant 1991, elle a été aussi la sous-aire asiatique qui a connu le plus fort nombre de thèses soutenues supplémentaires : 522, contre 188 pour l’Asie du Sud-Est (2erang), 85 pour l’Asie du Sud (3e). Depuis 1991, au sein de l’Asie orientale, les pays à avoir connu la plus forte progression ont été la Mongolie (400 % ; 3 à 15), Taïwan (293 %, 16 à 63), la Corée du Sud (125 % ; 95 à 214) ; le Japon a conservé une progression soutenue (59 % ; 137 à 219) ; la Chine a ralenti d’un tiers (35 % ; 592 à 800).

Avant 1991, les années qui ont vu le plus fort nombre de thèses soutenues sur l’Asie seule ont été, par ordre décroissant, 1987 (111 thèses soutenues), 1988 (106), 1989 (83), 1984 (75), 1984 (74), sur l’Asie et une autre aire géoculturelle, hors Océanie, 1987 (31), 1988 (26), 1986 (19), 1989 (15), 1985 (14).

On observe, entre après 1991 et avant 1991, une hausse du nombre de thèses soutenues sur l’Asie seule (18 % ; 2 432 à 2 885), une hausse sur l’Asie + une ou plusieurs aires géoculturelles autres que l’Asie, hors l’Océanie (18 % ; 2 430 à 2 882), un doublement sur l’Asie + l’Océanie (1 à 2), un doublement sur l’Asie + l’Océanie + une ou plusieurs aires géoculturelles autres que l’Asie et l’Océanie (1 à 2), une baisse sur l’Asie occidentale (-51 %, 692 à 336).

Lente mais sûre progression des thèses sur l’Océanie : 109 doctorats depuis 1991

L’Océanie seule, depuis 1991, a fait l’objet de 109 thèses soutenues en France. Avant 1991, ce chiffre a été de 45. Entre après 1991 et avant 1991, la progression a été de 142 %.

Depuis 1991, les autres aires géoculturelles à avoir été étudiées avec l’Océanie ont été principalement les aires géoculturelles autres que l’Asie (9, contre 2 avant 1991), l’Océanie + l’Asie seule totalisant deux thèses (1 avant 1991), l’Océanie, l’Asie + une ou plusieurs aires géoculturelles 2 (contre 1 avant 1991).

Depuis 1991, le pic du nombre de thèses soutenues sur l’Océanie seule en France a été atteint en 2010 (12), précédé de 2004 (9), 2007 (8) ; avant 1991, ce pic avait été atteint en 1986 (4), de nombreuses années ne voyant aucune thèse soutenue sur l’aire géoculturelle seule considérée.

Des thèses en sciences de la vie et de la terre sur l’Asie

Depuis 1991, 455 thèses en médecine, pharmacie, zoologie et 441 en sciences de la terre qui portaient sur l’Asie et/ou l’Océanie ont été soutenues en France, contre 200 et 331 avant 1991. Toutes ne portent pas seulement, ni exclusivement, sur l’Asie et/ou l’Océanie.

Un nombre plus élevé de thèses depuis 1991 qu’entre le début du XIXe siècle et 1991

Les données collectées sur les thèses soutenues en France sur l’Asie (et le Pacifique/l’Océanie) depuis 1991 font apparaître un état très différent de celui avant 1991. Globalement, l’Asie orientale a été la sous-aire qui a, depuis cette date, connu, relativement, la plus forte progression, Taïwan et la Corée du Sud, en son sein, connaissant les valeurs les plus fortes.

D’autres traitements, sur les données déjà collectées, ainsi que la collecte et le traitement de nouvelles données devraient permettre de préciser les sujets, les disciplines, les thématiques, les périodes des thèses soutenues sur l’Asie (et/ou le Pacifique/l’Océanie) en France depuis 1991, des thèses sur l’Asie en France en préparation et des thèses sur les aires géoculturelles autres que l’Asie et le Pacifique/l’Océanie (voir « Propositions »).

La constitution d’une base qui rassemblerait les données nécessaires à la production des réponses aux questions qui viennent d’être mentionnées pourrait être, à terme, à envisager, avec l’objectif, moyennant des développements (association avec des partenaires, d’autres bases, création d’un nouveau site ?), d’offrir un état jour des études sur l’Asie en France aux enseignants-chercheurs, aux étudiants, aux administrateurs de la recherche, aux éditeurs, aux commanditaires d’études ou aux recruteurs publics ou privés. L’élargissement, à l’échelle de l’Europe, de la collecte (et du traitement) des données pourraient constituer une étape suivante également à envisager.

Propositions

La première direction à prendre nous paraît devoir être la mise à jour régulière (annuelle) des données collectées. La mention d’une constatation permettra de souligner la nécessité d’une actualisation suivie de l’information : tandis que depuis le début des années 2000, plus de 100 thèses sont soutenues chaque année sur l’Asie, en 2012, notre comptage, qui s’est arrêté au mois de novembre, en a recensé 43. Ou bien il reflète un nouvel état, auquel cas, il sera nécessaire de chercher à connaître l’explication. Ou bien il ne prend pas en compte les thèses soutenues au mois de décembre, lesquelles, peut-être, qui plus est, sont recensées durant les premiers mois de l’année suivante. D’ici à juin 2013, la collecte des données relatives à l’année 2012 devrait constituer la première tâche. Parallèlement à cette première mise à jour, le traitement des données, en vue de faire apparaître les disciplines, les sujets et thématiques des thèses soutenues en France sur l’Asie, nous paraît devoir également être entrepris. Il serait utile, dans un troisième temps, d’appliquer aux aires géoculturelles autres que l’Asie les mêmes collecte et traitement de données que pour cette dernière. L’image qui se dégagerait serait véritablement mondiale, et un premier niveau de comparaison pourrait être fourni. Il resterait à procéder à nouveau à ces différentes opérations, mais à partir de notices plus détaillées que celles qui auraient été utilisées jusqu’alors, et de s’intéresser également aux thèses en préparation.

La collecte des données pourra s’effectuer à partir du catalogue en ligne du Système Universitaire de Documentation – SUDOC (www.sudoc.abes.fr) – et du moteur de recherche des thèses de doctorat françaises – theses.fr (www.theses.fr/). Le catalogue en ligne du SUDOC pourra servir de base à la collecte « abrégée », puis « détaillée » des thèses soutenues. Le moteur de recherche theses.fr pourra servir de base à la collecte des données sur les thèses en préparation. Il fournira également des renseignements concernant les directeurs de thèses, les établissements de soutenance, les écoles doctorales. Le moteur de recherche theses.fr signale à ce jour les thèses soutenues et en préparation en France depuis 2002. (Il est indiqué qu’à terme (?) il les signalera depuis 1985.)

Christophe Sabouret (Secrétaire d’édition, Ingénieur d’étude, Réseau Asie – Imasie (UPS 2999), CNRS)

P.-S. : il est prévu une mise à jour des données contenues dans le texte publié ci-dessus (voir « Propositions »). L’enregistrement de la mise à jour sera accompagné de sa date correspondante.

Remarque : Il a été réalisé, pour pouvoir produire les chiffres ci-dessus mentionnés, une extraction de données de la base du catalogue en ligne du Système Universitaire de Documentation (SUDOC :www.sudoc.abes.fr), qui s’est arrêtée le 19 novembre 2012. Le total de thèses obtenu a été de 6 993 (5 558 en SHS + 1 435 autres). Pour chaque thèse, la « notice abrégée » a été utilisée.

Liste « aires géoculturelles » :

Aires africaines :

  • Afrique australe
  • Afrique de l’Est
  • Afrique de l’Ouest
  • Afrique du Nord

Aires américaines :

  • Amérique latine et Caraïbes
  • Amérique du Nord

Aires asiatiques :

  • Asie centrale
  • Asie occidentale
  • Asie du Nord-Est
  • Asie du Sud
  • Asie du Sud-Est

Aires européennes :

  • Europe de l’Est
  • Europe de l’Ouest
  • Europe du Nord
  • Europe du Sud

Océanie.

Autres :

  • Antarctique
  • Moyen-Orient

L’Institut international des études asiatiques (IIAS), Leiden, Pays-Bas

Philippe Peycam, 8 octobre 2013

 

L’Institut

L’Institut international des études asiatiques (IIAS) est une plate-forme d’échanges basée à Leiden, aux Pays-Bas. Il encourage les études multidisciplinaires et comparatives sur l’Asie, et favorise activement les coopérations (inter)nationales. L’IIAS a le rôle d’un médiateur national, européen et mondial, rassemblant les partenaires académiques et non-académiques, dont les organisations culturelles, sociales et politiques.[1] Créé en 1993, financé par le Ministère néerlandais de l’Education, l’IIAS est un institut mondial de sciences humaines et sociales. Il se situe dans l’Université de Leiden.[2]

Avec la réorganisation des études supérieures néerlandaises dans les années 2000 et le nouvel accent mis sur le développement de groupes académiques d’excellence, nationaux et internationaux, l’IIAS a accru son rayonnement international, tout en voyant son ancrage renforcé dans le paysage des études internationales et régionales de Leiden. Cette réussite n’est pas uniquement due à la richesse des ressources académiques que représente l’Université de Leiden, une institution de plus de quatre cents ans qui, depuis longtemps, soutient l’un des investissements éducatifs les plus complets en ce qui concerne les études des langues et sociétés non-occidentales en Europe. L’IIAS interagit également avec les principales institutions d’études régionales présentes à Leiden, comme l’Institut royal néerlandais d’études sur l’Asie du Sud-Est et les Caraïbes, et le Centre d’études africaines.[3] L’Institut est aussi connecté aux nombreux centres académiques anglophones, francophones et germanophones en Europe, ainsi qu’à des partenaires en Asie, en Amérique, en Afrique, et au-delà.

Le personnel permanent est chargé de la coordination, de l’organisation et de l’administration des activités de l’IIAS. Le directeur rend compte de ses missions à un Conseil, constitué de chercheurs académiques du champ des études asiatiques. L’IIAS accueille beaucoup de chercheurs en post-doctorat dans les études asiatiques ; ils sont sélectionnés par un comité académique indépendant, sur la base de leurs mérites, qualités et des ressources disponibles.

Animer un réseau mondial

L’IIAS est depuis longtemps à l’avant-garde des nouvelles réflexions sur les études asiatiques, et des avancements innovateurs majeurs dans ce domaine. Depuis 1995, il joue un rôle clé de conseil, en fournissant une participation académique stratégique à l’Asia-Europe Meeting (ASEM) et à son Asia-Europe Foundation (ASEF). En 1997, l’IIAS a collaboré avec l’Institut nordique des études asiatiques (NIAS) pour mettre en place l’Alliance européenne des études asiatiques, qui a consolidé la coopération académique entre un certain nombre d’instituts importants sur les études asiatiques en Europe, établissant ainsi une plate-forme transeuropéenne pour le partenariat académique et le dialogue scientifique. L’Alliance connaît actuellement un processus de réorganisation pour mieux refléter la nouvelle diversité des programmes et institutions en Europe.

En 1997, en collaboration avec l’Association pour les études asiatiques (AAS) nord-américaine, l’IIAS a lancé la Convention internationale des scientifiques sur l’Asie (ICAS). ICAS est devenu un réseau scientifique mondial pour les échanges académiques avec la société civile. C’est maintenant le plus grand événement biennal mondial des études asiatiques, avec une moyenne de 200 à 300 panels couvrant tous les sujets des études asiatiques, avec des participants du monde entier et un réseau institutionnel de plus de 350 universités, instituts et organisations.[4] A l’exception de la rencontre d’Hawaï de 2011, toutes les conventions depuis 2001 se sont tenues en Asie. Le secrétariat de l’ICAS est hébergé à l’IIAS. Depuis juin 2013, il est sous la supervision d’un conseil international représentant des institutions des différentes régions d’Asie et du monde, où l’Asie est étudiée. Outre l’Alliance et ICAS, l’IIAS développe actuellement un tissu de centres régionaux, stratégiquement situés en Europe, en Asie et au-delà, dans lesquels il recherche des collaborations de long terme avec des partenaires institutionnels.

Depuis 2010, l’IIAS et d’autres partenaires d’Asie, d’Afrique et des Etats-Unis travaillent sur une initiative de renforcement des acquis pour promouvoir l’enseignement et les études de l’Asie dans les universités africaines, avec l’objectif de donner une place à l’axe académique Asie-Afrique dans le domaine plus large des études asiatiques, qui inclut le rôle des institutions académiques occidentales. Par conséquent, une Association des études asiatiques en Afrique (A-Asia) a été créée à Lusaka, en Zambie, en 2012.[5] Une initiative similaire est en préparation avec des partenaires d’Amérique latine.

Expérimenter les nouvelles tendances des études asiatiques

Étant l’une des plus mondialisées des institutions existantes sur les études asiatiques, et comme principal complexe de recherches centrés sur les humanités, accueillant plusieurs réseaux scientifiques dynamiques à travers l’Europe et ailleurs, l’IIAS bénéficie d’une position unique pour expérimenter les nouvelles tendances des études asiatiques, notamment en encourageant les dialogues pluridisciplinaires et multisectoriels.

Depuis 2010, l’IIAS a mené des recherches dans trois groupes thématiques : (1) Les villes asiatiques, groupe qui explore les modes du développement urbain en Asie ; (2) Les patrimoines asiatiques, groupe qui évalue de manière critique les pratiques autour du patrimoine culturel en Asie ; et (3) « Global Asia », groupe qui se concentre sur l’Asie dans un contexte mondial, comprenant les connexions internes en Asie. Chacun de ces trois thèmes est envisagé de manière large, dans le but de maximiser les interactions entre les projets, les chercheurs, et les partenaires institutionnels.

Dans le domaine des études urbaines, l’IIAS a créé en 2012 le Réseau Asie du savoir urbain (UKNA), financé par l’Union européenne ; c’est un groupe transrégional de plus de 100 chercheurs affiliés à 17 institutions en Inde, en Chine, en Europe et aux Etats-Unis.

Dans le champ du patrimoine, l’Institut facilite la création du premier programme universitaire transrégional en « critical heritage studies » entre l’Université de Leiden (Pays-Bas), l’université Gadjah Mada (Indonésie), l’Université Nationale de Taiwan et l’Université Yonsei (Corée). La première partie de ce cursus de double-diplôme a débuté en septembre 2013, avec le lancement d’un parcours en « critical heritage studies », études comparatives entre l’Europe et l’Asie, dans le cadre du programme de Master en études asiatiques de l’Université de Leiden.

À l’intérieur du « groupe « Global Asia », l’IIAS parraine le premier réseau pan-africain d’études asiatiques : Association des études asiatiques en Afrique (A-Asia). En octobre 2013, l’IIAS a rejoint le consortium Connexions interasiatiques, coordonné par le Conseil de la recherche en sciences sociales.[6]

En octobre 2013, l’IIAS s’est vu remettre un prix pluriannuel de la Fondation Mellon, à New-York, pour une nouvelle initiative intitulée « Repenser les études asiatiques dans le contexte mondial ». Ce projet pilote de deux ans fait partie d’un programme à plus long terme dont le but est de renforcer et de réorienter les études asiatiques, en encourageant une nouvelle recherche centrée sur les humanités, et des opportunités de formation construites sur un réseau ouvert international et transrégional, de chercheurs et d’institutions, principalement d’Asie, d’Amérique du Nord et d’Europe, mais aussi d’Afrique.[7]

Ces initiatives de l’IIAS, et de nombreuses autres, ont inspiré un certain nombre d’articles académiques de stratégie pour les études asiatiques, mis en valeur dans une collection d’éditoriaux et de rapports de direction publiés dans la lettre d’information de l’IIAS. Cette lettre, qui compte près de 20 000 abonnés à ses versions papier et électronique, est le périodique et la ressource les plus importants en leur genre sur les études asiatiques. L’IIAS dirige également un programme de publication, en partenariat avec les Presses universitaires d’Amsterdam (AUP). Il rénove actuellement cette activité pour établir une nouvelle collection thématique, basée sur une série, de monographies et de volumes édités.

Philippe Peycam est directeur de l’International Institute for Asian Studies, Leiden, Pays-Bas.

Il est également Visiting Fellow de l’Institute of Southeast Asian Studies, à Singapour.

Historien du Vietnam moderne (Ph.D SOAS), il s’intéresse également à l’histoire récente du Cambodge, et plus généralement, aux problèmes liés à la (re)constitution d’une communauté académique/intellectuelle en contextes de post-conflit.

Il a été directeur-fondateur du Centre d’Etudes Khmères, au Cambodge (1999-2009)


[1] Pour plus d’informations, voir le site web de l’IIAS : www.iias.nl

[2] L’Institut a été créé à l’origine de manière commune, par l’Académie royale néerlandaise des arts et sciences (KNAW), l’Université de Leiden, l’Université d’Amsterdam (UVA) et l’Université libre d’Amsterdam (VU).

[3] L’IIAS est un membre fondateur du réseau « Leiden Global » récemment créé, de même que l’Université de Leiden, le Centre d’études africaines, l’Institut royal néerlandais d’études sur l’Asie du Sud-Est et les Caraïbes (KITLV), le Musée d’ethnographie et d’antiquités, le Centre Roosevelt d’études nord-américaines, etc. Le bureau de l’IIAS à Amsterdam a été fermé au 31 décembre 2011.

[4] La septième convention ICAS s’est tenue à Honolulu au printemps 2011, conjointement à la conférence de l’AAS, qui fêtait son 70e anniversaire. Avec plus de 5000 participants et 770 panels, elle représente le plus large rassemblement sur les études asiatiques à ce jour. La huitième convention ICAS aura lieu à Macao, en Chine, du 23 au 27 juin 2013.

[5] L’initiative a été développée en partenariat avec le Programme d’échanges Sud-Sud pour la recherche sur l’histoire du développement (SEPHIS), l’Université de Zambie, l’Université Doshisha (Japon), le Centre d’études africaines (Leiden) et Conseil de la recherche en sciences sociales (New York). La conférence inaugurale de l’association A-Asia est prévue en 2015 à Accra, au Ghana, avec le support logistique d’ICAS.

[6] Le consortium comprend le Conseil de la recherche en sciences sociales, l’Université de Yale, l’Université de Hong-Kong, l’Université Koc, l’Université nationale de Singapour et l’Université de Göttingen.

[7] Pour cette initiative qui sera lancée en avril 2014, l’IIAS collaborera avec l’Université Columbia.

Nouvelles perspectives en sciences humaines pour les Asian Studies

Source : Peyraube, Alain, Wang, Ayling, « New Perspectives for Asian Studies in the Humanities », in Asian Studies in the Humanities : Visions for the Future, European Science Foundation, Young Researchers Forum ‘New Perspectives for Asian Studies in the Humanities’, ESF-CCKF Humanities, Spring 2009, 27-30 May 2009, Prague, pp. 5-6

Les études interdisciplinaires sur les aires culturelles proviennent de champs hétérogènes et transdisciplinaires de la recherche et du monde universitaire qui se rapportent à une région géographique ou culturelle particulière. Ces études sont devenues de plus en plus populaires aux États-Unis et dans le monde universitaire occidental après la Seconde Guerre mondiale. Cependant, elles ont également fait l’objet de nombreuses critiques de la part des spécialistes de la région eux-mêmes qui ont pu constater que leur popularité était en baisse entre 1980 et 2000. Lorsque le Conseil de la recherche en sciences sociales, l’American Council of Learned Societies aux États-Unis et le Centre national de la recherche scientifique en France, qui avait soulevé et administré des fonds pour les études sur les aires, ont fermé leurs commissions aires culturelles, cela a été interprété comme un changement radical pour la recherche.

La plus grande menace pour les aires culturelles venait des sciences sociales, principalement des sciences politiques et économiques, et non des sciences humaines.

Les études sur les aires culturelles ont énormément bénéficié aux études asiatiques, qui sont l’une de ses principales branches, ainsi qu’aux études sur l’Afrique, l’Amérique, l’Amérique latine et l’Europe. L’expression « études asiatiques », englobe non seulement l’archéologie, l’histoire, les langues, la linguistique, les études anthropologiques et culturelles, la philosophie, les religions, l’art et la littérature, mais aussi des aspects de la sociologie, de la politique et de l’économie dans les sociétés asiatiques traditionnelles et contemporaines.

Afin d’examiner à quel point les études asiatiques devenaient populaires à nouveau dans les sciences humaines, le Comité permanent du FSE pour les sciences humaines (SCH) et la Fondation taïwanaise Chiang Ching-Kuo pour les échanges scientifiques internationaux (CCK-F) ont invité les universitaires à participer à un atelier de trois jours intitulé «Nouveaux Horizons» à Prague, du 27 à 30 mai 2009.

Le rôle du Comité permanent du FSE pour les sciences humaines (SCH) est de coordonner des réseaux transnationaux existants et émergents d’universitaires et d’institutions dans les sciences humaines. Ses intervenants sont des organismes nationaux et internationaux de financement de la recherche, qui à l’affût de nouvelles contributions dans les discussions sur les choix stratégiques. La Fondation taïwanaise Chiang Ching-Kuo pour les échanges scientifiques internationaux (CCK-F), favorise également l’internationalisation des études chinoises en intégrant aussi bien les tendances universitaires à Taiwan qu’à l’étranger. En outre, ses objectifs de promotion de jeunes talents signifient que de nouveaux champs et cadres conceptuels peuvent être également développés.

Deux réseaux d’études asiatiques en Europe

Le réseau Asie

Il a d’une part été fondé par un groupe de chercheurs et soutenu par le Ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MENESR), le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) et l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Les objectifs du Réseau Asie incluent l’élaboration d’une liste d’experts de l’Asie et leur réunion afin de développer leur expertise, d’étudier les questions concernant l’Asie, d’attirer et de stimuler l’intérêt des spécialistes d’autres régions ou disciplines liées à l’Asie et de créer un pôle de compétences et de connaissances à travers la création d’une base de données, ce qui permet la coopération avec des organisations similaires en Asie, en Amérique du Nord et du Sud.

L’Institut international d’études asiatiques (ILAS)

L’ILAS, d’autre part, est un centre de recherche post-doctoral, à Leyde et Amsterdam. Son objectif est d’encourager l’étude interdisciplinaire et comparative de l’Asie et de promouvoir la coopération nationale et internationale. L’Institut met l’accent sur les sciences humaines et sociales et sur leurs interactions avec les autres sciences.

En tant que médiateur international, travaillant en étroite collaboration avec des partenaires nationaux et internationaux, les activités de l’Institut comprennent la fourniture de services d’information, la construction de réseaux internationaux et la mise en place de projets de coopération internationaux et de programmes de recherche.

En outre, l’ILAS accueille de nombreux stagiaires post-doctoraux en études asiatiques, qui sont sélectionnés par un comité académique, et organise des ateliers, des conférences et la publication d’un bulletin international et autres ressources académiques. Comme le Réseau Asie, l’ILAS possède une base de données contenant des informations sur les chercheurs et les instituts dans le domaine des études sur l’Asie, en Europe et dans le monde entier.

Enfin, en matière de réseaux institutionnels, l’ILAS joue un rôle stratégique et dominant au sein de réseaux tels que le « Consortium Leiden for Asian Studies », le « European Alliance for Asian Studies » et la Convention internationale des chercheurs asiatiques.

Association of South-East Asian Studies in the United Kingdom (ASEASUK)

Source: Victor T. King, Emeritus Professor of South East Asian Studies, University of Leeds, United Kingdom: “A History of ASEASUK on its 40th Anniversary” (2009). See the original text on: http://aseasuk.org.uk/v2/aboutus

The ASEASUK Association was born in London 1968. It was created to “meet the felt needs consequent to the growth of South East Asian Studies in the United Kingdom.”

The South East Asian Studies constituency was relatively small and residentially concentrated in the 1970s and very much focused on the three main Centres of South‐East Asian Studies ‐ London, Hull and Kent.

Already by the 1980s the Association had expanded considerably in its membership and the presence and participation of scholars from several universities outside the three Centres had increased markedly. This trend has continued to strengthen to the present.

The Association has continued to struggle to protect South‐East Asian language‐based area studies programmes from the vagaries of government funding and policy.

The first list of members compiled in 1971 totalled 64 just over two‐thirds of the membership came from the three recognised Centres.

It is worth emphasising the important role of the London School of Economics (LSE) in the early development of the study of South‐East Asia in the United Kingdom.

Most certainly those professionally involved in research and teaching in language and literature joined the Association as members, some served on the Committee from time to time and they attended the annual conferences but perhaps ASEASUK’s attention to their scholarly interests was not as energetic and positive as it might have been until relatively recently. Our conferences, for example, were primarily directed to issues and themes in the social sciences and humanities, though more recently we have introduced through panels on Indonesian and Malay Manuscript Studies.

Language specialists have also moved into such multidisciplinary areas as cultural-media, film and gender studies and through these interests they contribute increasingly to the Association’s conferences.

Nevertheless, one result of this relative neglect was the founding of Indonesia Circle at SOAS in 1973, with its own association newsletter (later to become the journal Indonesia and the Malay World). It was also accompanied by the setting up of the Indonesian Etymological Project which organized colloquia in different European countries every two years. Specialists in the broader field of Austronesian languages also did not confine their regional interests to what came to be defined as South‐East Asia in the post‐war period for that matter neither did the small number of archaeologists and pre-historians who were active in ASEASUK.

British Institute in South-East Asia and the Academy Committee

Discussions in the Academy and with the British Council and the Foreign and Commonwealth Office about the need to found an Institute in Asia go back to at least 1958. These deliberations prompted by the recommendations of the Scarborough Report (1947) and initially coordinated by a Committee of the Universities of Oxford, Cambridge and London focused on the possibility of establishing an Institute in Far Eastern or East Asian Studies. This was to concentrate primarily on China and Japan and the preferred location was Tokyo. Largely for financial reasons the plans for an Institute, which originally was to share premises with the British Council in Tokyo, eventually fell through. The decision was taken at that point to recommend to the Council of the Academy that a British Institute be established, setting down various options, requirements and recommendations.

Proposals went to the Council at its meeting on 26 October 1972 and approval was given to proceed to found an Institute, which was to be located in Singapore for an initial period of three years.

Its purpose was to promote joint endeavours with local scholars on research objectives of mutual interest in South‐East Asia (particularly in the fields of archaeology, history, art history and Anthropology) to keep British scholars informed of needs and priorities in regard to research work in the region and to arrange for collaboration and secure the necessary permits for British scholars to work there.

The Institute’s directorship was advertised in 1974. Dr Milton Osborne, an Australian citizen who was then in the Department of History at Yale, with experience in the Australian Foreign Service and good relations with French academy and a distinguished historian of Indochina, was appointed to the post in October of that year. The link to Australia was confirmed.

The Institute moved in mid 1984 and was formally registered in Bangkok in October 1984. Yet the difficult financial situation continued and the decision was taken eventually to close the Institute officially in December 1985.

Its operations were gradually run down and the library sold off and sadly the Institute, just over a decade after its foundation, ceased operations in Bangkok in June 1986.

British Academy Committee for South-East Asian Studies

It was decided to establish a London‐based Committee for South‐East Asian Studies in 1986, on a very modest budget, whose main responsibilities were to approve and sponsor research projects and activities, and to keep the Academy informed about the needs of British‐based researchers in South‐East Asia and the opportunities for research.

There ASEASUK was also successful in securing continuing research funding for a five‐year period from 2005‐06 from the Academy and is recognised currently as an Academy‐funded Learned Society with the responsibility of disbursing grants for field research and for the support of conference panels, publications, and related outreach activities.

In particular, if it had not been for Academy financial support from 1986 there would only have been a most modest level of British field and primary research in South‐East Asia. It is also very unlikely that the Association’s newsletter, which is part‐funded by Academy resources, would have been able to sustain and develop a substantial twice‐yearly programme of publication and an international outreach.

Co-ordinating Council of Area Studies Associations

Another important development a few years after the establishment of the British Institute was the founding of the Co‐ordinating Council of Area Studies Associations (CCASA) which held its constituent meeting on 19 June 1980 at the University of Birmingham.

The Council continues to function with some energy to this day (and ASEASUK continues its membership).

Annual meetings and conferences are organized, and some of them lead to publications. From 2000 it was decided that ASEASUK should not go head‐to‐head with the European Association of Southeast Asian Studies (EUROSEAS) and that it should relax and take a year out when EUROSEAS meets.

The European Association was founded in 1992; it organises its major international conferences every three years, which many ASEASUK members attend and at which they present papers.

The membership has steadily increased over the past 25 years. In 2004 the Association’s membership stood at 152, which included 16 students (26 overseas and 15 retired members). It now stands at about 190. This certainly does not exhaust all those individuals who undertake research in and on South‐East Asia.

Our newsletter and the website

Perhaps one of the most significant developments for the Association was the decision taken at the Annual General Meeting on 30 March 1984 to circulate a Newsletter entitled, perhaps rather unimaginatively, ASEASUK News.

The development of an enlarged newsletter issued twice‐yearly was in part to fill the gap left by the demise of the British Institute and its Southeast Asian Studies Newsletter, which was published quarterly between September 1980 and January 1986.

Present and future

At the moment ASEASUK enjoys the firm support of the British Academy which has accepted, endorsed and funded its five‐year plan entitled ‘Integration and Interaction in the South‐East Asian Region’ which was launched in 2005‐06.

It goes without saying that for a modestly resourced Association like ours the grant from the Academy has been invaluable. It has to be said that an annual grant, in 2008‐09 it stood at £78 000, can sustain a whole area of field research, and relatively small amounts of public funding have helped support an enormous amount of research activity in South‐East Asia during the past two decades, across a wide range of disciplines and subject areas, some of which (in the social sciences in particular) are not well represented in the Academy.

Therefore, it has enabled us to fund primary research in and on the region, to encourage early career scholars in undertaking field research, to continue with our newsletter at current levels of production and circulation, to develop our website and support registers, surveys, and public lectures, and to provide strategic resources for our annual conferences. We can now, for example, give some financial support to postgraduate students and ‘emerging scholars’ to present their research at our conferences in a national and international forum, and, as our founders envisage, to enable and underpin ‘the projection of South‐East Asia as an important field of study within the United Kingdom generally’.

We have a programme of annual meetings planned until 2012. The bi‐annual newsletter will continue to be produced, the website is undergoing further development, and we are currently updating our register of researchers (at the moment exceeding 100 individuals) which is also available on our website.

From Victor T. King,
Emeritus Professor of South East Asian Studies, University of Leeds, United Kingdom
“A History of ASEASUK on its 40th Anniversary” (2009). See the original text on: http://aseasuk.org.uk/v2/aboutus

Sommaire du Livre blanc 2013

Nous mettons à votre disposition sur RESAP le sommaire complet du Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique. Voici succinctement les grandes parties qui structurent l’ouvrage :

– Introduction

– I : L’Asie et le Pacifique : une région qui représente 65% de la population mondiale

– II : Des obstacles dans un monde en mutation

– III : Recommandations et perspectives :

Former

Recruter

Administrer la recherche et donner les moyens aux chercheurs d’accroître leur productivité

Faire circuler et mettre en réseau ; Favoriser les transferts de connaissance et de savoir-faire

– Conclusion

Voir le sommaire complet.

 

 

 

SERBIE

Source: Aleksandar Protic, Conseiller fédéral auprès de la Fédération Française des Clubs UNESCO. Intervenant à l’Université de Paris IV Sorbonne (2013)

BREF HISTORIQUE
En Serbie, les études asiatiques sont intimement liées au départ de l’Empire Ottoman des Balkans en fin du XIXe siècle. Les premières études asiatiques en Europe de l’Est se développent en Serbie, après la révolution serbe, quand le pays réintègre la communauté « européenne » et coordonne ses études selon les standards scientifiques. Le premier temple bouddhique en Europe apparaît à Belgrade au début du XXe siècle. Le premier département universitaire d’études orientales dans les Balkans est fondé à Belgrade en 1926, à la Faculté de Philologie, par l’illustre chercheur Fehim Bajraktarevic. Les études concernaient les langues orientales et les littératures turques, perses et arabes, car il y avait une nécessité de comprendre l’héritage oriental des peuples slaves du sud. Progressivement, les études hébraïques, chinoises, japonaises ou perses se développent et se voient ouvrir leurs départements universitaires. Les études universitaires de langue et littérature russes existent depuis 1878, suite aux relations bilatérales de longue date avec la Russie. Belgrade a toujours conservé le rôle prépondérant en matière d’études asiatiques dans la région.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

Université de Belgrade

La coopération entre l’Université de Belgrade et les universités en Asie comprend principalement les universités de Russie, de Chine, du Japon et d’Australie, mais également les universités d’Indonésie, d’Iran et de Corée.

Faculté des sciences politiques :

La Faculté des sciences politiques consacre un département à la géopolitique, économies et politiques d’Asie, identité et valeurs des peuples asiatiques, développement des ressources en Asie ou diplomatie du Japon. La faculté propose un unique master multidisciplinaire « Les études régionales asiatiques » dirigé par le Professeur Dragana Mitrovic. Par ailleurs les enseignements de grande qualité sont assurés par les professeurs, experts, diplomates et professionnels ad hoc.

Centre d’études asiatiques

Établi par le Professeur Dragana Mitrovic, experte de référence pour la Chine et l’Extrême-Orient, le Centre d’études asiatiques approfondit les politiques internes de pays suivants : la Chine, le Japon, la République de Corée, la Fédération de Russie, les Républiques d’Asie centrale, l’Inde, le Pakistan, la Malaisie, l’Indonésie et d’autres pays de l’ASEAN, l’Australie, l’Iran et la Turquie; leur développement économique et social, leur politique étrangère, leurs relations et intégrations économiques, la coopération politique, de sécurité et d’infrastructure. À part sa fonction de recherche, et d’expertise indépendante, le Centre publie la revue « Asian Issue », organise des conférences, des séminaires, des ateliers, la création des bases de données et demeure lieu de référence dans le contexte régional et asiatique.

Faculté de philologie

C’est l’institution régionale la plus importante en matière de langues asiatiques. Le Département d’études orientales regroupe plusieurs chaires étudiant la philologie, langue et littérature orientales : arabes, turques, chinoises, japonaises, hébraïques, coréennes, persanes et sanskrites, alors que la langue et la littérature russes sont étudiées en Département d’études slaves.

Faculté de Philosophie

Elle enseigne le hindi, ancien sanskrit et sandhi ainsi que l’histoire de la Turquie et de la Russie.

À la Faculté de géographie, au Département de géographie régionale d’Australie et d’Océanie, on  étudie la géographie, l’aménagement régional, la démographie ainsi que l’environnement géo-spatial.

L’art et la philosophie de la Chine, du Japon et de l’Inde sont étudiés à l’Université d’art de Belgrade.

L’Institut Confucius de Belgrade propose des cours de chinois et de calligraphie traditionnelle, et organise des ateliers et expositions sur la Chine.

En dehors de l’Université de Belgrade, il existe le Département de l’Asie et du Pacifique, le Département de la Russie ainsi que le Département du Moyen-Orient à l’Université de Megatrend ou les études japonaises et orientales à l’Université de Singidunum. À l’extérieur de la ville de Belgrade, il importe de citer l’Université de Novi Sad, proposant des études sur la géographie et la géographie du tourisme de l’Asie.

COOPERATION SCIENTIFIQUE

Au-delà des facultés proposant des cursus sur l’Asie, il existe en Serbie les programmes communs scientifiques au Centre serbo-japonais pour les simulations scientifiques, à l’Institut Vinca de sciences nucléaires, et à l’Institut du physique. Les Facultés de Médecine et de chimie également ont des coopérations avec des organismes japonais et la Faculté de pharmacie coopère avec la Chine. De plus, la Faculté de Médecine de l’Université de Nis coopère avec l’Université Shiga de sciences médicales du Japon. L’Académie serbe des sciences et des arts indique des programmes de coopération avec l’Australie, le Japon et la Chine. Le Centre de physique et de technologies du plasma a une synergie importante avec l’Université d’Osaka au Japon, et avec l’Institut national des sciences de la fusion à Nagoya. L’Institut des mines et de métallurgie de Bor étudie la géologie et les gisements de cuivre et de l’or dans les pays suivants : Birmanie, Pakistan, Iran, Indonésie, Nouvelle-Guinée, Turquie, Mongolie et Kazakhstan.

Programme de superordinateurs de la nouvelle génération :

Le Centre pour la science et le développement technologique (CENTER) de Belgrade développe les superordinateurs SX-6i, avec Nippon Electric Corporation (NEC) du Japon, et avec le Prof. Dr. Tetsuyi Sato, directeur général de “Earth Simulator Center” au Japon. C’est l’unique programme de haut de gamme technologique de ce type en Europe du sud-est.

TROIS AXES

Un intérêt particulier se distingue aujourd’hui en Serbie, pour la Russie, la Chine et le Japon, ce qui est visible à travers la politique étrangère envers ces pays, mais aussi par l’existence de plusieurs associations serbo-japonaises, serbo-chinoises et serbo-russes, de leurs manifestations, festivals de langues, d’arts et de cultures, qui ont souvent lieu en Serbie. La coopération avec la Russie et la Chine s’inscrit aujourd’hui dans la stratégie de la politique étrangère serbe prioritaire. Il existe une coopération très développée, à tous les niveaux, avec la Russie. La Chine investit considérablement en Serbie, plus que dans d’autres pays de la région : dans l’infrastructure, ouvrant des plus grands centres commerciaux régionaux, dans l’énergétique, construction des ponts etc. La coopération officielle intense avec le Japon, est renforcée par l’engagement de la société civile serbe : par exemple, les compétitions de la rhétorique en langue japonaise, tournois des ars martiaux japonais, écoles de haïku.

Inventaire des thèses françaises relatives à l’Asie du Sud – Est, 2000 – 2010 (sujets déposés)

 

Inventaire des thèses françaises relatives à l’Asie du Sud – Est 2000 – 2010 (sujets déposés)

par Annabel Vallard

http://vlc.ish-lyon.cnrs.fr/IMG/pdf/Vallard_InventaireSujetsDeposesASE.pdf

 

TABLE DES MATIÈRES

CONTENTS

 

I. ARCHITECTURE ET URBANISME / ARCHITECTURE AND URBANISM

II. ART ET ARCHÉOLOGIE / ART AND ARCHAEOLOGY

III. DROIT / LAW

IV. ETHNOLOGIE / SOCIAL ANTHROPOLOGY

V. GÉOGRAPHIE / GEOGRAPHY

VI. HISTOIRE / HISTORY

VII. LINGUISTIQUE, SCIENCES DU LANGAGE, SCIENCES DE L’ÉDUCATION, SCIENCES  DE L’INFORMATION ET  DE LA COMMUNICATION / LINGUISTICS

VIII. LITTÉRATURE / LITERATURE

IX. PHILOSOPHIE / PHILOSOPHY

X. PSYCHOLOGIE / PSYCHOLOGY

XI. SCIENCE POLITIQUE / POLITICAL SCIENCE

XII. SCIENCES ÉCONOMIQUES ET GESTION / ECONOMICS AND MANAGEMENT

XIII. SOCIOLOGIE / SOCIOLOGY

 

 

Rapports entre appartenance nationale et « tradition » de recherche sud-asiatique en Grande-Bretagne et aux États-Unis au XXe siècle

 

Nations, diaspora et area studies

L’Asie du Sud, de la Grande-Bretagne aux États-Unis

Véronique Bénéï

L’HOMME 156 / 2000, pp. 131 à 160

“Résumé

Dans cet article, on traite des rapports entre appartenance nationale et « tradition » de recherche sud-asiatique en Grande-Bretagne et aux États-Unis au XXe siècle. Est  décrit le mouvement de renforcement disciplinaire qui a accompagné le déclin de l’empire britannique, inversement à celui amorcé aux États-Unis à la même époque, qui privilégiait le développement des area studies ; puis le développement de ces études en Grande-Bretagne à la faveur d’un engagement national. La rivalité politique et intellectuelle entre les deux nations a également eu le sous-continent indien pour enjeu. De ce même sous-continent a eu lieu une émigration importante dans les années 60 vers les États-Unis. Vingt ans plus tard, les générations qui en sont issues ont progressivement investi les campus universitaires américains. Les transformations récemment induites dans le champ de la formation aux études sur l’Asie du Sud sont d’abord resituées dans le contexte multiculturaliste de la société américaine, puis en relation avec le nationalisme hindou et le rôle qu’y joue la diaspora indienne.”

L’article :

http://lhomme.revues.org/74?file=1

Consulter : “Guide to Asian studies in Europe” – 1998

 

Guide to Asian studies in Europe

by International Institute for Asian Studies

Routledge, 1998 – 335 pages

This Guide is produced on behalf of the European Science Foundation Asia Committee. The Guide provides a comprehensive survey of researchers, institutes, university departments, museums, organisations, and newsletters in the field of Asian Studies in Europe. The 352 page Guide is published by the International Institute for Asian Studies in co-operation with Curzon. This is the first such guide ever published, and contains highly detailed current information including specialisation by subject and region for each entry. The Guide contains an alphabetical list of 5,000 European Asianists; 1,200 institutes and university departments; 300 museums, organisations, and newsletters.

Consulter l’ouvrage partiellement :

http://books.google.fr/books?id=3fS3skvM4t4C&pg=PA203&hl=fr&source=gbs_selected_pages&cad=3#v=onepage&q&f=false