Archives par étiquette : Santé

Philippe Arhets : Les partenariats de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale en Asie et dans le Pacifique

Coopérations de l’INSERM avec l’Australie

  • Les coopérations initiées par les laboratoires Inserm et co-publications

On enregistre 100 coopérations entre les unités INSERM et les laboratoires australiens en 2010 (sur un total de plus de 6300 coopérations internationales et européennes), chiffre assez stable ces dernières années, après une hausse importante au début des années 2000. Le nombre de co-publications a plus que triplé en 5 ans avec 191 publications enregistrées en 2010 contre 57 en 2005.

Les principaux domaines concernés par ces coopérations sont la génétique, les neurosciences, l’endocrinologie, l’immunologie et la cancérologie.

La coopération se concentre principalement sur Melbourne et sa banlieue (University of Melbourne, Monash University, Walter and Eliza Hall Institute of Medical Research) puis sur Sydney (University of Sydney) et Brisbane (University of Queensland).

 §  L’accueil de chercheurs australiens dans les laboratoires INSERM

Sur l’année 2011, environ 1800 chercheurs ou étudiants-chercheurs étrangers seront accueillis dans les laboratoires Inserm pour des séjours de moyenne et longue durée parmi lesquels une vingtaine est d’origine australienne.

  • L’Accord de coopération Inserm – National Health and Medical Research Council pour des échanges de chercheurs

Un accord de coopération entre l’Inserm et le National Health and Medical Research Council australien (NH & MRC) a été signé en 1986 permettant d’apporter un soutien à de jeunes chercheurs de niveau post-doctoral, français et australiens, désirant effectuer un séjour de recherche dans l’un ou l’autre pays.

Le quota global est de 24 mois chercheurs par an pour chaque partie. L’appel d’offres est annuel : 2 chercheurs français et 2 chercheurs australiens au maximum peuvent être accueillis chaque année dans un laboratoire Inserm ou australien.

  • Le Partenariat Hubert Curien «FAST»

Ce programme, soutenu par les Ministères français des Affaires Étrangères et Européennes et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et par le Ministère de l’Éducation, de la Science et de la formation du gouvernement australien, vise à renforcer les relations scientifiques et technologiques entre la France et l’Australie

Ouvert aux chercheurs australiens et français, issus des secteurs public et privé, il permet de soutenir (mobilité), sur un rythme annuel, des projets conjoints de recherche de 2 ans.

Le dernier appel à projets publié (années 2010-2011) était focalisé sur les thématiques des sciences du vivant (incluant la médecine et la santé), des sciences de l’environnement et de l’énergie avec une priorité aux nouvelles collaborations et aux propositions encourageant la participation de jeunes chercheurs. Deux projets déposés par des laboratoires Inserm ont été retenus : l’un sur la polyarthrite rhumatoïde (U844, Dir. Christian Jorgensen), l’autre sur la maladie de Parkinson (U836, Dir. Claude Feuerstein).

Le programme qui a débuté en 2003, s’est achevé en 2011.

Coopérations de l’Inserm avec l’Inde

  1. 1.    États des lieux

 § L’Inde est le troisième partenaire de l’Inserm en Asie, avec 35 coopérations déclarées par les équipes Inserm en 2010 et l’accueil d’une quinzaine de chercheurs indiens chaque année.

  • § En 2011, 52 publications conjointes Inserm-Inde ont été recensées.
  • § Les principaux domaines de la collaboration sont: la biochimie et biologie moléculaire, l’immunologie, la génétique et hérédité, l’hématologie, la pharmacologie, la biologie cellulaire, les maladies infectieuses, la microbiologie, l’oncologie.

 § Mise en place de Laboratoires Internationaux Associés (LIA) franco-Indien :

  • § Un LIA dans le domaine de la neuroprotection du nourrisson entre le Dr Shyamala Mani du National Brain Research Center (NBRC) de Gurgaon et Pierre Gressens (Directeur de l’unité U676, Paris) – LIA en cours de renouvellement.

 § Un second LIA, intitulé “Proteolytic antibodies in immune-mediated and infectious conditions: Role in health, disease and therapeutic implications », a été signé en octobre 2011 entre l’Inserm (équipe du Dr. Srini Kaveri, U872, Dir. W-H. Fridman, Paris) et le National Institute of Immunohaematology de l’ICMR, à Mumbai (Prof Kanjaksha Ghosh).

 2.    Accord Inserm-ICMR

 §  Un accord de coopération a été signé entre l’Inserm et l’ICMR en février 1989. Cet accord qui ne prévoyait à l’origine que des échanges de chercheurs, a été renégocié en 2000 pour permettre le financement de projets conjoints de recherche et la réalisation de colloques bilatéraux sur des thèmes d’intérêt commun.

 §  Tous les 18 mois un appel d’offre bilatéral est lancé dans le cadre de cet accord. Qui depuis 2000 a permis de soutenir 30 projets conjoints dans le domaine des sciences biomédicales et de la santé.

 §  Les directions de l’Inserm et de l’ICMR se réunissent tous les 18 mois au sein d’un Joint Working Group (JWG), organe de gouvernance de cet accord, qui se tient alternativement en France et en Inde. A l’occasion de la dernière réunion qui s’est tenue en octobre 2011 à New Dehli, les deux partenaires ont souhaité cibler les appels à projets lancés dans le cadre de cet accord sur des thèmes d’intérêt commun. Ainsi, le dernier appel publié en mars 2012 concerne exclusivement le domaine du Diabète.

  • §  Des colloques bilatéraux franco-indiens ont été régulièrement organisés dans le cadre de cet accord autour de différents thèmes : tuberculose (2000), neuroprotection du nourrisson (2003), éthique (2004), recherche clinique (2005), biomarqueurs dans les pathologies cardiovasculaires et le diabète (2007), recherche translationnelle et biothérapies (2008). Le dernier a eu lieu à Pondichéry (30 novembre – 2 décembre 2009) sous la co-présidence du Prof. Dominique Daegelen (Directrice adjointe de l’ITMO « Génétique, Génomique et Bio-informatique ») et du Prof Adithan (directeur du Jawaharlal Institute of Postgraduate Medical Education and Research – JIPMER) et était consacré à la pharmacogénomique. Ces rencontres ont pour objectif d’identifier des thématiques de recherche intéressant les deux parties et de favoriser le développement de coopérations entre chercheurs français et indiens du domaine.

Le dernier colloque bilatéral s’est tenu les 17 et 18 octobre 2011 à Jodhpur (Rajahstan) sur le thème “Gene-environment interactions in diabetes; epigenetics, nutrition and drugs”. Les conclusions de ce colloque ont servi à définir les thèmes du dernier appel à projets Inserm-ICMR (publié en mars 2012).

 3.    Autres modalités de coopération de l’Inserm avec l’Inde

 §  Participation des équipes Inserm aux appels à projets du Centre Franco-Indien pour la Promotion de la Recherche Avancée (CEFIPRA). En 2009, 6 projets impliquant l’Inserm étaient en cours sur 93 projets au total (tout domaine confondu).

 La mise en place d’un programme spécifique de soutien à des projets de recherche autour des thématiques « obésité/insulino–résistance/diabète/maladies du métabolisme » est en cours d’étude et pourrait bénéficier d’un soutien conjoint CEFIPRA – Institut Thématique Multi Organisme (ITMO) « Circulation, Métabolisme, Nutrition » (Inserm-INRA). Plus largement, les complémentarités possibles entre les activités menées dans le cadre de l’accord Inserm-ICMR et celles du CEFIPRA, en particulier dans le domaine des maladies cardiovasculaires/diabète/maladies métaboliques, sont à l’étude.

 §  Participation d’équipes Inserm à des projets européens du 7ème PCRDT impliquant des partenaires indiens (cf. infra).

 4.   L’ouverture européenne des actions avec l’Inde

Le 7ème PCRD et la priorité thématique « Santé » du programme Coopération en particulier, offrent des opportunités pour l’Inde en tant que pays membre des « International Cooperation Partner Countries » (ICPC).

 §  L’Inde a ainsi bénéficié d’une action spécifique de coopération internationale (Specific International Cooperation Actions – SICA) sur le thème de la recherche sur le VIH, le paludisme et la tuberculose. Un projet coordonné par l’Inserm a été retenu en 2007 sur cette ligne thématique, intitulé MALSIG (Signalling in life cycle stages of malaria parasites) et coordonné par le Prof. Christian Doerig.

 Un ERA-NET intitulée « New Indigo » (Initiative for the Development and Integration of Indian and European Research) est financé dans le cadre du programme INCO (Coopération Internationale) du 7ème PCRD. L’Inserm et l’ICMR ont le statut d’observateurs dans ce projet piloté pour la France par le CNRS. Un « Networking Pilot Program » a été lancé au début de l’année 2010, en collaboration avec le DBT (Department of Biotechnology), un des deux partenaires indiens de ce projet avec le DST (Department of Science and Technology), sur les thèmes suivants : biomarqueurs et diagnostic, bioinformatique et santé, biologie structurale pour la santé. Treize projets ont été sélectionnés à l’issue de ce dernier, dont 3 coordonnés par la France et un à participation Inserm.

Coopérations de l’Inserm avec Taïwan

Coopération des laboratoires Inserm

 §  En 2010, les laboratoires Inserm ont déclaré entretenir 18 collaborations avec Taiwan.

Taiwan se situe au 4ème rang des partenaires de l’Inserm en Asie, derrière le Japon (173 coopérations), la Chine (43) et l’Inde (35) et sensiblement au même niveau que la Corée du Sud (16 coopérations) et Singapour (15 coopérations)

 §  On recensait en 2011 18 co-publications entre des laboratoires Inserm et des laboratoires taïwanais, en augmentation ces dernières années. Sur les 15 dernières années, Alain Vandewalle (U773, Dir. Marc Laburthe), est le chercheur Inserm qui publie le plus avec Taïwan.

La France occupe le 10ème rang des partenaires de Taïwan dans le domaine biomédical-santé et est associé à de moins de 1% des publications. L’Inserm contribue pour 21,4% à ces co-publications, derrière les universités (45,5%), les CHU (34,8%) et le CNRS (23,2%). La recherche taiwanaise a une orientation majoritairement clinique. Les travaux les plus cités sont ceux ayant trait au domaine de l’oncologie.

A noter qu’une coopération forte en immunologie s’est mise en place il y a une dizaine d’années entre l’Inserm et Taiwan, à l’initiative de Bertrand Jordan, à l’époque chercheur au Centre d’Immunologie de Marseille-Luminy (relayé ensuite dans l’unité par Jean Imbert) et John Kung de l’Institute of Molecular Biology de l’Academia Sinica. De 1994 à 2001, cinq séminaires bilatéraux ont été organisés avec le soutien de l’Inserm et plusieurs doctorants taiwanais sont venus se former en France grâce aux bourses mises en place par l’Institut Français de Taipei.

 §  Des chercheurs Inserm sont régulièrement invités à Taiwan pour des missions d’expertise ou des conférences par l’intermédiaire du Bureau de la Représentation de Taipei en France.

 §  Actuellement entre 3 et 5 chercheurs taïwanais sont accueillis chaque année dans les laboratoires Inserm

 Accords de coopération

 §  Accord Inserm-NSC (National Science Council)

Un accord a été signé entre l’Inserm et le NSC taïwanais en février 2004 permettant le soutien aux échanges et séjour de courte durée sur projets de recherche conjoints. Un appel d’offres a été lancé chaque année depuis 2005 et 8 projets ont été soutenus dans différents domaines de la recherche biomédicale.

Cet accord fait actuellement l’objet d’une révision intégrant de nouvelles modalités opérationnelles s’appuyant sur:

– l’organisation, sur une base réciproque, de visites exploratoires de 1 à 2 semaines destinées à jeunes chercheurs brillants (lauréats ATIP/Avenir et ERC côté français) pour découvrir le paysage de la recherche en sciences de la vie et de la santé de part et d’autre et nouer des premiers contacts;

– le soutien par des échanges de Post-doctorants aux collaborations scientifiques émergentes, résultant de ces visites exploratoires;

– l’organisation de séminaires scientifiques thématiques restreints, permettant d’explorer des axes de coopération à développer dans des domaines d’intérêt partagés.

Ce nouvel accord devrait être signé en 2012 et permettre les premières visites exploratoires cette année ainsi que l’organisation d’un séminaire scientifique dans le domaine du Cancer et de l’épigénétique.

D’autres programmes permettent de soutenir les échanges et la mobilité (de courte durée) de chercheurs et étudiants entre la France et Taïwan :

 §  Le programme Hubert Curien (PHC) dénommé « Orchid », mis en œuvre conjointement par le NSC et par l’Institut Français de Tapei: il permet de soutenir de nouvelles coopérations scientifiques et technologiques d’excellence entre les laboratoires de recherche des communautés scientifiques française et taïwanaise ainsi que des ateliers conjoints de recherche.

ð Le projet de Jacques Bertoglio-Matte (Dir. de l’U749) avec la National Taiwan University sur les cellules hématopoïétiques a été soutenu en 2006-2007.

ð Le projet impliquant l’unité Inserm U665 (Dir. Yves Colin) et portant sur « Analysis of Primate Alternative splicing and their impact on protein Structures”, avec le Genomics Research Cente de l’Academia Sinica a été retenu en 2010.

§  Un accord a été signé en 2007 entre l’ANR et la NSC permet également à des équipes françaises de soumettre des projets dans le cadre du « programme Blanc International » de l’ANR.

Dans ce cadre, les projets suivant impliquant l’Inserm ont été retenus:

  •  en 2010:

Le projet de Didier Devys, IGBMC (U964), « Fonction de la mono-ubiquitination de l’histone H2B dans les cellules eucaryotes »

  •  en 2009 :

– Le projet d’Olivier Manzoni U862, Dir. Pier Vincenzo Piazza) « Behavioural and synaptic pharmacotherapy of associative emotional memory in a model of mental retardation » (à la suite d’un soutien dans le cadre de l’accord Inserm-NSC)

– Le projet de Pierre Marie (U606, Dir. Marie-Christine De Vernejoul), « Targeting protein degradation to promote osteogenesis in osteoporosis”

  •  en 2008 :

Le projet de JL Elghozi (U970, Dir. Alain Tedgui) « Chronic oxidative stress and autonomic control »

  •  en 2007 :

Le projet d’Andreas Bikfalvi (Dir. U920), dans le domaine de l’angiogénèse.

 §  Programme ANR TecSan

L’Agence Nationale de la Recherche finance un programme dans le domaine des technologies pour la santé et l’autonomie. Il a pour objectif de promouvoir les applications de technologies innovantes à fort potentiel de valorisation au domaine de la santé et de l’autonomie, au travers de projets de recherche appliquée permettant l’élaboration de concepts innovants et de sauts technologiques importants. Ce programme accompagne le plan Alzheimer et maladies apparentées 2008-2012.

Dans le cadre d’un accord entre l’ANR et le NSC, des projets collaboratifs franco-taïwanais sont éligibles à l’appel à projets TecSan.

Programme « Frontiers of Science » franco-taïwanais

Ce programme s’inspire d’expériences similaires conduites par les Etats-Unis (Académie Nationale des Sciences) au niveau national puis bilatéral.

Il a pour objectif d’engager les jeunes chercheurs d’excellence dans un dialogue interdisciplinaire. Ce dialogue a lieu dans le cadre de symposia organisés chaque année alternativement en France et dans le pays partenaire.

Après le Japon en 2006, un programme de ce type a ainsi été lancé avec Taïwan en 2007.

 Les symposiums franco-taïwanais réunissent 40 chercheurs dans les 4 thématiques suivantes :

Physique ; Science de la vie et sciences biomédicales ; Sciences appliquées ; Sciences sociales et humaines

Le 4ème symposium franco-taïwanais s’est tenu à Nice en juin 2011.

Coopérations de l’Inserm avec la Chine

  1.  La relation Inserm-Chine
    De manière globale, les pays d’Asie restent des partenaires assez minoritaires par le nombre de collaborations recensées avec les laboratoires Inserm (5% des 6500 collaborations). le Japon est le premier partenaire dans cette région avec 173 coopérations déclarées en 2010, suivi de la Chine avec 43 coopérations et de la Corée du Sud avec 16 coopérations.

 Les co-publications de l’Inserm avec la Chine représentent une part encore faible (1,16%) si l’on compare avec les États-Unis (12.6%), l’Allemagne (8.1%), l’Angleterre (6,7%), l’Italie (5.8%), l’Espagne (4.1%) ou le Canada (3.3%). Cependant, le nombre de co-publications Inserm-Chine est en progression constante, 1 publication conjointe par an au début des années 80, contre 117 enregistrées en 2011, faisant de la Chine le 17ème partenaire de l’Inserm en termes de co-publications.

 Les collaborations des équipes Inserm avec des partenaires chinois se développent principalement dans les domaines de la cancérologie et des maladies infectieuses/maladies parasitaires.

 La Chine fournit par ailleurs l’un des plus gros contingents de chercheurs étrangers travaillant dans les structures Inserm et, depuis 2002, se trouve parmi les 5 premiers pays qui envoient régulièrement des chercheurs pour des séjours de longue durée dans les unités Inserm. En 2010, il y avait, selon les déclarations des laboratoires, 129 chercheurs d’origine chinoise accueillis dans des laboratoires Inserm, représentant le 2ème plus important quota après l’Italie (176 chercheurs) et devant l’Algérie (112).

 2.    Programmes mis en place ou soutenus par l’Inserm

 2.1 Accords de coopération

Deux accords de coopération destinés à favoriser les échanges libres de chercheurs ont été signés : le premier, signé en 1981 avec l’Académie des Sciences de Chine (CAS) et le second signé en 1986 avec l’Académie des Sciences Médicales de Chine (CAMS). Ces accords ont été renégociés depuis pour permettre de financer des projets conjoints.

En particulier, l’accord avec la CAS a permis de soutenir un petit nombre de projets conjoints pour favoriser les échanges et séjours de courte durée de chercheurs de part et d’autre. Deux projets ont ainsi été soutenus pour les années 2008-2009 et un seul projet pour les années 2010-2011. L’accueil de longue durée est toujours possible dans le cadre de l’accord mais aucun candidat français ou chinois n’a déposé de demande ces dernières années.

Cet accord fait actuellement l’objet d’une révision tant en termes d’objectifs que de modalités opérationnelles.

2.2 Pôle franco-chinois en sciences du vivant et génomique de Shanghai

Le Pôle de Shanghaï a été créé en 2002 suite à la signature d’un accord général de coopération (renouvelé en 2008 pour 4 ans). Il est hébergé dans les locaux de l’hôpital Ruijin de Shanghai qui fournit également une partie des équipements. Les directeurs actuels sont Xavier Jeunemaître (U970, Dir. Alain Tedgui) et Yiming Lu. L’Inserm, le CNRS et l’Institut Pasteur sont les partenaires français du Pôle.

Le Pôle abrite actuellement 8 équipes de recherche franco-chinoises exerçant dans les domaines du cancer, de la génétique et des maladies infectieuses.

Dans la perspective du renouvellement de la convention qui arrive à échéance en 2012, les partenaires français ont entrepris une réflexion à la fois sur sa gouvernance, les possibilités d’un partenariat renforcé avec l’Institut Pasteur de Shanghaï autour de la recherche clinique et plus généralement sur les priorités et thématiques scientifiques développées au sein du pôle.

2.3 Laboratoires Internationaux Associés (LIA)

L’Inserm compte deux LIA avec des partenaires chinois:

  • Un LIA avec la « Southeast University » de Nanjing (Nankin), créé en avril 2006  et intitulé « Centre de Recherche en Information Biomédical Sino-français – CRIBs ». Il repose sur un programme de recherche axé sur la reconstruction et l’analyse de séquences d’images avec un volet expérimental et clinique (protocoles et conditions d’évaluation clinique communs) et un volet technologique (matériels, logiciels, médecine assistée par ordinateur). Ce LIA, impliquant l’unité Inserm U1099 dirigée par le Dr. Lotfi Senhadji et l’Université de Rennes 1, a été renouvelé pour 4 ans en avril 2010.
  • Un LIA dans le domaine de la transgénèse chez le singe impliquant l’équipe Inserm de Pierre Savatier (U846, Dir. Colette Dehay) qui a intégré en septembre 2008 le laboratoire international associé INRA-CAS (Labiocem) créé en novembre 2005 (LIA en cours de renouvellement).

2.4 Programme franco-chinois sur la médecine traditionnelle chinoise (MTC)

Le rapprochement entre médecine occidentale et MTC a fait l’objet d’un accord de coopération entre le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes et la « State Administration of Traditional Chinese Medicine » (SATCM). Parmi les activités de coopération développées dans le cadre de cet accord, l’Inserm est impliqué dans le volet recherche clinique (protocoles, bonnes pratiques, etc.). Ce programme de collaboration a fait l’objet d’un appel d’offres en 2009, lancé par le Comite de Pilotage franco-chinois mis en place et géré par l’ANR.

 2.5 Programme franco-chinois sur les maladies infectieuses liées à la construction du P4 à Wuhan.

L’Inserm est associé au programme franco-chinois portant sur la construction d’un laboratoire de haute sécurité – P4 à Wuhan.

Au travers du P4 de Lyon Inserm-Jean-Mérieux, l’Inserm s’implique dans la formation de chercheurs et techniciens chinois, mise en place dès septembre 2006.

L’Inserm, au travers de l’Institut Thématique Multi-Organismes « Microbiologie et Maladies Infectieuse »  est par ailleurs engagé dans une réflexion sur la collaboration franco-chinoise dans le domaine des maladies infectieuses émergentes et ré-émergentes. Celle-ci s’inscrit dans le cadre d’un groupe de travail mis en place à l’issue de la dernière Commission Mixte S&T franco-chinoise qui s’est tenue à Paris en mai 2011. Ce groupe de travail a notamment pour objectif d’identifier des thèmes de coopération d’intérêt partagé dans ce domaine et de définir les modalités pratiques de cette collaboration, notamment en lien avec le P4 de Wuhan.

 Coopération de l’Inserm avec la Corée du Sud

En 2010, les laboratoires Inserm ont déclaré 16 coopérations avec des laboratoires coréens. Ce chiffre est en progression régulière sur les 10 dernières années  (aucune coopération enregistrée en 2000).

Les co-publications sont également en augmentation constante. En 2011, 35 co-publications ont été recensées, faisant de la Corée du Sud le 34ème partenaire de l’Inserm en termes de co-publications et son 4ème  partenaire asiatique, après respectivement le Japon, la Chine et Singapour .

Les domaines privilégiés de cette coopération sont: la biochimie et biologie moléculaire, la biologie cellulaire, l’immunologie et l’oncologie.

Chaque année, on compte entre 3 et 5 chercheurs d’origine coréenne dans les laboratoires Inserm.

Coopérations Institutionnelles

  1. Inserm – Institut Pasteur de Corée (IPK)

Le partenariat avec IPK a débuté par la mise à disposition de Priscille Brodin (CR1 Inserm) qui a travaillé sur le thème de la tuberculose (génomique fonctionnelle des mycobactéries et développement d’antituberculeux). Un premier accord général a ainsi été signé en décembre 2006 avec l’IPK et suivi d’un accord spécifique en Juin 2007 pour encadrer les travaux de Priscille Brodin. Ceux-ci ont notamment permis le co-développement de projets de recherche en s’appuyant sur l’utilisation de la plate-forme technologique d’IPK (Evoscreen) de criblage sur cellule à haut débit (seule plateforme au monde équipée en imagerie et installée en milieu BSL3+) et sur une importante chimiothèque (partenariat avec le Korea Research Institute of Chemical Technology).

Ce partenariat a été élargi à des industries pharmaceutiques coréennes, au biocluster de la province de GyeongGi et à Inserm-Transfert. Il a ainsi abouti à un nouvel accord signé le 28 avril 2009 entre IPK, Inserm, Inserm-Transfert et le GyeongGi Biocenter pour la maturation de projets de recherche biomédicale impliquant :

– l’utilisation des plateformes de criblage et de chimie d’IPK et du GyeongGi Biocenter.

– la validation en recherche préclinique et clinique à l’Inserm des molécules ciblées en partenariat avec des industriels

– l’implication financière et scientifique des entreprises pharmaceutiques coréennes (celles-ci souhaitant réinvestir dans l’innovation et le développement de nouvelles thérapies une partie des gains obtenus dans la fabrication de génériques.  A noter que moins de 10% des industries pharmaceutiques coréennes développent des activités de R&D).

Dans ce cadre, plusieurs coopérations en partenariat avec IPK ou IPK/GyeongGi Biocenter ont été développées par des équipes Inserm :

  • La coopération d’Anne Baron-Van-Evercooren (U975, Dir. Bernard Zalc) sur le « criblage de molécules pro-myélinisantes ». Fin 2010, elle a bénéficié d’un soutien financier de l’ITMO Technologies pour la Santé pour ce projet.
  • La coopération portée par Isabelle Tardieux, U1016 (Dir. Pierre-Olivier Couraud), sur le screening de molécules concernant des inhibiteurs et modulateurs             de Toxoplasma Gondii.
  • La coopération de Bruno Clément (Dir. U991), concernant un candidat médicament pour             le traitement du cancer (cette coopération a été accrochée à un projet ANR Emergence).

A noter également les collaborations avec IPK dans le domaine de la tuberculose/ infections respiratoires de Benoit Deprez (Dir. U761) et d’Alain Baulard, chercheur au sein de l’unité 1019 (Dir. Camille Locht).

  1. Inserm – KRIBB

Un partenariat avec le Korea Research Institute of Biotechnology and Biosciences (KRIBB) a été initié à travers un colloque franco-coréen (juin 2006) et la signature d’un accord de coopération (septembre 2006). L’objectif était de favoriser la mise en place de projets collaboratifs utilisant les plateformes de transcriptomique et protéomique du KRIBB.

On peut signaler la coopération de Bruno Clément avec le KRIBB Daejon et KNIH Centre for Genome Science Séoul, initiée il y a 8 ans, portant sur le métabolisme du foie et vieillissement. Elle a été soutenue par le Programme Hubert Curien « STAR » et est entrée dans le cadre du programme européen KORANET.

  1. Inserm – KAIST

Le KAIST a manifesté ces dernières années une volonté de se rapprocher de l’Inserm pour établir un partenariat dans le domaine des neurosciences.

Trois collaborations sont enregistrées en 2010 avec le KAIST dans le domaine des neurosciences : celles Alain Prochiantz (Dir. U1050), de Philippe Lory (U661, Dir. Joël Bockaert) et de Christophe Arnoult (U836 Dir.  Claude Feuerstein).

Nouvelles perspectives de coopération

Suite à une visite récente de représentants de la Direction générale de l’Inserm, des accords de coopération avec l’Université de Corée (Korean University) et le KRICT (Korean Research Institute of Chemical Technology) sont en cours de discussion. Ils portent sur de nouvelles modalités de coopération internationales développées par l’Inserm et qui prévoient:

– l’organisation, sur une base réciproque, de visites exploratoires de 1 à 2 semaines destinées à jeunes chercheurs brillants (lauréats ATIP/Avenir et ERC côté français) pour découvrir le paysage de la recherche en sciences de la vie et de la santé de part et d’autre et nouer des premiers contacts;

– le soutien par des échanges de Post-doctorants aux collaborations scientifiques émergentes, résultant de ces visites exploratoires;

– l’organisation de séminaires scientifiques thématiques restreints, permettant d’explorer des axes de coopération à développer dans des domaines d’intérêt partagés.

 Ces accords pourraient être signé courant de l’année 2012.

 Coopération de l’Inserm avec le Japon

Les collaborations entre l’Inserm et le Japon revêtent différentes formes:

  1.  1.    Coopérations bilatérales des laboratoires Inserm avec des partenaires japonais et co-publications:

Avec 173 coopérations déclarées par des équipes Inserm en 2010, le Japon est le premier partenaire de l’Inserm en Asie (graphe) et se situe au 10ème rang des pays partenaires de l’Inserm à l’international en incluant les pays de l’Union Européenne.

 

Les coopérations avec le Japon se concentrent pour une grande part dans le domaine des neurosciences; l’immunologie est également un domaine de coopération privilégié.

En termes de co-publications, 147 publications communes Inserm-Japon ont été recensées en 2011, ce qui représente près de 2% des publications de l’Inserm avec un partenaire étranger et place le Japon au 13ème rang des partenaires de co-publication de l’Inserm.

 1.    Accueil de chercheurs japonais dans les laboratoires Inserm et chercheurs Inserm au Japon

L’Inserm accueille environ une vingtaine de chercheurs japonais par an pour des séjours de moyenne ou longue durée au sein de ses laboratoires.

 Accueil de chercheurs étrangers 2010 – 23 premières nationalités

 

Par ailleurs, 3 chercheurs statutaires Inserm sont actuellement en poste au Japon :

M. H. Le Mouellic (CR1) au sein du Laboratory for stem cell biology du Riken

Mme F. Hullin-Matsuda (CR1) et M. Toshihide Kobayashi (DR2) au sein  du Lipid Biology Laboratory du Riken.

 Accord de coopération institutionnel

 Un accord dans le domaine des sciences de la vie et de la santé entre la « Japan Society for the Promotion of Sciences » (JSPS) et l’Inserm a été signé en 1974.

Depuis sa renégociation en 1992, cet accord a permis le financement (mobilité et séjours de courte durée, inférieure à 3 mois) de plus de 90 projets conjoints de recherche de 2 ans.

A l’instar des accords de coopération en discussion avec des partenaires coréens, cet accord avec la JSPS est en cours de révision pour intégrer de nouvelles modalités reposant sur:

– l’organisation, sur une base réciproque, de visites exploratoires de 1 à 2 semaines destinées à jeunes chercheurs brillants (lauréats ATIP/Avenir et ERC côté français) pour découvrir le paysage de la recherche en sciences de la vie et de la santé de part et d’autre et nouer des premiers contacts;

– le soutien par des échanges de Post-doctorants aux collaborations scientifiques émergentes, résultant de ces visites exploratoires;

– l’organisation de séminaires scientifiques thématiques restreints, permettant d’explorer des axes de coopération à développer dans des domaines d’intérêt partagés.

Une approche similaire est également en discussion entre l’Inserm et le Riken.

 Coopération dans le domaine de l’immunologie

Dans le but de renforcer les collaborations entre les communautés d’immunologistes japonaise et française, un partenariat a été mis en place avec le Riken Center for Immunology and Allergology (RCAI) à Yokohama.

La mission première du RCAI est d’élucider es mécanismes de régulation du système immunitaire. Le principe de création du RCAI s’est inspiré de la philosophie des autres centres du Riken : programmes ambitieux de 5 ans, moyens financiers importants, moyens humains et technologiques conséquents, excellence reconnue des groupes dirigés par des chercheurs seniors, autonomie des jeunes équipes, etc. L’objectif final de cet institut est de développer de nouvelles approches thérapeutiques contre les allergies communes, les maladies auto-immunes et le cancer. Des programmes stratégiques en collaboration avec des organismes extérieurs complètent ce dispositif avec une finalité clinique (essais cliniques et pré-cliniques) ou appliquée (développement de nouvelles plate-formes technologiques) dans le but de favoriser la recherche translationnelle.

Des missions prospectives ont été organisées en 2005 et 2006 avec Marc Bonneville, James DiSanto et Bernard Malissen (membre du comité d’évaluation du RCAI). Elles ont donné lieu à la réalisation d’un premier workshop organisé par l’Inserm en France en mars 2008. Le workshop retour a été organisé en août 2010 au RCAI de Yokohama, suite à l’International Congress of Immunology (ICI) de Kyoto.

Une Convention de collaboration entre l’Inserm et le RIKEN-RCAI est à l’étude.

  1. Colloque cancer

Suite à la mission du Président directeur général de l’Inserm au Japon en juillet 2010, il a été décidé d’organiser avec l’Ambassade de France au Japon un colloque dans le domaine du cancer entre l’Inserm et National Cancer Center. Ce dernier s’est tenu le 31 octobre et 1er novembre 2011 à Tokyo. Le cancer, première cause de mortalité au Japon, est en effet une priorité du gouvernement japonais.

A noter qu’un Groupement de Recherche International (GDRI) franco-japonais, piloté côté français par le CNRS est en cours dans le domaine du cancer, qui implique également l’Inserm.

  1. Partenariat en recherche clinique

Un partenariat a été mis en place entre l’Inserm, l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris et l’Université de Kyoto (Translational Research Center – TRC) dans le domaine de la recherche clinique pour favoriser les échanges de « savoir-faire » dans le domaine de la recherche translationnelle (réalisation d’ateliers bilatéraux sur ce sujet) et initier des projets collaboratifs de développement clinique. A ce jour, aucun projet collaboratif n’a été mis en œuvre dans ce cadre.

  1. Laboratoire International Associé Inserm-Riken

Un laboratoire international associé (LIA) associant l’équipe Inserm U870 (Directeur Hubert Vidal, Lyon) et une équipe du Riken (Lipidomic Unit) a été mis en place en 2005. Ce LIA (Inserm-Riken Lipidomic Unit – IRLU) a été créé sur la base de la complémentarité entre d’une part l’expertise sur la biologie des membranes et les équipements d’analyse du Riken et d’autre part l’expertise en métabolisme humain et l’accès aux patients de l’équipe Inserm pour mieux comprendre les bases moléculaires du syndrome métabolique. Ce LIA a pris fin en décembre 2010.

  1. Unité Inserm au Japon

L’unité Inserm U852 implantée à l’Université de Kyoto sous la direction de Fumihiko Matsuda au sein de la « Graduate School of Medicine » de l’Université de Kyoto a été créée en 2007 et a pris fin en décembre 2010. Les travaux de l’unité portaient sur l’approche trans-ethnique des études de génomique fonctionnelle.

  1. Programmes « Frontières de la Science » et « Frontières de l’ingénierie » franco-japonais

Le programme « Frontières de la Sciences » qui s’inspire d’expériences similaires conduites par la JSPS avec les Etats-Unis (Académie Nationale des Sciences) et avec la Fondation Humboldt, a pour objectif d’engager les jeunes chercheurs d’excellence dans un dialogue interdisciplinaire. Ce dialogue a lieu dans le cadre de symposiums organisés chaque année alternativement en France et au Japon, durant lesquels sont réunis quatre-vingt jeunes chercheurs français et japonais. Cinq réunions franco-japonaises ont déjà eu lieu entre 2007 et 2011 avec la participation constante de chercheurs de l’Inserm.

Un programme « Frontières de l’ingénierie » a été mis en place avec la Japan Science and Technology Agency piloté par le CEA côté français. La première conférence dans ce cadre a eu lieu à Grenoble en octobre 2010. La seconde se tiendra au Japon en octobre 2011.

Coopération de l’Inserm avec Singapour

Quinze coopérations ont été enregistrées en 2010 entre des laboratoires Inserm et des laboratoires singapouriens. En nombre de coopérations, Singapour se situe au 6ème rang des partenaires de l’Inserm en Asie, sensiblement au même niveau que Taiwan (18 coopérations) et la Corée du Sud (16 coopérations)

On enregistre une progression sensible du nombre de coopérations (une seule coopération en 2000) et surtout des co-publications (49 co-publications en 2011 contre seulement 13 en 2007), ce qui place Singapour au 30ème rang des partenaire de co-publication de l’Inserm.

Les domaines de collaboration les plus représentés sont: la biochimie/biologie moléculaire, l’oncologie, la biologie cellulaire et l’immunologie.

Le nombre de chercheurs d’origine singapourienne accueillis dans les laboratoires Inserm est assez faible (de 0 à 5 chaque année). En 2010, on compte parmi les chercheurs étrangers accueillis dans les laboratoires Inserm deux chercheurs d’origine singapourienne (U769 dirigée par R. Fischmeister).

Coopération en immunologie

Un axe fort s’est développé entre la France et Singapour dans le domaine de l’immunologie marqué par la présence à la tête du Singapore Immunology Network (SIgN) à Biopolis[1] du Professeur Philippe Kourilsky (organisation/réorganisation de la recherche en immunologie – projet qui bénéficie d’un financement de €80 millions sur 5 ans)

Jean-Pierre Abastado, chercheur CNRS et ancien directeur de recherche à l’Institut Cochin, a également rejoint le SIgN en 2006 ainsi que Laurent Rénia (DR Inserm) depuis 2007.

Par ailleurs, un laboratoire international associé (LIA) sur l’immunothérapie du paludisme a été signé en mai 2009 impliquant le groupe de Laurent Rénia et l’unité Inserm U945 dirigée par Dominique Mazier. Laurent Rénia et Georges Snounou (chercheur au sein de l’U945) sont les chercheurs les plus productifs en termes de co-publications entre la France et Singapour.

Enfin, un symposium franco-singapourien en immunologie organisé par le SIgN s’est tenu en mai 2007. La délégation française était emmenée par Marc Bonneville (U892, Dir. Jacques Le Pendu).

 Perspectives de coopération

Suite à une mission du Président directeur général de l’Inserm à Singapour en mai 2011, il a été décidé d’approfondir la collaboration avec l’agence A*Star  (Agency for Science, Technology and Research) qui pourrait prendre la forme suivante: organisation de séminaires bilatéraux sur des thèmes d’intérêt commun, possibilités de mettre en place des séjours exploratoires à destination de jeunes chercheurs brillants.

Philippe Arhets, docteur en biologie moléculaire et cellulaire, est directeur des Relations Internationales à l’INSERM.

[1] On compte à Biopolis 2000 chercheurs appartenant à 26 nationalités (environ 50 français)

 

Pour citer ce billet : ARHETS, Philippe, «Les partenariats de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale en Asie et dans le Pacifique », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 21 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/914]

Eric Benefice, Régine Lefait-Robin, Jean-Pascal Torreton, Jean-Paul Toutain : L’IRD, agir avec le Sud

Contexte

La région « Asie du Sud et du Sud- Est » est la plus peuplée des cinq régions où intervient l’IRD. Il existe une grande disparité démographique et économique entre les pays. Les activités de l’IRD, dont la mission est de promouvoir le développement par la Recherche, contribuent à réduire la fracture entre les pays émergents et ceux les moins avancés où il devient crucial de former une communauté scientifique au niveau international afin de leur permettre de relever les nouveaux défis du développement. Les Pays les moins avancés (Laos, Cambodge, Timor oriental, Birmanie) réclament une attention particulière. Les pays fondateurs de l’ASEAN, qui font désormais partie du groupe des pays émergents, souhaitent poursuivre leur développement tout en renforçant leur coopération régionale au sein de l’ASEAN. Ils jouent un rôle très actif, d’interface entre les grandes puissances asiatiques (Chine, Japon, Corée).

L’Asie du Sud-Est, comme plus largement l’Extrême-Orient (Asie du Sud et Asie Orientale), connaît depuis quelques décennies un processus d’urbanisation accéléré, plus récemment activé par la mondialisation économique et par la place prépondérante qu’occupe désormais l’Asie dans la « révolution des échanges » associée aux nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Les métropoles telles que Bangkok, Jakarta, Singapour, Manille et bientôt Ho Chi Minh Ville et Hanoï, sont des moteurs de la croissance à l’échelle nationale, mais aussi à l’échelle régionale tandis que d’autres villes, secondaires, revendiquent de plus en plus un statut de pôle régional (Chiangmai, Danang, Surabaya).

La Recherche menée par ces pays est essentiellement appliquée, en lien avec les besoins de la société et du secteur privé. La demande de formation est importante, dans les domaines de la santé, de l’agroforesterie, des sciences des matériaux, des transports et du tourisme. Cette demande s’exprime aussi bien dans les pays les moins avancés tels que le Laos, le Cambodge ou le Timor Oriental que dans les pays considérés comme émergents ou en cours d’émergence (Thaïlande, Vietnam, Malaisie). Ces derniers, notamment la Thaïlande et le Vietnam, ont mis en place des plans ambitieux pour promouvoir les sciences, la technologie et l’innovation. L’Indonésie est en retrait sur ce point, n’arrivant pas à mobiliser une fraction suffisante de son GDP pour ses activités de recherche-et d’innovation.

Caractéristiques et principaux problèmes scientifiques et sociétaux

–           Vulnérabilité liée à la forte densité de population et à l’importance des risques naturels et anthropiques largement illustrée par les catastrophes de 2004 (Tsunami post-sismique), 2010 (éruption du Mérapi) et les épidémies de SARS puis H5NI, H1NI et de Chikungunya,

–           contrastes importants entre les plaines et les montagnes, en termes de sociétés et d’environnement,

–           archipel équatorial avec la plus grande diversité de récifs coralliens et de mangroves,

–           rapidité de la croissance économique conduisant à des changements d’utilisation des terres : déforestation ou afforestation, conversion de systèmes agricoles de subsistance en systèmes commerciaux, et processus d’urbanisation,

–           risque accru de perte des patrimoines locaux lié à l’urbanisation galopante et aux déplacements contraints des minorités,

–           fortes pressions anthropiques sur les écosystèmes côtiers avec une incidence sur la dynamique des milieux (érosion côtière, dégradation des écosystèmes et des ressources).

–           « hot spot » des maladies émergentes et des zoonoses,

–           nombre élevé de barrages hydroélectriques prévus dans le monde avec une concurrence sévère pour les ressources en eau, et des risques élevés de maladies d’origine hydrique (pollution du Mékong),

–           intensification du tourisme et ses impacts socio-économiques, écologiques et médicaux,

–           ouverture de nombreux corridors économiques.

Changements radicaux intervenus dans cette région du monde

–           Crise financière asiatique, 1997

–           Chute de la dictature indonésienne en 1998

–           Entrée de la Chine dans l’OMC, 2001

–           Indépendance de Timor Oriental, 2002

–           Le Tsunami de 2004 et ses conséquences économiques

–           Entrée du Vietnam dans l’OMC, 2007

–           Entrée dans l’ASEAN du Laos et de la Birmanie en 1997, du Cambodge en 1999

–           Avancées de la démocratie en Indonésie et plus récemment en Birmanie avec la libération d’Aung San Suu Kyi (mars 2012).

Forces et faiblesses de la recherche française dans cette aire culturelle

Forces

Faiblesses

1) Expertise multidisciplinaire disponible et adaptée aux nouveaux champs de recherche2) Diversité des outils et ancienneté du partenariat3) Présence d’Unités de recherche mixtes internationales (UMI)  et mise en place de programmes structurants : Laboratoires mixtes internationaux (LMI) en réseau et programme pilote régional (PPR) doté.4) Brevets en cours de maturation. 1) Mutualisation des moyens et des activités encore insuffisante entre les opérateurs français2) Une Agence inter-établissements de Recherche pour le Développement (AIRD), non dotée3) Difficulté de promotion de la francophonie dans la région

Opportunités

Menaces

1) Grande disparité des pays et présence de pays émergents appelant à la coopération régionale2) Augmentation des budgets pour la recherche et l’innovation dans les pays émergents3) Etudes d’impact sur l’urbanisation accélérée4) Renforcement des partenariats face aux catastrophes naturelles, au Nord comme au Sud 1) Absence de statut du chercheur dans plusieurs pays de la région.2) Expertise dispersée et processus de décision lent et complexe

Nouvelles thématiques et axes de recherche émergents

L’IRD intervient actuellement en Asie sur une grande diversité de thématiques qui couvriront vraisemblablement diverses opportunités :

–           Dans le domaine de l’Environnement : changements climatiques, risques naturels et anthropiques, gestion durable, océanographie côtière, couplages océan-atmosphère, impact des systèmes de culture sur la qualité de l’environnement, aide à la décision environnementale, microbiologie des sols, services écosystémiques, ichtyodiversité et conservation

–           En Santé : lutte contre les maladies infectieuses et notamment les maladies émergentes, amélioration des politiques de vaccination, lutte contre la malnutrition, contre la mortalité importante liée aux accidents de la voie publique, contre les cancers liés aux agents infectieux, développement de la bioinformatique

–           Dans la promotion des Ressources : biotechnologies, et notamment leurs applications à la connaissance et l’amélioration des performances du riz, de l’hévéa et autres plantes cultivées, aquaculture durable, sciences et technologies de l’information, et plus particulièrement leur application transversale à la modélisation des systèmes complexes dans des domaines variés (agriculture, urbanisme, environnement, catastrophes naturelles, épidémiologie, etc.),

Dans la préservation des patrimoines et les sujets de Société : Politiques publiques de lutte contre la pauvreté, et notamment enjeux et contraintes de la transition économique, Patrimoines locaux, sédentarité et migrations.

Le Programme Pilote régional (PPR) SELTAR rassemble autour d’une thématique commune « diagnostic et prévention des risques », 12 pays de la Région, 34 Unités Mixtes de Recherche, 150 chercheurs et étudiants d’Europe et d’Asie, 95 universités et Institutions de la zone Asie du Sud et du Sud-Est.

Mesures qui permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française, dans cette aire culturelle

–           amélioration des modalités de la  la mutualisation des moyens et de la complémentarité des expertises ,

–         pérennisation de réseaux efficaces par une promotion de la francophonie tout en respectant la langue de travail officielle des pays de l’ASEAN,

–           accroissement du nombre de missions de longue durée,

–           développement des partenariats public-privés,

–           encouragement aux formations universitaires co-diplômantes.

–          dotation de l’Agence Inter-établissements de Recherche pour le Développement afin de promouvoir la recherche de qualité par des Appels d’Offre construits conjointement avec les Agences Asiatiques.

–           renforcement de la coopération régionale avec une implication croissante de l’ASEAN.

Références

-IRD 2012. Déclinaison du Plan stratégique « l’IRD demain » dans la Région Asie du Sud-Est

-IRD, 2012. Soils, Waters, Coastal Zones and Societies facing Risks in Southern and southeast Asia – SELTAR

-IRD 2011. Contrat d’objectifs de l’IRD, Etat-IRD, 2011-2015

-IRASEC, 2012. L’Asie du Sud-Est 2012

Contributeurs

Eric BENEFICE, Représentant IRD Laos/Cambodge

Régine LEFAIT-ROBIN, Représentante IRD Thaïlande, Coordinatrice régionale ASIE

Jean-Pascal TORRETON, Directeur de recherche IRD Vietnam, Institute of Biotechnology (Vietnam Academy of Science and Technology)

Jean-Paul TOUTAIN, représentant IRD/Timor Oriental

 

Pour citer ce billet : BENEFICE Eric, LEFAIT-ROBIN Régine, TORRETON Jean-Pascal, TOUTAIN Jean-Paul, « L’IRD, agir avec le Sud », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 21 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/911]

Christian Hoste : Les défis du secteur agricole

INTRODUCTION

La région Asie-Pacifique héberge 57% de la population mondiale et 73% de la population agricole mondiale sur seulement 1/3 des terres agricoles. Elle produit toutefois 90% de la production mondiale de riz, 40% de la production de céréales et 40% de la production de viande et représente 70% du marché mondial des légumes et 80% de celui de l’aquaculture. Malgré ces performances, 63% de la population mondiale vivant sous le seuil de pauvreté et souffrant de la famine se trouve encore dans la région. Les défis posés au secteur agricole sont donc immenses et des réponses urgentes doivent y être apportées.

PRINCIPAUX CHANGEMENTS INTERVENUS DANS LA RÉGION

Les principaux changements intervenus dans la région sont :

  • Une insécurité alimentaire et nutritionnelle croissante

Conséquence d’une densité de population très élevée et de la présence de 642 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté !

  • L’impact de la crise économique mondiale et l’instabilité des marchés

Les produits alimentaires domestiques ont subi en Asie une inflation moyenne entre 10 et 20% (cf. Vietnam) en 2011. D’après la Banque Asiatique de Développement (ADB, 2011), une augmentation de 10% des prix alimentaires entraîne 64 millions de personnes de plus dans l’extrême pauvreté dans les pays d’Asie en développement (3,3 milliards d’habitants).

  • Une croissance rapide de l’urbanisation

En 2050, 63% de la population de la région vivra dans des zones urbaines ! Ce phénomène et l’émergence d’une classe « moyenne » de population entrainent des changements de mode de vie, la recherche de produits de bonne qualité sanitaire et l’apparition de régimes alimentaires différents et plus diversifiés, eux-mêmes favorisés par l’apparition de grandes chaînes de distribution de produits alimentaires.

  • Le changement climatique

L’apparition d’événements extrêmes plus fréquents et plus intenses entraîne une augmentation des risques sanitaires (maladies émergentes, zoonoses, etc.), une forte pression sur la biodiversité (selon PACE-NET, 2012, la Papouasie Nouvelle Guinée possède 5% de la biodiversité mondiale sur moins de 1% de l’ensemble des terres !) et une vulnérabilité plus grande pour les populations (tremblements de terre, inondations, tsunamis, etc.). En 2011, 42% des catastrophes naturelles au niveau mondial ont eu lieu en Asie, 90% du total des pertes humaines et 73% du total des personnes affectées proviennent de cette région. Enfin, beaucoup d’îles et de régions côtières de la zone sont situées à moins de 10 mètres au-dessus du niveau des océans et les derniers rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) font état d’une élévation du niveau des océans en 2100 entre 18 et 60 cm, menaçant les bassins rizicoles que sont les deltas des grands fleuves asiatiques.

  • Une pression foncière croissante sur les terres disponibles et une compétition entre production alimentaire, production de fourrages et production d’énergie

Les conséquences en sont une dégradation rapide des sols (érosion, perte de fertilité), la déforestation, la conversion de terres agricoles en zones industrielles ou en grandes plantations (palmiers à huile, hévéa) et une compétition très forte sur les ressources en eau agricole.

FORCES ET FAIBLESSES DE LA RECHERCHE AGRICOLE FRANÇAISE

Les principaux acteurs français de la recherche agricole en Asie sont le CIRAD (Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement) et l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement). L’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) collabore principalement avec les pays émergents (Chine et Inde) et de l’OCDE (Australie, Nouvelle Zélande, Japon) de la région.

Le CIRAD et l’IRD ont chacun une cinquantaine de chercheurs affectés en Asie, régions qui bénéficient également chaque année de 1 200 à 1 500 jours de missions et services d’appuis de chacun de ces deux organismes.

FORCES                                                      

  • Une approche régionale en partenariat ;
  • Une approche multidisciplinaire ;
  • Un large éventail de conditions sociales, économiques et environnementales étudiées ;
  • Une renommée mondiale de R&D en agronomie tropicale et notamment sur la question des risques sanitaires (maladies émergentes et zoonoses), enjeu majeur dans la région ;
  • Un partenariat ancien et des relations de confiance ;

 FAIBLESSES

  • Des ressources humaines insuffisantes pour traiter des problèmes à grande échelle ;
  • Un manque de compétences sur les questions socio-économiques et d’urbanisation ;
  • Un accès trop faible aux grands financements internationaux sur la région ;

OPPORTUNITÉS

  • La mobilisation d’équipes de recherche de certains pays qui peuvent s’autofinancer (Brunei, Malaisie, Singapour, etc.) ;
  • Les possibilités de coopérations européennes et de partenariats avec les pays de l’OCDE de la région comme l’Australie, la Nouvelle Zélande ou le Japon ;
  • La mise en place de programmes pilotes et de dispositifs régionaux de recherche et d’enseignement en partenariat ;

RISQUES

  • La possible réticence de certains pays, d’organismes de recherche ou d’universités de la région à collaborer entre eux ;
  • Une offre souvent plus compétitive et attractive des autres coopérations sous-régionales et internationales ;

Source : d’après l’IRD, 2012.

THÉMATIQUES ET AXES DE RECHERCHE ÉMERGENTS

L’Association Asie-Pacifique des institutions de recherche agricole (APAARI, 2009) a identifié trois grands axes de recherche au niveau régional, tout en reconnaissant que les actions et les priorités peuvent varier en fonction des sous-régions (Asie du Sud, Asie du Sud-Est et Pacifique) :

  • Augmenter la productivité, notamment pour les produits de base et ceux qui favorisent la diversification des revenus agricoles, en mobilisant les sciences et technologies ;
  • Encourager la création et améliorer la gestion des filières (infrastructures et accès aux marchés pour les producteurs ; réseaux/partenariats publics-privés, identification de marchés de niche, etc.) ;
  • Accroître la résilience dans deux domaines : le changement climatique et les chocs économiques.

L’APAARI a également identifié trois thèmes qui s’appliquent à chacun de ces trois axes : la bonne gouvernance, le rôle des femmes et la formation.

Ces priorités de recherche ont été confirmées par la 13ème conférence régionale de la FAO pour l’Asie et le Pacifique (FAO, 2010) qui a identifié 5 priorités stratégiques pour assurer la sécurité alimentaire de la région.

Du côté français, l’IRD met en place un Programme Pilote Régional (PPR) dénommé SELTAR qui couvre principalement le sous-continent Indien, l’Asie du Sud-Est continentale et les archipels d’Asie du Sud-Est. Plusieurs axes de recherche sont identifiés pour chacune de ces régions avec un axe transversal commun sur : « Prévisions, évaluations et mitigations des risques en Asie » (IRD, 2012). Les axes de recherche du CIRAD dans la région sont :

  1. la lutte contre la pauvreté et les inégalités ;
  2. le changement climatique et la pression sur les ressources ;
  3. la conservation de la biodiversité ;
  4. la lutte contre les maladies émergentes.

Dans le cadre de sa nouvelle stratégie, le CIRAD concentre ses forces dans des dispositifs de recherche et d’enseignement en partenariat (DP) dont quatre en Asie, les deux derniers étant conduits en association avec l’IRD :

  1. l’agriculture de conservation (CANSEA) ;
  2. les liens entre agriculture et marchés des villes (MALICA) ;
  3. la gestion des risques émergents (GREASE) ;
  4. une plateforme de recherche sur l’hévéa (HRPP) (CIRAD, 2012).

COMMENT AMÉLIORER ET ACCROÎTRE LA PRÉSENCE DE LA RECHERCHE FRANÇAISE

Cet objectif ne pourra être atteint que si des changements interviennent à différents niveaux :

  • En termes de géopolitique. La France qui a donné depuis de nombreuses années la priorité à l’Afrique et à la Méditerranée devrait reconsidérer ce choix au regard des enjeux (et risques qui leur sont liés) que présentent les régions d’Asie et du Pacifique, tant sur le plan économique (marchés d’avenir gigantesques) qu’humain (sécurité alimentaire et qualité nutritionnelle) et scientifique (la Chine sera dans le « top 10 » des publications scientifiques en sciences agricoles et environnementales dans les 3 prochaines années).
  • En termes de stratégie scientifique. Les frontières entre compétition et partenariat sont remises en question par l’émergence de grands programmes mondiaux (par ex. les programmes du Groupe Consultatif pour la Recherche Agricole Internationale – CGIAR ; l’Initiative internationale de recherche sur l’amélioration du blé – INRA), d’alliances mondiales (par ex. Global Research Alliance on agriculture greenhouse gases – GRA), de consortia (par ex. l’International Wheat Genome Sequencing Consortium), etc. Il est donc indispensable que les grands organismes de recherche (CIRAD, CNRS, IFREMER, INRA, INRIA, INSERM, IRD, IRSTEA, etc…) et les universités s’informent mutuellement de leurs programmes de coopération internationale pour développer des synergies et mieux participer à la conception, l’exécution et la gouvernance de ces diverses initiatives mondiales dans lesquelles on trouve de nombreux acteurs d’Asie et du Pacifique. L’ampleur et la complexité des enjeux plaident également pour une approche européenne plutôt que nationale. La création d’une maison européenne de la science et de l’innovation en Inde coordonnée par la France est une piste intéressante à explorer et à développer.
  • En termes d’offre et d’opérateur. Le système français demeure très fractionné (nombreux acteurs ; offres dissociées de recherche et de formation ; programmes et acteurs sur le terrain insuffisamment coordonnés) et est donc complexe, peu lisible et peu attractif. La création de l’AIRD (Agence inter-établissements de recherche pour le développement) en 2006 et d’Agreenium en 2009 pour développer une offre consolidée recherche – formation – développement en agrosciences et la promouvoir à l’international sont un début de réponse aux attentes des partenaires.
  • En termes de moyens. La France est le seul pays de l’OCDE qui maintient une politique active d’expatriation de chercheurs au sein des structures partenariales nationales. Cette présence au quotidien et sur le long terme, appuyée par de très nombreuses missions, est un atout incontestable pour une meilleure connaissance des enjeux et questions de recherche qui se posent dans les différents pays et pour le rayonnement de la recherche française. Elle a toutefois un coût financier important que les agences françaises (ANR, AFD, AIRD) prennent insuffisamment en compte. De même, les critères d’évaluation de l’AERES ne reconnaissent pas suffisamment les spécificités de « la recherche pour le développement » et rendent de plus en plus difficile le recrutement et la mobilité des jeunes chercheurs dans les pays en développement.

Le 21 juin 2012

Christian Hoste est Directeur adjoint et directeur des relations internationales d’Agreenium (CIRAD). Agreenium est un établissement public de coopération scientifique (EPCS). Il a été fondé par deux instituts de recherche, le CIRAD et l’INRA, ainsi que par quatre écoles : AgroParisTech, SupAgro, AgroCampus Ouest et l’école nationale de vétérinaire de Toulouse.


Contact : christian.hoste@agreenium.org

Références

APAARI, 2009. Expert Consultation on Agricultural Research for Development in Asia and the Pacific – the Way Ahead, 30-31 October 2009, Bangkok, Thailand.

ADB, 2011.Global Food Price Inflation and Developing Asia. Mandaluyong City, Philippines: Asian Development Bank.

CIRAD, 2012. Le CIRAD en Indonésie et en Asie du Sud-Est. Jakarta, Indonésie.

FAO, 2010. FAO Regional Priority Framework for Asia and the Pacific (2010-2019): Towards Food Security in the Region. FAO, Rome.

IRD, 2012. Soils, Waters, Coastal Zones and Societies Facing Risks in Southern and Southeast Asia – SELTAR. Ird,

PACE-NET, 2012. Pacific Europe Network for Science and Technology. Press release. Noumea, 10 April 2012.

Remerciements

Bernard Charpentier (CGAAER) ; Jean-Charles Maillard et Gilles Saint-Martin (CIRAD/Agreenium) ; Sloan Saletes (CIRAD) ; Clotilde Fournier (MAA/DGER) et Christian Valentin (IRD).

 

Pour citer ce billet : HOSTE, Christian, « Les défis du secteur agricole », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/361]