Archives par étiquette : Interdisciplinarité

Bernard Chenevier : Interactions Sciences – Technologies et Société entre France et Japon, une ressource pour l’amélioration de la compétitivité

Participer à l’immense challenge que constitue la compréhension mutuelle entre les peuples et en particulier à celui de l’appropriation sans frontière, des progrès de la Science et de la Technologie est sans conteste l’une des missions majeures du CNRS et au-delà une question de luttes contre des climats anxiogènes, de tranquillité, et au bout du compte sans doute de pérennisation de la paix.

Dans le cadre France / Japon – le concept est extensible plus largement – il est possible de formuler quelques propositions de renforcement / développement d’interactions « Sciences et Société  » destinés à favoriser une approche interdisciplinaire, à accroitre les échanges de personnes, à améliorer les performances industrielles compétitives du pays. L’objectif ultime : contribuer/stimuler une croissance économique plus raisonnée, focalisée sur la compréhension mutuelle et le bien-être social.

I – Recherches que l’on mène et / ou qu’il faudrait mener avec l’Asie – les moyens de la mise en œuvre

La guerre des cerveaux a lieu essentiellement aujourd’hui dans quatre domaines : Nanotechnologies, Biotechnologies, technologies de l’Information et sciences Cognitives (NBIC) – cf Stéphane Marchand dans « La ruée vers l’intelligence – Enquête vers les nouvelles puissances du savoir, Fayard 2012).

Les Etats-Unis, coupes budgétaires ou non, restent toujours leader mondial dans le domaine de la science, de la recherche et de l’innovation. Ce n’est pas seulement une affaire de budget, les Etats-Unis consacrent 2,7 % de leur PIB à la recherche, l’Europe 1,9% mais sont devancés par l’Asie avec la Corée du Sud (3,47%) et le Japon . C’est un état d’esprit : la science est aux USA un projet national, une composante identitaire.

Le choix de l’investissement des efforts vers l’Asie et le Japon en particulier – Technologies de rupture, innovation

Le choix de l’Asie et plus spécifiquement du Japon comme cible d’investissement peut être sujet à questionnement à une période où le Japon apparaît comme une société encore en mutation au plan industriel et sociétal celle-ci ayant pris naissance à la fin des années 80 avec l’éclatement de la bulle immobilière. Si le pays n’a plus connu de taux croissance régulier supérieur à 5% comme ceux qui le faisaient jalouser par l’ensemble des pays occidentaux déjà en mal de croissance forte, son taux d’investissement en recherche et développement reste l’un des plus élevés au monde. D’après l’OCDE il a consacré en 2007 par exemple 3,44% de son PIB. En 2008 3,8% et le gouvernement Minshutô a décidé de dépasser la barre des 4% en 2020. Il devance la Corée du Sud (3,47%), les États-Unis (2,7%), l’Allemagne (2,54%) et la France (2,08%). Et l’innovation technologique, en particulier celle qui touche à l’infiniment petit y possède une dimension culturelle. Le Japon est donc en Asie celui qui est actuellement le plus impliqué et avancé en terme de NBIC.

D’autres aspects tirés plutôt du registre de l’organisation des structures de management de la recherche témoignent de similarités entre France et Japon qui permettent d’envisager une mise en œuvre rapide de moyens de collaborations. Les déploiements de nouveaux centres sous forme de cluster comme ceux des États-Unis à San Diego ou Boston et plus spécifiquement du Japon comme le TIA (Tsukuba Innovation Arena) et l’OIST (Okinawa Institute of Science and Technology) d’Okinawa prônant outre l’absence de cloisons disciplinaires, la création de clusters de R&D en étroite symbiose avec la recherche académique et le milieu high-tech des start-ups sont directement en lien avec le modèle de cluster français comme MINATEC et plus largement GIANT sur le site de Grenoble. Il convient donc d’examiner les possibilités d’interactions renforcées sur les lieux à modes de gestion France-Japon corrélés.

Compétitivité « hors coût » et structurelle. Les pôles de compétitivité sont expressément cités dans la 6ème proposition du récent rapport Gallois comme des outils de développement et de renforcement de la compétitivité industrielle de la France, qu’il faut préserver et conforter dans la durée. Le maillage du territoire français en termes de Pôles de Compétitivité se consolide d’année en année. Qu’en est-il de celui du Japon ?

Le travail de fond à mener, décrit ci-dessus sur les échanges relève de compétitivité long terme ou structurelle et doit s’appuyer pour afficher des gains clairs, sur les outils existants et puissants répartis entre France et Japon. Un appui en trépied essentiellement basé sur le bureau CNRS au Japon, la JSPS et le Réseau Asie-Imasie me paraît tout à fait pertinent :

            Bureau du CNRS au Japon – au-delà de ses missions récurrentes de médiateur institutionnel entre le CNRS – et plus généralement de la recherche française – et les institutions de recherche    japonaises, sud-coréennes et taïwanaises, il doit :

            — participer aux renforcements des échanges en animant les axes où les liens France – Japon peuvent être les plus fructueux et porteurs de retours sous forme de contrats. Initier et développer les relations entre les laboratoires CNRS et les universités et instituts de recherche en Asie du Nord. Soutenir la mise en application des actions de coopération initiées par le CNRS avec ses partenaires étrangers, en veillant particulièrement au respect des règles de propriété intellectuelle ;

            — être l’articulation entre JSPS, Réseau Asie-Imasie et chercheurs / enseignants

            — recevoir les chercheurs français en mission au Japon et se servir de toute information pour mettre au point une base de données des personnels CNRS / universités effectuant des séjours longue durée dans des centres de recherche ou de compagnies développant des activités à forte valeur ajoutée.

            La constitution de la base relève en effet typiquement de la notion de réseautage si importante dans la culture du Japon et sur laquelle il a basé son essor économique. En effet une connaissance approfondie des personnels en poste dans la durée dans les structures universitaires de recherche et industrielles sera un atout essentiel. La problématique d’une base de données de ce type est une vaste question en termes de définition des périmètres, de sa constante actualisation :   l’enjeu est néanmoins d’importance pour disposer d’un réseau de connections et de points de référence pour le montage de projets, le réseautage qui a de tout temps été l’un des piliers sur lequel s’est appuyée la croissance du Japon.

            Réseau Asie-Imasie (http://www.reseau-asie.com)

Le réseau Asie-Imasie de par ces objectifs et en particulier ceux les plus interdisciplinaires est un outil en place, qui fonctionne et auquel il faudra faire appel pour structurer/faciliter les échanges.

                Objectifs les plus interdiciplinaires du réseau Asie-IMASIE

** attirer vers l’Asie les intérêts et les curiosités des spécialistes d’autres régions ou d’autres disciplines ;

                **  structurer, en Europe, un pôle francophone et multilingue de compétences, assez fortement structuré pour coopérer d’égal à égal avec d’autres pôles de même nature.

                Le réseau pourrait travailler avec des scientifiques sur l’élaboration d’un programme de séminaires conférences « beyond sciences » à vocation aussi « grand public » que possible. Il s’agira de faire intervenir sur des thèmes scientifique et technologique à forte résonance culturelle en commun entre la Franc et le Japon : par exemple (cf aussi la partie Annexe) la « miniaturisation extrême », les « réseaux », la « résilience », des représentants du monde scientifique avec ceux des SHS et même du monde littéraire en leur demandant de faire part de leur approche spécifique mais aussi de proposer une approche synthétique. Le dernier volet de synthèse serait confier à de jeunes Ph-D ou P-Doc en SHS qui travailleraient d’une part à la réflexion approfondie sur la thématique et aussi à la mise en place au suivi des workshops.

            JSPS (Japan Society for Promotion of Science) au Japon – Avec plusieurs milliards de budget annuel, un montant du même ordre que celui du CNRS tout entier, sa mission première est axée sur le soutien et le développement des sciences sans frontières – Il est donc très important d’encourager   le dépôt de projets auprès de la JSPS. Peuvent être fort bien environnés les échanges de scientifiques, le co-soutien avec le CNRS de projets internationaux – par exemple les ANR – internationales avec le Japon)

II – Appropriation des progrès de la science et de la technologie par la Société

            L’appropriation des progrès de la science et de la technologie est une condition sine qua non de leur développement et de leur intégration sans manifestation de rejet telle que par exemple celles qui ont accompagnées les débats récents sur les Nanotechnologies et qui sont toujours en France et plus fortement en cours au Japon associées à l’industrie nucléaire. Il faut donc œuvrer dans le sens de l’explication compréhensible « par le commun des mortels ».

            Le CNRS avec ses représentations/bureaux à l’International peut jouer un grand rôle en ce sens.  Sans s’engager sur des développements stratégiques complexes, la mise en œuvre de quelques actions très concrètes doit permettre d’aller dans le sens d’une meilleure appropriation par la société des progrès de la science et de la technologie.

            a0 – Côté CNRS :

            Je propose de revoir le système des CID (Commission Inter-Disciplinaire) pour l’adapter à une culture plus largement interdisciplinaire et internationale qui engloberait en particulier une notion très forte d’interdisciplinarité couvrant les champs des sciences dures jusqu’aux SHS : créer par exemple une CID à vocation internationale avec des sous-commissions dont les compétences scientifiques s’appuieraient sur les bureaux CNRS (8 actuellement) à l’étranger – et leur attribuer des missions :

            S-Com-Asie du Nord : bureau de Tokyo

            Activités interdisciplinaires « S-Dures »/SHS en s’appuyant sur l’existant qui marche bien : le « Réseau Asie-IMASIE »

            S-ComIAfrique : bureau de Johannesburg

            a – Développer les échanges de personnes – sur le mode JSPS (cf la densité des modes d’actions JSPS s’appuyant sur un budget de « qqes Mds d’euros ») – :

            ACTION : VRAIE prise en charge de « l’invitation » à effectuer des travaux communs – Un PROGRAMME spécifique – incluant des formations intensives à la langue de l’autre. Un exemple typique est celui du programme BRIDGE – JSPS

            b – Conférences communes « beyond sciences »

            L’organisation de symposiums / workshops thématiques impliquant un fort investissement d’intervenants   Scientifiques, socio, littéraires, du monde socio (indus./ monde la santé…) (Français / Japonais).

            De nombreuses thématiques peuvent être avancées et examinées. La notion de « miniature » partie intégrante de la culture Japonaise depuis son origine et où la France développe une approche techno intégrée en est une – la compétition/compétitivité en est une autre

                        a – miniaturisation ultime : une circulation de l’information hyper accélérée (l’électronique ULSI bouleverse tous les domaines de la société : les transports (comment se traduisent ces bouleversements en littérature (auteur/ conférencier) ? en approche sociologique –  évolution des modes d’habitat (N. Aveline)

                   b – miniaturisation ultime : les bienfaits de la nanomédecine ; analyse/point de vue littéraire des progrès – quels auteurs font référence à ces bouleversements ? miniaturisation ultime : quels sont les modes de miniaturisation ultime qui contribuent à la maitrise de la dépense énergétique ?

                         c – la compétition et la compétitivité économique : approche différente Japon / France au niveau de la compétition – Qu’en est-il de cette différence au niveau des pôles de compétitivité Japon/France ?

                        d – résilience : le réseautage redondant est une ressource intrinsèque nécessaire source de résilience : Internet, réseau ferré, aussi important pour le développement de l’économie côté français que Japonais (cf en particulier « le Japon vu du train  » de Claude Leblanc 2011.

            c – Soutien aux programmes de collaborations scientifiques

            Soutien type JSPS – ANR i : JSPS (Japan Society for Promotion of Science) au Japon – Plusieurs milliards de budget annuel pour le soutien et le développement des sciences sans frontières – Encourager le dépôt de projets auprès de la JSPS (échanges de scientifiques, co-soutien sur projets internationaux – par exemple ANR-i avec le Japon)

III – Entrer au CNRS, y rester sur le long terme et travailler au déploiement de relations interdisciplinaires

            Recrutement :

           Compte-tenu des niveaux d’excellence requis dans tous les pays développés et des contextes de restrictions de financements publics en cours, être recruté au CNRS devient de plus en plus difficile pour un jeune chercheur ayant obtenu sa thèse et poursuivi avec un – souvent plusieurs – séjours post-docs en France et de préférence à l’étranger. Le Japon est dans la moyenne avec des concours d’accès aux milieux de la recherche publique très difficiles (souvent plus de 50 candidats pour un poste).

            Effort discriminant : politique d’emploi au-delà du renouvellement des départs en retraite

           Carrières et rémunérations :

      Carrières : le développement de la carrière est bon compte-tenu des niveaux d’excellence requis dans tous les pays développés. Le Japon est dans la moyenne avec des concours d’accès aux milieux de la recherche publique très difficiles (souvent plus de 50 candidats pour un poste).

            Mais les rémunérations sont beaucoup trop faibles même en tenant compte de l’argument si souvent avancé de la souplesse des conditions de travail et de l’assurance de l’emploi offertes dans le secteur public. Les départs que j’ai pu récemment constater en tant que directeur de laboratoire, vers des pays à beaucoup plus forte rémunération et conditions fiscales préférentielles pour occuper des postes à responsabilités importantes montrent que l’argument « conditions de travail » sans doute encore prévalent il y a quelques années doit être réévalué à la baisse, la modestie de l’évolution de salaire coté français rendant très attractives les conditions offertes chez nos voisins du Luxembourg, de la Suisse … et plus au loin Etats-Unis, Canada.

            Liens et inter-corrélations avec l’Asie

            L’Institut de Chimie est le plus engagé dans la recherche partenariale. Il peut contribuer significativement en soutenant des projets contractuels (ANR-i) France / Japon.

       La création d’une UMI France/Japon en chimie / science des matériaux constituerait aussi un contexte très fort de renforcement des liens et collaborations entre la France et le Japon

CONCLUSION : Il faut croire fermement à la science, aux technologies et au bien être qu’elles peuvent générer pour mobiliser des efforts énormes sur des projets à risques visant le renforcement de nos liens scientifiques et culturels avec l’Asie et en particulier avec le Japon, l’un des quelques rares chefs de file de la recherche dans les domaines des NBIC. Il faut y croire fermement, alors que des besoins criants, bien concrets affectent la société et mettre en place le creuset qui leurs permettra de trouver des ressources pour y répondre. Une collaboration renforcée entre « Sciences dures » et SHS est un moyen d’y contribuer. L’enjeu est majeur, difficile à atteindre mais ne viser que le certain précipiterait immanquablement le déclin scientifique.

 Bernard Chenevier est physicien, directeur de recherche au CNRS (Laboratoire des Matériaux et du Génie physique).

 

Pour citer ce billet : CHENEVIER, Bernard, « Interactions Sciences – Technologies et Société entre France et Japon, une ressource pour l’amélioration de la compétitivité », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 21 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/1109]

Laurence Roulleau-Berger : La sociologie chinoise au XXIe siècle

Si les sociologies européennes apparaissent ethno-centrées et peu ouvertes aux autres sociologies  du monde ce n’est pas le cas pour la sociologie chinoise qui d’abord s’est tournée vers les sociologies européennes et américaines pour affirmer aujourd’hui une pensée propre. Dans la sociologie chinoise les déplacements et hybridations de paradigmes s’organisent autour de la résistance à l’imposition de modèles intellectuels post-coloniaux et de l’affirmation d’une pensée « située » là où les sociologies européennes intègrent difficilement les pensées non occidentales.

Depuis 1979, la réinvention de la sociologie chinoise représente un évènement majeur dans l’histoire des sciences humaines et sociales. La sociologie chinoise, si elle s’était largement développée avant 1949, sera ensuite interdite pendant trente ans, pour retrouver un essor très rapide depuis sa recréation. La sociologie est en effet devenue une discipline-phare du champ intellectuel au cours de la décennie 1980 en Chine. L’abondance des productions scientifiques témoigne d’une dynamique intellectuelle forte qui produit une vraie originalité et de vraies spécificités liées à une histoire de la pensée chinoise et à la complexité d’un contexte sociétal..

La sociologie chinoise semble admettre plusieurs normes de légitimation scientifique qui permet la production d’une diversité et d’une cohabitation de points de vue, à condition que soit mise en oeuvre une vraie dialectique entre pratique et théorie sociologique. La sociologie chinoise s’est structurée tout au long de ces trente dernières années autour des tendances suivantes :

-la prise en considération de ce qui pourrait apparaître un effet de contexte civilisationnel.

– la montée de l’idée de « la production de la société » via l’analyse des processus structurels

– l’émergence de l’Individu à travers la question de la subjectivité et des interactions

– l’idée de produire des paradigmes émancipés de toute forme de colonisation culturelle et d’un regard surplombant de l’Occident sur la société chinoise

Les sociologues chinois connaissent les différents courants de la sociologie d’Europe de l’Ouest et américaine, il les distinguent et les associent dans différents travaux sans refuser à l’un ou à l’autre une légitimité donnée. En effet considérant que la sociologie comme discipline est née dans la civilisation capitaliste ils produisent une sociologie qui prend vraiment ses ancrages dans la civilisation chinoise d’hier et d’aujourd’hui, mais aussi dans des filiations, déplacements, hybridations avec des sociologies nord-américaines et européennes.

Certaines sociologies chinoises se nomment, d’autres ne se nomment pas. Mais surtout la sociologie se diversifie en produisant des propositions qui, à partir de l’effet de civilisation chinoise, agencent différemment processus structurels/actions pratiques/interactions/ subjectivités et se distinguent les unes des autres en donnant des statuts différents accordés à chaque concepts.

Parmi les sociologies qui se nomment Sun Liping parle de « sociologie de la pratique ».

Parmi les sociologies qui ne se nomment pas nous en avons distingué trois qui se construisent différemment en fonction du statut accordé aux concepts processus structurels/actions pratiques/interactions/ subjectivités :

– sociologie des structures et stratégies

-sociologie des  interactions, actions collectives et structures

-sociologie des  structures sociales, individu et subjectivité

Là où les couples individualisme / holisme, objectivisme / subjectivisme, microsociologique / macrosociologique ont été actifs dans la sociologie d’Europe de l’Ouest dans la production de pensées binaires, la sociologie chinoise se construit plutôt dans la pluralité des approches théoriques.

Cette réflexion sur la sociologie chinoise s’inscrit dans une entreprise scientifique plus large de désoccidentalisation des savoirs sociologiques et dans un travail épistémologique sur la production de « sciences sociales post-occidentales » qu’il paraît nécessaire de produire. Des dominations et des hiérarchies ont donc été très tôt construites entre les contextes occidentaux, orientaux et extrême-orientaux et ont produit des ignorances et des occultations de pans de savoirs entiers. Aujourd’hui nous sommes invités à nous placer dans un espace épistémique pluridimensionnel pour penser nos sociétés, pour comprendre comment d’anciennes hiérarchies de savoirs sont bousculées pour céder la place à de nouvelles, comment des réseaux transnationaux et translocaux de connaissances peuvent se former en créant des processus de conjonction et de disjonction culturelle et symbolique. Si Dipesh Chakrabarty avait créé subaltern studies en proposant de « provincialiser l’Europe » pour considérer les « histoires subalternes » dans leurs dynamiques propres et si des intellectuels comme Homi Bhabba ont porté les postcolonial studies à partir de l’idée de dépasser les grands récits de la modernité et les grands paradigmes en sciences sociales, il nous paraît aujourd’hui moins pertinent de penser la pluralité des « provinces du savoir» que les nouvelles centralités mais surtout de penser les modes de formation des continuités et les discontinuités, les agencements et les disjonctions entre des lieux de savoir situés à différents endroits du monde.

-L.Roulleau-Berger et  GuoYuhua, Li Peilin, Liu Shiding (dir), 2008, La Sociologie chinoise contemporaine, Coll. Réseau Asie, Éditions du CNRS, 2008, Paris.

-L.Roulleau-Berger, 2011,  Désoccidentaliser la sociologie. L’Europe au miroir de la Chine, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2011. Édition traduite en chinois aux Social Sciences Academic Press parue en 2012.

-L.Roulleau-Berger and Li Peilin (ed), 2011, European and Chinese Sociologies : a new dialogue, Brill Publishers, Leiden, Boston, Singapour.

-Li Peilin and L.Roulleau-Berger (ed), 2012, Internal and International Migration : a comparative perspective, Routledge Publishers, London and New York.

Lyon, le 5 novembre 2012

Laurence Roulleau-Berger est sociologue, spécialiste de la Chine, directrice de recherche au CNRS (UMR 5206, TRIANGLE interdisciplinaire au carrefour de la science politique, de l’histoire de la pensée politique et économique CNRS/ENS de Lyon, Sciences Po Lyon et université de Lyon 2)

 

Pour citer ce billet : ROULLEAU-BERGER, Laurence « La sociologie chinoise au XXIe siècle », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 28 septembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/548]