Archives par étiquette : équipes

BULGARIE

Source : East-Asian studies in Bulgaria, Boyka Tsigova, Département d’études sur l’Asie orientale, Université Saint-Clément d’Ohrid de Sofia, Bulgarie (2009).

Consulter ici le texte original

BREF HISTORIQUE

La plus grande partie de la recherche sur l’Asie et le Pacifique en Bulgarie est menée depuis le début du 20e siècle. La plupart des études se sont concentrées sur la compréhension du monde oriental et l’introduction de diverses cultures orientales en Bulgarie (chinoise, japonaise, indienne et arabe). En 2007, un Institut Confucius, principalement financé et soutenu par la Chine, a ouvert à l’université Saint-Clément d’Ohrid de Sofia, où se trouve le Centre pour les études et les langues orientales. Ce centre est la principale institution de recherche sur l’Asie et le Pacifique en Bulgarie, avec quatre départements et dix spécialisations.

Le premier cursus de licence du centre a démarré en 1984 à la Faculté de philologie classique et moderne. Depuis lors, le centre s’est développé et est aujourd’hui le plus grand centre national d’études et de recherche sur l’Asie en Bulgarie. Le département d’études de l’Asie orientale est le plus grand du centre et de la Faculté de philologie classique et moderne. Il a été créé en 2000 et comprend des programmes d’études japonaises, chinoises et coréennes.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUELS

–          Institution principale :

Université Saint-Clément d’Ohrid de Sofia (Centre  pour les études et les langues orientales)

1504 Sophia, 15 Tzar Osvoboditel Blvd

Recteur : Professeur Ivan Ilchev, Dr. Habil.

Tél. : +359 2 946 18 15

–          Autres institutions où sont menées des recherches sur l’Asie et le Pacifique :

-Université de Veliko Turnovo

-Académie d’économie D.A. Tsenov

-Académie nationale des arts

-Académie des sciences bulgare

-Divers instituts de recherche


CHAMPS ÉTUDIÉS

–       Langues et cultures de l’Asie orientale (Japon, Corée, Chine), et également de l’Inde, du Pakistan, de l’Iran et de l’Arménie. Sont aussi étudiées les langues et cultures caucasiennes, arabes et sémitiques, ainsi que le turc et les langues altaïques.

–          Linguistique, littérature, ethnologie, art, religion. Vie sociale et économique.

–          Diplômes proposés au Centre pour les études et les langues orientales :

  • Licence, maîtrise et doctorat
  • Cours de langues
  • Cours de cultures asiatiques


PERSONNEL

–          Personnel du Centre pour les études et les langues orientales :

  • 43 enseignants à plein temps et environ 73 enseignants à temps partiel par an
  • Au département d’études de l’Asie orientale : 16 enseignants à temps plein, 13 enseignants à temps partiels et 6 enseignants invités.
  • Au sein du programme d’études japonaises : 6 enseignants à temps plein et 3 personnels à temps partiel, ainsi que 2 enseignants invités du Japon.

Nombre total d’étudiants : 450 en 2009-2010

–          S’inscrire à l’université est gratuit, excepté les frais gouvernementaux. Des bourses d’études à l’étranger sont également proposées.

–          La recherche est l’une des tâches confiées à la responsabilité des chercheurs à l’université.

–      Les chercheurs travaillant dans des instituts en-dehors de l’université ont des contrats à plein temps dédiés principalement au travail scientifique. Ils n’ont pas de tâches d’enseignement obligatoire, et n’enseignent que lorsque leur domaine scientifique précis est demandé. Les professeurs sont responsables de la qualité des enseignements ; ils supervisent également les doctorants et participent sous de nombreuses formes à l’administration de l’université.

–      De nombreux étudiants ont connu des développements de carrière intéressants dans le domaine des sciences, dans l’éducation, la traduction, le journalisme, la diplomatie,  l’administration publique et le commerce.


PUBLICATIONS ET SITES INTERNET

–          Bulgarian Oriental Studies, Centre pour les études et les langues orientales.

–          Series Oriens, Centre pour les études et les langues orientales.

–          Yearbook of Saint Kliment Ohridski University, Sofia, Faculté de philologie classique et moderne.

–          Contrastive linguistics, Faculté de philologie classique et moderne et Faculté d’études slaves.

–          Annuaire de l’Université de Sofia Saint Kliment Ohridski, Faculté d’histoire.

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

Source : Presentation of Asian and Pacific studies, Olga Lomova, Institut d’études d’Asie orientale, Université Charles de Prague, République Tchèque (2009).

Consulter ici le texte original

BREF HISTORIQUE

Les études asiatiques en République Tchèque remontent à la seconde moitié du 19e siècle. L’« Asie » était considérée comme l’ensemble des pays situés au-delà de l’Europe, incluant le Moyen-Orient, l’Asie du Sud et du Sud-Est, et l’Extrême-Orient. L’indologie et la sinologie ont été depuis le début au centre des études asiatiques à l’université Charles de Prague.

Après 1948, avec la victoire de la révolution communiste, les études asiatiques ont prospéré. De nouvelles chaires en sinologie, en japonologie et en coréanologie ont été créées, et l’indologie a poursuivi son développement, se divisant selon les langues (hindi, bengali et tamoul). La liberté académique étant restreinte dans d’autres départements de lettres, les études asiatiques ont également attirés certains des meilleurs esprits des humanités tchèques à cette époque. La plupart de ces développements furent stoppés en 1968 après la suppression du mouvement communiste réformiste, qui eut pour résultat des purges dans les institutions académiques, un accès limité à l’information, peu d’information internationale, et dans certains cas, à savoir pour la sinologie, une subordination directe de la recherche et de l’enseignement aux décisions du Comité central du Parti communiste. La recherche académique est entrée en hibernation, poursuivie à l’occasion par des chercheurs de manière privée, et l’enseignement a été réduit à l’apprentissage de la langue et des thèmes en rapport avec la politique et l’idéologie. Le seul développement nouveau de cette période a été la création d’études mongoles et vietnamiennes à l’université Charles de Prague. Lorsque la liberté académique a été rétablie en 1990, les études asiatiques ont fait face à un écart générationnel énorme, s’accompagnant de controverses à propos des activités communistes précédentes de certains des anciens chercheurs. Les études asiatiques sont donc revenues vers les traditionnelles études orientées vers la philologie. Les sciences sociales sur l’Asie n’ont pu commencer à se développer qu’avec la nouvelle génération de docteurs.


ORGANISATION ACTUELLE ET PRÉSENTATION

Université Charles, Faculté de Philosophie (institution publique, pas de frais d’inscription)

Celetna 13

116 36 Prague 1

Télephone : +420 224 491 850

Fax : +420 224 491 895

E-mail : ipc@ruk.cuni.cz
Il y a trois entités dans l’université :

Institut oriental, Académie des Sciences, Prague (institution publique)

L’Institut a un département d’études orientales et un département d’études de l’Asie du Sud.

Université Palacký d’Olomouc, Faculté de Philosophie (institution publique, pas de frais d’inscription)

L’université a un département d’études asiatiques

Université Masaryk, Brno (institution publique, pas de frais d’inscription)

L’université possède un centre pour l’étude des religions en Chine et au Japon

Université métropolitaine, Prague (institution privée, frais de scolarité)

L’université possède un département d’études asiatiques

DOMAINES ÉTUDIÉS

Sont proposées dans ces universités et instituts des études de littérature, linguistique, histoire prémoderne et moderne, philosophie, religion, anthropologie, médecine chinoise, relations avec l’Europe, bouddhisme contemporain, littérature moderne, Taïwan.

Des licences et masters sont proposés selon les universités et institutions, ainsi qu’une large variété de cours de langues, et l’étude de différents pays.

L’université Charles de Prague est le seul centre proposant un haut niveau d’études en République Tchèque, avec un programme de doctorat en études asiatiques.

Des conférences annuelles et des ateliers sont organisés. On trouve aussi des échanges bilatéraux, des programmes européens et des projets soutenus par des fondations asiatiques.

PERSONNEL

Il y a environ 56 enseignants-chercheurs travaillant sur l’Asie en République Tchèque. Un chercheur à plein temps doit allouer un tiers de son temps à l’enseignement, un tiers à la recherche, et un tiers à l’administration.

Le nombre d’étudiants cumulés dans tous les organismes est d’environ 450-500, en  croissance stable.

PUBLICATIONS

–          Acta Universitatis Carolinae – Studia Orientalia Pragensia  depuis 1945

–          Mongolica Pragensia depuis 2007

–          Archiv Orientalni depuis 1929 (en anglais, français et allemand)

–          Novy Orient depuis 1945 (en tchèque)

 

IRLANDE

Source: Asian studies in Ireland, Chris Connolly, University College Cork‐ Université nationale d’Irlande (UCC), Irlande (2009).
Consulter ici le texte original

BREF HISTORIQUE

Les études asiatiques sont une très jeune discipline académique en Irlande, la première formation d’études asiatique ayant été créée en 2008 à l’University College Cork – Université nationale d’Irlande à Cork (UCC). Cependant les recherches et les études sur l’Asie remontent à quelques années, quand un certain nombre d’écoles de commerce insérèrent des cours de japonais dans leurs programmes ; la Kemmy Business School, notamment, de l’université de Limerick, établit l’Euro-Asia Centre. En 1999, le gouvernement irlandais diffusa son document « Stratégie Asie », faisant une priorité du développement économique et des relations avec la Chine, le Japon, la République de Corée, Singapour, l’Inde, la Malaisie, l’Indonésie, et le Vietnam. Comme le prévoyait la phase II de cette stratégie, le ministre de l’Education annonça le soutien du Département de l’Education à l’établissement de deux instituts irlandais d’études chinoises, l’un à l’University College Dublin (UCD), et l’autre à l’University College Cork (UCC). L’institut de l’UCC se développa rapidement en un département propre, proposant quatre diplômes de licences en études chinoises. En 2009, le département élargit encore son champ d’action pour inclure un master en études asiatiques, traitant surtout du Nord-Est asiatique, et de l’étude soit du japonais, soit du coréen. D’autres institutions en Irlande ont aussi introduit l’enseignement de langues asiatiques, pendant qu’individuellement, des chercheurs avaient des sujets de recherche propres comportant des thèmes relatifs à l’Asie.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

Les études supérieures sont publiques et gratuites en République d’Irlande, bien qu’il soit demandé aux étudiants de payer des frais d’inscription de 1500 euros pour couvrir les services étudiants. Il est possible de profiter d’un système de bourses allant jusqu’à 3400 euros, administré par les conseils de comté.

Le système éducatif est basé sur le système LMD : Licence, Master, Doctorat.

PERSONNEL

Il y a 85 chercheurs universitaires dans le champ des études asiatiques, qui travaillent sur 22 pays, régions ou entités intergouvernementales asiatiques différents. La Chine, le Japon et l’Inde sont les pays les plus étudiés. Il est demandé à la plupart des chercheurs, comme parties intégrantes de leurs tâches, de faire de la recherche et d’enseigner, et c’est une obligation contractuelle pour tous les enseignants-chercheurs à temps plein d’être « actifs en recherche » (‘research active’) et de publier, bien que que n’existe pour cela aucun système national de contrôle.

Les chercheurs sont libres de choisir leurs propres sujets de recherches, malgré, bien sûr, des directions que le gouvernement peut donner, à travers des traitements préférentiels pour des domaines spécifiques de recherche, par l’allocation de bourses de recherche sur certains thèmes. Le travail de consultance est permis, mais doit être déclaré. Les subventions de recherche internes sont en nombre limité, et la plupart des financements viennent de sources externes.

DOMAINES D’ÉTUDES

La langue et la culture sont les principaux domaines d’études. L’Asie orientale est la principale aire de recherche pour les langues et cultures. Les sciences politiques et l’histoire sont les domaines d’intérêt les plus forts dans chacune des quatre régions de l’Asie (du Sud, du Sud-Est, centrale et orientale). Les langues étudiées dans les divers établissements sont le japonais, le mandarin, le coréen, le malais et l’indonésien.

 

 

 

 

 

Fédération de Russie – Moscou

Source : Résumé d’informations fournies par Mikhail Roshchin, Institut d’études orientales, Académie des sciences de Russie, Fédération de Russie (2010).

See the english version/Voir la version anglaise.

Les études orientales à l’Université de Moscou ont débuté dès les années 1750. L’Institut d’études asiatiques et africaines est le principal centre russe pour la formation de spécialistes dans les études orientales en général, et dans les études de pays et régions d’Asie et d’Afrique.

L’Institut d’études orientales, à l’Académie des sciences de Russie, est la principale institution de recherche russe pour l’étude des pays et cultures d’Asie et d’Afrique du Nord. L’Institut se trouve à Moscou. Il était auparavant à Saint-Pétersbourg, mais la branche de Saint-Pétersbourg a été réorganisée en 2007 en un Institut des manuscrits orientaux, séparé.

  • Institut d’ethnologie et d’anthropologie

Leninsky Prospect, 32A, Moscow

Bref historique

L’Institut fait partie de la branche « Histoire » de l’Académie des sciences de Russie. Il a été créé sous l’Union soviétique à l’automne 1933, par la fusion du Musée d’anthropologie et d’ethnographie, et de l’Institut d’études des groupes ethniques de l’URSS.

Pays et disciplines étudiés

L’Asie centrale, le Pakistan, l’Inde, le Sri Lanka, d’autres pays d’Asie du Sud-Est, la Malaisie, l’Indonésie, la Chine, la République de Corée, le Japon, l’Océanie.

L’anthropologie, l’ethnologie sociale et médicale, l’ethnosociologie, l’ethnoécologie, la psychologie interculturelle, la culture, les sciences politiques, la religion.

Personnel

153 chercheurs

24 doctorants

Publications

Une publication électronique : www.ethnonet.ru

« Races and people » (Races et personnes), est une revue publiée régulièrement. Le dernier numéro est paru en 2006.

  •  L’Institut de Littérature mondiale Maxime Gorki

Povarkaya, 25A, Moscow

http://www.imli.ru/

L’Institut fait partie de l’Académie des sciences de Russie. Il a été créé en 1932 pour le 40ème anniversaire de l’entrée en littérature de Maxim Gorky.

Le département de littérature asiatique et africaine a été créé en 1975-76.

L’Institut est considéré comme le plus important centre russe d’études littéraires. Le personnel compte 209 chercheurs et 39 doctorants.

  • Institut de linguistique

Bolchoi Kislovsky Pereoulok, 1/12 Moscow

http://www.iling-ran.ru

L’Institut fait partie de l’Académie des sciences de Russie. Il a été créé en 1950 à Moscou. Le personnel compte 103 chercheurs et 25 doctorants.

L’Institut est considéré comme un centre d’études linguistiques essentiel en Russie.

  • Institut d’études pratiques orientales

Nahimovsky Prospeckt, 32 Moscow

http://www.ipos-msk.ru

Cette institution d’enseignement supérieur non-gouvernementale, qui fait partie de l’Académie des pays de la région Pacifique, a été créée en 1993. Sa constitution a été initiée par une décision du Conseil académique de l’Institut des études asiatiques et africaines de l’Université d’Etat de Moscou pour répondre à la demande croissante d’orientalistes formés à la pratique, plutôt que de formation scientifique purement théorique.

On compte 65 professeurs et 268 étudiants.

Les pays étudiés sont tous les pays arabes, la Turquie, l’Iran, le Pakistan, l’Inde, le Sri Lanka, d’autres pays d’Asie du Sud-Est, la Malaisie, les Philippines, la Chine, la République de Corée, le Japon et Taiwan.

Les disciplines étudiées sont l’histoire, la linguistique, la culture et les sciences politiques.

  • Institute of Oriental Studies

Rozhdestvenka, 12 Moscou

http://www.ivran.ru/

L’Institut a été créé pendant la période de l’Union soviétique et se trouvait à Saint-Pétersbourg. En 1950, l’Institut a été transféré à Moscou et est maintenant connu comme le principal centre d’études orientales en Russie. La branche de Saint-Pétersbourg existe toujours, l’Institut des manuscrits orientaux y est rattaché depuis 2009.

S’y trouvent 388 chercheurs et 50 doctorants.

Les pays étudiés sont tous les pays arabes, la Turquie, l’Iran, le Pakistan, l’Inde, le Sri Lanka, d’autres pays d’Asie du Sud-Est, la Malaisie, les Philippines, la Chine, la République de Corée, le Japon, Taiwan, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et d’autres pays d’Océanie.

Les disciplines étudiées sont l’histoire, la philologie, la linguistique, l’économie, la culture et les sciences politiques.

  • L’Université orientale

Rozhdestvenka, 12, Moscou

http://www.orun.ru/

L’université a été créée en 1994 à Moscou. C’est une branche de l’Institut d’études orientales, et beaucoup de professeurs de l’université sont aussi chercheurs à l’Institut.

On compte 72 professeurs et 203 étudiants.

Les pays étudiés sont l’Extrême-Orient, l’Australie et d’autres parties de l’Océanie, l’Asie du Sud et du Sud-Est, l’Iran et le monde arabe.

7 février 2013

FÉDÉRATION DE RUSSIE – SAINT-PÉTERSBOURG

Source : La sinologie à Saint-Pétersbourg : Traditions et approches contemporaines, par Nikolay Samoylov, Faculté des Études africaines et orientales, Université d’état de Saint-Pétersbourg, Fédération de Russie (juillet 2012).

Voir le texte original
Voir la version anglaise/See the english version

L’histoire en bref

Le 18 juin 1700, Pierre le Grand proclama un édit qui est considéré comme le premier décret des études russes sur les langues orientales. Le Tsar russe ordonna que « deux ou trois moines de talent pas trop âgés » soient envoyés à Tobolsk (Sibérie) pour étudier le chinois et le mongol. La première mission ecclésiastique arriva à Beijing en 1716 et y demeura durant les trois siècles suivants, prêchant le Christianisme. Ils étudièrent la dynastie des Qing, l’armée mandchoue et les relations entre la Chine et les pays voisins, et traduisirent en russe les publications chinoises et mandchoues ainsi que les classiques confucianistes. En 1741, Illarion Rossokhin fonda la première école d’études chinoises à Saint-Pétersbourg.

La Faculté des Études orientales de l’Université de Saint-Pétersbourg fut établie en 1854. En 1899, un Institut des Études orientales fut fondé à Vladivostok, des diplômés de l’Université de Saint-Pétersbourg en devenant les premiers professeurs.

Après la Révolution d’octobre en 1917, toutes les facultés et tous les départements de l’Université de Petrograd (anciennement Saint-Pétersbourg) furent réorganisés. Graduellement, la seule méthode d’enseignement et de recherche académique devint le marxisme-léninisme : les principaux domaines étudiés étaient le développement  social et économique, l’histoire de la lutte des classes et le mouvement révolutionnaire en Chine. Entre 1920 et 1950, les officiels Soviets imposèrent la vision staliniste de la Chine aux cours universitaires, rejetant la sinologie classique. Durant cette période, beaucoup de sinologues russes furent arrêtés et envoyés en prison ou dans des camps de concentration, ou tout simplement exécutés.

La Faculté des Études orientales fut ré-établie en 1944 et les meilleures traditions de l’École d’études chinoises de Saint-Pétersbourg furent ramenées à la vie par un groupe de sinologues russes de renom.

De 1960 aux années 1980, la sinologie prit une nouvelle direction avec l’étude de l’histoire intellectuelle chinoise, de l’histoire des sociétés secrètes et groupes religieux chinois, et de l’histoire des mouvements paysans. De 1961 jusqu’à maintenant, la Faculté des Études orientales a tenu des conférences spéciales sur les problèmes de l’historiographie. Aujourd’hui, elle compte parmi les plus grandes institutions mondiales dans le domaine de la sinologie.

Organisation actuelle et fonctionnement – domaines étudiés

Faculté des Études orientales de l’Université de Saint-Pétersbourg

Un programme de master de quatre ans est proposé par la Faculté des Études orientales de l’Université de Saint-Pétersbourg.

Les étudiants doivent apprendre au moins deux langues asiatiques et une langue européenne. Les cours magistraux couvrent un vaste spectre de disciplines : histoire de la Chine, littérature chinoise, linguistique, ethnographie, philosophie, économie et religions.

Les étudiants reçoivent une licence dans le domaine général des études africaines et orientales.

La Faculté propose également cinq diplômes de maîtrise et les étudiants reçoivent alors une maîtrise en études africaines et orientales.

Les étudiants apprennent le chinois, autant moderne que classique, la littérature, l’ethnographie, la religion, la philosophie et les sciences économiques ; ils étudient également l’anglais et le japonais. Ce programme donne aux étudiants une connaissance approfondie de la civilisation et de la société chinoises, les aidant à travailler dans différents domaines en tant que chercheurs, interprètes, diplomates, journalistes, enseignants, libraires et commerciaux en Asie de l’Est.

Les professeurs de l’Université d’état de Saint-Pétersbourg ont contribué à la mise en place d’un nouveau centre de sinologie à Blagoveshensk, à la frontière sino-russe.

Beaucoup d’académiciens éminents contribuent à maintenir les meilleures traditions de la classique École d’études chinoises de Saint-Pétersbourg. Ils se retrouvent principalement sur deux départements :

  • Philologie chinoise
  • Histoire des pays du lointain orient

Quinze professeurs et enseignants tiennent des séminaires sur des sujets variés des études chinoises.

Des spécialistes d’autres institutions académiques de Saint-Pétersbourg, comme l’Institut des Études orientales, l’Institut d’anthropologie et d’ethnographie et le Musée d’état de l’Héritage, sont invités à donner des cours spéciaux.

Institut Confucius de l’Université d’état de Saint-Pétersbourg

Fondé en juillet 2005 dans le cadre d’un accord entre l’Université d’état de Saint-Pétersbourg et le Bureau national chinois pour l’enseignement du chinois comme langue étrangère, son objectif est de combiner les traditions d’excellence de l’enseignement chinois en Russie avec l’expérience des partenaires chinois et les dernières techniques d’enseignement à distance. L’Institut Confucius propose des cours de langue, calligraphie et culture chinoises.

11 enseignants pour le chinois : neuf sont Russes et deux sont Chinois.

160 étudiants inscrits aux cours de langue.

Institut des Études sur l’Extrême-Orient : branche de Saint-Pétersbourg

Fondé en 2010 comme branche de l’Institut des Études sur l’Extrême-Orient de l’Académie des Sciences russe de Moscou.

Sa principale tâche est d’assurer la coopération, dans leurs activités scientifiques, des académiciens de Saint-Pétersbourg et de Moscou engagés dans des études sur l’Asie orientale.

Bibliothèque de l’Académie des Sciences russe

La bibliothèque de l’Académie des Sciences russe est une bibliothèque d’envergure détenue par l’État et installée à Saint-Pétersbourg.

Elle fut fondée dans cette ville par décret de Peter Ier en 1714 et fut par la suite intégrée dans la structure de l’Académie des Sciences de Saint-Pétersbourg. Depuis 1747, toutes les institutions académiques et, depuis 1783, tous les imprimeurs du pays ont eu l’obligation légale de déposer à la bibliothèque une copie gratuite de chaque ouvrage publié. De 1728 à 1924, ses collections furent entreposées dans le bâtiment « Kunstkamera », avec lequel elle constituait une unique institution académique jusqu’en 1803. En 1924-1925, les collections furent transférées dans un nouveau bâtiment construit pour la bibliothèque en 1914 et occupé par un hôpital militaire durant la Première Guerre mondiale. Le 15 février 1988, la bibliothèque subit un incendie catastrophique qui détruisit ou endommagea une part considérable de sa collection.

Le Département des Publications africaines et orientales de la bibliothèque de l’Académie des Sciences russe fut fondé en 1953.

Institut des Manuscrits orientaux

Dvortsovaya nab. 18, Saint Petersburg

L’Institut est découpé en six divisions académiques :

  • Département des Études sur l’Asie antique
  • Département des Études sur l’Asie centrale et australe
  • Département des Études sur l’Extrême-Orient
  • Département des Manuscrits et Documents
  • Département des Études sur le Proche et le Moyen-Orient
  • La Bibliothèque académique

Kunstkamera

Musée d’Anthropologie et d’Ethnographie Pierre le Grand. Académie des Sciences russe.

3 University Embankment, Saint Petersburg

Durant l’automne 1714, Pierre le Grand ordonna au Docteur Robert Areskin de déplacer sa collection personnelle et sa bibliothèque de Moscou à Saint-Pétersbourg, la nouvelle capitale, et de commencer à travailler à la création du premier musée public d’état – la Kunstkamera. Pour Pierre le Grand, il était extrêmement important de créer l’image d’une Russie en plein changement. L’Empereur avait l’habitude de recevoir les ambassadeurs dans son musée et une visite de ce dernier faisait partie du programme de tous les visiteurs importants.

Le musée est divisé en départements de recherche :

Département de Philosophie et culture orientales, établi

Créé au sein de la Faculté de Philosophie de l’Université d’état de Saint-Pétersbourg en 1998, il possède quatre programmes d’enseignement, deux d’entre étant consacrés aux régions d’Extrême-Orient et d’Asie du Sud : culture chinoise (dirigé par le Professeur Marina Kravtsova) et culture de l’Inde (dirigée par le Professeur Sergei Pahomov).

Le nombre global d’inscriptions au programme de culture chinoise est de cent étudiants, avec actuellement cinq enseignants à plein-temps. Le programme couvre une vaste gamme de sujets portant sur l’histoire de la culture chinoise (incluant la religion, la philosophie, les courants de pensée à l’époque classique et moderne). L’enseignement est principalement basé sur le développement des compétences linguistiques des étudiants, leur permettant de mener leurs recherches en se basant à la fois sur des sources de première main et de la littérature secondaire. La durée du cursus est de cinq ans, ce qui est traditionnel dans le système d’enseignement supérieur russe, et comprend des cours magistraux portant, entre autres, sur l’histoire de Chine, l’histoire de la culture et de la philosophie chinoises, l’histoire de l’art chinois, l’histoire de la littérature chinoise, les croyances populaires et les religions de la Chine moderne. Y sont également donnés divers cours de chinois à la fois classique et moderne et de japonais écrit. À la fin de chaque année scolaire, un article de recherche doit être présenté. Le cursus est complété par un examen d’état et un exament oral sur le dernier sujet de recherche. Sur la base de leurs performances académiques, les étudiants peuvent continuer dans les instituts.

Le programme sur la culture de l’Inde est organisé sur le même modèle. Le nombre global d’inscriptions est de vingt étudiants, avec quatre enseignants à plein-temps. Il couvre divers aspects de la culture indienne, incluant les aspects religieux, philosophiques et sociaux, depuis l’Antiquité jusqu’à l’ère moderne, avec de nombreux cours sur des sujets comme la philosophie indienne, l’histoire de l’Inde, la religion védique et l’hindouisme, la littérature indienne, l’art indien et le système social de l’Inde. Le programme inclut également des cours de langue en sanskrit et en hindi (la principale langue de l’Inde moderne).

Institut Ho Chi Minh

Université de Saint-Pétersbourg, faculté des Études africaines et orientales

L’Institut fut fondé en 2010 avec le soutien du Gouvernement du Vietnam et de l’Université de Saint-Pétersbourg.

Ses principaux domaines de recherche sont :

  • La situation politique contemporaine au Vietnam
  • Les relations internationales en Asie du Sud-Est
  • La politique étrangère du Vietnam
  • L’histoire moderne et actuelle du Vietnam

LITUANIE

Source: Asian studies in Lithuania – Audrius Beinorus, Center of Oriental Studies at Vilnius University, Lithuania (2009). Consulter la version anglaise/See the english version

BREF HISTORIQUE

En Lituanie, les études asiatiques remontent au 19ème siècle, à une période où l’Université de Vilnius est au cœur des études de langues orientales. Le département des langues orientales est fondé dès 1810, mais personne ne le dirige. Un intellectuel renommé de Vilnius, Kazimir Kontrimas, se risque à proposer l’établissement d’un Institut d’études orientales au Gouverneur de Vilnius. Cependant, pour des raisons inconnues, le projet n’est pas accepté et les étudiants brillants de l’université sont contraints de se disperser dans le monde.

Pendant la période de l’indépendance, dans l’entre-deux-guerres, l’orientalisme ne reçoit pas l’attention et le soutien qu’il mérite. Les études orientales ne survivent que grâce aux efforts d’une poignée d’érudits dévoués. Durant l’ère soviétique, les établissements d’enseignement supérieur lituaniens, placés sous la tutelle de Moscou, ne sont pas autorisés à créer des instituts orientalistes. Par conséquent les étudiants sont envoyés dans les universités russes.

Après 1993, avec l’indépendance de la Lituanie, les études asiatiques connaissent un renouveau. Le Centre d’études orientales de l’Université de Vilnius se concentre sur l’étude de l’Asie du Sud, de l’Est et du Proche-Orient. L’objectif du Centre est de former des spécialistes des études asiatiques afin d’encourager la recherche scientifique, le développement des relations culturelles et économiques, et de favoriser la compréhension des cultures orientales en Lituanie.

Ayant reçu un large soutien de la part des partenaires sociaux et des institutions publiques, un programme d’Etudes asiatiques classiques de trois ans est ajouté au programme académique en 2000. En 2005, une nouvelle licence d’études iraniennes, un Master d’études asiatiques contemporaines sont introduits, suivis d’une licence d’études turques en 2007.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

Centre d’études orientales

Université de Vilnius

University Street 5

LT-01513, Vilnius

Centre d’études asiatiques de la Faculté de sciences politiques et de diplomatie

Kaunas Vytautas Magnus University

Vaizganto 30, Kaunas

Le Centre d’études asiatiques est fondé en 2009 par la fusion de deux institutions existantes : le Centre d’études asiatiques et le Centre d’études japonaises.

Les étudiants doivent financer eux-mêmes leurs études car l’État n’offre pas de bourses dans le domaine des études asiatiques. Cependant les accords passés entre universités lituaniennes et universités asiatiques et européennes leurs permettent de bénéficier de certaines bourses.

Les étudiants peuvent se rendre dans des universités asiatiques pendant une partie de leurs études.

Le système d’éducation est basé sur le modèle : Licence, Master, Doctorat.

PERSONNEL

Université de Vilnius

Centre d’études orientales

On compte 25 enseignants à temps plein et à temps partiel. Le nombre de postes à temps plein dépend du nombre d’étudiants et du budget de l’université.

Dix étudiants sont admis tous les deux ans à chacune des licences : études indiennes, chinoises, japonaises, iraniennes, arabes et turques. Tous les deux ans, 15 étudiants sont admis au master d’études asiatiques contemporaines.

Les enseignants et chercheurs en études asiatiques de l’Université de Vilnius sont membre du Réseau d’études indiennes d’Europe centrale et orientale (Central and Eastern European Network for Indian Studies) et du Réseau européen de recherche académique contemporaine sur l’Inde (European Network of Contemporary Academic Research on India).

Les membres du Centre partagent leur temps entre la recherche et l’enseignement. Un tiers de leur salaire est destiné à la recherche.

Il est exigé de tous les enseignants qui détiennent un doctorat d’effectuer des recherches et de publier.

Kaunas Vytautas Magnus University

On compte trois chercheurs et sept enseignants pour environ 20 étudiants en master.

À l’Université de Kaunas, l’enseignement et la recherche sont séparés.

Le nombre de chercheurs en études asiatiques augmente régulièrement depuis plusieurs années. En raison du faible niveau des salaires, il est presque impossible d’attirer des universitaires étrangers confirmés pour des postes à temps plein.

DOMAINES D’ÉTUDE

Le Centre de l’Université de Vilnius forme des spécialistes en sciences humaines et sociales. Parmi ses objectifs figurent l’analyse et la recherche sur l’évolution culturelle dans les principales aires géographiques de l’Asie, la communication interculturelle et les perspectives de collaboration sur les études asiatiques. Pour la période 2008-2013, le thème de recherche approuvé par l’université est : « Les stratégies traditionnelles du savoir en Asie ».

13 langues asiatiques sont enseignées au Centre : japonais, mandarin, chinois, chinois classique, tibétain, persan, dari, arabe, turc, hindi, sanskrit et langue védique.

L’Université de Kaunas propose l’enseignement du japonais, du mandarin et du coréen. Son principal thème de recherche est la représentation en images des pays d’Asie de l’Est en Europe.

PUBLICATIONS

Acta Orientalia Vilnensia – publiée en anglais depuis 2000, la revue propose également des publications en ligne sur le site : http://www.oc.vu.lt/en/aov.html.

ITALIE

Consulter la version anglaise/See the english version

BREF HISTORIQUE

En Italie, les études asiatiques se concentrent principalement sur la Chine, le Japon, l’Inde et l’Asie centrale. Les études orientales remontent à l’époque de la Rome impériale. En 1481, l’hébreu, l’arabe et l’araméen sont enseignés au Studium Urbis à Rome en raison de leur importance pour l’étude de la Bible et de l’histoire de l’Église.

Au Moyen-Âge, voyageurs, marchands et hommes d’Église traversent l’Asie pour atteindre l’Extrême-Orient, le plus connu d’entre eux étant Marco Polo. Mais en Italie, la sinologie est principalement associée aux travaux de deux jésuites : Matteo Ricci (1552-1610) et Pasquale D’Elia (1890-1963). Matteo Ricci fut le premier sinologue italien, Pasquale D’Elia le meilleur sinologue de Rome dans l’entre-deux-guerres et le dernier missionnaire sinologue « pré-moderne ».

Pendant les années 1980, les études japonaises et chinoises connaissent de profonds bouleversements. Jusqu’au début des années 1980, la majorité des étudiants intéressés par l’Extrême-Orient avaient suivi un cursus en sciences humaines et étaient principalement intéressés par la culture asiatique. A partir de la seconde moitié de la décennie, le nombre d’étudiants passe de 10 – 15 à plus de 100 par an et les domaines d’étude sont étendus, au-delà de la langue et de la culture, à l’économie, l’histoire et à des sujets contemporains. Plus récemment, des cours spécialisés sur le Japon ont été proposés, par exemple un cours sur le commerce japonais à l’Université privée Bocconi de Milan et des cours de traduction et d’interprétariat à Lecce. L’indologie et les études sur l’Asie centrale sont moins développées que les études chinoises et japonaises.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

Aujourd’hui les trois principales chaires de recherche sont Naples, Rome et Venise.

  • L’Orientale à l’Université de Naples, anciennement Institut universitaire oriental, accueille un important département d’études asiatiques, couvrant l’intégralité de l’Asie et le monde islamique.
  • L’Université de Rome, La Sapienza, abrite des spécialistes de langue, d’histoire et d’archéologie des pays asiatiques.
  • À l’Université de Venise, « Ca’Foscari », l’accent est mis sur les études chinoises et l’Asie de l’Est.

 Plusieurs institutions culturelles et fondations privées ont activement promu les études asiatiques :

  • L’Institut italien pour l’Afrique et l’Orient, créé en 1995.
  • L’Institut Venise et l’Orient de la Fondation Giorgio Cini, fondé en 1958.

PERSONNEL

Études chinoises et japonaises :

  • Langue et littérature chinoise : 35 chercheurs, dont sept professeurs à temps plein (quatre à Venise, un à Rome, un à Milan et un à Naples)
  • Langue et littérature japonaise : 24 chercheurs, dont six professeurs à temps plein (deux à Naples et Venise, un à Rome et Milan)
  • Histoire de l’Asie de l’Est et du Sud-Est : 11 chercheurs, dont trois professeurs à temps plein (deux à Naples et un à Venise)
  • Archéologie, histoire de l’art et philosophie de l’Asie de l’Est : sept chercheurs, dont cinq professeurs à temps plein (deux à Naples et un à Rome, Venise et Gêne)

Aujourd’hui, on compte 77 chercheurs permanents en études chinoises et japonaises dans les universités italiennes.

Études indiennes

  • Langues modernes et littérature du sous-continent indien : 10 chercheurs, dont trois professeurs à temps plein à Rome, Naples et Venise.
  • Indologie et tibétologie : 18 chercheurs, dont huit professeurs à temps plein à Milan, Bologne, Palerme, Turin, Cagliari, Pise, Basilicate et Rome.
  • Philosophie, religion et histoire de l’Inde et de l’Asie centrale : cinq chercheurs, aucun professeur à temps plein.
  • Archéologie et histoire des arts de l’Inde et de l’Asie centrale : neuf chercheurs, dont quatre professeurs à temps plein à Naples, Bologne et Rome.

Un total de 42 chercheurs étudient l’Inde et l’Asie centrale.

DOMAINES D’ÉTUDE

À l’Université de Naples, les études asiatiques englobent l’intégralité de l’Asie et le monde islamique. A l’Université de Rome, l’enseignement en chinois et en japonais a fait place à l’enseignement du persan puis du sanskrit. A Venise, le département d’études eurasiatiques se concentre sur des thèmes reliant l’Europe et l’Asie. L’Institut italien pour l’Afrique et l’Orient mène des recherches et des programmes de coopération dans de nombreux pays asiatiques dont la Chine, l’Inde, le Pakistan, le Népal, le Turkménistan, l’Ouzbékistan, l’Afghanistan, l’Iran et le Yémen. Il dispense également des cours de chinois, japonais, coréen, arabe, persan et turc.

PUBLICATIONS

  • East and West, revue fondée en 1950 et publiée par l’Institut italien pour l’Afrique et l’Orient
  • Annali dell’Istituto Univerisitario Orientale, revue publiée par l’Université de Naples
  • Rivista di Studi Orientali, revue officielle du département des études orientales de l’Université de Rome
  • Quaderni Eurasiatici, revue publiée à Venise

BELGIQUE

Source : Asian studies in Belgium – Pierre-Henry de Bruyn, Université de La Rochelle, France, et Paul Servais, Université catholique de Louvain, Belgique (2009). Consulter le texte original

Consulter la version anglaise/see the english version

BREF HISTORIQUE

L’orientalisme est d’abord enseigné et étudié à Louvain, en Belgique, dès le début du 16ème siècle, à une période où les actuelles Hollande et Belgique forment une entité encore floue appelée les Pays-Bas, qui font partie de l’empire espagnol des Habsbourg dirigé par Charles V.

En 1517, le Collège des Trois Langues (Collegium Trilingue) est fondé par Hiëronymus van Busleyden, chanoine de Malines (Mechelen), un humaniste, diplomate et ami de Thomas More et d’Erasme de Rotterdam. A l’initiative de ce dernier, Busleyden lègue sa fortune à une fondation pour l’établissement à Louvain d’un institut d’études du latin, du grec et de l’hébreu.

Le Collegium Trilingue, bien qu’indépendant de la Faculté de Théologie, a pour principal objet d’apporter aux étudiants en théologie une connaissance solide du latin, du grec et de l’hébreu, celle-ci étant indispensable à une interprétation juste de la Bible.

Durant la période menant à la Première Guerre mondiale, l’indien, l’iranien et beaucoup d’autres langues sont ajoutées au cursus des Facultés de Théologie et de Lettres. Cependant, jusqu’au milieu des années 1930, les cours restent dispersés entre les deux facultés, et ne mènent pas à un diplôme en études orientales en tant que tel. Le temps paraît venu à certains de rassembler cours et enseignants sous une seule et même enseigne. Comme le déclare le président de l’université lors de l’annonce officielle de la fondation d’un Institut orientaliste en 1936 : « Pendant les trois premiers quarts du dix-neuvième siècle, les différentes branches des études orientales ont principalement été considérées comme des sciences secondaires, au service tant des études scripturales et théologiques que de la philologie classique.

Cependant, ces disciplines sont depuis longtemps devenues indépendantes, et nous aurions dû commencer il y a plusieurs années déjà à unir nos forces et nos efforts. Cette unification est maintenant devenue réalité à l’Institut orientaliste de Louvain, qui aura comme programme l’instruction philologique de toutes les langues anciennes et l’instruction critique de l’histoire des anciens peuples de l’Orient. »

Les études extrême-orientales, au sens général, connaissent une grande avancée grâce à la contribution conséquente du Professeur Etienne Lamotte. Cet érudit, nommé professeur en 1932, se distingue dans les études bouddhiques. Autant à l’aise en sanskrit, pali et tibétain qu’en chinois classique, il produit d’impressionnantes traductions et études de textes sacrés bouddhiques, se créant par-là, ainsi qu’à l’institut, une réputation mondiale.

Les années 1960 sont une décennie de bouleversements et de changements considérables pour l’Université. En 1966-1967, l’Université est divisée en deux entités : une université néerlandophone, qui reste dans la ville historique de Louvain, et une université francophone, qui déménage dans la partie francophone de la Belgique et est renommée Louvain-la-Neuve. L’Institut orientaliste est divisé selon les mêmes distinctions linguistiques.

Comme la plupart des professeurs concernés par l’Extrême-Orient sont francophones, la section d’Extrême-Orient s’installe à Louvain-la-Neuve, où Lamotte continue d’enseigner. L’Institut orientaliste étend ses programmes pour proposer un cursus de quatre ans en 1974. En 1978, il devient un département à part entière de la Faculté de Lettres et offre un programme de quatre ans en études extrême-orientales.

Lorsque la Chine ouvre ses portes en 1979, un programme de sinologie est créé sous la direction du Professeur U. Libbrecht (retraité depuis 1993). Depuis, le programme a été le témoin d’un développement considérable. Aujourd’hui, hormis le programme général – qui se compose de cours de chinois (moderne et classique), d’histoire et de philosophie – les étudiants ont l’opportunité de se spécialiser soit en culture et en histoire, soit en économie. Les cours sont principalement donnés en néerlandais.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

  • Université Catholique de Louvain
  • Université de Louvain (Leuven)
  • L’Institut belge d’études chinoises, établi en 1929 suivant une initiative de la Chine. Durant ses 80 ans d’existence, l’Institut a développé trois types d’activités : une bibliothèque, des activités pédagogiques, telles que des cours et des conférences, et la publication de textes bouddhiques et chinois.
  • La Société belge pour l’indologie, dans laquelle l’Université de Gand joue un rôle primordial avec ses départements de langues et cultures de l’Asie du Sud, et de l’Asie orientale.
  • Le Centre d’études japonaises de l’Université de Gand
  • Le Centre pour la coopération internationale et les études du développement de l’Université libre de Bruxelles

DOMAINES D’ÉTUDES

Après la mort de Monseigneur Lamotte, les études chinoises à l’Université catholique de Louvain disparaissent presque. Cependant, ce champ s’engage depuis peu dans un processus progressif de reconstruction, pas tant dans le domaine de la sinologie classique que dans les études des aires contemporaines.

À  l’Université de Louvain, trois champs de recherche sont actuellement représentés :

  • La philosophie classique chinoise des dynasties Zhou et Han
  • Les échanges culturels entre la Chine et l’Occident depuis le 17ème siècle
  • Le chinois moderne (qui inclut la recherche appliquée sur l’enseignement du chinois)

Dans d’autres institutions, les sujets étudiés sont : le sanskrit et la culture tokharienne, la philosophie jaïn, les débuts du bouddhisme, le statut de la religion dans les temps modernes avec une attention particulière sur le bouddhisme dans l’Asie orientale et le Japon moderne, l’histoire intellectuelle et la philosophie en Chine et au Japon modernes.

PERSONNEL

Les deux seuls sinologues en poste d’enseignement dans une université francophone en Belgique sont Eric Florence à l’Université de Liège, spécialiste des questions de migration, qui a contribué à la fondation d’un Institut Confucius à Liège en 2006 ; et Françoise Lauwaert, à l’Université libre de Bruxelles, qui donne deux cours sur la Chine (anthropologie historique du monde chinois et de l’Asie contemporaine) et des cours en langue classique. Elle est également rattachée à l’Institut des Hautes Etudes de Belgique.

Dans les parties francophone et néerlandophone du pays, la situation est donc différente. Malgré d’importantes différences sur les plans financier et institutionnel, des personnalités des deux parties se mobilisent pour améliorer l’état des études asiatiques.

Pour en savoir plus : http://resap.hypotheses.org/1590#sthash.aZWWlays.dpuf

RUSSIAN FEDERATION – SAINT PETERSBURG

 Source: Sinology in St. Petersburg: Traditions and Contemporary Approaches, by Nikolay Samoylov, Faculty of Asian & African Studies, St.Petersburg State University, Russian Federation (July 2012). See the original text here

 

SHORT HISTORY

On the 18th of June 1700, Peter the Great issued an edict that is considered to be the first decree on Russian studies of Oriental languages.  The Russian Tsar ordered that “two or three talented and not very old monks” be sent to Tobolsk (Siberia) to study Chinese and Mongolian. The first ecclesiastical mission arrived in Beijing in 1716 and remained there for the following three centuries, preaching Christianity. They studied the Qing dynasty, the Manchu army and relations between China and neighbouring countries, and translated Chinese and Manchu publications as well as Confucian classics into Russian. In 1741, Illarion Rossokhin founded the first school of Chinese studies in Saint Petersberg.

The Faculty of Oriental Studies at the University of Saint Petersburg was established in 1854. In 1899, an Institute of Oriental Studies was founded in Vladivostok, at which graduates of Saint Petersburg University were the first professors.

After the October Revolution in 1917, all the faculties and departments of Petrograd University (former Saint Petersburg) were reorganized. Gradually, the only method of scholarly research and teaching became Marxism-Leninism: the main fields studied were to be social and economic development and the history of the class struggle and the revolutionary movement in China. Between 1920 and 1950, Soviet officials imposed the Stalinist view on China in university courses, repudiating classical Sinology. During that period, many Russian Sinologists were arrested and put into prison or concentration camps or simply killed.

The Faculty of Oriental studies was re-established in 1944, and the best traditions of the Saint Petersburg School of Chinese studies were brought back to life by a group of renowned Russian Sinologists.

In 1960 to the 1980s, Sinology took a new direction, with the study of Chinese intellectual history, the history of Chinese secret societies and religious groups and the history of the Chinese peasant movement. From 1961 to the present, the Faculty of Oriental Studies has held special conferences on the problems of historiography. Today, it ranks among the world’s largest institutions in the field of Sinology.

PRESENT ORGANISATION AND FUNCTIONING – FIELDS STUDIED

  •  Saint Petersburg Faculty of Oriental Studies

A 4-year BA programme is offered at the Faculty of Oriental Studies of Saint Petersburg University.

Students must study at least two oriental and one European language. The theoretical courses cover a wide spectrum of disciplines: history of China, Chinese literature, linguistics, ethnography, philosophy, economy and religions.

Graduates are awarded a BA in the general field of Oriental and African studies.

The Faculty also offers five Masters degrees, and graduates are awarded an MA degree in Oriental and African studies.

Students learn Chinese, both modern and classical, literature, ethnography, religion, philosophy, politics and economics; they also study English and Japanese. This curriculum provides the students with extensive knowledge of Chinese civilization and Chinese society, to help them work in various fields as researchers, interpreters, diplomats, journalists, teachers, librarians and business representatives in East Asia.

Professors from Saint Petersburg State University contributed to the establishment of a new Sinology centre in Blagoveshensk, at the Russian-Chinese border.

Many eminent scholars maintain the best traditions of the classical Saint Petersburg School for Chinese studies. They are concentrated in two departments:

  • Chinese Philology
  • History of Far Eastern Countries

Fifteen professors and teachers hold seminars on various aspects of Chinese studies.

Specialists from other Saint Petersburg academic institutions, such as the Institute of Oriental Studies, the Institute of Anthropology and Ethnography and the State Hermitage Museum, are invited to teach special courses.

  • Confucius Institute at Saint Petersburg State University

Founded in July 2005 under an agreement between Saint Petersburg State University and the Chinese national office for teaching Chinese as a foreign language. Its aims are to combine excellent traditions of teaching Chinese in Russia with the experience of Chinese partners and the latest techniques of distance education. The Confucius Institute offers courses in Chinese language, calligraphy and culture.

11 teachers of Chinese languages: nine are Russian and two are Chinese.

160 students are enrolled in language courses.

  • Saint Petersburg branch of the Institute for Far Eastern Studies

Founded in 2010 as a branch of the Institute for Far Eastern Studies of the Russian Academy of Sciences in Moscow. Its main task is cooperation in the scientific activities of Saint Petersburg and Moscow scholars engaged in East Asian studies.

  • Library of the Russian Academy of science

The library of the Russian academy of science is a large State-owned library based in Saint Petersburg.

The library was founded in Saint Petersburg by a decree of Peter I in 1714 and subsequently integrated into the structure of the Saint Petersburg Academy of Sciences. Since 1747, all academic institutions, and since 1783 all publishers in the country have been legally obliged to provide the library with a free copy of each published item. Between 1728 and 1924, its collections were stored in the Kunstkamera building, with which it had formed a single academic institution until 1803. In 1924-1925, the collections were transferred to a new building built for the library in 1914 and occupied by a military hospital during the First World War. On 15 February 1988, the library suffered a catastrophic fire, which destroyed or damaged a considerable part of the collection.

The Asia and Africa Publications Department of the Russian Academy of Sciences Library was established in 1953.

  • Institute of Oriental Manuscripts

Dvortsovaya nab. 18, Saint Petersburg

The Institute is divided into six academic divisions:

Department of Ancient Eastern Studies

Department of Central Asian and South Asian Studies

Department of Far Eastern Studies

Department of Manuscripts and Documents

Department of Middle Eastern and Near Eastern Studies

The Academic Library

  • Kunstkamera

Peter the Great Museum of Anthropology and Ethnography. Russian Academy of Sciences

3 University Embankment, Saint Petersburg

In autumn 1714, Peter the Great ordered Doctor Robert Areskin to move his personal collection and library from Moscow to Saint Petersburg, the new capital, and to begin work on the creation of the first State public museum – the Kunstkamera. For Peter the Great, it was extremely important to create an image of a changing Russia. The Emperor had the habit of receiving ambassadors in his museum, and a tour of the museum was part of the programme for all important guests.

The museum is divided in research departments:

Department of Australia, Oceania and Indonesia

Department of America

Department of Physical Anthropology

Department of Archaeology

Department of Africa

Department of East and Southeast Asia

Department of Eastern Slavs and Peoples of European Russia

Department of Europe

Department of Caucasus

Department of Siberia

Department of Central Asia

Department of South and Southwest Asia

Department of the history of Kunstkamera and 18th century Russian Science (M.V. Lomonosov museum)

Centre of Political and Social Anthropology

  • Saint Petersburg State University, Faculty of Philosophy

Saint Petersburg State University Faculty of Philosophy

Department of Oriental Philosophy and Culture established in the Faculty of Philosophy of Saint Petersburg State University in 1998.

It has four educational programmes, two of which are devoted to Far Eastern and South Asia regions: Chinese culture (headed by Professor Marina Kravtsova) and culture of India (headed by Professor Sergei Pahomov).

Overall enrolment in the Chinese culture programme is 100 students, currently with five full-time teachers. The programme covers a wide range of topics in the history of Chinese culture (including religion, philosophy, political thought  in classical times and modernity). The teaching is based primarily on developing the linguistic skills of the students, enabling them to carry out their research on the basis of both primary sources and secondary literature. The course takes 5 years, which is traditional in the Russian higher educational system, and comprises both lectures such as on the history of China, the history of Chinese culture and philosophy, the history of Chinese art, the history of Chinese literature, Chinese popular beliefs and religions of modern China. There is also  a variety of courses in both modern and classical Chinese and written Japanese. At the end of each school year, a research paper must be presented. The course is completed by a State examination and an oral examination on the final research topic. On the basis of their academic achievements, the students can continue to graduate school.

The programme on the culture of India is organized on the same model. The overall enrollment is 20 students, with four full-time teachers. It covers various areas of Indian culture, including religious, philosophical and social aspects, from antiquity until modern times, with numerous lectures on topics such as Indian philosophy, history of India, Vedic religion and Hinduism, Indian literature, Indian art and the social system of India. The programme also includes language classes in Sanskrit and in Hindi (the main language of modern India).

  • Ho Chi Minh Institute

Saint Petersburg State University Faculty of Asian and African Studies

The Institute was founded in 2010 with support from the Government of Viet Nam and Saint Petersburg State University.

The main research areas:

Contemporary political situation in Viet Nam

International relations in South-East Asia

Foreign policy of Viet Nam

Modern and current history of Viet Nam

RUSSIAN FEDERATION – MOSCOW

Source: Summary of information gathered by Mikhail Roshchin, Institute of Oriental Studies at the Russian Academy of Sciences, Russian Federation (2010).

 

Oriental studies at Moscow University started as early as the 1750s. The Institute of Asian and African Studies is the leading Russian centre for training specialists in oriental studies in general and in studies of countries and regions of Asia and Africa.

The Institute of Oriental Studies at the Russian Academy of Sciences is Russia‘s leading research institution for the study of the countries and cultures of Asia and North Africa. The Institute is located in Moscow. It was formerly in Saint Petersburg, but in 2007 the Saint Petersburg branch was reorganized into a separate Institute of Oriental Manuscripts.

  • Institute of Ethnology and Anthropology

 Leninsky Prospect, 32A, Moscow

Short history

The Institute is part of the history branch of the Russian Academy of Sciences. It was established in the Soviet Union by amalgamation of the Museum of Anthropology and Ethnography and the Institute for the Study of Ethnic Groups of the USSR in autumn 1933.

The institute has its own library, archives and museum.

Countries and fields studied

Central Asia, Pakistan, India, Sri Lanka, other countries of South-East Asia, Malaysia, Indonesia, China, the republic of Korea, Japan, Oceania.

Anthropology, social and medical ethnology, ethnosociology, ethno-ecology, cross-cultural psychology, culture, political sciences, religion.

Staff

153 researchers

24 PhDs

Publications

An electronic publication: www.ethnonet.ru

Races and people” is a magazine that is published regularly. The last one appeared in 2006.

  •  GORKY Institute of World Literature

 Povarkaya, 25A, Moscow

http://www.imli.ru/

The Institute is part of the Russian Academy of Sciences. It was founded in 1932 for the 40th anniversary of Maxim Gorky’s literary activity.

The department of Asian and African literature was founded in 1975-76.

The Institute is considered the most important Russian centre in literature studies. The personnel comprises 209 researchers, with 39 PhD students.

  • Institute of Linguistics

Bolchoi Kislovsky Pereoulok, 1/12 Moscow

http://www.iling-ran.ru

The Institute is part of the Russian Academy of Sciences. It was founded in 1950 in Moscow.  The staff comprises 103 researchers, with 25 PhD students.

The Institute is considered an essential linguistic study centre.

  • Institute of Practical Oriental Studies

Nahimovsky Prospeckt, 32 Moscow

http://www.ipos-msk.ru

This nongovernmental institution of higher education, which is part of the Academy of Pacific Region Countries, was founded in 1993. It was initiated on a decision of the Academic Council of the Institute of Asian and African Studies of Moscow State University to meet the growing demand for orientalists with training in practical rather than purely scientific areas.

There are 65 professors and 268 students.

The countries studied are: all the Arabic countries, Turkey, Iran, Pakistan, India, Sri Lanka, other countries of South-East Asia, Malaysia, the Philippines, China, the Republic of Korea, Japan and Taiwan.

The fields studied are history, linguistics, culture and politics.

  • Institute of Oriental Studies

Rozhdestvenka, 12  Moscou

http://www.ivran.ru/

The Institute was established during the time of the Soviet Union and was situated in Saint Petersburg. In 1950, the Institute was transferred to Moscow and is now known as the main centre of oriental studies in Russia. The Saint Petersburg branch still exists, to which, since 2009, the Institute for Oriental Manuscripts is attached.

There are 388 researchers and 50 PhD students.

The countries studied are: all the Arabic countries, Turkey, Iran, Pakistan, India, Sri Lanka, other countries of South-East Asia, Malaysia, the Philippines, China, the Republic of Korea, Japan, Taiwan, Australia, New Zealand and other countries of Oceania.

The fields studied are: history, philology, linguistics, economy, culture and politics.

  • ORIENTAL UNIVERSITY

Rozhdestvenka, 12, Moscou

http://www.orun.ru/

The University was founded in 1994 in Moscow.  It is a branch of the Institute of Oriental Studies, and many professors at the University are also researchers at the Institute.

There are 72 professors and 203 students.

The countries and areas studied are: the Far East, Australia and other parts of Oceania, South and South-East Asia, Iran and the Arabic world.

CZECH REPUBLIC

 Source: Presentation of Asian and Pacific studies, by Olga Lomova, Institute of East Asian Studies, Charles University in Prague, Czech Republic (2009). See the original text here

SHORT HISTORY

Asian studies in the Czech Republic date back to the second half of the 19th century. ‘Asia’ was considered to be all the countries beyond Europe, including the Middle East, South and South East Asia and the Far East. From the beginning, Indology and Sinology have been the focus of Asian Studies at Prague’s Charles University.

After 1948, with the victory of the Communist revolution, Asian studies flourished. New chairs in Sinology, Japanology, and Koreanistics were established, and Indology developed further, divided according to language (Hindi, Bengali, Tamil). As there was restricted academic freedom in other humanities, Asian studies also attracted some of the best minds in Czech humanities at the time.  Most of these developments stopped in 1968 after the suppression of the Communist reformist movement, which resulted in purges in academic institutions, restricted access to information, limited international information and in some cases, namely Sinology, direct subordination of research and teaching to the decisions of the Central Committee of the Communist Party. Academic research hibernated, occasionally pursued by scholars in private, and teaching was restricted to language instruction and topics relevant to politics and ideology. The only new development in this period was the creation of Mongolian and Vietnamese studies at Charles University. When academic freedom was restored in 1990, Asian studies faced a huge generation gap, accompanied by controversy about the previous Communist activities of some of the older scholars. Asian studies therefore returned to the tradition of philology-oriented studies. Asian social sciences started to develop only with the new generation of PhD degree holders.

PRESENT ORGANIZATION AND PRESENTATION

Charles University, Faculty of Philosophy (public institution, no fees)

Celetna 13

116 36 Prague 1

Telephone: +420 224 491 850

Fax: +420 224 491 895

E-mail: ipc@ruk.cuni.cz

There are three entities in the University:

  • Institute of East Asian studies

http://www.ff.cuni.cz

  • Chiang Ching-kuo Foundation International Sinological Centre

http://cck-isc.ff.cuni.cz/indexEn;html

  • Institute of South and Central Asia

http://www.ff.cuni.cz/FF-7332.htm

Oriental Institute, Academy of Sciences, Prague (public institution)

http://www.orient.cas.cz

The Institute has a department of East Asian Studies and a department of South Asian Studies.

Palacky University Olomouc, Faculty of Philosophy (public institution, no fees)

Department of Asian Studies

http://www.kas.upol.cz/

Masaryk University, Brno (public institution, no fees).

Centre for the Study of Religion in China and Japan

http://www.phil.muni.cz/relig/csncj-uvod.php

Metropolitan University, Prague (private institution, tuition fees).

Department of Asian Studies

http://www.cz/cs/pha/asijska-studia-a-mezinarodno-vztahy/472

FIELDS STUDIED

In these universities and institutes, the following studies are proposed: literature, linguistics, early history (pre-modern and modern), philosophy, religion, anthropology, Chinese medicine, contacts with Europe, contemporary Buddhism, modern literature, Taiwan.

Depending on the university or institution, BA and MA programmes are offered, a wide variety of language classes, various country studies

Charles University in Prague is the only centre of higher learning in the Czech Republic that offers a PhD programme in Asian studies.

Annual conferences and workshops are organized. There are also bilateral exchanges, European programmes and projects supported by Asian foundations.

ABOUT THE STAFF

There are about 56 lecturers and researchers in Asian studies in the Czech Republic. A full-time teacher is required to devote 1/3 of time to teaching, 1/3 to research and 1/3 to administration.

The number of students in all the listed institutions is 450-500, with a steady rise in the numbers.

PUBLICATIONS

–          Acta Universitatis Carolinae – Studia Orientalia Pragensia  since 1945

–          Mongolica Pragensia since 2007

–          Archiv Orientalni since 1929 (in English, French and German)

–          Novy Orient since 1945 (in Czech)

 

IRELAND

Source: Asian studies in Ireland, by Chris Connolly, University College Cork‐National University of Ireland, UCC, Ireland (2009). See the original text here

 

SHORT HISTORY 

Asian studies are a very young established academic discipline in Ireland, with the first school of Asian studies launched in 2008 at University College Cork-National University of Ireland, Cork (UCC). However, research on and study of Asia go back some years, when a number of business schools initiated Japanese language teaching into their curriculum; most notably the University of Limerick’s Kemmy Business School established the Euro-Asia Centre. In 1999, the Irish Government launched its ‘Asia Strategy’ document, prioritising the development of economic and other relations with China, Japan, the Republic of Korea, Singapore, India, Malaysia, Indonesia, and Viet Nam.  As part of phase II of this strategy, in 2005 the Minister for Education announced the Department of Education’s support for the establishment of two Irish institutes of Chinese studies, one in University College Dublin (UCD) and the other in University College Cork (UCC). The institute in UCC quickly grew into a full department, running four degree programmes in Chinese studies. In 2009, the department expanded its scope of enquiry to include an MA in Asian studies, with a regional focus on North East Asia, and study in either Japanese or Korean language. Other institutions in Ireland have also introduced the teaching of Asian languages, while individual academics have their own research areas that include Asia-related topics.

PRESENT ORGANISATION AND FUNCTIONING

  • University of Ulster, University College Cork (UCC)

http://www.ulster.ac.uk/; http://www.ucc.ie/en/

  • Queens University Belfast (QUB)

http://www.qub.ac.uk/

  • National University of Ireland, Galway (NUIG)

http://www.nuigalway.ie/

  • University of Limerick (UL)

http://www.ul.ie/

  • Dublin City University (DCU)

http://www.dcu.ie/

  • University College Dublin (UCD)

http://www.ucd.ie/

  • Trinity College, University of Dublin (TCUD)

http://www.tcd.ie/

  • National University of Ireland Maynooth (NUIM)

http://www.nuim.ie/

  • National College of Ireland (NCI)

http://www.ncirl.ie/

Third-level education in the Republic of Ireland is public and free, although students are required to pay a registration fee of €1500 to cover student services. A grant system is available providing up to €3400, administered by county councils. The education system is based on the License, Master, Doctorate system.

STAFF

There are 85 academics researching in the area of Asian studies, who conduct work on 22 different Asian countries, regions and intergovernmental bodies. China, Japan and India are the countries with the highest level of research activity. Most scholars are required to do research and teach as part of their duties, and it is a contractual obligation of all full-time academics to be ‘research active’ and publish, although there is no national system for the monitoring of this. Researchers are free to choose their own areas of research, although, of course, the Government can provide direction through preferential treatment for specific areas of research by the administration of research grants on certain topics. Private consultancy work is permitted, but must be declared. Internal research grants are limited, and most funding comes from external sources.

FIELDS STUDIED

Language and cultural studies are the main areas of study.  East Asia is the main area of research in language and cultural studies. Politics and history are the top areas of interest in each of the four regions of Asia (South, East, Southeast and Central Asia). The languages studied in the various establishments are: Japanese, Mandarin Chinese, Korean, Malay and Indonesian.

ITALY

Source: Asian Studies in Italy, by Carlo G. Cereti, University of Rome « La Sapienza », Italy (2005). See the original text here.

 

SHORT HISTORY

Asian studies in Italy focus mainly on China, Japan, India and Central Asia. Oriental studies have been practised in Italy since Imperial Rome. In 1481, Hebrew, Arabic and Chaldaic were taught in Rome’s Studium Urbis because of the importance these languages had for studying the Bible and church history.

In the Middle Ages, travellers, merchants and men of religion travelled throughout Asia to reach the “Far East”, the most famous of these being Marco Polo. Sinology in Italy is, however, most strongly associated with the work of two Jesuits: Matteo Ricci (1552-1610) and Pasquale D’Elia (1890-1963). Matteo Ricci was the first Italian Sinologist, while Pasquale D’Elia was the best Sinologist in Rome between the two World Wars and was the last “pre-modern” missionary Sinologist.

In the 1980s, Japanese and Chinese studies underwent major changes. Up to the early 1980s, most students interested in the Far East had a background in the humanities and were interested mainly in Asian culture. Towards the second half of that decade, the number of students rose from 10 to 15 a year to over 100 a year, and the fields of study expanded from language and culture to economy, history and contemporary subjects. More recently, specialized Japanese courses have been offered, such as Japanese business at the private Bocconi Univerity of Milan and the translation and interpretation course in Lecce.

Indology and Central Asian studies are less developed than Chinese and Japanese studies.

PRESENT ORGANISATION AND FUNCTIONING

Today the three main seats of research are Naples, Rome and Venice.

 ·         L’Orientale at the University of Naples, formerly the Istituto Universitario Orientale, hosts a large department of Asian studies, covering the whole of Asia and the Islamic world.

  • The University of Rome, La Sapienza, hosts specialists in the languages, history and archaeology of Asian countries.
  • At the University of Venice, “Ca’Foscari”, the main focus is on Chinese and East Asian studies.

Several cultural institutions and private foundations have been particularly active in promoting Asian studies, including:

  • The Istituto Italiano per l’Africa e l’Oriente, established in 1995
  • The institute Venezia e l’Oriente of the Fondazione Giorgio Cini, founded in 1958
  • Chinese and Japanese studies:
    • Chinese language and literature: 35 researchers, including seven full-time professors (four in Venice, one each in Rome, Milan and Naples).
    • Japanese language and literature: 24 researchers, including six full-time professors (two in Naples and Venice and one each in Rome and Milan).
    • History of Eastern and South-Eastern Asia: 11 researchers, including three full-time professors (two in Naples and one in Venice).
    • Archaeology, history of art and philosophy of Eastern Asia: seven researchers, including five full-time professors (two in Naples, one each in Rome, Venice and Genoa).

ABOUT THE STAFF

Today, there are 77 permanent researchers in Chinese and Japanese studies in Italian universities.

  • Indian studies:
    • Modern languages and literature of the Indian sub-continent: 10 researchers, including three full-time professors in Rome, Venice and Naples.
    • Indology and Tibetology: 18 researchers, including eight full-time professors in Milan, Bologna, Palermo, Turin, Cagliari, Pisa, Basilicata and Rome.
    • Philosophy, religion and history of India and Central Asia: five researchers, no full-time professor.
    • Archaeology and history of the arts of India and Central Asia: nine researchers, including four full-time professors in Naples, Bologna and Rome.

A total of 42 researchers are studying India and Central Asia.

FIELDS STUDIED

At the University of Naples, Asian studies include the whole of Asia and the Islamic world. At the University of Rome, instruction in Chinese and Japanese was followed by teaching of Persian and then of Sanskrit. In Venice, the department of Eurasian studies focuses on themes connecting Europe to Asia. The Istituto Italiano per l’Africa e l’Oriente runs research and cooperation programmes in many Asian countries, including China, India, Pakistan, Nepal, Turkmenistan, Uzbekistan, Afghanistan, Iran and Yemen. It also organizes languages courses in Chinese, Japanese, Korean, Arabic, Persian and Turkish.

PUBLICATIONS

  • East and West, founded in 1950 and published by the Istituto Italiano per l’Africa e l’Oriente
  • Annali dell’Istituto Univerisitario Orientale, published by the University of Naples
  • Rivista di Studi Orientali, the official journal of the department of oriental studies at the University of Rome
  • Quaderni Eurasiatici, published in Venice

LITHUANIA

Source: Asian studies in Lithuania – Audrius Beinorus, Center of Oriental Studies at Vilnius University, Lithuania (2009). See the original text

 

SHORT HISTORY

Asian studies in Lithuania date back to the 19th century, when Vilnius University was at the heart of Oriental language studies. The department of Eastern languages was founded as early as 1810, but with no one at its head. A famous Vilnius intellectual, Kazimir Kontrimas, ventured a proposition to the Governor of the Vilnius district to establish an Institute of Eastern Studies; however, for unknown reasons, the project was not accepted, and talented university students were forced to scatter around the world.

During the independence period between the two World Wars, Oriental studies in Lithuania did not get the attention and support they deserved; they survived only because of the efforts of a few devoted scholars.

In Soviet times, under the control of Moscow, Lithuanian schools of higher education were not allowed to set up institutes of Oriental studies. As a result, students were sent to Russian universities.

After 1993, with the independence of Lithuania, Asian studies enjoyed a revival. The Centre of Oriental Studies at Vilnius University focuses on studies of regions in South, East and Near-East Asia. The objectives of the Centre are to prepare specialists in Asian studies for scientific research, the development of cultural and business relations as well as to promote better understanding of Eastern cultures in Lithuania.

After receiving generous support from social partners and state institutions, a BA programme of Classical Asian Studies was added in the academic year 2000. In 2005, a new BA programme in Iranian studies and an MA programme in Contemporary Asian studies and in 2007 a BA in Turkish studies were introduced.

PRESENT ORGANISATION AND FUNCTIONING

Centre of Oriental Studies

Vilnius University

University Street 5

LT-01513, Vilnuis

Centre for Asian Studies at the Faculty of Political Sciences and Diplomacy

Kaunas Vytautas Magnus University

Vaizganto 30, Kaunas

The Centre for Asian studies was established in 2009 by combining two existing institutions: the Asian Studies Centre and the Japanese Studies Centre.

Students are required to pay for their studies, as there are no Government grants for Asian studies; however, agreements between Lithuanian and Asian and other European universities provide various grants.

Students can go to Asian universities for part of their studies.

The educational system in based on the model: BA, MA , PhD.

ABOUT THE STAFF

Vilnius University

Centre of Oriental Studies

There are 25 full-time and part-time lecturers. The number of full-time positions depends on the number of students and the University’s budget.

Ten students are admitted every 2 years to each BA programme: Indian, Chinese, Japanese, Iranian, Arabic and Turkish studies. Every 2 years, 15 students are admitted to the MA in contemporary Asian studies.

Lecturers and researchers in Asian studies at Vilnius University are members of the Central and Eastern European Network for Indian Studies (CEENIS) and the European Network of Contemporary Academic Research on India (ENCARI).

The staff divide their time between research and teaching, with one third of their salary assigned to research.

All lecturers who hold a PhD are obliged to do research and to publish.

Kaunas Vytautas Magnus University

There are three researchers and seven lecturers for approximately 20 MA students.

At Kaunas University, teaching and research are clearly divided.

The number of scholars in Asian studies has increased regularly in recent years. Because of the low salaries, it is almost impossible to attract senior scholars from abroad for full-time positions.

FIELDS STUDIED

Vilnius University Centre prepares qualified specialists in humanities and social Sciences. Among its educational objectives are analysis and research of cultural evolution in the major geographical regions of Asia, intercultural communication, and prospects of collaboration in Asian studies. The approved research topic for 2008–2013 is ‘Traditional Strategies of Knowledge in Asia’.

13 Asian languages are taught at the Centre: Japanese, Mandarin, Chinese, classical Chinese, Tibetan, Persian, Dari, Arabic, Turkish, Hindi, Sanskrit and Vedic.

Kaunas Vytautas Magnus University provides instruction in Japanese, Mandarin and Korean. Their main research theme is: ‘Representation (images) of East Asian countries in Europe’.

PUBLICATIONS

 

BULGARIA

Source: East-Asian studies in Bulgaria, by Boyka Tsigova, Department of East Asian Studies, St. Kliment Ohridski, University of Sofia, Bulgaria (2009). See the original text here

 

SHORT HISTORY

Much research has been conducted on Asia and the Pacific in Bulgaria since the beginning of the 20th century. Most studies have focused on understanding the Eastern world and to introducing various Eastern cultures (Chinese, Japanese, Indian and Arabic) into Bulgaria. In 2007, the Confucius Institute was opened in Sofia at Saint Kliment Ohridski University, which is financed and supported mainly by China. This centre for eastern language studies is the main institution for research on Asia and the Pacific in Bulgaria, with four departments and 10 majors.

The first degree programmes of the centre began in 1984 in the Faculty of Classical and Modern Philology. Since then, the centre has grown and is today the largest national unit for study and research on Asia in Bulgaria.

The department for East Asian Studies is the largest at the centre and in the Faculty of Classical and Modern Philology. It was established in 2000 and comprises programmes for Japanese, Chinese and Korean studies.

PRESENT ORGANISATION AND FUNCTIONING

– Main institution:

Sofia University Saint Kliment Ohridski (Centre for Eastern Languages and Studies).

1504 Sophia, 15 Tzar Osvoboditel Blvd

Rector: Professor Ivan Ilchev, Dr Habil

Tel: +359 2 946 18 15

– Other institutions where Asian and Pacific studies are undertaken:

University of Veliko Turnovo

D.A. Tsenov Academy of Economics

National Academy of Art

Bulgarian Academy of Sciences

Various research institutes

FIELDS STUDIED

–        Language and culture of East Asia (Japan, Korea, China), and also of India, Pakistan, Iran and Armenia. Also Caucasian, Arabic and Semitic languages and culture, and Turkish and Altaic languages.

–          Linguistics, literature, ethnology, arts, religion. Social and economic life.

–         Degrees offered at the centre:

BA, MA, and doctoral programmes.

Language courses

Asian culture courses

 ABOUT THE STAFF

 –         Staff at the centre:

  • 43 full-time lecturers and approximately 73 part-time lecturers per year
  • In the department of Eastern Studies: 16 full-time lecturers 13 part-time lecturers and 6 guest lecturers.
  • In the Japanese studies programme: 6 full-time lecturers and 3 part-time staff plus 2 guest lecturers from Japan.

Total number of students: 450 in 2009-2010.

 –          Education is free at the University, except for Government fees.  Scholarships for studying abroad are also available.

–          Research is one of the responsibilities of scholars at the University.

–          Researchers who work in institutes outside the University are full-time researchers engaging mainly in scientific work. They are not required to teach, except when their scientific field requires it. Professors are responsible for the quality of the teaching; they also supervise PhD students and participate in various forms of the university administration.

–          Many students have found successful career development in the fields of science, education, translation, journalism, diplomacy, public administration and private business.

PUBLICATIONS AND WEBSITES

–          Bulgarian Oriental Studies, Centre for Eastern Languages and Studies.

–          Series Oriens, Centre for Eastern Languages and Studies.

–          Yearbook of Saint Kliment Ohridski University, Sofia, Faculty of Classical and Modern Philology.

–          Contrastive linguistics, Faculty of Classical and Modern Philology and Faculty of Slavic Studies.

Annuaire de l’Univerité de Sofia Saint Kliment Ohridski, Faculty of History.

 

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:12.0pt;
font-family: »Cambria », »serif »;
mso-ascii-font-family:Cambria;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Cambria;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}