Archives de catégorie : Pacifique

Références biblio : Assises de la Recherche Française dans le Pacifique

 

-Actes des Assises de la Recherche Française dans le Pacifique : 24-27 août 2004, Nouméa, Nouvelle-Calédonie

http://www.documentation.ird.fr/hor/fdi:010051919

Y lire « Les recherches en sciences humaines et sociales : bilan et perspectives » , Paul de Deckker, 2004 :

assises fra de la rech dans le pac_2004

 

-2nd Assises de la recherche française dans le Pacifique : 2-6 mars 2009, Tahiti, Polynésie française

http://www.psi2009.pf

 

 

Christian Huetz de Lemps & Viviane Fayaud : Au-delà de l’Asie… Le Pacifique

Le concept d’Asie-Pacifique, largement utilisé aujourd’hui, introduit, volontairement ou non, l’idée d’une association dissymétrique et déséquilibrée dans laquelle le poids écrasant de l’Asie ne laisserait au Pacifique c’est-à-dire aux terres qui s’y dispersent, qu’une place annexe, secondaire. Le Pacifique, ne ferait en quelque sorte qu’apporter une dimension maritime et plus de profondeur à l’énorme ensemble continental asiatique. On comprend aisément cette tentation, qui conduit les Affaires Étrangères à raisonner généralement à partir de cette référence Asie-Pacifique, si l’on se réfère aux poids respectifs humain, économique et géopolitique des deux entités.

Un espace océanique

Et pourtant, l’aire Pacifique mérite d’être clairement individualisée car elle a une identité propre qui s’affirme aussi bien sur le plan géographique que politique, humain et culturel, une identité qui n’est ni asiatique, ni d’ailleurs américaine. Géographiquement d’abord, c’est un monde presque purement océanique, caractérisé d’abord par son immensité. Il représente en gros un tiers de la surface du globe, et les distances entre les principaux points tant à l’intérieur que sur ses bordures sont souvent énormes. De Panama ou Acapulco à Manille par exemple (la route « aller » du fameux « galion de Manille » au temps de la colonisation espagnole), il n’y a pas moins de 17 000 kilomètres !

Dans ces immenses horizons maritimes, les terres émergées n’occupent qu’une place secondaire, voire mineure, sauf à l’Ouest avec la masse australienne flanquée de la Nouvelle-Zélande et de la Nouvelle-Guinée. À ces exceptions près, les îles et archipels qui se dispersent au sein des solitudes océaniques ne représentent que des surfaces modestes, de quelques km² à quelques milliers de km². Rien à voir donc avec les gros ensembles continentaux américain et asiatique, même si ce dernier est flanqué de grands archipels (Philippines, Japon) qui en rompent la massivité.

Il y a donc là un espace largement maritime, qui justifie pleinement la traditionnelle appellation d’ « Océanie » attribuée à ce « cinquième continent » si différent des autres et si original à tous points de vue. Cette originalité est pour une large  part la conséquence de l’immensité océanique et de l’émiettement des terres, et nécessite à l’évidence des recherches spécifiques. Plusieurs grands domaines constituent des orientations privilégiées, que l’on retrouve aussi bien dans l’histoire de la recherche que dans les perspectives novatrices à développer dans le présent et le futur.

Une implication occidentale pluriséculaire

D’abord, la nature elle-même présente dans cette aire océanienne de fortes particularités par rapport par exemple aux ensembles asiatiques. Le naturaliste britannique Alfred R. Wallace avait déjà au XIXe siècle bien remarqué cette coupure entre les mondes asiatique et océanien, même si par la suite on s’est attaché à définir une zone intermédiaire de contact (Wallacea) plutôt qu’une ligne de séparation brutale. Quoiqu’il en soit, l’Océanie offre des traits naturels originaux  qui justifient bien sur des programmes de recherche spécifiques. Ainsi, on peut mentionner par exemple la mobilisation sur le thème des récifs coralliens, dont les trois-quarts se situent, on le sait, dans le Pacifique. Faut-il citer ici les travaux réalisés à Perpignan sous l’égide de Bernard Salvat, ou encore ceux de l’Institut Océanographique de Monaco, ceux de l’IRD et bien d’autres ? Les récifs coralliens manifestent, on le sait, une extrême sensibilité aux mutations environnementales, ce qui en fait des marqueurs très précieux des évolutions tant des climats que du niveau marin ou des pollutions. Les données ainsi recueillies ont en fait une valeur à l’échelle du globe. En outre, des problèmes écologiques telle que la disparition d’atolls par l’élévation du niveau de la mer (Tuvalu), la perforation de la couche d’ozone ou le danger des tsunamis avec leurs graves conséquences tels les réfugiés écologiques, les maladies et les destructions, appellent de vastes analyses pluridisciplinaires que l’appel à projet, en 2011, de la Commission Européenne intitulé « Climate change uncertainities: policymaking for the Pacific front » ne remplace pas.

De la même façon, le Pacifique est un domaine privilégié d’études sur la biodiversité, les mécanismes et la chronologie de l’évolution. L’isolement et l’émiettement des mondes insulaires conduisent à des phénomènes d’endémisme de la flore et de la faune tout à fait remarquables, et très éclairants sur les formes et les rythmes de l’évolution, dont la théorie

même a vu le jour, on le sait, dans les observations de Charles Darwin aux Galapagos, en plein Pacifique. Il reste néanmoins beaucoup à découvrir sur l’écologie des îles, comme l’a montré l’inventaire complet de l’île de Santo (Vanuatu) réalisé en 2006. L’intérêt de la recherche sur les mondes insulaires du Pacifique ne se limite pas bien sûr aux singularités de leurs milieux physiques et de leur biogéographie. Toute aussi passionnante est l’étude des hommes, de leurs migrations, de leurs constructions territoriales, de leurs structures sociales, de leur identité culturelle. Là aussi, les îles du Pacifique sont loin d’être un simple prolongement de l’Asie, même si l’origine lointaine des populations  « indigènes » qui y vivent se situe indiscutablement dans l’aire asiatique. Il y a à la fois une identité océanienne d’ensemble et une diversité matérialisée depuis Jules Dumont d’Urville dans la distinction entre Mélanésiens, Polynésiens et Micronésiens, sans oublier bien sûr les formes les plus anciennes de peuplement, les aborigènes australiens. Dès leur découverte, ces populations ont suscité un intérêt passionné de la part de leurs visiteurs. Dés le départ, elles ont tenu un rôle presque disproportionné dans la construction intellectuelle de l’Europe, en particulier de la France du dernier tiers du XVIIIe siècle. Le bon (et beau) sauvage de Louis de Bougainville et des philosophes, le vieux sage tahitien de Denis Diderot (Supplément au voyage de Bougainville) ont bien vite conquis une place dans l’histoire des idées sans rapport avec le petit nombre de ces « indigènes » et la modestie de leurs îles !

Ces populations ont continué à constituer des objets privilégies d’études, de la part de générations de simples observateurs d’abord (souvent fortement impliqués, comme les missionnaires dont les fonds documentaires constituent une source majeure d’information), puis les chercheurs scientifiques véritables, ethnologues, géographes, historiens, anthropologues, sociologues particulièrement nombreux depuis les années 1950. Les populations autochtones ont été scrutées en profondeur tant dans leurs spécificités pré-européennes (dans la mesure où il était possible de la connaître) que dans leur évolution au contact du monde extérieur qui les a si profondément transformées. La religion chrétienne, (catholique ou protestante), l’écriture, la modernité matérielle (métaux, armes, argent, commerce, etc…) ont généré des sociétés nouvelles, mono ou pluriethnique suivant l’ampleur de l’immigration et le poids de la colonisation sous toutes ses formes.

La diversité des thématiques abordées dans ces études est en fait à la mesure de la richesse de ces petits mondes qui ont souvent été considérés comme de véritables laboratoires bien individualisés par l’isolement insulaire. Certains sujets ont été particulièrement travaillés dans certaines périodes du fait de leur nouveauté et de leur importance pour ces sociétés. C’est le cas par exemple des études linguistiques, un sujet inépuisable si l’on songe à l’extraordinaire prolifération des langues autochtones (2 000 sur 7 000 pour l’ensemble du globe, dit-on) dans les grandes îles du monde mélanésien (Darrell Tryon). De même, de nombreux et importants travaux ont traité des rapports de parenté, des cycles de vie, des savoirs locaux, du rapport à la terre (Joël Bonnemaison). Certains de ces thèmes sont peut être un peu moins en pointe (ou à la mode) aujourd’hui. D’autres recherches par contre s’efforcent de renouveler l’approche des territoires, des représentations, de « l’îléité », mettent en valeur les mobilités, les réseaux, les mouvements migratoires, tandis que commencent à se développer les études sur l’urbanisation, fait nouveau en Océanie (Australie et Nouvelle-Zélande à part évidement). Les réflexions sur l’histoire conduisent à revisiter les thèmes géopolitiques (partage de l’Océanie, colonisation et décolonisation), religieux (doctrines, méthodes et impact de l’évangélisation) et culturels, sans oublier les problématiques de santé qui restent d’actualité aujourd’hui, même si elles ne remettent plus en cause l’existence même des populations autochtones comme elles le firent au XIXe siècle. Toutefois, si l’histoire du Pacifique a fait l’objet de quelques grandes synthèses qui, par l’ampleur même de la tâche empêche parfois l’analyse des singularités et des micro-phénomènes, la part des historiens français y reste faible d’autant qu’ils ne se sont investis qu’assez récemment dans l’histoire des îles du Pacifique et sont, il faut le dire, encore trop peu nombreux. Ce phénomène, qui mérite l’attention, s’avère d’autant plus paradoxal qu’un nombre important d’anthropologues, de sociologues ou d’économistes français se réclament d’une approche historique[i]. De fait, l’histoire de l’Océanie manque de programmes de recherches envisageant la région dans son ensemble, embrassant à la fois les périodes précoloniale, coloniale et postcoloniale et proposant une démarche comparative.

A priori, l’intérêt de la recherche en économie sur ces mondes insulaires du Pacifique pourrait paraître limité par leur petite taille, leur faible population, la brièveté de leur histoire et surtout peut être par le caractère réduit de leurs ressources en dehors de quelques produits miniers, de la Nouvelle-Calédonie à la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Et pourtant, quelle diversité dans les évolutions, les situations actuelles, les modes de développement ! Au temps de la découverte, les îles vivaient d’une agriculture de subsistance fondée sur les racines et les tubercules, plantes généreuses qui excluaient en temps normal la faim. Les échanges se faisaient suivant des procédures rituelles de dons et de contre dons. Les formes traditionnelles de culture continuent à tenir une place importante dans de nombreux archipels, tandis que d’autres voyaient de développer en parallèle une économie de plantation « moderne » fondée sur l’importation de mains d’œuvre. A la limite, aux Hawaï notamment, elles ont pratiquement disparu au profit d’un remarquable ensemble de puissantes plantations de canne à sucre et d’ananas, fondement de l’économie « coloniale américaine » des Hawaï qui a prévalu jusqu’au-delà de la Seconde Guerre mondiale et l’intégration de l’archipel comme 50ème état des États-Unis. Depuis, le secteur « plantations » a presque disparu au profit des activités tertiaires en général, notamment du tourisme et des bases militaires. Cette mutation vers les activités tertiaires et de services se retrouve en moins accentuée dans d’autres archipels qui ont fondé leur économie soit sur ce qu’on a appelé le système MIRAB (Migrations, Remittances, Aid, Bureaucracy), soit sur le soutien d’une métropole (Tahiti, une économie sous serre, B. Poirine). Dans tous les cas, on est ici assez loin des économies continentales, chaque situation constituant un exemple original.

Il n’en reste pas moins légitime de s’interroger sur l’utilité de développer des recherches sur ces mondes si lointains facilement qualifiés « d’exotiques » par rapport à la France et à l’Europe. En fait, plusieurs raisons majeures militent en faveur d’une attention particulière pour l’aire Pacifique. D’abord ces espaces lointains sont profondément intégrés à l’histoire de l’Europe dont ils ont été le point ultime de l’expansion et une expression très originale de la construction impériale. On retrouve, présents dans le Pacifique, tous les grands acteurs de la puissance maritime, pas seulement les Anglais et les Français, mais aussi les Espagnols, les Allemands, les Russes, les Japonais, les Américains. Ils y ont rivalisé, parfois jusqu’au point de confrontation, depuis les crises de Tahiti et de Samoa jusqu’aux formidables affrontements américano-japonais de la Seconde Guerre mondiale et au-delà, dans les risques de la surenchère Est-Ouest pendant la Guerre froide. Certes, le rôle stratégique des îles s’est un peu estompé ces dernières décennies, ou plutôt a changé de nature avec la définition du nouveau droit de la mer, c’est-à-dire des vastes Zones Économiques Exclusives (ZEE) qui entourent chaque terre émergée. Ces ZEE sont prometteuses de ressources halieutiques et de potentialités sous-marines, depuis les gisements de pétrole et le gaz off-shore jusqu’aux nodules polymétalliques des grands fonds. Les plus petites îles ont retrouvé ainsi un intérêt qui en fait, par exemple sur les bordures du Pacifique, des sources de conflits qui paraissent disproportionnés (Sankaku entre Chine et Japon).

Enfin, la petite taille des ensembles insulaires du Pacifique, l’isolement qui exacerbe l’affirmation de l’identité propre de chaque île ou archipel en font autant d’exemples singuliers des évolutions récentes, qu’elles soient politiques, économiques ou sociétales. Ce sont autant de « cas spécifiques » bien plus que des « modèles ». De plus, l’extrême imbrication des données physiques et humaines font des îles de véritables «systèmes » dont la connaissance en profondeur suppose une véritable pluridisciplinarité des chercheurs. En conséquence, nombres de chercheurs n’hésitent donc pas à se munir d’un double doctorat en Histoire et en Anthropologie ou en Histoire et en Droit.

Un défi pour une réflexion scientifique européenne

Si l’année Darwin a rappelé la dette des sciences du vivant envers le Pacifique, si l’on ne peut oublier ce que lui doit la pensée anthropologique (Boris Malinowski, Margaret Mead, Maurice Godelier) et écologique, la réflexion occidentale doit encore prendre conscience de certains héritages et mesurer certaines emprises dont il lui faut peut-être aussi s’éloigner.

Ainsi, les recherches initiées par Bernard Smith sur la vision européenne du Pacifique et son évolution s’avèrent riches d’enseignement sur l’Europe elle-même. Construction intellectuelle occidentale percevant le Pacifique comme une entité au  caractère uniforme qui abrite selon les époques et les approches le bon sauvage des philosophes, le païen déchu des missionnaires, le primitif des naturalistes, le sujet passif des administrateurs, et plus récemment des votes à conquérir, cette immensité océanique ne continue-t-elle pas de se dérober aux catégories savantes, géopolitiques, économiques ou géostratégiques en cours, surtout révélatrices des conceptions élaborées dans les métropoles d’Europe ?

Les études de Bernard Smith ont tardé à faire école. Cependant, l’impact de l’exploration du Pacifique sur l’art ainsi que l’alliance et l’influence de l’art sur la science constitue un autre axe de recherche important pour l’appréhension de l’Occident, si ce n’est pour la compréhension du Pacifique. Les explorations savantes ont embarqué et embarquent toujours des artistes dont les albums restent pour beaucoup à étudier. Or, ces albums eurent plus d’une conséquences : Bernard Smith a démontré comment l’idéal classique de vénération de la nature, ce qui signifiait la peindre dans ses formes les plus parfaites, a disparu de l’art occidental sous l’impulsion notamment des aquarelles représentant des animaux et des végétaux réalisées par les équipes de James Cook et de ses artistes qui dépeignent analytiquement la nature pour en rendre la variété au mépris de l’idéalisation. L’observation savante en révélant de nouvelles relations entre les composants de l’étrange nature des îles, que l’artiste dépeint scrupuleusement, a suscité une peinture décrivant un milieu naturel et non certains de ces éléments typiques. L’ensemble prépare le renouvellement de l’art du paysage, et ouvre le chemin à la peinture impressionniste.

De même, les relations des voyages scientifiques, hantées de réflexions philosophiques et avides de reconnaissance littéraire et esthétique, sont loin de n’être que de secs récits techniques. En conséquence, non seulement ces comptes-rendus scientifiques des antipodes ont participé à la transformation des concepts scientifiques, mais nombres d’entre eux ont alimenté une vaste littérature et très tôt, une production cinématographique, où l’aventure et le rêve le disputent à l’espionnage et aux réflexions éthiques. L’ensemble dévoile bien des aspirations et bien des mythes occidentaux. Cette abondance culturelle, bien étudiée dans ses dimensions esthétiques et mythiques pour le XVIIIe siècle, l’est moins pour des périodes plus anciennes (voir les ouvrages d’Annie Baert) ou très récentes, notamment pour le XXe siècle.

De plus, la collecte des données cartographiques, minéralogiques ou zoologiques a anéanti des concepts séculaires (l’inversion antipodale des lois), et initié des révolutions. Elles ne furent pas que scientifiques, mais aussi intellectuelles et culturelles. Certaines sont aujourd’hui bien appréhendées. Cependant, il reste à étudier la manière dont la recherche de ces cinquante dernières années alimente les confrontations philosophiques et politiques, enracine des considérations tenues pour vraies, ou nourrit des interrogations morales et éthiques, par exemple, sur la protection et la conservation des écosystèmes, le dénuement écologique (Nauru), ainsi que par exemple et plus largement sur l’approche des relations de l’homme à la nature. Ne reste t-il vraiment rien de l’approche philosophique d’un XVIIIe siècle en quête de solutions sociétales et qui les espérait des « cultures océaniennes » vivant dans un état tenu pour « premier » et donc riche encore de vertus ? Découvrir et sauver le caractère des peuples avant que l’emprise occidentale ne les voue à la disparition a, dès le XIXe siècle, motivé nombres de recherches : qu’en est-il du phénomène de la mondialisation et de son corollaire l’uniformisation du monde, et avec quelles conséquences sur les conclusions scientifiques ?

La recherche savante a également suscité plus d’un déracinement et plus d’une vocation tant savante qu’artistique dont Paul Gauguin demeure l’archétype, tant par sa vie personnelle que par le renouvellement esthétique qu’il imprime aux avant-gardes européennes de Paris à Moscou. Si ce peintre, que le Pacifique Sud inspire tant et dont l’exposition des œuvres draine de New York à Leningrad des foules immenses, rend justice à l’esthétique polynésienne en la détachant du canon grec (Et l’or de leur corps), il n’en contribue pas moins à relancer des représentations de la vahine, qui passant par Margaret Mead[ii],  alimentent certains fantasmes en cours depuis Bougainville sinon depuis Alvaro de Mendaña et Pedro de Quiros, et fleurissent dans les brochures de l’industrie touristique. Les « îles rêvées » et leur « paradis » conservent tout leur attrait. L’étude de ces représentations occidentales contemporaines, alors que le SIDA continue de défier la Recherche, ne se limite pas à des questions d’esthétiques intéressant seulement l’histoire de l’art et des représentations.

Enfin, l’enrichissement du patrimoine culturel occidental, les innovations esthétiques, et les créations culturelles qu’inspire le Pacifique méritent également des études pluridisciplinaires comparatives de vaste envergure, à l’image de ces établissements contemporains à la croisée des cultures que sont le musée du Quai Branly aux murs ornés de créations d’artistes aborigènes, ou le remarquable Centre culturel Jean-Marie-Tjibaou de Nouméa.

Naturellement, la France, qui a beaucoup participé à la découverte du monde pacifique (Bougainville, La Pérouse et les grands circumnavigateurs de la première moitié du XIXe siècle) y a conservé depuis plus d’un siècle et demi des intérêts politiques, économiques et culturels à travers les trois territoires qui lui sont rattachés (Polynésie-Française, Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna). Cela lui confère aussi des obligations particulières de participation au développement de la connaissance du Pacifique, aux cotés notamment des puissances anglo-saxonnes « régionales » (Australie et Nouvelle-Zélande). En un temps, où l’on parle beaucoup de mondialisation et de déplacement vers le Pacifique du centre du monde, cela devrait conduire au renforcement de véritables équipes pluridisciplinaire de chercheurs et d’enseignants intégrés dans les universités régionales (UPF, UNC) et les laboratoires de recherche spécialisé (IRD, CNRS, etc …). Déjà, une nouvelle génération de chercheurs prend aujourd’hui la relève des pionniers de la recherche océanienne, Jacques Barrau, Joël Bonnemaison, François Doumenge, Paul de Deckker, et bien d’autres !

Il serait indispensable qu’elle puisse disposer des moyens de ses ambitions.

Christian Huetz de Lemps est géographe, professeur des universités émérite, Université de Paris IV Sorbonne. Ses recherches ont porté sur  les spécificités insulaires, l’histoire de l’exploration, du commerce et de la cartographie de « l’outre-mer », directeur de la collection « Iles et archipels ».

Viviane Fayaud est docteure en histoire et diplômée de l’Ecole du Louvre, chargée des programmes concernant l’axe Océanie-Pacifique au Réseau Asie & Pacifique- IMASIE.


[i]Voir les journées d’études des 10-12 mars 2010, le Livre blanc des recherches sur le Pacifique en sciences humaines et sociales : pacific-credo.fr, reseau-asie.com.

[ii] 2 The antipodean laboratory, humanity, sovereignty and Environment in Southern Oceans and Lands, 1700-2009, session 7

 

Pour citer ce billet : HUETZ DE LEMPS, Christian & FAYAUD, Viviane, « Au-delà de l’Asie… Le Pacifique », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 9 décembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/1299]

Béatrice Sudul : documenter la recherche, vers une dimension internationale pour l’aire océanienne

La documentation est le terreau qui fertilise toute recherche. Elle s’avère encore plus fondamentale pour l’aire Pacifique dont l’incontournable pluridisciplinarité oblige à traquer des sources documentaires multiples, fragmentaires et parfois, disparates.

Si depuis une vingtaine d’années la montée en puissance d’internet ne cesse de donner un accès toujours croissant à des corpus de plus en plus volumineux, tant au niveau du nombre de références que du texte intégral, il s’avère de plus en plus difficile de consulter les sources existantes, sous peine d’y passer un temps exorbitant. Un paradoxe émerge donc, l’augmentation exponentielle des documents disponibles redynamise les pistes de recherche alors que l’état encore lacunaire des recensions engendre des frustrations. L’accès à un corpus international de données constitue l’attente majeure du chercheur du XXIe siècle.

Accélérer  la recension des collections françaises

Trois difficultés émergent, la dispersion selon la typologie du document, l’état lacunaire des ressources et l’éparpillement selon les institutions.

Les chercheurs font régulièrement état de cette situation. Le chercheur a du mal à avoir une vue globale de l’ensemble des documents existants comme les objets, les documents graphiques (manuscrits et imprimés, cartes..), les audiovisuels, les ressources numériques. Ainsi, rechercher un article conduit peut-être à cliquer sur le site du portail des revues en sciences humaines et sociales Persée[1] ; identifier des objets à consulter plus volontiers un site de musée, comme celui du Quai Branly ; s’il s’agit d’archives, la préférence s’oriente probablement vers les sites des archives nationales ou d’outre-mer[2] ; enfin, pour les documents sonores et vidéos, vers des sites comme l’INA[3]. Une recherche fédérée multi supports et multi sites n’existe pas encore. Cette situation tient, en autres, à l’organisation historique des institutions détentrices de fonds, qui se sont spécialisées en musées, archives et bibliothèques.

En outre, les gisements documentaires sont encore lacunaires et d’autres collaborateurs à ce Livre blanc ont par ailleurs fort justement pointées ces lacunes. Cette difficulté tient essentiellement à l’organisation administrative française qui segmente le niveau national (les ministères) et le niveau local (département, commune), et donc leurs sources de financement. Ces échelons multiples posent des problèmes administratifs assez complexes et des délais considérables dès qu’il s’agit de mettre sur pied des projets collectifs, sans compter le manque de moyens financiers et humains. Ainsi, le chercheur consulte, à la fois  le SUDOC[4], catalogue collectif tourné vers l’enseignement supérieur puis dans un deuxième temps, le catalogue de la BNF, (ministère de la culture), avec le désagrément d’y retrouver partiellement les mêmes références.

Lors des journées LBSHS de mars 2010, les communications de l’atelier La documentation sur le Pacifique aujourd’hui et demain ont dressé un bref état des lieux des sites majeurs français. Il convient aussi de ne pas négliger d’y adjoindre les collections des bibliothèques municipales et des fonds privés. Déjà des avancées notables ont été réalisées et certains outils collectifs comme le Catalogue (CCFR[5]) intègrent une partie de ces institutions. De plus, ils comportent le désagrément d’obtenir un nombre de réponses souvent prohibitif. De son côté, le CNRS a lancé en avril 2011  Isidore[6] pour un accès aux données et services numériques de sciences humaines et sociales.

Le projet ISTEX[i][7] ouvre des perspectives considérables. Signé en avril 2012, sur l’initiative du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MENSR), il est porté par les partenaires suivants : le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES), le Consortium universitaire de publications numériques (Couperin 1) et l’Université de Lorraine qui représente la Conférence des présidents d’université (CPU). Il se donne pour mission de construire le socle de la bibliothèque scientifique numérique nationale et pour devise l’excellence documentaire pour tous. Plus concrètement, l’acquisition de ressources rétrospectives de toutes disciplines associées aux ressources courantes donnera accès à un corpus de textes en texte intégral, des bases de données, des articles de revues etc. jamais égalé. De plus, le puissant moteur de recherche fournissant l’extraction fine de données et l’accès distant donnera une richesse et une souplesse nouvelle aux utilisateurs. Ce projet de 60 millions d’euros aboutira en 2014.

Le projet ISTEX représente une avancée considérable dans la mutualisation car pour la première fois des structures mixtes (universités, grandes écoles, organismes de recherche) se rapprochent pour élaborer une vaste  infrastructure nationale répondant aux critères techniques les plus modernes.

  S’ouvrir à l’Europe et à l’international[8]

Le niveau européen est déjà partiellement opérationnel par le biais de plusieurs sites pour les thèses, les archives et le multi supports. Ainsi, le site français theses.fr est moissonné par le site européen des thèses[9] électroniques riche à ce jour de  plus de 300 000 thèses provenant de 24 pays.  Quant à Europeana[10], il se donne pour mission  « d’explorer les ressources numériques des musées, des bibliothèques, des archives et des collections audiovisuelles européennes. Europeana favorise la découverte et la création de réseaux au sein d’un espace multilingue, dans lequel les utilisateurs peuvent participer, partager et s’inspirer de la riche diversité du patrimoine culturel et scientifique européen ». Affichant son identité multilingue, l’interface est disponible en une trentaine de langues. De même les archives s’ouvrent à l’Europe[11], fédérant plus de 60 institutions dont 17 archives nationales. Ce projet soutenu par la Commission européenne, est à l’instar des autres sites, toujours en croissance.

Nul n’ignore la prégnance du monde anglo-saxon pour la connaissance du Pacifique, si bien qu’une recension uniquement française voire francophone s’avère un non-sens. Yannick Essertel souligne l’intérêt du « gisement des sources missionnaires sur l’Océanie »[12], et précise plus loin que l’apport d’« une présentation synthétique des ressources archivistiques et documentaires, en français et en anglais (…), constituerait un précieux instrument ». La coopération francophone dans le Pacifique devrait se renforcer afin que des sources peu connues ou peu exploitées, comme par exemple les fonds archivistiques des institutions religieuses.

Le maillage international est indispensable, comme le comprennent parfaitement les chercheurs : « les actions cherchant à établir des passerelles entre mondes anglophones et francophones, entre pays indépendants et territoires d’outremer, entre instituts de recherche et centre de collecte culturelle et patrimoniale sont à encourager »[13]. Le CREDO[14] signale des plateformes d’hébergement de données Online Digital Sources and Annotation System (ODSAS) ainsi que le réseau ANZLAG, tournées plutôt vers l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Ces actions coopératives restent encore incomplètes. Alors que Laurent Dousset affirme « participer depuis plusieurs mois à un projet international de longue durée et d’envergure en collaboration avec des chercheurs Australiens, Américains et Allemands », il convient de s’interroger sur la redondance ou la complémentarité des sites existants et de la nécessité de s’intégrer à des projets français, comme ISTEX .

Augmenter la lisibilité du Pacifique

Viser l’exhaustivité représente néanmoins un risque majeur : se perdre dans la masse des données proposées. Recenser ne revêt guère d’intérêt s’il n’est pas accompagné d’une lisibilité comme l’indique fort justement Christophe Serra Mallol « Une visibilité plus importante sur les fonds disponibles (…) est indispensable »[15]. Or aujourd’hui, le chercheur doit multiplier les sites à consulter. L’ergonomie doit être soigneusement travaillée tant sur le fond : arriver à circonscrire une zone géographique, établir des balises chronologiques, faire des recherches avancées multicritères etc., que sur la forme : lisibilité et attractivité des écrans, aide en ligne, personnalisation etc. Il est également fondamental de réfléchir sur la lisibilité des données et leur présence forte afin qu’elles « remontent » en première page lors d’une recherche sur Internet par Google.

Les deux institutions françaises déjà bien positionnées sur le créneau Pacifique, le CREDO et le Réseau Asie-Pacifique[16] sont naturellement les mieux placées pour en être les maîtres d’ouvrage. Un groupe de travail pourrait se constituer pour impliquer le Réseau Asie-Pacifique dans la production d’une interface de recherche satisfaisant, puis pour en assurer la maintenance et la mise à jour.

Conclusion

La répartition institutionnelle n’a plus de sens pour les chercheurs utilisateurs des outils du Web.   Enjeu pour la recherche historique, mais pas seulement pour l’appréhension du passé et du temps présent, Il s’agit tout autant, sinon plus, d’alimenter au mieux la réflexion pour la constitution de la société de demain[17].  Les projets nationaux de grande envergure et le Web sémantique tous deux  à nos portes, promettent d’ouvrir des perspectives considérables pour la recherche océanienne, à condition que les chercheurs s’y impliquent en faisant connaître précisément leurs attentes.

Béatrice Sudul est historienne, spécialiste de la Polynésie française. Elle est conservateur des bibliothèques, Université de Picardie Jules Verne, Amiens.


[1] http://www.persee.fr ; ou bien sur :   www.revues.org , pour ne citer que deux exemples.

[4] http://www.sudoc.abes.fr , plus de 10 millions de notices bibliographiques qui décrivent : livres, thèses, revues, ressources électroniques, documents audiovisuels, microformes, cartes, partitions, manuscrits et livres anciens…

[8] Voir aussi, Sudul Béatrice, « Peuples océaniens et culture, le rôle des bibliothèques », in Destins des collectivités politiques d’Océanie, vol. 2, p.566-570.

[9] http://www.dart-europe.eu (consultation du 29 aout 2012).

[12] Essertel Yannick, « L’état de la recherche en histoire religieuse du Pacifique », p. 2.

[13] Le Meur Pierre-Yves, « Les SHS dans le Pacifique Sud », p. 2.

[15] Serra Mallol Christophe, Sans titre.

[17] Cf Colloque Religions et sociétés, programmé pour les 16 et 17 août 2013 à Nouméa.


 

Pour citer ce billet : SUDUL Béatrice, « documenter la recherche, vers une dimension internationale pour l’aire océanienne », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 21 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/905]

Christophe Serra Mallol : Pour une recherche en socio-anthropologie de l’alimentation en Asie-Pacifique

L’Asie-Pacifique est une vaste région de contrastes bénéficiant d’une biodiversité exceptionnelle tant marine que terrestre et d’une grande diversité culturelle. Pourtant la recherche dans le Pacifique reste le « parent pauvre » de la recherche française sur des aires culturelles non européennes, par comparaison par exemple avec les travaux de nos confrères anglo-saxons sur la région, ou des chercheurs africanistes francophones.

Les changements importants intervenus ces dernières années sur cette aire sont pourtant porteurs d’une dynamique propice à la recherche. Ainsi, la prise de conscience d’un développement nécessaire d’un modèle socio-éco-politique propre au milieu insulaire pacifique, qui à la fois dépasse la faillite relative du Pacific Way et s’appuie sur les conséquences des nouveaux enjeux de la région. Ou encore la prise de conscience récente au niveau régional de l’importance essentielle, tant au niveau sanitaire qu’économique (le poids croissant dans les dépenses de santé) et social (phénomènes de stigmatisation, modification des modèles traditionnelles encore prégnants), de l’impact des maladies non transmissibles, et notamment celles liées aux changements récents de modèles alimentaires : obésité morbide, diabète, maladies cardio-vasculaires… De même, la montée en puissance du rôle joué au niveau régional par des États anglophones (Australie notamment) et asiatiques (Chine) auprès des petits Etats insulaires fait poser la question de plus en plus cruciale de la place de la France dans cette région.

L’état des forces et des faiblesses de la recherche française en sociologie et anthropologie explique en partie l’actualité de cette question.

La recherche française semble se caractériser par son absence de pluridisciplinarité, au sein même des centres de recherche : les projets de recherche mis en œuvre restent encore et toujours cloisonnés entre disciplines, contrairement aux grands projets de recherche lancés depuis plus d’un demi-siècle par les États anglophones (États-Unis, Nouvelle-Zélande…)

L’isolement par rapport aux autres chercheurs sur l’aire, entre plusieurs entités sans grands contacts entre elles (UPF, UNC, CREDO…), et l’individualisme de mise au détriment de travaux collectifs, malgré les progrès accomplis ces toutes dernières années par la mise en œuvre du Réseau Asie-Pacifique, restent toujours d’actualité.

Enfin, les rapports difficiles avec les institutions sociales (politiques et économiques) restent une constante de la recherche française, toujours dans une position de méfiance et/ou dédain vis-à-vis de ces institutions, essentielles pourtant dans la relation avec le corps social et la mise en œuvre d’actions, au contraire des relations décomplexées des équipes de recherche anglophones avec ces mêmes institutions, ces dernières trouvant ainsi des moyens financiers et matériels accrus de présence et de recherche.

De fait, les travaux entrepris restent à portée restreinte, sans visée générale ni même appliquée.

Plus généralement, et au-delà d’une vision « primitiviste » inavouée qui tend à assigner les sociétés insulaires du Pacifique dans un passéisme immobilisant et un « spécificisme » proche du « bongo-bongoïsme » dénoncé par Mary Douglas, une prise en compte des adaptations propres des sociétés insulaires au processus de globalisation est indispensable, et notamment de la façon dont les communautés cherchent et trouvent de manière dynamique des solutions alternatives au modèle dominant occidental. L’intérêt récent et grandissant pour cette région, dans un contexte post-colonial mieux assumé, ne se concrétise pas encore dans les grands projets ni dans la visibilité des travaux entrepris par des équipes francophones de recherche.

De nouvelles thématiques et axes de recherche émergents pourtant et sont porteuses d’espoir pour les années à venir.

Ainsi en est-il du champ de la socio-anthropologie de l’alimentation. Ce champ s’est constitué en France il y a plus de trente ans autour de Jean-Pierre Poulain (PR Université Toulouse 2),  Claude Fischler (DR CNRS) Annie Hubert (DR CNRS) et Jean-Pierre Corbeau (PR Université de Tours) notamment, et représenté à l’étranger par des chercheurs de renom (avec M. Douglas, J. Goody, A. Warde, S. Menell au Royaume-Uni, P. Rozin, Farb P., M. Harris et N.J. Pollock aux Etats-Unis, J. Contreras en Espagne…).

Des évaluations récentes ont quantifié le nombre de chercheurs français ayant déjà au moins une publication à leur actif à 150 à 200 personnes au sein de 52 unités de recherche, dont la moitié comme enseignants-chercheurs et le tiers en tant que chercheurs CNRS. Le champ de la socio-anthropologie de l’alimentation se voit doter d’un Réseau thématique pluridisciplinaires (RTP[i]) en cours de constitution au CNRS.

Le champ de l’alimentation est abordé par plusieurs disciplines dont l’histoire, la sociologie, l’anthropologie sociale et culturelle, l’économie, et l’anthropologie biologique et la préhistoire. Actuellement une quarantaine de thésards travaillent sur ce champ en France.

Les principales thématiques identifiées en France sont les suivantes :

–     processus de patrimonialisation de l’alimentation ;

–     effets culturels, d’âge et de génération, de niveau social et de genre, processus de différenciation et inégalités ;

–     médicalisation et institutionnalisation de l’alimentation.

Des thématiques sont émergentes :

–      alimentation et génétique (épi-génétique…) ;

–       socialisation des troubles alimentaires ;

–       biodiversité, développement durable et modèles alimentaires ;

–       controverses scientifiques et enjeux sociaux ;

–       évolution des politiques alimentaires ;

–       innovation alimentaire entre recherche fondamentale et applications.

La zone Asie-Pacifique est une zone en plein développement dans le domaine de la recherche, notamment du fait de l’expansion du poids des universités des pays asiatiques, et de l’importance plus classique de l’anthropologie américaine et française dans le Pacifique insulaire. Depuis une quarantaine d’années, la recherche en socio-anthropologie de l’alimentation en Asie-Pacifique a été plutôt le fait d’anglo-saxons (USA et Hawaii, Nouvelle-Zélande, Australie, Fidji…). Des recherches françaises continuent à être mises en œuvre notamment dans le Pacifique insulaire (voir notamment, après ceux de J. Barrau, les travaux de F. Douaire-Marsaudon, M.C. Bataille-Benguigui, S. Lacabanne, V. Lebot, C. Serra Mallol…), mais également en Asie du sud-est.

Ainsi l’Université de Toulouse 2 Le Mirail développe, à travers l’institut ISTHIA (ex CETIA[ii]) au sein du laboratoire CERTOP[iii] des travaux de recherche sur les thèmes de la socio-anthropologie de l’alimentation appliquée à l’insularité, et notamment en Malaisie et au Vietnam, en développant des travaux sur le thème de la convergence culturelle et de la multiculturalité. Elle témoigne des influences socio-culturelles sur ces zones géo-économiques particulières que sont les milieux insulaires du Pacifique, et constitue un terrain d’observation privilégié des impacts socio-économiques sur le développement de maladies non transmissibles et liées aux modes de vie (obésité, diabète, cancer…) du fait de la transition rapide en œuvre dans ces sociétés.

Les relations étroites mises en œuvre depuis une dizaine d’années entre l’Université de Toulouse 2 Le Mirail et des centres universitaires en Malaisie et au Vietnam ont permis le développement de collaborations scientifiques fructueuses dans le domaine de la socio-anthropologie de l’alimentation et de la sociologie du tourisme sur une zone asiatique en plein développement économique et sur des marchés dits « émergents ». Une convention conjointe Taylor’s University Center de Kuala Lumpur – Université de Toulouse 2 a permis la création du Toulouse Taylor’s University Center et d’une chaire de Recherche Food Studies sur l’alimentation confiée au professeur Jean-Pierre Poulain. Des travaux sont en cours pour mettre en place un observation des pratiques alimentaires sur l’ensemble de la région Asie-Pacifique sous la forme du Asia Pacific Food Barometer.

En matière de socio-anthropologie de l’alimentation, les phénomènes d’urbanisation et de vieillissement des sociétés insulaires du Pacifique, le processus continuel de changement des modèles alimentaires traditionnels et ses conséquences tant sanitaires que sociales, sont porteurs d’enjeux renouvelés, dont les résultats pourraient permettre, au-delà du strict aspect recherche, la mise en œuvre de politiques publiques régionales mais également jouer le rôle de modèle dans le monde occidental en matière de prise en compte du concept de durabilité dans les modes de développement actuels.

Des mesures qui permettraient d’améliorer et d’accroître les travaux et la visibilité de la recherche française sur le Pacifique sont à envisager.

La mise en place de coopération entre institutions, à l’image du Pace-net dans le domaine du changement climatique, pourrait être initiée en matière de recherche en sciences sociales sur des problématiques transverses : souveraineté et institutions politiques, alimentation et santé, migrations et multiculturalité etc…

Un développement de réponses conjointes à appel d’offres de projets de recherche, associant des chercheurs provenant de disciplines et d’institutions différentes, est à envisager par la mise en place d’une plate-forme de réponse commune et désignation de « porteurs de projet transdisciplinaires ».

Une visibilité plus importante sur les fonds disponibles pour la recherche dans les grandes institutions internationales (Union Européenne, Commission du pacifique sud, Organisation Mondiale pour la Santé… ) est pour ce faire indispensable, notamment par la mise en œuvre d’une « veille » assurée par un organisme commun (le Réseau Asie-Pacifique) avec diffusion des informations en fonction des profils individuels de chercheurs disponibles sur le Livre Blanc du Pacifique.

La création d’un comité de recherche dédié au Pacifique (comme il en existe déjà un dédié à la Chine) au sein de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF) permettrait également d’assurer une présence aux manifestations organisées par cette association, et de mettre en place des cycles réguliers de réunions et de travaux conjoints.


[i] Un réseau thématique pluridisciplinaire (RTP) est « une formule  institutionnelle de regroupement de laboratoires, d’équipes de recherche ou de scientifiques, appartenant à des disciplines différentes, autour d’un thème particulier ou d’un objectif clairement défini.
 Créé par la direction de l’INSHS pour une durée de trois ans, il est essentiellement un outil d’assistance à la politique scientifique et une instance chargée d’émettre des avis et des propositions ». Le RTP Alimentation (en cours de constitution) du CNRS vise à promouvoir le développement d’une approche pluridisciplinaire du fait alimentaire (voir http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/RTP-alimentation/presentation.htm)

[ii] ISTHIA (Institut Supérieur du Tourisme de l’Hôtellerie et de l’Alimentation), anciennement Département CETIA (Centre d’Etudes sur le Tourisme et les Industries de l’Alimentation) du Département LEFL (voir www.cetia.fr/)

[iii] Centre d’Etudes et de Recherche Travail, Organisation, Pouvoir (CERTOP) UMR 5044 (voir http://w3.certop.univ-tlse2.fr/)

Christophe Serra Mallol est socio-anthropologue, Maître de conférences à l’Université de Toulouse 2 (France)- CERTOP (UMR 5044) et a été l’un des sept responsables d’atelier pour les États Généraux de l’Outre-mer en Polynésie française en 2009. Il est également chercheur associé au Centre Edgar Morin-IIAC (UMR 8177).

christophe.serra-mallol@univ-tlse2.fr

Retrouvez le profil de Christophe Serra Mallol, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : SERRA MALLOL, Christophe, « Pour une recherche en socio-anthropologie de l’alimentation en Asie-Pacifique », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/373]


Maryvonne Nedeljkovic : Les États insulaires d’Océanie/Mélanésie

Les États insulaires indépendants d’Océanie (en relation avec la Mélanésie), démocraties établies de longue date (Australie, Nouvelle-Zélande) ou récemment acquises (Vanuatu), voire toujours en cours d’élaboration (Fidji), ou encore la Collectivité territoriale à gouvernement collégial de Nouvelle-Calédonie seront, selon toute vraisemblance, le théâtre d’événements majeurs au cours du XXIème siècle.

L’Australie et la Nouvelle-Zélande sont certainement les deux États démocratiques influents de la région Océanie/Mélanésie. Ces deux pays ont  un rôle politique et économique reconnu, important au plan international et déterminant au plan régional. Dans la région Océanie, ils sont en constantes et étroites relations avec les petits États insulaires de Mélanésie. Ils y ont souvent un rôle de conseillers, d’arbitres et de modérateurs.

Les histoires coloniales et postcoloniales de tous les pays d’Océanie/Mélanésie les inscrivent aujourd’hui dans une réflexion politique, sociale et économique qui les relie à la fois aux événements des pays de l’Europe et de l’Union européenne ; aux pays d’Asie (Asie du sud, du Sud-est, du Centre et du Nord, par le biais de l’ASEAN et de l’APEC ) et à l’ensemble des États d’Océanie/Mélanésie qui ont accédé à l’indépendance politique dans les années 1970 : Fidji (1970), PNG (1975),  les îles Salomon (1978), Vanuatu (1980). De plus, à partir de la Deuxième Guerre mondiale, diverses îles ont établi des liens privilégiés avec les États-Unis d’Amérique, liens qu’ils maintiennent pour assurer la sécurité et la stabilité de la région : Australie, Nouvelle-Zélande, PNG, Fidji, îles Salomon.

Étudier les États insulaires d’Océanie/Mélanésie implique donc des connaissances historiques, politiques et sociologiques scientifiquement étayées afin de comprendre les enjeux subrégionaux, régionaux et internationaux de l’Océanie. Sans aucun doute ces enjeux dépassent de loin le strict cadre géographique des États concernés comme l’ont fort bien compris par exemple Fidji, la Papouasie Nouvelle Guinée, sans parler de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande. La subtilité diplomatique de ces pays les fait utiliser des cartes complexes dans leurs alliances tant politiques qu’économiques. Par exemple, afin d’être des intervenants crédibles dans les instances internationales, ils utilisent leurs droits de vote comme outil démocratique de pression sur d’éventuels  partenaires économiques, voire stratégiques.

C’est ainsi que les politiques récentes d’investissements de la Chine, de l’Inde, et du Japon, dans une course aux matières premières et à l’expansion de leurs partenariats commerciaux dans les États en voie de développement économique sont des signes clairs du potentiel régional des États insulaires. (Cf. PNG ou Fidji avec la Chine, l’Inde ou le Japon).

Mais, dans leur désir de reconnaissance internationale, les États insulaires d’Océanie/Mélanésie qui ont une majorité de populations autochtones, sont soumis à des soubresauts culturels sans précédents qui remettent en cause les équilibres hiérarchiques claniques traditionnels et les notions tribales de propriété, en particulier de propriété foncière, ou de propriété du littoral maritime. Afin d’apprécier les évolutions de ces nouvelles sociétés, il faut donc connaître les étapes sociales de transition de sociétés rurales vers des sociétés urbaines, ce qui modifie en profondeur les relations humaines et les codes comportementaux traditionnels.

En effet, ces sociétés nouvelles sont confrontées aujourd’hui au respect de constitutions écrites qui ont imposé la reconnaissance légale de citoyens égaux, hommes et femmes. Ces nouvelles démocraties parlementaires protègent par leurs constitutions écrites les libertés fondamentales de chaque citoyen, en particulier le droit à la parole et le droit à l’action. Parallèlement aux États, des « nations » s’organisent donc autour de valeurs d’allégeance aux chefs d’État, même quand les Chefs coutumiers conservent une autorité morale réelle comme par exemple, le Grand Conseil des Chefs du Vanuatu qui est aussi un corps constitutionnel. Cela suppose pour ceux qui s’intéressent à ces pays d’en connaître à la fois les droits coutumiers complexes, les évolutions constitutionnelles en cours et les fonctionnements spécifiques entre ces deux modes référentiels.

Dans ces sociétés où les anciennes responsabilités des hiérarchies tribales tendent à être partagées, au mieux, avec celles de l’État, et où le pouvoir de décision n’est plus dans les seules chefferies, une certaine déstabilisation sociale peut se faire jour. Ces mutations profondes de sociétés rurales vers des sociétés urbaines doivent donc être « accompagnées » pour éviter des tentations déviantes, surtout parmi les jeunes non diplômés, non qualifiés, pour lesquels « vie urbaine » est souvent associée à « vie facile » dans tous les sens du terme. Des études sur les causes de violence et de délinquance urbaines sont souhaitables afin de mesurer la vulnérabilité d’individus tentés par toutes les sources possibles d’argent facile. Douanes ; services internationaux de surveillance doivent être formés de façon spécifique au fonctionnement de ce type de sociétés.

Afin d’établir des connaissances fiables et de proposer des interprétations rigoureuses, il est souhaitable de former des étudiants spécialisés dans plusieurs disciplines complémentaires, et non pas dans une seule. De plus ces étudiants devraient pratiquer les langues majeures utilisées dans les pays de spécialisation, comme par exemple le fidjien qui est parlé pratiquement partout en Mélanésie. (Il est possible aujourd’hui de l’apprendre « en ligne » ; site : « Apprendre à parler fidjien »). Les langues océaniennes sont trop nombreuses pour être toutes pratiquées (Cf. l’article en ligne de Claire Moyse-Faurie,  Directeur de recherche au CNRS, Les langues du Pacifique), mais une fois une langue de base acquise pendant les études, des séjours linguistiques en des pays déterminés faciliteront l’acquisition de telle ou telle langue particulière.

Pour terminer cette vue d’ensemble de la région Asie-Pacifique/Océanie, ces mutations socio-économico-politiques s’expriment dans diverses formes de créations artistiques, tant traditionnelles qu’innovatrices. Musiques, peintures, sculptures, arts vidéo, films, littératures sont autant de moyens de s’imprégner de la richesse culturelle de ces divers peuples et d’avoir de riches échanges personnels avec leurs représentants. Le contact humain et la confiance d’individu à individu est primordiale dans tous ces États d’Océanie/Mélanésie.

L’Asie-Pacifique/Océanie un axe privilégié d’études supérieures en France pour le XXIème siècle :

Les nombreux secteurs des évolutions en cours évoquées pour la région Asie-Pacifique/Océanie au XXIème siècle montrent combien il sera important pour tout intervenant dans le Pacifique sud d’y être un acteur fiable, et partant, bien informé. La France fait partie des puissances dans le Pacifique sud, et pouvons-nous dire, des puissances DU Pacifique sud/Océanie. À ce titre elle a pu négocier en 2011-2012 un rôle stratégique renforcé, en partenariat avec les démocraties d’équilibre de la région : l’Australie et la Nouvelle-Zélande. La Nouvelle-Calédonie est à ce titre perçu par les pays cités comme l’espace sécuritaire nécessaire en cas de déstabilisation ponctuelle ou générale de cet ensemble géopolitique. Les uns et les autres ont récemment évoqué, par exemple, les éventualités positives et/ou négatives d’une région qui deviendrait plus ou moins délibérément dépendante du « dilemme de l’Oncle Sam et du Panda » ou bien d’un axe économico-politique Japon-Océanie.

Rappelons que depuis une visite dans la région Pacifique au cours du dernier trimestre 2010, Mme Clinton n’a  cessé de réaffirmer l’engagement constructif et la volonté de partenariat de l’administration du Président Obama dans cette partie du monde. Outre bien sûr l’Australie et la Nouvelle-Zélande, tous les petits États insulaires sont concernés par ce retour de la politique US dans le Pacifique sud, y compris Fidji, dont le processus de démocratisation « progressive » a été  désapprouvé par l’Australie et la Nouvelle-Zélande, et le Commonwealth des Nations, mais soutenu par les USA. Dès 2010 Mme Clinton avait  aussi souligné devant les Sénateurs que la plupart des États insulaires océaniens, à son sens, pouvaient être considérés comme des alliés fiables de longue date des États-Unis. C’est encore vrai, mais il faut avoir conscience que les relations diplomatiques de ces petits États insulaires sont devenues des « monnaies d’échange » pour les pays en voie de développement. L’exemple de Fidji est typique de ces nouveaux jeux d’alliance, le Contre-amiral Premier ministre Franck Bainimarama vantant la façon de penser et d’agir de la Chine vue par lui comme ayant une pensée politique « visionnaire » dans le Pacifique. Depuis 2006 les relations de Fidji avec la Chine s’étaient intensifiées suite à l’incompréhension de la politique de démocratisation des structures politiques fidjiennes de la part de l’Australie en particulier.

Notons que le 21 juin 2011, les États-Unis ont inauguré leur « super-ambassade » à vocation régionale à Tamavua, (banlieue de Suva, Fidji), « symbole de la présence et de l’engagement américain dans la région du Pacifique insulaire » avait déclaré M. Steven McGann, ex-ambassadeur américain pour le Pacifique. « C’est un exemple de l’engagement grandissant de l’Amérique dans la région Pacifique ». C’était aussi sans doute une réponse à l’inauguration, avec faste par Pékin à Suva, de l’ambassade de Chine quelques mois plus tôt. En mai 2011 les États-Unis avaient nommé Mme Frankie Annette Reed, directrice adjointe à la direction des Affaires du Pacifique et de l’Asie du sud-est au Département d’État américain, ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire des États-Unis à Fidji. C’est dire l’importance de la région Asie-Pacifique pour les États-Unis, politique défendue énergiquement par Mme Hillary Clinton devant le Sénat américain en mars 2011 devant lequel elle évoquait ouvertement le contexte de « realpolitik » et de concurrence des US avec la Chine.

Notons encore que 2012 fêtera le quarantième anniversaire des relations officielles entre l’Australie et la Chine ;  et que 2012 poursuivra activement, entre les deux pays, les négociations engagées depuis 2005 pour conclure, dans un proche avenir, un ambitieux Traité de Libre Échange entre les deux pays.

Rappelons aussi que 2012 a réuni à Okinawa (Japon) le 6ème sommet du PALM (Pacific Alliance Leaders Meeting). Le PALM a été établi par le Japon en 1997 pour mettre en place une politique d’aide et de concertation avec les États insulaires du Pacifique, membres du Forum. Le PALM se réunit tous les trois ans. Cette politique de la « main tendue », du « Kizuna », initiée par le Japon,  a séduit en particulier les jeunes États qui peuvent discuter avec le Japon de problèmes concrets communs et essayer de leur trouver des solutions pragmatiques rapides et innovantes. Les souvenirs encore douloureux de la guerre du Pacifique disparaissent avec les Anciens, et les jeunes générations veulent construire une autre image d’un Pacifique solidaire et dynamique. L’Australie et la Nouvelle-Zélande  sont membres du PALM; et  les États-Unis ont été invités pour la première fois cette année au sommet d’Okinawa. Outre les discussions récurrentes concernant les moyens de réduire les émissions de CO2 et les effets de serre dans les îles du Pacifique, des thèmes très urgents ont été mis en avant comme les nouvelles sources d’énergie renouvelable, la désalinisation de l’eau de mer, la protection scientifique de la biodiversité, le développement d’économies durables et les questions maritimes ; la réduction des importations par les jeunes États encore économiquement fragiles, et la participation de ces petits États à de nouvelles formes de partenariats industriels comme sources de revenus . Ces discussions très terre-à-terre s’accompagnent de l’offre de formations accélérées au Japon pour 300 jeunes étudiants prometteurs par an, qui se voient attribués des bourses d’étude au Japon. Politique déterminée dans des secteurs innovants donc, mais qui pourrait stimuler d’autant la concurrence  de la Chine.

C’est pourquoi un équilibre régional, et par voie de conséquence mondial, bien pensé, et bien mis en œuvre,  inclus nécessairement une puissance qui n’a pas besoin de pratiquer régionalement une course aux zones d’influence pour s’assurer une reconnaissance internationale; une puissance qui n’a pas de visée dominatrice en termes de puissance politique régionale et mondiale ; une puissance qui n’achète pas la liberté d’expression de ses voisins régionaux par une politique du « carnet de chèque » sans concession ; enfin une puissance qui cherche avant tout la conciliation avec les peuples en émergence plutôt que leur exploitation socio-politico-économique. La France correspond à ce profil et  c’est pourquoi elle ne doit pas se laisser enfermer  dans une image réductrice de « puissance colonisatrice » ou dans une image restrictive de « force d’appoint » de secours en cas de catastrophes naturelles, ou encore de force de sécurité maritime dans cette région du monde.

Certes son passé dans la région l’unit de façon spécifique aux peuples locaux, mais pas plus que les autres pays issus de volontés colonisatrices régionales passées. Sa politique socio-économique a permis des avancées juridiques et politiques appréciées qui peuvent encore progresser dans un processus de concertation envié dans d’autres États régionaux en voie de consolidation. Certes la France apporte toutes les fois nécessaires, tout son savoir-faire et sa solidarité dans les moments difficiles vécus par les divers petits États insulaires de la région. Mais si elle peut mener ces politiques d’amicale attention aux autres États c’est parce qu’elle est, régionalement et internationalement, une puissance stable et pondératrice. La politique de la « main tendue », elle l’a elle-même pratiquée depuis 1947 en tant que membre de la « Commission du Pacifique Sud » aujourd’hui appelée la Communauté du Pacifique (CPS).

Depuis sa création cette structure a mis de côté toute implication politique de ses membres  et a focalisé ses actions aux domaines sociaux, humanitaires et scientifiques dans les pays partenaires. De même, de nos jours, la mission du CPS dans laquelle la France est pleinement engagée, consiste à aider les peuples océaniens à gérer leurs ressources en vue d’un développement économique et social durable, et ceci dans un souci de préserver  les écosystèmes existants. La CPS, basée en Nouvelle-Calédonie, offre une assistance technique, des formations techniques et professionnelles aux populations locales et organise des travaux de recherche avec les pays concernés. Ces services sont proposés à la fois en anglais et en français, les deux langues officielles de la CPS.

Alors pourquoi  des pays défendant de mêmes projets ne pourraient-ils pas se rapprocher, sous une forme ou une autre, du PALM ? Cela permettrait d’aborder des thématiques identiques avec plus d’efficacité; cela  permettrait de ne pas se contenter des acquis de mécanismes de fonctionnement anciens et cela permettrait dans le même temps de trouver des énergies nouvelles pour stimuler, en accéléré, des projets futuristes communs. Par exemple, des projets de recherches conjoints en biodiversité, biosécurité, climatologie, qui pourraient susciter la création de consortium de recherches, comme celui signé entre la France et la Nouvelle-Zélande scientifique (GOPS et NIWA) en juin 2012. Ce type d’accord renforce les liens de coopérations entre les diverses communautés du Pacifique qui mettent ainsi en commun la richesse de leur expérience de terrain et leur capacités créatrices. Ces futurs pôles d’excellence contribueraient à la compréhension entre partenaires régionaux d’une façon visible et respectueuse des avancées des uns et des autres. Et ils permettraient de valoriser des spécificités propres aux États de la région, souvent méconnues, voire inconnues, des communautés scientifiques plus traditionnelles.

De plus la France, en tant que membre de l’UE, se doit de promouvoir ses actions ciblées concernant tous les domaines de l’aide au développement dans le Pacifique, le groupement des pays de l’ACP prenant de plus en plus en compte les contextes très particuliers des évolutions de la région Asie/Pacifique. Les jeunes démocraties y sont dans une dramatique obligation d’évoluer techniquement et économiquement très rapidement, et ce, de façons adaptées à leurs écosystèmes, à leurs climats et à leurs types de sociétés.

C’est un vrai défi, et un véritable enjeu humain, pour les uns et pour les autres. Le XXIème siècle devrait pouvoir innover de concert avec ces nouvelles sociétés, pour ces nouvelles sociétés, dans des secteurs vitaux encore trop délaissés par les sociétés anciennes et traditionnalistes. C’est pourquoi il faut que, dans une politique nationale française, en symbiose avec les nouvelles donnes stratégiques dans le Pacifique, des formations spécifiques dans les nombreux domaines évoqués ici soient soutenues et créées, tant en métropole que dans les territoires du Pacifique.

Un exemple des possibilités de transmission et d’acquisition du savoir mises en œuvre dans le contexte universitaire français

 

À partir de 1992, l’université du Havre avait choisi de développer un pôle d’excellence en Études des pays d’Asie-Pacifique sous l’impulsion du Professeur Maryvonne Nedeljkovic :

En 1995, une maîtrise d’Anglais en Études du Commonwealth (années 1 et 2) avait ouvert la voie à ce pôle d’excellence en proposant aux étudiants des enseignements sur les stratégies politiques et économiques développées par le Commonwealth britannique, puis par le Commonwealth des Nations, incluant, entre autre, une approche de pays « neufs » dans l’hémisphère sud, tels l’Australie et la Nouvelle-Zélande. En 2004, cette maîtrise devenait Master (1 et 2), LLCE « Littératures, Imaginaires, Sociétés », en co-habilitation avec l’université de Caen, dans laquelle un parcours spécifique «Pays du Pacifique de langue anglaise » était proposé. Que ce soit à l’université du Havre comme à l’université de Caen, ces diplômes innovants attiraient un très grand nombre d’étudiants (entre 30 et 40 étudiants pour la seule université du Havre).

En 1996, l’université du Havre a renforcé le pôle d’excellence en ouvrant  le Centre d’Étude des Pays du  Pacifique (CEPAC) inauguré en 1997. Ce Centre était reconnu internationalement et était alors unique en France dans sa conception pluridisciplinaire et son fonctionnement thématique (Sciences humaines, Langues asiatiques, Science politique, Droit, Economie). Il a été intégré par la suite dans le laboratoire GRIC (plurilingue), reconnu par le Ministère en janvier 2004 comme « jeune équipe » (JE 2436). La nouvelle appellation de l’ex-équipe du CEPAC correspondait alors toujours à la vocation première des chercheurs qui ont continué d’y travailler : « Stratégies des Pacifiques ». Il est à regretter que cette équipe ait  été éliminée du laboratoire GRIC dès que le Professeur Nedeljkovic est partie en retraite en 2009. C’est là un point faible du système universitaire français qui ne se donne pas les moyens d’assurer la continuité des recherches impulsées et reconnues comme axe porteur d’un laboratoire par le Ministère. Afin de préserver une structure d’accueil autonome à ces chercheurs sur l’Asie-Pacifique et aux acteurs du tertiaire intéressés par cette région du monde, un Centre d’Étude privé, le CRESPAC, assure depuis novembre 2009 la continuité des réseaux de relations humaines et universitaires précédemment constitués, relations par cooptations, fondées sur l’amitié,  la compétence, le respect des individus.

Dans la logique de continuer à développer le pôle d’excellence en études pluridisciplinaires du Pacifique, l’université du Havre a demandé la création d’un DESS  en Droit des Affaires comparé européen et du Pacifique élaboré par Madame le Professeur B. Bourdelois (Droit privé) et Madame le Professeur Maryvonne Nedeljkovic (stratégie du Pacifique). La création de ce DESS a été accordée par le Ministère en 2001 ; renouvelée en 2004 : Droit des Affaires européen et des échanges avec le Pacifique et en 2007. Ce DESS a toujours compté,  jusqu’en 2009, entre trente et quarante étudiants.

Les enseignements en stratégies australiennes du Pacifique y comportaient les cours suivants, dispensés en anglais : « Australia as a Pacific Leader : a Stable Democracy and Developed Country in the Southern Hemisphere », ainsi que les Droits des Sociétés multiculturelles du Pacifique : « The Pacific Community. Towards a Redistribution of Roles (SPC – AOSIS – PIF) ; Regionalism vs Globalisation (PANG – PACER – PICTA – SPREP – FFA) ; Cooperation and Competition (PICT – SPARTECA) ; the USA and the Pacific Islands ; the EU and France in the Pacific ; Security in the Pacific islands.  

De plus, les étudiants du DESS/Master 2 se spécialisant dans les études du Pacifique ont bénéficié chaque année, depuis la création celui-ci, de stages dans des Sociétés ou des banques dans le Pacifique (Nouvelle-Calédonie, îles Cook, Australie) et remettaient pour l’obtention du diplôme des rapports de stages supervisés par le Professeur en charge des études des pays du Pacifique. Quelques-uns des sujets abordés pour les stages : le secret bancaire ; les comptes offshore ; la formulation des contrats d’exploitation commerciale; le droit du travail ; le droit des femmes ; les procédures de négociation avec les clans tribaux.

Le  but était de sortir d’études purement littéraires, intéressantes, utiles mais limitées dans leur utilisation pratique, afin d’ancrer de nouvelles options professionnelles pour une jeunesse prête à s’investir hors métropole. De 1995 à 2009 une politique universitaire de recherche cohérente avait donc pu être menée à l’université du Havre, facilitant des approches transversales et aidant la construction de véritables réseaux universitaires pluridisciplinaires. En témoignent les très nombreuses invitations, faites chaque année, de collègues étrangers participant aux colloques internationaux organisés par le GRIC/CEPAC à l’université du Havre, ou intervenant dans les diplômes ci-dessus mentionnés, à charge de réciprocité pour nous d’être invités dans les universités étrangères respectives.

Maryvonne NEDELJKOVIC, anthropologue et ethnologue, spécialiste de l’Océanie, est chercheur de l’Université du Havre à la retraite (Groupe de recherche Identités et cultures / GRIC – EA 4314).

Retrouvez le profil de Maryvonne Nedeljkovic, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : NEDELJKOVIC, Maryvonne, « Les États insulaires d’Océanie/Mélanésie », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/354]

Pierre-Yves Le Meur : Les SHS dans le Pacifique Sud. Renouvellement, enjeux et perspectives

Du fait de sa configuration géographique et du contexte historique, le Pacifique insulaire constitue un formidable laboratoire sociétal et environnemental. La somme des « microsociétés » qui le composent permet d’observer en « vraie grandeur » et en « temps réel » les évolutions des relations homme/nature ou société/environnement. Le contexte actuel du changement global associé à la montée des différentes formes d’environnementalisme ont entraîné les sciences sociales sur des voies parfois inhabituelles (cf. par exemple le récent panel sur « anthropologie et changement climatique » organisé dans le cadre des conférences annuelles de l’ASAO). L’objet « environnement » est analysé sous des angles complémentaires : du point de vue de l’analyse des savoirs « locaux » ou « traditionnels » relatifs à la nature et à la « biodiversité » ; du point de vue des dispositifs de protection de la nature et de leurs effets sociaux, politiques, économiques, etc. ; via une analyse critique des notions en vogue de « services écosystémiques », « compensation carbone », « paiement des services écosystémiques » qui parfois se transforment en carcan idéologique et renforcent des tendances à la marchandisation de la nature. Ces évolutions, qui touchent aux différentes disciplines des sciences sociales, ont aussi entraîné un renouvellement de la pensée juridique et de ses liens avec les sciences sociales en général et l’anthropologie en particulier.

Le Pacifique insulaire est également un laboratoire en matière de souveraineté, régimes politiques et décolonisation, du fait de la large variété de situations des pays de la région dans ce domaine. Depuis des indépendances souvent récentes (de 1970 à 1980 pour Fidji, la Papouasie Nouvelle Guinée, les îles Salomon et Vanuatu) à des rattachements complets à la métropole (Hawai’i) en passant par une décolonisation négociée originale en Nouvelle-Calédonie et des formes de souveraineté limitée comme aux îles Cook. Ainsi le programme de recherche mené par les Universités Victoria et Massey en Nouvelle-Zélande et du Sud Pacifique à Fidji, en collaboration avec l’IRD et l’Université de la Nouvelle-Calédonie, explore les effets de l’aide au développement sur les dynamiques de souveraineté nationale dans plusieurs pays du Pacifique incluant des territoires en transition comme la Nouvelle-Calédonie. Les questions de souveraineté et de décolonisation sont abordées de manière renouvelée par rapport aux débats des années 1970 et 1980 sur le « Pacific Way », entre autres choses parce que le contexte a évolué dans des directions variées et inattendues : guerre civile à Bougainville, succession de coups d’État à Fidji, processus de décolonisation négociée en Nouvelle-Calédonie, etc., le tout sur fond de rivalité entre puissances régionales.

Les enjeux de souveraineté rencontrent également le thème de la politique des ressources naturelles, et, en particulier, la question de l’extraction et de la transformation minières qui se sont fortement développées dans plusieurs pays du Pacifique depuis les années 1990 et se déploient vers le fonds marins avec le démarrage de l’exploitation des nodules polymétalliques. L’enjeu minier est crucial pour plusieurs pays du Pacifique insulaire (Papouasie Nouvelle-Guinée, Salomon, Nouvelle-Calédonie, Nauru, Fidji à un moindre degré) et les recherches en sciences sociales sur le sujet ont connu une croissance très forte depuis une quinzaine d’années, comme en témoigne déjà la revue de la littérature de Chris Ballard et Glenn Banks parue en 2003 dans Annual Review of Anthropology. L’arène minière s’est profondément transformée avec la montée des discours environnementalistes, autochtones et de responsabilité sociale d’entreprise, l’élaboration de régulations à différents niveaux et l’apparition de nouveaux acteurs (ONG, organisations autochtones, etc.). L’accès et le contrôle des ressources minières sont des enjeux à la fois de souveraineté politique et de développement économique et leur étude se fait aux différentes échelles, du local au global. La question foncière est également extrêmement sensible et elle refait très nettement surface actuellement, que ce soit dans des contextes d’anciennes colonies de peuplement (Nouvelle-Calédonie, Fidji, Nouvelle-Zélande) ou dans certains pays dont l’indépendance est récent et le choix a été fait du « tout coutumier » dans ce domaine (Vanuatu par exemple).

Le contexte de la recherche évolue en profondeur et le renouvellement des thématiques s’effectue plus ou moins au rythme de ces bouleversements. Il faut noter ici l’importance de la demande sociétale dans l’articulation de ces deux mouvements. Cette demande d’analyse et de compréhension des changements en cours, dans les domaines de la gouvernance des ressources, des processus politiques ou des enjeux environnementaux, émane de secteurs divers : État et collectivités, entreprises minières, ONG, autorités coutumières, etc. La traduction de cette demande en problématiques de recherche ne va pas de soi, mais elle peut alimenter les renouvellements des thématiques, tant que les institutions de recherche conservent leur autonomie. Il faut éviter de se laisser entraîner vers des montages parfois sans contenus, comme ceux que mettent sur pieds certaines grosses ONG internationales. Il est également nécessaire d’approfondir la réflexion sur les pratiques (et les modes d’évaluation) des formes d’application des SHS et d’implications des chercheurs dans les dispositifs de politiques publiques. Enfin les modalités financières d’accueil des doctorants doivent être repensées, sous peine d’assécher un vivier indispensable à la vie de la recherche.

Dans ce cadre, la force des institutions de recherche basées en Nouvelle-Calédonie et dans le Pacifique réside dans leur capacité à construire des réseaux actifs et des collaborations durables. À cet égard, la convention de partenariat signée en juin 2012 par l’EHESS (pôle ANU Canberra), l’IRD, l’Université de la Nouvelle-Calédonie et le Centre Culturel du Vanuatu dans le domaine des SHS constitue une initiative à saluer. Plus généralement, les actions cherchant à établir des passerelles entre mondes anglophones et francophones, entre pays indépendants et territoires d’outremer, entre instituts de recherche et centre de collecte culturelle et patrimoniale sont à encourager. Or les ressources humaines sont faibles et les critères essentiels que sont la prévisibilité et la pérennité des actions sont trop souvent oubliés, par exemple du point de vue d’une politique scientifique des sites de recherche situés dans les PTOM ou les ACP du Pacifique. Le GOPS (Grand observatoire de l’environnement et de la biodiversité dans le Pacifique Sud), dispositif regroupant 17 institutions de recherches françaises pour partie basées dans le Pacifique et en phase d’ouverture vers le monde anglophone (accord signé avec le NIWA/National Institute of Water and Atmospheric Research néo-zélandais en juin 2012), est structuré en quatre axes dont un, « Représentations, pratiques et politiques de la nature », dédié explicitement aux sciences sociales. Cet observatoire peut constituer un cadre favorisant les deux conditions de prévisibilité et de pérennité énoncées plus haut, pour peu que l’ensemble des organismes parties prenantes jouent le jeu, ce qui n’est pas le cas jusqu’à présent.

Pierre-Yves Le Meur, anthropologue, est chargé de recherche (CR1) à l’IRD, affecté au centre de Nouméa depuis février 2008. Il est également membre de l’UR 199 « Dynamiques socio-environnementales et gouvernance des ressources » (directrice Geneviève Michon).

 

Pour citer ce billet : LE MEUR, Pierre-Yves, « Les SHS dans le Pacifique Sud. Renouvellement, enjeux et perspectives », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/351]

Christophe Sand : L’archéologie dans le Pacifique

Introduction

L’archéologie francophone dans le Pacifique a une longue tradition, remontant au début du 20e siècle. Mais c’est au professeur José Garanger que l’on doit la mise en place des premières équipes structurées sur ce thème et le début d’un enseignement sur l’archéologie de l’Océanie à partir des années 1970. Au cours des dernières décennies, les équipes francophones travaillant dans la région se sont multipliées et diversifiées, avec une tendance récente de renforcement de structures archéologiques basées directement dans les archipels, intégrant des archéologues océaniens. Ce rapport propose un tour d’horizon synthétique de la situation contemporaine de l’archéologie francophone du Pacifique.

Intervenants

Dans un monde océanien où l’influence de la recherche anglo-saxonne, en particulier australienne, néo-zélandaise et américaine, est massive, quatre grandes entités scientifiques francophones regroupent la quasi-totalité des chercheurs travaillant sur l’archéologie du Pacifique. Les structures nationales sont composées du CNRS associé à différentes universités, ainsi que de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD). L’équipe Océanie de l’UMR 7041 (Arscan), basée à l’Université Paris I-Paris X de Nanterre, fédère le plus grand nombre d’archéologues océanistes, couvrant des champs scientifiques divers, répartis à travers l’ensemble du Pacifique. La caractéristique majeure de cette équipe est qu’un nombre important de ses membres ne fait pas partie des personnels du CNRS. Une équipe plus réduite est intégrée au sein du CREDO (Centre de recherches et de documentation sur l’Océanie), basé à l’Université de Provence. Les archéologues de l’IRD travaillant dans le Pacifique sont majoritairement rattachés à ce centre, car aucun laboratoire archéologique avec personnel permanent n’est en place aujourd’hui dans les centres de recherche IRD de Nouméa et de Tahiti.

L’Université de Paris I est associée à l’Université de la Polynésie Française à Tahiti, où existe un laboratoire de recherches archéologiques, le CIRAP (Centre International de Recherche Archéologique sur la Polynésie), fédérant plusieurs équipes régionales. Cette structure est le pôle principal d’accueil des étudiants français souhaitant travailler dans le Pacifique Est. Un enseignement en archéologie océanienne est délivré à l’Université de la Nouvelle-Calédonie, mais sans poste d’enseignant titulaire.

Outre ces structures de recherche d’État, les collectivités de la Nouvelle-Calédonie et de Polynésie Française ont chacune créé des entités archéologiques locales. Le gouvernement calédonien et les provinces ont fondé en financement local l’Institut d’archéologie de la Nouvelle-Calédonie et du Pacifique (IANCP), avec un personnel – uniquement local – de 10 personnes. Un Département Archéologie existe depuis de nombreuses années au sein du musée de Tahiti et des îles, avec également un fonctionnement sur finances locales. Enfin, doit être soulignée l’existence au sein du Centre Culturel du Vanuatu — État indépendant de Mélanésie —, de personnels francophones formés à l’archéologie en France. Aucune structure n’existe par contre à Wallis-et-Futuna, en Polynésie occidentale.

Thèmes

Quatre thèmes principaux fédèrent les chercheurs francophones travaillant dans le Pacifique. Le premier — et probablement celui rassemblant le plus de personnes —, s’articule autour des phases de premier peuplement dans la région. Pour le Pacifique sud-ouest, il s’agit principalement de la période Lapita il y a trois millénaires. Le processus chronologique régional de ce peuplement est aujourd’hui bien défini. Pour la Polynésie orientale, peuplée entre la fin du premier millénaire et le début du deuxième millénaire après J.C., les données archéologiques restent encore confuses et sujettes à interprétations, incitant à des recherches multiples.

Le deuxième sujet majeur est l’étude multithématique des sociétés traditionnelles océaniennes de pré-contact et leurs évolutions au cours de la période coloniale. Ce champ de recherche est extrêmement riche et divers, allant d’études sur l’intensification de l’occupation de l’espace insulaire, à des analyses typologiques poussées de matériel archéologique, en intégrant les questions d’évolutions sociopolitiques et les échanges à longue distance.

Les analyses d’anthropologie physique traversent les deux premiers thèmes, en s’intéressant aux caractéristiques des premiers découvreurs autant qu’aux évolutions physiques et génétiques au cours du temps. L’étude des rituels funéraires développés dans les différentes régions et un autre axe de ce thème.

Le dernier grand thème développé par les archéologues francophones dans la région est composé d’études spécialisées comme l’anthracologie, la palynologie, la reconnaissance géologique des matériaux et les études isotopiques. Des études ethnoarchéologiques sur les techniques de navigation, les techniques de plantations horticoles ou de pêche, complètent ce thème.

Les apports principaux de la recherche archéologique francophone en Océanie

Les travaux archéologiques menés par les chercheurs francophones dans le Pacifique ont contribué à faire avancer la connaissance du passé océanien de façon majeure sur un certain nombre de sujets. Les fouilles menées sur des sites de premier peuplement Lapita en Nouvelle-Calédonie et au Vanuatu, ont permis de proposer des interprétations renouvelées sur cette période clé de l’histoire océanienne. Sur ce thème, l’apport méthodologique de l’anthropologie française dans une équipe plurinationale, doit être souligné comme une des contributions internationalement reconnue lors de la fouille du premier cimetière Lapita découvert dans le Pacifique, sur l’île d’Efate au Vanuatu. Cette méthodologie appliquée à des sites funéraires plus récents, aussi bien en Mélanésie qu’en Polynésie, permet de placer la recherche francophone à la pointe scientifique dans ce domaine en Océanie.

Le développement d’une problématique centrale autour du premier peuplement de la Polynésie orientale par l’équipe de l’Université de la Polynésie Française depuis maintenant près de deux décennies, a permis, dans le cadre de programmes autonomes ou en collaboration avec d’autres structures de recherche de la région, de renouveler totalement nos connaissances sur la chronologie de cet épisode fondateur des sociétés polynésiennes. Les nouvelles fouilles menées sur des sites déjà étudiés ainsi que l’étude de sites nouveaux, ont permis de rajeunir parfois de près d’un millénaire la datation des premières occupations humaines des dunes de bord de mer.

Le dernier thème où le savoir-faire et l’apport scientifique des chercheurs francophones est reconnu, porte sur les études spécialisées. L’anthracologie, développée depuis plus de deux décennies par plusieurs équipes, a ainsi permis de renouveler les questionnements. Ainsi, l’étude de plusieurs dizaines de milliers de charbons provenant de fouilles menées à l’île de Pâques, a démontré une chronologie progressive de déforestation, venant contredire l’image d’une destruction environnementale brutale et rapide après le premier peuplement polynésien. En Nouvelle-Calédonie, les études anthracologiques et palynologiques ont montré des processus complexes de déforestation/reboisement au cours du temps. Différentes collections de référence de collections de bois et de pollens ont été produites, certaines accessibles sur le Net. Dans un autre domaine, des études de pointes sont menées, dans le cadre de programmes internationaux, autour d’analyses isotopiques d’ossements humains.

Domaines de recherche archéologique sous-représentés

Le nombre peu important de francophones travaillant sur l’archéologie océanienne, à partir de la France ou des collectivités locales, ne permet évidemment pas que soient traités l’ensemble des sujets liés au passé des archipels de la région. Néanmoins, certains thèmes devraient être présents ou plus développés qu’ils ne le sont. Le plus emblématique est sans conteste l’étude de la période pléistocène aux îles Salomon. Ce grand archipel du nord de la Mélanésie a été peuplé il y a au moins 30000 ans. Mais le nombre extrêmement réduit de fouilles menées, n’a permis à ce jour de définir une première chronologie complète que pour l’île de Buka, à l’extrême nord. Absolument rien d’autre n’est connu des évolutions culturelles des Salomons avant la fin du deuxième millénaire avant J.C. L’expertise française en archéologie paléolithique étant mondialement reconnue, ce terrain aurait dû être depuis longtemps occupé par des équipes métropolitaines. Il est d’ailleurs à souligner qu’une équipe allemande (un pays absent de l’archéologie de la Mélanésie depuis très longtemps), débutera prochainement un programme sur ce thème.

La deuxième région où une présence d’équipes francophones fortes et nombreuses serait la bienvenue, concerne les grandes îles sous le vent de Polynésie, Tahiti et Moorea. Si le Département Archéologie local, associé dans certains cas à l’Université, mène des missions d’inventaires et de fouilles préventives sur ces deux îles, les programmes les plus pointus sont menés sous la direction d’équipes étrangères.

Un renouvellement des travaux archéologiques francophones mériterait également d’être visible dans la grande région micronésienne, formant la partie nord du Pacifique. Quelques rares programmes ponctuels y ont été menés au cours des deux dernières décennies par des équipes françaises, mais la mise en place d’une problématique multithématique bien financée permettrait d’assoir dans cette région une présence scientifique francophone, qui fait aujourd’hui défaut, et où se développent essentiellement des programmes archéologiques australiens, américains et japonais.

Perspectives d’avenir

L’archéologie francophone en Océanie est aujourd’hui à un tournant. Il apparaît clairement que ce sujet n’est pas porteur dans la recherche française en sciences humaines, engendrant une absence de planification de postes pour les étudiants thésards, que ce soit dans les centres de recherche ou à l’Université. Le désengagement de la métropole est probablement un phénomène qui se poursuivra au cours de la prochaine décennie, la crise financière apparaissant devoir perdurer et les collectivités territoriales françaises de la région étant dans un processus d’autonomie politique poussée.

L’avenir de l’archéologie francophone dans le Pacifique repose ainsi partiellement sur le développement d’entités locales, à travers les structures d’État comme les Universités mais aussi grâce aux structures créées par les collectivités territoriales. Là aussi, l’engagement des autorités politiques à soutenir financièrement le développement de l’archéologie apparaît central dans toute perspective d’avenir. De même, la liberté donnée aux équipes locales, seules ou en partenariat avec d’autres entités de recherche d’État ou de la région, à développer des programmes archéologiques de pointe — dans leur archipel mais également dans la région —, dépend fortement de choix politiques. C’est dans ce contexte que doit être favorisée de façon centrale la formation d’archéologues océaniens, en parallèle à des archéologues océanistes métropolitains. Cette nouvelle génération est la plus à même de sensibiliser les communautés locales sur l’intérêt et les apports de l’archéologie pour les habitants du Pacifique. L’intégration de ces chercheurs issus des Universités françaises est la meilleure garantie, en cette période difficile, d’assurer la pérennité de la recherche archéologique francophone océanienne.

Christophe Sand est anthropologue et ethnologue, directeur de l’Institut d’archéologie de la Nouvelle-Calédonie et du Pacifique (IANCP), HDR et président d’ICOMOS Pasifika (branche régionale de l’instance internationale du patrimoine culturel liée à l’UNESCO) ; UMR 7041 Arscan, Ethnologie préhistorique-Maison René-Ginouvès-Archéologie et Ethnologie.

 

Pour citer ce billet : SAND, Christophe, « L’archéologie dans le Pacifique », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/200]

Jean-Marc Regnault : La recherche en sciences humaines en Océanie

Quelques changements notables marquent l’histoire de la région. Depuis 1996, le traité de Rarotonga fait de celle-ci une zone dénucléarisée. Du coup, la France, longtemps vue comme une intruse dans un océan considéré comme anglo-saxon, retrouve une place honorable, d’autant plus que l’Accord de Nouméa de 1998 a entamé la décolonisation que les pays riverains attendaient.

Le contraste est grand cependant entre la situation des grands pays, comme l’Australie par exemple, qui échappent largement à la crise mondiale et les petits pays insulaires dépourvus de ressources, fragilisés économiquement, fragilisés politiquement par l’instabilité et écologiquement avec la montée des eaux. Le cas des atolls devient parfois dramatique.

L’intervention des grandes puissances asiatiques est également un élément-clé de la période.

La recherche scientifique française ou anglo-saxonne n’est pas dépourvue de moyens et de spécialistes (dans quelque domaine que ce soit). Elle souffre cependant du côté francophone de l’image de paradis des mers du Sud qui laisse percer souvent en métropole un doute quant au sérieux des travaux. De plus, des mémoires voire des thèses sur le Pacifique Sud sont préparés dans les universités métropolitaines par des étudiants qui souvent répètent, quand ils les connaissent, les recherches effectuées en Océanie. Quant aux directeurs de recherche, ils ne songent même pas à se renseigner sur ce qui a été fait ou à contacter des universitaires du Pacifique.

Les recherches en sciences humaines dans cette région du monde nécessitent la plupart du temps une pluridisciplinarité (compte tenu des particularités de la région), ce que beaucoup d’universitaires métropolitains ont également du mal à accepter tant le repli sur sa propre discipline semble l’emporter.

Ces recherches portent essentiellement sur plusieurs domaines dont le plus ancien est sans conteste l’ethno-anthropologie. La sociologie a également trouvé sa place naturellement. De ce fait, l’histoire a trouvé difficilement la sienne, d’autant qu’au sens propre, elle débute à peine il y a deux siècles avec l’arrivée des Occidentaux. Cependant, c’est dans les grands pays anglo-saxons qu’est née la discipline historique dont le but consistait assez ouvertement à nier pratiquement l’existence des populations d’origine et à ancrer les nouveaux installés dans les pays nouvellement construits, d’où l’intérêt porté à la participation aux deux guerres mondiales par exemple ou aux biographies des « pères fondateurs ». L’histoire des missions religieuses prit aussi une importance considérable. Aujourd’hui, les populations d’origine ou les minorités sont l’objet de recherches approfondies. Les universités françaises ont engagé elles aussi la recherche historique en l’ouvrant aux autres disciplines. Compte tenu de la diversité des statuts politiques dans la région, une collaboration efficace s’est établie avec les disciplines juridiques et les sciences politiques, et également avec les sciences économiques. Les géographes ont fait de même et du reste les diplômes d’histoire et de géographie accordent une large place aux deux disciplines quelle que soit la dominante.

L’histoire et le statut particuliers de la Nouvelle-Calédonie ont dynamisé les recherches en sciences humaines à des fins très utilitaires, puisqu’il s’agit d’apporter le maximum d’informations aux responsables politiques et aux citoyens à la veille de choix politiques capitaux. Ainsi, une décolonisation inachevée dans la région stimule les recherches pour l’ensemble de celle-ci comme l’ont prouvé divers colloques organisés depuis quelques années. D’une façon générale, le thème de la « gouvernance » domine les recherches.

Assez originales sont les recherches des linguistes. Leur domaine est large en raison de la multiplicité des langues locales dans la région. Eux aussi sont enclins à chercher la collaboration d’autres disciplines.

Si l’on veut que la recherche en général dans cette région ne demeure pas marginale, des dispositions devraient être prises au plus haut niveau politique. Cependant, il faut être conscient que dans le monde universitaire, c’est une révolution des esprits qu’il faudrait engager. Peut-être cela sera-t-il compris quand enfin les chercheurs hexagonaux auront compris l’enrichissement qu’ils pourraient tirer à se pencher sur l’Océanie, une région qui remet systématiquement en cause les certitudes et les pratiques. Alors, non seulement l’Océanie ne sera pas le continent invisible dont parlait Le Clézio, mais elle deviendrait celle qui renouvelle les « lumières »… comme au temps de la découverte…

Regnault, Jean-Marc, maître de conférences honoraire, chercheur associé à l’Université de la Polynésie française, HDR, établi en Polynésie française depuis 1984, membre du laboratoire Gouvernance et développement insulaire / GDI – EA 4240.

Retrouvez le profil de Jean-Marc Regnault, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : REGNAULT, Jean-Marc, « La recherche en sciences humaines en Océanie », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/197]

Jean-Yves Faberon : Océanie, religions et sociétés

L’Océanie est un monde pluriel. Cet ensemble géographiquement composite, cette mosaïque de terres éparpillées sur le grand océan de leur communication vit de peuplements divers : pluralisme des ethnies, pluralisme des histoires, pluralisme des traditions et des modes de vies respectifs, des coutumes et des organisations. Dès lors, s’il est un « paradis » océanien, c’est bien celui des sciences sociales !

L’Océanie est un champ immense de croyances de toutes sortes : ces croyances qui expriment chacune un aspect de l’humanité. Aussi, une appréhension globale de ce champ de recherches serait nécessaire pour en retracer les origines et en déterminer les enjeux afin de contribuer à expliquer la cité océanienne d’aujourd’hui, observée par le prisme révélateur des religions. Il apparaît pourtant de manière saisissante que la recherche, sans ignorer bien évidemment tel ou tel aspect historique ou sociologique, ne s’est pas attelée à l’ensemble des facettes de la  question essentielle de la religion en regard du droit dans la société océanienne. Pour organiser les sociétés, il faut prendre garde à la puissance transcendante des religions. Comme le disait le Doyen Carbonnier : « Les juristes ne mesurent pas assez combien le droit est facultatif même dans les secteurs qu’il proclame d’ordre public » (Flexible droit, p.33). Pour autant, les hommes et les femmes ont deux besoins inextinguibles : de croyances et d’ordre. Il y a toujours un moment où ces deux attentes se rencontrent. Cela peut être conflictuel ou consensuel, cela peut tenir de la coexistence sereine, mais il y a toujours une alchimie en ce domaine. C’est dire qu’un tel écheveau a besoin de chercheurs pour contribuer à le dénouer. Les historiens ont apporté leur contribution (Frédéric Angleviel, Claire Laux et ses disciples comme Paul Fizin, pour ne citer qu’eux), les géographes dans le sillage de Christian Huetz de Lemps hier, récemment les cartographes comme Jean-Christophe Gay, les anthropologues (Alban Bensa, Serge Tcherkézoff, Paul de Deckker). Et bien sûr les juristes sont indispensables dans un contexte extrêmement sensibilisé aux questions institutionnelles toujours en évolution, sans doute parce l’avenir politique dépend largement de sa définition statutaire. Pour faire bref, on dira que partout dans le Pacifique le débat entre association et souveraineté propre se traduit toujours juridiquement. Les travaux purement juridiques ne manquent pas ; mais pour une véritable maîtrise de la connaissance des situations, ce sont des recherches pluridisciplinaires qui sont indispensables. On en a des exemples pertinents avec les colloques organisés par Paul de Deckker et Jean-Yves Faberon, par Jean-Marc Regnault et Viviane Fayaud. Et pourtant un domaine reste effleuré par la recherche pluridisciplinaire, celui de la prégnance de la religion dans l’ordre social.

Il n’existe pas à proprement parler à ce jour de dynamique globale d’une telle recherche, pourtant amorcée ponctuellement. Il manque par exemple les enjeux théoriques de la place de la religion dans les cités d’Océanie, ou l’approfondissement de cas, notamment les cas significatifs de confrontation de croyances religieuses et de groupes sociaux. Ces thèmes méritent pourtant d’être approfondis parce qu’ils donnent la clé de la compréhension globale des sociétés océaniennes. Comment comprendre les spécificités si accentuées de la Polynésie française sans connaître la dimension religieuse de ce pays ? Comment le prétendre, de la même manière, à Wallis et Futuna, aux Samoa, etc ?

Depuis que les hommes se sont organisés en pouvoirs, la religion a d’abord régulé la politique, puis en a été un élément influent sans jamais être bien loin du pouvoir, même dans les régimes laïcs ; le droit a toujours dû tenir compte du sacré. Cela est particulièrement évident dans les pays d’Océanie, zone où les présences religieuses sont toujours prégnantes. La Nouvelle-Calédonie pluriethnique et plurireligieuse, évangélisée depuis les profondeurs de la France métropolitaine, est un cas exemplaire. Elle n’a pas, comme jadis en Algérie, ou comme c’est le cas aujourd’hui à Fidji, à résoudre un problème politique aggravé de différences religieuses.

En effet, la Nouvelle-Calédonie d’aujourd’hui est en train de déterminer son devenir institutionnel, et elle doit l’accomplir tout en s’arrimant à ses valeurs permanentes, pour son indispensable cohésion sociale. La France républicaine et laïque est enracinée en Nouvelle-Calédonie, terre de religions : dans ce pays de paradoxes, le respect de toutes les croyances rayonne. La mutation des institutions ne pourra s’y faire qu’en respectant les traditions et les religions. Les religions, elles, sont toujours dans la Cité, et elles ne sont elles-mêmes que si elles renforcent le lien de la paix, le lien qui libère, et qu’elles bannissent tous les fanatismes. Cela est apparu de manière éclatante lors du moment fondateur des accords Matignon en 1988. Dans ce pays où la fracture politique fondamentale entre indépendantistes et non indépendantistes ne recouvre aucune distinction religieuse, la « mission du dialogue » qui allait faire basculer le pays dans la paix après une décennie de graves événements, était composée de représentants des différentes religions et philosophies. Et ils ont réussi leur mission pour la reprise du dialogue entre ceux qui venaient tout récemment de s’entretuer dans une grotte.

La source de la paix calédonienne d’aujourd’hui même, est dans cette « mission du dialogue » œcuménique par laquelle le pays a été comme touché par la grâce au lendemain d’exactions barbares et d’anathèmes réciproques.

À la suite des accords Matignon, l’accord de Nouméa de 1998 est la moderne arche d’alliance océanienne. Cette cohésion se fonde sur des croyances et des règles ; les unes et les autres s’avèrent étroitement imbriquées car autant les règles ont besoin qu’on croie en elles, autant les croyances doivent être respectées par les règles. L’ordre public comme les religions, ces aspirations éminemment humaines, sont naturellement en relation d’association : c’est dire que la connaissance des sociétés océaniennes passe indubitablement, plus encore qu’ailleurs, par des recherches. Quel que soit le centre de gravité scientifique des manifestations visant à mieux connaître l’Océanie, il apparaît bien que la communauté scientifique doit impérativement être aidée à les organiser. Le Pacifique n’est peut être pas le « nouveau centre du monde » évoqué dans les années 1980, mais il est à l’évidence caractérisé tant par le foisonnement des angles de recherche pleins d’intérêts de sociétés pluralistes et en expansion évoquées au début de ces lignes, que par le caractère encore trop embryonnaire des recherches en sciences sociales à son égard.

Jean-Yves Faberon est professeur de droit et conseiller auprès du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.

 

Pour citer ce billet : FABERON, Jean-Yves, « Océanie, religions et sociétés », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 17 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/72]