Orientalisme versus Asie-Océanie

Jean-François Sabouret, 8 octobre 2013

 

Ce livre blanc sur les études Asiatiques et du Pacifique fait écho au rapport sur les Études orientalistes paru en 1993. Les deux titres sont différents, la réalité l’est également, ce qui ne signifie pas que les études orientalistes aient disparu au profit de nouvelles études centrées sur l’Asie contemporaine.

Les études orientalistes sont principalement représentées en France dans des institutions prestigieuses comme le Collège de France, l’EPHE, l’EFEO.

Cependant vingt ans plus tard en 2013, si les Études orientalistes occupent toujours une place notable dans la recherche française sur l’Asie et sont un élément important de sa reconnaissance à l’étranger, une évolution sensible s’est produite dans les études contemporaines sur cette même aire asiatique à laquelle il faut joindre les pays voisins de l’Asie, ceux de l’Océanie, entraînés par le développement rapide de l’Extrême-Orient. Cela est dû en grande partie au dynamisme des économies de nombreux pays d’Asie qui enregistrent un taux de croissance élevé (Chine, Japon, Corée du Sud, Taiwan, Hong-Kong, Singapour, Inde…).

Le basculement du monde et l’exigence de comprendre cette nouvelle donne

Dès la fin des années 70, la stratégie économique du leader chinois Deng Xiaoping apparaît, avec le court recul de ces trente dernières années, comme une lame de fond qui bouscule les économies du monde entier, à commencer par celles de l’Europe et des États-Unis. On sait aujourd’hui que la Chine et derrière elle, d’autres nations comme la Corée, Taiwan et l’Inde ont pris la mesure du monde et développent des industries, des services, de l’agriculture sur l’ensemble de la planète : dans l’Australie « voisine », mais aussi en Afrique et au Brésil. L’Occident n’est plus au centre du Monde.

L’Asie s’enrichit, prend confiance en elle, deux économies asiatiques sont dans les cinq premières : La Chine et le Japon. L’Inde va bientôt entrer dans le club des dix et la Corée du Sud est au quinzième rang. Le PNB de la Chine a doublé celui du Japon en 2010 et ces deux puissances économiques sont aujourd’hui respectivement les seconde et troisième du monde. Si cette tendance se poursuit, la Chine, disent les experts, pourrait devenir la première puissance économique du monde en 2025.

Le PIB cumulé de l’Asie et de l’Océanie place dorénavant cette région au premier rang (28,15%), devant l’Amérique du Nord (27,72%) et l’Union Européenne (27,08%) (stat. 2012). Mais avec la puissance économique acquise ou retrouvée (pour l’Inde et la Chine), d’autres dépenses montent aussi en puissance : les dépenses militaires. Selon le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), dont le centre est à Stockholm la première place de « gendarme du monde » est toujours occupée par les États-Unis : 711 milliards USD de dépenses en 2011 contre 71,9 pour la Russie, 62,7 pour Royaume-Uni, 62,5 à la France…mais déjà 143 milliards USD pour la Chine (tendance régulière en hausse chaque année). L’Asie est prospère mais la région est peuplée de belligérants potentiels.

De nombreux pays voisins s’observent, les armes à la main, soufflant alternativement le chaud et le froid : les deux Corées (de chaque côté de la ligne DMZ), Corée du Sud contre le Japon (Takeshima/Dokdo, le Japon contre la Russie (Kouriles), la Chine contre le Japon (Senkaku), La Chine contre l’Inde (Arunachal Pradesh), la Chine contre le Vietnam, la Malaisie, Brunei, La République de Chine et les Philippines (Spratleys), tout cela sous l’œil attentif du maître du Pacifique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale : Les États-Unis.

Le danger d’un affrontement militaire est atténué, pour un temps seulement peut-être, par les échanges économiques, le consumérisme galopant, la production industrielle…. Ainsi la Chine est le premier pays producteur d’automobiles (18 418 876 en 2011) contre 8 653 560 aux États-Unis, 8 398 654 au Japon, 6 311 318 en Allemagne, 4 657 094 en Corée du Sud, 3 926 517 en Inde et… 2 242 928 en France.

Un nécessaire repositionnement sur les études contemporaines en sciences politiques, en économie et dans l’étude des sociétés du temps présent.La demande pour prendre la mesure de ce monde asiatique en mutation est quasi-exponentielle : mieux comprendre, mieux se former. Il apparaît évident sinon urgent de doter la recherche de spécialistes en France capables d’étudier et de rendre compte de ce « basculement du monde ». La plupart des personnes interrogées pour le Livre blanc, celles qui ont rédigé un texte (voir le site Resap.hypotheses.org), mais aussi celles qui ne pouvaient consacrer qu’un temps assez court à cette enquête ont souligné ce changement majeur dans l’évolution de l’Asie.

Si une majorité se déclare en faveur d’un nombre accru d’enseignants et de chercheurs spécialistes de l’Asie contemporaine, plusieurs « solutions » sont avancées quand à cet accroissement significatif de postes dans des domaines jusque-là en nombre modeste.

La première solution consiste à confier à l’État cette importante création de postes nouveaux et à se reposer sur les décisions des personnes en charge de cette politique d’enseignement et de recherche tant au niveau de l’enseignement supérieur que du secondaire.

La seconde et la troisième solutions tiennent compte de la situation économique de notre pays actuellement et qui est peu propice à une augmentation accélérée des postes à créer. La seconde solution suppose donc de réduire ou de ne pas renouveler des postes dans certaines disciplines afin de permettre la création de nouveaux postes ailleurs. Solution « polémique » selon que les chercheurs appartiennent à une discipline ou à un champ en forte demande ou à une discipline dont la place est devenue moins urgente.

La troisième de ces solutions est nouvelle et originale. Elle tient compte de la double demande d’un accroissement d’enseignants et de chercheurs. Là aussi, des arbitrages devront sans doute être faits. Cependant, pourquoi ne pas créer des postes de chercheurs-enseignants qui seraient en quelque sorte les postes miroirs de ceux des enseignants-chercheurs. Les enseignants chercheurs, ceux qui ont des étudiants dès la première année de licence (192 heures annuelles pour un maître de conférences), et un flot important et répété de copies à corriger, stigmatisent souvent le déséquilibre dont ils s’estiment victimes quand ils comparent leurs emplois du temps au regard de celui des chercheurs.

Si un enseignant-chercheur peut réserver « au maximum » le tiers de son temps à la recherche, il est gêné dans la réalisation de ses projets de recherche pour écrire ou partir en mission sur son terrain. Or si dans l’emploi du temps de ce nouveau type de poste de « chercheur-enseignant », un tiers était réservé à l’enseignement, celui-ci pourrait « en complémentarité, remplacer son collègue une ou deux années universitaires. Ainsi sur une carrière de plus de trente ans, le chercheur-enseignant aurait une douzaine d’années à faire comme enseignant pour s’acquitter de son cahier des charges. Cette proposition apparaît comme une solution intermédiaire par rapport à l’idée développée par le ministre C. Allègre quand il souhaitait un seul corps d’enseignants-chercheurs.

Une demande insistante de disposer de plus de temps pour mener à bien des recherches.

La réforme des universités, avec une plus grande autonomie accordée à celle-ci, va-t-elle faire évoluer les deux métiers vers une fusion ou va-t-elle maintenir cette séparation entre chercheurs et enseignants sujette à bien des commentaires ? Entre les deux métiers traditionnels d’enseignant-chercheurs et de chercheurs, la proposition de créer une nouvelle catégorie mérite réflexion, puisque les deux professions seraient complémentaires : plus de cours nouveaux pourraient être proposés aux étudiants et davantage de recherches sur le contemporain seraient réalisées, sans avoir forcément à remettre en question la raison d’être de certaines spécialités situées davantage sur le versant « sciences humaines » que des « sciences sociales contemporaines ». Il reste néanmoins que certains spécialistes se demandent s’il y a lieu encore de reconduire autant de postes dans certaines disciplines qui furent importantes sans doute à l’époque où la France, ayant des colonies ou des protectorats, se devait de mieux comprendre les « ethnies » minoritaires, et les religions des peuples qu’elle dirigeait. La question est ouverte.

Une concertation accrue au niveau des établissements et des organismes

Une plus grande transparence est souhaitée quant à la création des postes nouveaux, la cohérence de ceux-ci dans un établissement donné par rapport à un autre établissement. Est-ce qu’une politique de concertation est menée, par qui, et pour quels résultats entre le CNRS, le CIRAD, l’INSERM, l’INRA, l’IFREMER, l’IRD… et la CPU? Est-ce une conférence inter-organismes ? Est-ce le (ou les) ministère(s) de tutelle ? De grands thèmes intéressants plusieurs organismes pourraient être définis et donner lieu à des montages.

Les recrutements « à l’Américaine »

Certains souhaitent un recrutement tel qu’il se pratique par exemple aux États-Unis (système de la « tenure »). Un jury de spécialistes de la discipline et du champ incluant des chercheurs étrangers, font le choix de deux personnes au terme d’un processus plus long de réflexion et d’investigation que celui pratiqué par le comité national au CNRS par exemple. Un cahier des charges serait proposé aux chercheurs choisis (articles de recherches, participation à des conférences, organisation de colloques, publication d’ouvrage…) Après plusieurs années, une seule des deux personnes obtiendrait définitivement le poste.

L’autonomie des universités et la demande de création d’UMR

La recherche au sein des universités prend une place de plus en plus grande et devenant plus autonomes, ces dernières souhaitent développer des stratégies propres. Il est à prévoir un plus grand nombre de créations de postes d’enseignants-chercheurs dans les domaines des études asiatiques et du Pacifique. Si une taille critique est atteinte, certaines universités vont vouloir posséder une UMR associant le CNRS à leur université. Le cas d’école, si l’on peut dire, est celui de l’INALCO (Institut National des Langues et civilisations orientales), qui, depuis novembre 2011, a vu tout son dispositif d’enseignement regroupé sur le site de l’Avenue de France dans le XIIIe arrondissement, regroupement vertueux également puisque la bibliothèque de la BULAC est située également dans les mêmes bâtiments. Plus de 93 langues enseignées dès la première année, 9 000 étudiants, 300 enseignants dont déjà 50 « civilisationnistes ». Les enseignants souhaitent se voir créer au sein de l’INALCO une ou plusieurs UMR pour faciliter les recherches, recevoir des chercheurs du CNRS, accueillir et former des étudiants qu’ils veulent pouvoir former jusqu’à la fin du doctorat… La réunification des divers éléments du « puzzle de l’INALCO » mettant un terme à sa longue « balkanisation » permettrait, si la recherche était véritablement soutenue en sciences sociales par le CNRS, de créer, par exemple, une saine émulation avec la SOAS de Londres.

Un besoin important de compétences asiatiques ciblées et nouvelles

Les universités, mais aussi les écoles de commerce et d’autres lieux d’enseignement et de recherche (Coëtquidan, Navale, écoles d’agriculture, des beaux-arts, école des transports…), feront certainement appel à des enseignants spécialisés sur des savoirs jusque-là peu abordés. Il est donc important de pouvoir former dès maintenant les futures compétences dont notre pays aura besoin. Tout un chantier à consolider. Cela évitera des déconvenues ultérieures lors des recrutements avec des candidats compétents, certes, mais dans des domaines qui ne correspondent pas exactement à la demande des établissements et plus simplement à la demande sociale.

La quasi-totalité des personnes interrogées ont également mis l’accent sur la bonne maîtrise d’une ou plusieurs langues asiatiques comme condition nécessaire à un accès réel aux sources premières et aux enquêtes de terrain quelle que soient les disciplines concernant l’Asie.

Financement, emploi du temps, évaluation

Certains enseignants-chercheurs relèvent que dans leurs emplois du temps, la partie occupée par les réunions et la préparation de multiples dossiers de demandes de financement de recherche occupent une part de plus en plus importante, avec l’inconnu de réponses négatives dans le cas des demandes de financement. Les grandes œuvres des asiatisants comme Paul Mus ou Denys Lombard n’auraient pu voir le jour dans une ambiance où le harcèlement bureaucratique l’emporte sur une recherche patiente et réfléchie. Ne pourrait-on pas attribuer une somme moins importante à un chercheur que pour un programme ANR et évaluer sa qualité, non pas sur la base d’un projet, mais sur les résultats des travaux effectivement réalisés. Les résultats obtenus étant garants d’un futur financement.

Moins de bureaucratie, une plus grande attention accordée au jugement des pairs et aussi à des travaux de plus longue haleine et moins de court terme imposé par les recherches par appel à projets du système actuel. Le système de programmes favorise les recherches de micro-terrains et les micro-expertises. Peut-on former ou favoriser des chercheurs pour des analyses géopolitiques ou des recherches sociologiques plus vastes, mais dont la réalisation demande plus de temps ?

En conclusion

Il faut remercier toutes les personnes, professeurs, experts, chercheurs qui ont bien voulu répondre à cette enquête malgré un emploi du temps chargé. Ces réponses écrites aussi ont été complétées par des entretiens oraux, des rencontres parfois courtes où on demandait quelles étaient les préoccupations et les questions saillantes auxquelles les chercheurs étaient confrontés. Le site RESAP permet l’accès des textes de chacun à tous.

De tout cela émerge chez les enseignants-chercheurs dans les universités la question du manque de temps consacré à la recherche et c’est peut-être le point le plus marquant de notre enquête, d’où la proposition de création d’un statut nouveau qui serait celui de chercheur-enseignant (⅔ de recherche, un tiers d’enseignement), faisant miroir à celui d’enseignant-chercheur (⅔ d’enseignement ⅓de recherche). Ils souhaitent (et ce vœu est récurrent), pouvoir consacrer davantage de temps à la recherche, à l’écriture d’articles visibles dans des revues sortant de la semi-confidentialité, continuer à rédiger en français, tout en publiant davantage en anglais. Ils souhaitent voir plus de leurs ouvrages traduits en anglais et dans des langues asiatiques. Des budgets réservés à des traductions correctes dans diverses langues permettraient aux chercheurs sur l’Asie et le Pacifique de les faire mieux connaître par leurs pairs européens et étrangers.

Ce nouveau couple enseignant et chercheur permettrait de prendre place d’autant mieux dans le paysage de l’université de demain que l’Asie et le Pacifique entrent de plus en plus dans les cursus des universités à côté des enseignements traditionnels. Des enseignements sur l’Asie y sont donnés régulièrement et constituent un pôle de plus grande attractivité. En province également des enseignements sur l’Asie sont donnés dans des universités anciennes (comme Strasbourg ou Bordeaux…) ou nouvelles (La Rochelle, Le Havre…). Si l’on tient compte des institutions célèbres et plus anciennes et des structures plus jeunes et dynamiques, on mesure rapidement la richesse, la diversité de l’enseignement et de la recherche sur l’Asie et le Pacifique en France. La question qui demeure est la répartition des rôles et des obligations. Pour peu que la génération des baby-boomers arrivant à la retraite soit correctement remplacée grâce à un recrutement concerté, la France a des atouts certains qu’elle ne peut que mieux valoriser au fil des années à venir. Cela signifie que l’Asie et les Pacifiques vont occuper une place plus importante dans les manuels scolaires du primaire au lycée et donc dans la formation des enseignants.

Les centres de recherche et institutions dédiées à l’Asie et au Pacifique sont-ils remis en cause de ce fait ? Cela n’est pas dit et encore moins écrit clairement, mais en creux on voit bien que les enseignants du supérieur souhaitent sinon une réforme profonde de ces institutions du moins une participation plus active à la formation des étudiants depuis la première année et non au niveau du master ou du doctorat.

Certains interlocuteurs ont abordé la question d’un meilleur cadre d’enseignement et de recherche. Ils n’hésitent pas à proposer des frais d’inscription et de cours plus élevés pour les étudiants issus de catégories socio-professionnelles plus aisées avec un système de tarif différentiel pour les étudiants de familles ayant peu de revenus. Le principe de l’égalité des chances liée à une meilleure qualité de l’environnement pour tous, mettrait l’université française au niveau de grandes universités étrangères du monde et exercerait une plus grande force d’attractivité pour les étudiants européens et étrangers voulant étudier en France.

Les succès économiques, industriels, technologiques, scientifiques en Asie ajoutés à l’énorme réservoir démographique que représente cette région obligent l’enseignement et la recherche française à tenir davantage compte de ce basculement du monde et cela devrait se traduire rapidement par des décisions réelles que l’ensemble des enseignants et des chercheurs attend avec espoir et vigilance.

Jean-François Sabouret est sociologue, spécialiste du Japon, directeur de recherche émérite au CNRS



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *