Archives de catégorie : 2.Contributions

Jean-François Huchet : Perspectives de la recherche et de l’enseignement sur la Chine

1)      Quelles analyses faites-vous de la situation des études actuelles de l’Asie et du Pacifique ? 

Le plus simple c’est que je vous parle de ce que je connais le mieux, c’est-à-dire de la Chine. Tout d’abord de la place de la Chine puis des questions d’économie. Sur la Chine, je pense qu’il y a eu « un trou d’air » – je crois à peu près entre la génération des soixantenaires et la génération qui arrive maintenant – dans la plupart des disciplines des sciences humaines et sociales.

2)      Donc le « trou d’air », cela veut dire qu’il y a eu des recrutements qui devaient se faire mais qui ne se sont pas faits ?

Je pense que dans certaines disciplines, c’est en train de se faire, même si c’est de manière un peu inégale. Par ailleurs, on ne recrute plus de la même manière comme on le faisait au moment de votre génération. Par exemple si je prends le cas des sciences politiques, on ne recrute plus des gens qui travaillent sur la situation générale de la politique chinoise en tant que telle. On recrute aujourd’hui des gens qui font des études sur une « tête d’épingle » … sur un sujet très spécifique. Ce n’est pas quelque chose propre uniquement à l’aire culturelle Chine. Il est évident qu’il y a un besoin, à mon sens, de reconstituer un vivier sur des thématiques bien précises. On le voit aujourd’hui avec la passation de pouvoir en Chine durant le 18ème Congrès du PCC. Il existe dans la jeune génération très peu de personnes qui sont capables de décrypter ce qui est en train de se passer en Chine, alors que la Chine est la deuxième puissance – et bientôt la première puissance politique et économique du monde. Je trouve que c’est assez inquiétant.

3)      Vous avez des thésards en amont ?

On a des thésards mais qui travaillent encore une fois sur des sujets « têtes d’épingle » et il n’y en a pas beaucoup. Il y en a un peu plus en anthropologie. Quand j’étais à Hong Kong au CEFC et que nous lancions des appels à financement pour des thèses, nous avions majoritairement des anthropologues.

4)      Qu’est-ce qu’il faut faire ?

À mon sens il faut recruter, mais cela implique qu’il y ait des signaux forts à envoyer aux directeurs de thèses comme quoi ils pourront faire le « service après-vente ». « Je vais recruter cette personne en thèse en sachant que je pourrais lui dire que je vais faire de mon mieux pour l’aider à trouver un poste sur tel ou tel sujet ». Je parle sur quelque chose que je connais mieux à savoir l’économie : combien sommes-nous aujourd’hui en France à traiter de l’économie de la deuxième puissance mondiale ? On a quelques jeunes aujourd’hui qui ont fait des thèses avec Daniel Cohen à l’École d’économie de Paris et il y en deux qui parlent chinois. Donc je suis content que l’un d’entre eux ait été recruté mais c’est très peu pour une telle nation.

5)   Parmi les auteurs des contributions pour le Livre Blanc, les économistes sont ceux qui disent qu’on exige d’eux la connaissance de la langue alors que ce n’est pas vraiment nécessaire. Ils travaillent sur des séries de statistiques, beaucoup de choses sont en anglais …  Or pour moi ce n’est pas suffisant. Il faut entrer dans une langue car c’est entrer dans une logique.

Il faut que les commissions en économie au CNU ou au CNRS soient un peu moins sectaires sur le plan méthodologique et acceptent des personnes qui font de l’économie appliquée et pas uniquement basée sur des modèles économétriques.

6)    Pensez-vous qu’il serait intéressant de créer une nouvelle section CNRS pour pouvoir recruter des gens avec le profil qu’on souhaite ?

Je pense que la section 15 du CNU pourrait être reproduite au CNRS, tout simplement, car elle est ouverte à des gens qui ont travaillé sur la civilisation ; il y a une tolérance plus forte.

7)     Faudrait-il mettre un coup de projecteur sur l’Asie, comment procéder et comment le justifier ?

Je reste persuadé que la meilleure chose est que l’Asie ne se retrouve pas seule dans cette quête, il faut faire comme au CNU avoir une commission qui recrute sur plusieurs aires culturelles. Mais pour la question du contemporain, il faudrait souligner dans ce livre blanc, le fossé entre la montée de l’Asie sur tous les points en matière d’économie, politique, géopolitique … et la faiblesse du recrutement sur cette période. Sinon, on va se retrouver dans vingt ans avec très peu de chercheurs sur une zone géographique très importante. Et en terme de compréhension de cette zone, on aura été déclassé, ce que nous n’étions pas il y a encore quelques années puisqu’il y avait une très forte école sur l’Asie, mais qui correspondait à une Asie qui n’était pas celle qui émerge et se transforme actuellement sous nos yeux.  La Chine en l’espace de 35 ans a connu de profonds changements. On a donc besoin d’avoir des gens qui travaillent véritablement sur le contemporain. On a besoin de monter d’un cran maintenant.

8)    Comment faire évoluer le contemporain, recruter des gens et comment  se positionner ? Qu’est-ce qui peut être fait avec l’INALCO ?

Je pense que la voie à poursuivre, c’est surtout de ne pas toucher à la puissance de formation linguistique qui est remarquable. Mais il faut recruter des juristes, des économistes, des géographes, des politistes qui vont travailler sur l’Inde, sur la Chine, l’Asie du Sud-est … Il faut investir sur le long terme et favoriser une montée en gamme de la recherche et de l’enseignement sur ces domaines et il y aura cette complémentarité qui fait l’excellence de l’INALCO, c’est-à-dire d’une institution qui est capable de former des gens à la fois en langue et en civilisation. De surcroît, nous récupérons à l’INALCO beaucoup d’étudiants qui sont en double cursus. Il est important de savoir et de comprendre ce que les entreprises chinoises font en achetant des terrains au Brésil, que la structure même du commerce extérieur de l’Amérique latine est en train d’être aspirée littéralement par la Chine parce que les pays d’Amérique Latine sont en train de se spécialiser dans les matières premières aux dépens de l’industrie pour répondre aux besoins de la Chine.

9)    Comment fait-on si on n’a pas de bons candidats ?

On pourrait effectivement décider d’avoir un système à l’américaine avec des « tenures ». Toutefois, je suis assez partagé : c’est-à-dire qu’il soit transparent et prévisible pour les candidats. On dit aux gens « voilà on a des critères et au bout de trois ou cinq ans, on vous embauche donc vous avez un poste à contrat indéterminé». Soit on vous en redonne pour deux ans parce que vous avez fait des choses mais ce n’était pas suffisant. Soit vous éjectez. Cependant, il y a des pays où ils affichent sur le papier ce système mais qui en fait, vont mal se comporter vis-à-vis des professeurs qui ont rempli les conditions. En France, les recrutements à l’université permettent déjà d’avoir eu la possibilité de tester en matière d’enseignement les candidats via les postes d’ATER. Pendant deux ans, on a déjà vu si le candidat était capable d’assurer des enseignements tout en écrivant une thèse. Effectivement si la personne ne possède pas les qualités nécessaires, elle ne sera pas recrutée en tant qu’enseignant-chercheur ; aujourd’hui sur les dossiers quand on recrute des maîtres de conférences, ce sont des personnes qui ont déjà été testées par le système.

10)   Comment feriez-vous pour implanter un système semblable au CNRS ?

Moi ça ne me choquerait pas que le CNRS institue une possibilité pendant 3 à 5 ans de dire aux gens « Non vous n’êtes pas fait pour être chercheur ». Je suis très fortement en faveur de pousser les gens à l’enseignement. D’abord parce qu’il y a une exigence de transmission extrêmement importante. Il y a une exigence de transmission sur les sujets sur lesquels on travaille. Je le vois entre les cours que je faisais au département d’économie à Rennes sur l’histoire de la pensée économique qui est un cours très intéressant mais qui n’est pas le sujet sur lequel j’ai fait ma thèse. Mais je vois bien la différence entre ce type de cours que je donnais et le type de cours que je donne maintenant sur la Chine qui est mon objet de recherche. Je pense que pour mes étudiants, ils prennent plus de plaisir et d’intérêt à m’écouter quand je leur parle aujourd’hui d’économie chinoise que les étudiants qui m’écoutaient lorsque je faisais mes cours sur la pensée économique. Je ne faisais que répéter ce que j’avais lu dans les bouquins, je n’ai pas fait ma thèse sur Ricardo ou Adam Smith. Il y a donc cette exigence de transmission sur le sujet de recherches sur lequel on a fait sa thèse,  c’est extrêmement important. Les étudiants sont redoutables, ils jugent un professeur très rapidement et il y a une exigence de clarté dans les propos qui aide beaucoup au niveau de la recherche. Il faut construire un cours sur 26 heures et l’enseignant est devant un public exigeant. Je pense aussi que les cours  nous aident à resituer notre objet de recherche dans un contexte plus large que notre sujet de recherche. Je pense que ces exigences sont nécessaires dans le métier de chercheur. Après faut-il donner un service aux gens du CNRS ou la moitié d’un service et permettre à ceux qui sont à l’université aujourd’hui de faire un peu moins de cours ? C’est une question qu’il faut étudier.

(…)

On pourrait aussi pour les enseignants chercheurs garder « un crédit recherche » sur toute sa vie. Un chercheur qui est à l’université aurait par exemple un crédit de 10 ans recherche dans toute sa carrière et aurait le droit de passer au CNRS, impliquant que quelqu’un du CNRS vienne à l’université avec un crédit d’enseignement à faire pendant 10 ans et cela permettrait de tourner. Les délégations actuelles pour les collègues qui sont à l’université qui partent au CNRS, sont encore difficiles à gérer par l’équipe d’origine de l’enseignant. Pour un détachement, l’université dispose d’un support de crédit qui arrive automatiquement puisque le MESR ne paie plus l’enseignant ; mais la délégation d’une certaine manière est un peu pernicieuse pour l’université parce que tes collègues te disent « on te laisse partir au CNRS pendant un an mais qui va faire les cours si on n’a pas de support budgétaire ? Donc c’est nous qui allons assurer tes cours ? » ; et quand le collègue demande une deuxième année on lui répond qu’il déjà eu une première année cela arrive qu’il y ait une certaine réticence pour lui accorder une deuxième.

11)   Comment verriez-vous l’articulation des deux ? (CNU/CNRS)

Je pense que ce sont des crédits qui permettent d’établir un pont beaucoup plus systématique entre la recherche et l’enseignement. Pourquoi ne pas étendre le système d’institut de France qu’on a mis en place au CNRS ?

12)   Cela équivaut à une année sabbatique ?

Non car il y a des gens qui pourraient rester longtemps. On pourrait imaginer que cela soit le CNRS qui serait l’organisme récipiendaire des enseignants qui partent ? Et à l’inverse il y aurait des chercheurs qui donneraient des cours, s’il y a obligation d’avoir cette réciprocité entre l’université et le CNRS.

13)   Il faudrait qu’il y ait une expérience pilote pour dire qu’en Asie il y a des transformations profondes

On commence par une UMR et voyons ce que ça donne.

14)  À Berkeley, ils ont 6 mois tous les 3 ou 4 ans et s’ils veulent une année il faut qu’ils aillent voir une fondation avec leur projet, laquelle fondation peut dire « moi je prends ce sujet » ; mais ils doivent faire un rapport et travailler. Donc ils peuvent avoir tous les 3 ou 4 ans une année complète. Ce système n’existe pas en France.

Non, mais nous on connaît une autre alternative qui sont les UMIFRE où on part à l’étranger. Mais combien sommes-nous dans le système à le faire ? Très peu et puis ça implique qu’on parte à l’étranger aussi.

15)   Qu’est-ce qu’on pourrait faire pour améliorer les UMIFRE, c’est-à-dire pour que ce soit une plaque importante pour que les chercheurs qui viennent soient accueillis ?

Il faudrait reprendre une politique active du CNRS pour développer des contrats de longue durée (2 à 4 ans) mais aussi de plus courte durée (inférieurs à un an). Nous avions au CEFC en 2008 6 postes CNRS et aujourd’hui il n’y en a plus qu’un c’est-à-dire que l’accordéon s’est refermé.

16)   Quelles sont les disciplines criantes où l’on manque de spécialistes ?

Économie, sciences politique et droit. Les décideurs politiques doivent décider de certaines priorités et reconnaître que dans les trente ans à venir nous auront besoin de personnes qui connaissent la politique chinoise, le droit, l’économie chinoise ; cela ne nous ne empêchera pas bien sûr de recruter toujours des chercheurs et enseignants en sociologie, ou en anthropologie, en langue. Il n’y a pas à opposer les disciplines les unes par rapport aux autres mais s’il y a des lacunes dans certains domaines il faut les combler par des crédits supplémentaires et des créations de poste, quitte dans les période de disette budgétaire que nous connaissons à flécher un peu plus les postes. Prenons l’exemple du droit en Chine, il n’y a à ma connaissance en France que deux personnes qui travaillent à temps plein sur ce sujet. Aux États-Unis, sans réfléchir, je pense à 7 chercheurs qui travaillent sur ce sujet.

17)   Comment situez-vous « Perspectives chinoises » ?

Maintenant la revue est entrée dans les critères scientifiques entre guillemets que ce soit en France ou à l’étranger. Mais on avait suffisamment d’histoire. La revue disposait déjà d’un comité scientifique solide. C’est sur ce point le grand drame des nouvelles revues, surtout dans les critères de classification à l’étranger, qui demandent une longue histoire de publication. Mais cela veut dire que les chercheurs à qui on demande de publier dans les revues classées par SSCI ne publieront pas dans les nouvelles revues non classées.

17) Mais pourquoi n’y a-t-il pas une édition en chinois ?

Essentiellement pour des questions de coûts de la traduction et de main d’œuvre dans le travail éditorial et de censure en Chine. À Taiwan il n’y a pas de problème mais les gens lisent l’anglais. Par contre ce qui est intéressant c’est de prendre des textes de collègues qui écrivent en chinois et de les traduire en anglais, de faire connaitre la recherche qu’il y a en Chine. Et ça je dois dire qu’on ne le faisait pas suffisamment parce que cela coûte cher généralement en plus du gros travail éditorial à faire derrière.

Jean-Francois Huchet, économiste et sinologue, est professeur des universités à l’INALCO

Professor, School of China Studies

 

Pour citer ce billet : HUCHET, Jean-François, « Perspectives de la recherche et de l’enseignement sur la Chine », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 décembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/1266]

Philippe Arhets : Les partenariats de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale en Asie et dans le Pacifique

Coopérations de l’INSERM avec l’Australie

  • Les coopérations initiées par les laboratoires Inserm et co-publications

On enregistre 100 coopérations entre les unités INSERM et les laboratoires australiens en 2010 (sur un total de plus de 6300 coopérations internationales et européennes), chiffre assez stable ces dernières années, après une hausse importante au début des années 2000. Le nombre de co-publications a plus que triplé en 5 ans avec 191 publications enregistrées en 2010 contre 57 en 2005.

Les principaux domaines concernés par ces coopérations sont la génétique, les neurosciences, l’endocrinologie, l’immunologie et la cancérologie.

La coopération se concentre principalement sur Melbourne et sa banlieue (University of Melbourne, Monash University, Walter and Eliza Hall Institute of Medical Research) puis sur Sydney (University of Sydney) et Brisbane (University of Queensland).

 §  L’accueil de chercheurs australiens dans les laboratoires INSERM

Sur l’année 2011, environ 1800 chercheurs ou étudiants-chercheurs étrangers seront accueillis dans les laboratoires Inserm pour des séjours de moyenne et longue durée parmi lesquels une vingtaine est d’origine australienne.

  • L’Accord de coopération Inserm – National Health and Medical Research Council pour des échanges de chercheurs

Un accord de coopération entre l’Inserm et le National Health and Medical Research Council australien (NH & MRC) a été signé en 1986 permettant d’apporter un soutien à de jeunes chercheurs de niveau post-doctoral, français et australiens, désirant effectuer un séjour de recherche dans l’un ou l’autre pays.

Le quota global est de 24 mois chercheurs par an pour chaque partie. L’appel d’offres est annuel : 2 chercheurs français et 2 chercheurs australiens au maximum peuvent être accueillis chaque année dans un laboratoire Inserm ou australien.

  • Le Partenariat Hubert Curien «FAST»

Ce programme, soutenu par les Ministères français des Affaires Étrangères et Européennes et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et par le Ministère de l’Éducation, de la Science et de la formation du gouvernement australien, vise à renforcer les relations scientifiques et technologiques entre la France et l’Australie

Ouvert aux chercheurs australiens et français, issus des secteurs public et privé, il permet de soutenir (mobilité), sur un rythme annuel, des projets conjoints de recherche de 2 ans.

Le dernier appel à projets publié (années 2010-2011) était focalisé sur les thématiques des sciences du vivant (incluant la médecine et la santé), des sciences de l’environnement et de l’énergie avec une priorité aux nouvelles collaborations et aux propositions encourageant la participation de jeunes chercheurs. Deux projets déposés par des laboratoires Inserm ont été retenus : l’un sur la polyarthrite rhumatoïde (U844, Dir. Christian Jorgensen), l’autre sur la maladie de Parkinson (U836, Dir. Claude Feuerstein).

Le programme qui a débuté en 2003, s’est achevé en 2011.

Coopérations de l’Inserm avec l’Inde

  1. 1.    États des lieux

 § L’Inde est le troisième partenaire de l’Inserm en Asie, avec 35 coopérations déclarées par les équipes Inserm en 2010 et l’accueil d’une quinzaine de chercheurs indiens chaque année.

  • § En 2011, 52 publications conjointes Inserm-Inde ont été recensées.
  • § Les principaux domaines de la collaboration sont: la biochimie et biologie moléculaire, l’immunologie, la génétique et hérédité, l’hématologie, la pharmacologie, la biologie cellulaire, les maladies infectieuses, la microbiologie, l’oncologie.

 § Mise en place de Laboratoires Internationaux Associés (LIA) franco-Indien :

  • § Un LIA dans le domaine de la neuroprotection du nourrisson entre le Dr Shyamala Mani du National Brain Research Center (NBRC) de Gurgaon et Pierre Gressens (Directeur de l’unité U676, Paris) – LIA en cours de renouvellement.

 § Un second LIA, intitulé “Proteolytic antibodies in immune-mediated and infectious conditions: Role in health, disease and therapeutic implications”, a été signé en octobre 2011 entre l’Inserm (équipe du Dr. Srini Kaveri, U872, Dir. W-H. Fridman, Paris) et le National Institute of Immunohaematology de l’ICMR, à Mumbai (Prof Kanjaksha Ghosh).

 2.    Accord Inserm-ICMR

 §  Un accord de coopération a été signé entre l’Inserm et l’ICMR en février 1989. Cet accord qui ne prévoyait à l’origine que des échanges de chercheurs, a été renégocié en 2000 pour permettre le financement de projets conjoints de recherche et la réalisation de colloques bilatéraux sur des thèmes d’intérêt commun.

 §  Tous les 18 mois un appel d’offre bilatéral est lancé dans le cadre de cet accord. Qui depuis 2000 a permis de soutenir 30 projets conjoints dans le domaine des sciences biomédicales et de la santé.

 §  Les directions de l’Inserm et de l’ICMR se réunissent tous les 18 mois au sein d’un Joint Working Group (JWG), organe de gouvernance de cet accord, qui se tient alternativement en France et en Inde. A l’occasion de la dernière réunion qui s’est tenue en octobre 2011 à New Dehli, les deux partenaires ont souhaité cibler les appels à projets lancés dans le cadre de cet accord sur des thèmes d’intérêt commun. Ainsi, le dernier appel publié en mars 2012 concerne exclusivement le domaine du Diabète.

  • §  Des colloques bilatéraux franco-indiens ont été régulièrement organisés dans le cadre de cet accord autour de différents thèmes : tuberculose (2000), neuroprotection du nourrisson (2003), éthique (2004), recherche clinique (2005), biomarqueurs dans les pathologies cardiovasculaires et le diabète (2007), recherche translationnelle et biothérapies (2008). Le dernier a eu lieu à Pondichéry (30 novembre – 2 décembre 2009) sous la co-présidence du Prof. Dominique Daegelen (Directrice adjointe de l’ITMO « Génétique, Génomique et Bio-informatique ») et du Prof Adithan (directeur du Jawaharlal Institute of Postgraduate Medical Education and Research – JIPMER) et était consacré à la pharmacogénomique. Ces rencontres ont pour objectif d’identifier des thématiques de recherche intéressant les deux parties et de favoriser le développement de coopérations entre chercheurs français et indiens du domaine.

Le dernier colloque bilatéral s’est tenu les 17 et 18 octobre 2011 à Jodhpur (Rajahstan) sur le thème “Gene-environment interactions in diabetes; epigenetics, nutrition and drugs”. Les conclusions de ce colloque ont servi à définir les thèmes du dernier appel à projets Inserm-ICMR (publié en mars 2012).

 3.    Autres modalités de coopération de l’Inserm avec l’Inde

 §  Participation des équipes Inserm aux appels à projets du Centre Franco-Indien pour la Promotion de la Recherche Avancée (CEFIPRA). En 2009, 6 projets impliquant l’Inserm étaient en cours sur 93 projets au total (tout domaine confondu).

 La mise en place d’un programme spécifique de soutien à des projets de recherche autour des thématiques « obésité/insulino–résistance/diabète/maladies du métabolisme » est en cours d’étude et pourrait bénéficier d’un soutien conjoint CEFIPRA – Institut Thématique Multi Organisme (ITMO) « Circulation, Métabolisme, Nutrition » (Inserm-INRA). Plus largement, les complémentarités possibles entre les activités menées dans le cadre de l’accord Inserm-ICMR et celles du CEFIPRA, en particulier dans le domaine des maladies cardiovasculaires/diabète/maladies métaboliques, sont à l’étude.

 §  Participation d’équipes Inserm à des projets européens du 7ème PCRDT impliquant des partenaires indiens (cf. infra).

 4.   L’ouverture européenne des actions avec l’Inde

Le 7ème PCRD et la priorité thématique « Santé » du programme Coopération en particulier, offrent des opportunités pour l’Inde en tant que pays membre des « International Cooperation Partner Countries » (ICPC).

 §  L’Inde a ainsi bénéficié d’une action spécifique de coopération internationale (Specific International Cooperation Actions – SICA) sur le thème de la recherche sur le VIH, le paludisme et la tuberculose. Un projet coordonné par l’Inserm a été retenu en 2007 sur cette ligne thématique, intitulé MALSIG (Signalling in life cycle stages of malaria parasites) et coordonné par le Prof. Christian Doerig.

 Un ERA-NET intitulée « New Indigo » (Initiative for the Development and Integration of Indian and European Research) est financé dans le cadre du programme INCO (Coopération Internationale) du 7ème PCRD. L’Inserm et l’ICMR ont le statut d’observateurs dans ce projet piloté pour la France par le CNRS. Un « Networking Pilot Program » a été lancé au début de l’année 2010, en collaboration avec le DBT (Department of Biotechnology), un des deux partenaires indiens de ce projet avec le DST (Department of Science and Technology), sur les thèmes suivants : biomarqueurs et diagnostic, bioinformatique et santé, biologie structurale pour la santé. Treize projets ont été sélectionnés à l’issue de ce dernier, dont 3 coordonnés par la France et un à participation Inserm.

Coopérations de l’Inserm avec Taïwan

Coopération des laboratoires Inserm

 §  En 2010, les laboratoires Inserm ont déclaré entretenir 18 collaborations avec Taiwan.

Taiwan se situe au 4ème rang des partenaires de l’Inserm en Asie, derrière le Japon (173 coopérations), la Chine (43) et l’Inde (35) et sensiblement au même niveau que la Corée du Sud (16 coopérations) et Singapour (15 coopérations)

 §  On recensait en 2011 18 co-publications entre des laboratoires Inserm et des laboratoires taïwanais, en augmentation ces dernières années. Sur les 15 dernières années, Alain Vandewalle (U773, Dir. Marc Laburthe), est le chercheur Inserm qui publie le plus avec Taïwan.

La France occupe le 10ème rang des partenaires de Taïwan dans le domaine biomédical-santé et est associé à de moins de 1% des publications. L’Inserm contribue pour 21,4% à ces co-publications, derrière les universités (45,5%), les CHU (34,8%) et le CNRS (23,2%). La recherche taiwanaise a une orientation majoritairement clinique. Les travaux les plus cités sont ceux ayant trait au domaine de l’oncologie.

A noter qu’une coopération forte en immunologie s’est mise en place il y a une dizaine d’années entre l’Inserm et Taiwan, à l’initiative de Bertrand Jordan, à l’époque chercheur au Centre d’Immunologie de Marseille-Luminy (relayé ensuite dans l’unité par Jean Imbert) et John Kung de l’Institute of Molecular Biology de l’Academia Sinica. De 1994 à 2001, cinq séminaires bilatéraux ont été organisés avec le soutien de l’Inserm et plusieurs doctorants taiwanais sont venus se former en France grâce aux bourses mises en place par l’Institut Français de Taipei.

 §  Des chercheurs Inserm sont régulièrement invités à Taiwan pour des missions d’expertise ou des conférences par l’intermédiaire du Bureau de la Représentation de Taipei en France.

 §  Actuellement entre 3 et 5 chercheurs taïwanais sont accueillis chaque année dans les laboratoires Inserm

 Accords de coopération

 §  Accord Inserm-NSC (National Science Council)

Un accord a été signé entre l’Inserm et le NSC taïwanais en février 2004 permettant le soutien aux échanges et séjour de courte durée sur projets de recherche conjoints. Un appel d’offres a été lancé chaque année depuis 2005 et 8 projets ont été soutenus dans différents domaines de la recherche biomédicale.

Cet accord fait actuellement l’objet d’une révision intégrant de nouvelles modalités opérationnelles s’appuyant sur:

– l’organisation, sur une base réciproque, de visites exploratoires de 1 à 2 semaines destinées à jeunes chercheurs brillants (lauréats ATIP/Avenir et ERC côté français) pour découvrir le paysage de la recherche en sciences de la vie et de la santé de part et d’autre et nouer des premiers contacts;

– le soutien par des échanges de Post-doctorants aux collaborations scientifiques émergentes, résultant de ces visites exploratoires;

– l’organisation de séminaires scientifiques thématiques restreints, permettant d’explorer des axes de coopération à développer dans des domaines d’intérêt partagés.

Ce nouvel accord devrait être signé en 2012 et permettre les premières visites exploratoires cette année ainsi que l’organisation d’un séminaire scientifique dans le domaine du Cancer et de l’épigénétique.

D’autres programmes permettent de soutenir les échanges et la mobilité (de courte durée) de chercheurs et étudiants entre la France et Taïwan :

 §  Le programme Hubert Curien (PHC) dénommé « Orchid », mis en œuvre conjointement par le NSC et par l’Institut Français de Tapei: il permet de soutenir de nouvelles coopérations scientifiques et technologiques d’excellence entre les laboratoires de recherche des communautés scientifiques française et taïwanaise ainsi que des ateliers conjoints de recherche.

ð Le projet de Jacques Bertoglio-Matte (Dir. de l’U749) avec la National Taiwan University sur les cellules hématopoïétiques a été soutenu en 2006-2007.

ð Le projet impliquant l’unité Inserm U665 (Dir. Yves Colin) et portant sur « Analysis of Primate Alternative splicing and their impact on protein Structures”, avec le Genomics Research Cente de l’Academia Sinica a été retenu en 2010.

§  Un accord a été signé en 2007 entre l’ANR et la NSC permet également à des équipes françaises de soumettre des projets dans le cadre du « programme Blanc International » de l’ANR.

Dans ce cadre, les projets suivant impliquant l’Inserm ont été retenus:

  •  en 2010:

Le projet de Didier Devys, IGBMC (U964), « Fonction de la mono-ubiquitination de l’histone H2B dans les cellules eucaryotes »

  •  en 2009 :

– Le projet d’Olivier Manzoni U862, Dir. Pier Vincenzo Piazza) « Behavioural and synaptic pharmacotherapy of associative emotional memory in a model of mental retardation » (à la suite d’un soutien dans le cadre de l’accord Inserm-NSC)

– Le projet de Pierre Marie (U606, Dir. Marie-Christine De Vernejoul), « Targeting protein degradation to promote osteogenesis in osteoporosis”

  •  en 2008 :

Le projet de JL Elghozi (U970, Dir. Alain Tedgui) « Chronic oxidative stress and autonomic control »

  •  en 2007 :

Le projet d’Andreas Bikfalvi (Dir. U920), dans le domaine de l’angiogénèse.

 §  Programme ANR TecSan

L’Agence Nationale de la Recherche finance un programme dans le domaine des technologies pour la santé et l’autonomie. Il a pour objectif de promouvoir les applications de technologies innovantes à fort potentiel de valorisation au domaine de la santé et de l’autonomie, au travers de projets de recherche appliquée permettant l’élaboration de concepts innovants et de sauts technologiques importants. Ce programme accompagne le plan Alzheimer et maladies apparentées 2008-2012.

Dans le cadre d’un accord entre l’ANR et le NSC, des projets collaboratifs franco-taïwanais sont éligibles à l’appel à projets TecSan.

Programme « Frontiers of Science » franco-taïwanais

Ce programme s’inspire d’expériences similaires conduites par les Etats-Unis (Académie Nationale des Sciences) au niveau national puis bilatéral.

Il a pour objectif d’engager les jeunes chercheurs d’excellence dans un dialogue interdisciplinaire. Ce dialogue a lieu dans le cadre de symposia organisés chaque année alternativement en France et dans le pays partenaire.

Après le Japon en 2006, un programme de ce type a ainsi été lancé avec Taïwan en 2007.

 Les symposiums franco-taïwanais réunissent 40 chercheurs dans les 4 thématiques suivantes :

Physique ; Science de la vie et sciences biomédicales ; Sciences appliquées ; Sciences sociales et humaines

Le 4ème symposium franco-taïwanais s’est tenu à Nice en juin 2011.

Coopérations de l’Inserm avec la Chine

  1.  La relation Inserm-Chine
    De manière globale, les pays d’Asie restent des partenaires assez minoritaires par le nombre de collaborations recensées avec les laboratoires Inserm (5% des 6500 collaborations). le Japon est le premier partenaire dans cette région avec 173 coopérations déclarées en 2010, suivi de la Chine avec 43 coopérations et de la Corée du Sud avec 16 coopérations.

 Les co-publications de l’Inserm avec la Chine représentent une part encore faible (1,16%) si l’on compare avec les États-Unis (12.6%), l’Allemagne (8.1%), l’Angleterre (6,7%), l’Italie (5.8%), l’Espagne (4.1%) ou le Canada (3.3%). Cependant, le nombre de co-publications Inserm-Chine est en progression constante, 1 publication conjointe par an au début des années 80, contre 117 enregistrées en 2011, faisant de la Chine le 17ème partenaire de l’Inserm en termes de co-publications.

 Les collaborations des équipes Inserm avec des partenaires chinois se développent principalement dans les domaines de la cancérologie et des maladies infectieuses/maladies parasitaires.

 La Chine fournit par ailleurs l’un des plus gros contingents de chercheurs étrangers travaillant dans les structures Inserm et, depuis 2002, se trouve parmi les 5 premiers pays qui envoient régulièrement des chercheurs pour des séjours de longue durée dans les unités Inserm. En 2010, il y avait, selon les déclarations des laboratoires, 129 chercheurs d’origine chinoise accueillis dans des laboratoires Inserm, représentant le 2ème plus important quota après l’Italie (176 chercheurs) et devant l’Algérie (112).

 2.    Programmes mis en place ou soutenus par l’Inserm

 2.1 Accords de coopération

Deux accords de coopération destinés à favoriser les échanges libres de chercheurs ont été signés : le premier, signé en 1981 avec l’Académie des Sciences de Chine (CAS) et le second signé en 1986 avec l’Académie des Sciences Médicales de Chine (CAMS). Ces accords ont été renégociés depuis pour permettre de financer des projets conjoints.

En particulier, l’accord avec la CAS a permis de soutenir un petit nombre de projets conjoints pour favoriser les échanges et séjours de courte durée de chercheurs de part et d’autre. Deux projets ont ainsi été soutenus pour les années 2008-2009 et un seul projet pour les années 2010-2011. L’accueil de longue durée est toujours possible dans le cadre de l’accord mais aucun candidat français ou chinois n’a déposé de demande ces dernières années.

Cet accord fait actuellement l’objet d’une révision tant en termes d’objectifs que de modalités opérationnelles.

2.2 Pôle franco-chinois en sciences du vivant et génomique de Shanghai

Le Pôle de Shanghaï a été créé en 2002 suite à la signature d’un accord général de coopération (renouvelé en 2008 pour 4 ans). Il est hébergé dans les locaux de l’hôpital Ruijin de Shanghai qui fournit également une partie des équipements. Les directeurs actuels sont Xavier Jeunemaître (U970, Dir. Alain Tedgui) et Yiming Lu. L’Inserm, le CNRS et l’Institut Pasteur sont les partenaires français du Pôle.

Le Pôle abrite actuellement 8 équipes de recherche franco-chinoises exerçant dans les domaines du cancer, de la génétique et des maladies infectieuses.

Dans la perspective du renouvellement de la convention qui arrive à échéance en 2012, les partenaires français ont entrepris une réflexion à la fois sur sa gouvernance, les possibilités d’un partenariat renforcé avec l’Institut Pasteur de Shanghaï autour de la recherche clinique et plus généralement sur les priorités et thématiques scientifiques développées au sein du pôle.

2.3 Laboratoires Internationaux Associés (LIA)

L’Inserm compte deux LIA avec des partenaires chinois:

  • Un LIA avec la « Southeast University » de Nanjing (Nankin), créé en avril 2006  et intitulé “Centre de Recherche en Information Biomédical Sino-français – CRIBs”. Il repose sur un programme de recherche axé sur la reconstruction et l’analyse de séquences d’images avec un volet expérimental et clinique (protocoles et conditions d’évaluation clinique communs) et un volet technologique (matériels, logiciels, médecine assistée par ordinateur). Ce LIA, impliquant l’unité Inserm U1099 dirigée par le Dr. Lotfi Senhadji et l’Université de Rennes 1, a été renouvelé pour 4 ans en avril 2010.
  • Un LIA dans le domaine de la transgénèse chez le singe impliquant l’équipe Inserm de Pierre Savatier (U846, Dir. Colette Dehay) qui a intégré en septembre 2008 le laboratoire international associé INRA-CAS (Labiocem) créé en novembre 2005 (LIA en cours de renouvellement).

2.4 Programme franco-chinois sur la médecine traditionnelle chinoise (MTC)

Le rapprochement entre médecine occidentale et MTC a fait l’objet d’un accord de coopération entre le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes et la « State Administration of Traditional Chinese Medicine » (SATCM). Parmi les activités de coopération développées dans le cadre de cet accord, l’Inserm est impliqué dans le volet recherche clinique (protocoles, bonnes pratiques, etc.). Ce programme de collaboration a fait l’objet d’un appel d’offres en 2009, lancé par le Comite de Pilotage franco-chinois mis en place et géré par l’ANR.

 2.5 Programme franco-chinois sur les maladies infectieuses liées à la construction du P4 à Wuhan.

L’Inserm est associé au programme franco-chinois portant sur la construction d’un laboratoire de haute sécurité – P4 à Wuhan.

Au travers du P4 de Lyon Inserm-Jean-Mérieux, l’Inserm s’implique dans la formation de chercheurs et techniciens chinois, mise en place dès septembre 2006.

L’Inserm, au travers de l’Institut Thématique Multi-Organismes “Microbiologie et Maladies Infectieuse”  est par ailleurs engagé dans une réflexion sur la collaboration franco-chinoise dans le domaine des maladies infectieuses émergentes et ré-émergentes. Celle-ci s’inscrit dans le cadre d’un groupe de travail mis en place à l’issue de la dernière Commission Mixte S&T franco-chinoise qui s’est tenue à Paris en mai 2011. Ce groupe de travail a notamment pour objectif d’identifier des thèmes de coopération d’intérêt partagé dans ce domaine et de définir les modalités pratiques de cette collaboration, notamment en lien avec le P4 de Wuhan.

 Coopération de l’Inserm avec la Corée du Sud

En 2010, les laboratoires Inserm ont déclaré 16 coopérations avec des laboratoires coréens. Ce chiffre est en progression régulière sur les 10 dernières années  (aucune coopération enregistrée en 2000).

Les co-publications sont également en augmentation constante. En 2011, 35 co-publications ont été recensées, faisant de la Corée du Sud le 34ème partenaire de l’Inserm en termes de co-publications et son 4ème  partenaire asiatique, après respectivement le Japon, la Chine et Singapour .

Les domaines privilégiés de cette coopération sont: la biochimie et biologie moléculaire, la biologie cellulaire, l’immunologie et l’oncologie.

Chaque année, on compte entre 3 et 5 chercheurs d’origine coréenne dans les laboratoires Inserm.

Coopérations Institutionnelles

  1. Inserm – Institut Pasteur de Corée (IPK)

Le partenariat avec IPK a débuté par la mise à disposition de Priscille Brodin (CR1 Inserm) qui a travaillé sur le thème de la tuberculose (génomique fonctionnelle des mycobactéries et développement d’antituberculeux). Un premier accord général a ainsi été signé en décembre 2006 avec l’IPK et suivi d’un accord spécifique en Juin 2007 pour encadrer les travaux de Priscille Brodin. Ceux-ci ont notamment permis le co-développement de projets de recherche en s’appuyant sur l’utilisation de la plate-forme technologique d’IPK (Evoscreen) de criblage sur cellule à haut débit (seule plateforme au monde équipée en imagerie et installée en milieu BSL3+) et sur une importante chimiothèque (partenariat avec le Korea Research Institute of Chemical Technology).

Ce partenariat a été élargi à des industries pharmaceutiques coréennes, au biocluster de la province de GyeongGi et à Inserm-Transfert. Il a ainsi abouti à un nouvel accord signé le 28 avril 2009 entre IPK, Inserm, Inserm-Transfert et le GyeongGi Biocenter pour la maturation de projets de recherche biomédicale impliquant :

– l’utilisation des plateformes de criblage et de chimie d’IPK et du GyeongGi Biocenter.

– la validation en recherche préclinique et clinique à l’Inserm des molécules ciblées en partenariat avec des industriels

– l’implication financière et scientifique des entreprises pharmaceutiques coréennes (celles-ci souhaitant réinvestir dans l’innovation et le développement de nouvelles thérapies une partie des gains obtenus dans la fabrication de génériques.  A noter que moins de 10% des industries pharmaceutiques coréennes développent des activités de R&D).

Dans ce cadre, plusieurs coopérations en partenariat avec IPK ou IPK/GyeongGi Biocenter ont été développées par des équipes Inserm :

  • La coopération d’Anne Baron-Van-Evercooren (U975, Dir. Bernard Zalc) sur le « criblage de molécules pro-myélinisantes ». Fin 2010, elle a bénéficié d’un soutien financier de l’ITMO Technologies pour la Santé pour ce projet.
  • La coopération portée par Isabelle Tardieux, U1016 (Dir. Pierre-Olivier Couraud), sur le screening de molécules concernant des inhibiteurs et modulateurs             de Toxoplasma Gondii.
  • La coopération de Bruno Clément (Dir. U991), concernant un candidat médicament pour             le traitement du cancer (cette coopération a été accrochée à un projet ANR Emergence).

A noter également les collaborations avec IPK dans le domaine de la tuberculose/ infections respiratoires de Benoit Deprez (Dir. U761) et d’Alain Baulard, chercheur au sein de l’unité 1019 (Dir. Camille Locht).

  1. Inserm – KRIBB

Un partenariat avec le Korea Research Institute of Biotechnology and Biosciences (KRIBB) a été initié à travers un colloque franco-coréen (juin 2006) et la signature d’un accord de coopération (septembre 2006). L’objectif était de favoriser la mise en place de projets collaboratifs utilisant les plateformes de transcriptomique et protéomique du KRIBB.

On peut signaler la coopération de Bruno Clément avec le KRIBB Daejon et KNIH Centre for Genome Science Séoul, initiée il y a 8 ans, portant sur le métabolisme du foie et vieillissement. Elle a été soutenue par le Programme Hubert Curien « STAR » et est entrée dans le cadre du programme européen KORANET.

  1. Inserm – KAIST

Le KAIST a manifesté ces dernières années une volonté de se rapprocher de l’Inserm pour établir un partenariat dans le domaine des neurosciences.

Trois collaborations sont enregistrées en 2010 avec le KAIST dans le domaine des neurosciences : celles Alain Prochiantz (Dir. U1050), de Philippe Lory (U661, Dir. Joël Bockaert) et de Christophe Arnoult (U836 Dir.  Claude Feuerstein).

Nouvelles perspectives de coopération

Suite à une visite récente de représentants de la Direction générale de l’Inserm, des accords de coopération avec l’Université de Corée (Korean University) et le KRICT (Korean Research Institute of Chemical Technology) sont en cours de discussion. Ils portent sur de nouvelles modalités de coopération internationales développées par l’Inserm et qui prévoient:

– l’organisation, sur une base réciproque, de visites exploratoires de 1 à 2 semaines destinées à jeunes chercheurs brillants (lauréats ATIP/Avenir et ERC côté français) pour découvrir le paysage de la recherche en sciences de la vie et de la santé de part et d’autre et nouer des premiers contacts;

– le soutien par des échanges de Post-doctorants aux collaborations scientifiques émergentes, résultant de ces visites exploratoires;

– l’organisation de séminaires scientifiques thématiques restreints, permettant d’explorer des axes de coopération à développer dans des domaines d’intérêt partagés.

 Ces accords pourraient être signé courant de l’année 2012.

 Coopération de l’Inserm avec le Japon

Les collaborations entre l’Inserm et le Japon revêtent différentes formes:

  1.  1.    Coopérations bilatérales des laboratoires Inserm avec des partenaires japonais et co-publications:

Avec 173 coopérations déclarées par des équipes Inserm en 2010, le Japon est le premier partenaire de l’Inserm en Asie (graphe) et se situe au 10ème rang des pays partenaires de l’Inserm à l’international en incluant les pays de l’Union Européenne.

 

Les coopérations avec le Japon se concentrent pour une grande part dans le domaine des neurosciences; l’immunologie est également un domaine de coopération privilégié.

En termes de co-publications, 147 publications communes Inserm-Japon ont été recensées en 2011, ce qui représente près de 2% des publications de l’Inserm avec un partenaire étranger et place le Japon au 13ème rang des partenaires de co-publication de l’Inserm.

 1.    Accueil de chercheurs japonais dans les laboratoires Inserm et chercheurs Inserm au Japon

L’Inserm accueille environ une vingtaine de chercheurs japonais par an pour des séjours de moyenne ou longue durée au sein de ses laboratoires.

 Accueil de chercheurs étrangers 2010 – 23 premières nationalités

 

Par ailleurs, 3 chercheurs statutaires Inserm sont actuellement en poste au Japon :

M. H. Le Mouellic (CR1) au sein du Laboratory for stem cell biology du Riken

Mme F. Hullin-Matsuda (CR1) et M. Toshihide Kobayashi (DR2) au sein  du Lipid Biology Laboratory du Riken.

 Accord de coopération institutionnel

 Un accord dans le domaine des sciences de la vie et de la santé entre la « Japan Society for the Promotion of Sciences » (JSPS) et l’Inserm a été signé en 1974.

Depuis sa renégociation en 1992, cet accord a permis le financement (mobilité et séjours de courte durée, inférieure à 3 mois) de plus de 90 projets conjoints de recherche de 2 ans.

A l’instar des accords de coopération en discussion avec des partenaires coréens, cet accord avec la JSPS est en cours de révision pour intégrer de nouvelles modalités reposant sur:

– l’organisation, sur une base réciproque, de visites exploratoires de 1 à 2 semaines destinées à jeunes chercheurs brillants (lauréats ATIP/Avenir et ERC côté français) pour découvrir le paysage de la recherche en sciences de la vie et de la santé de part et d’autre et nouer des premiers contacts;

– le soutien par des échanges de Post-doctorants aux collaborations scientifiques émergentes, résultant de ces visites exploratoires;

– l’organisation de séminaires scientifiques thématiques restreints, permettant d’explorer des axes de coopération à développer dans des domaines d’intérêt partagés.

Une approche similaire est également en discussion entre l’Inserm et le Riken.

 Coopération dans le domaine de l’immunologie

Dans le but de renforcer les collaborations entre les communautés d’immunologistes japonaise et française, un partenariat a été mis en place avec le Riken Center for Immunology and Allergology (RCAI) à Yokohama.

La mission première du RCAI est d’élucider es mécanismes de régulation du système immunitaire. Le principe de création du RCAI s’est inspiré de la philosophie des autres centres du Riken : programmes ambitieux de 5 ans, moyens financiers importants, moyens humains et technologiques conséquents, excellence reconnue des groupes dirigés par des chercheurs seniors, autonomie des jeunes équipes, etc. L’objectif final de cet institut est de développer de nouvelles approches thérapeutiques contre les allergies communes, les maladies auto-immunes et le cancer. Des programmes stratégiques en collaboration avec des organismes extérieurs complètent ce dispositif avec une finalité clinique (essais cliniques et pré-cliniques) ou appliquée (développement de nouvelles plate-formes technologiques) dans le but de favoriser la recherche translationnelle.

Des missions prospectives ont été organisées en 2005 et 2006 avec Marc Bonneville, James DiSanto et Bernard Malissen (membre du comité d’évaluation du RCAI). Elles ont donné lieu à la réalisation d’un premier workshop organisé par l’Inserm en France en mars 2008. Le workshop retour a été organisé en août 2010 au RCAI de Yokohama, suite à l’International Congress of Immunology (ICI) de Kyoto.

Une Convention de collaboration entre l’Inserm et le RIKEN-RCAI est à l’étude.

  1. Colloque cancer

Suite à la mission du Président directeur général de l’Inserm au Japon en juillet 2010, il a été décidé d’organiser avec l’Ambassade de France au Japon un colloque dans le domaine du cancer entre l’Inserm et National Cancer Center. Ce dernier s’est tenu le 31 octobre et 1er novembre 2011 à Tokyo. Le cancer, première cause de mortalité au Japon, est en effet une priorité du gouvernement japonais.

A noter qu’un Groupement de Recherche International (GDRI) franco-japonais, piloté côté français par le CNRS est en cours dans le domaine du cancer, qui implique également l’Inserm.

  1. Partenariat en recherche clinique

Un partenariat a été mis en place entre l’Inserm, l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris et l’Université de Kyoto (Translational Research Center – TRC) dans le domaine de la recherche clinique pour favoriser les échanges de « savoir-faire » dans le domaine de la recherche translationnelle (réalisation d’ateliers bilatéraux sur ce sujet) et initier des projets collaboratifs de développement clinique. A ce jour, aucun projet collaboratif n’a été mis en œuvre dans ce cadre.

  1. Laboratoire International Associé Inserm-Riken

Un laboratoire international associé (LIA) associant l’équipe Inserm U870 (Directeur Hubert Vidal, Lyon) et une équipe du Riken (Lipidomic Unit) a été mis en place en 2005. Ce LIA (Inserm-Riken Lipidomic Unit – IRLU) a été créé sur la base de la complémentarité entre d’une part l’expertise sur la biologie des membranes et les équipements d’analyse du Riken et d’autre part l’expertise en métabolisme humain et l’accès aux patients de l’équipe Inserm pour mieux comprendre les bases moléculaires du syndrome métabolique. Ce LIA a pris fin en décembre 2010.

  1. Unité Inserm au Japon

L’unité Inserm U852 implantée à l’Université de Kyoto sous la direction de Fumihiko Matsuda au sein de la « Graduate School of Medicine » de l’Université de Kyoto a été créée en 2007 et a pris fin en décembre 2010. Les travaux de l’unité portaient sur l’approche trans-ethnique des études de génomique fonctionnelle.

  1. Programmes « Frontières de la Science » et « Frontières de l’ingénierie » franco-japonais

Le programme « Frontières de la Sciences » qui s’inspire d’expériences similaires conduites par la JSPS avec les Etats-Unis (Académie Nationale des Sciences) et avec la Fondation Humboldt, a pour objectif d’engager les jeunes chercheurs d’excellence dans un dialogue interdisciplinaire. Ce dialogue a lieu dans le cadre de symposiums organisés chaque année alternativement en France et au Japon, durant lesquels sont réunis quatre-vingt jeunes chercheurs français et japonais. Cinq réunions franco-japonaises ont déjà eu lieu entre 2007 et 2011 avec la participation constante de chercheurs de l’Inserm.

Un programme « Frontières de l’ingénierie » a été mis en place avec la Japan Science and Technology Agency piloté par le CEA côté français. La première conférence dans ce cadre a eu lieu à Grenoble en octobre 2010. La seconde se tiendra au Japon en octobre 2011.

Coopération de l’Inserm avec Singapour

Quinze coopérations ont été enregistrées en 2010 entre des laboratoires Inserm et des laboratoires singapouriens. En nombre de coopérations, Singapour se situe au 6ème rang des partenaires de l’Inserm en Asie, sensiblement au même niveau que Taiwan (18 coopérations) et la Corée du Sud (16 coopérations)

On enregistre une progression sensible du nombre de coopérations (une seule coopération en 2000) et surtout des co-publications (49 co-publications en 2011 contre seulement 13 en 2007), ce qui place Singapour au 30ème rang des partenaire de co-publication de l’Inserm.

Les domaines de collaboration les plus représentés sont: la biochimie/biologie moléculaire, l’oncologie, la biologie cellulaire et l’immunologie.

Le nombre de chercheurs d’origine singapourienne accueillis dans les laboratoires Inserm est assez faible (de 0 à 5 chaque année). En 2010, on compte parmi les chercheurs étrangers accueillis dans les laboratoires Inserm deux chercheurs d’origine singapourienne (U769 dirigée par R. Fischmeister).

Coopération en immunologie

Un axe fort s’est développé entre la France et Singapour dans le domaine de l’immunologie marqué par la présence à la tête du Singapore Immunology Network (SIgN) à Biopolis[1] du Professeur Philippe Kourilsky (organisation/réorganisation de la recherche en immunologie – projet qui bénéficie d’un financement de €80 millions sur 5 ans)

Jean-Pierre Abastado, chercheur CNRS et ancien directeur de recherche à l’Institut Cochin, a également rejoint le SIgN en 2006 ainsi que Laurent Rénia (DR Inserm) depuis 2007.

Par ailleurs, un laboratoire international associé (LIA) sur l’immunothérapie du paludisme a été signé en mai 2009 impliquant le groupe de Laurent Rénia et l’unité Inserm U945 dirigée par Dominique Mazier. Laurent Rénia et Georges Snounou (chercheur au sein de l’U945) sont les chercheurs les plus productifs en termes de co-publications entre la France et Singapour.

Enfin, un symposium franco-singapourien en immunologie organisé par le SIgN s’est tenu en mai 2007. La délégation française était emmenée par Marc Bonneville (U892, Dir. Jacques Le Pendu).

 Perspectives de coopération

Suite à une mission du Président directeur général de l’Inserm à Singapour en mai 2011, il a été décidé d’approfondir la collaboration avec l’agence A*Star  (Agency for Science, Technology and Research) qui pourrait prendre la forme suivante: organisation de séminaires bilatéraux sur des thèmes d’intérêt commun, possibilités de mettre en place des séjours exploratoires à destination de jeunes chercheurs brillants.

Philippe Arhets, docteur en biologie moléculaire et cellulaire, est directeur des Relations Internationales à l’INSERM.

[1] On compte à Biopolis 2000 chercheurs appartenant à 26 nationalités (environ 50 français)

 

Pour citer ce billet : ARHETS, Philippe, «Les partenariats de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale en Asie et dans le Pacifique », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 21 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/914]

Eric Benefice, Régine Lefait-Robin, Jean-Pascal Torreton, Jean-Paul Toutain : L’IRD, agir avec le Sud

Contexte

La région « Asie du Sud et du Sud- Est » est la plus peuplée des cinq régions où intervient l’IRD. Il existe une grande disparité démographique et économique entre les pays. Les activités de l’IRD, dont la mission est de promouvoir le développement par la Recherche, contribuent à réduire la fracture entre les pays émergents et ceux les moins avancés où il devient crucial de former une communauté scientifique au niveau international afin de leur permettre de relever les nouveaux défis du développement. Les Pays les moins avancés (Laos, Cambodge, Timor oriental, Birmanie) réclament une attention particulière. Les pays fondateurs de l’ASEAN, qui font désormais partie du groupe des pays émergents, souhaitent poursuivre leur développement tout en renforçant leur coopération régionale au sein de l’ASEAN. Ils jouent un rôle très actif, d’interface entre les grandes puissances asiatiques (Chine, Japon, Corée).

L’Asie du Sud-Est, comme plus largement l’Extrême-Orient (Asie du Sud et Asie Orientale), connaît depuis quelques décennies un processus d’urbanisation accéléré, plus récemment activé par la mondialisation économique et par la place prépondérante qu’occupe désormais l’Asie dans la « révolution des échanges » associée aux nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Les métropoles telles que Bangkok, Jakarta, Singapour, Manille et bientôt Ho Chi Minh Ville et Hanoï, sont des moteurs de la croissance à l’échelle nationale, mais aussi à l’échelle régionale tandis que d’autres villes, secondaires, revendiquent de plus en plus un statut de pôle régional (Chiangmai, Danang, Surabaya).

La Recherche menée par ces pays est essentiellement appliquée, en lien avec les besoins de la société et du secteur privé. La demande de formation est importante, dans les domaines de la santé, de l’agroforesterie, des sciences des matériaux, des transports et du tourisme. Cette demande s’exprime aussi bien dans les pays les moins avancés tels que le Laos, le Cambodge ou le Timor Oriental que dans les pays considérés comme émergents ou en cours d’émergence (Thaïlande, Vietnam, Malaisie). Ces derniers, notamment la Thaïlande et le Vietnam, ont mis en place des plans ambitieux pour promouvoir les sciences, la technologie et l’innovation. L’Indonésie est en retrait sur ce point, n’arrivant pas à mobiliser une fraction suffisante de son GDP pour ses activités de recherche-et d’innovation.

Caractéristiques et principaux problèmes scientifiques et sociétaux

–           Vulnérabilité liée à la forte densité de population et à l’importance des risques naturels et anthropiques largement illustrée par les catastrophes de 2004 (Tsunami post-sismique), 2010 (éruption du Mérapi) et les épidémies de SARS puis H5NI, H1NI et de Chikungunya,

–           contrastes importants entre les plaines et les montagnes, en termes de sociétés et d’environnement,

–           archipel équatorial avec la plus grande diversité de récifs coralliens et de mangroves,

–           rapidité de la croissance économique conduisant à des changements d’utilisation des terres : déforestation ou afforestation, conversion de systèmes agricoles de subsistance en systèmes commerciaux, et processus d’urbanisation,

–           risque accru de perte des patrimoines locaux lié à l’urbanisation galopante et aux déplacements contraints des minorités,

–           fortes pressions anthropiques sur les écosystèmes côtiers avec une incidence sur la dynamique des milieux (érosion côtière, dégradation des écosystèmes et des ressources).

–           « hot spot » des maladies émergentes et des zoonoses,

–           nombre élevé de barrages hydroélectriques prévus dans le monde avec une concurrence sévère pour les ressources en eau, et des risques élevés de maladies d’origine hydrique (pollution du Mékong),

–           intensification du tourisme et ses impacts socio-économiques, écologiques et médicaux,

–           ouverture de nombreux corridors économiques.

Changements radicaux intervenus dans cette région du monde

–           Crise financière asiatique, 1997

–           Chute de la dictature indonésienne en 1998

–           Entrée de la Chine dans l’OMC, 2001

–           Indépendance de Timor Oriental, 2002

–           Le Tsunami de 2004 et ses conséquences économiques

–           Entrée du Vietnam dans l’OMC, 2007

–           Entrée dans l’ASEAN du Laos et de la Birmanie en 1997, du Cambodge en 1999

–           Avancées de la démocratie en Indonésie et plus récemment en Birmanie avec la libération d’Aung San Suu Kyi (mars 2012).

Forces et faiblesses de la recherche française dans cette aire culturelle

Forces

Faiblesses

1) Expertise multidisciplinaire disponible et adaptée aux nouveaux champs de recherche2) Diversité des outils et ancienneté du partenariat3) Présence d’Unités de recherche mixtes internationales (UMI)  et mise en place de programmes structurants : Laboratoires mixtes internationaux (LMI) en réseau et programme pilote régional (PPR) doté.4) Brevets en cours de maturation. 1) Mutualisation des moyens et des activités encore insuffisante entre les opérateurs français2) Une Agence inter-établissements de Recherche pour le Développement (AIRD), non dotée3) Difficulté de promotion de la francophonie dans la région

Opportunités

Menaces

1) Grande disparité des pays et présence de pays émergents appelant à la coopération régionale2) Augmentation des budgets pour la recherche et l’innovation dans les pays émergents3) Etudes d’impact sur l’urbanisation accélérée4) Renforcement des partenariats face aux catastrophes naturelles, au Nord comme au Sud 1) Absence de statut du chercheur dans plusieurs pays de la région.2) Expertise dispersée et processus de décision lent et complexe

Nouvelles thématiques et axes de recherche émergents

L’IRD intervient actuellement en Asie sur une grande diversité de thématiques qui couvriront vraisemblablement diverses opportunités :

–           Dans le domaine de l’Environnement : changements climatiques, risques naturels et anthropiques, gestion durable, océanographie côtière, couplages océan-atmosphère, impact des systèmes de culture sur la qualité de l’environnement, aide à la décision environnementale, microbiologie des sols, services écosystémiques, ichtyodiversité et conservation

–           En Santé : lutte contre les maladies infectieuses et notamment les maladies émergentes, amélioration des politiques de vaccination, lutte contre la malnutrition, contre la mortalité importante liée aux accidents de la voie publique, contre les cancers liés aux agents infectieux, développement de la bioinformatique

–           Dans la promotion des Ressources : biotechnologies, et notamment leurs applications à la connaissance et l’amélioration des performances du riz, de l’hévéa et autres plantes cultivées, aquaculture durable, sciences et technologies de l’information, et plus particulièrement leur application transversale à la modélisation des systèmes complexes dans des domaines variés (agriculture, urbanisme, environnement, catastrophes naturelles, épidémiologie, etc.),

Dans la préservation des patrimoines et les sujets de Société : Politiques publiques de lutte contre la pauvreté, et notamment enjeux et contraintes de la transition économique, Patrimoines locaux, sédentarité et migrations.

Le Programme Pilote régional (PPR) SELTAR rassemble autour d’une thématique commune « diagnostic et prévention des risques », 12 pays de la Région, 34 Unités Mixtes de Recherche, 150 chercheurs et étudiants d’Europe et d’Asie, 95 universités et Institutions de la zone Asie du Sud et du Sud-Est.

Mesures qui permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française, dans cette aire culturelle

–           amélioration des modalités de la  la mutualisation des moyens et de la complémentarité des expertises ,

–         pérennisation de réseaux efficaces par une promotion de la francophonie tout en respectant la langue de travail officielle des pays de l’ASEAN,

–           accroissement du nombre de missions de longue durée,

–           développement des partenariats public-privés,

–           encouragement aux formations universitaires co-diplômantes.

–          dotation de l’Agence Inter-établissements de Recherche pour le Développement afin de promouvoir la recherche de qualité par des Appels d’Offre construits conjointement avec les Agences Asiatiques.

–           renforcement de la coopération régionale avec une implication croissante de l’ASEAN.

Références

-IRD 2012. Déclinaison du Plan stratégique « l’IRD demain » dans la Région Asie du Sud-Est

-IRD, 2012. Soils, Waters, Coastal Zones and Societies facing Risks in Southern and southeast Asia – SELTAR

-IRD 2011. Contrat d’objectifs de l’IRD, Etat-IRD, 2011-2015

-IRASEC, 2012. L’Asie du Sud-Est 2012

Contributeurs

Eric BENEFICE, Représentant IRD Laos/Cambodge

Régine LEFAIT-ROBIN, Représentante IRD Thaïlande, Coordinatrice régionale ASIE

Jean-Pascal TORRETON, Directeur de recherche IRD Vietnam, Institute of Biotechnology (Vietnam Academy of Science and Technology)

Jean-Paul TOUTAIN, représentant IRD/Timor Oriental

 

Pour citer ce billet : BENEFICE Eric, LEFAIT-ROBIN Régine, TORRETON Jean-Pascal, TOUTAIN Jean-Paul, « L’IRD, agir avec le Sud », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 21 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/911]

Béatrice Sudul : documenter la recherche, vers une dimension internationale pour l’aire océanienne

La documentation est le terreau qui fertilise toute recherche. Elle s’avère encore plus fondamentale pour l’aire Pacifique dont l’incontournable pluridisciplinarité oblige à traquer des sources documentaires multiples, fragmentaires et parfois, disparates.

Si depuis une vingtaine d’années la montée en puissance d’internet ne cesse de donner un accès toujours croissant à des corpus de plus en plus volumineux, tant au niveau du nombre de références que du texte intégral, il s’avère de plus en plus difficile de consulter les sources existantes, sous peine d’y passer un temps exorbitant. Un paradoxe émerge donc, l’augmentation exponentielle des documents disponibles redynamise les pistes de recherche alors que l’état encore lacunaire des recensions engendre des frustrations. L’accès à un corpus international de données constitue l’attente majeure du chercheur du XXIe siècle.

Accélérer  la recension des collections françaises

Trois difficultés émergent, la dispersion selon la typologie du document, l’état lacunaire des ressources et l’éparpillement selon les institutions.

Les chercheurs font régulièrement état de cette situation. Le chercheur a du mal à avoir une vue globale de l’ensemble des documents existants comme les objets, les documents graphiques (manuscrits et imprimés, cartes..), les audiovisuels, les ressources numériques. Ainsi, rechercher un article conduit peut-être à cliquer sur le site du portail des revues en sciences humaines et sociales Persée[1] ; identifier des objets à consulter plus volontiers un site de musée, comme celui du Quai Branly ; s’il s’agit d’archives, la préférence s’oriente probablement vers les sites des archives nationales ou d’outre-mer[2] ; enfin, pour les documents sonores et vidéos, vers des sites comme l’INA[3]. Une recherche fédérée multi supports et multi sites n’existe pas encore. Cette situation tient, en autres, à l’organisation historique des institutions détentrices de fonds, qui se sont spécialisées en musées, archives et bibliothèques.

En outre, les gisements documentaires sont encore lacunaires et d’autres collaborateurs à ce Livre blanc ont par ailleurs fort justement pointées ces lacunes. Cette difficulté tient essentiellement à l’organisation administrative française qui segmente le niveau national (les ministères) et le niveau local (département, commune), et donc leurs sources de financement. Ces échelons multiples posent des problèmes administratifs assez complexes et des délais considérables dès qu’il s’agit de mettre sur pied des projets collectifs, sans compter le manque de moyens financiers et humains. Ainsi, le chercheur consulte, à la fois  le SUDOC[4], catalogue collectif tourné vers l’enseignement supérieur puis dans un deuxième temps, le catalogue de la BNF, (ministère de la culture), avec le désagrément d’y retrouver partiellement les mêmes références.

Lors des journées LBSHS de mars 2010, les communications de l’atelier La documentation sur le Pacifique aujourd’hui et demain ont dressé un bref état des lieux des sites majeurs français. Il convient aussi de ne pas négliger d’y adjoindre les collections des bibliothèques municipales et des fonds privés. Déjà des avancées notables ont été réalisées et certains outils collectifs comme le Catalogue (CCFR[5]) intègrent une partie de ces institutions. De plus, ils comportent le désagrément d’obtenir un nombre de réponses souvent prohibitif. De son côté, le CNRS a lancé en avril 2011  Isidore[6] pour un accès aux données et services numériques de sciences humaines et sociales.

Le projet ISTEX[i][7] ouvre des perspectives considérables. Signé en avril 2012, sur l’initiative du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MENSR), il est porté par les partenaires suivants : le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES), le Consortium universitaire de publications numériques (Couperin 1) et l’Université de Lorraine qui représente la Conférence des présidents d’université (CPU). Il se donne pour mission de construire le socle de la bibliothèque scientifique numérique nationale et pour devise l’excellence documentaire pour tous. Plus concrètement, l’acquisition de ressources rétrospectives de toutes disciplines associées aux ressources courantes donnera accès à un corpus de textes en texte intégral, des bases de données, des articles de revues etc. jamais égalé. De plus, le puissant moteur de recherche fournissant l’extraction fine de données et l’accès distant donnera une richesse et une souplesse nouvelle aux utilisateurs. Ce projet de 60 millions d’euros aboutira en 2014.

Le projet ISTEX représente une avancée considérable dans la mutualisation car pour la première fois des structures mixtes (universités, grandes écoles, organismes de recherche) se rapprochent pour élaborer une vaste  infrastructure nationale répondant aux critères techniques les plus modernes.

  S’ouvrir à l’Europe et à l’international[8]

Le niveau européen est déjà partiellement opérationnel par le biais de plusieurs sites pour les thèses, les archives et le multi supports. Ainsi, le site français theses.fr est moissonné par le site européen des thèses[9] électroniques riche à ce jour de  plus de 300 000 thèses provenant de 24 pays.  Quant à Europeana[10], il se donne pour mission  « d’explorer les ressources numériques des musées, des bibliothèques, des archives et des collections audiovisuelles européennes. Europeana favorise la découverte et la création de réseaux au sein d’un espace multilingue, dans lequel les utilisateurs peuvent participer, partager et s’inspirer de la riche diversité du patrimoine culturel et scientifique européen ». Affichant son identité multilingue, l’interface est disponible en une trentaine de langues. De même les archives s’ouvrent à l’Europe[11], fédérant plus de 60 institutions dont 17 archives nationales. Ce projet soutenu par la Commission européenne, est à l’instar des autres sites, toujours en croissance.

Nul n’ignore la prégnance du monde anglo-saxon pour la connaissance du Pacifique, si bien qu’une recension uniquement française voire francophone s’avère un non-sens. Yannick Essertel souligne l’intérêt du « gisement des sources missionnaires sur l’Océanie »[12], et précise plus loin que l’apport d’« une présentation synthétique des ressources archivistiques et documentaires, en français et en anglais (…), constituerait un précieux instrument ». La coopération francophone dans le Pacifique devrait se renforcer afin que des sources peu connues ou peu exploitées, comme par exemple les fonds archivistiques des institutions religieuses.

Le maillage international est indispensable, comme le comprennent parfaitement les chercheurs : « les actions cherchant à établir des passerelles entre mondes anglophones et francophones, entre pays indépendants et territoires d’outremer, entre instituts de recherche et centre de collecte culturelle et patrimoniale sont à encourager »[13]. Le CREDO[14] signale des plateformes d’hébergement de données Online Digital Sources and Annotation System (ODSAS) ainsi que le réseau ANZLAG, tournées plutôt vers l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Ces actions coopératives restent encore incomplètes. Alors que Laurent Dousset affirme « participer depuis plusieurs mois à un projet international de longue durée et d’envergure en collaboration avec des chercheurs Australiens, Américains et Allemands », il convient de s’interroger sur la redondance ou la complémentarité des sites existants et de la nécessité de s’intégrer à des projets français, comme ISTEX .

Augmenter la lisibilité du Pacifique

Viser l’exhaustivité représente néanmoins un risque majeur : se perdre dans la masse des données proposées. Recenser ne revêt guère d’intérêt s’il n’est pas accompagné d’une lisibilité comme l’indique fort justement Christophe Serra Mallol « Une visibilité plus importante sur les fonds disponibles (…) est indispensable »[15]. Or aujourd’hui, le chercheur doit multiplier les sites à consulter. L’ergonomie doit être soigneusement travaillée tant sur le fond : arriver à circonscrire une zone géographique, établir des balises chronologiques, faire des recherches avancées multicritères etc., que sur la forme : lisibilité et attractivité des écrans, aide en ligne, personnalisation etc. Il est également fondamental de réfléchir sur la lisibilité des données et leur présence forte afin qu’elles « remontent » en première page lors d’une recherche sur Internet par Google.

Les deux institutions françaises déjà bien positionnées sur le créneau Pacifique, le CREDO et le Réseau Asie-Pacifique[16] sont naturellement les mieux placées pour en être les maîtres d’ouvrage. Un groupe de travail pourrait se constituer pour impliquer le Réseau Asie-Pacifique dans la production d’une interface de recherche satisfaisant, puis pour en assurer la maintenance et la mise à jour.

Conclusion

La répartition institutionnelle n’a plus de sens pour les chercheurs utilisateurs des outils du Web.   Enjeu pour la recherche historique, mais pas seulement pour l’appréhension du passé et du temps présent, Il s’agit tout autant, sinon plus, d’alimenter au mieux la réflexion pour la constitution de la société de demain[17].  Les projets nationaux de grande envergure et le Web sémantique tous deux  à nos portes, promettent d’ouvrir des perspectives considérables pour la recherche océanienne, à condition que les chercheurs s’y impliquent en faisant connaître précisément leurs attentes.

Béatrice Sudul est historienne, spécialiste de la Polynésie française. Elle est conservateur des bibliothèques, Université de Picardie Jules Verne, Amiens.


[1] http://www.persee.fr ; ou bien sur :   www.revues.org , pour ne citer que deux exemples.

[4] http://www.sudoc.abes.fr , plus de 10 millions de notices bibliographiques qui décrivent : livres, thèses, revues, ressources électroniques, documents audiovisuels, microformes, cartes, partitions, manuscrits et livres anciens…

[8] Voir aussi, Sudul Béatrice, « Peuples océaniens et culture, le rôle des bibliothèques », in Destins des collectivités politiques d’Océanie, vol. 2, p.566-570.

[9] http://www.dart-europe.eu (consultation du 29 aout 2012).

[12] Essertel Yannick, « L’état de la recherche en histoire religieuse du Pacifique », p. 2.

[13] Le Meur Pierre-Yves, « Les SHS dans le Pacifique Sud », p. 2.

[15] Serra Mallol Christophe, Sans titre.

[17] Cf Colloque Religions et sociétés, programmé pour les 16 et 17 août 2013 à Nouméa.


 

Pour citer ce billet : SUDUL Béatrice, « documenter la recherche, vers une dimension internationale pour l’aire océanienne », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 21 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/905]

Marc Goujon : Le CNRS : navire amiral de la recherche française ou Titanic de la recherche française ?

Avant d’aborder le CNRS proprement dit, il n’est pas inutile de rappeler comment nous en sommes arrivés à la situation actuelle.

Le système de recherche et d’enseignement supérieur que nous connaissons s’est construit à partir de l’immédiate après guerre jusqu’aux deux grandes lois Recherche et LRU de 2006 et 2007 sans oublier la Loi cadre de 1982.

Dans cette évolution, on peut distinguer deux périodes.  La première va de 1945 au début des années 80. Elle a vu la montée en puissance du CNRS et des établissements de recherche comme l’INSERM, l’INRA et ce qui s’appelait alors l’ORSTOM devenu depuis l’IRD. On peut citer à titre de rappel, comme événement majeur, le colloque de Caen en 1956, la création du statut de chercheur et d’ITA contractuels de 1959 et la DGRST (délégation générale à la recherche scientifique et technique), l’invention de la notion de laboratoires associés au CNRS et enfin la création du statut d’Établissement public scientifique et de technologie (EPST) avec en 1984 la transformation du statut de contractuel de 1959 en corps de fonctionnaires.

Les trente années qui suivirent la Libération furent celles où les grandes écoles d’ingénieurs, de commerce et d’administration formèrent les élites dirigeantes de l’économie de l’administration et de la politique française. Pendant cette période, les universités restèrent le maillon faible du système français. Profondément touchées par le mouvement de mai 1968, elles eurent à absorber l’arrivée massive d’étudiants sans pouvoir réformer leurs modes de gouvernance, de sélection et d’évaluation de leurs enseignants.

Durant les années soixante à quatre-vingt, le CNRS passa d’un effectif de 5000 agents à plus de 27 000 fonctionnaires. Le directeur général de l’établissement disposait alors des pouvoirs d’un quasi vice-ministre. Le CNRS comme le CEA était un des éléments clef de la politique gaulliste de renouveau de la science française avant d’être un pôle majeur de la recherche des années soixante-dix à quatre-vingt.

Durant cette époque, lentement le pilotage de la recherche se déplaça du CNRS à une structure d’État. Ce fut  la montée en puissance de la DGRST et la création d’un Secrétariat d’État à la recherche et enfin d’un ministère de plein exercice.

 Les signes d’essoufflement et le déplacement du centre de gravité vers les universités

Á partir de ce moment-là, le modèle conçu à la fin des années 50 commença à être remis en question sous la double pression de milieux universitaires que la tutelle du CNRS sur la recherche universitaire indisposait de plus en plus et sous l’influence du modèle anglo-saxon de recherche et d’enseignement supérieur dont chacun pouvait constater la réussite mondiale.

L’arrivée de classements internationaux d’universités, les statistiques de l’OCDE montrant les faibles résultats de l’enseignement en France conduisirent à une réflexion d’où ressortait la nécessité de revoir un modèle de recherche et d’enseignement supérieur à bout de souffle.

Le choix qui fut fait consistait à transférer le pouvoir et les moyens en matière de recherche du CNRS et des autres EPST aux universités dont la gouvernance et la gestion avaient été modifiés dans le sens d’une plus grande autonomie. Ce fut l’objet de la loi Liberté et responsabilités des universités (LRU)  de 2007. La loi de programme pour  la Recherche du 18 avril 2006 confiait à deux agences, l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et l’Agence pour l’évaluation de la recherche scientifique (AERES), les fonctions de financement et d’évaluation de la recherche.

Auparavant, ces deux missions étaient  dévolues aux établissements de recherche à travers leur propre système de financement des recherches et de leur conseil d’évaluation des équipes et des personnes, en l’occurrence pour le CNRS, le Comité national de la recherche scientifique.

La tendance vers un rééquilibrage en faveur des universités s’est encore accentuée ces dernières années par des mesures comme le mandat unique de gestion qui confie aux universités volontaires la gestion des équipes CNRS présentes dans les laboratoires mixtes CNRS Universités.

Tant et si bien que l’on peut se poser dès maintenant la question de l’intérêt de l’existence d’un organisme comme le CNRS qui, petit à petit a été vidé de son rôle de pilotage stratégique pour devenir au mieux une agence de main-d’œuvre hautement qualifiée. Cette situation n’est pas due uniquement à la volonté des universitaires de s’affranchir de la tutelle du CNRS, elle résulte en partie de l’échec des réformes demandées par l’État à l’organisme depuis une trentaine d’années.

Trois sujets majeurs n’ont pu trouver en interne les voies de la réforme :

  1. Faire vivre l’interdisciplinarité
  2. Réformer le comité national
  3. Disposer d’une véritable politique des ressources humaines.

Le CNRS, conçu pour accueillir l’ensemble des disciplines scientifiques, a échoué dans ce qui faisait une de ses originalités, la transdisciplinarité. Tous les essais d’introduction d’interdisciplinarité se sont cassé les dents sur les blocs compacts des disciplines peu disposées à partager le gâteau des crédits publics et rétives à faire une place aux disciplines naissantes.

Un deuxième échec fut celui de la réforme du comité national de la recherche scientifique devenu peu à peu le comité d’évaluation du CNRS dont les méthodes d’évaluation ont pris un sérieux coup de vieux et gagneraient à être sérieusement repensées.

Enfin, formidable réservoir de matière grise, le CNRS a toujours été incapable de mettre en place une réelle politique de gestion des ressources humaines pour ses chercheurs comme pour ses ingénieurs techniciens et personnels de gestion.

Ce bilan a conduit tout naturellement les responsables de la stratégie nationale de recherche et d’enseignement supérieur à contourner le CNRS et à mettre en place les outils permettant à terme de dynamiter l’obstacle.

Ce fut la création de l’ANR et de l’AERES. Puis la loi LRU, les PRES et autres IDEX, EQUIPEX et LABEX. Un bilan devra être fait sur l’autonomie des universités et sur les moyens investis à partir du Grand Emprunt.

Néanmoins, la question qui se pose actuellement est bien celle de l’avenir du CNRS, un réservoir de main-d’œuvre hyper qualifiée pour les universités ou un outil rénové de la recherche française ?

Les conditions pour un renouveau

Tout d’abord il faut reconnaitre que l’établissement créé dans des conditions critiques, le 19 octobre 1939 soit moins de cinquante jours après la déclaration de guerre du 3 septembre, avec deux directions, la recherche fondamentale et la recherche appliquée avait toutes les raisons de disparaître dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale. Contre toute attente, il survécut et fut refondé à la Libération avec des missions ambitieuses qui sont encore parmi les atouts majeurs de l’organisme.

À la différence des universités, il s’agit d’un organisme national pouvant concevoir et mettre en œuvre une politique de recherche à l’échelle du pays et à celle de l’Europe du fait de ses partenariats nombreux.

Il rassemble l’essentiel des disciplines scientifiques qui peuvent dialoguer au travers de nombreux organes, ne serait-ce qu’au cours de la réunion hebdomadaire du comité de direction du CNRS où elles sont toutes représentées.

Le CNRS est l’outil de pilotage des grands instruments nationaux et internationaux, seul un organisme national peut remplir ce rôle.

Il possède dans tous les domaines un personnel de recherche de haute compétence dont les découvertes  et les interventions publiques jalonnent l’avancement des connaissances et émaillent les débats de société.

Tout ceci constitue un capital précieux qu’il serait contre productif pour la Nation de négliger. La question qui se pose dès lors est celle de la meilleure stratégie pour redonner au CNRS sa pleine efficacité.

 Un CNRS pour le XXIème siècle

Comme on l’a vu plus haut, le CNRS tel qu’il existe actuellement est un modèle à réformer profondément.  Les essais de réformes internes des dernières années ont échoué pour une raison qui n’est pas propre au CNRS mais qui tient plus à la sociologie des organisations.

Celles-ci, par essence conservatrices dans leur mode de fonctionnement, sont sans doute les moins aptes à proposer leurs propres réformes. Lorsque cela à été le cas, au CNRS, on assista à des réformes cosmétiques très éloignées des besoins réels mais propres à garantir la paix sociale interne. La vraie réforme ne peut venir que de l’extérieur et doit disposer d’un appui politique puissant.

Une réflexion sur l’avenir du CNRS pourrait partir de ce qui a fait son prestige et de ce qui constitue son originalité par rapport aux autres organismes et aux universités : ses ressources humaines, sa pluridisciplinarité, son caractère national et européen, sa capacité de réactivité en termes de moyens humains et financiers, son expertise comme réservoir de pensées (Think Tank) à disposition des décideurs et au service de la société.

Ses ressources humaines

Fonctionnaires depuis 1984, les personnels du CNRS sont régis par des statuts qui auraient besoin d’un sérieux dépoussiérage pour les adapter aux besoins du monde actuel.

Plusieurs directions peuvent être indiquées :

  • Une réforme des grilles de salaires et une fusion de certains corps redondants afin de proposer des rémunérations plus proches des standards internationaux.
  • En corrélation avec cette remise à niveau, une évaluation revisitée pour les chercheurs et les ITA liant plus qu’avant, primes et promotions à une évaluation annuelle des résultats.
  • L’existence d’une capacité de recrutement de personnels contractuels de haut niveau pour des périodes déterminées afin d’attirer les meilleurs chercheurs internationaux.
  • Un comité national aux objectifs refondés et aux modalités d’action revues. Il faudrait, entre autre revoir l’équilibre interne des sections en renforçant le nombre d’experts nommés, en ouvrant davantage aux experts étrangers et en allant vers la parité entre élus et nommés.

 La pluridisciplinarité

 C’est l’échec le plus douloureux pour le CNRS. Une des propositions pour en sortir serait non plus de concevoir le CNRS en grandes directions scientifiques ou institut nationaux mais en directions pluridisciplinaires chargée chacune d’une des préoccupations de la Stratégie Nationale de Recherche et d’Innovation (SNRI).

Son caractère national et européen

Sur le plan national, premier opérateur de la SNRI, le CNRS doit être le creuset où se forment les nouveaux axes de recherche, il doit en outre assumer son rôle d’expert auprès des pouvoirs publics et du Parlement.

L’Union européenne dispose d’une stratégie à horizon 2020, et d’un budget conséquent en matière de recherche précompétitive. Les opérateurs de recherche européens sont regroupés dans un certain nombre de structures où le CNRS, du fait de sa taille et de ses moyens, est apte à faire entendre la voix de l’organisme et à mettre en œuvre la déclinaison européenne de la politique de recherche française.

Sa capacité de réactivité en termes de moyens humains et financiers

Avec un budget de 3MM € et un effectif de 27 000 personnes, le CNRS doit pouvoir mobiliser rapidement des moyens sur des recherches novatrices, en investissant dans des domaines à risque mais prometteurs. Un des ressorts de son renouveau se situe dans cette direction où il est, avec le CEA et ses partenaires des autres EPST, le plus à même de fournir rapidement des moyens.

Le CNRS Think Tank

L’établissement devrait en outre constituer un réservoir de pensées (Think tank) à partir de données collectées en interne et en externe.

La structure appelée la Coopérative en liaison avec l’OST et l’OCDE est un bon exemple de ce que le CNRS est capable de produire. Il lui manque cependant l’outil stratégique pour exploiter ces données et proposer des scenarii d’action.

Un établissement consacrant une partie de ses moyens à la coopération avec le monde industriel et des services

Si la recherche fondamentale et l’accroissement des connaissances restent un des buts primordiaux du CNRS, l’organisme ne peut ignorer le monde économique qui l’entoure et doit apporter sa contribution à l’excellence et à la renommée de la production française. Ceci  est encore plus vrai dans les périodes de crise que nous connaissons actuellement.

Conclusion

En définitive, ces propositions comme d’autres resteront lettre morte si aucune structure n’est chargée par une autorité politique de réfléchir rapidement à la réforme de l’organisme.

Afin de disposer de la sérénité nécessaire pour formuler des propositions autres que le point d’équilibre entre des groupes de pression divers, il est suggéré de mettre sur pied un groupe de travail comportant des scientifiques, des gestionnaires de la recherche français et des étrangers suffisamment connaisseurs des questions de recherche mais également suffisamment éloignés des intérêts divers et variés pour être à même de proposer une réforme ambitieuse.

Ils devront travailler avec, à l’esprit que le CNRS dispose là sans doute d’une des dernières occasions  de jouer un rôle majeur dans le renouveau de la recherche française en liaison avec la poursuite de la réforme des universités de notre pays.

Paris, le 29 septembre 2012                                                                          

Marc Goujon est ancien directeur adjoint aux relations internationales du CNRS, responsable du projet Musée des Arts premiers au quai Branly et Inspecteur Général de l’Administration de l’Éducation Nationale et de la Recherche honoraire.

 

Pour citer ce billet : GOUJON, Marc, « Le CNRS : navire amiral de la recherche française ou Titanic de la recherche française ? », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 21 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/902]

Julie Brock : Identifier les compétences éparses et les relier au réseau institutionnel

Je voudrais attirer l’attention des autorités sur le cas des chercheurs français qui travaillent à l’étranger en dehors du cadre institutionnel français. N’ayant pas d’attache avec une structure française ou européenne, il est difficile pour ces chercheurs de faire reconnaître leurs travaux en France. Cette situation est paradoxale, car leur niveau de connaissances n’est pas moindre que celui de leurs collègues installés en France, et ils ont l’avantage de travailler sur le terrain. La plupart sont bilingues. Travaillant dans la culture d’accueil quelquefois depuis des décennies, ils  peuvent avoir un niveau de compétence reconnu à l’étranger. Leur expertise est donc réelle, et pour cette raison, représente pour la recherche française un atout précieux. Etant donné l’importance que prendront à l’avenir les cultures de l’Asie et du Pacifique à l’échelle planétaire, ne serait-il pas raisonnable de prendre en compte, dans les forces de la recherche française, l’atout que représente ces recherches effectuées en immersion dans les cultures étudiées ? Les institutions françaises disposent déjà d’un certain nombre d’antennes à l’étranger. Il ne semble donc pas utile à priori d’en créer de nouvelles. Ce qui serait important, en revanche, serait de réformer le système existant en sorte que la mission de ces institutions soit mieux définie. Une formation pourrait être mise en œuvre par les autorités françaises pour que les responsables, qui sont en général des chercheurs détachés de la fonction publique, soient davantage sensibilisés aux besoins des chercheurs français. La première mission de ces institutions publiques ne devrait-elle pas être d’identifier les compétences et les talents français qui s’exercent à l’étranger ? Ces chercheurs qui travaillent dans la culture du pays d’accueil sont souvent des observateurs en même temps que des érudits. Habitués à collaborer avec des chercheurs du pays qu’ils étudient, ils ont une analyse souvent pénétrante, le sens de l’innovation, et ils ont à cœur de servir le rayonnement de la France.

Comme dans tous les domaines, la première chose que réclament les travailleurs, c’est la reconnaissance, le respect et la justice. Les chercheurs français qui travaillent hors des institutions françaises ressentent très fortement ce besoin de reconnaissance, et c’est tout d’abord sur ce point qu’il convient d’améliorer les choses. La méthode pourrait être fort simple. Il suffirait peut-être d’établir un cahier des charges pour expliquer aux responsables des institutions qui s’occupent des recherches françaises à l’étranger en quoi consiste la mission pour laquelle ils sont détachés. Et plus précisément, quel est le sens de cette mission.

Ne serait-il pas de bonne moralité de rappeler aux travailleurs de la fonction publique que la nation ne se limite pas aux frontières géographiques, et qu’elle s’étend même au-delà des barrières institutionnelles ? Supposons un chercheur français installé dans une région reculée pour y faire des recherches sur le terrain en vue d’étudier, par exemple, une langue rare. Une justice bien comprise voudrait que les institutions chargées de la recherche prennent conscience de leur responsabilité vis-à-vis de ce chercheur en particulier. Qu’elles admettent que l’éloignement géographique est nécessaire pour les besoins de son travail. Qu’elles reconnaissent qu’il doit pouvoir publier ses travaux, donner des communications, échanger avec ses pairs. Leur rôle devrait comprendre un travail de soutien et d’accompagnement pour qu’il puisse accéder à la communauté scientifique. Ce travail devrait être fait de la même façon pour tous les chercheurs français, quelle que soit leur appartenance. Les institutions françaises à l’étranger, étant elles-mêmes des pôles de rayonnement, devraient être pleinement conscientes de ce rôle. C’est pourquoi il me semblerait utile qu’une consultation soit ouverte au sommet de l’État quant aux missions et aux priorités de ces institutions, non pas du tout dans un esprit de contrôle, mais dans un esprit de parrainage ayant pour objectif la revalorisation de la recherche française. Les responsables politiques savent que la meilleure part de leur mission est de valoriser le travail réalisé par leurs concitoyens. Il serait juste et nécessaire que les institutions françaises à l’étranger soient dirigées avec la même hauteur de vue. Les responsables techniques ont besoin pour cela d’être aidés par un « cahier des charges » (une charte, un texte de référence) dans lequel seraient précisés, par exemple, les critères d’évaluation des recherches menées en dehors des institutions françaises et les moyens de les relier à la recherche institutionnelle française et européenne. D’une manière générale, ce texte viserait à instaurer un nouvel état de relations entre les chercheurs français dispersés dans le monde et les institutions de leur pays. Est-il normal que ces chercheurs ne soient jamais consultés sur aucun sujet qui concerne la politique de la France à l’étranger ? Ils sont pourtant des observateurs bien renseignés, leurs avis sont imprégnés d’un savoir in situ, et la diplomatie française pourrait bénéficier de leur expertise.

Des réseaux français ou européens s’activent actuellement pour le regroupement de ces chercheurs, et c’est une chose excellente, car ils peuvent ainsi échanger plus facilement et nouer des contacts fructueux. Mais pour imprimer à la recherche métropolitaine et européenne une dynamique fertile et métissée, il faudrait encore avancer d’un pas, et mettre ces chercheurs en situation d’initier des projets en France et en Europe. Pour cela, il serait nécessaire de créer un lieu dans lequel ils pourraient mener des activités de recherche, organiser des rencontres, etc. De même qu’il existe un Institut des mondes arabes et un Institut des Amériques, ne pourrait-il pas exister en France un Institut de l’Asie et du Pacifique ?

Enfin, je voudrais soulever une dernière question qui intéressera sûrement d’autres chercheurs français travaillant hors des institutions françaises : non seulement l’État français ne prévoit aucune disposition particulière pour s’attacher leur expertise, mais il est très difficile pour eux d’intégrer les institutions françaises une fois que leur carrière les a menés à l’étranger. Ne vaudrait-il pas mieux au contraire leur ménager une possibilité d’intégrer la fonction publique, afin de permettre à la jeune génération de bénéficier de l’enseignement de leurs prédécesseurs ? Il est à prévoir que la jeune génération des chercheurs expatriés sera de plus en plus nombreuse, ce qui laisse présager une hausse du niveau d’expertise de la recherche française sur le terrain. Il serait dans l’intérêt général de prévoir le rassemblement de toutes ces compétences dans une filière parrainée par l’État. Corollairement, ce parrainage favorisera la reconnaissance de tous les chercheurs français, ce qui me paraît une démarche juste et légitime.

Julie Brock est spécialiste de littérature comparée et des sciences du langage. Elle est professeure de l’Institut de technologie de Kyôto (KIT, Japon), chercheur associée à l’International Institute for Advanced Studies (IIAS) et au programme Réseau Asie et Pacifique de la FMSH.

 

Pour citer ce billet : BROCK Julie , « Identifier les compétences éparses et les relier au réseau institutionnel », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 2 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/898]

Maurice Aymard : Une expérience, un témoignage

Il est des souvenirs qui vous marquent. Ce siècle allait avoir un an, et même si je serais bien incapable d’en retrouver la date avec précision – aucun rendez-vous n’avait été pris, et pour cause – j’ai gardé présent à l’esprit ce moment où Jean-François Sabouret a frappé à la porte de mon bureau, toujours ouverte – et a demandé à me parler rapidement. Nous nous étions connus dix ans plus tôt, grâce à la médiation de Pierre Bourdieu, qu’il avait accueilli au Japon, et j’avais suivi les étapes de son retour en France, via Berkeley, lorsque le CNRS avait mis un terme à son long séjour dans un pays auquel il avait fini par s’identifier. Les fonctions qui étaient les siennes à la direction de la communication du CNRS créaient entre nous des occasions de contacts réguliers, mais pas  exceptionnellement fréquents. Toujours est-il que j’ai dû le faire attendre quelques minutes, le temps de boucler un problème en cours, et qu’il est entré aussitôt après dans le vif du sujet. Il avait « une idée », à laquelle il souhaitait m’intéresser, et il m’a dit souvent sa surprise qu’il ne m’ait pas fallu plus de cinq à dix minutes pour que je l’interrompe et lui dise « je prends ».

Jean-François ne savait pas que cette idée, j’avais été préparé à l’entendre une quinzaine d’années plus tôt par Denys Lombard, dont j’ai beaucoup appris, et dont on ne dira jamais assez la gravité de la perte que sa disparition prématurée a représentée non seulement pour les études sur l’Asie, mais pour toutes nos communautés de sciences sociales et humaines. Au milieu des années 1980, Denys Lombard m’avait convaincu sans peine, déjà, de la « centralité de l’Asie centrale » – une idée que nous avions eu du mal à faire passer dans les faits, tant étaient fortes les résistances et plus encore l’indifférence que nous rencontrions, mais qui allait déboucher sur la création à Tachkent, après l’effondrement conjoint du régime communiste et de l’URSS, de l’IFEAC (l’Institut Français d’Etudes de l’Asie Centrale). En 1991-1992, au moment où il prenait la direction de la nouvelle Maison de l’Asie, quelques mois avant que je ne remplace Clemens Heller à la direction de la Maison des Sciences de l’Homme, je me souviens de lui avoir suggéré de faire de cette Maison une MSH de l’Asie : entendons un lieu où tous les chercheurs, toutes les disciplines et toutes les institutions travaillant de près ou de loin sur l’Asie pourraient oeuvrer ensemble sans renoncer en rien à leur indépendance. Inutile de rappeler ici les résistances institutionnelles et individuelles qui ont freiné la réalisation d’un tel projet : elles rappellent, à une autre échelle, celles qu’avait rencontrées Fernand Braudel au tournant des années 1950-60 pour faire aboutir son projet pour lequel allait être inventé le nom même de Maison des Sciences de l’Homme. Une Maison dont Braudel aimait à dire qu’elle s’était construite en large partie « contre lui », ce qui ne l’avait pas empêché avec l’aide de Clemens Heller de la faire vivre et de lui impulser le dynamisme qui a été le sien pendant plusieurs décennies.

L’idée que venait me proposer Jean-François Sabouret présentait à mes yeux deux avantages. Le premier était de s’inscrire parfaitement dans la logique de fonctionnement qui avait été celle qu’avait adoptée la MSH depuis le début des années 1970, et qui avait inspiré le développement de ses programmes de coopération avec des pays comme l’Inde, la Russie ou le Brésil : aider, encourager mais sans jamais prétendre les diriger ou leur imposer d’en haut la moindre contrainte, les chercheurs à définir et réaliser des projets qui leur tenaient à cœur , et pour lesquels il leur fallait trouver à l’extérieur de  leur institution, en France comme à l’étranger, des partenaires scientifiques et des financements, la voie la plus facile étant celle de la mise en commun des ressources humaines et des moyens disponibles. C’est à partir de cette expérience accumulée que nous avions été conduits à définir la règle des trois « i » comme résumant le mieux l’esprit qui guidait toutes les initiatives de la MSH : interdisciplinaire, interinstitutionnel et international.

Le second avantage était de pouvoir démarrer très vite, avec relativement peu de moyens, en faisant le pari d’une dynamique très simple qui se résumait elle aussi à trois mots : réunir, encourager et stimuler. L’objectif s’imposait à l’évidence. La France disposait, grâce au CNRS, aux Universités et autres institutions d’enseignement et de recherche, et au Ministère des Affaires étrangères, d’un potentiel imposant – le second en importance, sinon le premier à l’échelle de l’Europe – de spécialistes couvrant, à quelques minimes exceptions près, la quasi-totalité du continent asiatique. Mais celui-ci, divisé par trop de clivages disciplinaires, institutionnels et méthodologiques, n’avait ni la visibilité nationale et internationale que la qualité des travaux produits aurait dû lui procurer, ni l’habitude de travailler ensemble, et de confronter au plan aussi bien national qu’international ses connaissances et ses points de vue sur les principaux problèmes d’une région du monde dont il était évident qu’elle allait jouer une rôle de premier plan, et pour certains prépondérant et même dominateur, dans le siècle qui venait de s’ouvrir. Seule la mise en réseau de ce potentiel scientifique pouvait permettre d’inventer des réponses à ce double constat : il y fallait une action volontariste, animée par un secrétariat capable d’écouter, d’identifier et d’aider les demandes nouvelles des chercheurs, de trouver des moyens complémentaires, de lancer des initiatives correspondant  aux besoins et aux attentes qui s’exprimaient, de tisser à l’échelle européenne un réseau de collaborations internationales.

La MSH pouvait fournir des locaux, toujours insuffisants bien sûr, des services de gestion administrative et financière, des salles de réunion, une bibliothèque, les ressources scientifiques des centres qu’elle hébergeait dans ses murs, la présence de nombreux chercheurs étrangers invités ou accueillis  par elle dans le cadre de ses programmes, et bien entendu l’appui de ses deux responsables des programmes Inde (Jean-Luc Racine) et Chine (Jean-Claude Thivolle). Mais sans prétendre à contrôler ni à diriger une entreprise qui ne pouvait réussir que si elle s’appuyait sur les chercheurs eux-mêmes et était finalement prise en charge par eux. Je ne peux pas me rappeler sans sourire la réponse qui m’est venue à l’esprit, il y aura bientôt sept ans, mais que j’ai choisi de ne pas formuler dans des termes trop brutaux, face à un collègue, choisi par le ministère de la recherche comme expert chargé d’évaluer le projet de contrat quadriennal de la MSH que j’avais rédigé un an plus tôt et qui comprenait le Réseau Asie parmi les projets nouveaux que nous souhaitions soutenir : il y voyait une volonté impérialiste et nous reprochait – telle fut son expression – d’avoir les yeux plus grands et plus gros que le ventre, et de vouloir contrôler toutes les recherches sur l’Asie. Je n’aurais pu que lui dire qu’il n’y avait rien compris, et que les recherches en sciences sociales et humaines, quelle que soit leur discipline ou leur terrain d’étude, ne vivaient que de l’engagement des chercheurs, et sûrement pas du contrôle des institutions, dont le rôle était d’aider et d’encourager, et en aucun cas de prétendre encadrer et décider.

Engagé sur cette voie, le réseau Asie a bénéficié dès le départ d’appuis précieux et dévoués. Dès le début Jean-Luc Domenach pour la FNSP et Alain Peyraube pour le CNRS ont accepté de figurer parmi les « membres fondateurs » siégeant au comité très informel de pilotage. Catherine Bréchignac lui a apporté ensuite un soutien décisif, et tout le poids de son autorité généreuse, avec une parfaite conscience de l’intérêt fondamental de l’entreprise. Jean-François Sabouret secondé par Jeanne-Yvonne s’y sont engagés totalement, aidés par une équipe jeune, très motivée et compétente : tous ensemble, ils ont créé autour du Réseau un climat, une atmosphère particulière, à laquelle tout visiteur qui rentrait dans leurs locaux ne pouvait rester indifférent. Grâce à eux, le Réseau est devenu très vite un lieu « contagieux », au sens le plus fort et le meilleur du terme.

Plus de dix ans ont passé, et il ne m’appartient pas de décider des orientations qui sont en train d’engager l’avenir. Je sais que la tendance est au renforcement des institutions et au regroupement des chercheurs dans de grandes unités dont on espère qu’elles auront la masse critique suffisante pour imposer leur visibilité à l’extérieur tout en continuant à innover. La mode est au « big is beautiful », et la référence courante, Shanghaï oblige, est celle, ressassée à l’envie par les médias, aux grandes universités américaines, dont on oublie trop facilement qu’elles ne représentent, dans leur pays, qu’une petite minorité des établissements d’enseignement supérieur. Tout en reconnaissant les vertus de cette démarche, je continue à penser que ce serait une erreur de « mettre tous nos œufs dans le même panier », et que le maintien d’un minimum de concurrence et de complémentarité entre le « big » et le « small » est, plus que jamais, nécessaire, même s’il ne correspond pas à la logique de la décision politique. L’important reste à mes yeux le bilan de ces années passées à travailler ensemble, et à construire quelque chose de différent dans le cadre du Réseau Asie, permet d’affirmer que l’idée était la bonne, et qu’elle garde aujourd’hui toute sa validité. Car la définition de l’Asie comme un ensemble de pays qui n’en finiraient pas d’émerger est déjà très largement dépassée, et le sera plus encore, sans aucun doute, dans les toutes prochaines années. L’Asie est devenue, dans ses diversités, un acteur de premier plan, dont les performances ne se limitent pas à la géopolitique et à l’économie, mais s’étend à la culture, au social, à la recherche et à la science. Non seulement les spécialistes du sous-continent indien, de l’Asie du sud-est, de la Chine et du Japon doivent travailler plus que jamais ensemble, mais ils doivent le faire en liaison étroite avec leurs homologues des régions concernées : de plus en plus intéressés par le monde extérieur, ceux-ci doivent être vus comme producteurs de connaissances sur leurs propres sociétés, mais aussi comme demandeurs de comparaison internationale. À cette situation, une seule réponse : le dialogue, pratiqué comme un rapport d’égalité.

Maurice Aymard est historien, directeur d’études à l’EHESS. Il a été administrateur de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme de 1994 à 2006.

 

Pour citer ce billet : AYMARD, Maurice, « Une expérience, un témoignage », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 13 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/767]

Laurence Roulleau-Berger : La sociologie chinoise au XXIe siècle

Si les sociologies européennes apparaissent ethno-centrées et peu ouvertes aux autres sociologies  du monde ce n’est pas le cas pour la sociologie chinoise qui d’abord s’est tournée vers les sociologies européennes et américaines pour affirmer aujourd’hui une pensée propre. Dans la sociologie chinoise les déplacements et hybridations de paradigmes s’organisent autour de la résistance à l’imposition de modèles intellectuels post-coloniaux et de l’affirmation d’une pensée « située » là où les sociologies européennes intègrent difficilement les pensées non occidentales.

Depuis 1979, la réinvention de la sociologie chinoise représente un évènement majeur dans l’histoire des sciences humaines et sociales. La sociologie chinoise, si elle s’était largement développée avant 1949, sera ensuite interdite pendant trente ans, pour retrouver un essor très rapide depuis sa recréation. La sociologie est en effet devenue une discipline-phare du champ intellectuel au cours de la décennie 1980 en Chine. L’abondance des productions scientifiques témoigne d’une dynamique intellectuelle forte qui produit une vraie originalité et de vraies spécificités liées à une histoire de la pensée chinoise et à la complexité d’un contexte sociétal..

La sociologie chinoise semble admettre plusieurs normes de légitimation scientifique qui permet la production d’une diversité et d’une cohabitation de points de vue, à condition que soit mise en oeuvre une vraie dialectique entre pratique et théorie sociologique. La sociologie chinoise s’est structurée tout au long de ces trente dernières années autour des tendances suivantes :

-la prise en considération de ce qui pourrait apparaître un effet de contexte civilisationnel.

– la montée de l’idée de « la production de la société » via l’analyse des processus structurels

– l’émergence de l’Individu à travers la question de la subjectivité et des interactions

– l’idée de produire des paradigmes émancipés de toute forme de colonisation culturelle et d’un regard surplombant de l’Occident sur la société chinoise

Les sociologues chinois connaissent les différents courants de la sociologie d’Europe de l’Ouest et américaine, il les distinguent et les associent dans différents travaux sans refuser à l’un ou à l’autre une légitimité donnée. En effet considérant que la sociologie comme discipline est née dans la civilisation capitaliste ils produisent une sociologie qui prend vraiment ses ancrages dans la civilisation chinoise d’hier et d’aujourd’hui, mais aussi dans des filiations, déplacements, hybridations avec des sociologies nord-américaines et européennes.

Certaines sociologies chinoises se nomment, d’autres ne se nomment pas. Mais surtout la sociologie se diversifie en produisant des propositions qui, à partir de l’effet de civilisation chinoise, agencent différemment processus structurels/actions pratiques/interactions/ subjectivités et se distinguent les unes des autres en donnant des statuts différents accordés à chaque concepts.

Parmi les sociologies qui se nomment Sun Liping parle de « sociologie de la pratique ».

Parmi les sociologies qui ne se nomment pas nous en avons distingué trois qui se construisent différemment en fonction du statut accordé aux concepts processus structurels/actions pratiques/interactions/ subjectivités :

– sociologie des structures et stratégies

-sociologie des  interactions, actions collectives et structures

-sociologie des  structures sociales, individu et subjectivité

Là où les couples individualisme / holisme, objectivisme / subjectivisme, microsociologique / macrosociologique ont été actifs dans la sociologie d’Europe de l’Ouest dans la production de pensées binaires, la sociologie chinoise se construit plutôt dans la pluralité des approches théoriques.

Cette réflexion sur la sociologie chinoise s’inscrit dans une entreprise scientifique plus large de désoccidentalisation des savoirs sociologiques et dans un travail épistémologique sur la production de « sciences sociales post-occidentales » qu’il paraît nécessaire de produire. Des dominations et des hiérarchies ont donc été très tôt construites entre les contextes occidentaux, orientaux et extrême-orientaux et ont produit des ignorances et des occultations de pans de savoirs entiers. Aujourd’hui nous sommes invités à nous placer dans un espace épistémique pluridimensionnel pour penser nos sociétés, pour comprendre comment d’anciennes hiérarchies de savoirs sont bousculées pour céder la place à de nouvelles, comment des réseaux transnationaux et translocaux de connaissances peuvent se former en créant des processus de conjonction et de disjonction culturelle et symbolique. Si Dipesh Chakrabarty avait créé subaltern studies en proposant de « provincialiser l’Europe » pour considérer les « histoires subalternes » dans leurs dynamiques propres et si des intellectuels comme Homi Bhabba ont porté les postcolonial studies à partir de l’idée de dépasser les grands récits de la modernité et les grands paradigmes en sciences sociales, il nous paraît aujourd’hui moins pertinent de penser la pluralité des « provinces du savoir» que les nouvelles centralités mais surtout de penser les modes de formation des continuités et les discontinuités, les agencements et les disjonctions entre des lieux de savoir situés à différents endroits du monde.

-L.Roulleau-Berger et  GuoYuhua, Li Peilin, Liu Shiding (dir), 2008, La Sociologie chinoise contemporaine, Coll. Réseau Asie, Éditions du CNRS, 2008, Paris.

-L.Roulleau-Berger, 2011,  Désoccidentaliser la sociologie. L’Europe au miroir de la Chine, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2011. Édition traduite en chinois aux Social Sciences Academic Press parue en 2012.

-L.Roulleau-Berger and Li Peilin (ed), 2011, European and Chinese Sociologies : a new dialogue, Brill Publishers, Leiden, Boston, Singapour.

-Li Peilin and L.Roulleau-Berger (ed), 2012, Internal and International Migration : a comparative perspective, Routledge Publishers, London and New York.

Lyon, le 5 novembre 2012

Laurence Roulleau-Berger est sociologue, spécialiste de la Chine, directrice de recherche au CNRS (UMR 5206, TRIANGLE interdisciplinaire au carrefour de la science politique, de l’histoire de la pensée politique et économique CNRS/ENS de Lyon, Sciences Po Lyon et université de Lyon 2)

 

Pour citer ce billet : ROULLEAU-BERGER, Laurence « La sociologie chinoise au XXIe siècle », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 28 septembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/548]

Christophe Serra Mallol : Pour une recherche en socio-anthropologie de l’alimentation en Asie-Pacifique

L’Asie-Pacifique est une vaste région de contrastes bénéficiant d’une biodiversité exceptionnelle tant marine que terrestre et d’une grande diversité culturelle. Pourtant la recherche dans le Pacifique reste le « parent pauvre » de la recherche française sur des aires culturelles non européennes, par comparaison par exemple avec les travaux de nos confrères anglo-saxons sur la région, ou des chercheurs africanistes francophones.

Les changements importants intervenus ces dernières années sur cette aire sont pourtant porteurs d’une dynamique propice à la recherche. Ainsi, la prise de conscience d’un développement nécessaire d’un modèle socio-éco-politique propre au milieu insulaire pacifique, qui à la fois dépasse la faillite relative du Pacific Way et s’appuie sur les conséquences des nouveaux enjeux de la région. Ou encore la prise de conscience récente au niveau régional de l’importance essentielle, tant au niveau sanitaire qu’économique (le poids croissant dans les dépenses de santé) et social (phénomènes de stigmatisation, modification des modèles traditionnelles encore prégnants), de l’impact des maladies non transmissibles, et notamment celles liées aux changements récents de modèles alimentaires : obésité morbide, diabète, maladies cardio-vasculaires… De même, la montée en puissance du rôle joué au niveau régional par des États anglophones (Australie notamment) et asiatiques (Chine) auprès des petits Etats insulaires fait poser la question de plus en plus cruciale de la place de la France dans cette région.

L’état des forces et des faiblesses de la recherche française en sociologie et anthropologie explique en partie l’actualité de cette question.

La recherche française semble se caractériser par son absence de pluridisciplinarité, au sein même des centres de recherche : les projets de recherche mis en œuvre restent encore et toujours cloisonnés entre disciplines, contrairement aux grands projets de recherche lancés depuis plus d’un demi-siècle par les États anglophones (États-Unis, Nouvelle-Zélande…)

L’isolement par rapport aux autres chercheurs sur l’aire, entre plusieurs entités sans grands contacts entre elles (UPF, UNC, CREDO…), et l’individualisme de mise au détriment de travaux collectifs, malgré les progrès accomplis ces toutes dernières années par la mise en œuvre du Réseau Asie-Pacifique, restent toujours d’actualité.

Enfin, les rapports difficiles avec les institutions sociales (politiques et économiques) restent une constante de la recherche française, toujours dans une position de méfiance et/ou dédain vis-à-vis de ces institutions, essentielles pourtant dans la relation avec le corps social et la mise en œuvre d’actions, au contraire des relations décomplexées des équipes de recherche anglophones avec ces mêmes institutions, ces dernières trouvant ainsi des moyens financiers et matériels accrus de présence et de recherche.

De fait, les travaux entrepris restent à portée restreinte, sans visée générale ni même appliquée.

Plus généralement, et au-delà d’une vision « primitiviste » inavouée qui tend à assigner les sociétés insulaires du Pacifique dans un passéisme immobilisant et un « spécificisme » proche du « bongo-bongoïsme » dénoncé par Mary Douglas, une prise en compte des adaptations propres des sociétés insulaires au processus de globalisation est indispensable, et notamment de la façon dont les communautés cherchent et trouvent de manière dynamique des solutions alternatives au modèle dominant occidental. L’intérêt récent et grandissant pour cette région, dans un contexte post-colonial mieux assumé, ne se concrétise pas encore dans les grands projets ni dans la visibilité des travaux entrepris par des équipes francophones de recherche.

De nouvelles thématiques et axes de recherche émergents pourtant et sont porteuses d’espoir pour les années à venir.

Ainsi en est-il du champ de la socio-anthropologie de l’alimentation. Ce champ s’est constitué en France il y a plus de trente ans autour de Jean-Pierre Poulain (PR Université Toulouse 2),  Claude Fischler (DR CNRS) Annie Hubert (DR CNRS) et Jean-Pierre Corbeau (PR Université de Tours) notamment, et représenté à l’étranger par des chercheurs de renom (avec M. Douglas, J. Goody, A. Warde, S. Menell au Royaume-Uni, P. Rozin, Farb P., M. Harris et N.J. Pollock aux Etats-Unis, J. Contreras en Espagne…).

Des évaluations récentes ont quantifié le nombre de chercheurs français ayant déjà au moins une publication à leur actif à 150 à 200 personnes au sein de 52 unités de recherche, dont la moitié comme enseignants-chercheurs et le tiers en tant que chercheurs CNRS. Le champ de la socio-anthropologie de l’alimentation se voit doter d’un Réseau thématique pluridisciplinaires (RTP[i]) en cours de constitution au CNRS.

Le champ de l’alimentation est abordé par plusieurs disciplines dont l’histoire, la sociologie, l’anthropologie sociale et culturelle, l’économie, et l’anthropologie biologique et la préhistoire. Actuellement une quarantaine de thésards travaillent sur ce champ en France.

Les principales thématiques identifiées en France sont les suivantes :

–     processus de patrimonialisation de l’alimentation ;

–     effets culturels, d’âge et de génération, de niveau social et de genre, processus de différenciation et inégalités ;

–     médicalisation et institutionnalisation de l’alimentation.

Des thématiques sont émergentes :

–      alimentation et génétique (épi-génétique…) ;

–       socialisation des troubles alimentaires ;

–       biodiversité, développement durable et modèles alimentaires ;

–       controverses scientifiques et enjeux sociaux ;

–       évolution des politiques alimentaires ;

–       innovation alimentaire entre recherche fondamentale et applications.

La zone Asie-Pacifique est une zone en plein développement dans le domaine de la recherche, notamment du fait de l’expansion du poids des universités des pays asiatiques, et de l’importance plus classique de l’anthropologie américaine et française dans le Pacifique insulaire. Depuis une quarantaine d’années, la recherche en socio-anthropologie de l’alimentation en Asie-Pacifique a été plutôt le fait d’anglo-saxons (USA et Hawaii, Nouvelle-Zélande, Australie, Fidji…). Des recherches françaises continuent à être mises en œuvre notamment dans le Pacifique insulaire (voir notamment, après ceux de J. Barrau, les travaux de F. Douaire-Marsaudon, M.C. Bataille-Benguigui, S. Lacabanne, V. Lebot, C. Serra Mallol…), mais également en Asie du sud-est.

Ainsi l’Université de Toulouse 2 Le Mirail développe, à travers l’institut ISTHIA (ex CETIA[ii]) au sein du laboratoire CERTOP[iii] des travaux de recherche sur les thèmes de la socio-anthropologie de l’alimentation appliquée à l’insularité, et notamment en Malaisie et au Vietnam, en développant des travaux sur le thème de la convergence culturelle et de la multiculturalité. Elle témoigne des influences socio-culturelles sur ces zones géo-économiques particulières que sont les milieux insulaires du Pacifique, et constitue un terrain d’observation privilégié des impacts socio-économiques sur le développement de maladies non transmissibles et liées aux modes de vie (obésité, diabète, cancer…) du fait de la transition rapide en œuvre dans ces sociétés.

Les relations étroites mises en œuvre depuis une dizaine d’années entre l’Université de Toulouse 2 Le Mirail et des centres universitaires en Malaisie et au Vietnam ont permis le développement de collaborations scientifiques fructueuses dans le domaine de la socio-anthropologie de l’alimentation et de la sociologie du tourisme sur une zone asiatique en plein développement économique et sur des marchés dits « émergents ». Une convention conjointe Taylor’s University Center de Kuala Lumpur – Université de Toulouse 2 a permis la création du Toulouse Taylor’s University Center et d’une chaire de Recherche Food Studies sur l’alimentation confiée au professeur Jean-Pierre Poulain. Des travaux sont en cours pour mettre en place un observation des pratiques alimentaires sur l’ensemble de la région Asie-Pacifique sous la forme du Asia Pacific Food Barometer.

En matière de socio-anthropologie de l’alimentation, les phénomènes d’urbanisation et de vieillissement des sociétés insulaires du Pacifique, le processus continuel de changement des modèles alimentaires traditionnels et ses conséquences tant sanitaires que sociales, sont porteurs d’enjeux renouvelés, dont les résultats pourraient permettre, au-delà du strict aspect recherche, la mise en œuvre de politiques publiques régionales mais également jouer le rôle de modèle dans le monde occidental en matière de prise en compte du concept de durabilité dans les modes de développement actuels.

Des mesures qui permettraient d’améliorer et d’accroître les travaux et la visibilité de la recherche française sur le Pacifique sont à envisager.

La mise en place de coopération entre institutions, à l’image du Pace-net dans le domaine du changement climatique, pourrait être initiée en matière de recherche en sciences sociales sur des problématiques transverses : souveraineté et institutions politiques, alimentation et santé, migrations et multiculturalité etc…

Un développement de réponses conjointes à appel d’offres de projets de recherche, associant des chercheurs provenant de disciplines et d’institutions différentes, est à envisager par la mise en place d’une plate-forme de réponse commune et désignation de « porteurs de projet transdisciplinaires ».

Une visibilité plus importante sur les fonds disponibles pour la recherche dans les grandes institutions internationales (Union Européenne, Commission du pacifique sud, Organisation Mondiale pour la Santé… ) est pour ce faire indispensable, notamment par la mise en œuvre d’une « veille » assurée par un organisme commun (le Réseau Asie-Pacifique) avec diffusion des informations en fonction des profils individuels de chercheurs disponibles sur le Livre Blanc du Pacifique.

La création d’un comité de recherche dédié au Pacifique (comme il en existe déjà un dédié à la Chine) au sein de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF) permettrait également d’assurer une présence aux manifestations organisées par cette association, et de mettre en place des cycles réguliers de réunions et de travaux conjoints.


[i] Un réseau thématique pluridisciplinaire (RTP) est « une formule  institutionnelle de regroupement de laboratoires, d’équipes de recherche ou de scientifiques, appartenant à des disciplines différentes, autour d’un thème particulier ou d’un objectif clairement défini.
 Créé par la direction de l’INSHS pour une durée de trois ans, il est essentiellement un outil d’assistance à la politique scientifique et une instance chargée d’émettre des avis et des propositions ». Le RTP Alimentation (en cours de constitution) du CNRS vise à promouvoir le développement d’une approche pluridisciplinaire du fait alimentaire (voir http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/RTP-alimentation/presentation.htm)

[ii] ISTHIA (Institut Supérieur du Tourisme de l’Hôtellerie et de l’Alimentation), anciennement Département CETIA (Centre d’Etudes sur le Tourisme et les Industries de l’Alimentation) du Département LEFL (voir www.cetia.fr/)

[iii] Centre d’Etudes et de Recherche Travail, Organisation, Pouvoir (CERTOP) UMR 5044 (voir http://w3.certop.univ-tlse2.fr/)

Christophe Serra Mallol est socio-anthropologue, Maître de conférences à l’Université de Toulouse 2 (France)- CERTOP (UMR 5044) et a été l’un des sept responsables d’atelier pour les États Généraux de l’Outre-mer en Polynésie française en 2009. Il est également chercheur associé au Centre Edgar Morin-IIAC (UMR 8177).

christophe.serra-mallol@univ-tlse2.fr

Retrouvez le profil de Christophe Serra Mallol, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : SERRA MALLOL, Christophe, « Pour une recherche en socio-anthropologie de l’alimentation en Asie-Pacifique », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/373]


Patrick Maurus : Apparition (ou réapparition ?) de la Corée du Nord

Réseau Asie — Quels sont les changements radicaux intervenus dans la région du monde de votre aire de compétence ?

Patrick Maurus Les prémisses d’une opposition USA-RP Chine pourraient fortement déterminer la situation du Nord-est asiatique. La volonté d’Obama de « recentrer » dans cette région les forces américaines et l’émergence de la Chine comme grande puissance militaire et maritime devraient conduire à de nouvelles formes de confrontation, qui inquiètent les riverains. L’installation violemment controversée de la base navale américano-sud-coréenne dans l’île de Cheju est la traduction coréenne des conflits qui voient le jour (même s’ils couvent depuis longtemps) avec un peu tout le monde (Japon, Philippines, Vietnam, sans parler de Taïwan). La Chine a un conflit frontalier avec à peu près tout le monde, et si rien de ce type n’apparaît avec la (les) Corée(s), l’épisode récent de la nature nationale de la dynastie Koguryo (grand État féodal, considéré comme l’un des trois royaumes coréens, mais ayant occupé une très large portion de la Mandchourie : Alors, royaume coréen ou royaume chinois ?) montre que les cordes nationalistes, dont tous jouent dangereusement dans la région, pourraient rapidement être réactualisées.

Le deuxième phénomène, moins impressionnant quantitativement, est l’apparition (la réapparition ?) de la Corée du Nord. Non seulement la RPDC a parfaitement joué de la situation régionale, mais la situation intérieure est l’objet de changements significatifs depuis trois ans environ, en particulier économiques, même si la presse ne s’en fait guère l’écho, allant jusqu’à rejeter les articles de ses journalistes chevronnés qui tentent de passer l’information.

Paradoxalement, le décès de Kim Jong Il ne restera probablement pas comme un événement fondamental, non pas que l’homme n’ait pas été important, mais parce que la transition s’est faite en douceur et que tout indique que les forces à l’œuvre en RPDC ne demandaient que cela. En tout état de cause, les signes, sinon d’ouverture, du moins de multiplication des contacts sont nombreux. On attend pour 2012 les premiers enseignants nord-coréens en France (INALCO)

Réseau Asie – Quel est l’état des forces et des faiblesses de la recherche française dans votre aire culturelle ?

Patrick Maurus Faute de combattants, les forces de la recherche française sont assez indécelables. Les publications restent peu nombreuses. La recherche française est structurellement déficiente, dans la mesure où la diplomatie, la géopolitique et l’université s’estiment chacune compétente et négligent de s’adresser aux autres. Les plus concernés, c’est-à-dire les universitaires, restent génétiquement liés à leurs sources de financement, avant tout sud-coréennes. Cela n’interdit pas la multiplication des « Centres » de recherche… Le seul qui s’intéresse aux deux Corées et publie une revue multilingue (le CRIC) est indépendant de l’université.

Lorsque, de façon très insuffisante par rapport à l’augmentation du nombre d’étudiants, un poste est publié, les universités ont toutes les peines du monde à recruter un MDC compétent et se contentent souvent de ce qu’il y a. Jusque très récemment en effet, les rares doctorants apparaissant à Séoul étaient presque immédiatement avalés par le privé.

Réseau Asie – Quelles sont les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents ?

Patrick Maurus Le fait marquant concernant la coréanologie, tant internationalement qu’en France, est la très forte progression du public étudiant, parallèle à ce qui a été nommé, peut-être un peu trop rapidement, la « vague coréenne ».

Pour ce qui concerne les thématiques, elles dépendent étroitement des très rares chercheurs qui publient. Dans mon laboratoire, c’est la littérature et la traductologie qui s’imposent comme prismes de lecture des discours divers. Quantitativement, sont bien représentées les recherches religieuses.

Réseau Asie – Quelles mesures permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française… ?

Patrick Maurus Plus particulièrement et, dans la mesure où ces recherches sur l’Asie et le Pacifique ainsi que les enseignements qui leur sont liés sont réalisées dans des organismes de recherches, des universités…, il s’agirait de mesurer le rôle des lieux de production du savoir et des
disciplines. Les enseignants-chercheurs publiant se comptent sur les doigts d’une main, et l’essentiel des articles sont fondus dans des revues confidentielles.

Matériellement, l’avenir est aux mains des jeunes doctorants en formation, dans la mesure où leurs jurys seront scientifiquement composés. Épistémologiquement, le salut viendra peut-être des contacts avec les chercheurs de l’est européen et de l’Extrême-Orient.

Patrick Maurus, historien de la littérature coréenne est agrégé de Lettres modernes et maître de conférence habilité à l’INALCO. Rattachement principal, équipe Pluralité des Langues et des Identités : Didactique, Acquisition, Médiations (PLIDAM) ; Rattachement secondaire, HTLF (histoire de la traduction en langue française) & CRIC (centre de recherches indépendantes sur la Corée).

 

Pour citer ce billet : MAURUS, Patrick, « Apparition (ou réapparition ?) de la Corée du Nord », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/368]

Marie-Sybille de Vienne : Les études Sud-est asiatiques en France entre Pékin et Pecus

L’Asie du Sud-Est se caractérise par sa segmentarité, que traduit la démultiplication des langues, des écritures, des architectures, autant de particularismes qu’animaient jadis une pléiade de principautés enracinées dans leurs cultes des dieux du Sol. Alors même que la modernité a accouché de concert du nationalisme et de l’ethnicité, le Sud-est asiatique demeure dépourvu d’État-Nation au sens où on l’entend habituellement en Occident tandis que les questions frontalières sont loin d’être entièrement traitées, ce qu’illustre dans les termes du droit international la multiplication des zones maritimes et territoriales contestées. Plus profondément, ses États souffrent de problèmes d’encadrement social : les aristocraties « légitimes » achèvent de s’user (cf. la Thaïlande), et leur relais n’est que très mal assuré par des groupes sociaux montants, composés d’urbains acculturés ou d’étrangers ; l’insuffisance des classes moyennes, la pauvreté croissante d’un monde rural démographiquement saturé démultiplient les tensions structurelles internes.

La décennie 2000 a enregistré un bouleversement des équilibres propres au Sud-est asiatique suite à l’émergence de la superpuissance chinoise, passée de quelque 3,3% du produit mondial brut (PMB, en dollars US courants) en 2000 à 11,9% en 2010, soit une progression de plus du triple en dix ans, du sixième au deuxième rang mondial. Or face à l’affirmation économique et politique d’une Chine désormais plus « riche » et qui pèse trois fois plus lourd au plan productif, l’Asie du Sud-Est (3,4% du PMB) apparaît fragilisée par son morcellement national et l’hétérogénéité de ses potentiels économiques, d’autant que la longue durée fait des États qui la composent les héritiers de principautés ou de royaumes qui, à un moment ou l’autre de leur histoire, furent tributaires de l’Empire du Milieu. Autant dire que Pékin la considère comme son pré carré.

Sur une telle aire culturelle dont la complexité est loin de se réduire, les ambitions chinoises constituent aujourd’hui en enjeu géostratégique et la recherche française se retrouve prise en tenaille entre la tradition orientaliste qui l’a modelée et le Léviathan du « classement de Shanghai » qui la sape.

Les Sud-est asiatisants, même les plus remarquables sachant opérer avec brio la synthèse des disciplines, ne sont pas parvenus à convaincre les politiques, pour lesquels l’approche scientifique des sociétés restait de belles leçons d’anatomie pour muséographes. Aussi les études sud-est asiatiques de tradition et de langue françaises ont-elles connu un certain désenchantement. La recherche française a donc eu tendance à changer de référents épistémologiques, abandonnant son appareil conceptuel « latin » pour se couler dans un cadre anglo-saxon : dominé par une vision uniformément positive du futur et un ralliement à une approche par des référents rhétoriques sur le modèle des gender studies. À l’interrogation sur l’altérité culturelle et ses fondements se sont substitués des groupements thématiques formels, ordonnés à proposer une vision unificatrice orientée sur le « progrès », par le biais d’un comparatisme mécanique, sans profondeur historique, dont la grille d’analyse est pré-codée et auto-justifiée.

Pour autant, la recherche sud-est asiatique française conserve un dynamisme certain malgré la faiblesse de ses moyens financiers et le peu d’attractivité qui en découle pour l’aspirant chercheur. D’une part en raison de sa structure, parce qu’elle a réussi, au moins jusqu’à ce jour, à maintenir une pluralité de lieux de tradition scientifique différente (EPHE, EHESS, EFEO, INALCO, CNRS, Paris VII, Paris IV, etc.) et qu’elle a en sus créé de nouveaux pôles de recherche, notamment sur le contemporain (IRASEC, IRD, MAP, etc.). Ensuite par son contenu, où aux côtés des indispensables savoirs traditionnels (épigraphie, archéologie, sciences religieuses, histoire ancienne et moderne, littérature, géographie) ont pu être développées des disciplines plus récentes comme la sociologie, l’économie, la politologie ou l’anthropologie. Enfin par ses axes de recherche qui attestent d’une capacité à renouveler les méthodologies, comme, pour n’en citer que quelques-uns, l’étude du Cambodge de l’époque moyenne par des sources jusque-là considérées comme uchroniques (CASE) ; la réévaluation de la « mondialisation », des prédécesseurs historiques aux présents acteurs dominants de l’économie mondiale (Asies, EA 4512, INALCO), la constitution d’un corpus d’épigraphie islamique sud-est asiatique, etc.

Il reste que cette résilience est aujourd’hui gravement menacée par l’irruption dans le paysage scientifique de la révision générale des politiques publiques (RGPP), qui au nom de compréhensibles impératifs budgétaires, cherche à tailler dans une recherche en SHS au demeurant fort économe de moyens, lesquels se résument le plus souvent à quelques frais de mission. Le phénomène se conjugue au rabotage par le classement de Shanghai (absence d’universités françaises dans les 35 premières), pour pousser à un regroupement hâtif des structures de production du savoir, d’autant plus préjudiciable que le Sud-Est asiatique manque de visibilité médiatique (hors coups de projecteurs comme aujourd’hui sur la Birmanie) tout en demeurant difficilement préhensible pour le tout venant, et qu’en plus les publics estudiantins concernés restent (toutes les langues et cultures confondues), cinq à dix fois moins nombreux que ceux du japonais ou du chinois malgré l’importance économique et stratégique de la zone.

Autant dire que dans les contextes actuels, ni George Cœdès, ni Bernard Philippe Groslier, ni Paul Mus, ni Denys Lombard, qui ont renouvelé chacun à leur manière, le terrain et la discipline, tout en restant d’une extrême indépendance d’esprit, n’auraient la moindre chance de s’imposer face aux Labex, Idex, etc., dont la fluorescence relève davantage d’une excellence de la communication à destination des politiques, que d’une organisation rationnelle de l’enseignement et de la recherche.

Faut-il pour autant baisser pavillon devant l’irruption des méthodes de gestion issues de l’entreprise, qui plus est appliquées par des bureaucrates qui ne les maîtrisent pas toujours, dans le cénacle académique ? Était-il nécessaire d’introduire une concurrence entre les équipes à force de stimuli financiers alors qu’à titre individuel les chercheurs vivent déjà dans un univers hautement concurrentiel, non pas seulement pour les postes, mais bien davantage pour la reconnaissance de leur pairs ? Compétition oblige, ne fallait-il pas mieux alors jauger l’excellence des résultats que celle des projets ?

La recherche en SHS, dont les besoins et les pratiques sont à l’opposé de ceux des sciences dites « dures », et a fortiori sur l’aire sud-est asiatique où les spécialistes sont moins nombreux que dans les études japonaises ou sinologiques, ne gagne rien à être diluée dans de vastes entités où les questionnements très spécifiques qui sont les siens sont difficilement compris. Héritière des clercs de l’époque médiévale, elle nécessite à la fois des temps de confinement solitaire pour élaborer ses problématiques, autant qu’une mise en commun des compétences permettant d’en formuler les éléments de réponse. À cette deuxième fin, une bonne connexion DSL suffit, assortie d’une structure de liaison efficace faisant circuler l’information – en temps réel. En revanche l’inflation chronophage des réunions et des productions administratives, imposée par la multiplication des niveaux de tutelle, obère gravement la productivité du chercheur, allant à l’encontre des impératifs de rentabilité économique qui lui sont désormais imposés.

Marie-Sybille de Vienne est économiste et géopolitiste, professeur des Universités, Directrice du Centre d’études de l’Asie du Sud et du Sud-Est (CEASSE, ASIES EM 4512, INALCO), du Centre de préparation aux échanges internationaux (CPEI) et de la revue Péninsule.

Retrouvez le profil de Marie-Sybille de Vienne, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : DE VIENNE, Marie-Sybille, « Les études Sud-est asiatiques en France entre Pékin et Pecus », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/366]

Christian Hoste : Les défis du secteur agricole

INTRODUCTION

La région Asie-Pacifique héberge 57% de la population mondiale et 73% de la population agricole mondiale sur seulement 1/3 des terres agricoles. Elle produit toutefois 90% de la production mondiale de riz, 40% de la production de céréales et 40% de la production de viande et représente 70% du marché mondial des légumes et 80% de celui de l’aquaculture. Malgré ces performances, 63% de la population mondiale vivant sous le seuil de pauvreté et souffrant de la famine se trouve encore dans la région. Les défis posés au secteur agricole sont donc immenses et des réponses urgentes doivent y être apportées.

PRINCIPAUX CHANGEMENTS INTERVENUS DANS LA RÉGION

Les principaux changements intervenus dans la région sont :

  • Une insécurité alimentaire et nutritionnelle croissante

Conséquence d’une densité de population très élevée et de la présence de 642 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté !

  • L’impact de la crise économique mondiale et l’instabilité des marchés

Les produits alimentaires domestiques ont subi en Asie une inflation moyenne entre 10 et 20% (cf. Vietnam) en 2011. D’après la Banque Asiatique de Développement (ADB, 2011), une augmentation de 10% des prix alimentaires entraîne 64 millions de personnes de plus dans l’extrême pauvreté dans les pays d’Asie en développement (3,3 milliards d’habitants).

  • Une croissance rapide de l’urbanisation

En 2050, 63% de la population de la région vivra dans des zones urbaines ! Ce phénomène et l’émergence d’une classe « moyenne » de population entrainent des changements de mode de vie, la recherche de produits de bonne qualité sanitaire et l’apparition de régimes alimentaires différents et plus diversifiés, eux-mêmes favorisés par l’apparition de grandes chaînes de distribution de produits alimentaires.

  • Le changement climatique

L’apparition d’événements extrêmes plus fréquents et plus intenses entraîne une augmentation des risques sanitaires (maladies émergentes, zoonoses, etc.), une forte pression sur la biodiversité (selon PACE-NET, 2012, la Papouasie Nouvelle Guinée possède 5% de la biodiversité mondiale sur moins de 1% de l’ensemble des terres !) et une vulnérabilité plus grande pour les populations (tremblements de terre, inondations, tsunamis, etc.). En 2011, 42% des catastrophes naturelles au niveau mondial ont eu lieu en Asie, 90% du total des pertes humaines et 73% du total des personnes affectées proviennent de cette région. Enfin, beaucoup d’îles et de régions côtières de la zone sont situées à moins de 10 mètres au-dessus du niveau des océans et les derniers rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) font état d’une élévation du niveau des océans en 2100 entre 18 et 60 cm, menaçant les bassins rizicoles que sont les deltas des grands fleuves asiatiques.

  • Une pression foncière croissante sur les terres disponibles et une compétition entre production alimentaire, production de fourrages et production d’énergie

Les conséquences en sont une dégradation rapide des sols (érosion, perte de fertilité), la déforestation, la conversion de terres agricoles en zones industrielles ou en grandes plantations (palmiers à huile, hévéa) et une compétition très forte sur les ressources en eau agricole.

FORCES ET FAIBLESSES DE LA RECHERCHE AGRICOLE FRANÇAISE

Les principaux acteurs français de la recherche agricole en Asie sont le CIRAD (Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement) et l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement). L’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) collabore principalement avec les pays émergents (Chine et Inde) et de l’OCDE (Australie, Nouvelle Zélande, Japon) de la région.

Le CIRAD et l’IRD ont chacun une cinquantaine de chercheurs affectés en Asie, régions qui bénéficient également chaque année de 1 200 à 1 500 jours de missions et services d’appuis de chacun de ces deux organismes.

FORCES                                                      

  • Une approche régionale en partenariat ;
  • Une approche multidisciplinaire ;
  • Un large éventail de conditions sociales, économiques et environnementales étudiées ;
  • Une renommée mondiale de R&D en agronomie tropicale et notamment sur la question des risques sanitaires (maladies émergentes et zoonoses), enjeu majeur dans la région ;
  • Un partenariat ancien et des relations de confiance ;

 FAIBLESSES

  • Des ressources humaines insuffisantes pour traiter des problèmes à grande échelle ;
  • Un manque de compétences sur les questions socio-économiques et d’urbanisation ;
  • Un accès trop faible aux grands financements internationaux sur la région ;

OPPORTUNITÉS

  • La mobilisation d’équipes de recherche de certains pays qui peuvent s’autofinancer (Brunei, Malaisie, Singapour, etc.) ;
  • Les possibilités de coopérations européennes et de partenariats avec les pays de l’OCDE de la région comme l’Australie, la Nouvelle Zélande ou le Japon ;
  • La mise en place de programmes pilotes et de dispositifs régionaux de recherche et d’enseignement en partenariat ;

RISQUES

  • La possible réticence de certains pays, d’organismes de recherche ou d’universités de la région à collaborer entre eux ;
  • Une offre souvent plus compétitive et attractive des autres coopérations sous-régionales et internationales ;

Source : d’après l’IRD, 2012.

THÉMATIQUES ET AXES DE RECHERCHE ÉMERGENTS

L’Association Asie-Pacifique des institutions de recherche agricole (APAARI, 2009) a identifié trois grands axes de recherche au niveau régional, tout en reconnaissant que les actions et les priorités peuvent varier en fonction des sous-régions (Asie du Sud, Asie du Sud-Est et Pacifique) :

  • Augmenter la productivité, notamment pour les produits de base et ceux qui favorisent la diversification des revenus agricoles, en mobilisant les sciences et technologies ;
  • Encourager la création et améliorer la gestion des filières (infrastructures et accès aux marchés pour les producteurs ; réseaux/partenariats publics-privés, identification de marchés de niche, etc.) ;
  • Accroître la résilience dans deux domaines : le changement climatique et les chocs économiques.

L’APAARI a également identifié trois thèmes qui s’appliquent à chacun de ces trois axes : la bonne gouvernance, le rôle des femmes et la formation.

Ces priorités de recherche ont été confirmées par la 13ème conférence régionale de la FAO pour l’Asie et le Pacifique (FAO, 2010) qui a identifié 5 priorités stratégiques pour assurer la sécurité alimentaire de la région.

Du côté français, l’IRD met en place un Programme Pilote Régional (PPR) dénommé SELTAR qui couvre principalement le sous-continent Indien, l’Asie du Sud-Est continentale et les archipels d’Asie du Sud-Est. Plusieurs axes de recherche sont identifiés pour chacune de ces régions avec un axe transversal commun sur : « Prévisions, évaluations et mitigations des risques en Asie » (IRD, 2012). Les axes de recherche du CIRAD dans la région sont :

  1. la lutte contre la pauvreté et les inégalités ;
  2. le changement climatique et la pression sur les ressources ;
  3. la conservation de la biodiversité ;
  4. la lutte contre les maladies émergentes.

Dans le cadre de sa nouvelle stratégie, le CIRAD concentre ses forces dans des dispositifs de recherche et d’enseignement en partenariat (DP) dont quatre en Asie, les deux derniers étant conduits en association avec l’IRD :

  1. l’agriculture de conservation (CANSEA) ;
  2. les liens entre agriculture et marchés des villes (MALICA) ;
  3. la gestion des risques émergents (GREASE) ;
  4. une plateforme de recherche sur l’hévéa (HRPP) (CIRAD, 2012).

COMMENT AMÉLIORER ET ACCROÎTRE LA PRÉSENCE DE LA RECHERCHE FRANÇAISE

Cet objectif ne pourra être atteint que si des changements interviennent à différents niveaux :

  • En termes de géopolitique. La France qui a donné depuis de nombreuses années la priorité à l’Afrique et à la Méditerranée devrait reconsidérer ce choix au regard des enjeux (et risques qui leur sont liés) que présentent les régions d’Asie et du Pacifique, tant sur le plan économique (marchés d’avenir gigantesques) qu’humain (sécurité alimentaire et qualité nutritionnelle) et scientifique (la Chine sera dans le « top 10 » des publications scientifiques en sciences agricoles et environnementales dans les 3 prochaines années).
  • En termes de stratégie scientifique. Les frontières entre compétition et partenariat sont remises en question par l’émergence de grands programmes mondiaux (par ex. les programmes du Groupe Consultatif pour la Recherche Agricole Internationale – CGIAR ; l’Initiative internationale de recherche sur l’amélioration du blé – INRA), d’alliances mondiales (par ex. Global Research Alliance on agriculture greenhouse gases – GRA), de consortia (par ex. l’International Wheat Genome Sequencing Consortium), etc. Il est donc indispensable que les grands organismes de recherche (CIRAD, CNRS, IFREMER, INRA, INRIA, INSERM, IRD, IRSTEA, etc…) et les universités s’informent mutuellement de leurs programmes de coopération internationale pour développer des synergies et mieux participer à la conception, l’exécution et la gouvernance de ces diverses initiatives mondiales dans lesquelles on trouve de nombreux acteurs d’Asie et du Pacifique. L’ampleur et la complexité des enjeux plaident également pour une approche européenne plutôt que nationale. La création d’une maison européenne de la science et de l’innovation en Inde coordonnée par la France est une piste intéressante à explorer et à développer.
  • En termes d’offre et d’opérateur. Le système français demeure très fractionné (nombreux acteurs ; offres dissociées de recherche et de formation ; programmes et acteurs sur le terrain insuffisamment coordonnés) et est donc complexe, peu lisible et peu attractif. La création de l’AIRD (Agence inter-établissements de recherche pour le développement) en 2006 et d’Agreenium en 2009 pour développer une offre consolidée recherche – formation – développement en agrosciences et la promouvoir à l’international sont un début de réponse aux attentes des partenaires.
  • En termes de moyens. La France est le seul pays de l’OCDE qui maintient une politique active d’expatriation de chercheurs au sein des structures partenariales nationales. Cette présence au quotidien et sur le long terme, appuyée par de très nombreuses missions, est un atout incontestable pour une meilleure connaissance des enjeux et questions de recherche qui se posent dans les différents pays et pour le rayonnement de la recherche française. Elle a toutefois un coût financier important que les agences françaises (ANR, AFD, AIRD) prennent insuffisamment en compte. De même, les critères d’évaluation de l’AERES ne reconnaissent pas suffisamment les spécificités de « la recherche pour le développement » et rendent de plus en plus difficile le recrutement et la mobilité des jeunes chercheurs dans les pays en développement.

Le 21 juin 2012

Christian Hoste est Directeur adjoint et directeur des relations internationales d’Agreenium (CIRAD). Agreenium est un établissement public de coopération scientifique (EPCS). Il a été fondé par deux instituts de recherche, le CIRAD et l’INRA, ainsi que par quatre écoles : AgroParisTech, SupAgro, AgroCampus Ouest et l’école nationale de vétérinaire de Toulouse.


Contact : christian.hoste@agreenium.org

Références

APAARI, 2009. Expert Consultation on Agricultural Research for Development in Asia and the Pacific – the Way Ahead, 30-31 October 2009, Bangkok, Thailand.

ADB, 2011.Global Food Price Inflation and Developing Asia. Mandaluyong City, Philippines: Asian Development Bank.

CIRAD, 2012. Le CIRAD en Indonésie et en Asie du Sud-Est. Jakarta, Indonésie.

FAO, 2010. FAO Regional Priority Framework for Asia and the Pacific (2010-2019): Towards Food Security in the Region. FAO, Rome.

IRD, 2012. Soils, Waters, Coastal Zones and Societies Facing Risks in Southern and Southeast Asia – SELTAR. Ird,

PACE-NET, 2012. Pacific Europe Network for Science and Technology. Press release. Noumea, 10 April 2012.

Remerciements

Bernard Charpentier (CGAAER) ; Jean-Charles Maillard et Gilles Saint-Martin (CIRAD/Agreenium) ; Sloan Saletes (CIRAD) ; Clotilde Fournier (MAA/DGER) et Christian Valentin (IRD).

 

Pour citer ce billet : HOSTE, Christian, « Les défis du secteur agricole », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/361]

Cécile Sakai : Une mondialisation multipolaire en Asie orientale

Réseau Asie — Quels sont les changements radicaux intervenus dans la région du monde de votre aire de compétence ?

Cécile Sakai En Asie orientale, on assiste à un changement de paradigmes économiques et culturels et à une montée en puissance par rapport à l’Europe ou aux États-Unis. En inter-asiatique, la Chine est en voie de devenir une super-puissance, malgré des fragilités structurelles. La vague asiatique culturelle est toujours menée par le Japon (restes de la puissance passée ?), à laquelle contribuent la Corée, Taiwan et, désormais, la RPC : un ensemble pop, jeune, alternatif, technologique, avec un marché exportateur (cf. Études d’Iwabuchi Kôichi). Une mondialisation multipolaire se met en place.

Réseau Asie — Quel est l’état des forces et des faiblesses de la recherche française dans votre aire culturelle ?

Cécile Sakai — La transition est en cours, y compris générationnelle, des recherches sur les « civilisations » vers des recherches en sciences sociales du monde contemporain. Sans doute un cycle s’achève, avec sa dominante classique et ses travaux archéologiques, historiques, documentaires, religieux ou littéraires. Cet ensemble a composé un pôle d’excellence des spécialistes français : il conviendrait de maintenir le niveau de cette expertise dans les années à venir. Mais de nouvelles pistes doivent être explorées, pour reconfigurer les études aréales au 21e siècle. Un accent particulier me semble devoir être porté sur les questions de globalisation, associées aux questions de mutations technologiques, d’ailleurs liées, et qui transforment en profondeur les corpus étudiés par les chercheurs du contemporain. Recherches de normes et d’outils d’évaluation.

Réseau Asie — Quelles sont les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents ?

Cécile Sakai Dans l’ensemble, on assiste au développement de travaux pluridisciplinaires, voire interdisciplinaires, autour de thématiques ou de périodisations communes. Il y a un accroissement des programmes collectifs, souvent renforcés par les incitations institutionnelles (appels à projet, soutiens financiers, évaluation des équipes de recherche, etc.). On constate également l’essor des rencontres scientifiques régionales, qui cherchent par la comparaison à faire émerger les spécificités d’aires géopolitiques dépassant les frontières linguistico-culturelles. Lorsque le terreau commun est historique, ces travaux trouvent une pleine légitimité. Pour autant, les recherches aréales, spécialisées, doivent aussi être poursuivies, sous peine de perdre les compétences qui permettent notamment les échanges internationaux les plus fructueux avec les équipes locales, sur place.

Du point de vue des nouvelles thématiques, on constate l’émergence de recherches plus globales, ménageant une place particulière aux questions de transferts culturels, de traduction (au sens large du terme), de circulation des savoirs, c’est-à-dire travaillant sur les médiations et les négociations, ainsi que sur leurs effets.

Réseau Asie — Quelles mesures permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française… ?

Cécile Sakai Il faudrait sans doute une moindre dispersion des équipes, mais la problématique s’est complexifiée depuis cinq ans, avec les restructurations en cours, notamment universitaires (PRES, Labex, Idex, etc.). Pour véritablement créer des synergies scientifiques, il faudrait dépasser les logiques de regroupement institutionnel, pour aller vers les transversalités et coopérations effectives et reconnues dans le domaine de la recherche. Il faudrait également protéger les temps de recherche individuelle, notamment pour les EC des universités (systématisation des délégations CNRS par exemple), qui subissent l’accroissement exponentiel des charges administratives et pédagogiques. La recherche fondamentale, de longue durée, doit retrouver une place de choix, pour permettre à de véritables « œuvres » scientifiques (monographies dans le cadre des LLSHS) de rénover le cadre épistémologique en construisant de nouvelles théories et méthodologies, adaptées au 21e siècle.

Visibilité et internationalisation : le problème de la langue de communication et de la diffusion est récurrent. Dans une ère dominée par l’anglais, les travaux francophones souffrent des limites de leur champ de réception. Si des traductions plus systématiques sont à encourager et à soutenir (financièrement), les solutions ne se limitent sans doute pas à l’outil seulement. Certaines délégations CNRS (voir aussi avec les IEA et leurs partenaires étrangers) pourraient être organisées dans le cadre de conventions d’internationalisation (d’ailleurs en réciprocité). La valorisation des travaux en langues locales de l’Asie (interactions) est également nécessaire.

27 avril 2012

Cécile Sakai, spécialiste des littératures modernes et contemporaines du Japon est professeur à l’université Paris Diderot et chercheur au Centre de Recherches sur les Civilisations de l’Asie Orientale, CNRS/EPHE/Université Paris Diderot (UMR 8155), rattachement secondaire Collège de France : Japon, littérature et culture modernes et contemporaines

Retrouvez le profil de Cécile Sakai, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : SAKAI, Cécile, « Une mondialisation multipolaire en Asie orientale », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/359]

Henri-Paul Francfort : L’archéologie en Asie centrale

Réseau Asie — Quels sont les changements radicaux intervenus dans la région du monde de votre aire de compétence ?

Henri-Paul Francfort  —  La fin de l’URSS ainsi que les conflits et rivalités nationales qui ont suivi en Asie Centrale rendent aujourd’hui très difficile d’organiser une activité de recherche sur l’ensemble des cinq républiques de la région, alors que de nombreuses questions scientifiques requièrent une telle vue d’ensemble.

Réseau Asie – Quel est l’état des forces et des faiblesses de la recherche française dans votre aire culturelle ?

Henri-Paul Francfort  —  L’on peut constater la force en Asie centrale du dispositif archéologique français des « anciennes générations» qui sont en poste (CNRS principalement) et qui ont été formées dans les instituts de la zone, ainsi que le dynamisme de l’intérêt de la relève, même si , pour certaines disciplines, qui ne sont pas enseignées dans nos universités, les obstacles sont nombreux et  l’avenir très incertain ; les faiblesses résident dans les difficultés rencontrées pour la formation, notamment à faire séjourner les jeunes suffisamment longtemps dans les pays pour qu’ils forment les réseaux de collègues avec lesquels ils travailleront tout au long de leur carrière (à ce sujet, les difficultés de l’IFEAC et la situation de l’IFRI et de la DAFA sont inquiétantes) ; une autre difficulté est celle du recrutement dans les domaines les moins battus (disciplines ou zones au sein des aires de l’Asie centrale) ; enfin, l’on rencontre des difficultés (finances, hébergement, durée) pour l’accueil en formation ou en stage de haut niveau, ou même technique, des partenaires des coopérations archéologiques, ce qui nous met en position concurrentielle affaiblie par rapport à d’autres nations mieux dotées ou organisées ;

Réseau Asie – Quelles sont les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents ?

Henri-Paul Francfort  —  L’on peut mentionner, pour l’archéologie :

  1. la santé : paléopathologies, historique des maladies, épidémies ;
  2. eau : historique dans la longue durée de la gestion et utilisation ; irrigations ; désertification ;
  3. changement climatique (du Pléistocène et Holocène à l’actuel) et conséquences historiques anciennes et/ou menaces sur le patrimoine (fonte du pergélisol des tombes gelées par exemple) ;
  4. paléo(archéo)-environnement et sociétés : déterminismes pesant sur les évolutions dans la longue durée et adaptations (domestications d’espèces, nomadisme, etc.) ;
  5. grands outils typologies et corpus, bibliographies et scannage de publications, corpus de pétroglyphes, de poteries antiques par exemple ;
  6.  caractéristiques et évolution des populations des origines à l’actuel : la paléoanthropologie des vestiges osseux ou des momies ; les questions de grandes migrations, de l’émergence du nomadisme et leurs corrélats anthropologiques et linguistiques ;
  7.  modélisation des économies et éventuellement des sociétés : à l’aide de systèmes multi-agents et au cours des âges, voir le programme européen simulpast (site web) ;
  8.  art et idéologie : représentation des mondes par les images et les arts, en longue durée ; exploitation politique actuelle de formes artistiques anciennes ;
  9. anciennes sociétés centrasiatiques : cultures et civilisations, structures, évolutions ;  l’Asie centrale s’écarte du modèle canonique de l’émergence à la protohistoire de l’urbanisation et de l’État, qui est  fondé sur les données égyptiennes et proche-orientales ; comment, pourquoi ?
  10. indispensable et stimulante coopération européenne et internationale : voir ci-dessus « g » par exemple ;
  11. nécessité de socles institutionnels et professionnels stables noyaux durs de la recherche de longue durée ;

Réseau Asie – Quelles mesures permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française… ?

Henri-Paul Francfort  —  Il semble primordial de pouvoir envoyer sur le terrain dans les pays pour des séjours de longue durée de jeunes (et moins jeunes) chercheurs ; de faire venir les collègues et partenaires étrangers ; de créer des événements scientifiques de haut niveau bi- ou multinationaux et multidisciplinaires ; de mettre en place un dispositif coordonné à moyen terme, solide et stable (Écoles, Universités, Instituts, IFRE, postes à planifier pour affichages).

Henri-Paul Francfort est archéologue, spécialiste de l’Asie centrale et directeur de recherche au CNRS (ARSCAN, archéologies et sciences de l’Antiquité).

Retrouvez le profil de Henri-Paul Francfort, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : FRANCFORT, Henri-Paul, « L’archéologie en Asie centrale », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/357]

Maryvonne Nedeljkovic : Les États insulaires d’Océanie/Mélanésie

Les États insulaires indépendants d’Océanie (en relation avec la Mélanésie), démocraties établies de longue date (Australie, Nouvelle-Zélande) ou récemment acquises (Vanuatu), voire toujours en cours d’élaboration (Fidji), ou encore la Collectivité territoriale à gouvernement collégial de Nouvelle-Calédonie seront, selon toute vraisemblance, le théâtre d’événements majeurs au cours du XXIème siècle.

L’Australie et la Nouvelle-Zélande sont certainement les deux États démocratiques influents de la région Océanie/Mélanésie. Ces deux pays ont  un rôle politique et économique reconnu, important au plan international et déterminant au plan régional. Dans la région Océanie, ils sont en constantes et étroites relations avec les petits États insulaires de Mélanésie. Ils y ont souvent un rôle de conseillers, d’arbitres et de modérateurs.

Les histoires coloniales et postcoloniales de tous les pays d’Océanie/Mélanésie les inscrivent aujourd’hui dans une réflexion politique, sociale et économique qui les relie à la fois aux événements des pays de l’Europe et de l’Union européenne ; aux pays d’Asie (Asie du sud, du Sud-est, du Centre et du Nord, par le biais de l’ASEAN et de l’APEC ) et à l’ensemble des États d’Océanie/Mélanésie qui ont accédé à l’indépendance politique dans les années 1970 : Fidji (1970), PNG (1975),  les îles Salomon (1978), Vanuatu (1980). De plus, à partir de la Deuxième Guerre mondiale, diverses îles ont établi des liens privilégiés avec les États-Unis d’Amérique, liens qu’ils maintiennent pour assurer la sécurité et la stabilité de la région : Australie, Nouvelle-Zélande, PNG, Fidji, îles Salomon.

Étudier les États insulaires d’Océanie/Mélanésie implique donc des connaissances historiques, politiques et sociologiques scientifiquement étayées afin de comprendre les enjeux subrégionaux, régionaux et internationaux de l’Océanie. Sans aucun doute ces enjeux dépassent de loin le strict cadre géographique des États concernés comme l’ont fort bien compris par exemple Fidji, la Papouasie Nouvelle Guinée, sans parler de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande. La subtilité diplomatique de ces pays les fait utiliser des cartes complexes dans leurs alliances tant politiques qu’économiques. Par exemple, afin d’être des intervenants crédibles dans les instances internationales, ils utilisent leurs droits de vote comme outil démocratique de pression sur d’éventuels  partenaires économiques, voire stratégiques.

C’est ainsi que les politiques récentes d’investissements de la Chine, de l’Inde, et du Japon, dans une course aux matières premières et à l’expansion de leurs partenariats commerciaux dans les États en voie de développement économique sont des signes clairs du potentiel régional des États insulaires. (Cf. PNG ou Fidji avec la Chine, l’Inde ou le Japon).

Mais, dans leur désir de reconnaissance internationale, les États insulaires d’Océanie/Mélanésie qui ont une majorité de populations autochtones, sont soumis à des soubresauts culturels sans précédents qui remettent en cause les équilibres hiérarchiques claniques traditionnels et les notions tribales de propriété, en particulier de propriété foncière, ou de propriété du littoral maritime. Afin d’apprécier les évolutions de ces nouvelles sociétés, il faut donc connaître les étapes sociales de transition de sociétés rurales vers des sociétés urbaines, ce qui modifie en profondeur les relations humaines et les codes comportementaux traditionnels.

En effet, ces sociétés nouvelles sont confrontées aujourd’hui au respect de constitutions écrites qui ont imposé la reconnaissance légale de citoyens égaux, hommes et femmes. Ces nouvelles démocraties parlementaires protègent par leurs constitutions écrites les libertés fondamentales de chaque citoyen, en particulier le droit à la parole et le droit à l’action. Parallèlement aux États, des « nations » s’organisent donc autour de valeurs d’allégeance aux chefs d’État, même quand les Chefs coutumiers conservent une autorité morale réelle comme par exemple, le Grand Conseil des Chefs du Vanuatu qui est aussi un corps constitutionnel. Cela suppose pour ceux qui s’intéressent à ces pays d’en connaître à la fois les droits coutumiers complexes, les évolutions constitutionnelles en cours et les fonctionnements spécifiques entre ces deux modes référentiels.

Dans ces sociétés où les anciennes responsabilités des hiérarchies tribales tendent à être partagées, au mieux, avec celles de l’État, et où le pouvoir de décision n’est plus dans les seules chefferies, une certaine déstabilisation sociale peut se faire jour. Ces mutations profondes de sociétés rurales vers des sociétés urbaines doivent donc être « accompagnées » pour éviter des tentations déviantes, surtout parmi les jeunes non diplômés, non qualifiés, pour lesquels « vie urbaine » est souvent associée à « vie facile » dans tous les sens du terme. Des études sur les causes de violence et de délinquance urbaines sont souhaitables afin de mesurer la vulnérabilité d’individus tentés par toutes les sources possibles d’argent facile. Douanes ; services internationaux de surveillance doivent être formés de façon spécifique au fonctionnement de ce type de sociétés.

Afin d’établir des connaissances fiables et de proposer des interprétations rigoureuses, il est souhaitable de former des étudiants spécialisés dans plusieurs disciplines complémentaires, et non pas dans une seule. De plus ces étudiants devraient pratiquer les langues majeures utilisées dans les pays de spécialisation, comme par exemple le fidjien qui est parlé pratiquement partout en Mélanésie. (Il est possible aujourd’hui de l’apprendre « en ligne » ; site : « Apprendre à parler fidjien »). Les langues océaniennes sont trop nombreuses pour être toutes pratiquées (Cf. l’article en ligne de Claire Moyse-Faurie,  Directeur de recherche au CNRS, Les langues du Pacifique), mais une fois une langue de base acquise pendant les études, des séjours linguistiques en des pays déterminés faciliteront l’acquisition de telle ou telle langue particulière.

Pour terminer cette vue d’ensemble de la région Asie-Pacifique/Océanie, ces mutations socio-économico-politiques s’expriment dans diverses formes de créations artistiques, tant traditionnelles qu’innovatrices. Musiques, peintures, sculptures, arts vidéo, films, littératures sont autant de moyens de s’imprégner de la richesse culturelle de ces divers peuples et d’avoir de riches échanges personnels avec leurs représentants. Le contact humain et la confiance d’individu à individu est primordiale dans tous ces États d’Océanie/Mélanésie.

L’Asie-Pacifique/Océanie un axe privilégié d’études supérieures en France pour le XXIème siècle :

Les nombreux secteurs des évolutions en cours évoquées pour la région Asie-Pacifique/Océanie au XXIème siècle montrent combien il sera important pour tout intervenant dans le Pacifique sud d’y être un acteur fiable, et partant, bien informé. La France fait partie des puissances dans le Pacifique sud, et pouvons-nous dire, des puissances DU Pacifique sud/Océanie. À ce titre elle a pu négocier en 2011-2012 un rôle stratégique renforcé, en partenariat avec les démocraties d’équilibre de la région : l’Australie et la Nouvelle-Zélande. La Nouvelle-Calédonie est à ce titre perçu par les pays cités comme l’espace sécuritaire nécessaire en cas de déstabilisation ponctuelle ou générale de cet ensemble géopolitique. Les uns et les autres ont récemment évoqué, par exemple, les éventualités positives et/ou négatives d’une région qui deviendrait plus ou moins délibérément dépendante du « dilemme de l’Oncle Sam et du Panda » ou bien d’un axe économico-politique Japon-Océanie.

Rappelons que depuis une visite dans la région Pacifique au cours du dernier trimestre 2010, Mme Clinton n’a  cessé de réaffirmer l’engagement constructif et la volonté de partenariat de l’administration du Président Obama dans cette partie du monde. Outre bien sûr l’Australie et la Nouvelle-Zélande, tous les petits États insulaires sont concernés par ce retour de la politique US dans le Pacifique sud, y compris Fidji, dont le processus de démocratisation « progressive » a été  désapprouvé par l’Australie et la Nouvelle-Zélande, et le Commonwealth des Nations, mais soutenu par les USA. Dès 2010 Mme Clinton avait  aussi souligné devant les Sénateurs que la plupart des États insulaires océaniens, à son sens, pouvaient être considérés comme des alliés fiables de longue date des États-Unis. C’est encore vrai, mais il faut avoir conscience que les relations diplomatiques de ces petits États insulaires sont devenues des « monnaies d’échange » pour les pays en voie de développement. L’exemple de Fidji est typique de ces nouveaux jeux d’alliance, le Contre-amiral Premier ministre Franck Bainimarama vantant la façon de penser et d’agir de la Chine vue par lui comme ayant une pensée politique « visionnaire » dans le Pacifique. Depuis 2006 les relations de Fidji avec la Chine s’étaient intensifiées suite à l’incompréhension de la politique de démocratisation des structures politiques fidjiennes de la part de l’Australie en particulier.

Notons que le 21 juin 2011, les États-Unis ont inauguré leur « super-ambassade » à vocation régionale à Tamavua, (banlieue de Suva, Fidji), « symbole de la présence et de l’engagement américain dans la région du Pacifique insulaire » avait déclaré M. Steven McGann, ex-ambassadeur américain pour le Pacifique. « C’est un exemple de l’engagement grandissant de l’Amérique dans la région Pacifique ». C’était aussi sans doute une réponse à l’inauguration, avec faste par Pékin à Suva, de l’ambassade de Chine quelques mois plus tôt. En mai 2011 les États-Unis avaient nommé Mme Frankie Annette Reed, directrice adjointe à la direction des Affaires du Pacifique et de l’Asie du sud-est au Département d’État américain, ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire des États-Unis à Fidji. C’est dire l’importance de la région Asie-Pacifique pour les États-Unis, politique défendue énergiquement par Mme Hillary Clinton devant le Sénat américain en mars 2011 devant lequel elle évoquait ouvertement le contexte de « realpolitik » et de concurrence des US avec la Chine.

Notons encore que 2012 fêtera le quarantième anniversaire des relations officielles entre l’Australie et la Chine ;  et que 2012 poursuivra activement, entre les deux pays, les négociations engagées depuis 2005 pour conclure, dans un proche avenir, un ambitieux Traité de Libre Échange entre les deux pays.

Rappelons aussi que 2012 a réuni à Okinawa (Japon) le 6ème sommet du PALM (Pacific Alliance Leaders Meeting). Le PALM a été établi par le Japon en 1997 pour mettre en place une politique d’aide et de concertation avec les États insulaires du Pacifique, membres du Forum. Le PALM se réunit tous les trois ans. Cette politique de la « main tendue », du « Kizuna », initiée par le Japon,  a séduit en particulier les jeunes États qui peuvent discuter avec le Japon de problèmes concrets communs et essayer de leur trouver des solutions pragmatiques rapides et innovantes. Les souvenirs encore douloureux de la guerre du Pacifique disparaissent avec les Anciens, et les jeunes générations veulent construire une autre image d’un Pacifique solidaire et dynamique. L’Australie et la Nouvelle-Zélande  sont membres du PALM; et  les États-Unis ont été invités pour la première fois cette année au sommet d’Okinawa. Outre les discussions récurrentes concernant les moyens de réduire les émissions de CO2 et les effets de serre dans les îles du Pacifique, des thèmes très urgents ont été mis en avant comme les nouvelles sources d’énergie renouvelable, la désalinisation de l’eau de mer, la protection scientifique de la biodiversité, le développement d’économies durables et les questions maritimes ; la réduction des importations par les jeunes États encore économiquement fragiles, et la participation de ces petits États à de nouvelles formes de partenariats industriels comme sources de revenus . Ces discussions très terre-à-terre s’accompagnent de l’offre de formations accélérées au Japon pour 300 jeunes étudiants prometteurs par an, qui se voient attribués des bourses d’étude au Japon. Politique déterminée dans des secteurs innovants donc, mais qui pourrait stimuler d’autant la concurrence  de la Chine.

C’est pourquoi un équilibre régional, et par voie de conséquence mondial, bien pensé, et bien mis en œuvre,  inclus nécessairement une puissance qui n’a pas besoin de pratiquer régionalement une course aux zones d’influence pour s’assurer une reconnaissance internationale; une puissance qui n’a pas de visée dominatrice en termes de puissance politique régionale et mondiale ; une puissance qui n’achète pas la liberté d’expression de ses voisins régionaux par une politique du « carnet de chèque » sans concession ; enfin une puissance qui cherche avant tout la conciliation avec les peuples en émergence plutôt que leur exploitation socio-politico-économique. La France correspond à ce profil et  c’est pourquoi elle ne doit pas se laisser enfermer  dans une image réductrice de « puissance colonisatrice » ou dans une image restrictive de « force d’appoint » de secours en cas de catastrophes naturelles, ou encore de force de sécurité maritime dans cette région du monde.

Certes son passé dans la région l’unit de façon spécifique aux peuples locaux, mais pas plus que les autres pays issus de volontés colonisatrices régionales passées. Sa politique socio-économique a permis des avancées juridiques et politiques appréciées qui peuvent encore progresser dans un processus de concertation envié dans d’autres États régionaux en voie de consolidation. Certes la France apporte toutes les fois nécessaires, tout son savoir-faire et sa solidarité dans les moments difficiles vécus par les divers petits États insulaires de la région. Mais si elle peut mener ces politiques d’amicale attention aux autres États c’est parce qu’elle est, régionalement et internationalement, une puissance stable et pondératrice. La politique de la « main tendue », elle l’a elle-même pratiquée depuis 1947 en tant que membre de la « Commission du Pacifique Sud » aujourd’hui appelée la Communauté du Pacifique (CPS).

Depuis sa création cette structure a mis de côté toute implication politique de ses membres  et a focalisé ses actions aux domaines sociaux, humanitaires et scientifiques dans les pays partenaires. De même, de nos jours, la mission du CPS dans laquelle la France est pleinement engagée, consiste à aider les peuples océaniens à gérer leurs ressources en vue d’un développement économique et social durable, et ceci dans un souci de préserver  les écosystèmes existants. La CPS, basée en Nouvelle-Calédonie, offre une assistance technique, des formations techniques et professionnelles aux populations locales et organise des travaux de recherche avec les pays concernés. Ces services sont proposés à la fois en anglais et en français, les deux langues officielles de la CPS.

Alors pourquoi  des pays défendant de mêmes projets ne pourraient-ils pas se rapprocher, sous une forme ou une autre, du PALM ? Cela permettrait d’aborder des thématiques identiques avec plus d’efficacité; cela  permettrait de ne pas se contenter des acquis de mécanismes de fonctionnement anciens et cela permettrait dans le même temps de trouver des énergies nouvelles pour stimuler, en accéléré, des projets futuristes communs. Par exemple, des projets de recherches conjoints en biodiversité, biosécurité, climatologie, qui pourraient susciter la création de consortium de recherches, comme celui signé entre la France et la Nouvelle-Zélande scientifique (GOPS et NIWA) en juin 2012. Ce type d’accord renforce les liens de coopérations entre les diverses communautés du Pacifique qui mettent ainsi en commun la richesse de leur expérience de terrain et leur capacités créatrices. Ces futurs pôles d’excellence contribueraient à la compréhension entre partenaires régionaux d’une façon visible et respectueuse des avancées des uns et des autres. Et ils permettraient de valoriser des spécificités propres aux États de la région, souvent méconnues, voire inconnues, des communautés scientifiques plus traditionnelles.

De plus la France, en tant que membre de l’UE, se doit de promouvoir ses actions ciblées concernant tous les domaines de l’aide au développement dans le Pacifique, le groupement des pays de l’ACP prenant de plus en plus en compte les contextes très particuliers des évolutions de la région Asie/Pacifique. Les jeunes démocraties y sont dans une dramatique obligation d’évoluer techniquement et économiquement très rapidement, et ce, de façons adaptées à leurs écosystèmes, à leurs climats et à leurs types de sociétés.

C’est un vrai défi, et un véritable enjeu humain, pour les uns et pour les autres. Le XXIème siècle devrait pouvoir innover de concert avec ces nouvelles sociétés, pour ces nouvelles sociétés, dans des secteurs vitaux encore trop délaissés par les sociétés anciennes et traditionnalistes. C’est pourquoi il faut que, dans une politique nationale française, en symbiose avec les nouvelles donnes stratégiques dans le Pacifique, des formations spécifiques dans les nombreux domaines évoqués ici soient soutenues et créées, tant en métropole que dans les territoires du Pacifique.

Un exemple des possibilités de transmission et d’acquisition du savoir mises en œuvre dans le contexte universitaire français

 

À partir de 1992, l’université du Havre avait choisi de développer un pôle d’excellence en Études des pays d’Asie-Pacifique sous l’impulsion du Professeur Maryvonne Nedeljkovic :

En 1995, une maîtrise d’Anglais en Études du Commonwealth (années 1 et 2) avait ouvert la voie à ce pôle d’excellence en proposant aux étudiants des enseignements sur les stratégies politiques et économiques développées par le Commonwealth britannique, puis par le Commonwealth des Nations, incluant, entre autre, une approche de pays « neufs » dans l’hémisphère sud, tels l’Australie et la Nouvelle-Zélande. En 2004, cette maîtrise devenait Master (1 et 2), LLCE « Littératures, Imaginaires, Sociétés », en co-habilitation avec l’université de Caen, dans laquelle un parcours spécifique «Pays du Pacifique de langue anglaise » était proposé. Que ce soit à l’université du Havre comme à l’université de Caen, ces diplômes innovants attiraient un très grand nombre d’étudiants (entre 30 et 40 étudiants pour la seule université du Havre).

En 1996, l’université du Havre a renforcé le pôle d’excellence en ouvrant  le Centre d’Étude des Pays du  Pacifique (CEPAC) inauguré en 1997. Ce Centre était reconnu internationalement et était alors unique en France dans sa conception pluridisciplinaire et son fonctionnement thématique (Sciences humaines, Langues asiatiques, Science politique, Droit, Economie). Il a été intégré par la suite dans le laboratoire GRIC (plurilingue), reconnu par le Ministère en janvier 2004 comme « jeune équipe » (JE 2436). La nouvelle appellation de l’ex-équipe du CEPAC correspondait alors toujours à la vocation première des chercheurs qui ont continué d’y travailler : « Stratégies des Pacifiques ». Il est à regretter que cette équipe ait  été éliminée du laboratoire GRIC dès que le Professeur Nedeljkovic est partie en retraite en 2009. C’est là un point faible du système universitaire français qui ne se donne pas les moyens d’assurer la continuité des recherches impulsées et reconnues comme axe porteur d’un laboratoire par le Ministère. Afin de préserver une structure d’accueil autonome à ces chercheurs sur l’Asie-Pacifique et aux acteurs du tertiaire intéressés par cette région du monde, un Centre d’Étude privé, le CRESPAC, assure depuis novembre 2009 la continuité des réseaux de relations humaines et universitaires précédemment constitués, relations par cooptations, fondées sur l’amitié,  la compétence, le respect des individus.

Dans la logique de continuer à développer le pôle d’excellence en études pluridisciplinaires du Pacifique, l’université du Havre a demandé la création d’un DESS  en Droit des Affaires comparé européen et du Pacifique élaboré par Madame le Professeur B. Bourdelois (Droit privé) et Madame le Professeur Maryvonne Nedeljkovic (stratégie du Pacifique). La création de ce DESS a été accordée par le Ministère en 2001 ; renouvelée en 2004 : Droit des Affaires européen et des échanges avec le Pacifique et en 2007. Ce DESS a toujours compté,  jusqu’en 2009, entre trente et quarante étudiants.

Les enseignements en stratégies australiennes du Pacifique y comportaient les cours suivants, dispensés en anglais : « Australia as a Pacific Leader : a Stable Democracy and Developed Country in the Southern Hemisphere », ainsi que les Droits des Sociétés multiculturelles du Pacifique : « The Pacific Community. Towards a Redistribution of Roles (SPC – AOSIS – PIF) ; Regionalism vs Globalisation (PANG – PACER – PICTA – SPREP – FFA) ; Cooperation and Competition (PICT – SPARTECA) ; the USA and the Pacific Islands ; the EU and France in the Pacific ; Security in the Pacific islands.  

De plus, les étudiants du DESS/Master 2 se spécialisant dans les études du Pacifique ont bénéficié chaque année, depuis la création celui-ci, de stages dans des Sociétés ou des banques dans le Pacifique (Nouvelle-Calédonie, îles Cook, Australie) et remettaient pour l’obtention du diplôme des rapports de stages supervisés par le Professeur en charge des études des pays du Pacifique. Quelques-uns des sujets abordés pour les stages : le secret bancaire ; les comptes offshore ; la formulation des contrats d’exploitation commerciale; le droit du travail ; le droit des femmes ; les procédures de négociation avec les clans tribaux.

Le  but était de sortir d’études purement littéraires, intéressantes, utiles mais limitées dans leur utilisation pratique, afin d’ancrer de nouvelles options professionnelles pour une jeunesse prête à s’investir hors métropole. De 1995 à 2009 une politique universitaire de recherche cohérente avait donc pu être menée à l’université du Havre, facilitant des approches transversales et aidant la construction de véritables réseaux universitaires pluridisciplinaires. En témoignent les très nombreuses invitations, faites chaque année, de collègues étrangers participant aux colloques internationaux organisés par le GRIC/CEPAC à l’université du Havre, ou intervenant dans les diplômes ci-dessus mentionnés, à charge de réciprocité pour nous d’être invités dans les universités étrangères respectives.

Maryvonne NEDELJKOVIC, anthropologue et ethnologue, spécialiste de l’Océanie, est chercheur de l’Université du Havre à la retraite (Groupe de recherche Identités et cultures / GRIC – EA 4314).

Retrouvez le profil de Maryvonne Nedeljkovic, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : NEDELJKOVIC, Maryvonne, « Les États insulaires d’Océanie/Mélanésie », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/354]