Archives de catégorie : Version française

GRÈCE

Source :  Asian studies in Greece, Charalambos Tsardanidis, Institut des relations économiques internationales, IIER, Grèce (2009). Voir la présentation originale.

See the abstract in english/Voir le résumé en anglais.

La recherche sur les aires culturelles compte pour peu dans les programmes de recherche. Il s’est cependant manifesté pour elles un peu plus d’intérêt ces dernières années (au département des études turques et asiatiques de l’Université d’Athènes par exemple, ou par études sur les Balkans dans d’autres universités).

L’attention se porte plus sur les pays proches que sur l’Asie : Balkans, Moyen-Orient/études méditerranéennes, et encore plus sur les études européennes.

Il n’y a pas assez de personnels et de chercheurs universitaires formés aux études asiatiques. Il manque même la connaissance des langues asiatiques. Il y a un manque de passé et de tradition coloniale, et aucun lien culturel, économique et politique passé avec les pays d’Asie. Il y a par ailleurs un manque de financement.

On remarque un grand intérêt aujourd’hui pour la langue chinoise en Grèce. L’immigration en provenance d’Asie pourrait être un facteur positif de développement des études asiatiques, comme pourrait l’être le développement du commerce grec en Asie.

A-    Pas de recherche dans les universités

1 Le département des études turques et asiatiques de l’Université d’Athènes

Le nom de ce département est inapproprié, l’ensemble des cours y étant donnés ne concernant que la Turquie.

B-    Les instituts qui ne sont pas affiliés aux universités :

2 L’École d’administration publique

Les recherches qui y sont conduites ne sont pas formulées en termes méthodologiques comme des études sur les aires géoculturelles, sauf quelques exceptions.

Les recherches menées portent principalement sur des aspects économiques comme les économies du Japon, de la Chine et de l’Inde, sur l’intégration régionale avec l’Asia-Europe Meeting (ASEM), ou des aspects inter-régionaux, comme l’ASEM et le Forum for East Asia-Latin America Cooperation (FEALAC), enfin des aspects sociaux comme le flux d’immigrants, l’entreprenariat des immigrants chinois.

3 L’Unité Asie de l’Institut des relations économiques internationales (IEER), qui appartient à la Greek Association and Ltd Co.

Recherche :

Aires étudiées : Asie centrale, Chine, Turquie, Asie de l’Est, Inde

Disciplines étudiées : commerce, économie, développement, coopération, politique, relations internationales

Sujets étudiés : l’ASEM, FEALAC, l’ASEAN et l’inter-régionalisme : relations ASEAN-EU, relations Europe/Grèce – Chine/Japon, les perspectives de commerce entre l’Asie et l’Europe, la politique est-asiatique de l’Inde, les migrants asiatiques en Grèce, la présence économique des asiatiques en Grèce.

LITUANIE

Source: Asian studies in Lithuania – Audrius Beinorus, Center of Oriental Studies at Vilnius University, Lithuania (2009). Consulter la version anglaise/See the english version

BREF HISTORIQUE

En Lituanie, les études asiatiques remontent au 19ème siècle, à une période où l’Université de Vilnius est au cœur des études de langues orientales. Le département des langues orientales est fondé dès 1810, mais personne ne le dirige. Un intellectuel renommé de Vilnius, Kazimir Kontrimas, se risque à proposer l’établissement d’un Institut d’études orientales au Gouverneur de Vilnius. Cependant, pour des raisons inconnues, le projet n’est pas accepté et les étudiants brillants de l’université sont contraints de se disperser dans le monde.

Pendant la période de l’indépendance, dans l’entre-deux-guerres, l’orientalisme ne reçoit pas l’attention et le soutien qu’il mérite. Les études orientales ne survivent que grâce aux efforts d’une poignée d’érudits dévoués. Durant l’ère soviétique, les établissements d’enseignement supérieur lituaniens, placés sous la tutelle de Moscou, ne sont pas autorisés à créer des instituts orientalistes. Par conséquent les étudiants sont envoyés dans les universités russes.

Après 1993, avec l’indépendance de la Lituanie, les études asiatiques connaissent un renouveau. Le Centre d’études orientales de l’Université de Vilnius se concentre sur l’étude de l’Asie du Sud, de l’Est et du Proche-Orient. L’objectif du Centre est de former des spécialistes des études asiatiques afin d’encourager la recherche scientifique, le développement des relations culturelles et économiques, et de favoriser la compréhension des cultures orientales en Lituanie.

Ayant reçu un large soutien de la part des partenaires sociaux et des institutions publiques, un programme d’Etudes asiatiques classiques de trois ans est ajouté au programme académique en 2000. En 2005, une nouvelle licence d’études iraniennes, un Master d’études asiatiques contemporaines sont introduits, suivis d’une licence d’études turques en 2007.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

Centre d’études orientales

Université de Vilnius

University Street 5

LT-01513, Vilnius

Centre d’études asiatiques de la Faculté de sciences politiques et de diplomatie

Kaunas Vytautas Magnus University

Vaizganto 30, Kaunas

Le Centre d’études asiatiques est fondé en 2009 par la fusion de deux institutions existantes : le Centre d’études asiatiques et le Centre d’études japonaises.

Les étudiants doivent financer eux-mêmes leurs études car l’État n’offre pas de bourses dans le domaine des études asiatiques. Cependant les accords passés entre universités lituaniennes et universités asiatiques et européennes leurs permettent de bénéficier de certaines bourses.

Les étudiants peuvent se rendre dans des universités asiatiques pendant une partie de leurs études.

Le système d’éducation est basé sur le modèle : Licence, Master, Doctorat.

PERSONNEL

Université de Vilnius

Centre d’études orientales

On compte 25 enseignants à temps plein et à temps partiel. Le nombre de postes à temps plein dépend du nombre d’étudiants et du budget de l’université.

Dix étudiants sont admis tous les deux ans à chacune des licences : études indiennes, chinoises, japonaises, iraniennes, arabes et turques. Tous les deux ans, 15 étudiants sont admis au master d’études asiatiques contemporaines.

Les enseignants et chercheurs en études asiatiques de l’Université de Vilnius sont membre du Réseau d’études indiennes d’Europe centrale et orientale (Central and Eastern European Network for Indian Studies) et du Réseau européen de recherche académique contemporaine sur l’Inde (European Network of Contemporary Academic Research on India).

Les membres du Centre partagent leur temps entre la recherche et l’enseignement. Un tiers de leur salaire est destiné à la recherche.

Il est exigé de tous les enseignants qui détiennent un doctorat d’effectuer des recherches et de publier.

Kaunas Vytautas Magnus University

On compte trois chercheurs et sept enseignants pour environ 20 étudiants en master.

À l’Université de Kaunas, l’enseignement et la recherche sont séparés.

Le nombre de chercheurs en études asiatiques augmente régulièrement depuis plusieurs années. En raison du faible niveau des salaires, il est presque impossible d’attirer des universitaires étrangers confirmés pour des postes à temps plein.

DOMAINES D’ÉTUDE

Le Centre de l’Université de Vilnius forme des spécialistes en sciences humaines et sociales. Parmi ses objectifs figurent l’analyse et la recherche sur l’évolution culturelle dans les principales aires géographiques de l’Asie, la communication interculturelle et les perspectives de collaboration sur les études asiatiques. Pour la période 2008-2013, le thème de recherche approuvé par l’université est : « Les stratégies traditionnelles du savoir en Asie ».

13 langues asiatiques sont enseignées au Centre : japonais, mandarin, chinois, chinois classique, tibétain, persan, dari, arabe, turc, hindi, sanskrit et langue védique.

L’Université de Kaunas propose l’enseignement du japonais, du mandarin et du coréen. Son principal thème de recherche est la représentation en images des pays d’Asie de l’Est en Europe.

PUBLICATIONS

Acta Orientalia Vilnensia – publiée en anglais depuis 2000, la revue propose également des publications en ligne sur le site : http://www.oc.vu.lt/en/aov.html.

FINLANDE

Source: Asia-Pacific studies in Finland, by Tiina Airaksinen, University Lecturer in Asia-Pacific Studies, Asia-Pacific Studies programme University of Helsinki, Finland (2009). Consulter la version anglaise/See the english version

BREF HISTORIQUE

L’Université d’Helsinki est fondée en 1640 au même moment que l’Académie royale d’Abo et est déplacée à Helsinki en 1820. Elle est la plus ancienne université de Finlande. La chaire de professorat Linguarum Orientalium est créée dès 1640.

Les études d’Asie et du Pacifique sont inaugurées en 2001 à l’Institut Renvall de l’Université d’Helsinki et couvrent plus spécifiquement l’Asie de l’Est et du Sud-Est.

L’Université de Turku propose un cours sur l’Asie de l’Est depuis plus de quarante ans. En 2005, une chaire d’histoire chinoise contemporaine est établie au sein du Département d’histoire chinoise contemporaine sous l’égide de la Faculté de sciences sociales. Depuis sa fondation en 2006, le Centre d’études de l’Asie de l’Est (CEAS) a mené un certain nombre de projets de recherche de haut niveau. Entre 2007 et 2009, l’Académie de Finlande a attribué une subvention de 250 000 euros au CEAS pour un projet sur Tianjin et la gouvernance urbaine en Chine.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

Université d’Helsinki

Les principaux champs d’étude sont : l’histoire, les problèmes sociétaux, l’intégration, les relations internationales, les problèmes de développement et les cultures contemporaines de la région. Après avoir obtenu une licence en études d’Asie et du Pacifique, les étudiants peuvent poursuivre leurs études par un Master en études de l’Asie de l’Est. A ce jour trois étudiants ont obtenu leur licence.

Différents séminaires, forums et conférences sont organisés pour les étudiants, les doctorants et les chercheurs post-doctorants.

Institut d’études asiatiques et africaines, programme d’études de l’Asie de l’Est

http://www.helsinki.fi/hum/aakkl/english/disciplines/east.html

Fondée en 1974, la première chaire d’études de l’Asie de l’Est est créée en 1987 et devient permanente en 1994.

Institut Confucius

http://www.helsinki.fi/hum/confucius/index.html

Créé en 2006, il organise des cours de langue et de culture en rapport avec la Chine.

Université de Turku

http://aasia.utu.fi/en/

Université d’Oulu

Se consacre aux études japonaises.

Université ouverte

DOMAINES D’ÉTUDE

Université d’Helsinki

Des cours sont proposés en histoire, sciences politiques, économie, anthropologie et art. Les axes de recherche sont : histoire asiatique moderne, identités et interactions Asie – Occident, échanges interculturels Asie – Occident.

Les études asiatiques modernes en général englobent l’histoire, le développement économique et les problèmes politiques.

Institut d’études asiatiques et africaines, programme d’études de l’Asie de l’Est

Les deux principaux axes de recherche sont : les études classiques de l’Asie de l’Est (langues classiques, littératures, philosophies, beaux-arts) et les études modernes de l’Asie de l’Est (histoire moderne, développement économique, enjeux sociopolitiques).

En raison des ressources limitées allouées à ces axes de recherche en Finlande, il est conseillé aux étudiants se spécialisant dans des domaines plus pointus de rechercher un encadrement scientifique à l’étranger.

L’enseignement et la recherche se font dans les langues suivantes : japonais, coréen, chinois, anglais, finlandais, cantonais et vietnamien.

Université de Turku

Axes de recherche :

  • Problèmes environnementaux et développement urbain en Asie de l’Est
  • Système juridique et droits de l’homme en Chine
  • Mouvements sociaux et contestataires en Chine et au Japon
  • Politique contemporaine de Taiwan
  • Migration de travail chinoise
  • Relations étrangères de la Chine

Université d’Oulu

Axes de recherche :

  • Occupation américaine au Japon
  • Travail missionnaire au Japon
  • Identité nationale au Japon
  • Image du Japon en Occident

PERSONNEL

Université d’Helsinki

Un à deux chercheurs et cinq à six enseignants à temps partiel.

Langues de recherche et d’enseignement : anglais, finlandais et suédois.

Institut d’études asiatiques et africaines, programme d’études de l’Asie de l’Est

Deux professeurs, trois maîtres de conférence, un assistant et plusieurs enseignants à temps partiel.

Environ 16 étudiants en licence d’art, 19 étudiants en master d’art, 3 docteurs de philosophie sont diplômés chaque année de l’Institut. Les étudiants peuvent travailler en tant qu’enseignants, traducteurs, chercheurs ou administrateurs internationaux.

Université d’Oulu

Trois doctorats, quatre licences et plus de 20 masters.

PUBLICATIONS

En anglais :

  •  Leena Avonius, Damien Kingsbury (eds.): Human rights in Asia. A reassessment of the Asian values debate, Palgrave Macmillan, 2008.
  • TiinaH. Airaksinen: Love your country on Nanjing road: the British and the may fourth movement I Shanghai. Renvall Institute Publications; 19. University of Helsinki, 2005.
  • Raisa Asikainen (toim.): Perspectives on China. Papers from the Nordic association for China studies conference at the University of Helsinki, June 7-9 2005. Renvall Institute Publications; 21. University of Helsinki.
  • Olavi K. Fält, Fascism, Militarism or Japanism? The interpretation of the crisis years of 1930-1941 in the Japanese English-language press. (1985)
  • The Clash of Interests. The transformation of Japan in 1861-1881 in the eyes of the local Anglo-Saxon press. (1990)
  • Henry Oinas-Kukkonen, Tolerence, Suspicion and Hostility. Changing U.S. Attitudes toward the Japanese Communist Movement, 1944-1947. (2003)
  • Seija Jalagin (ed.), Japan – Reflections on the Eastern Mind. (1998)

En finlandais :

  • Raisa Asikainen, Teemu Naarajärvi, Juha Vuori (eds.): Pekingin kevät 1989. Tiananmen ja kiinalaisen aktivismin rajat, (Spring in Pekin 1989: Tiananmen and limits of Chinese activism), Gaudeamus 2005.
  • Raisa Asikainen, Juha Vuori (eds.): Kiinan yhteiskunta muutoksessa, (Chinese society in transition), Gaudeamus 2005.

 

ITALIE

Consulter la version anglaise/See the english version

BREF HISTORIQUE

En Italie, les études asiatiques se concentrent principalement sur la Chine, le Japon, l’Inde et l’Asie centrale. Les études orientales remontent à l’époque de la Rome impériale. En 1481, l’hébreu, l’arabe et l’araméen sont enseignés au Studium Urbis à Rome en raison de leur importance pour l’étude de la Bible et de l’histoire de l’Église.

Au Moyen-Âge, voyageurs, marchands et hommes d’Église traversent l’Asie pour atteindre l’Extrême-Orient, le plus connu d’entre eux étant Marco Polo. Mais en Italie, la sinologie est principalement associée aux travaux de deux jésuites : Matteo Ricci (1552-1610) et Pasquale D’Elia (1890-1963). Matteo Ricci fut le premier sinologue italien, Pasquale D’Elia le meilleur sinologue de Rome dans l’entre-deux-guerres et le dernier missionnaire sinologue « pré-moderne ».

Pendant les années 1980, les études japonaises et chinoises connaissent de profonds bouleversements. Jusqu’au début des années 1980, la majorité des étudiants intéressés par l’Extrême-Orient avaient suivi un cursus en sciences humaines et étaient principalement intéressés par la culture asiatique. A partir de la seconde moitié de la décennie, le nombre d’étudiants passe de 10 – 15 à plus de 100 par an et les domaines d’étude sont étendus, au-delà de la langue et de la culture, à l’économie, l’histoire et à des sujets contemporains. Plus récemment, des cours spécialisés sur le Japon ont été proposés, par exemple un cours sur le commerce japonais à l’Université privée Bocconi de Milan et des cours de traduction et d’interprétariat à Lecce. L’indologie et les études sur l’Asie centrale sont moins développées que les études chinoises et japonaises.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

Aujourd’hui les trois principales chaires de recherche sont Naples, Rome et Venise.

  • L’Orientale à l’Université de Naples, anciennement Institut universitaire oriental, accueille un important département d’études asiatiques, couvrant l’intégralité de l’Asie et le monde islamique.
  • L’Université de Rome, La Sapienza, abrite des spécialistes de langue, d’histoire et d’archéologie des pays asiatiques.
  • À l’Université de Venise, « Ca’Foscari », l’accent est mis sur les études chinoises et l’Asie de l’Est.

 Plusieurs institutions culturelles et fondations privées ont activement promu les études asiatiques :

  • L’Institut italien pour l’Afrique et l’Orient, créé en 1995.
  • L’Institut Venise et l’Orient de la Fondation Giorgio Cini, fondé en 1958.

PERSONNEL

Études chinoises et japonaises :

  • Langue et littérature chinoise : 35 chercheurs, dont sept professeurs à temps plein (quatre à Venise, un à Rome, un à Milan et un à Naples)
  • Langue et littérature japonaise : 24 chercheurs, dont six professeurs à temps plein (deux à Naples et Venise, un à Rome et Milan)
  • Histoire de l’Asie de l’Est et du Sud-Est : 11 chercheurs, dont trois professeurs à temps plein (deux à Naples et un à Venise)
  • Archéologie, histoire de l’art et philosophie de l’Asie de l’Est : sept chercheurs, dont cinq professeurs à temps plein (deux à Naples et un à Rome, Venise et Gêne)

Aujourd’hui, on compte 77 chercheurs permanents en études chinoises et japonaises dans les universités italiennes.

Études indiennes

  • Langues modernes et littérature du sous-continent indien : 10 chercheurs, dont trois professeurs à temps plein à Rome, Naples et Venise.
  • Indologie et tibétologie : 18 chercheurs, dont huit professeurs à temps plein à Milan, Bologne, Palerme, Turin, Cagliari, Pise, Basilicate et Rome.
  • Philosophie, religion et histoire de l’Inde et de l’Asie centrale : cinq chercheurs, aucun professeur à temps plein.
  • Archéologie et histoire des arts de l’Inde et de l’Asie centrale : neuf chercheurs, dont quatre professeurs à temps plein à Naples, Bologne et Rome.

Un total de 42 chercheurs étudient l’Inde et l’Asie centrale.

DOMAINES D’ÉTUDE

À l’Université de Naples, les études asiatiques englobent l’intégralité de l’Asie et le monde islamique. A l’Université de Rome, l’enseignement en chinois et en japonais a fait place à l’enseignement du persan puis du sanskrit. A Venise, le département d’études eurasiatiques se concentre sur des thèmes reliant l’Europe et l’Asie. L’Institut italien pour l’Afrique et l’Orient mène des recherches et des programmes de coopération dans de nombreux pays asiatiques dont la Chine, l’Inde, le Pakistan, le Népal, le Turkménistan, l’Ouzbékistan, l’Afghanistan, l’Iran et le Yémen. Il dispense également des cours de chinois, japonais, coréen, arabe, persan et turc.

PUBLICATIONS

  • East and West, revue fondée en 1950 et publiée par l’Institut italien pour l’Afrique et l’Orient
  • Annali dell’Istituto Univerisitario Orientale, revue publiée par l’Université de Naples
  • Rivista di Studi Orientali, revue officielle du département des études orientales de l’Université de Rome
  • Quaderni Eurasiatici, revue publiée à Venise

BELGIQUE

Source : Asian studies in Belgium – Pierre-Henry de Bruyn, Université de La Rochelle, France, et Paul Servais, Université catholique de Louvain, Belgique (2009). Consulter le texte original

Consulter la version anglaise/see the english version

BREF HISTORIQUE

L’orientalisme est d’abord enseigné et étudié à Louvain, en Belgique, dès le début du 16ème siècle, à une période où les actuelles Hollande et Belgique forment une entité encore floue appelée les Pays-Bas, qui font partie de l’empire espagnol des Habsbourg dirigé par Charles V.

En 1517, le Collège des Trois Langues (Collegium Trilingue) est fondé par Hiëronymus van Busleyden, chanoine de Malines (Mechelen), un humaniste, diplomate et ami de Thomas More et d’Erasme de Rotterdam. A l’initiative de ce dernier, Busleyden lègue sa fortune à une fondation pour l’établissement à Louvain d’un institut d’études du latin, du grec et de l’hébreu.

Le Collegium Trilingue, bien qu’indépendant de la Faculté de Théologie, a pour principal objet d’apporter aux étudiants en théologie une connaissance solide du latin, du grec et de l’hébreu, celle-ci étant indispensable à une interprétation juste de la Bible.

Durant la période menant à la Première Guerre mondiale, l’indien, l’iranien et beaucoup d’autres langues sont ajoutées au cursus des Facultés de Théologie et de Lettres. Cependant, jusqu’au milieu des années 1930, les cours restent dispersés entre les deux facultés, et ne mènent pas à un diplôme en études orientales en tant que tel. Le temps paraît venu à certains de rassembler cours et enseignants sous une seule et même enseigne. Comme le déclare le président de l’université lors de l’annonce officielle de la fondation d’un Institut orientaliste en 1936 : « Pendant les trois premiers quarts du dix-neuvième siècle, les différentes branches des études orientales ont principalement été considérées comme des sciences secondaires, au service tant des études scripturales et théologiques que de la philologie classique.

Cependant, ces disciplines sont depuis longtemps devenues indépendantes, et nous aurions dû commencer il y a plusieurs années déjà à unir nos forces et nos efforts. Cette unification est maintenant devenue réalité à l’Institut orientaliste de Louvain, qui aura comme programme l’instruction philologique de toutes les langues anciennes et l’instruction critique de l’histoire des anciens peuples de l’Orient. »

Les études extrême-orientales, au sens général, connaissent une grande avancée grâce à la contribution conséquente du Professeur Etienne Lamotte. Cet érudit, nommé professeur en 1932, se distingue dans les études bouddhiques. Autant à l’aise en sanskrit, pali et tibétain qu’en chinois classique, il produit d’impressionnantes traductions et études de textes sacrés bouddhiques, se créant par-là, ainsi qu’à l’institut, une réputation mondiale.

Les années 1960 sont une décennie de bouleversements et de changements considérables pour l’Université. En 1966-1967, l’Université est divisée en deux entités : une université néerlandophone, qui reste dans la ville historique de Louvain, et une université francophone, qui déménage dans la partie francophone de la Belgique et est renommée Louvain-la-Neuve. L’Institut orientaliste est divisé selon les mêmes distinctions linguistiques.

Comme la plupart des professeurs concernés par l’Extrême-Orient sont francophones, la section d’Extrême-Orient s’installe à Louvain-la-Neuve, où Lamotte continue d’enseigner. L’Institut orientaliste étend ses programmes pour proposer un cursus de quatre ans en 1974. En 1978, il devient un département à part entière de la Faculté de Lettres et offre un programme de quatre ans en études extrême-orientales.

Lorsque la Chine ouvre ses portes en 1979, un programme de sinologie est créé sous la direction du Professeur U. Libbrecht (retraité depuis 1993). Depuis, le programme a été le témoin d’un développement considérable. Aujourd’hui, hormis le programme général – qui se compose de cours de chinois (moderne et classique), d’histoire et de philosophie – les étudiants ont l’opportunité de se spécialiser soit en culture et en histoire, soit en économie. Les cours sont principalement donnés en néerlandais.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

  • Université Catholique de Louvain
  • Université de Louvain (Leuven)
  • L’Institut belge d’études chinoises, établi en 1929 suivant une initiative de la Chine. Durant ses 80 ans d’existence, l’Institut a développé trois types d’activités : une bibliothèque, des activités pédagogiques, telles que des cours et des conférences, et la publication de textes bouddhiques et chinois.
  • La Société belge pour l’indologie, dans laquelle l’Université de Gand joue un rôle primordial avec ses départements de langues et cultures de l’Asie du Sud, et de l’Asie orientale.
  • Le Centre d’études japonaises de l’Université de Gand
  • Le Centre pour la coopération internationale et les études du développement de l’Université libre de Bruxelles

DOMAINES D’ÉTUDES

Après la mort de Monseigneur Lamotte, les études chinoises à l’Université catholique de Louvain disparaissent presque. Cependant, ce champ s’engage depuis peu dans un processus progressif de reconstruction, pas tant dans le domaine de la sinologie classique que dans les études des aires contemporaines.

À  l’Université de Louvain, trois champs de recherche sont actuellement représentés :

  • La philosophie classique chinoise des dynasties Zhou et Han
  • Les échanges culturels entre la Chine et l’Occident depuis le 17ème siècle
  • Le chinois moderne (qui inclut la recherche appliquée sur l’enseignement du chinois)

Dans d’autres institutions, les sujets étudiés sont : le sanskrit et la culture tokharienne, la philosophie jaïn, les débuts du bouddhisme, le statut de la religion dans les temps modernes avec une attention particulière sur le bouddhisme dans l’Asie orientale et le Japon moderne, l’histoire intellectuelle et la philosophie en Chine et au Japon modernes.

PERSONNEL

Les deux seuls sinologues en poste d’enseignement dans une université francophone en Belgique sont Eric Florence à l’Université de Liège, spécialiste des questions de migration, qui a contribué à la fondation d’un Institut Confucius à Liège en 2006 ; et Françoise Lauwaert, à l’Université libre de Bruxelles, qui donne deux cours sur la Chine (anthropologie historique du monde chinois et de l’Asie contemporaine) et des cours en langue classique. Elle est également rattachée à l’Institut des Hautes Etudes de Belgique.

Dans les parties francophone et néerlandophone du pays, la situation est donc différente. Malgré d’importantes différences sur les plans financier et institutionnel, des personnalités des deux parties se mobilisent pour améliorer l’état des études asiatiques.

Pour en savoir plus : http://resap.hypotheses.org/1590#sthash.aZWWlays.dpuf

Jean-Michel Sers : La coopération entre l’Union européenne et l’Association des nations du Sud-Est asiatique (ANASE) dans le domaine de la recherche et de l’innovation

La coopération en matière de recherche et d’innovation entre l’UE et l’Association des nations du Sud-Est asiatique (ANASE) s’est considérablement développée en termes de participations dans les programmes-cadres de recherche et de développement technologique de l’UE depuis le lancement d’un dialogue politique sur la science et la technologie entre le Comité Science et Technologie (ASEAN-COST) et la Commission européenne en 2008[1]. Le dialogue politique a été lancé dans le but d’échanger des idées et les meilleures pratiques respectives sur les défis d’intérêt commun tels que la santé, la sécurité alimentaire et le changement climatique. La mise en place du dialogue s’est également fondée sur une participation croissante des centres de recherche et des universités de l’ANASE dans les programmes-cadres de l’UE depuis le début des années 2000, et la volonté de l’UE de devenir un partenaire de l’ANASE au même titre que d’autres pays partenaires traditionnels de l’ANASE dans la région asiatique (Chine, Corée et Japon notamment).

L’ANASE regroupe dix pays et occupe une position clé dans la région Asie-Pacifique au niveau politique et économique. L’association a été créée le 8 Août 1967 à Bangkok, en Thaïlande, à l’initiative de cinq nations fondatrices : l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et la Thaïlande. Le Brunei Darussalam a rejoint le groupe en 1984 suivi du Vietnam, du Laos, du Myanmar et du Cambodge entre 1995 et 1999. Avec plus de 600 millions d’habitants, les membres de l’ANASE ont une population de taille similaire à l’Europe et un PIB cumulé de 1.450 € milliards (2010). La construction d’un développement socio-économique durable fondé sur la connaissance, qui s’appuie aussi sur une très riche mosaïque de cultures, est considérée comme une des voies les plus prometteuses pour remédier aux disparités économiques encore importantes qui existent entre et au sein des membres de l’ASEAN.

L’ANASE et l’UE ont des visions politiques et des objectifs similaires sur de nombreux points dans le domaine de la recherche : participer à la résolution des défis mondiaux et soutenir l’innovation pour une économie compétitive, durable et inclusive. Alors que l’UE est sur le point d’adopter son futur programme-cadre pour la recherche et l’innovation, «Horizon 2020», l’ANASE a prolongé son Plan d’action pour la Science et la Technologie (APAST) jusqu’en 2015. Le Plan d’action inclut des Programmes Phares (Flagship Programmes) couvrant six thèmes (la prévention des catastrophes ; la promotion des biocarburants ;  la promotion des systèmes d’exploitation libres en matière informatique, la sécurité et la sûreté alimentaire, le changement climatique et la santé), que l’ASEAN s’efforcent de mettre en œuvre, principalement à travers des partenariats internationaux. La décision politique de l’ANASE la plus récente en matière de recherche et d’innovation a été l’adoption de l’Initiative de Krabi (Krabi initiative)[2] sur “l’avenir de la science, de la technologie et de l’innovation pour une zone ANASE compétitive, durable et inclusive d’ici 2015 et au-delà” en décembre 2010. Cette déclaration vise à réaffirmer le rôle crucial de la recherche et de l’innovation comme levier de compétitivité dans la région. Elle comprend des recommandations dans huit domaines, y compris la construction d’une société numérique au niveau régional, la promotion des technologies vertes, la sécurité alimentaire et énergétique, la gestion des ressources en eau, la biodiversité et l’apprentissage scientifique continu.

Dans le cadre du dialogue politique instauré depuis 2008 les responsables de l’ANASE et de l’UE ont identifié un certain nombre de domaines de recherche d’intérêt commun comme les technologies de l’information et de la communication, les biotechnologies, la sécurité alimentaire, la santé, les énergies renouvelables et les sciences marines. La coopération, déjà bien établie dans ces domaines, a ensuite été développée dans d’autres domaines, y compris les sciences des matériaux et les sciences socio-économiques, qui sont aussi des domaines prioritaires de l’ANASE et du 7ème  Programme-Cadre pour la Recherche et le Développement Technologique (7ème PCRDT 2007-2013).

Le 7ème PCRDT a créé un cadre propice à la coopération à travers la mise en œuvre d’actions ciblées vers l’Asie, et les partenaires de l’ANASE en particulier, ainsi que le financement d’activités ayant permis de mieux faire connaitre le programme-cadre européen de soutien à la recherche dans cette région du monde, notamment :

1. Les programmes spécifiques du 7ème PCRDT sur l’agro-alimentaire, l’environnement (y compris le changement climatique), les technologies de la société de l’information, les sciences socio-économiques et humaines,  les nanosciences et des nanotechnologies qui ont permis de financer des actions de recherche collaboratives ciblées entre des équipes européennes et du sud-est asiatique offert la possibilité de développer une coopération mutuellement bénéfique. La participation de l’ASEAN dans le 7ème PCRDT est aujourd’hui significative puisqu’elle elle enregistre 758 demandes de financement parmi lesquelles 190 ont été retenues (soit 21% de l’ensemble des participations asiatiques en 7ème PCRDT). Les principaux domaines de coopération UE-ANASE sont les technologies de l’environnement, de l’information et de la communication, de la santé, de l’agriculture et des biotechnologies.

2. Le dialogue politique UE-ANASE est accompagné par le projet SEA-EU-NET[3], aussi financé par le 7ème PCRDT, qui a mis en place un large éventail d’actions intersectorielles visant à renforcer la coopération entre les milieux universitaires, industriels et gouvernementaux des deux régions UE et ANASE. Le déploiement de points de contact 7ème PCRDT dans sept des dix pays de l’ASEAN a contribué au rapprochement des communautés scientifiques des deux régions. Un autre projet, le projet SEACOOP[4], a également mis en œuvre des actions de sensibilisation dans le domaine des technologies de l’information et de la communication. Les actions et les recommandations résultant de ces deux projets ont été intégrées dans le dialogue politique UE-ASASE en science et technologie.

La coopération entre l’Union européenne et l’ANASE dans le domaine de la recherche et de l’innovation sont complémentaires d’autres activités de coopération initiées par l’UE dans le cadre de sa politique extérieure. Ces activités de coopération sont mises en œuvre au niveau bilatéral (par exemple la coopération scientifique est une priorité de la coopération entre l’UE et la Thaïlande), régional et thématique (notamment environnement et la gestion durable des ressources naturelles y compris l’énergie, la sécurité alimentaire et d’autres).  L’instrument de soutien aux dialogues régionaux UE-ASEAN non commerciaux notamment, mieux connu sous le sigle ‘READI’ (2011-2015)[5], a financé en 2012 des activités de renforcement des capacités scientifiques,  par exemple des actions de soutien à la mobilité des décideurs politiques dans le domaine des sciences[6].

Favoriser la coopération stratégique avec les pays tiers ainsi que des coopérations bi-régionales avec des groupements de pays structurés tels que l’ANASE constituera un angle essentiel de la coopération scientifique de l’UE dans le cadre du futur programme de recherche et d’innovation Horizon 20206. À ce titre L’ANASE est considérée par l’UE comme un bloc émergent de première importance en Asie. La célébration de l’année de la science, de la technologie et de l’innovation 2012 entre l’UE et l’ANASE  marque le début d’une nouvelle ère des relations ASEAN-UE visant à améliorer le processus commun d’identification des priorités de recherche, la mobilisation et la diversification  d’instruments permettant de mettre en œuvre ces priorités, y compris les mécanismes existant au niveau des États, et enfin le développement de nouvelles activités conjointes dans le domaine de l’innovation.

Jean-Michel Sers est responsable de la coopération internationale entre l’UE et les pays de l’Asie du Sud à la DG recherche de la commission européenne.


[6]COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS ‘Renforcement et ciblage de la coopération internationale de l’Union européenne dans la recherche et l’innovation: une approche stratégique’, 14 Septembre 2012.

 

Pour citer ce billet : SERS, Jean-Michel, « La coopération entre l’Union européenne et l’Association des nations du Sud-Est asiatique (ANASE) dans le domaine de la recherche et de l’innovation », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 9 décembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/1309]