Serge Morand : Quand la santé rencontre la biodiversité en Asie du Sud-est

« Eco-health », « One Health » et services écosytémiques

Les maladies infectieuses sont revenues au premier plan des préoccupations de santé publique en Asie du Sud-est. Les crises sanitaires liées aux épidémies du SRAS (syndrome respiratoire acute sévère), de grippe aviaire H5N1 ou du virus Nipah ayant fortement impacté les économies nationales, le commerce et les systèmes de productions agricoles.

Les maladies infectieuses émergentes sont devenues un enjeu global du fait du risque avéré (ou potentiel) de propagation planétaire de certains de ces nouveaux agents infectieux (en provenance, en autres, de l’Asie). Des programmes spécifiques sont portés par les pays du Nord comme PREDICT ou RESPOND de l’USAID, et par les agences internationales, comme le « ONE HEALTH » par l’OIE, la FAO et l’OMS. Ces programmes et initiatives soulignent la nécessité d’intégrer l’environnement (comme « Eco-health »), considérant que les modifications importantes et rapides des écosystèmes sont une des causes de l’augmentation des épidémies et de l’émergence de nouvelles maladies infectieuses.

Les problématiques de santé sont également intégrées dans les agendas des organisations internationales (PNUD, PNUE), de la Convention sur la Diversité Biologique, du nouvel IPBES, ou des programmes internationaux comme DIVERSITAS, au travers du concept de « services écosystémiques » (et ici de régulation pour la santé et le bien-être des populations). Enfin, de grandes ONG états-uniennes, comme la « World Conservation Society », se sont également associées à cette dynamique, soulignant que la conservation de la biodiversité participait de l’atténuation du risque épidémiologique.

L’Asie du sud-est est de ce fait exemplifiée comme point chaud de biodiversité (et de diversité culturelle), particulièrement en danger, et comme lieu d’émergence de maladies infectieuses, à risque planétaire, en raison de son développement économique et de son insertion croissante dans l’économie globale.

Dans ce domaine, la recherche française est particulièrement visible en santé humaine avec le réseau des Institut Pasteur (Cambodge, Vietnam, Laos, Hong Kong), la présence d’équipes IRD, et d’enseignants-chercheurs des facultés de médecine des universités françaises. La recherche en santé vétérinaire est également bien active avec le CIRAD.

Les sciences de l’environnement sont représentées par l’IRD et ses dispositifs en partenariat d’observations au long terme (Observatoires des Sciences de l’Univers, OSU) des changements d’usage des terres, des modifications des pratiques agricoles et du devenir des ressources et de la qualité de l’eau et des sols.

Paradoxalement, le domaine des sciences de la biodiversité est moins visible du fait du faible nombre de chercheurs impliqués, tout particulièrement en écologie et biodiversité animale, de même que les sciences sociales (politistes, anthropologues, sociologues, économistes, géographes) intéressées aux problématiques de biodiversité en Asie du Sud-est.

Pourtant, les thématiques nouvelles de recherche en biodiversité, maladies infectieuses et santé humaine et animale, et de changement global nécessitent d’articuler des recherches sur les impacts/perceptions aux échelles locales (ressources vivantes et jeux des acteurs) et globales (changement global et gouvernance mondiale) et de développer des scénarios.

Trois mesures permettraient d’accroître l’efficacité et la visibilité de recherches en ce domaine :

(1) une implantation plus importante de chercheurs français dans les universités et institutions de recherche en ASE, notamment pour des chercheurs CNRS et universitaires en sciences de la biodiversité (écologie et sciences sociales).

(2) une aide à l’organisation d’ « écoles de chercheurs » et de « doctoriales » régionales sur des thématiques pluridisciplinaires, dans le cadre d’un réseau d’Universités d’Asie du Sud-est.

(3) le développement d’une formation régionale (curriculum) en sciences de la biodiversité (écologie et anthropologie des relations humains/nature).

Serge Morand est biologiste, spécialiste de l’écologie évolutive des interactions hôtes-parasites et de la biologie des populations des parasites et des pathogènes. Il est directeur de recherche CNRS/UMR 5554 (CNRS-IRD-Univ Montpellier 2) et membre de l’Institut des Sciences de l’Évolution (ISEM).

Retrouvez le profil de Serge Morand, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : MORAND, Serge, « Quand la santé rencontre la biodiversité en Asie du Sud-est », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 18 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/98]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *