Peter Brown : L’Approche française sur l’Océanie vue d’Australie

D’origine australienne, j’ai complété une licence de lettres (Université de Sydney) avant de partir poursuivre mes études en Europe (France, Royaume-Uni). Après avoir travaillé sur la littérature française (Mallarmé et l’écriture en mode mineur, Éditions Minard) et enseigné dans des universités en France et en Angleterre, j’ai retrouvé le Pacifique à un moment où les relations entre la France et les pays anglophones de la région connaissaient quelques difficultés : affaire Rainbow Warrior, essais nucléaires en Polynésie Française, situation du Vanuatu, « événements » en Nouvelle-Calédonie. Embauché par une université en Nouvelle-Zélande, j’ai eu l’occasion de faire connaissance avec des collègues de la toute jeune Université Française du Pacifique qui essayaient de tisser des liens avec les pays avoisinants (notamment l’Australie et la Nouvelle-Zélande, et plus tard le Vanuatu et Fiji), et de participer aux premiers Colloques Corail pluri-disciplinaires qui furent organisés à Nouméa à la fin des années 1980 (publication des Actes du colloque annuel).

Ce contact avec la Nouvelle-Calédonie m’a permis également de découvrir une littérature « en émergence » qui était à mes yeux une sorte de laboratoire de recherche et d’expression sociale dans un pays qu’on disait alors celui du « non-dit ». Cette littérature n’était certes pas toujours dénuée de dimension idéologique (vision manichéenne du monde sur fond de clivages sociaux et politiques), et de revendications identitaires exclusives. Mais au-delà des enjeux sectaires, j’ai vu une culture océanienne riche de plus de trois mille ans en parallèle avec une culture d’origine européenne qui cherchait à se (re)définir vis-à-vis la Métropole. Après avoir longtemps donné la priorité au Centre par rapport à la « périphérie », cette culture « venue d’ailleurs » entrait de plus en plus en dialogue avec l’imaginaire autochtone en essayant de cerner ses appartenances et ses spécificités à la fois francophones et océaniennes. Cette littérature calédonienne des années 1980 et 1990, toutes ethnies confondues, accompagnait donc, voire anticipait, sur l’évolution sociale et politique du pays à venir, comme sur certaines préoccupations littéraires quant à la francophonie, à la littérature-monde et aux études « postcoloniales ».

Déjà à l’Université de Sydney, j’avais fait connaissance avec la pensée structuraliste et la « French theory » en vogue à l’époque dans certaines parties (mais pas toutes !) du monde anglo-saxon, notamment en Amérique du Nord et en Australie. À cette époque aussi, dans l’enseignement du français à l’université en Australie, on avait commencé à mettre en cause la distinction qui avait prévalu jusque-là entre études de « langue » et études de « littérature » sous une double influence hétérogène : d’une part, montée de la « méthode communicative » comme nouvelle orthodoxie en FLE (français langue étrangère) et dissémination de l’apport des travaux de linguistique (the linguistic turn), d’autre part. En même temps, la conception de la « littérature française » s’élargissait aux « études francophones » (Afrique, Caraïbe – mais pas encore au Pacifique).

Travailler sur Mallarmé m’avait ensuite permis d’explorer plus en profondeur la critique littéraire s’étendant de la « Nouvelle Critique » jusqu’à l’approche de la déconstruction en passant par le structuralisme et le post-structuralisme, qui étaient devenus de véritables « industries » pour les études mallarméennes. La critique littéraire s’insérait bien alors dans le champ des sciences humaines. En Nouvelle-Calédonie, même si l’on connaissait peu Derrida et compagnie à l’époque, je me suis aperçu que l’écriture et la différence (« différance ») étaient, du moins en filigrane, à l’ordre du jour à un moment où certains auteurs (certes, pas tous !) commençaient à « déconstruire » les oppositions binaires et les essentialismes qui les sous-tendaient. D’ailleurs, à mes yeux, on ne pouvait certainement pas lire la « littérature » de l’île sans plonger dans d’autres textes et d’autres traditions, anthropologiques et linguistiques entre autres. À ce sujet, j’avais eu le privilège (en tant qu’élève étranger de l’ENS, rue d’Ulm) d’assister aux séminaires de Jacques Derrida, ainsi qu’à ceux d’autres critiques et philosophes de l’époque (Barthes, Deleuze, Foucault) ; et, plus tard, de retour en France en congé d’études, après avoir fait connaissance avec la Nouvelle-Calédonie, j’ai suivi les séminaires d’Alban Bensa et d’autres à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

J’ai alors commencé à rédiger des articles sur cette littérature calédoniennne « en émergence », de même que sur des aspects de la culture et la politique de la Nouvelle-Calédonie. J’ai destiné la plupart de ces textes à une revue anglaise – bilingue – consacrée à la francophonie (International Journal of Francophone Studies). À la différence de la France, où les Départements de « Lettres modernes » me semblaient être peu concernés par la littérature « francophone » hors Hexagone, le monde anglophone, lui, avait commencé à beaucoup s’y intéresser. Mais, la littérature de Nouvelle-Calédonie (comme d’ailleurs celle de la Polynésie Française) n’en fut pas moins méconnue en dehors de certains cénacles, et j’ai trouvé cela fort dommage.

J’ai tâché aussi de rester fidèle aux Colloques Corail annuels qui continuaient à être montés par des collègues de l’Université française du Pacifique (devenue, en 1999, l’Université de la Nouvelle-Calédonie), où j’ai enseigné comme professeur invité à plusieurs reprises, y compris pour un séjour de plusieurs mois en 1998, l’année de l’Accord de Nouméa. Dans le même temps, j’ai commencé à m’occuper de la traduction en anglais d’un certain nombre d’ouvrages littéraires calédoniens. À ce titre, j’ai assumé la responsabilité d’éditer une série de publications pour la maison d’édition Pandanus (Canberra, Australie): The Kanak Apple Season ; Sharing as Custom Provides, ce dernier titre en collaboration avec mes collègues d’Auckland, le Professeur Raylene Ramsay et le Dr Deborah Walker. Je continue cette série actuellement avec deux prochains volumes concernant le théâtre calédonien.

Et avec mon collègue Darrell Tryon (linguiste, Australian National University, Canberra), nous avons eu le soutien du Australian Research Council ainsi que de l’Agence Française de Développement et du Ministère de la Communication pour un projet concernant l’évolution de la langue et la littérature en Nouvelle-Calédonie.

En parallèle, je me suis intéressé à la Francophonie à plus grande échelle, sous sa forme institutionnelle, et j’ai fait une série d’articles sur les Sommets de la Francophonie. Ceux-ci sont organisés sous l’égide de l’Organisation Internationale de la Francophonie, dont je suis l’évolution depuis ses origines à l’époque post-coloniale jusqu’aux mutations de ce mouvement qui relèvent de l’après-Guerre froide. J’ai participé ainsi aux travaux d’une cellule de réflexion au sein de l’Organisation Internationale de la Francophonie (Paris).

J’ai essayé aussi de relier cette Francophonie internationale et institutionnelle à la francophonie du Pacifique en participant à une équipe de chercheurs qui constituaient l’Observatoire de la Langue Française pour l’Asie-Pacifique, pour le compte de l’Agence Universitaire de la Francophonie. J’y ai fait un rapport sur la situation de la langue française et la culture francophone en Australie. Enfin, depuis 1995 je signe chaque année l’article sur l’Australie pour L’Année Francophone Internationale (publication annuelle Québec/Paris).

Tendances méthodologiques

Si je dois beaucoup aux travaux de chercheurs français, notamment dans les domaines de la critique littéraire, de la philosophie, de l’ethnologie, je dois dire néanmoins que l’approche française concernant le Pacifique relève souvent d’une approche bilatérale (Paris-Nouvelle-Calédonie ; Paris-territoires), sans toujours réussir à ancrer la recherche dans une vision plus globale du Pacifique. De même, le monde anglophone, y compris en Océanie, a longtemps méconnu le contexte du Pacifique français. Mais, depuis quelques années, surtout après la fin des essais nucléaires en Polynésie Française et la signature de l’Accord de Nouméa, on assiste à une plus grande volonté d’échanger des perspectives entre riverains anglophones et francophones du Pacifique, comme, d’ailleurs, au sein même des collectivités françaises du Pacifique (colloques, Salons du livre, etc.).

Dans le même temps (années 1990-2000), les « postcolonial studies » ont été élaborées. Spécificité d’abord anglo-saxonne, ce « nouveau » champ d’études, qui comme celui de la réflexion « post-moderne », doit beaucoup aux penseurs français des années 1970, gagne paradoxalement du terrain en France (colloque en mai 2011, en Sorbonne et à l’ENS, qui fête « les vingt ans » de l’un des textes fondateurs des « postcolonial/post-colonial studies », The Empire Writes Back. Theory and Practice in Post-Colonial Literatures, rédigé par des universitaires australiens Ashcroft, Griffiths, Tiffin  – et paru, en fait, en 1989), à un moment où il commence à être quelque peu « mis en cause » ou du moins sujet à fragmentation dans des pays anglophones.

Mais le débat est lancé de part et d’autre concernant les questions : « hybridité », « multi-culturalisme », « métissage » (Bhabha, Hall, pour la France métropolitaine, Moura, et dans le Pacifique, S. André, etc.), même si ces questions ne sont pas a priori entièrement évidentes pour ceux qui sont formés dans l’ambiance intellectuelle et sociale de la République française. Par ailleurs, les « subaltern studies » (Spivak, indo-américaine, traductrice de De la Grammatologie…) posent la question de « lagency (« puissance d’agir ») dans des contextes « post-coloniaux », où il s’agit d’une remise en cause des rapports de force en vigueur mais qui est conçue d’une manière « politique » non traditionnelle.

Mais la volonté d’adopter une perspective plus globale et comparatiste en Océanie anglophone et francophone (Nouvelle-Calédonie, Polynésie Française, Australie, Nouvelle-Zélande), tant chez des universitaires que chez des écrivains, s’accompagne aussi d’un penchant renouvelé pour la traduction. Si ce phénomène dépasse de loin le seul contexte du Pacifique, à l’époque où la mondialisation soulève des questions d’inter-compréhension et d’identité culturelles, il s’applique bien aussi au contexte actuel en Océanie (francophone-anglophone) dans la première décennie du nouveau millénaire. Et cela ne concerne pas que la période contemporaine ; il touche  également des textes des XVIIIe et XIXe siècles, beaucoup traduits ou retraduits en Australie ces vingt dernières années. Et il concerne aussi parfois des textes certes récents, mais qui jettent un regard sur l’histoire des contacts franco-anglais avec le Pacifique, voire sur l’histoire d’un commun imaginaire européen vis-à-vis du Pacifique (à cet égard, je me permets de noter que je traduis actuellement en anglais le livre de l’anthropologue français Serge Tcherkézoff, Tahiti 1768. Jeunes filles en pleurs. La face cachée des premiers contacts et la naissance du mythe occidental). Ce dernier, qui sillonne le Pacifique depuis de nombreuses années, vient de s’installer à l’Australian National University, Canberra, comme émissaire de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, et dans un partenariat franco-australien qui veut promouvoir, dans une approche interdisciplinaire, les contacts entre chercheurs francophones et anglophones dans le Pacifique. Initiative qui semble correspondre aux attentes de part et d’autre.

Quelques publications

The Kanak Apple Season. Selected Short Fiction of Déwé Gorodé, (présenté, traduit et édité par Peter Brown), Canberra: Pandanus Books, 2004.

Mwà Vée. Living Tradition. Kanak Culture Today, éditeur invité et traducteur Noumea: Agence de Développement de la Culture Kanak, 2000.

« Les Dieux sont borgnes et la question de l’histoire » in Annales d’histoire calédonienne. Vol II. La Nouvelle-Calédonie. Les Kanaks et l’histoire (ed. Eddy Wadrawane & Frédéric Angleviel), Paris: Les Indes Savantes, 2008, pp.87-102

 « Les événements de Nouvelle-Calédonie et les relations franco-australiennes : représentations littéraires et discours de légitimation », in Révoltes, conflits et Guerres mondiales en Nouvelle-Calédonie et dans sa région (ed. Sylvette Boubin-Boyer), Tome 1, Paris: L’Harmattan, 2008, pp.173-190.

« La mémoire comme connaissance et la connaissance comme mémoire. Complémentarité de l’oralité et de l’écriture chez Déwé Gorodé (Nouvelle-Calédonie) », in Alexandrie, métaphore de la francophonie, Paris: Éditions du Centre international de documentation et d’échanges de la francophonie, 2007, pp.211-216

 « Comment jouer et déjouer les stéréotypes : l’exemple du théâtre d’Anne Bihan (Nouvelle-Calédonie) » in Stéréotypes et représentations en Océanie, (ed. Véronique Fillol and Jacques Vernaudon), Nouméa: CORAIL, 2005, pp. 271-287 (ISBN 2-9520903-2-7).

 « La place des enfants dans la littérature d’Australie et de Nouvelle-Calédonie : quelques réflexions sur un thème préoccupant », in Littératures d’émergence et mondialisation, (eds. Sonia Faessel, Michel Perez), Paris : In Press Editions, 2004, pp. 213-235.

 « New Caledonia: An Emerging Literature as Social Project », in Francophone and Post-Colonial Cultures. Critical Essays (ed. Kamal Salhi), Lanham, Boulder, New York, Oxford: Lexington Books, 2003, pp. 345-355 + summaries and glossaires 5 pp. 355ff. (ISBN 0-7391-0567-1 hardback) (ISBN 0-7391-0568–X paperback).

« French in Australia: Policies and Practices » (with C. Crozet, T. Liddicoat, L. Maurer), in French in and out of France: Language Policies, Intercultural Antagonisms and Dialogue, (edited by Kamal Salhi) Bern: Peter Lang, Series Modern French Identities Vol.18, 2002, pp. 265-290.

« A Singular Plurality of Voices: Tradition and Modernity in Déwé Gorodé (New Caledonia) », in Francophone Voices, (edited by Kamal Salhi), Exeter: Elm Bank Publications, pp. 125-140 (ISBN 1-902454-03-0).

 « Récit fondateur et culture politique en Nouvelle-Calédonie: ‘Téa Kanaké’, de Mélanésia 2000 au Festival des Arts du Pacifique (1975-2000) », Oceanic Routes: Migrations and Métissages in South Pacific Literatures and Travelogues (ed. Pascale de Souza & Adlai Murdoch), Special Issue of International Journal of Francophone Studies, 11:4, 2008, Intellect, U.K., pp.539-557 (ISSN 1368-2679).

 « Art History. Art as History. New Caledonian Women Artists in Dialogue on the Eve of the Noumea Accord », in Histoire de la Nouvelle-Calédonie. Approches croisées. Pacific History Association Vol. 1, Paris: Les Indes Savantes, 2007, pp.105-113 (ISBN 978-2-84654-155-8).

 « Books, writing and cultural politics in the Pacific: the New Caledonian Salon du livre, October 2003-October 2005 », International Journal of Francophone Studies, 9.2, June 2006, pp. 239-256

 « From exclusion and alienation to a ‘multi-racial community’. The image of the métis in New-Caledonian literature », International Journal of Francophone Studies, special issue on Oceanic Dialogues: from the Black Atlantic to the Indo-Pacific (eds. Pascale de Souza and Adlai Murdoch), Intellect, U.K., 8:3, 2005, pp. 305-320.

« Contemporary Writing in the Pacific », in Quarterly Bulletin, Research School of Pacific and Asian Studies, Canberra, Vol. 5, No.1: March 2004, pp. 6-8.

 « Nature, Culture and the Noumea Accord. The CORAIL Conference on ‘Nature et Culture dans le Pacifique’, New Caledonia 3-6 December 2001 », in International Journal of Francophone Studies 4 (3), June 2002, Intellect, U.K., pp. 183-189.

 Compte rendu: Alban Bensa, « Ethnologie et Architecture », The Contemporary Pacific, University of Hawai’i Press, Honolulu 14 (1) Spring 2002 pp. 281-284.

 « New Caledonia: A Pacific Island or an Island in the Pacific ? The Eighth Pacific Arts Festival, Noumea (23 October-3 November 2000) », in International Journal of Francophone Studies 4 (1), Intellect, U.K., March 2001, pp. 33-41.

« À l’écoute de Nicolas Kurtovitch (Nouvelle-Calédonie) », in Les Mots Pluriels, No. 10, May 1999 http://www.arts.uwa.edu.au/MotsPluriels/MP1099pb.html

 « Report on CORAIL Conference, Nouméa, 25-28 November 1998 », International Journal of Francophone Studies 2 (1), Intellect, U.K., February 1999, pp. 62-64.

 « The Tjibaou Kanak Cultural Centre and Arts Festival, Noumea », in (Australia) Art Monthly, No. 116, December 1998-February 1999, pp.  27-29.

 « New Caledonia: Strangers in Paradise, Stranger than Paradise », in International Journal of Francophone Studies, Vol 1, No 3, Intellect, U.K., November 1998, pp. 125-139.

Peter Brown est professeur d’histoire européenne et directeur du département d’histoire de l’université de Sydney.

 

Pour citer ce billet : BROWN, Peter, « L’approche française sur l’Océanie vue d’Australie », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 18 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/94]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.