Eric Benefice, Régine Lefait-Robin, Jean-Pascal Torreton, Jean-Paul Toutain : L’IRD, agir avec le Sud

Contexte

La région « Asie du Sud et du Sud- Est » est la plus peuplée des cinq régions où intervient l’IRD. Il existe une grande disparité démographique et économique entre les pays. Les activités de l’IRD, dont la mission est de promouvoir le développement par la Recherche, contribuent à réduire la fracture entre les pays émergents et ceux les moins avancés où il devient crucial de former une communauté scientifique au niveau international afin de leur permettre de relever les nouveaux défis du développement. Les Pays les moins avancés (Laos, Cambodge, Timor oriental, Birmanie) réclament une attention particulière. Les pays fondateurs de l’ASEAN, qui font désormais partie du groupe des pays émergents, souhaitent poursuivre leur développement tout en renforçant leur coopération régionale au sein de l’ASEAN. Ils jouent un rôle très actif, d’interface entre les grandes puissances asiatiques (Chine, Japon, Corée).

L’Asie du Sud-Est, comme plus largement l’Extrême-Orient (Asie du Sud et Asie Orientale), connaît depuis quelques décennies un processus d’urbanisation accéléré, plus récemment activé par la mondialisation économique et par la place prépondérante qu’occupe désormais l’Asie dans la « révolution des échanges » associée aux nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Les métropoles telles que Bangkok, Jakarta, Singapour, Manille et bientôt Ho Chi Minh Ville et Hanoï, sont des moteurs de la croissance à l’échelle nationale, mais aussi à l’échelle régionale tandis que d’autres villes, secondaires, revendiquent de plus en plus un statut de pôle régional (Chiangmai, Danang, Surabaya).

La Recherche menée par ces pays est essentiellement appliquée, en lien avec les besoins de la société et du secteur privé. La demande de formation est importante, dans les domaines de la santé, de l’agroforesterie, des sciences des matériaux, des transports et du tourisme. Cette demande s’exprime aussi bien dans les pays les moins avancés tels que le Laos, le Cambodge ou le Timor Oriental que dans les pays considérés comme émergents ou en cours d’émergence (Thaïlande, Vietnam, Malaisie). Ces derniers, notamment la Thaïlande et le Vietnam, ont mis en place des plans ambitieux pour promouvoir les sciences, la technologie et l’innovation. L’Indonésie est en retrait sur ce point, n’arrivant pas à mobiliser une fraction suffisante de son GDP pour ses activités de recherche-et d’innovation.

Caractéristiques et principaux problèmes scientifiques et sociétaux

–           Vulnérabilité liée à la forte densité de population et à l’importance des risques naturels et anthropiques largement illustrée par les catastrophes de 2004 (Tsunami post-sismique), 2010 (éruption du Mérapi) et les épidémies de SARS puis H5NI, H1NI et de Chikungunya,

–           contrastes importants entre les plaines et les montagnes, en termes de sociétés et d’environnement,

–           archipel équatorial avec la plus grande diversité de récifs coralliens et de mangroves,

–           rapidité de la croissance économique conduisant à des changements d’utilisation des terres : déforestation ou afforestation, conversion de systèmes agricoles de subsistance en systèmes commerciaux, et processus d’urbanisation,

–           risque accru de perte des patrimoines locaux lié à l’urbanisation galopante et aux déplacements contraints des minorités,

–           fortes pressions anthropiques sur les écosystèmes côtiers avec une incidence sur la dynamique des milieux (érosion côtière, dégradation des écosystèmes et des ressources).

–           « hot spot » des maladies émergentes et des zoonoses,

–           nombre élevé de barrages hydroélectriques prévus dans le monde avec une concurrence sévère pour les ressources en eau, et des risques élevés de maladies d’origine hydrique (pollution du Mékong),

–           intensification du tourisme et ses impacts socio-économiques, écologiques et médicaux,

–           ouverture de nombreux corridors économiques.

Changements radicaux intervenus dans cette région du monde

–           Crise financière asiatique, 1997

–           Chute de la dictature indonésienne en 1998

–           Entrée de la Chine dans l’OMC, 2001

–           Indépendance de Timor Oriental, 2002

–           Le Tsunami de 2004 et ses conséquences économiques

–           Entrée du Vietnam dans l’OMC, 2007

–           Entrée dans l’ASEAN du Laos et de la Birmanie en 1997, du Cambodge en 1999

–           Avancées de la démocratie en Indonésie et plus récemment en Birmanie avec la libération d’Aung San Suu Kyi (mars 2012).

Forces et faiblesses de la recherche française dans cette aire culturelle

Forces

Faiblesses

1) Expertise multidisciplinaire disponible et adaptée aux nouveaux champs de recherche2) Diversité des outils et ancienneté du partenariat3) Présence d’Unités de recherche mixtes internationales (UMI)  et mise en place de programmes structurants : Laboratoires mixtes internationaux (LMI) en réseau et programme pilote régional (PPR) doté.4) Brevets en cours de maturation. 1) Mutualisation des moyens et des activités encore insuffisante entre les opérateurs français2) Une Agence inter-établissements de Recherche pour le Développement (AIRD), non dotée3) Difficulté de promotion de la francophonie dans la région

Opportunités

Menaces

1) Grande disparité des pays et présence de pays émergents appelant à la coopération régionale2) Augmentation des budgets pour la recherche et l’innovation dans les pays émergents3) Etudes d’impact sur l’urbanisation accélérée4) Renforcement des partenariats face aux catastrophes naturelles, au Nord comme au Sud 1) Absence de statut du chercheur dans plusieurs pays de la région.2) Expertise dispersée et processus de décision lent et complexe

Nouvelles thématiques et axes de recherche émergents

L’IRD intervient actuellement en Asie sur une grande diversité de thématiques qui couvriront vraisemblablement diverses opportunités :

–           Dans le domaine de l’Environnement : changements climatiques, risques naturels et anthropiques, gestion durable, océanographie côtière, couplages océan-atmosphère, impact des systèmes de culture sur la qualité de l’environnement, aide à la décision environnementale, microbiologie des sols, services écosystémiques, ichtyodiversité et conservation

–           En Santé : lutte contre les maladies infectieuses et notamment les maladies émergentes, amélioration des politiques de vaccination, lutte contre la malnutrition, contre la mortalité importante liée aux accidents de la voie publique, contre les cancers liés aux agents infectieux, développement de la bioinformatique

–           Dans la promotion des Ressources : biotechnologies, et notamment leurs applications à la connaissance et l’amélioration des performances du riz, de l’hévéa et autres plantes cultivées, aquaculture durable, sciences et technologies de l’information, et plus particulièrement leur application transversale à la modélisation des systèmes complexes dans des domaines variés (agriculture, urbanisme, environnement, catastrophes naturelles, épidémiologie, etc.),

Dans la préservation des patrimoines et les sujets de Société : Politiques publiques de lutte contre la pauvreté, et notamment enjeux et contraintes de la transition économique, Patrimoines locaux, sédentarité et migrations.

Le Programme Pilote régional (PPR) SELTAR rassemble autour d’une thématique commune « diagnostic et prévention des risques », 12 pays de la Région, 34 Unités Mixtes de Recherche, 150 chercheurs et étudiants d’Europe et d’Asie, 95 universités et Institutions de la zone Asie du Sud et du Sud-Est.

Mesures qui permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française, dans cette aire culturelle

–           amélioration des modalités de la  la mutualisation des moyens et de la complémentarité des expertises ,

–         pérennisation de réseaux efficaces par une promotion de la francophonie tout en respectant la langue de travail officielle des pays de l’ASEAN,

–           accroissement du nombre de missions de longue durée,

–           développement des partenariats public-privés,

–           encouragement aux formations universitaires co-diplômantes.

–          dotation de l’Agence Inter-établissements de Recherche pour le Développement afin de promouvoir la recherche de qualité par des Appels d’Offre construits conjointement avec les Agences Asiatiques.

–           renforcement de la coopération régionale avec une implication croissante de l’ASEAN.

Références

-IRD 2012. Déclinaison du Plan stratégique « l’IRD demain » dans la Région Asie du Sud-Est

-IRD, 2012. Soils, Waters, Coastal Zones and Societies facing Risks in Southern and southeast Asia – SELTAR

-IRD 2011. Contrat d’objectifs de l’IRD, Etat-IRD, 2011-2015

-IRASEC, 2012. L’Asie du Sud-Est 2012

Contributeurs

Eric BENEFICE, Représentant IRD Laos/Cambodge

Régine LEFAIT-ROBIN, Représentante IRD Thaïlande, Coordinatrice régionale ASIE

Jean-Pascal TORRETON, Directeur de recherche IRD Vietnam, Institute of Biotechnology (Vietnam Academy of Science and Technology)

Jean-Paul TOUTAIN, représentant IRD/Timor Oriental

 

Pour citer ce billet : BENEFICE Eric, LEFAIT-ROBIN Régine, TORRETON Jean-Pascal, TOUTAIN Jean-Paul, « L’IRD, agir avec le Sud », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 21 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/911]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.