Chloé Froissart : La Chine, un acteur incontournable

Alors même que la Chine est aujourd’hui devenue un acteur économique et politique incontournable dans le monde, les études sinologiques classiques sont beaucoup mieux représentées à l’université que les études sur la Chine contemporaine. On note en particulier que la science politique sur la Chine est menacée de disparaître avec le départ à la retraite, effectif ou éminent, de ses représentants patentés. Plus aucun chercheur ne travaille sur le système politique de la Chine et l’étude politique de la Chine en général, bien que représentant un enjeu crucial dans la compréhension de ce pays, est sous représentée. Enfin, on déplore une absence de relève à l’université, et encore plus au CNRS, de la jeune génération travaillant sur la Chine contemporaine.

Autrefois limitée à une approche sinologique (c’est-à-dire à l’étude de la Chine, notamment en sciences humaines, à travers ses textes), l’étude de la Chine s’est ouverte ces dernières années aux sciences sociales, notamment à la sociologie, à l’anthropologie, à l’économie et à la géopolitique. Cette évolution correspond à la nécessité de comprendre les enjeux contemporains et de former des étudiants à même d’en avoir une bonne appréhension. En ce qui concerne les deux premières disciplines, les termes émergents sont les suivants : actions collectives, développement des organisations sociales, d’Internet, migrations, urbanisation, citoyenneté, travail, et développement de formes de religiosité qui sortent du cadre institutionnalisé défini.

La recherche sur cette aire culturelle est néanmoins confrontée à de nouveaux défis. Alors même que la recherche collective est de plus en plus valorisée à travers le rôle croissant des laboratoires de recherche et des appels à projets, les laboratoires au sein des universités regroupent souvent des chercheurs spécialistes d’aires culturelles différentes et de disciplines différentes, ce qui rend souvent les collaborations hasardeuses, voire inopérantes. Or les chercheurs n’ont souvent d’autre alternative que de mener leurs recherches au sein de l’université, les recrutements au CNRS étant très peu ouverts aux spécialistes des aires culturelles. Les recrutements au CNRS devraient donc faire plus de place à l’international et d’une manière générale, à l’interdisciplinarité. Il existe une réelle difficulté d’accès aux aires culturelles asiatiques, en termes de temps d’apprentissage de la langue et d’accès au terrain, qui devrait être mieux prise en compte. Il s’agirait donc de valoriser les parcours atypiques de chercheurs qui ont fait de longs séjours dans des universités ou des centres de recherche asiatiques.

Enfin, la recherche en sciences sociales sur cette aire culturelle est menacée par le manque de temps dont disposent les enseignants-chercheurs pour faire du terrain. Il s’agirait d’accueillir plus largement des chercheurs de l’université au CNRS en augmentant les possibilités de détachement et de délégation pour une durée minimale de deux ans. D’une manière générale, il s’agirait de créer des aménagements plus réguliers pour les enseignants-chercheurs afin qu’ils puissent se consacrer à leur recherche et notamment faire du terrain en prenant exemple sur les « sabbaticals » dont disposent leurs homologues américains et anglo-saxons.

Chloé Froissart est politiste, spécialiste de la Chine et enseignante-chercheur à l’université de Rennes 2. Elle est membre du Centre Chine-Corée-Japon et du Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (UMR 8173 – CECMC).

Retrouvez le profil de Chloé Froissart, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : FROISSART, Chloé, « La Chine, un acteur incontournable », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 18 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/91]


2 réflexions au sujet de « Chloé Froissart : La Chine, un acteur incontournable »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.