Béatrice Sudul : documenter la recherche, vers une dimension internationale pour l’aire océanienne

La documentation est le terreau qui fertilise toute recherche. Elle s’avère encore plus fondamentale pour l’aire Pacifique dont l’incontournable pluridisciplinarité oblige à traquer des sources documentaires multiples, fragmentaires et parfois, disparates.

Si depuis une vingtaine d’années la montée en puissance d’internet ne cesse de donner un accès toujours croissant à des corpus de plus en plus volumineux, tant au niveau du nombre de références que du texte intégral, il s’avère de plus en plus difficile de consulter les sources existantes, sous peine d’y passer un temps exorbitant. Un paradoxe émerge donc, l’augmentation exponentielle des documents disponibles redynamise les pistes de recherche alors que l’état encore lacunaire des recensions engendre des frustrations. L’accès à un corpus international de données constitue l’attente majeure du chercheur du XXIe siècle.

Accélérer  la recension des collections françaises

Trois difficultés émergent, la dispersion selon la typologie du document, l’état lacunaire des ressources et l’éparpillement selon les institutions.

Les chercheurs font régulièrement état de cette situation. Le chercheur a du mal à avoir une vue globale de l’ensemble des documents existants comme les objets, les documents graphiques (manuscrits et imprimés, cartes..), les audiovisuels, les ressources numériques. Ainsi, rechercher un article conduit peut-être à cliquer sur le site du portail des revues en sciences humaines et sociales Persée[1] ; identifier des objets à consulter plus volontiers un site de musée, comme celui du Quai Branly ; s’il s’agit d’archives, la préférence s’oriente probablement vers les sites des archives nationales ou d’outre-mer[2] ; enfin, pour les documents sonores et vidéos, vers des sites comme l’INA[3]. Une recherche fédérée multi supports et multi sites n’existe pas encore. Cette situation tient, en autres, à l’organisation historique des institutions détentrices de fonds, qui se sont spécialisées en musées, archives et bibliothèques.

En outre, les gisements documentaires sont encore lacunaires et d’autres collaborateurs à ce Livre blanc ont par ailleurs fort justement pointées ces lacunes. Cette difficulté tient essentiellement à l’organisation administrative française qui segmente le niveau national (les ministères) et le niveau local (département, commune), et donc leurs sources de financement. Ces échelons multiples posent des problèmes administratifs assez complexes et des délais considérables dès qu’il s’agit de mettre sur pied des projets collectifs, sans compter le manque de moyens financiers et humains. Ainsi, le chercheur consulte, à la fois  le SUDOC[4], catalogue collectif tourné vers l’enseignement supérieur puis dans un deuxième temps, le catalogue de la BNF, (ministère de la culture), avec le désagrément d’y retrouver partiellement les mêmes références.

Lors des journées LBSHS de mars 2010, les communications de l’atelier La documentation sur le Pacifique aujourd’hui et demain ont dressé un bref état des lieux des sites majeurs français. Il convient aussi de ne pas négliger d’y adjoindre les collections des bibliothèques municipales et des fonds privés. Déjà des avancées notables ont été réalisées et certains outils collectifs comme le Catalogue (CCFR[5]) intègrent une partie de ces institutions. De plus, ils comportent le désagrément d’obtenir un nombre de réponses souvent prohibitif. De son côté, le CNRS a lancé en avril 2011  Isidore[6] pour un accès aux données et services numériques de sciences humaines et sociales.

Le projet ISTEX[i][7] ouvre des perspectives considérables. Signé en avril 2012, sur l’initiative du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MENSR), il est porté par les partenaires suivants : le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES), le Consortium universitaire de publications numériques (Couperin 1) et l’Université de Lorraine qui représente la Conférence des présidents d’université (CPU). Il se donne pour mission de construire le socle de la bibliothèque scientifique numérique nationale et pour devise l’excellence documentaire pour tous. Plus concrètement, l’acquisition de ressources rétrospectives de toutes disciplines associées aux ressources courantes donnera accès à un corpus de textes en texte intégral, des bases de données, des articles de revues etc. jamais égalé. De plus, le puissant moteur de recherche fournissant l’extraction fine de données et l’accès distant donnera une richesse et une souplesse nouvelle aux utilisateurs. Ce projet de 60 millions d’euros aboutira en 2014.

Le projet ISTEX représente une avancée considérable dans la mutualisation car pour la première fois des structures mixtes (universités, grandes écoles, organismes de recherche) se rapprochent pour élaborer une vaste  infrastructure nationale répondant aux critères techniques les plus modernes.

  S’ouvrir à l’Europe et à l’international[8]

Le niveau européen est déjà partiellement opérationnel par le biais de plusieurs sites pour les thèses, les archives et le multi supports. Ainsi, le site français theses.fr est moissonné par le site européen des thèses[9] électroniques riche à ce jour de  plus de 300 000 thèses provenant de 24 pays.  Quant à Europeana[10], il se donne pour mission  « d’explorer les ressources numériques des musées, des bibliothèques, des archives et des collections audiovisuelles européennes. Europeana favorise la découverte et la création de réseaux au sein d’un espace multilingue, dans lequel les utilisateurs peuvent participer, partager et s’inspirer de la riche diversité du patrimoine culturel et scientifique européen ». Affichant son identité multilingue, l’interface est disponible en une trentaine de langues. De même les archives s’ouvrent à l’Europe[11], fédérant plus de 60 institutions dont 17 archives nationales. Ce projet soutenu par la Commission européenne, est à l’instar des autres sites, toujours en croissance.

Nul n’ignore la prégnance du monde anglo-saxon pour la connaissance du Pacifique, si bien qu’une recension uniquement française voire francophone s’avère un non-sens. Yannick Essertel souligne l’intérêt du « gisement des sources missionnaires sur l’Océanie »[12], et précise plus loin que l’apport d’« une présentation synthétique des ressources archivistiques et documentaires, en français et en anglais (…), constituerait un précieux instrument ». La coopération francophone dans le Pacifique devrait se renforcer afin que des sources peu connues ou peu exploitées, comme par exemple les fonds archivistiques des institutions religieuses.

Le maillage international est indispensable, comme le comprennent parfaitement les chercheurs : « les actions cherchant à établir des passerelles entre mondes anglophones et francophones, entre pays indépendants et territoires d’outremer, entre instituts de recherche et centre de collecte culturelle et patrimoniale sont à encourager »[13]. Le CREDO[14] signale des plateformes d’hébergement de données Online Digital Sources and Annotation System (ODSAS) ainsi que le réseau ANZLAG, tournées plutôt vers l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Ces actions coopératives restent encore incomplètes. Alors que Laurent Dousset affirme « participer depuis plusieurs mois à un projet international de longue durée et d’envergure en collaboration avec des chercheurs Australiens, Américains et Allemands », il convient de s’interroger sur la redondance ou la complémentarité des sites existants et de la nécessité de s’intégrer à des projets français, comme ISTEX .

Augmenter la lisibilité du Pacifique

Viser l’exhaustivité représente néanmoins un risque majeur : se perdre dans la masse des données proposées. Recenser ne revêt guère d’intérêt s’il n’est pas accompagné d’une lisibilité comme l’indique fort justement Christophe Serra Mallol « Une visibilité plus importante sur les fonds disponibles (…) est indispensable »[15]. Or aujourd’hui, le chercheur doit multiplier les sites à consulter. L’ergonomie doit être soigneusement travaillée tant sur le fond : arriver à circonscrire une zone géographique, établir des balises chronologiques, faire des recherches avancées multicritères etc., que sur la forme : lisibilité et attractivité des écrans, aide en ligne, personnalisation etc. Il est également fondamental de réfléchir sur la lisibilité des données et leur présence forte afin qu’elles « remontent » en première page lors d’une recherche sur Internet par Google.

Les deux institutions françaises déjà bien positionnées sur le créneau Pacifique, le CREDO et le Réseau Asie-Pacifique[16] sont naturellement les mieux placées pour en être les maîtres d’ouvrage. Un groupe de travail pourrait se constituer pour impliquer le Réseau Asie-Pacifique dans la production d’une interface de recherche satisfaisant, puis pour en assurer la maintenance et la mise à jour.

Conclusion

La répartition institutionnelle n’a plus de sens pour les chercheurs utilisateurs des outils du Web.   Enjeu pour la recherche historique, mais pas seulement pour l’appréhension du passé et du temps présent, Il s’agit tout autant, sinon plus, d’alimenter au mieux la réflexion pour la constitution de la société de demain[17].  Les projets nationaux de grande envergure et le Web sémantique tous deux  à nos portes, promettent d’ouvrir des perspectives considérables pour la recherche océanienne, à condition que les chercheurs s’y impliquent en faisant connaître précisément leurs attentes.

Béatrice Sudul est historienne, spécialiste de la Polynésie française. Elle est conservateur des bibliothèques, Université de Picardie Jules Verne, Amiens.


[1] http://www.persee.fr ; ou bien sur :   www.revues.org , pour ne citer que deux exemples.

[4] http://www.sudoc.abes.fr , plus de 10 millions de notices bibliographiques qui décrivent : livres, thèses, revues, ressources électroniques, documents audiovisuels, microformes, cartes, partitions, manuscrits et livres anciens…

[8] Voir aussi, Sudul Béatrice, « Peuples océaniens et culture, le rôle des bibliothèques », in Destins des collectivités politiques d’Océanie, vol. 2, p.566-570.

[9] http://www.dart-europe.eu (consultation du 29 aout 2012).

[12] Essertel Yannick, « L’état de la recherche en histoire religieuse du Pacifique », p. 2.

[13] Le Meur Pierre-Yves, « Les SHS dans le Pacifique Sud », p. 2.

[15] Serra Mallol Christophe, Sans titre.

[17] Cf Colloque Religions et sociétés, programmé pour les 16 et 17 août 2013 à Nouméa.


 

Pour citer ce billet : SUDUL Béatrice, « documenter la recherche, vers une dimension internationale pour l’aire océanienne », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 21 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/905]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.