Julie Brock : Identifier les compétences éparses et les relier au réseau institutionnel

Je voudrais attirer l’attention des autorités sur le cas des chercheurs français qui travaillent à l’étranger en dehors du cadre institutionnel français. N’ayant pas d’attache avec une structure française ou européenne, il est difficile pour ces chercheurs de faire reconnaître leurs travaux en France. Cette situation est paradoxale, car leur niveau de connaissances n’est pas moindre que celui de leurs collègues installés en France, et ils ont l’avantage de travailler sur le terrain. La plupart sont bilingues. Travaillant dans la culture d’accueil quelquefois depuis des décennies, ils  peuvent avoir un niveau de compétence reconnu à l’étranger. Leur expertise est donc réelle, et pour cette raison, représente pour la recherche française un atout précieux. Etant donné l’importance que prendront à l’avenir les cultures de l’Asie et du Pacifique à l’échelle planétaire, ne serait-il pas raisonnable de prendre en compte, dans les forces de la recherche française, l’atout que représente ces recherches effectuées en immersion dans les cultures étudiées ? Les institutions françaises disposent déjà d’un certain nombre d’antennes à l’étranger. Il ne semble donc pas utile à priori d’en créer de nouvelles. Ce qui serait important, en revanche, serait de réformer le système existant en sorte que la mission de ces institutions soit mieux définie. Une formation pourrait être mise en œuvre par les autorités françaises pour que les responsables, qui sont en général des chercheurs détachés de la fonction publique, soient davantage sensibilisés aux besoins des chercheurs français. La première mission de ces institutions publiques ne devrait-elle pas être d’identifier les compétences et les talents français qui s’exercent à l’étranger ? Ces chercheurs qui travaillent dans la culture du pays d’accueil sont souvent des observateurs en même temps que des érudits. Habitués à collaborer avec des chercheurs du pays qu’ils étudient, ils ont une analyse souvent pénétrante, le sens de l’innovation, et ils ont à cœur de servir le rayonnement de la France.

Comme dans tous les domaines, la première chose que réclament les travailleurs, c’est la reconnaissance, le respect et la justice. Les chercheurs français qui travaillent hors des institutions françaises ressentent très fortement ce besoin de reconnaissance, et c’est tout d’abord sur ce point qu’il convient d’améliorer les choses. La méthode pourrait être fort simple. Il suffirait peut-être d’établir un cahier des charges pour expliquer aux responsables des institutions qui s’occupent des recherches françaises à l’étranger en quoi consiste la mission pour laquelle ils sont détachés. Et plus précisément, quel est le sens de cette mission.

Ne serait-il pas de bonne moralité de rappeler aux travailleurs de la fonction publique que la nation ne se limite pas aux frontières géographiques, et qu’elle s’étend même au-delà des barrières institutionnelles ? Supposons un chercheur français installé dans une région reculée pour y faire des recherches sur le terrain en vue d’étudier, par exemple, une langue rare. Une justice bien comprise voudrait que les institutions chargées de la recherche prennent conscience de leur responsabilité vis-à-vis de ce chercheur en particulier. Qu’elles admettent que l’éloignement géographique est nécessaire pour les besoins de son travail. Qu’elles reconnaissent qu’il doit pouvoir publier ses travaux, donner des communications, échanger avec ses pairs. Leur rôle devrait comprendre un travail de soutien et d’accompagnement pour qu’il puisse accéder à la communauté scientifique. Ce travail devrait être fait de la même façon pour tous les chercheurs français, quelle que soit leur appartenance. Les institutions françaises à l’étranger, étant elles-mêmes des pôles de rayonnement, devraient être pleinement conscientes de ce rôle. C’est pourquoi il me semblerait utile qu’une consultation soit ouverte au sommet de l’État quant aux missions et aux priorités de ces institutions, non pas du tout dans un esprit de contrôle, mais dans un esprit de parrainage ayant pour objectif la revalorisation de la recherche française. Les responsables politiques savent que la meilleure part de leur mission est de valoriser le travail réalisé par leurs concitoyens. Il serait juste et nécessaire que les institutions françaises à l’étranger soient dirigées avec la même hauteur de vue. Les responsables techniques ont besoin pour cela d’être aidés par un « cahier des charges » (une charte, un texte de référence) dans lequel seraient précisés, par exemple, les critères d’évaluation des recherches menées en dehors des institutions françaises et les moyens de les relier à la recherche institutionnelle française et européenne. D’une manière générale, ce texte viserait à instaurer un nouvel état de relations entre les chercheurs français dispersés dans le monde et les institutions de leur pays. Est-il normal que ces chercheurs ne soient jamais consultés sur aucun sujet qui concerne la politique de la France à l’étranger ? Ils sont pourtant des observateurs bien renseignés, leurs avis sont imprégnés d’un savoir in situ, et la diplomatie française pourrait bénéficier de leur expertise.

Des réseaux français ou européens s’activent actuellement pour le regroupement de ces chercheurs, et c’est une chose excellente, car ils peuvent ainsi échanger plus facilement et nouer des contacts fructueux. Mais pour imprimer à la recherche métropolitaine et européenne une dynamique fertile et métissée, il faudrait encore avancer d’un pas, et mettre ces chercheurs en situation d’initier des projets en France et en Europe. Pour cela, il serait nécessaire de créer un lieu dans lequel ils pourraient mener des activités de recherche, organiser des rencontres, etc. De même qu’il existe un Institut des mondes arabes et un Institut des Amériques, ne pourrait-il pas exister en France un Institut de l’Asie et du Pacifique ?

Enfin, je voudrais soulever une dernière question qui intéressera sûrement d’autres chercheurs français travaillant hors des institutions françaises : non seulement l’État français ne prévoit aucune disposition particulière pour s’attacher leur expertise, mais il est très difficile pour eux d’intégrer les institutions françaises une fois que leur carrière les a menés à l’étranger. Ne vaudrait-il pas mieux au contraire leur ménager une possibilité d’intégrer la fonction publique, afin de permettre à la jeune génération de bénéficier de l’enseignement de leurs prédécesseurs ? Il est à prévoir que la jeune génération des chercheurs expatriés sera de plus en plus nombreuse, ce qui laisse présager une hausse du niveau d’expertise de la recherche française sur le terrain. Il serait dans l’intérêt général de prévoir le rassemblement de toutes ces compétences dans une filière parrainée par l’État. Corollairement, ce parrainage favorisera la reconnaissance de tous les chercheurs français, ce qui me paraît une démarche juste et légitime.

Julie Brock est spécialiste de littérature comparée et des sciences du langage. Elle est professeure de l’Institut de technologie de Kyôto (KIT, Japon), chercheur associée à l’International Institute for Advanced Studies (IIAS) et au programme Réseau Asie et Pacifique de la FMSH.

 

Pour citer ce billet : BROCK Julie , « Identifier les compétences éparses et les relier au réseau institutionnel », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 2 novembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/898]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.