Marlène Laruelle : les études sur l’Asie centrale

Les études sur l’Asie centrale (parfois appelée « Eurasie centrale », et entendus au sens large : États postsoviétiques du Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Turkménistan, mais aussi Afghanistan, Xinjiang, région Volga-Oural) ont profondément changé depuis le début des années 1990 : l’effondrement de l’Union soviétique et l’ouverture de la Chine ont donné accès à un terrain auparavant quasiment fermé aux Occidentaux. Les conditions d’accès aux archives se sont toutefois durcies dans les années 2000 ; certains pays ont réduit les autorisations données aux étrangers (Turkménistan, Ouzbékistan – le Xinjiang ayant toujours été difficile d’accès) ; et la question de la sécurité reste problématique en Afghanistan.

La recherche française sur l’Asie centrale, riche de son passé orientaliste et qui s’était poursuivie durant les décennies soviétiques, principalement à l’INALCO et à l’EHESS, a pu se développer rapidement dans les années 1990-2000, dynamisées par les changements dans les pays concernés, et suscitant l’intérêt d’une jeune génération de chercheurs. Ce dynamisme a été conforté grâce à l’établissement de l’Institut français d’études sur l’Asie centrale (IFEAC) à Tachkent entre 1992 en 2009, qui a servi d’école doctorale aux études françaises sur la région et donné à celles-ci une visibilité internationale. Les études archéologiques ont également été revigorées, particulièrement en Ouzbékistan, au Turkménistan, au Kazakhstan et bien évidemment en Afghanistan avec la réouverture de la DAFA.

Dans les années 1990, les institutions spécialisées comme l’INALCO et l’EHESS ont été les principaux lieux de formation des spécialistes de la région, mais elles ont perdu ce quasi-monopole dans les années 2000 avec la multiplication des universités et institutions accueillant des spécialistes de la région. Cette évolution est le signe d’une sortie de l’Asie centrale de son statut de zone culturelle orientaliste et de sa « normalisation », puisque les spécialistes de la région sont dorénavant inscrits dans des cursus disciplinaires (histoire, sociologie, anthropologie, économie, science politique, etc.) plus que géographiques.

Comme dans d’autres domaines, la recherche française sur l’Asie centrale est pénalisée par son intégration insuffisante dans les réseaux internationaux, en particulier son manque de publications en anglais, qui la rendent en grande partie inaccessibles aux chercheurs étrangers. Elle dispose cependant de plusieurs forces, dont celle de la connaissance du terrain. Les thématiques de recherche ont évolué. Dans les années 1990, la question des identités, des symboles de l’État et la redécouverte des « traditions » était l’un des thèmes phares des études, auquel a succédé dans les années 2000 des thématiques plus ancrées dans les réalités sociales (migrations, transformation du tissu urbain ou rural, études par secteur économique). Les travaux liés à l’islam sont restés importants. Les recherches historiques, en particulier sur les périodes tsariste et soviétique, sont peu nombreuses comparées à leur importance dans le monde anglo-saxon ou la recherche japonaise.

Les lieux de production du savoir se sont multipliés dans la décennie 2000 : laboratoires du CNRS (CERCEC, CETOBAC, Mondes iranien et indien, LAIOS), institutions parisiennes (INALCO, EHESS, CERI-Sciences Po), universités. Toutefois, la fermeture à Tachkent de l’IFEAC porte un grand préjudice au maintien des études centre-asiatiques et pourrait nuire au dynamisme de la recherche française sur la région, ainsi qu’à l’intégration professionnelle et intellectuelle des jeunes chercheurs en cours de formation.

Marlène Laruelle est politiste et sociologue, spécialiste de l’Asie centrale et de la partie extrême-orientale de la Russie. Senior Research Fellow au Central Asia and Caucasus Institute (SAIS, Johns Hopkins University, Washington D.C.), elle est également chercheur associé au CERCEC et à l’Observatoire des États post-soviétiques (INALCO).

Retrouvez le profil de Marlène Laruelle, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : LARUELLE, Marlène, « Les études sur l’Asie centrale », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 18 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/88]


Une réflexion au sujet de « Marlène Laruelle : les études sur l’Asie centrale »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *