Michel Wieviorka : La fin de l’ère postcoloniale

Les Français savent bien que la globalisation met fin à l’hégémonie occidentale. Ils ont conscience que l’Asie n’est plus cette région mystérieuse, lointaine, plus ou moins exotique que la colonisation et l’impérialisme avaient tenté de placer en situation de dépendance. Ils ont appris à voir se développer le Japon, puis les « dragons » (la Corée, Singapour, Taiwan et Hong Kong), les « tigres » (la Thaïlande, la Malaisie, l’Indonésie, les Philippines et le Vietnam) avant de s’inquiéter de la formidable montée en puissance de la Chine et de l’Inde. Mais ils ne vont pas toujours assez loin dans cette prise de conscience.

Car aujourd’hui, ce n’est pas seulement l’ère coloniale qui est loin derrière nous, avec son orientalisme, c’est de plus en plus l’ère postcoloniale. À partir des années 1960, d’importants courants de pensée ont mis en avant cette idée selon laquelle pour connaître et penser les sociétés d’Asie, comme d’Afrique, il fallait, partir de leur relation au passé colonial, prendre en compte le poids de ce passé, en même temps que les difficultés qu’il y a à s’en abstraire complètement. Et symétriquement, le post-colonialisme a servi également pour réfléchir aux sociétés occidentales, et à leurs difficultés, elles aussi, à s’émanciper de leur passé colonial. Mais nous n’en sommes plus là.

Les sociétés d’Asie sont de plus en plus capables d’autonomie, dans leur production industrielle et leur vie économique, comme dans leurs activités scientifiques et intellectuelles.

Dans mon domaine, les sciences humaines et sociales, elles se construisent et s’imposent au point qu’il est possible de distinguer trois modèles d’affirmation. Le premier consiste à s’aligner sans grande distance sur la production dominante, à emprunter les modes d’approche et les paradigmes qui proviennent du monde anglo-saxon, à publier sans grande originalité ou spécificité dans des revues américaines, anglaises ou « internationales ». Le deuxième modèle, par réaction, consiste à prôner une sorte d’enfermement régional ou national, à suivre une voie « asiatique », ou indienne, chinoise, etc., comme si l’universalisme des catégories utilisées en principe par la recherche recouvrait en fait une idéologie dominante, particulariste, à laquelle il conviendrait d’opposer la force intellectuelle d’outils conceptuels spécifiques, propres à la région ou à une de ses nations. Le troisième modèle, enfin, tente d’articuler un ancrage local, national ou régional, avec une participation de la recherche au débat scientifique mondial, au meilleur niveau.

C’est évidemment ce troisième modèle qui est le plus prometteur. Il fait des chercheurs des pays d’Asie des scientifiques capables non seulement d’étudier leur propre société, ou de mener des travaux comparatifs aussi bien sinon mieux, que des chercheurs « occidentaux », mais aussi d’étudier le monde et d’envisager des thématiques qui ne les enferment en aucune façon dans leur seule société. Mieux même, il rend concevable des avancées, théoriques ou méthodologiques, qui peuvent concerner la recherche à l’échelle de la planète. Un cas déjà ancien, ici, est celui des Subaltern Studies, nées en Inde, fortement influencées au départ par la pensée du marxiste italien Antonio Gramsci, et devenues un puissant courant, bien implanté, en particulier, dans certaines universités américaines.

« Il n’est pas difficile d’imaginer les implications d’un tel diagnostic pour la politique scientifique : la France pourrait par exemple envisager une politique d’ouverture beaucoup plus grande aux chercheurs d’Asie, y compris au sein de ses propres institutions de recherche et d’enseignement supérieur, et promouvoir encore plus les échanges, partenariats et coopérations en tous genres avec les institutions de cette partie du monde. Elle pourrait aussi tirer profit de la présence sur le territoire national de plusieurs diasporas liées à l’Asie. »

À partir du moment où le post-colonialisme est dépassé, ou appelé de plus en plus à l’être, la recherche en Asie ou sur l’Asie doit être tenue comme indépendante, et digne de participer à la vie scientifique mondiale au même titre que ses homologues en Amérique du Nord ou en Europe. Des partenariats, des coopérations peuvent être envisagés, dans la mesure où une stricte égalité est instaurée entre scientifiques relevant de divers pays, les uns d’Asie, les autres de l’Europe ou d’Amérique du Nord, ainsi d’ailleurs que d’Amérique latine.

Dans les années 1960 et 1970, ce dernier continent connaissait en matière de sciences sociales une évolution comparable à celle de l’Asie actuelle, et s’émancipait. Aujourd’hui c’est l’Asie. Demain, ce sera certainement le tour de l’Afrique et du monde arabo-musulman : la mondialisation des sciences sociales, en ce qui les concerne, met fin au post-colonialisme, ouvrant de nouvelles perspectives à qui veut bien tout à la fois « penser global », et respecter les ancrages ou les particularismes nationaux et régionaux.

Quelques pays d’Europe et les États-Unis ont inventé les sciences humaines et sociales du XXème siècle, et les ont fermement adossées sur des valeurs universelles. Puis leur universalisme a été critiqué, parce qu’il devenait abstrait, ou parce qu’il semblait recouvrir des intérêts idéologiques, des formes de domination. En reconnaissant la fin de l’ère postcoloniale pour les sociétés asiatiques, nous nous donnons la possibilité de réfléchir à nouveau frais, avec elles, à l’universalisme, et de procéder à son aggiornamento.

Michel Wieviorka est sociologue, docteur d’État ès Lettres et Sciences Humaines, directeur d’études à l’EHESS, Administrateur de la FMSH. Il a été co-directeur, avec Georges Balandier, de la revue Cahiers Internationaux de Sociologie de 1991 à 2011. Il dirige aujourd’hui la collection « Le monde comme il va » aux Éditions Robert Laffont. Il est également membre du Comité scientifique des Presses de Sciences Po’ et des comités de rédaction de plusieurs revues dont : Journal of Ethnic and Migration Studies / Ethnic and Racial Studies / French Politics, Culture and Society.

 

Pour citer ce billet : WIEVIORKA, Michel, « La fin de l’ère postcoloniale », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 18 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/84]


Une réflexion au sujet de « Michel Wieviorka : La fin de l’ère postcoloniale »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *