Gérard Fussman : Les études indiennes et d’Asie centrale en 2012

J’ai commencé à apprendre le sanskrit en 1958. Quatre ans plus tard, à l’âge de 22 ans, j’étais nommé archéologue-adjoint de la Délégation Archéologique Française en Afghanistan. Je pense qu’aujourd’hui ce ne serait plus possible, pas seulement parce que depuis quelques années les postes se raréfient et que les chercheurs obtiennent plus facilement des crédits de recherche pour une courte période qu’un emploi permanent leur assurant la tranquillité d’esprit nécessaire pour mener des recherches de longue durée. Je pense surtout que les institutions sont devenues beaucoup plus frileuses. Elles recrutent sur diplômes (doctorats, HDR) exclusivement, même quand cela n’a pas de sens, par exemple au CNRS, à l’EFEO et à l’EPHE. On ne fait pas confiance aux jeunes gens alors que tout Professeur sait très bien que, sauf exception, on peut très bien juger des capacités présentes et futures d’un étudiant de 20 ans. Il en résulte un accroissement de la précarité pour les jeunes chercheurs, un retard de carrière pour ceux plus âgés et une perte de capacités pour la recherche, par abandon des jeunes chercheurs sans fortune personnelle ou familiale, par vieillissement du corps des chercheurs également. Ce n’est pas le moindre effet négatif des réformes successives de la recherche et de l’université qui toutes ont, l’une après l’autre, accru la lourdeur et la lenteur des recrutements sans avoir apporté la moindre garantie quant à leur qualité.

En 1958, le sanskrit était la discipline reine, en partie parce qu’une connaissance minimale de cette langue était nécessaire pour faire de la grammaire comparée des langues indo-européennes. Cette discipline jouissait d’un grand prestige, étant la seule linguistique enseignée et bénéficiant de l’aura des grands noms de l’Université, dont Emile Benveniste. La seule Inde qui valait était l’Inde ancienne, très ancienne même. L’Inde moderne n’était qu’une dégénérescence. Les indianistes de cette époque, remarquables savants s’il en fut, ont manqué deux tournants, le renouvellement de la linguistique telle que symbolisée par les noms de Martinet et Chomsky, l’intérêt grandissant suscité d’abord par l’Inde contemporaine puis médiévale. La linguistique française moderne s’est constituée en dehors et, dans une certaine mesure, contre la grammaire comparée. Les études indiennes contemporaines se sont développées à l’INALCO et à l’EHESS. Ces deux coupures n’ont en rien bénéficié à l’indianisme. Mais il y a eu un énorme changement de perspective. En 1958 on pouvait se dire indianiste, et même anthropologue indianiste, sans connaître aucune langue contemporaine de l’Inde. Les étudiants formés depuis 1980 sont tous censés parler une langue contemporaine de l’Inde et en tout cas ne croient plus qu’on puisse faire une enquête de terrain en anglais seulement.

La hiérarchie des champs d’études a aussi beaucoup changé. En 1958, le sanskrit, assimilé à l’Inde, était la discipline reine, en France comme en Allemagne. C’était l’héritage de la découverte, au début du 19e siècle, de cette langue et de son apport à la grammaire comparée des langues indo-européennes. Le tibétain et le japonais étaient des disciplines confidentielles enseignées à l’École des Langues Orientales seulement, de statut nettement inférieur à celui de l’Université, ne serait-ce que parce que très peu de ses enseignants étaient docteurs. Devenue l’INALCO, c’est maintenant, après maintes péripéties, une université de plein droit, avec de nouveaux locaux, la proximité d’une bibliothèque ultra-moderne (la BULAC) et la participation au PRES (Pôle de Recherche de l’Enseignement Supérieur) Paris-Cité. Dans le domaine des études orientales, désormais orientées vers le monde contemporain, c’est apparemment l’institution qui a le plus d’avenir.

La hiérarchie actuelle de la production scientifique me paraît très différente de celle implicitement admise en 1958. Le monde contemporain, alors négligé par l’Université, est désormais privilégié par les étudiants et les « décideurs ». Du point de vue de la productivité de la recherche, la hiérarchie me semble plutôt être études iraniennes, études centrasiatiques, études indiennes. Pour le nombre des étudiants, c’est probablement le chinois qui arrive en tête. Cela a des causes objectives. Pour l’Iran le renouveau des études avestiques, sous l’impulsion en France de mon collègue Jean Kellens, et le développement des études sur le shiisme dans la lignée d’Henri Corbin et maintenant de Mohammad Amir-Moezzi. Pour l’Asie centrale, c’est le développement des fouilles archéologiques en Afghanistan jusqu’en 1978 et ensuite en Ouzbékistan. La création de l’Institut Français d’Études de l’Asie Centrale (IFEAC) à Tashkent, malheureusement fermé en 2011 par la volonté des autorités ouzbèques, a permis le développement d’études sur l’Asie centrale contemporaine. La Chine a profité du prestige d’une nation en pleine renaissance, de plus en plus ouverte sur l’étranger, de l’enseignement du chinois dans les lycées français et d’un réservoir d’étudiants chinois et surtout chinoises issus de l’immigration ou venus en France grâce à des bourses. Ces bourses existent aussi pour les étudiants indiens, mais ceux-ci ne viennent pas en France étudier l’indianisme classique : ce sont les métiers de la finance et du management qui attirent les meilleurs d’entre eux, y compris et surtout en Inde contemporaine.

Cette situation n’est pas définitive. Le rapide développement économique de la République Indienne va accroître l’attirance pour les études indiennes une fois que nous aurons fait comprendre à tous qu’il ne suffit pas de savoir l’anglais pour comprendre les pays et ses habitants. Mais les indianistes, malgré une augmentation très sensible du nombre de postes, sont aujourd’hui très mal armés pour défendre ou restaurer le prestige de leur discipline.

Petit historique

L’Institut de Civilisation Indienne créé le 13 juin 1927 au sein de l’Université de Paris à l’initiative d’Émile Senart, avait pour but de regrouper sous une affiche commune et de coordonner les enseignements relatifs à l’Inde donnés à la Sorbonne, alors unique université parisienne, au Collège de France, à la 4e (sciences philologiques) et à la 5e (sciences religieuses) sections de l’École Pratique des Hautes Études et à l’École des Langues Orientales (aujourd’hui INALCO). Le CNRS n’existait pas encore. L’affiche des cours donnés en 1928-1929 comptait quinze noms, dont la totalité des indianistes parisiens. Les cours étaient consacrés à l’Inde (dans ses frontières britanniques) ancienne, médiévale et contemporaine (hindoue et musulmane), à l’Asie indianisée (Asie centrale, Indochine, Indonésie) et à l’Iran préislamique.

Aux quatre institutions mentionnées plus haut vinrent s’ajouter après la seconde guerre mondiale le CNRS et l’ORSTOM (aujourd’hui IRD : Institut de Recherche et Développement), la 6e section de l’École Pratique des Hautes Études, aujourd’hui École des Hautes Études en Sciences Sociales, et l’Institut Français de Pondichéry, plus des chaires de sanskrit dans quelques universités de province, et plus récemment le Centre de Sciences Humaines à New-Delhi. Le nombre de postes disponibles s’accrut considérablement, les rivalités également. Le résultat est qu’il n’y a pas à Paris de cursus cohérent d’indianisme alors que nous y disposions en 2008 de bien plus de postes d’enseignement que n’importe quelle ville européenne ou américaine : deux chaires au Collège de France ; neuf chaires d’Université (trois à Paris III, une à Paris IV, une à Paris X, quatre à l’INALCO) ; quatre directions d’études à la 4e section de l’EPHE ; trois directions d’études à la 5e section de l’EPHE ; quatre directions d’études à l’EHESS ; au moins cinq maîtrises de conférences ; d’assez nombreux chercheurs au CNRS, dont beaucoup habilités à diriger des recherches et qui souvent enseignent. Il faut ajouter à ces postes permanents la dizaine de collègues étrangers de qualité invités chaque année à délivrer une ou plusieurs conférences. La France dispose également de deux instituts en Inde et il est assez facile d’obtenir une bourse pour aller étudier dans une université étrangère (indienne, européenne ou américaine). Mais chaque institution décide des enseignements qu’elle donne et de l’heure à laquelle ils ont lieu sans consulter, ni même avertir, les collègues appartenant à d’autres institutions. Il n’y a donc aucun cursus commun et complet, ni en formation initiale, ni en formation doctorale. Le prestige à l’étranger de la recherche indianiste française est loin de correspondre au nombre de postes créés.

Les réformes institutionnelles de ces dernières années n’ont fait qu’accentuer ce manque de coopération, même quand la volonté de remédier à la dispersion des postes existait chez les chercheurs et enseignants. Le lien quasi-exclusif des écoles doctorales et des équipes de recherche avec une seule université et l’interdiction, maintenant presque partout appliquée, faite aux chercheurs et aux enseignants d’appartenir à deux équipes de recherche et à deux écoles doctorales différentes empêchent de fait toute coopération en dehors des institutions et interdisent de fait aux étudiants d’être suivis par des enseignants appartenant à des institutions différentes. La constitution des PRES, désormais officiellement présentés comme de nouvelles universités et officiellement mis en compétition les uns avec les autres, ne fera qu’aggraver la situation à moins qu’on n’aboutisse, je ne sais par quel procédé, à regrouper l’essentiel des études indiennes dans un seul PRES.

La vague de réformes qui a touché le CNRS et, moins pour l’instant, les Universités, n’a pas eu que des effets négatifs. La constitution de grandes équipes et le lien avec les écoles doctorales sont les très bienvenus. L’accent mis sur le renouvellement tous les quatre ans des équipes, principe peu appliqué auparavant, empêche celles-ci de s’endormir sur les situations acquises. Mais cela empêche aussi les projets de longue durée comme la constitution de nouveaux dictionnaires ou l’édition de nouveaux manuscrits. Cela gêne les publications car celles-ci ne peuvent intervenir qu’en fin de projet et il est alors difficile de trouver le temps pour les faire et les crédits pour les réaliser. Enfin cela a amené à une énorme dispersion des archives, parfois à leur perte. Cela n’a guère d’importance lorsqu’il s’agit d’un projet littéraire individuel (type : l’humanisme de tel penseur indien). C’est une tragédie quand il s’agit de documents de terrain en linguistique, en archéologie, en anthropologie.

Le retard des publications est particulièrement important en archéologie, mais cela n’a rien à voir avec l’instabilité des équipes. Faut-il répéter qu’une recherche non publiée est une recherche non faite et qu’une fouille professionnelle non publiée ne vaut guère mieux qu’une fouille clandestine ?

Dernière chose, importante pour l’avenir. Les conditions d’accès au terrain ont complètement changé depuis les années 1970. L’Afghanistan et le Pakistan, alors relativement sans danger, sont de fait fermés aux chercheurs étrangers. L’Ouzbékistan vient de se fermer aux chercheurs en sciences humaines et sociales (pas en archéologie). Le Népal n’est plus accueillant. L’Inde est de plus en plus agitée de mouvements nationalistes hindous qui rendent le dialogue difficile, interdisent aux étrangers, et même aux Indiens, de traiter de certains sujets en public (les Aryens, l’apport musulman, les causes de la scission de 1947 par exemple) et font que le fossé s’accroît à nouveau entre science occidentale et science indienne. Les coopérations ne peuvent plus guère se faire que sur les sujets qui ne fâchent point, la grammaire de Pāṇini ou l’urbanisme antique etc.

Le développement économique accéléré de ces pays, l’urbanisation galopante, les progrès dans les communications et l’éducation amènent aussi à se demander dans quelle mesure des recherches de terrain en anthropologie y sont encore justifiées. Il me semble que la République Indienne et même le Pakistan relèvent bien plus aujourd’hui de la sociologie que de l’ethnologie.

Je ne dirai rien, contrairement à ce qu’on m’a demandé, sur les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents. Quand les chercheurs sont à la fois dispersés et individualistes, ne concevant les recherches en commun que sous la forme de production individuelle d’articles ensuite réunis à ceux d’autres collègues sous un titre commun, le choix des nouvelles thématiques relève de la mode, de l’imitation ou de l’initiative de collègues un peu plus visionnaires. Il en a toujours existé dans l’indianisme français. Mais il me semble qu’en Inde, comme tout pays si attentif à son passé, aucune recherche même sur l’Inde contemporaine ne peut se faire sans prendre en compte la dimension temporelle et culturelle héritée. Il me semble aussi que la spécialisation actuelle impose la constitution de groupes de recherches menant des recherches en commun, sur un terrain commun, avec une thématique et un objectifs communs, sous une direction commune, et aboutissant à des publications sous signature multiple. Le CNRS, qui préconise depuis longtemps les recherches collectives, n’a toujours pas pris conscience de ce qu’est une telle recherche puisque les recrutements et promotions s’y font sur base individuelle seulement.

Paris, le 17 mars 2012.

Gérard Fussman est archéologue, professeur au Collège de France et spécialiste du sanskrit.

 Retrouvez le profil de Gérard Fussman, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : FUSSMAN, Gérard, « Les études indiennes et d’Asie centrale en 2012 », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 18 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/78]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.