Isabelle Charleux : les études mongoles

Domaine de recherche : aire culturelle mongole (env. 10 millions de Mongols) : République de Mongolie ; Mongols de Chine (régions autonomes de Mongolie-Intérieure et du Xinjiang, province du Qinghai), Mongols et Bouriates de la Fédération de Russie (Républiques de Bouriatie et de Kalmoukie)

Réseau Asie – Quels sont les changements radicaux intervenus dans la région du monde de votre aire de compétence ?

Isabelle Charleux – Le domaine des études mongoles connaît un essor notable depuis la fin du régime soviétique et l’ouverture de la Chine, qui a permis la réouverture des pays concernés à la recherche de terrain et dans les archives ainsi qu’aux échanges internationaux.

La libéralisation de l’économie et de la société de la jeune démocratie mongole a entraîné une récession, mais les richesses minières du sous-sol laissent espérer une prospérité future. En Chine, où vivent plus de la moitié des Mongols, le développement économique et social est à plusieurs vitesses. En Mongolie-Intérieure où les Mongols ne représentent que 16% de la population, la langue, le mode de vie et la culture sont en régression face à une acculturation programmée. Les Bouriates, également minoritaires dans leur République, y subissent une russification accélérée. Dans l’ensemble de l’aire mongole, la crise environnementale, les tendances économiques ainsi que les mesures politiques incitant à la sédentarisation (Chine) menacent le patrimoine et le pastoralisme nomade. Autre tendance observée, le dynamisme du renouveau religieux dans le contexte post- et néo-communiste.

Dans le domaine de la recherche, on observe dans l’ensemble de l’aire un essor des publications en nombre plus qu’en qualité, et une volonté d’internationalisation des chercheurs. La Chine a effectué des investissements importants dans les grandes universités et dans la recherche, mais ses mongolisants s’expriment principalement en chinois. La communication scientifique entre Mongolie-Intérieure et République de Mongolie s’est intensifiée, malgré la différence d’alphabets pour noter le mongol. La Mongolie entretient de nombreux liens académiques avec le Japon, autre pôle d’études mongoles en Asie.

Réseau Asie – Quel est l’état des forces et des faiblesses de la recherche française dans votre aire culturelle ?

Isabelle Charleux – Elle est en grande partie issue de l’école de Roberte Hamayon (EPHE), qui a principalement formé des anthropologues. La France est avec Cambridge – le Mongolia and Inner Asia Studies Unit (MIASU) le principal pôle de l’anthropologie mongole. Une coopération signée en 2003 entre l’EPHE et le MIASU a débouché sur trois colloques et 4 publications.

D’autres domaines comme l’histoire, la linguistique, la littérature, le droit sont aujourd’hui faiblement représentés malgré leur importance passée (Pelliot, Hambis). La plupart des chercheurs travaillent sur la République de Mongolie.

On peut identifier trois pôles principaux :

– Le CEMS (Centre d’Etudes Mongoles et Sibériennes), actuellement rattaché à l’EPHE, est d’abord une bibliothèque, riche d’environ 6000 ouvrages. Il publie la revue Etudes mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines (EMSCAT, fondée en 1970 par R. Hamayon sous le nom d’Etudes mongoles, à ce jour 42 n° parus, en ligne depuis 2009). La collection « Nord-Asie », fondée en 2007 comme supplément à EMSCAT, publie des monographies et des volumes collectifs (3 n° parus).

– Des chercheurs du GSRL (Groupe Sociétés, Religions, Laïcités, UMR 8582), certains d’entre eux étant actifs au CEMS, travaillent plus spécifiquement sur les religions mongoles. Un séminaire commun CEMS-GSRL rassemble chaque mois doctorants et enseignants/chercheurs sur l’aire mongolo-sibérienne.

– L’INALCO enseigne le mongol à une dizaine d’étudiants par promotion.

Par ailleurs, des anthropologues spécialisés sur la Mongolie enseignent dans les universités de Paris-Ouest La Défense, Tours et Strasbourg.

Grâce à la bibliothèque, au séminaire et aux manifestations communes, ces trois pôles sont relativement bien intégrés. Après le départ à la retraite de R. Hamayon, la relève est assurée ; les chercheurs qu’elle a formés ont pour la plupart obtenu un poste, les étudiants sont nombreux, et bientôt cinq enseignants/chercheurs seront habilités à diriger des recherches.

Depuis les années 2000, les chercheurs sont de plus en plus sollicités pour des expositions et manifestations grand public. La Mission française archéologique en Mongolie, créée en 1992 et reprise en 2001 par le musée Guimet, a contribué au développement des relations franco-mongoles. Un colloque international « Espace et patrimoines mongols » est organisé en mai 2012 par des doctorants de l’INALCO. Ces manifestations qui témoignent du dynamisme des études mongoles en France contribuent à fédérer les différentes institutions et à diffuser la recherche auprès du grand public.

Réseau Asie – Quelles sont les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents ?

Isabelle Charleux – Ni à l’EPHE ni au CEMS ni au GSRL ce champ n’est isolé ; il est largement envisagé dans une perspective comparative, avec le monde russisé et sibérien au CEMS, avec les mondes centrasiatique et tibétain au sein d’EMSCAT, avec le monde chinois au GSRL. Plusieurs chercheurs sont intégrés à des projets ANR et européens sur d’autres aires culturelles. Les enseignants/chercheurs sont actifs sur les thématiques suivantes :

– Études sur le nomadisme pastoral (GDRI « Nomadisme, sociétés et environnement en Asie centrale et septentrionale »), impact de l’exode rural.

– Étude du renouveau religieux, des nouveaux mouvements religieux, implantation des religions universalistes et leur confrontation avec les traditions autochtones (GSRL).

– Les « lieux-frontières » : espace et ethnicité, dynamiques sociales et politiques.

– Le patrimoine au XXe-XXIe siècle – histoire orale, transmission des savoirs.

– Études sur l’époque mandchoue et le début du XXe siècle, en plein essor grâce à la publication et l’ouverture progressive des archives.

Réseau Asie – Quelles mesures permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française… ?

Isabelle Charleux – Favoriser les échanges avec des instituts de Mongolie et de Mongolie-Intérieure par des accords de coopération ;

– Développer la communication avec les études mongoles au Japon et en Europe ;

– Favoriser les publications des chercheurs français en chinois, russe, mongol ;

– Soutenir les publications en France, en particulier EMSCAT/Nord-Asie ;

– Encourager la formation en langues des jeunes chercheurs, en particulier en russe, chinois, mandchou, tibétain, japonais.

Isabelle Charleux est chargée de recherche habilitée au CNRS, membre du groupe de sociologie des religions et de la laïcité et de l’école doctorale de l’EPHE.

Retrouvez le profil d’Isabelle Charleux, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : CHARLEUX, Isabelle, « Les études mongoles », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 17 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/75]

 


1 réflexion sur « Isabelle Charleux : les études mongoles »

Répondre à Marine Sam Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.