Svetlana Gorshenina : les études centrasiatiques

Depuis les années 1990, les études centrasiatiques connaissent en France un développement lent mais continu. Structurées autour de quelques institutions-piliers comme le CNRS (UMR 8546 : Archéologies d’Orient et d’Occident et Textes anciens ; 7041 : Archéologies et Sciences de l’Antiquité ; 7528 : Mondes iranien et indien ; 8032 : Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques ; 9993 : Centre de recherches archéologiques Indus-Baloutchistan-Asie Centrale et orientale), le Collège de France, l’EPHE, l’EHESS, les universités de Paris 1, Paris 3, Paris 7 et Paris 10, l’INALCO, les missions archéologiques en Asie centrale, l’IFEAC (Institut d’études sur l’Asie centrale à Tachkent) et les institutions françaises dans les aires avoisinantes (Moscou, Téhéran et Kaboul), ces études comptent approximativement 70 spécialistes en poste (ITA et émérites compris).

Durant les deux dernières décennies, les études centrasiatiques se sont dotées des outils nécessaires à leur pérennisation, car il est désormais possible de suivre en France un cursus universitaire allant jusqu’à la thèse et un stage post-doctoral. Comme en témoignent les 98 thèses soutenues dans le domaine des SHS entre 1991 (année de l’ouverture de l’espace soviétique) et 2007, et les 148 thèses en cours de préparation durant la même période, les recherches traduisent l’apparition d’un intérêt marqué pour cette nouvelle aire culturelle grande comme l’Europe, qui ne relève pas des zones d’études extra-européennes qui se sont traditionnellement développées en France et dont les régimes autoritaires peuvent compliquer la mise en place de programmes de coopération. L’enseignement, diversifié, est renforcé par l’existence de plusieurs revues (les Cahiers d’Asie Centrale de l’IFEAC, dont l’avenir est en ce moment en discussion, la Lettre d’Asie centrale, les Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines), des extraits bibliographiques (Abstracta iranica, Central Eurasian Reader), des fonds bibliographiques (comprenant, entre autres, une importante collection à la BULAC, la bibliothèque de l’IFEAC abritée à l’Ambassade de France en Ouzbékistan, une bibliothèque électronique en voie de développement), des collections auprès de prestigieuses maisons d’édition.

Cet éveil relativement récent de l’intérêt pour l’Asie centrale – à part les archéologues, peu de spécialistes des SHS ont pu s’y manifester avant 1991 – conditionne la présence des jeunes chercheurs en poste et épargne les études centrasiatiques du problème du vieillissement des effectifs.

Si l’on tient en même temps compte de la proportion des spécialistes formés et de l’importante bibliographie qu’ils ont pu constituer en vingt ans (sur des sujets liés en grande partie à l’actualité et avant tout à l’islam), le recrutement sur des postes fixes semble encore très insuffisant : la période analysée ne compte que 24 recrutements (plus 4 autres depuis 2007) comme CR1, CR2 et maîtres de conférences (sans ITA) entre le CNRS, le CNU et l’EPHE, toutes disciplines et «mini»-aires culturelles confondues dans le domaine des SHS (mais à la différence des États-Unis, on peut noter que ces recrutements ne concernent qu’un nombre insignifiant d’étrangers).

En outre, cette aire culturelle ne dispose pas d’une structure unitaire qui l’englobe dans sa totalité géographique, chronologique ou disciplinaire. À part deux équipes spécialisées dans les périodes anciennes, les chercheurs sont ventilés dans les grandes institutions, évoquées en début d’article, concentrées sur les aires culturelles du pourtour de l’Asie centrale.

Héritières d’un passé prestigieux (la DAFA et le Musée Guimet, le centre d’Alexandre Bennigsen), les études centrasiatiques en France connaissent cependant à l’heure actuelle une demande importante sur les plans politique, social et économique, tandis que la communauté des chercheurs qui s’est formée autour d’elles se montre très soudée et motivée : c’est ce dont témoignent les démarches de soutien que les chercheurs, préoccupés de son avenir, sont en train d’assurer à l’IFEAC pour son attachement au Centre d’études franco-russe de Moscou, après que les autorités ouzbèkes en ont bloqué les activités depuis 2009.

Svetlana Gorshenina est historienne des arts et des sciences, spécialiste de l’Asie centrale.

Retrouvez le profil de Svetlana Gorshenina, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : GORSHENINA, Svetlana, « Les études centrasiatiques », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 17 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/67]


Une réflexion au sujet de « Svetlana Gorshenina : les études centrasiatiques »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *