Virginie Symaniec : L’état de la recherche française sur l’Asie, le cas de la science politique (2004)

Une décennie après la parution du Livre Blanc de l’Orientalisme français, le rapport sur La recherche sur les aires régionales en science politique. Bilan et perspectives (juin 2004), coordonné par Dominique Darbon et Christophe Jaffrelot[1] ne faisait que confirmer les inquiétudes de leur pairs quant à la minoration des recrutements par aires culturelles et régionales aux concours du CNRS. La pénalisation des candidats « aires régionales » à dater de l’année 2000 avait eu pour première conséquence une baisse allant de 15 à 24 % des candidatures dès le concours de CR2. Le chapitre que Christophe Jaffrelot et Eric Seizelet consacraient en particulier à « L’état de la recherche française en sciences politiques sur l’Asie[2] » montrait que, du point de vue des recrutements en science politique, la recherche française sur l’Asie restait marginale dans le paysage français, tant dans les centres de recherche nationaux que dans les établissements d’enseignement supérieur. Par ailleurs, les auteurs de ce chapitre notaient qu’il n’existait toujours « aucune structure spécifique de recherche en science politique concernant exclusivement l’Asie[3] », tout en soulignant que la limite d’âge pour entrer au CNRS, alors encore en vigueur, constituait « un facteur rédhibitoire pour le recrutement de jeunes chercheurs disposant d’une compétence en science politique et d’une réelle aptitude linguistique, laquelle passe nécessairement par l’accomplissement de séjours de longue durée dans le pays d’accueil. Cette marginalisation et l’inadéquation des structures de la recherche ont pour conséquence que, tant pour les dépôts que pour les soutenances de thèse, les étrangers ou native speakers originaires de la zone, sont de plus en plus nombreux avec des thèmes privilégiant le plus souvent les relations internationales sur le système politique ou les évolutions politiques internes[4] ».

Ainsi, entre 1980 et 2002, 42,5 % des projets de thèse sur la Chine avaient été déposés en science politique par des Chinois ; 90,9 % des thèses en science politique soutenues sur la péninsule Coréenne l’avaient été par des Coréens. Seul le Japon semblait encore échapper à ce phénomène d’« ethnicisation » de la recherche, qui semblait déjà réduire de façon inquiétante le vivier de spécialistes susceptible de vouloir s’intégrer à terme dans le monde de la recherche et de l’enseignement français, plutôt que dans leur pays d’origine. Cela éclairait sous un nouveau jour le fait qu’une grande partie des thésards répertoriés se voyaient formés par des non spécialistes de leur aire culturelle. Le cas du Japon permettait enfin aux deux auteurs de montrer que l’offre d’enseignement et de recherche par discipline dans les départements de langue et de civilisation restait « des plus rudimentaires et le plus souvent laissée à l’initiative de chargés de cours extérieurs, sans aucune garantie de pérennisation (…)[5] », ce qui, outre la faiblesse du vivier, leur permettait de souligner les limites des capacités d’absorption du système universitaire et de recherche français.

 Ainsi, force était de constater que la représentation de disciplines telles que la science politique, ou que la transmission du savoir et de la connaissance sur des aires géographiques absentes des structures officielles de la recherche française — telles que la péninsule coréenne —, ne reposaient souvent que sur quelques personnalités opérant dans des structures périphériques ou sur les seules épaules de doctorants souvent tout aussi marginalisés. L’existence de réseaux principalement individuels étaient-ils alors suffisants pour porter et organiser la recherche de façon structurelle et pérenne[6] ? Comment allait-on sortir du « cercle vicieux » qui conduisait les meilleurs éléments à délaisser la carrière de chercheur sur une zone géographique pourtant appelée à susciter de l’intérêt croissant[7] ? Enfin, face à ces problèmes dépassant finalement — et de loin —, le seul champ de la science politique, comment la recherche française allait-elle disposer à terme d’une masse critique lui permettant de s’imposer au niveau européen ?

 Virginie Symaniec est docteure en études théâtrales de l’université de Paris III, habilitée à diriger des recherches en histoire de l’EHESS (Paris), spécialiste des mondes russe et ex-soviétique. Elle est actuellement chercheuse accueillie au Réseau Asie et associée au laboratoire de l’ARIAS/CNRS. Elle co-anime le programme FMSH Non-lieux de l’exil.


[1] Darbon, Dominique, Jaffrelot, Christophe, sur La recherche sur les aires régionales en science politique. Bilan et perspectives, http://www.etudes-africaines.cnrs.fr/pdf/sciencepolitique.pdf, juin 2004.

[2] Jaffrelot, Christophe, Seizelet, Eric, « L’état de la recherche française en sciences politiques sur l’Asie », La recherche sur les aires régionales en science politique. Bilan et perspectives, Ibidem, pp. 25-31.

[3] Darbon, Dominique, Jaffrelot, Christophe, Idem, p. 25.

[4] Jaffrelot, Christophe, Seizelet, Eric, Ibidem, p. 26.

[5] Jaffrelot, Christophe, Seizelet, Eric, Idem.

[6] Jaffrelot, Christophe, Seizelet, Eric, Idem, p. 29.

[7] Jaffrelot, Christophe, Seizelet, Eric, Idem.

 

Pour citer ce billet : SYMANIEC, Virginie, « L’état de la recherche française sur l’Asie, le cas de la science politique (2004) », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 17 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/63]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.