Laurence Roulleau-Berger : La sociologie chinoise au XXIe siècle

Si les sociologies européennes apparaissent ethno-centrées et peu ouvertes aux autres sociologies  du monde ce n’est pas le cas pour la sociologie chinoise qui d’abord s’est tournée vers les sociologies européennes et américaines pour affirmer aujourd’hui une pensée propre. Dans la sociologie chinoise les déplacements et hybridations de paradigmes s’organisent autour de la résistance à l’imposition de modèles intellectuels post-coloniaux et de l’affirmation d’une pensée « située » là où les sociologies européennes intègrent difficilement les pensées non occidentales.

Depuis 1979, la réinvention de la sociologie chinoise représente un évènement majeur dans l’histoire des sciences humaines et sociales. La sociologie chinoise, si elle s’était largement développée avant 1949, sera ensuite interdite pendant trente ans, pour retrouver un essor très rapide depuis sa recréation. La sociologie est en effet devenue une discipline-phare du champ intellectuel au cours de la décennie 1980 en Chine. L’abondance des productions scientifiques témoigne d’une dynamique intellectuelle forte qui produit une vraie originalité et de vraies spécificités liées à une histoire de la pensée chinoise et à la complexité d’un contexte sociétal..

La sociologie chinoise semble admettre plusieurs normes de légitimation scientifique qui permet la production d’une diversité et d’une cohabitation de points de vue, à condition que soit mise en oeuvre une vraie dialectique entre pratique et théorie sociologique. La sociologie chinoise s’est structurée tout au long de ces trente dernières années autour des tendances suivantes :

-la prise en considération de ce qui pourrait apparaître un effet de contexte civilisationnel.

– la montée de l’idée de « la production de la société » via l’analyse des processus structurels

– l’émergence de l’Individu à travers la question de la subjectivité et des interactions

– l’idée de produire des paradigmes émancipés de toute forme de colonisation culturelle et d’un regard surplombant de l’Occident sur la société chinoise

Les sociologues chinois connaissent les différents courants de la sociologie d’Europe de l’Ouest et américaine, il les distinguent et les associent dans différents travaux sans refuser à l’un ou à l’autre une légitimité donnée. En effet considérant que la sociologie comme discipline est née dans la civilisation capitaliste ils produisent une sociologie qui prend vraiment ses ancrages dans la civilisation chinoise d’hier et d’aujourd’hui, mais aussi dans des filiations, déplacements, hybridations avec des sociologies nord-américaines et européennes.

Certaines sociologies chinoises se nomment, d’autres ne se nomment pas. Mais surtout la sociologie se diversifie en produisant des propositions qui, à partir de l’effet de civilisation chinoise, agencent différemment processus structurels/actions pratiques/interactions/ subjectivités et se distinguent les unes des autres en donnant des statuts différents accordés à chaque concepts.

Parmi les sociologies qui se nomment Sun Liping parle de « sociologie de la pratique ».

Parmi les sociologies qui ne se nomment pas nous en avons distingué trois qui se construisent différemment en fonction du statut accordé aux concepts processus structurels/actions pratiques/interactions/ subjectivités :

– sociologie des structures et stratégies

-sociologie des  interactions, actions collectives et structures

-sociologie des  structures sociales, individu et subjectivité

Là où les couples individualisme / holisme, objectivisme / subjectivisme, microsociologique / macrosociologique ont été actifs dans la sociologie d’Europe de l’Ouest dans la production de pensées binaires, la sociologie chinoise se construit plutôt dans la pluralité des approches théoriques.

Cette réflexion sur la sociologie chinoise s’inscrit dans une entreprise scientifique plus large de désoccidentalisation des savoirs sociologiques et dans un travail épistémologique sur la production de « sciences sociales post-occidentales » qu’il paraît nécessaire de produire. Des dominations et des hiérarchies ont donc été très tôt construites entre les contextes occidentaux, orientaux et extrême-orientaux et ont produit des ignorances et des occultations de pans de savoirs entiers. Aujourd’hui nous sommes invités à nous placer dans un espace épistémique pluridimensionnel pour penser nos sociétés, pour comprendre comment d’anciennes hiérarchies de savoirs sont bousculées pour céder la place à de nouvelles, comment des réseaux transnationaux et translocaux de connaissances peuvent se former en créant des processus de conjonction et de disjonction culturelle et symbolique. Si Dipesh Chakrabarty avait créé subaltern studies en proposant de « provincialiser l’Europe » pour considérer les « histoires subalternes » dans leurs dynamiques propres et si des intellectuels comme Homi Bhabba ont porté les postcolonial studies à partir de l’idée de dépasser les grands récits de la modernité et les grands paradigmes en sciences sociales, il nous paraît aujourd’hui moins pertinent de penser la pluralité des « provinces du savoir» que les nouvelles centralités mais surtout de penser les modes de formation des continuités et les discontinuités, les agencements et les disjonctions entre des lieux de savoir situés à différents endroits du monde.

-L.Roulleau-Berger et  GuoYuhua, Li Peilin, Liu Shiding (dir), 2008, La Sociologie chinoise contemporaine, Coll. Réseau Asie, Éditions du CNRS, 2008, Paris.

-L.Roulleau-Berger, 2011,  Désoccidentaliser la sociologie. L’Europe au miroir de la Chine, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2011. Édition traduite en chinois aux Social Sciences Academic Press parue en 2012.

-L.Roulleau-Berger and Li Peilin (ed), 2011, European and Chinese Sociologies : a new dialogue, Brill Publishers, Leiden, Boston, Singapour.

-Li Peilin and L.Roulleau-Berger (ed), 2012, Internal and International Migration : a comparative perspective, Routledge Publishers, London and New York.

Lyon, le 5 novembre 2012

Laurence Roulleau-Berger est sociologue, spécialiste de la Chine, directrice de recherche au CNRS (UMR 5206, TRIANGLE interdisciplinaire au carrefour de la science politique, de l’histoire de la pensée politique et économique CNRS/ENS de Lyon, Sciences Po Lyon et université de Lyon 2)

 

Pour citer ce billet : ROULLEAU-BERGER, Laurence « La sociologie chinoise au XXIe siècle », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 28 septembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/548]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.