Virginie Symaniec : Le Livre blanc de l’Orientalisme (1993)

En 1993, la parution du Livre Blanc de l’Orientalisme français[1], qui regroupait les matériaux d’un colloque organisé le 10 janvier 1992 avec le soutien de la Société asiatique, s’inscrivait dans un contexte de crise. L’université, qui comptait alors 410 enseignants-chercheurs dans le domaine, venait d’assister à la suppression répétée de chaires orientales[2]. En février 1991, le CNRS avait procédé à des réformes visant à décloisonner les disciplines en introduisant un nouveau mode de découpage de la recherche par thèmes, ce qui avait notamment débouché sur la disparition de sa commission « Langues et civilisation orientales » au sein du comité national. Quant aux 200 chercheurs et 50 documentalistes spécialisés que comptait alors le CNRS dans le domaine — sur un total à l’époque de 11250 —, ils s’étaient retrouvé dispersés et placés en situation de minorité dans des équipes majoritairement composées de spécialistes du monde occidental, au point que Gérard Fussman allait jusqu’à qualifier le monde des orientalistes de « syndicat des exclus[3] », dans un contexte où il apparaissait que leur domaine ne serait plus reconnu comme un champ disciplinaire autonome.

Une fois mise en perspective avec les 30 années d’essor inégalé que les études orientales avaient connu en France depuis les années 1950, la critique saïdienne[4], qui avait associé l’orientalisme à une idéologie soumise aux seuls intérêts de la politique coloniale de l’Occident, avait également contribué à assombrir le tableau à un moment où commençaient déjà à se poser les problèmes liés à la diminution des moyens accordés à la recherche de terrain, à l’exiguïté des locaux et des personnels administratifs et techniques, aux insuffisances des acquisitions documentaires, à la relève des spécialistes face au vieillissement préoccupant des chercheurs, au recrutement face aux déséquilibres de la pyramide des âges, ainsi qu’à la réduction des cursus de formation — pourtant naturellement longs pour des chercheurs amenés à travailler de façon pluridisciplinaire dans des domaines linguistiques complexes, devant acquérir une grande expérience dans le maniement des textes et confrontés aux exigences de la recherche comparative[5] sur des terrains de très grande envergure, comme par exemple la Chine. Cette « critique » de l’orientalisme, aussi bien que la « critique de sa critique[6] », ne faisaient alors que souligner l’existence d’une urgence à redéfinir ce champ scientifique spécifique, son rôle et ses problèmes, dans le but de faire des propositions constructives visant aussi bien à améliorer le présent qu’à offrir des perspectives d’avenir.

Le Livre Blanc de l’Orientalisme français rappelait ainsi que, si le terme d’orientalisme était un héritage du passé entaché d’ethnocentrisme occidental, « Ce problème ne concerne que l’Occident et ne remet absolument pas en cause le bien fondé des études sur les civilisations orientales, qui, en dépit de la diversité des aires culturelles, ont des méthodes et des finalités communes[7]

Le champ scientifique de l’orientalisme, développé en Europe à partir de la Renaissance comme l’une des composantes essentielles de l’humanisme, pouvait donc encore se présenter comme un instrument ayant été déterminant dans les renouvellements philosophique et scientifique de l’Europe depuis le XVIIIème siècle. Il couvrait désormais les trois quarts de l’humanité et devait rester organisé autour de l’étude des grandes civilisations de l’Asie et de leurs extensions africaines. Convenait-il d’ailleurs d’« arrêter d’apprendre » à un moment où l’on constatait que certains pays asiatiques, comme la Chine ou le Japon, se situaient parmi les plus dynamiques du globe et qu’il était justifié de penser qu’ils domineraient le monde de demain[8] ? En outre, face à l’« occidentalisme » des politiques scientifiques, véhiculant « une image déformée du monde » en plaçant l’Europe au centre de toutes les préoccupations[9], la dévalorisation des recherches orientalistes, pourtant très largement ramifiées aux plans financier et organisationnel jusque dans les pays étudiés, n’allait-elle pas également devenir préjudiciable à ces derniers[10] ?

L’avenir de la recherche orientaliste n’engageait donc plus seulement celui de la France, dans sa capacité renouvelée à traiter avec les pays de l’Asie et du continent africain, et dans des domaines aussi variés que l’éducation, les sciences humaines et sociales, les sciences exactes et la technologie, la politique, l’économie, la culture, l’industrie ou la diplomatie. Le Livre Blanc de l’Orientalisme français prenait acte de « l’élargissement du monde » et des conséquences pour le devenir de la recherche de la constitution, depuis les années 1950, d’un « système planétaire », se traduisant paradoxalement par toujours plus de divisions et de subdivisions dans les multiples champs disciplinaires. Comment allait-on, face aux carences de ce nouveau système, repenser l’importance de l’Asie et du continent africain dans la transition qui se faisait alors jour entre un passé « extrêmement européocentrique » et la « culture polycentrique » contemporaine qui, depuis les débuts de la décolonisation, semblait cette fois se constituer à l’échelle mondiale[11] ? Comment, dans ce contexte, les études orientales, allaient-elles pouvoir rééquilibrer les aspirations des spécialistes pour la recherche fondamentale avec les impératifs marchands immédiats ? Comment allait-on enfin gérer le dépassement de leur ancien rattachement préférentiel aux disciplines de la linguistique et de la glottologie, de l’histoire antique et de l’archéologie, face à l’afflux de travaux anglo-saxons déjà presque entièrement orientés vers les recherches appliquées, notamment au domaine politique[12] ?

Face à ces questionnements et aux remises en cause, les auteurs du Livre Blanc de l’Orientalisme français en venaient à proposer des mesures concrètes pour donner aux recherches orientalistes une dignité au moins égale à celle des recherches occidentalistes, tout en utilisant les fonds publics de manière rationnelle pour accroître les moyens,  l’efficacité et la productivité des chercheurs et des enseignants. Palier le manque de locaux nuisant au regroupement des fonds documentaires, à la mise en œuvre de travaux collectifs, à l’insertion des chercheurs dans leur milieu scientifique, à une meilleure utilisation des outils de travail — en particulier informatiques —, ou à l’accueil des collègues étrangers nécessitait la mise en œuvre d’une politique immobilière menée sur le long terme. Parer à l’étiolement des équipes et aux graves déséquilibres de la pyramide des âges nécessitait de diversifier le recrutement des enseignants-chercheurs — aussi bien du point de vue des aires culturelles que des disciplines —, et d’endiguer le ralentissement des recrutements de jeunes chercheurs, car comment « persuader un étudiant brillant de se lancer dans dix années d’apprentissages difficiles s’il n’a pas des chances raisonnables de trouver un emploi stable[13] ? » Enfin, il devenait urgent de rééquilibrer les moyens et les postes entre Paris et la province, en constituant des pôles cohérents, capables de réunir « sur un même site des centres de recherche, d’enseignements universitaires et des bibliothèques spécialisées, consacrés à la même aire culturelle[14] ». Les chercheurs orientalistes appelaient encore à une meilleure coordination entre les ministères de l’Éducation nationale, des Affaires étrangères et de la recherche, comme condition indispensable de survie de leur discipline ainsi qu’à une meilleure représentation des langues orientales dans l’enseignement secondaire[15]. Face enfin à la suppression de la commission « langues et civilisations orientales », ils demandaient à ce que soit créé, au sein du CNRS, un nouvel organe représentatif des diverses composantes de l’orientalisme, au fait de ses besoins interdisciplinaires, et consultable sur tous les choix de politique scientifique[16].

Virginie Symaniec est docteure en études théâtrales de l’université de Paris III, habilitée à diriger des recherches en histoire de l’EHESS (Paris), spécialiste des mondes russe et ex-soviétique. Elle est actuellement chercheuse accueillie au Réseau Asie et associée au laboratoire de l’ARIAS/CNRS. Elle co-anime le programme FMSH Non-lieux de l’exil.


[1] LBO, Paris, Société asiatique, 1993.

[2] Robin, Christian, « Petit guide de l’Orientalisme français », LBO, 1993, p. 29.

[3] Fussman, Gérard, « Réflexions sur la place des études orientales dans les structures universitaires », LBO, 1993, p. 111.

[4] Said, Edward, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 1980 pour la traduction française ; Said, Edward, « Retour sur l’Orientalisme », Réflexions sur l’exil et autres essais, Actes Sud, 2000, pp. 271-292

[5] Miquel, André, « Orientalisme et interdisciplinarité », LBO, 1993, pp. 93-95.

[6] Charles Malamoud, « Critique et critique de la critique de l’orientalisme », LBO, 1993, pp. 87-91.

[7] Schipper, Kristofer, « Définition de l’Orientalisme », LBO, 1993, p. 13.

[8] Ibidem, p. 13.

[9] Christian Robin, Op. cit., p. 76.

[10] Zhang, Guangda, « La Chine et les études comparées », LBO, 1993, p. 70 & Gnoli, Gherardo, « Les études orientales aujourd’hui. L’expérience italienne », LBO, 1993, p. 64.

[11] Gnoli, Gherardo, LBO, Ibidem.

[12] Zhang, Guangda, Op. cit., p. 70.

[13] Christian Robin, Op. cit., p. 79.

[14] Christian Robin, Idem, p. 80.

[15] Halff, Bruno, « Les langues orientales dans l’enseignement secondaire », LBO, 1993, pp. 105-107.

[16] Christian Robin, Idem, p. 81.

 

Pour citer ce billet : SYMANIEC, Virginie, « Le Livre blanc de l’Orientalisme (1993) », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 18 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/52]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.