Patrick Maurus : Apparition (ou réapparition ?) de la Corée du Nord

Réseau Asie — Quels sont les changements radicaux intervenus dans la région du monde de votre aire de compétence ?

Patrick Maurus Les prémisses d’une opposition USA-RP Chine pourraient fortement déterminer la situation du Nord-est asiatique. La volonté d’Obama de « recentrer » dans cette région les forces américaines et l’émergence de la Chine comme grande puissance militaire et maritime devraient conduire à de nouvelles formes de confrontation, qui inquiètent les riverains. L’installation violemment controversée de la base navale américano-sud-coréenne dans l’île de Cheju est la traduction coréenne des conflits qui voient le jour (même s’ils couvent depuis longtemps) avec un peu tout le monde (Japon, Philippines, Vietnam, sans parler de Taïwan). La Chine a un conflit frontalier avec à peu près tout le monde, et si rien de ce type n’apparaît avec la (les) Corée(s), l’épisode récent de la nature nationale de la dynastie Koguryo (grand État féodal, considéré comme l’un des trois royaumes coréens, mais ayant occupé une très large portion de la Mandchourie : Alors, royaume coréen ou royaume chinois ?) montre que les cordes nationalistes, dont tous jouent dangereusement dans la région, pourraient rapidement être réactualisées.

Le deuxième phénomène, moins impressionnant quantitativement, est l’apparition (la réapparition ?) de la Corée du Nord. Non seulement la RPDC a parfaitement joué de la situation régionale, mais la situation intérieure est l’objet de changements significatifs depuis trois ans environ, en particulier économiques, même si la presse ne s’en fait guère l’écho, allant jusqu’à rejeter les articles de ses journalistes chevronnés qui tentent de passer l’information.

Paradoxalement, le décès de Kim Jong Il ne restera probablement pas comme un événement fondamental, non pas que l’homme n’ait pas été important, mais parce que la transition s’est faite en douceur et que tout indique que les forces à l’œuvre en RPDC ne demandaient que cela. En tout état de cause, les signes, sinon d’ouverture, du moins de multiplication des contacts sont nombreux. On attend pour 2012 les premiers enseignants nord-coréens en France (INALCO)

Réseau Asie – Quel est l’état des forces et des faiblesses de la recherche française dans votre aire culturelle ?

Patrick Maurus Faute de combattants, les forces de la recherche française sont assez indécelables. Les publications restent peu nombreuses. La recherche française est structurellement déficiente, dans la mesure où la diplomatie, la géopolitique et l’université s’estiment chacune compétente et négligent de s’adresser aux autres. Les plus concernés, c’est-à-dire les universitaires, restent génétiquement liés à leurs sources de financement, avant tout sud-coréennes. Cela n’interdit pas la multiplication des « Centres » de recherche… Le seul qui s’intéresse aux deux Corées et publie une revue multilingue (le CRIC) est indépendant de l’université.

Lorsque, de façon très insuffisante par rapport à l’augmentation du nombre d’étudiants, un poste est publié, les universités ont toutes les peines du monde à recruter un MDC compétent et se contentent souvent de ce qu’il y a. Jusque très récemment en effet, les rares doctorants apparaissant à Séoul étaient presque immédiatement avalés par le privé.

Réseau Asie – Quelles sont les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents ?

Patrick Maurus Le fait marquant concernant la coréanologie, tant internationalement qu’en France, est la très forte progression du public étudiant, parallèle à ce qui a été nommé, peut-être un peu trop rapidement, la « vague coréenne ».

Pour ce qui concerne les thématiques, elles dépendent étroitement des très rares chercheurs qui publient. Dans mon laboratoire, c’est la littérature et la traductologie qui s’imposent comme prismes de lecture des discours divers. Quantitativement, sont bien représentées les recherches religieuses.

Réseau Asie – Quelles mesures permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française… ?

Patrick Maurus Plus particulièrement et, dans la mesure où ces recherches sur l’Asie et le Pacifique ainsi que les enseignements qui leur sont liés sont réalisées dans des organismes de recherches, des universités…, il s’agirait de mesurer le rôle des lieux de production du savoir et des
disciplines. Les enseignants-chercheurs publiant se comptent sur les doigts d’une main, et l’essentiel des articles sont fondus dans des revues confidentielles.

Matériellement, l’avenir est aux mains des jeunes doctorants en formation, dans la mesure où leurs jurys seront scientifiquement composés. Épistémologiquement, le salut viendra peut-être des contacts avec les chercheurs de l’est européen et de l’Extrême-Orient.

Patrick Maurus, historien de la littérature coréenne est agrégé de Lettres modernes et maître de conférence habilité à l’INALCO. Rattachement principal, équipe Pluralité des Langues et des Identités : Didactique, Acquisition, Médiations (PLIDAM) ; Rattachement secondaire, HTLF (histoire de la traduction en langue française) & CRIC (centre de recherches indépendantes sur la Corée).

 

Pour citer ce billet : MAURUS, Patrick, « Apparition (ou réapparition ?) de la Corée du Nord », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/368]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.