Marie-Sybille de Vienne : Les études Sud-est asiatiques en France entre Pékin et Pecus

L’Asie du Sud-Est se caractérise par sa segmentarité, que traduit la démultiplication des langues, des écritures, des architectures, autant de particularismes qu’animaient jadis une pléiade de principautés enracinées dans leurs cultes des dieux du Sol. Alors même que la modernité a accouché de concert du nationalisme et de l’ethnicité, le Sud-est asiatique demeure dépourvu d’État-Nation au sens où on l’entend habituellement en Occident tandis que les questions frontalières sont loin d’être entièrement traitées, ce qu’illustre dans les termes du droit international la multiplication des zones maritimes et territoriales contestées. Plus profondément, ses États souffrent de problèmes d’encadrement social : les aristocraties « légitimes » achèvent de s’user (cf. la Thaïlande), et leur relais n’est que très mal assuré par des groupes sociaux montants, composés d’urbains acculturés ou d’étrangers ; l’insuffisance des classes moyennes, la pauvreté croissante d’un monde rural démographiquement saturé démultiplient les tensions structurelles internes.

La décennie 2000 a enregistré un bouleversement des équilibres propres au Sud-est asiatique suite à l’émergence de la superpuissance chinoise, passée de quelque 3,3% du produit mondial brut (PMB, en dollars US courants) en 2000 à 11,9% en 2010, soit une progression de plus du triple en dix ans, du sixième au deuxième rang mondial. Or face à l’affirmation économique et politique d’une Chine désormais plus « riche » et qui pèse trois fois plus lourd au plan productif, l’Asie du Sud-Est (3,4% du PMB) apparaît fragilisée par son morcellement national et l’hétérogénéité de ses potentiels économiques, d’autant que la longue durée fait des États qui la composent les héritiers de principautés ou de royaumes qui, à un moment ou l’autre de leur histoire, furent tributaires de l’Empire du Milieu. Autant dire que Pékin la considère comme son pré carré.

Sur une telle aire culturelle dont la complexité est loin de se réduire, les ambitions chinoises constituent aujourd’hui en enjeu géostratégique et la recherche française se retrouve prise en tenaille entre la tradition orientaliste qui l’a modelée et le Léviathan du « classement de Shanghai » qui la sape.

Les Sud-est asiatisants, même les plus remarquables sachant opérer avec brio la synthèse des disciplines, ne sont pas parvenus à convaincre les politiques, pour lesquels l’approche scientifique des sociétés restait de belles leçons d’anatomie pour muséographes. Aussi les études sud-est asiatiques de tradition et de langue françaises ont-elles connu un certain désenchantement. La recherche française a donc eu tendance à changer de référents épistémologiques, abandonnant son appareil conceptuel « latin » pour se couler dans un cadre anglo-saxon : dominé par une vision uniformément positive du futur et un ralliement à une approche par des référents rhétoriques sur le modèle des gender studies. À l’interrogation sur l’altérité culturelle et ses fondements se sont substitués des groupements thématiques formels, ordonnés à proposer une vision unificatrice orientée sur le « progrès », par le biais d’un comparatisme mécanique, sans profondeur historique, dont la grille d’analyse est pré-codée et auto-justifiée.

Pour autant, la recherche sud-est asiatique française conserve un dynamisme certain malgré la faiblesse de ses moyens financiers et le peu d’attractivité qui en découle pour l’aspirant chercheur. D’une part en raison de sa structure, parce qu’elle a réussi, au moins jusqu’à ce jour, à maintenir une pluralité de lieux de tradition scientifique différente (EPHE, EHESS, EFEO, INALCO, CNRS, Paris VII, Paris IV, etc.) et qu’elle a en sus créé de nouveaux pôles de recherche, notamment sur le contemporain (IRASEC, IRD, MAP, etc.). Ensuite par son contenu, où aux côtés des indispensables savoirs traditionnels (épigraphie, archéologie, sciences religieuses, histoire ancienne et moderne, littérature, géographie) ont pu être développées des disciplines plus récentes comme la sociologie, l’économie, la politologie ou l’anthropologie. Enfin par ses axes de recherche qui attestent d’une capacité à renouveler les méthodologies, comme, pour n’en citer que quelques-uns, l’étude du Cambodge de l’époque moyenne par des sources jusque-là considérées comme uchroniques (CASE) ; la réévaluation de la « mondialisation », des prédécesseurs historiques aux présents acteurs dominants de l’économie mondiale (Asies, EA 4512, INALCO), la constitution d’un corpus d’épigraphie islamique sud-est asiatique, etc.

Il reste que cette résilience est aujourd’hui gravement menacée par l’irruption dans le paysage scientifique de la révision générale des politiques publiques (RGPP), qui au nom de compréhensibles impératifs budgétaires, cherche à tailler dans une recherche en SHS au demeurant fort économe de moyens, lesquels se résument le plus souvent à quelques frais de mission. Le phénomène se conjugue au rabotage par le classement de Shanghai (absence d’universités françaises dans les 35 premières), pour pousser à un regroupement hâtif des structures de production du savoir, d’autant plus préjudiciable que le Sud-Est asiatique manque de visibilité médiatique (hors coups de projecteurs comme aujourd’hui sur la Birmanie) tout en demeurant difficilement préhensible pour le tout venant, et qu’en plus les publics estudiantins concernés restent (toutes les langues et cultures confondues), cinq à dix fois moins nombreux que ceux du japonais ou du chinois malgré l’importance économique et stratégique de la zone.

Autant dire que dans les contextes actuels, ni George Cœdès, ni Bernard Philippe Groslier, ni Paul Mus, ni Denys Lombard, qui ont renouvelé chacun à leur manière, le terrain et la discipline, tout en restant d’une extrême indépendance d’esprit, n’auraient la moindre chance de s’imposer face aux Labex, Idex, etc., dont la fluorescence relève davantage d’une excellence de la communication à destination des politiques, que d’une organisation rationnelle de l’enseignement et de la recherche.

Faut-il pour autant baisser pavillon devant l’irruption des méthodes de gestion issues de l’entreprise, qui plus est appliquées par des bureaucrates qui ne les maîtrisent pas toujours, dans le cénacle académique ? Était-il nécessaire d’introduire une concurrence entre les équipes à force de stimuli financiers alors qu’à titre individuel les chercheurs vivent déjà dans un univers hautement concurrentiel, non pas seulement pour les postes, mais bien davantage pour la reconnaissance de leur pairs ? Compétition oblige, ne fallait-il pas mieux alors jauger l’excellence des résultats que celle des projets ?

La recherche en SHS, dont les besoins et les pratiques sont à l’opposé de ceux des sciences dites « dures », et a fortiori sur l’aire sud-est asiatique où les spécialistes sont moins nombreux que dans les études japonaises ou sinologiques, ne gagne rien à être diluée dans de vastes entités où les questionnements très spécifiques qui sont les siens sont difficilement compris. Héritière des clercs de l’époque médiévale, elle nécessite à la fois des temps de confinement solitaire pour élaborer ses problématiques, autant qu’une mise en commun des compétences permettant d’en formuler les éléments de réponse. À cette deuxième fin, une bonne connexion DSL suffit, assortie d’une structure de liaison efficace faisant circuler l’information – en temps réel. En revanche l’inflation chronophage des réunions et des productions administratives, imposée par la multiplication des niveaux de tutelle, obère gravement la productivité du chercheur, allant à l’encontre des impératifs de rentabilité économique qui lui sont désormais imposés.

Marie-Sybille de Vienne est économiste et géopolitiste, professeur des Universités, Directrice du Centre d’études de l’Asie du Sud et du Sud-Est (CEASSE, ASIES EM 4512, INALCO), du Centre de préparation aux échanges internationaux (CPEI) et de la revue Péninsule.

Retrouvez le profil de Marie-Sybille de Vienne, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : DE VIENNE, Marie-Sybille, « Les études Sud-est asiatiques en France entre Pékin et Pecus », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/366]


Une réflexion au sujet de « Marie-Sybille de Vienne : Les études Sud-est asiatiques en France entre Pékin et Pecus »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *