Christian Hoste : Les défis du secteur agricole

INTRODUCTION

La région Asie-Pacifique héberge 57% de la population mondiale et 73% de la population agricole mondiale sur seulement 1/3 des terres agricoles. Elle produit toutefois 90% de la production mondiale de riz, 40% de la production de céréales et 40% de la production de viande et représente 70% du marché mondial des légumes et 80% de celui de l’aquaculture. Malgré ces performances, 63% de la population mondiale vivant sous le seuil de pauvreté et souffrant de la famine se trouve encore dans la région. Les défis posés au secteur agricole sont donc immenses et des réponses urgentes doivent y être apportées.

PRINCIPAUX CHANGEMENTS INTERVENUS DANS LA RÉGION

Les principaux changements intervenus dans la région sont :

  • Une insécurité alimentaire et nutritionnelle croissante

Conséquence d’une densité de population très élevée et de la présence de 642 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté !

  • L’impact de la crise économique mondiale et l’instabilité des marchés

Les produits alimentaires domestiques ont subi en Asie une inflation moyenne entre 10 et 20% (cf. Vietnam) en 2011. D’après la Banque Asiatique de Développement (ADB, 2011), une augmentation de 10% des prix alimentaires entraîne 64 millions de personnes de plus dans l’extrême pauvreté dans les pays d’Asie en développement (3,3 milliards d’habitants).

  • Une croissance rapide de l’urbanisation

En 2050, 63% de la population de la région vivra dans des zones urbaines ! Ce phénomène et l’émergence d’une classe « moyenne » de population entrainent des changements de mode de vie, la recherche de produits de bonne qualité sanitaire et l’apparition de régimes alimentaires différents et plus diversifiés, eux-mêmes favorisés par l’apparition de grandes chaînes de distribution de produits alimentaires.

  • Le changement climatique

L’apparition d’événements extrêmes plus fréquents et plus intenses entraîne une augmentation des risques sanitaires (maladies émergentes, zoonoses, etc.), une forte pression sur la biodiversité (selon PACE-NET, 2012, la Papouasie Nouvelle Guinée possède 5% de la biodiversité mondiale sur moins de 1% de l’ensemble des terres !) et une vulnérabilité plus grande pour les populations (tremblements de terre, inondations, tsunamis, etc.). En 2011, 42% des catastrophes naturelles au niveau mondial ont eu lieu en Asie, 90% du total des pertes humaines et 73% du total des personnes affectées proviennent de cette région. Enfin, beaucoup d’îles et de régions côtières de la zone sont situées à moins de 10 mètres au-dessus du niveau des océans et les derniers rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) font état d’une élévation du niveau des océans en 2100 entre 18 et 60 cm, menaçant les bassins rizicoles que sont les deltas des grands fleuves asiatiques.

  • Une pression foncière croissante sur les terres disponibles et une compétition entre production alimentaire, production de fourrages et production d’énergie

Les conséquences en sont une dégradation rapide des sols (érosion, perte de fertilité), la déforestation, la conversion de terres agricoles en zones industrielles ou en grandes plantations (palmiers à huile, hévéa) et une compétition très forte sur les ressources en eau agricole.

FORCES ET FAIBLESSES DE LA RECHERCHE AGRICOLE FRANÇAISE

Les principaux acteurs français de la recherche agricole en Asie sont le CIRAD (Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement) et l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement). L’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) collabore principalement avec les pays émergents (Chine et Inde) et de l’OCDE (Australie, Nouvelle Zélande, Japon) de la région.

Le CIRAD et l’IRD ont chacun une cinquantaine de chercheurs affectés en Asie, régions qui bénéficient également chaque année de 1 200 à 1 500 jours de missions et services d’appuis de chacun de ces deux organismes.

FORCES                                                      

  • Une approche régionale en partenariat ;
  • Une approche multidisciplinaire ;
  • Un large éventail de conditions sociales, économiques et environnementales étudiées ;
  • Une renommée mondiale de R&D en agronomie tropicale et notamment sur la question des risques sanitaires (maladies émergentes et zoonoses), enjeu majeur dans la région ;
  • Un partenariat ancien et des relations de confiance ;

 FAIBLESSES

  • Des ressources humaines insuffisantes pour traiter des problèmes à grande échelle ;
  • Un manque de compétences sur les questions socio-économiques et d’urbanisation ;
  • Un accès trop faible aux grands financements internationaux sur la région ;

OPPORTUNITÉS

  • La mobilisation d’équipes de recherche de certains pays qui peuvent s’autofinancer (Brunei, Malaisie, Singapour, etc.) ;
  • Les possibilités de coopérations européennes et de partenariats avec les pays de l’OCDE de la région comme l’Australie, la Nouvelle Zélande ou le Japon ;
  • La mise en place de programmes pilotes et de dispositifs régionaux de recherche et d’enseignement en partenariat ;

RISQUES

  • La possible réticence de certains pays, d’organismes de recherche ou d’universités de la région à collaborer entre eux ;
  • Une offre souvent plus compétitive et attractive des autres coopérations sous-régionales et internationales ;

Source : d’après l’IRD, 2012.

THÉMATIQUES ET AXES DE RECHERCHE ÉMERGENTS

L’Association Asie-Pacifique des institutions de recherche agricole (APAARI, 2009) a identifié trois grands axes de recherche au niveau régional, tout en reconnaissant que les actions et les priorités peuvent varier en fonction des sous-régions (Asie du Sud, Asie du Sud-Est et Pacifique) :

  • Augmenter la productivité, notamment pour les produits de base et ceux qui favorisent la diversification des revenus agricoles, en mobilisant les sciences et technologies ;
  • Encourager la création et améliorer la gestion des filières (infrastructures et accès aux marchés pour les producteurs ; réseaux/partenariats publics-privés, identification de marchés de niche, etc.) ;
  • Accroître la résilience dans deux domaines : le changement climatique et les chocs économiques.

L’APAARI a également identifié trois thèmes qui s’appliquent à chacun de ces trois axes : la bonne gouvernance, le rôle des femmes et la formation.

Ces priorités de recherche ont été confirmées par la 13ème conférence régionale de la FAO pour l’Asie et le Pacifique (FAO, 2010) qui a identifié 5 priorités stratégiques pour assurer la sécurité alimentaire de la région.

Du côté français, l’IRD met en place un Programme Pilote Régional (PPR) dénommé SELTAR qui couvre principalement le sous-continent Indien, l’Asie du Sud-Est continentale et les archipels d’Asie du Sud-Est. Plusieurs axes de recherche sont identifiés pour chacune de ces régions avec un axe transversal commun sur : « Prévisions, évaluations et mitigations des risques en Asie » (IRD, 2012). Les axes de recherche du CIRAD dans la région sont :

  1. la lutte contre la pauvreté et les inégalités ;
  2. le changement climatique et la pression sur les ressources ;
  3. la conservation de la biodiversité ;
  4. la lutte contre les maladies émergentes.

Dans le cadre de sa nouvelle stratégie, le CIRAD concentre ses forces dans des dispositifs de recherche et d’enseignement en partenariat (DP) dont quatre en Asie, les deux derniers étant conduits en association avec l’IRD :

  1. l’agriculture de conservation (CANSEA) ;
  2. les liens entre agriculture et marchés des villes (MALICA) ;
  3. la gestion des risques émergents (GREASE) ;
  4. une plateforme de recherche sur l’hévéa (HRPP) (CIRAD, 2012).

COMMENT AMÉLIORER ET ACCROÎTRE LA PRÉSENCE DE LA RECHERCHE FRANÇAISE

Cet objectif ne pourra être atteint que si des changements interviennent à différents niveaux :

  • En termes de géopolitique. La France qui a donné depuis de nombreuses années la priorité à l’Afrique et à la Méditerranée devrait reconsidérer ce choix au regard des enjeux (et risques qui leur sont liés) que présentent les régions d’Asie et du Pacifique, tant sur le plan économique (marchés d’avenir gigantesques) qu’humain (sécurité alimentaire et qualité nutritionnelle) et scientifique (la Chine sera dans le « top 10 » des publications scientifiques en sciences agricoles et environnementales dans les 3 prochaines années).
  • En termes de stratégie scientifique. Les frontières entre compétition et partenariat sont remises en question par l’émergence de grands programmes mondiaux (par ex. les programmes du Groupe Consultatif pour la Recherche Agricole Internationale – CGIAR ; l’Initiative internationale de recherche sur l’amélioration du blé – INRA), d’alliances mondiales (par ex. Global Research Alliance on agriculture greenhouse gases – GRA), de consortia (par ex. l’International Wheat Genome Sequencing Consortium), etc. Il est donc indispensable que les grands organismes de recherche (CIRAD, CNRS, IFREMER, INRA, INRIA, INSERM, IRD, IRSTEA, etc…) et les universités s’informent mutuellement de leurs programmes de coopération internationale pour développer des synergies et mieux participer à la conception, l’exécution et la gouvernance de ces diverses initiatives mondiales dans lesquelles on trouve de nombreux acteurs d’Asie et du Pacifique. L’ampleur et la complexité des enjeux plaident également pour une approche européenne plutôt que nationale. La création d’une maison européenne de la science et de l’innovation en Inde coordonnée par la France est une piste intéressante à explorer et à développer.
  • En termes d’offre et d’opérateur. Le système français demeure très fractionné (nombreux acteurs ; offres dissociées de recherche et de formation ; programmes et acteurs sur le terrain insuffisamment coordonnés) et est donc complexe, peu lisible et peu attractif. La création de l’AIRD (Agence inter-établissements de recherche pour le développement) en 2006 et d’Agreenium en 2009 pour développer une offre consolidée recherche – formation – développement en agrosciences et la promouvoir à l’international sont un début de réponse aux attentes des partenaires.
  • En termes de moyens. La France est le seul pays de l’OCDE qui maintient une politique active d’expatriation de chercheurs au sein des structures partenariales nationales. Cette présence au quotidien et sur le long terme, appuyée par de très nombreuses missions, est un atout incontestable pour une meilleure connaissance des enjeux et questions de recherche qui se posent dans les différents pays et pour le rayonnement de la recherche française. Elle a toutefois un coût financier important que les agences françaises (ANR, AFD, AIRD) prennent insuffisamment en compte. De même, les critères d’évaluation de l’AERES ne reconnaissent pas suffisamment les spécificités de « la recherche pour le développement » et rendent de plus en plus difficile le recrutement et la mobilité des jeunes chercheurs dans les pays en développement.

Le 21 juin 2012

Christian Hoste est Directeur adjoint et directeur des relations internationales d’Agreenium (CIRAD). Agreenium est un établissement public de coopération scientifique (EPCS). Il a été fondé par deux instituts de recherche, le CIRAD et l’INRA, ainsi que par quatre écoles : AgroParisTech, SupAgro, AgroCampus Ouest et l’école nationale de vétérinaire de Toulouse.


Contact : christian.hoste@agreenium.org

Références

APAARI, 2009. Expert Consultation on Agricultural Research for Development in Asia and the Pacific – the Way Ahead, 30-31 October 2009, Bangkok, Thailand.

ADB, 2011.Global Food Price Inflation and Developing Asia. Mandaluyong City, Philippines: Asian Development Bank.

CIRAD, 2012. Le CIRAD en Indonésie et en Asie du Sud-Est. Jakarta, Indonésie.

FAO, 2010. FAO Regional Priority Framework for Asia and the Pacific (2010-2019): Towards Food Security in the Region. FAO, Rome.

IRD, 2012. Soils, Waters, Coastal Zones and Societies Facing Risks in Southern and Southeast Asia – SELTAR. Ird,

PACE-NET, 2012. Pacific Europe Network for Science and Technology. Press release. Noumea, 10 April 2012.

Remerciements

Bernard Charpentier (CGAAER) ; Jean-Charles Maillard et Gilles Saint-Martin (CIRAD/Agreenium) ; Sloan Saletes (CIRAD) ; Clotilde Fournier (MAA/DGER) et Christian Valentin (IRD).

 

Pour citer ce billet : HOSTE, Christian, « Les défis du secteur agricole », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/361]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.