Cécile Sakai : Une mondialisation multipolaire en Asie orientale

Réseau Asie — Quels sont les changements radicaux intervenus dans la région du monde de votre aire de compétence ?

Cécile Sakai En Asie orientale, on assiste à un changement de paradigmes économiques et culturels et à une montée en puissance par rapport à l’Europe ou aux États-Unis. En inter-asiatique, la Chine est en voie de devenir une super-puissance, malgré des fragilités structurelles. La vague asiatique culturelle est toujours menée par le Japon (restes de la puissance passée ?), à laquelle contribuent la Corée, Taiwan et, désormais, la RPC : un ensemble pop, jeune, alternatif, technologique, avec un marché exportateur (cf. Études d’Iwabuchi Kôichi). Une mondialisation multipolaire se met en place.

Réseau Asie — Quel est l’état des forces et des faiblesses de la recherche française dans votre aire culturelle ?

Cécile Sakai — La transition est en cours, y compris générationnelle, des recherches sur les « civilisations » vers des recherches en sciences sociales du monde contemporain. Sans doute un cycle s’achève, avec sa dominante classique et ses travaux archéologiques, historiques, documentaires, religieux ou littéraires. Cet ensemble a composé un pôle d’excellence des spécialistes français : il conviendrait de maintenir le niveau de cette expertise dans les années à venir. Mais de nouvelles pistes doivent être explorées, pour reconfigurer les études aréales au 21e siècle. Un accent particulier me semble devoir être porté sur les questions de globalisation, associées aux questions de mutations technologiques, d’ailleurs liées, et qui transforment en profondeur les corpus étudiés par les chercheurs du contemporain. Recherches de normes et d’outils d’évaluation.

Réseau Asie — Quelles sont les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents ?

Cécile Sakai Dans l’ensemble, on assiste au développement de travaux pluridisciplinaires, voire interdisciplinaires, autour de thématiques ou de périodisations communes. Il y a un accroissement des programmes collectifs, souvent renforcés par les incitations institutionnelles (appels à projet, soutiens financiers, évaluation des équipes de recherche, etc.). On constate également l’essor des rencontres scientifiques régionales, qui cherchent par la comparaison à faire émerger les spécificités d’aires géopolitiques dépassant les frontières linguistico-culturelles. Lorsque le terreau commun est historique, ces travaux trouvent une pleine légitimité. Pour autant, les recherches aréales, spécialisées, doivent aussi être poursuivies, sous peine de perdre les compétences qui permettent notamment les échanges internationaux les plus fructueux avec les équipes locales, sur place.

Du point de vue des nouvelles thématiques, on constate l’émergence de recherches plus globales, ménageant une place particulière aux questions de transferts culturels, de traduction (au sens large du terme), de circulation des savoirs, c’est-à-dire travaillant sur les médiations et les négociations, ainsi que sur leurs effets.

Réseau Asie — Quelles mesures permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française… ?

Cécile Sakai Il faudrait sans doute une moindre dispersion des équipes, mais la problématique s’est complexifiée depuis cinq ans, avec les restructurations en cours, notamment universitaires (PRES, Labex, Idex, etc.). Pour véritablement créer des synergies scientifiques, il faudrait dépasser les logiques de regroupement institutionnel, pour aller vers les transversalités et coopérations effectives et reconnues dans le domaine de la recherche. Il faudrait également protéger les temps de recherche individuelle, notamment pour les EC des universités (systématisation des délégations CNRS par exemple), qui subissent l’accroissement exponentiel des charges administratives et pédagogiques. La recherche fondamentale, de longue durée, doit retrouver une place de choix, pour permettre à de véritables « œuvres » scientifiques (monographies dans le cadre des LLSHS) de rénover le cadre épistémologique en construisant de nouvelles théories et méthodologies, adaptées au 21e siècle.

Visibilité et internationalisation : le problème de la langue de communication et de la diffusion est récurrent. Dans une ère dominée par l’anglais, les travaux francophones souffrent des limites de leur champ de réception. Si des traductions plus systématiques sont à encourager et à soutenir (financièrement), les solutions ne se limitent sans doute pas à l’outil seulement. Certaines délégations CNRS (voir aussi avec les IEA et leurs partenaires étrangers) pourraient être organisées dans le cadre de conventions d’internationalisation (d’ailleurs en réciprocité). La valorisation des travaux en langues locales de l’Asie (interactions) est également nécessaire.

27 avril 2012

Cécile Sakai, spécialiste des littératures modernes et contemporaines du Japon est professeur à l’université Paris Diderot et chercheur au Centre de Recherches sur les Civilisations de l’Asie Orientale, CNRS/EPHE/Université Paris Diderot (UMR 8155), rattachement secondaire Collège de France : Japon, littérature et culture modernes et contemporaines

Retrouvez le profil de Cécile Sakai, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : SAKAI, Cécile, « Une mondialisation multipolaire en Asie orientale », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/359]


1 réflexion sur « Cécile Sakai : Une mondialisation multipolaire en Asie orientale »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.