Henri-Paul Francfort : L’archéologie en Asie centrale

Réseau Asie — Quels sont les changements radicaux intervenus dans la région du monde de votre aire de compétence ?

Henri-Paul Francfort  —  La fin de l’URSS ainsi que les conflits et rivalités nationales qui ont suivi en Asie Centrale rendent aujourd’hui très difficile d’organiser une activité de recherche sur l’ensemble des cinq républiques de la région, alors que de nombreuses questions scientifiques requièrent une telle vue d’ensemble.

Réseau Asie – Quel est l’état des forces et des faiblesses de la recherche française dans votre aire culturelle ?

Henri-Paul Francfort  —  L’on peut constater la force en Asie centrale du dispositif archéologique français des « anciennes générations» qui sont en poste (CNRS principalement) et qui ont été formées dans les instituts de la zone, ainsi que le dynamisme de l’intérêt de la relève, même si , pour certaines disciplines, qui ne sont pas enseignées dans nos universités, les obstacles sont nombreux et  l’avenir très incertain ; les faiblesses résident dans les difficultés rencontrées pour la formation, notamment à faire séjourner les jeunes suffisamment longtemps dans les pays pour qu’ils forment les réseaux de collègues avec lesquels ils travailleront tout au long de leur carrière (à ce sujet, les difficultés de l’IFEAC et la situation de l’IFRI et de la DAFA sont inquiétantes) ; une autre difficulté est celle du recrutement dans les domaines les moins battus (disciplines ou zones au sein des aires de l’Asie centrale) ; enfin, l’on rencontre des difficultés (finances, hébergement, durée) pour l’accueil en formation ou en stage de haut niveau, ou même technique, des partenaires des coopérations archéologiques, ce qui nous met en position concurrentielle affaiblie par rapport à d’autres nations mieux dotées ou organisées ;

Réseau Asie – Quelles sont les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents ?

Henri-Paul Francfort  —  L’on peut mentionner, pour l’archéologie :

  1. la santé : paléopathologies, historique des maladies, épidémies ;
  2. eau : historique dans la longue durée de la gestion et utilisation ; irrigations ; désertification ;
  3. changement climatique (du Pléistocène et Holocène à l’actuel) et conséquences historiques anciennes et/ou menaces sur le patrimoine (fonte du pergélisol des tombes gelées par exemple) ;
  4. paléo(archéo)-environnement et sociétés : déterminismes pesant sur les évolutions dans la longue durée et adaptations (domestications d’espèces, nomadisme, etc.) ;
  5. grands outils typologies et corpus, bibliographies et scannage de publications, corpus de pétroglyphes, de poteries antiques par exemple ;
  6.  caractéristiques et évolution des populations des origines à l’actuel : la paléoanthropologie des vestiges osseux ou des momies ; les questions de grandes migrations, de l’émergence du nomadisme et leurs corrélats anthropologiques et linguistiques ;
  7.  modélisation des économies et éventuellement des sociétés : à l’aide de systèmes multi-agents et au cours des âges, voir le programme européen simulpast (site web) ;
  8.  art et idéologie : représentation des mondes par les images et les arts, en longue durée ; exploitation politique actuelle de formes artistiques anciennes ;
  9. anciennes sociétés centrasiatiques : cultures et civilisations, structures, évolutions ;  l’Asie centrale s’écarte du modèle canonique de l’émergence à la protohistoire de l’urbanisation et de l’État, qui est  fondé sur les données égyptiennes et proche-orientales ; comment, pourquoi ?
  10. indispensable et stimulante coopération européenne et internationale : voir ci-dessus « g » par exemple ;
  11. nécessité de socles institutionnels et professionnels stables noyaux durs de la recherche de longue durée ;

Réseau Asie – Quelles mesures permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française… ?

Henri-Paul Francfort  —  Il semble primordial de pouvoir envoyer sur le terrain dans les pays pour des séjours de longue durée de jeunes (et moins jeunes) chercheurs ; de faire venir les collègues et partenaires étrangers ; de créer des événements scientifiques de haut niveau bi- ou multinationaux et multidisciplinaires ; de mettre en place un dispositif coordonné à moyen terme, solide et stable (Écoles, Universités, Instituts, IFRE, postes à planifier pour affichages).

Henri-Paul Francfort est archéologue, spécialiste de l’Asie centrale et directeur de recherche au CNRS (ARSCAN, archéologies et sciences de l’Antiquité).

Retrouvez le profil de Henri-Paul Francfort, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : FRANCFORT, Henri-Paul, « L’archéologie en Asie centrale », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/357]


1 réflexion sur « Henri-Paul Francfort : L’archéologie en Asie centrale »

  1. Marine Sam Auteur de l’article

    Lire aussi dans les articles du mois du site Réseau Asie et Pacifique :
    “Découvertes archéologiques et route de la soie”
    par Henri-Paul Francfort, Directeur de recherche au CNRS, Laboratoire Archéologies et sciences de l’antiquité
    http://www.reseau-asie.com/article/archive-des-articles-du-mois/les-articles-du-mois-du-reseau-asie/decouvertes-archeologiques-et-route-de-la-soie-par-henri-paul-francfort-directeur-de-recherche-au-cn/_mot_cle_show=francfort/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.