Pierre-Yves Le Meur : Les SHS dans le Pacifique Sud. Renouvellement, enjeux et perspectives

Du fait de sa configuration géographique et du contexte historique, le Pacifique insulaire constitue un formidable laboratoire sociétal et environnemental. La somme des « microsociétés » qui le composent permet d’observer en « vraie grandeur » et en « temps réel » les évolutions des relations homme/nature ou société/environnement. Le contexte actuel du changement global associé à la montée des différentes formes d’environnementalisme ont entraîné les sciences sociales sur des voies parfois inhabituelles (cf. par exemple le récent panel sur « anthropologie et changement climatique » organisé dans le cadre des conférences annuelles de l’ASAO). L’objet « environnement » est analysé sous des angles complémentaires : du point de vue de l’analyse des savoirs « locaux » ou « traditionnels » relatifs à la nature et à la « biodiversité » ; du point de vue des dispositifs de protection de la nature et de leurs effets sociaux, politiques, économiques, etc. ; via une analyse critique des notions en vogue de « services écosystémiques », « compensation carbone », « paiement des services écosystémiques » qui parfois se transforment en carcan idéologique et renforcent des tendances à la marchandisation de la nature. Ces évolutions, qui touchent aux différentes disciplines des sciences sociales, ont aussi entraîné un renouvellement de la pensée juridique et de ses liens avec les sciences sociales en général et l’anthropologie en particulier.

Le Pacifique insulaire est également un laboratoire en matière de souveraineté, régimes politiques et décolonisation, du fait de la large variété de situations des pays de la région dans ce domaine. Depuis des indépendances souvent récentes (de 1970 à 1980 pour Fidji, la Papouasie Nouvelle Guinée, les îles Salomon et Vanuatu) à des rattachements complets à la métropole (Hawai’i) en passant par une décolonisation négociée originale en Nouvelle-Calédonie et des formes de souveraineté limitée comme aux îles Cook. Ainsi le programme de recherche mené par les Universités Victoria et Massey en Nouvelle-Zélande et du Sud Pacifique à Fidji, en collaboration avec l’IRD et l’Université de la Nouvelle-Calédonie, explore les effets de l’aide au développement sur les dynamiques de souveraineté nationale dans plusieurs pays du Pacifique incluant des territoires en transition comme la Nouvelle-Calédonie. Les questions de souveraineté et de décolonisation sont abordées de manière renouvelée par rapport aux débats des années 1970 et 1980 sur le « Pacific Way », entre autres choses parce que le contexte a évolué dans des directions variées et inattendues : guerre civile à Bougainville, succession de coups d’État à Fidji, processus de décolonisation négociée en Nouvelle-Calédonie, etc., le tout sur fond de rivalité entre puissances régionales.

Les enjeux de souveraineté rencontrent également le thème de la politique des ressources naturelles, et, en particulier, la question de l’extraction et de la transformation minières qui se sont fortement développées dans plusieurs pays du Pacifique depuis les années 1990 et se déploient vers le fonds marins avec le démarrage de l’exploitation des nodules polymétalliques. L’enjeu minier est crucial pour plusieurs pays du Pacifique insulaire (Papouasie Nouvelle-Guinée, Salomon, Nouvelle-Calédonie, Nauru, Fidji à un moindre degré) et les recherches en sciences sociales sur le sujet ont connu une croissance très forte depuis une quinzaine d’années, comme en témoigne déjà la revue de la littérature de Chris Ballard et Glenn Banks parue en 2003 dans Annual Review of Anthropology. L’arène minière s’est profondément transformée avec la montée des discours environnementalistes, autochtones et de responsabilité sociale d’entreprise, l’élaboration de régulations à différents niveaux et l’apparition de nouveaux acteurs (ONG, organisations autochtones, etc.). L’accès et le contrôle des ressources minières sont des enjeux à la fois de souveraineté politique et de développement économique et leur étude se fait aux différentes échelles, du local au global. La question foncière est également extrêmement sensible et elle refait très nettement surface actuellement, que ce soit dans des contextes d’anciennes colonies de peuplement (Nouvelle-Calédonie, Fidji, Nouvelle-Zélande) ou dans certains pays dont l’indépendance est récent et le choix a été fait du « tout coutumier » dans ce domaine (Vanuatu par exemple).

Le contexte de la recherche évolue en profondeur et le renouvellement des thématiques s’effectue plus ou moins au rythme de ces bouleversements. Il faut noter ici l’importance de la demande sociétale dans l’articulation de ces deux mouvements. Cette demande d’analyse et de compréhension des changements en cours, dans les domaines de la gouvernance des ressources, des processus politiques ou des enjeux environnementaux, émane de secteurs divers : État et collectivités, entreprises minières, ONG, autorités coutumières, etc. La traduction de cette demande en problématiques de recherche ne va pas de soi, mais elle peut alimenter les renouvellements des thématiques, tant que les institutions de recherche conservent leur autonomie. Il faut éviter de se laisser entraîner vers des montages parfois sans contenus, comme ceux que mettent sur pieds certaines grosses ONG internationales. Il est également nécessaire d’approfondir la réflexion sur les pratiques (et les modes d’évaluation) des formes d’application des SHS et d’implications des chercheurs dans les dispositifs de politiques publiques. Enfin les modalités financières d’accueil des doctorants doivent être repensées, sous peine d’assécher un vivier indispensable à la vie de la recherche.

Dans ce cadre, la force des institutions de recherche basées en Nouvelle-Calédonie et dans le Pacifique réside dans leur capacité à construire des réseaux actifs et des collaborations durables. À cet égard, la convention de partenariat signée en juin 2012 par l’EHESS (pôle ANU Canberra), l’IRD, l’Université de la Nouvelle-Calédonie et le Centre Culturel du Vanuatu dans le domaine des SHS constitue une initiative à saluer. Plus généralement, les actions cherchant à établir des passerelles entre mondes anglophones et francophones, entre pays indépendants et territoires d’outremer, entre instituts de recherche et centre de collecte culturelle et patrimoniale sont à encourager. Or les ressources humaines sont faibles et les critères essentiels que sont la prévisibilité et la pérennité des actions sont trop souvent oubliés, par exemple du point de vue d’une politique scientifique des sites de recherche situés dans les PTOM ou les ACP du Pacifique. Le GOPS (Grand observatoire de l’environnement et de la biodiversité dans le Pacifique Sud), dispositif regroupant 17 institutions de recherches françaises pour partie basées dans le Pacifique et en phase d’ouverture vers le monde anglophone (accord signé avec le NIWA/National Institute of Water and Atmospheric Research néo-zélandais en juin 2012), est structuré en quatre axes dont un, « Représentations, pratiques et politiques de la nature », dédié explicitement aux sciences sociales. Cet observatoire peut constituer un cadre favorisant les deux conditions de prévisibilité et de pérennité énoncées plus haut, pour peu que l’ensemble des organismes parties prenantes jouent le jeu, ce qui n’est pas le cas jusqu’à présent.

Pierre-Yves Le Meur, anthropologue, est chargé de recherche (CR1) à l’IRD, affecté au centre de Nouméa depuis février 2008. Il est également membre de l’UR 199 « Dynamiques socio-environnementales et gouvernance des ressources » (directrice Geneviève Michon).

 

Pour citer ce billet : LE MEUR, Pierre-Yves, « Les SHS dans le Pacifique Sud. Renouvellement, enjeux et perspectives », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 août 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/351]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.