Natacha Aveline : La recherche urbaine en Chine et au Japon

Réseau Asie — Quels sont les sont les changements radicaux intervenus dans la région du monde de votre aire de compétence ?

Natacha Aveline  J’interviens dans le domaine des études urbaines sur la zone Asie du nord-est, plus précisément sur les politiques foncières dans les grandes villes japonaises et chinoises. Au Japon, quatre grands changements sont intervenus au cours des dernières années :

-les prix fonciers, qui avaient connu une hausse quasi-ininterrompue depuis l’après-guerre, ont subi un recul sévère suite à l’éclatement de la bulle spéculative au début des années 1990. Cela a marqué la fin du « mythe foncier » (tochi shinwa) et profondément modifié les pratiques d’investissement immobilier.

-la population japonaise a commencé à décroître depuis 2004 et l’on voit apparaître des phénomènes de rétraction urbaine dans les périphéries des grandes villes ; ce phénomène conduit à des recompositions régionales majeures : fusion de municipalités, projet de réduction des préfectures.

-de nouveaux outils ont été introduits pour financer la construction immobilière (fonds tritrisés REIT et equity funds) ; les logiques d’investissements sont dictées par des arbitrages au sein des marchés financiers. Cela a pour effet d’exacerber le mouvement actuel de concentration de l’aménagement dans les zones centrales de Tokyo, au détriment des autres parties de l’agglomération et des autres grandes villes nipponnes comme Osaka et Nagoya.

-suite aux accords de Kyoto, le Japon a cherché à se faire le champion du développement durable. De nouvelles normes sont édictées dans le domaine de l’aménagement urbain pour prendre en compte la performance énergétique des constructions et programmer des espaces verts.

Alors que le Japon accuse un recul des marchés fonciers, la Chine connaît au contraire un emballement dans tous les secteurs de l’immobilier. Le grand changement pour la Chine est l’utilisation de la ressource foncière par les collectivités locales pour financer leurs ambitieux travaux d’infrastructures et les services de protection sociale. Le foncier est donc au cœur du modèle de développement de la Chine urbaine, avec un fort désengagement de l’État, un endettement local en hausse rapide et une pénétration croissante des capitaux financiers dans l’aménagement urbain.

Un autre changement majeur est la prise en compte de la « durabilité » dans la construction. Le gouvernement a lancé une campagne de promotion pour les immeubles « verts » en 2004, dont l’enjeu sera majeur compte tenu de l’importance de la construction immobilière dans ce pays : en 2015, 50% des constructions seront en Chine ; dans ce pays sont construits chaque année 2,5 milliards de mètres carrés, soit autant que la totalité des constructions en France.

Réseau Asie — Quel est l’état des forces et des faiblesses de la recherche française dans votre aire culturelle ?

Natacha Aveline  Il existe au Japon une tradition de recherche française sur le développement régional et urbain, qui était particulièrement active dans les années 1980 lorsque Augustin Berque dirigeait la Maison Franco-Japonaise. Mais cette tradition doit être renouvelée pour prendre en compte les nouvelles thématiques ayant émergé au cours des deux dernières décennies : développement urbain durable, vieillissement, rétraction urbaine (« shrinkage »), financiarisation de la production immobilière. Après une longue « traversée du désert » des études urbaines sur le Japon, on observe un regain d’intérêt des doctorants qu’il conviendrait d’encourager.

Du côté de la Chine, on n’observe pas de rayonnement équivalent de la recherche urbaine française, par manque de coordination des travaux dans ce domaine. Il existe néanmoins un gisement de compétences et l’on observe un effort d’intégration à l’échelle européenne (réseau Urbachina financé par le FP7).

Un grand frein à la recherche urbaine française en Asie tient au fait que les communautés scientifiques sont très fragmentées. Les quelques réseaux existants relèvent davantage d’affinités géographiques (communautés organisées en sous-aires culturelles), personnelles ou corporatistes (normaliens, architectes) que de véritables stratégies de partage des compétences à l’échelle de l’Asie. Les doctorants pâtissent de ce morcellement qui est encore aggravé par certaines pratiques mandarinales. Le réseau Asie pourrait à cet égard jouer un rôle important pour faciliter le désenclavement des communautés.

Réseau Asie — Quelles sont les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents (dans votre laboratoire ou dans votre champ de recherche) ?

Natacha Aveline  La financiarisation de la production urbaine : cette thématique, sur laquelle je travaille depuis plus de 10 ans, fait enfin sa percée depuis la crise des subprime ;

-les finances locales en Chine : l’endettement explosif des villes chinoises mérite à lui seul de nombreuses recherches dans plusieurs aires géographiques et secteurs d’activité ;

-les recompositions régionales au Japon : fusion des municipalités et nouvelles configurations régionales, enjeux économiques, politiques et spatiaux ;

-la question foncière urbaine : le foncier est-il encore au cœur du modèle de développement économique japonais ? Quel rôle joue-t-il dans le modèle économique chinois ? Les problèmes de conversion du foncier agricole aux marges des grandes villes, les nouvelles expérimentations de préservation des terres agricoles péri-urbaines (Chongqing) ;

-le développement urbain durable : bilan des ecocities, eco-towns et autres projets urbains « durables », effets des technologies vertes sur la production urbaine, économie politique de la rhétorique « green » ;

-effets spatiaux du vieillissement : la Chine commence à reconnaître l’imminence de ce phénomène sur son territoire, cette thématique encore peu investie est donc très porteuse. Le Japon jouera à cet égard un rôle de modèle et de laboratoires d’idées, il convient donc de ne pas déserter ce terrain.

Réseau Asie — Quelles mesures permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française, autant dans votre domaine précis que, plus généralement, sur votre aire culturelle au sens large, voire sur l’Asie et le Pacifique ?

Natacha Aveline  Je pense qu’il serait intéressant de créer un réseau « villes d’Asie », couvrant l’ensemble des aires géographiques de cette aire culturelle (Asie du Sud, du Nord-est et du Sud-est, éventuellement Pacifique). Pour faire vivre ce réseau, il serait nécessaire que les tutelles (CNRS, IRD, établissements universitaires comme l’INALCO, l’EPHE, Paris 7, Paris I, l’ENS-LSH, Lyon 2…) apportent un soutien institutionnel fort et s’engagent financièrement. Le CNRS pourrait prévoir un budget commun avec la DERCI dans le cadre de son action de coopération internationale. L’UPS Réseau Asie aurait toute légitimité à initier la création d’un tel réseau. À terme pourrait être envisagée son évolution vers une école doctorale « Villes d’Asie » qui regrouperait des institutions rattachées à différents PRES.

 

Natacha Aveline est géographe et économiste, spécialiste de la Chine et du Japon, directrice de recherche au CNRS, Laboratoire Géographie – Cités  (UMR Paris 1-Paris7) et chargée de cours à Sciences-Po Paris

Retrouvez le profil de Natacha Aveline, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : AVELINE, Natacha, « L’état de la recherche sur les études urbaines en Chine et au Japon », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/1304]


1 réflexion sur « Natacha Aveline : La recherche urbaine en Chine et au Japon »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.