Olivier Venture : Il faut compenser le désintérêt des départements d’études asiatiques pour les périodes ancienne et médiévale

Réseau Asie — Quels sont les changements radicaux intervenus dans la région du monde de votre aire de compétence ?

Olivier Venture — Les moyens dont disposent aujourd’hui les universités chinoises sont sans commune mesure avec ceux dont elles disposaient dans les années 1990 et on peut même dire que, dans certains domaines, ces moyens dépassent ceux de nombreuses universités françaises. Aujourd’hui, les institutions chinoises ne sont plus vraiment à la recherche de financements, mais plutôt de connaissances ou de compétences, souvent techniques, par exemple dans le domaine de la conservation ou de l’analyse de certains types de vestiges archéologiques. Les universités chinoises sont aussi beaucoup plus favorables à l’envoi de leurs meilleurs étudiants à l’étranger pour les former à des techniques, des méthodologies ou des approches encore peu développées en Chine. Dans l’ensemble, l’Europe semble attirer moins d’étudiants que les États-Unis, de plus, l’usage de la langue française peut parfois apparaître comme un frein à l’attractivité de nos universités.

Réseau Asie — Quel est l’état des forces et des faiblesses de la recherche française dans votre aire culturelle ?

Olivier Venture — Même si nos UMR paraissent parfois moins bien dotées financièrement que leurs équivalents européens ou américains, elles permettent tout de même de rassembler en un lieu un nombre de spécialistes tout à fait significatif, comme c’est le cas avec l’UMR 8155 au sein de laquelle collaborent sans doute plus de la moitié des spécialistes français travaillant sur la Chine ancienne et médiévale. Cependant, entre les départs en retraite de chercheurs CNRS non remplacés et les choix faits dans les universités de privilégier la période contemporaine, voire moderne, les études sur la Chine ancienne sont clairement sur le déclin en terme d’effectifs (l’EPHE se présentant là comme une exception). Cette tendance est d’autant plus regrettable que ce domaine de recherche a été considérablement renouvelé par les découvertes archéologiques et qu’il fait aujourd’hui parfois l’objet d’une récupération idéologique assez inquiétante de la part d’institutions chinoises qui tentent d’imposer leur point de vue.

Réseau Asie — Quelles sont les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents (dans votre laboratoire ou dans votre champ de recherche) ?

Olivier Venture — Au sein du CRCAO,  se sont particulièrement développées ces dernières années les recherches sur les relations complexes entretenues entre la Chine et ses voisins, et ce depuis l’antiquité. Des projets ont aussi été menés pour mieux comprendre l’importance de la culture tibétaine au sein et autour du monde chinois. Enfin, grâce à son expérience dans le domaine des manuscrits de Dunhuang, notre UMR a pu développer des recherches sur des livres et documents de la Chine ancienne (Ve s. av. EC – III s. EC), dont les découvertes se sont multipliées ces dernières années.

Réseau Asie — Quelles mesures permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française, autant dans votre domaine précis que, plus généralement, sur votre aire culturelle au sens large, voire sur l’Asie et le Pacifique ?

Olivier Venture — Afin, de maintenir la place de la France dans la recherche mondiale sur la Chine ancienne et médiévale, il serait important que le CNRS puisse au moins compenser les départs à la retraite de ces dernières années. La présence de spécialistes de la Chine dans les départements d’histoire et d’archéologie des universités françaises permettrait de compenser le désintérêt des départements d’études asiatiques pour les périodes ancienne et médiévale. Enfin, il serait peut-être souhaitable de faire mieux connaître à l’étranger la production des sinologues français, et ceci ne peut aujourd’hui se faire que par un recours plus important à la langue anglaise, mais aussi à la langue chinoise (la plupart des spécialistes chinois de la Chine ancienne ne lisant généralement pas l’anglais).

Olivier Venture, paléographe et archéologue, spécialiste de la Chine, est maître de conférences à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE) et membre du Centre de Recherche sur les Civilisations d’Asie Orientale (CRCAO).

 

Pour citer ce billet : VENTURE, Olivier, « Il faut compenser le désintérêt des départements d’études asiatiques pour les périodes ancienne et médiévale », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/230]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.