Benoît de Tréglodé : Opinion du directeur de l’IRASEC sur l’état de la recherche en Asie du Sud-Est

L’Institut de Recherche sur l’Asie du Sud-Est Contemporaine, dont je suis directeur durant le mandat 2008-2012, a pour vocation de développer la recherche française en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est contemporaine. Fondé par le ministère des Affaires étrangères en 2001, l’IRASEC a comme mission l’analyse des évolutions politiques, sociales, économiques et environnementales qui touchent, collectivement ou séparément, les onze pays de la région (Birmanie, Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Timor Leste et Viêt Nam).

Pour répondre aux problématiques posées, l’IRASEC s’appuie depuis 2008 sur une équipe de trois à quatre chercheurs affectés par le CNRS (en détachement ou des universitaires français en délégation). L’Institut fait également appel, sur des bases contractuelles, à des scientifiques de tous horizons nationaux et institutionnels qu’il associe, le temps de ses programmes. L’Unité s’efforce en outre, autant qu’il lui est possible, de faire appel à de jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants) français ou originaires des 11 pays d’Asie du Sud-Est couverts qu’il identifie avec l’aide de ses différents partenaires individuels et institutionnels. Il sollicite par ailleurs des experts qui peuvent, par leur expérience et leurs qualités, répondre aux questionnements tels qu’ils sont posés par l’Unité. Cette démarche doit contribuer, dans la durée, à renforcer la capacité française à penser l’Asie du Sud-Est contemporaine.

Depuis 2009, l’IRASEC soutient la jeune recherche française en proposant trois bourses de courtes durées pour des doctorants et post-doctorants souhaitant faire un terrain de recherche en Asie du Sud-Est.

Les séminaires et colloques organisés dans la zone, la mise en place des programmes de recherche, leur suivi et les évènements qui accompagnent la sortie des ouvrages qui en sont dérivés, m’ont permis de connaître in situ les évolutions contemporaines de la recherche française dans cette région.

Fort de cette expérience, je me permets d’émettre quelques remarques sur la recherche française contemporaine en Asie du Sud-Est, ses forces et ses faiblesses, proposant des orientations dans la politique scientifique.

Les points forts de la recherche française en Asie du Sud-Est

La recherche française est encore en mesure d’offrir une recherche pluridisciplinaire sur la région, notamment grâce à la conjonction de statuts et d’institutions de recherche différents : chercheurs du CNRS, enseignants-chercheurs d’université et d’instituts de recherche (EFEO, IRD, EPHE, CIRAD, et latéralement également avec les chercheurs recrutés par l’AFD), donnant à voir des profils et des parcours de chercheurs diversifiés et financés par d’autres ministères que ceux de la Recherche et de l’Éducation nationale (il faudrait également ajouter les travaux des chercheurs sur contrats recrutés par les directions de prospective politique des Affaires étrangères et de la Défense, DP et DAS).

Au sein de ces différentes institutions, la recherche française offre plusieurs angles de vue qui proposent des données, des thématiques, des approches d’une très grande richesse – cependant trop recluses sur elles-mêmes et pas assez partagées avec l’ensemble de la communauté de recherche française et internationale.

En tout cas, une telle diversité dans la collecte, le traitement et l’analyse des matériaux sud-est asiatiques contredit à elle seule l’idée (qui circule souvent dans les « couloirs » de telle ou telle institution), qui voudrait qu’un soi-disant monopole du savoir serait détenu par telle ou telle institution de recherche. Cet illusoire sentiment de supériorité, ou « esprit de clocher », qui habite la majeure partie des institutions de recherche française les unes envers les autres me semble parfaitement anachronique, très franco-français et surtout ne résiste guère à l’analyse objective des faits si l’on observe nos collègues européens. La myopie dont font part une grande majorité des chercheurs « institutionnels », qui ne voient pas ce qui se fait autour d’eux, hors de leur institution/laboratoire, explique en grande partie la survivance de ce préjugé. Les récentes exigences de regroupement autour de projets inter-laboratoires et internationaux (ANR, PCRD…) vont manifestement dans le sens d’une amélioration des contacts entre les chercheurs et une meilleure connaissance des recherches faites par d’autres sur un même pays ou un pays voisins.

Les points faibles, les risques de la recherche française en Asie du Sud-Est

Mais n’ayons pas peur des mots : la recherche française en sciences humaines et sociales, très centrée sur elle-même et ses propres prérogatives (son endogamie ?), se retrouve pourtant en position de réelle faiblesse en Asie du Sud-Est par rapport à certains pays européens (Allemagne, Pays-Bas) et anglo-saxons (États-Unis, Australie, Singapour), pour ne citer que les 5 principaux « pôles d’excellence » sur l’Asie du Sud-Est. À titre d’exemple, et aussi paradoxal soit-il, cette faiblesse est très prononcée sur une société comme le Viêt Nam avec laquelle la France a connu une tradition de collecte et d’analyse de données dans le sillage de notre passé colonial.

Qui plus est, le risque est devenu une réalité dans bien des cas : celui d’une mise à l’index de la recherche et des chercheurs français par les chercheurs et institutions de recherches anglo-saxonnes. Les classements internationaux des publications en langue française sont formels et explicites : publier en français (un article, un ouvrage, un dictionnaire…) n’est pas comptabilisé comme une publication utile dans la carrière des Anglo-saxons.

Si les modes de financement anglo-saxons sont largement en cause de cet état des lieux, le modus operandi de la recherche française comporte sa part de responsabilité : lenteur ou non-renouvellement des thématiques de recherche, faiblesse ou absence de réactivité des chercheurs à l’actualité géopolitique de leur pays de prédilection, faiblesse et orientations des politiques de recrutement….

Le refus d’entamer des débats de fond avec le monde (en période de mondialisation qui plus est !) notamment avec les Anglo-Saxons fait que la recherche française se résume le plus souvent à un ou deux titres (quand ce n’est désormais le plus souvent l’absence totale de référence) dans les bibliographies et bibliothèques anglo-saxonnes. Passé à côté de cette dynamique de recherche anglo-saxonne en sciences humaines et sociales (surtout d’ordre théorique, à défaut d’avoir des données de terrain très poussées) comporte un impact potentiel grave pour l’avenir qui risque de faire chuter les recherches françaises en Asie du Sud-Est dans une sorte de reliquat traditionaliste qui ne pourra à son tour qu’intensifier notre isolement.

Autre phénomène : les chercheurs français ont tendance à sous-estimer le travail de nos collègues de la région et restent entre eux (un entre-soi souvent limité à son propre laboratoire parce que ce dernier est forcément mieux que celui d’à-côté), alors qu’une ouverture est plus que souhaitable : elle est vitale à la recherche française et au transfert d’un savoir-faire français.

Les universités ont évidemment des chercheurs sud-est asiatiques performants, mais ceux-ci sont de facto dans des laboratoires CNRS comme « associés » en répondant à une absence/un vide dans les orientations de recrutement, affichant un besoin de renouvellement et d’une politique de recrutement adaptée à la pénurie croissante de la recherche française sur le contemporain de la région. Le CNRS devrait favoriser plus encore le détachement de ses chercheurs comme il devrait leur demander de donner des cours en universités.

L’Asie du Sud-Est manque de recherche sur l’évolution des populations dans un mouvement global, elle manque aussi d’une réflexion politique approfondie qui prendrait en considération tous les aspects d’une société. Alors que la région change et que les nationalismes se renforcent, les questions sécuritaires ne font l’objet d’aucun programme de recherche scientifique dans les laboratoires / universités ni de recrutements. Le chercheur doit être partie prenante dans l’avancée du monde et se doit de réagir à l’actualité que connaissent son ou ses terrains de prédilection. Il serait judicieux de mieux valoriser dans les carrières de chacun l’expertise géopolitique du chercheur en sciences sociales et humaines, qui est sans doute une des belles différences avec les « sciences dures » et dont l’histoire politique a bien documenté les enjeux aux échelles nationale et internationale. Un chercheur sur tel groupe ethnique ou tel pan historique ou géographique d’un pays (dont il connaît a priori la langue) n’est-il pas un des mieux placés pour prendre la parole lorsqu’un événement de retombée régionale ou internationale agite le pays dans lequel il travaille depuis 10, 20 ou 30 ans ? Le chercheur devrait être un intervenant de premier ordre pour pouvoir parler d’une région qu’il connaît mieux que la plupart des observateurs qui s’expriment. Mais la peur de se tromper ou de se mêler avec des écrits et supports médiatiques moins « nobles » les en empêchent apparemment, laissant le chemin libre et la  parole à des personnes qui connaissent moins bien la situation.

En raison de fléchages trop spécialisés sur des micro-terrains ou sur des micro-thématiques (plus ou moins abstraites et jargonneuses et parfois plus ou moins centrales dans la compréhension des pays concernés), mais aussi à cause de la peur des chercheurs de prendre la parole sur leur aire culturelle élargie (la nation dans laquelle ils travaillent par exemple), trop peu d’entre eux sont réellement en mesure d’offrir une expertise géopolitique sur la région, alors que jouer sur les échelles et analyser le macro au vu de ses propres connaissances microsociologiques ont démontré un intérêt certain dans notre compréhension des sociétés et de leurs évolutions historiques. Ce phénomène pose la question du recrutement des nouveaux chercheurs.

Le recrutement/le vivier de chercheurs

L’institut de recherche que je dirige depuis 4 ans de part sa logique de fonctionnement pluri-institutionnelle se retrouve au cœur de la problématique du vivier de chercheurs actifs dont dispose l’Asie du Sud-Est. Or, ce vivier vieillit et décroît. Une faiblesse notable en Asie du Sud-Est est décelable dans les chercheurs spécialistes du contemporain et notamment en économie, géopolitique et des dynamiques religieuses.

Une réflexion par aires culturelles dans les recrutements permettrait de déceler les « blancs » sur leur carte géographique, pointant du doigt les pays où la France dispose ou non de chercheurs. Les résultats de ce questionnement pourraient aussi être comparés à la présence effective d’institutions de recherches non françaises sur ces mêmes pays, incitant à un équilibrage des recherches et à une valorisation de la recherche française dans des pays abandonnés à une seule expertise anglo-saxonne (puisque c’est de cela dont il s’agit).

Pour l’Asie du Sud-Est, une série de pays souffre d’un manque sérieux de chercheurs et d’une expertise française : le Timor, les Philippines, la Malaisie, le Viêt Nam sans parler du Brunei et de manière plus macro, de l’ASEAN (il n’y a en France aucun chercheur titulaire de cette institution régionale comprenant les 11 États de l’Asie du Sud-Est, un constat inquiétant), et cela dans des disciplines dans lesquelles la France fût jadis en pôle position (histoire contemporaine, ethnologie, géographie humaine, géopolitique-relations internationales, questions sécuritaires).

Les derniers recrutements sur ces pays / autour de ces disciplines et problématiques datent de plusieurs décennies, nous éloignant de partenaires locaux désireux d’un autre savoir-faire et rapport à la recherche des Anglo-saxons. Être absent de ces pays dont le dynamisme et le rôle géopolitique international sont indéniables, ne peut être qu’inconcevable pour un pays comme la France qui a puisé dans ces territoires sud-est asiatiques une richesse de concepts, d’approches méthodologiques depuis plus d’un siècle.

Benoît de Tréglodé est historien, politiste, docteur en histoire et civilisation de l’EHESS. Il a dirigé l’Institut de Recherche sur l’Asie du Sud-Est Contemporaine (IRASEC, USR 3142, Umifre 22 MAEE) de 2008 à 2012.

Retrouvez le profil de Benoît de Tréglodé, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : De TRÉGLODÉ, Benoît, « Opinion du directeur de l’IRASEC sur l’état de la recherche en Asie du Sud-Est », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/227]


Une réflexion au sujet de « Benoît de Tréglodé : Opinion du directeur de l’IRASEC sur l’état de la recherche en Asie du Sud-Est »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.