Jacques Ivanoff : Pas de développement humain sans développement social

La question d’une réflexion portant sur la région Asie-Pacifique pose le problème se son unité. On peut relier ces régions en se basant sur des données comparatives, en utilisant les recherches « à la mode » comme l’environnement, les migrations, le désenclavement économique… On peut lier maintenant toutes les recherches d’un champ disciplinaire portant sur le monde entier. La pertinence des recherches basées sur des aires culturelles doit se renforcer scientifiquement pour ne pas se noyer dans une globalisation qui aurait soudain touché la recherche. Le monde change, les méthodes demeurent, les terrains évoluent, mais les populations développent des stratégies et dans ce grand mouvement « globalisant » socioéconomique, il n’y a rien de vraiment nouveau. L’adaptation est la nature même de l’homme et le sujet de nos recherches. L’arrivée de nouvelles disciplines, plus ou moins imposées (comme l’environnement et la biodiversité) ou les disciplines « sérieuses (comme la génétique ou la biologie), font une apparition menaçante car elles ont le pouvoir de séduire par leur apparentement au discours de sciences « dures ». Pourtant les critiques sont nombreuses et les résultats à prendre avec précaution. Schématiquement, l’Asie du Sud-Est à tendance à se « bunkeriser » ou à s’allier aux « grands » voisins, notamment la Chine tandis que le Pacifique se perd un peu dans les limbes d’une histoire politique sans fin.

La « mondialisation », bien que nous réfutions la pertinence scientifique de ce terme trop général, celle-ci ayant commencé bien avant que le mot soit devenu incontournable, a rendu plus difficile les classifications autrefois si simples, héritées d’une longue pratique de leur discipline réalisée et partagée par des grands anciens, dont les recherches elles-mêmes ne pouvaient se séparer de la colonisation. Cette recherche n’a pourtant pas su se démarquer de ses « maîtres » dont on ne parle pas, et n’ayant rien créé d’original ne peut que se référer sans le dire à des concepts que les maîtres nous avaient invité à suivre. On ne reprend pas les mêmes termes pour ne pas être accusé d’être un « disciple » (autrefois bien vu mais aujourd’hui décrié) et être autonome, mais peu de percées ont vu le jour depuis Condominas et Lombard, voire même Bernot. Or les querelles qui empêchent les grands projets de voir le jour en Asie du Sud-Est sont le résultat de la rupture de transmission. En apparence tout va bien, la tendance étant de ne pas dire ce qui fâche, mais un historien ne s’associe pas facilement avec un anthropologue qui ne s’associe pas facilement à un géographe ; et les élèves de Bernot refusent obstinément de prendre en considération  la dichotomie d’une tradition de l’ethnographie des techniques, du détail contre une ethnologie plus prestigieuse en apparence représentée par Condominas. Mais les premiers ont liquidé les successeurs du second qui s’étaient déjà déchirés pour un patrimoine qui n’était pas transmis. Du point de vue global un autre modèle en a profité pour s’installer, ne serait-ce que l’année de terrain et la pratique de la langue pour les étudiants qui  ne sont plus nécessaires ni même très bien vus.

Pour intégrer le mouvement de cette mondialisation incarnée dans la recherche par les projets européens où les nécessaires alliances avec les laboratoires étrangers pour être crédible on inféode la recherche au politique et plus rien ne garantit l’indépendance et surtout l’originalité des travaux. Nous répondons à des commandes. Et aujourd’hui se revendiquer de l’enseignement de Condominas qui a formé une génération semble archaïque, ce n’est pas vendeur. Et pourtant il avait compris les mouvements créatifs et les mobilités des populations à travers des aires dépassant de loin l’Asie du Sud-Est. En perdant le lien qui tenait une tradition anthropologique par exemple, les chercheurs de cette discipline se noient dans des concepts qu’ils ne comprennent pas toujours. Qu’est-ce que l’Asie du Sud-Est aujourd’hui si l’on enlève l’Asean, association créée pour des raisons politiques durant la guerre froide ? La remise en cause des préceptes conditionnant l’environnement géographique de nos recherches est réelle. Pourtant rien n’a changé, il n’est pas incompatible d’étudier un groupe, un village, une ville, une politique localisée, puis de la comparer avec d’autres et d’en définir les convergences et les divergences. Mais dans leurs courses aux reconstructions bureaucratiques, au déchiffrement des nouvelles réglementations, les chercheurs n’ont plus l’esprit d’indépendance critique qui faisait leur qualité. Et pourtant l’aire Asie-Pacifique dans cette course à la compréhension, et donc la domination (et finalement l’accès aux crédits) est en retard car elle ne s’assume pas. Personne ne veut s’occuper d’une aire culturelle si chargée (pourtant les autres culturelles sont tout autant chargés d’histoire) et ceux qui ont voulu essayer de fédérer ont été bannis. Car l’ostracisme est une pratique endogène traditionnelle du milieu : on refuse la tradition, mais on ne s’en écarte pas d’un pouce dans les faits et chaque fois qu’une décision de pouvoir doit être prise, tout le monde fuit en rejetant ce qui pourrait le sauver. Les chercheurs se serrent les coudes au nom de cette aire culturelle, tout en se refusant le droit de faire émerger des personnalités.

Le changement est un principe vital pour une administration, mais il y a une limite. Au CNRS, nous avons eu la période big is beautiful puis small is good, ensuite on ne pouvait aller trop longtemps à l’étranger, ensuite il fallait absolument s’y implanter. Il y eut les règles destinées à freiner les candidats (règles des trois ans, règles de la diminution de l’âge des candidats…). Mais depuis que le CNRS a accepté de suivre le mouvement pour soi-disant « s’autonomiser », il s’est retrouvé en position de faiblesse car soudain dépendant de critères qu’il ne maîtrisait pas, pôle d’excellence, LABEX et autres regroupements qui auraient tout. Et, si le parisianisme a disparu cela n’a pas empêché le CNRS de continuer à perdre son sens de l’orientation. Les chercheurs en Asie du Sud-Est, contraints de se regrouper pour s’adapter ont répondu aux projets nécessaires à leur survie, ANR, PCRD… alors que  nous disposions au CNRS d’outils performants pour travailler (GDRI, conventions, PICS…). La spécificité du CNRS qui s’appuyait sur ses équipes, ses moyens et ses engagements éthiques s’est dissoute pour ne laisser place qu’à des magmas d’équipes bricolées pour répondre aux exigences d’Umérisation, de délocalisation… Il a abandonné ses UPR pour laisser place à des conglomérats qui auraient une visibilité plus importante de la recherche. Or rien n’a montré que nous soyons ni mieux ni moins bien placé qu’autrefois.

C’est bien parce que la mondialisation contemporaine accentue les flux qu’il faut s’attacher à comprendre ce qui fait un peuple, une ethnie, une nation. Pour avoir trop voulu courir après les nouveaux concepts « englobants » (environnement, génétique, biologie qui permettent de généraliser et de rendre les études culturelles obsolètes …), les sciences sociales se sont fourvoyées dans des multidisciplinarités qui ne sont pas de leur ressort. Il est de bon ton de travailler avec les généticiens, les ONG, les agences de développement dans lesquelles les sciences sociales seraient à même d’apporter leurs lumières. Même si on pose des préalables à certaines « nouvelles » disciplines, comme l’analyse de parenté avant une analyse génétique, il n’en reste pas moins que chaque fois que les sciences sociales sont utilisées par d’autres, elles sont réduites à l’état de préalables éthiques et déontologiques. Les ONG qui apportent avec elles la gouvernance et la bonne gestion des patrimoines culturels et naturels imposent des cadres conceptuels, basés sur des indicateurs et sur des évaluations préformatées. Venues de l’Occident, or c’est bien dans la différence que nous devons comprendre l’Homme.

La production scientifique reste un questionnement sur l’Homme et la société et un travail individuel, mais qui doit être mis en perspective avec des collègues pour faire émerger des dynamiques nouvelles, révéler des voix à suivre. Ce ne sont plus les chercheurs qui sont maîtres de leurs terrains, mais les volontés de directions de plus en plus inféodées aux courants porteurs de subventions et de bonne tenue internationale.

Nous pourrions citer la Birmanie par exemple où bien qu’aucun chercheur ne s’y trouve jamais très longtemps, devient le nouvel eldorado des ONG et des politiques européennes qui ont pris le pilotage de l’interventionnisme occidental. Les chercheurs, pourtant relativement nombreux, sont passés à côté du potentiel qu’ils représentaient pour exprimer les besoins et l’état des populations. Il faut travailler avec les ONG et les grands organismes, participer aux expertises bien sûr, mais aussi réfléchir sur ce que l’avenir de ses cultures sera. Les chercheurs oublient bien vite les fondamentaux qui faute d’avoir été résolus sont passés sous silence, l’ethnicité par exemple, ce qui fait d’un peuple un ensemble solidaire. On va chercher des liens à travers des exemples tirés de travaux superficiels concernant des échanges économiques, le messianisme et les religions universalistes qui reviennent en force comme un « partenaire » des sciences sociales  et de l’exploitation de l’environnement en opposant des ethnies aux États forcément destructeurs. Puis on opposera une mondialisation destructrice des valeurs ethniques, devenues traditionnelles pour ne pas dire archaïques, qui permet aux chercheurs de travailler dans le sens d’une généralisation abusive, mais en groupe et dans des grosses équipes. Les ethnologues ont ainsi abandonné les peuples qu’ils ont étudiés à leur sort en les jetant en pâture aux grands mouvements socioéconomiques planétaires pour essayer de se caser dans des projets.

Tout est fait pour que le chercheur individuel ou en équipe focalise ses forces sur sa survie plutôt que sur son travail. C’est dire qu’on est en train de supprimer l’âme même du CNRS qui était de fournir des personnes connaissant un sujet, des méthodes et capables de s’adapter à d’autres terrains tout en formant par l’exemple.

On a bien essayé de fonder des Maisons pour fournir des bases solides aux aires culturelles, une heureuse initiative, si l’on excepte quelques échecs. Chaque refonte du système (Umérisation, délocalisation, diminution des moyens, transferts de ceux-ci, méthode d’évaluation…) transforme les équipes de moins en moins soucieuses d’homogénéité scientifique, mais qui doivent s’adapter pour survivre et s’allier sans cesse avec des partenaires pour « décrocher » des contrats. Les Maisons protégeaient ces équipes. Mais cela n’est pas suffisant. Les petites équipes ciblant leurs recherches originales et soutenues par leur institution doivent se transformer sans cesse et perdre leur identité. Il faut maintenant construire des groupes de recherches et d’équipes pour s’exprimer. Il existe ainsi un incessant ballet d’alliance et des reconstructions au cours desquels une des missions du CNRS, produire de la connaissance, est devenue floue et secondaire.  Le chercheur est de moins en moins un individu et doit se couler dans un moule s’il veut obtenir des moyens. Ceci à pour effet de baisser la qualité des travaux qui n’ont plus les mêmes critères d’exigences. Même si l’excellence est mise en avant on ne discerne pas bien comment elle est évaluée. Le pouvoir s’accroît dans les mains des directeurs qui ont de plus en plus affaire avec leurs tutelles et les autres laboratoires au détriment de décisions internes autrefois collégiales, même si parfois houleuses. Le CNRS est moins démocratique. La moindre parcelle de pouvoir est devenue le sujet d’une lutte feutrée sans merci. Désormais les carrières se font avec une entente consensuelle d’un milieu qui ne prend plus de risques. Il ne faut pas provoquer, mais chercher de nouveaux moyens de s’accorder avec la mondialisation, l’Europe et autres agences internationales. Pourtant la réflexion doit porter sur cette mondialisation qui apporte avec elle des questions qui ne datent pas d’aujourd’hui. Pourquoi et comment des peuples s’adaptent-ils ? Comment étudier un monde en mouvement ? Comment calculer les flux migratoires en s’attachant à des méthodes qui consistent en ethnologie à travailler avec un petit groupe. Tout cela est possible et nous avons tenté de le faire même s’il n’est pas toujours facile de travailler dans de grands organismes qui ont des tableaux et des typologies toutes prêtes.

Il est aussi remarquable de noter l’absence des chercheurs lors des catastrophes naturelles et des grands bouleversements politiques. Ils s’écartent encore un peu plus de la « société civile » dont on leur demande sans cesse de se rapprocher : il y a ici une dichotomie entre la volonté de l’institution et la résistance des chercheurs. Un chercheur ne devrait-il pas prendre la parole ? Il est le seul à pouvoir parler d’une région qu’il connaît bien. Mais la peur de se tromper ou de se mêler avec des écrits et supports médiatiques moins nobles les en empêche. Ainsi le silence des birmanologues est-il criant (Nargis et « ouverture » économique). Et la parole est laissée à ceux qui connaissent moins bien la situation et donc les décideurs se basent sur des données pas toujours exactes et l’on se demande alors pourquoi le CNRS forme des chercheurs. Nous avons pourtant la chance extraordinaire d’avoir des chercheurs un peu partout, un réseau et des libertés que le monde entier nous envie.

Le chercheur doit être partie prenante dans l’avancée du monde et se doit, puisqu’il est libre de sa pensée, d’exprimer une situation.

L’Asie du Sud-Est est devenue un champ d’expérimentation socioéconomique depuis la volonté de créer une communauté (l’AEC en 2015). Au nom de valeurs communes asiatiques (lesquelles ?) l’ASEAN s’arroge le pouvoir d’ouvrir les frontières et de créer une région qui puisse rivaliser avec les autres grandes « communautés » économiques quitte à s’allier avec les Coréens, Japonais, Chinois… Où est l’Asie du Sud-Est (ASEAN +3, +6…) ? Voilà une question primordiale qui en soulève d’autres : comment se situent les populations et se définissent les politiques nationales par rapport à ces choix ? Quelles sont les conséquences sur le terrain ? Le népotisme résiste t-il et les politiques d’intérêt basées sur des accords bilatéraux ont-ils permis à la Birmanie, par exemple, d’intégrer le « club » : un pas de géant pour ce pays qui a contribué à son acceptation aujourd’hui par la communauté internationale. L’Asie du Sud-Est devient donc un modèle de développement économique et l’on oublie que, derrière cette façade, les trafics humains, les guerres aux frontières… sont des réalités communes, et plus grave encore, tout cela est connu, mais passé sous silence. Ce ne sont plus des sujets intéressants (ils ne rapportent rien). L’environnement, sa gestion par des soi-disant acteurs locaux, la bonne gouvernance, le développement de la société civile sont les nouveaux sujets porteurs. La région est devenue un laboratoire qui permet d’expliquer le succès et les avantages d’une association régionale qui se ferait entendre dans le monde. On essaie ainsi de dépasser les clivages sociaux avec tous les risques de crises (comme en Thaïlande en 2009). Pas de développement humain sans développement social, nous devrions tous le savoir. Mais entre ceux qui ne veulent que du savoir « pur », abstrait des réalités sociales et ceux qui courent après la mondialisation en formation et ses millions d’euros distribués aux chercheurs « bien pensants », le fossé se creuse : les chercheurs en Asie du Sud-Est ne parlent plus le même langage. L’Asie du Sud-Est manque de recherche sur l’évolution des populations dans un mouvement global, elle manque aussi d’une réflexion politique approfondie qui prendrait en considération tous les aspects d’une société et pas seulement ceux d’une élite.

Le refus d’entamer des débats de fond avec le monde (en période de mondialisation qui plus est !) notamment avec les Anglo-Saxons fait de la recherche française une annexe dans les ouvrages. Nous n’allons pas débattre avec ceux qui après avoir attaqué la France pour sa recherche basée sur un patrimoine colonial (et donc mis en doute ses travaux) sont passés à une recherche innovante, performante d’où la France est absente, une recherche qui d’ailleurs remet en doute des concepts que la France expérimente à peine et qui sont ici à la mode bien que dépassés depuis une ou deux décennies là-bas. Il y a ici un impact potentiel grave pour l’avenir qui risque de faire tomber les recherches françaises en Asie du Sud-Est dans une sorte de reliquat traditionaliste qui ne pourra que nous pousser encore plus dans notre isolement.

Jacques Ivanoff est anthropologue et ethnologue, spécialiste de l’Asie du Sud-Est (Myanmar) et Chargé de recherche au CNRS (Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, USR 3142 – UMIFRE 22 CNRS MAEE).

Retrouvez le profil de Jacques Ivanoff, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : IVANOFF, Jacques, « Pas de développement humain sans développement social », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/224]


Une réflexion au sujet de « Jacques Ivanoff : Pas de développement humain sans développement social »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.