Bernard Thomann : Forces et faiblesses de la japonologie française

Réseau Asie — Quels sont les sont les changements radicaux intervenus dans la région du monde de votre aire de compétence ?

Bernard Thomann Le Japon a connu, depuis deux décennies, une situation de relative stagnation économique et de déclin démographique, et, plus récemment, une série de graves catastrophes naturelles et écologiques. Et si cette situation a plongé le pays dans un sentiment de déclin et de fatalisme qui ne semble pas trouver d’issue, elle a également provoqué des évolutions sociales et politiques notables. Dans le même temps, la monté en puissance de la Chine, représentant de nouvelles opportunités commerciales, mais également ressentie par une partie des Japonais comme une menace, ajouté à un discours à dominante populiste de la part de certains hommes politiques, a favorisé une certaine résurgence du nationalisme dans la population, avec de potentielles conséquences géopolitiques qu’il ne faut pas négliger.

Réseau Asie — Quel est l’état des forces et des faiblesses de la recherche française dans votre aire culturelle ?

Bernard Thomann La japonologie française a été longtemps dominée par une riche tradition philologique qui a constitué et continue de représenter son atout majeur. À partir des années 1970, les sciences sociales sur le Japon contemporain se développent néanmoins progressivement, parallèlement à la monté en puissance de son modèle économique. Aujourd’hui, on peut considérer que ces deux grandes tendances s’équilibrent en termes d’enseignants chercheurs en poste. L’étude de l’histoire de l’art et de la littérature, anciennes ou modernes, sont aujourd’hui les points forts des études japonaises françaises. En ce qui concerne les sciences sociales, de nombreuses disciplines sont aujourd’hui représentées, mais si un certain nombre de projets collectifs a émergé ces dernières années, leur visibilité reste sans doute encore insuffisante. On peut aussi regretter un certain manque d’échanges entre les japonologues et les spécialistes de disciplines. En revanche, les travaux de japonologie peuvent aujourd’hui bénéficier de possibilités de publication relativement importantes, avec deux revues qui fonctionnent bien et des collections « Japon », ou plus largement « Asie », au sein de maisons d’édition relativement importantes. La Société Française des Études Japonaises continue enfin à être un instrument important d’échanges entre les spécialistes de l’aire culturelle japonaise et d’intégration des jeunes chercheurs à cette communauté scientifique.

Réseau Asie — Quelles sont les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents (dans votre laboratoire ou dans votre champ de recherche) ?

Bernard Thomann L’apparition de nouvelles possibilités de financement, via les appels à projet, a contribué à sortir la recherche d’un certain individualisme. Ainsi, l’émergence de projets collectifs pluridisciplinaires est sans doute l’évolution la plus remarquable de ces dernières années.  Ces projets traitent de sujets relevant plutôt des sciences sociales comme la famille, l’État, l’éducation, la population, le capitalisme, la santé au travail,  mais aussi ayant un caractère plus philologique, comme la littérature classique ou la philosophie.

Réseau Asie — Quelles mesures permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française, autant dans votre domaine précis que, plus généralement, sur votre aire culturelle au sens large, voire sur l’Asie et le Pacifique ?

Bernard Thomann Le danger principal qui guette aujourd’hui la recherche sur le Japon est le non renouvellement des départs à la retraite qui seront particulièrement nombreux dans les prochaines années. Au sein du CNRS ou à l’EHESS, ont peut craindre que les départs de figure importantes des études japonaises ne soient pas compensés par le recrutement de jeunes chercheurs. Au sein des universités, l’augmentation des effectifs étudiants a permis la création d’un certain nombre de postes d’enseignants de langue et civilisation pendant la décennie passée. Cependant, les départements disciplinaires restent toujours presque totalement fermés aux spécialistes des aires culturelles, ce qui continue à considérablement handicaper, premièrement, l’apport que pourrait avoir ces aires culturelles sur des disciplines qui restent trop centrés sur les terrains européens, deuxièmement, le renforcement nécessaire de la culture disciplinaire chez les spécialistes d’aires culturelles et, enfin, l’émergence de projets comparatistes ambitieux.

Bernard Thomann, historien spécialiste du Japon est maître de conférences habilité à l’INALCO (Histoire, sociétés et territoires du monde, EA 4511) & membre d’ESOPP (Études Sociales et Politiques des Populations, de la protection sociale et de la santé).

Retrouvez le profil de Bernard Thomann, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : THOMANN, Bernard, « Forces et faiblesses de la japonologie française », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/219]


1 réflexion sur « Bernard Thomann : Forces et faiblesses de la japonologie française »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.