Rada Iveković : Croiser les axes, les disciplines et les aires

1- L’accès par « aires culturelles » est inadéquat. L’orientalisme vient de l’histoire coloniale. La réforme épistémologique inversant les flux de savoirs (jusqu’ici du nord au sud) reste à faire. L’objet Asie-Pacifique, même s’il croise deux régions, peut être limité par une géographie mentale héritée.

Les mutations dans l’« aire » en question sont notables. Le déplacement des souverainetés vers l’Asie impacte la construction, la transmission et la direction des savoirs. Alors que l’« Occident » abdique la souveraineté, les souverainetés modernes non-wesphaliennes de l’Inde et de la Chine montent, pour ne rien dire des autres en Asie. L’Australie même tâche de s’y inscrire. En Asie se refondent de nouveaux savoirs et perspectives, l’espace d’Internet, des manières de transmission novatrices. Depuis les années 1980 du XXe siècle, les savoirs d’Asie migrent vers l’« Occident », d’abord indiens, cosmopolites et internationaux (études féministes, subalternistes, nouvelles économies, écologie des savoirs, résistance écologique-politique aux digues, aux saisies terriennes de la part de l’État en faveur du capital, révoltes des masses rurales, leurs alliances avec étudiants et intellectuels), ensuite ceux venus des pays de la grande Chine. « Nous » n’étudions déjà plus ces pays comme objets, mais en sommes des « traducteurs » politiques et culturels. Nous travaillons à « leurs » sources. Les savoirs d’Asie, bien qu’ayant nourri les universités en particulier étasuniennes (la France y reste imperméable linguistiquement), viennent aussi des « sociétés civiles » ou « sociétés politiques », des résistances, des connaissances populaires pratiques par delà les universités. Les pays dont nous parlons sont le polygone de la mondialisation hégémonique du capital, des mondialisations alternatives et contre hégémoniques résistantes, ainsi que celui de nouvelles constructions des connaissances.

2- Je ne retiens pas le terme « recherche française ». La recherche se nourrit aussi d’ailleurs, d’autres langues, ce que l’institution ne favorise pas. La bureaucratie accrue, les éternels projets/rapports sur fiche pré formatée laissent peu de marge à l’innovation, à l’imagination, de même que la traditionnelle nomination et séparation des « disciplines ». Les chercheurs travaillant sur l’« aire », mais aussi sur d’autres régions et thèmes, devraient pouvoir inviter leurs collègues des pays correspondants, y envoyer et en recevoir les étudiants plus souvent (bourses), construire des projets avec eux. Ils bénéficieraient d’échanges avec qui travaille sur l’Amérique latine (par ex., les chercheurs « décoloniaux »), avec et sur l’Afrique etc. Ce n’est pas encouragé.

3- Travaillant sur l’Asie, le plus important semble de croiser les axes, de dépasser les disciplines et les aires : comment l’histoire traduit-elle le droit exporté, quelles configurations ou manières de transmission des savoirs lui correspondent, quels rapport sociaux politiques, des âges, sexes, « races », classes s’y forment, quelles résistances, figures politiques ou esthétiques ; et de les confronter à celles d’autres continents pour en dégager le commun ou le spécifique, identifier les pratiques résistantes viables, sont des mesures souhaitables. Quel rapport entre une recherche, un savoir constitué, une épistémologie et l’institution qui la déploie ? C’est-à-dire qu’on ne peut pas faire abstraction de la base sociale de nos connaissances organisées. Le confinement à l’université et aux centres de recherche (en plus de leur séparation) diminue les chances. Il ne faut pas perdre les multiples expériences/savoirs alternatifs passant par des réseaux, des mouvements, Internet. Partout dans le monde des mouvements populaires ouvrent de nouvelles pistes cognitives. L’Asie-Pacifique fourmille de productions des connaissances hors et dans l’université.

4- La recherche ne peut être française, nationale ou monolithique. Reconnaissons et étudions les limites épistémologiques au sein des disciplines, au sein des savoirs supposés nationaux, à partir des nôtres.

Rada Iveković est philosophe et indianiste, associée à l’équipe Genre Travail Mobilités du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA, UMR 7217, CNRS/Université de Paris 8).

 

Pour citer ce billet : IVEKOVIC, Rada, « Croiser les axes, les disciplines et les aires », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/212]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.