Jean-Marc Regnault : La recherche en sciences humaines en Océanie

Quelques changements notables marquent l’histoire de la région. Depuis 1996, le traité de Rarotonga fait de celle-ci une zone dénucléarisée. Du coup, la France, longtemps vue comme une intruse dans un océan considéré comme anglo-saxon, retrouve une place honorable, d’autant plus que l’Accord de Nouméa de 1998 a entamé la décolonisation que les pays riverains attendaient.

Le contraste est grand cependant entre la situation des grands pays, comme l’Australie par exemple, qui échappent largement à la crise mondiale et les petits pays insulaires dépourvus de ressources, fragilisés économiquement, fragilisés politiquement par l’instabilité et écologiquement avec la montée des eaux. Le cas des atolls devient parfois dramatique.

L’intervention des grandes puissances asiatiques est également un élément-clé de la période.

La recherche scientifique française ou anglo-saxonne n’est pas dépourvue de moyens et de spécialistes (dans quelque domaine que ce soit). Elle souffre cependant du côté francophone de l’image de paradis des mers du Sud qui laisse percer souvent en métropole un doute quant au sérieux des travaux. De plus, des mémoires voire des thèses sur le Pacifique Sud sont préparés dans les universités métropolitaines par des étudiants qui souvent répètent, quand ils les connaissent, les recherches effectuées en Océanie. Quant aux directeurs de recherche, ils ne songent même pas à se renseigner sur ce qui a été fait ou à contacter des universitaires du Pacifique.

Les recherches en sciences humaines dans cette région du monde nécessitent la plupart du temps une pluridisciplinarité (compte tenu des particularités de la région), ce que beaucoup d’universitaires métropolitains ont également du mal à accepter tant le repli sur sa propre discipline semble l’emporter.

Ces recherches portent essentiellement sur plusieurs domaines dont le plus ancien est sans conteste l’ethno-anthropologie. La sociologie a également trouvé sa place naturellement. De ce fait, l’histoire a trouvé difficilement la sienne, d’autant qu’au sens propre, elle débute à peine il y a deux siècles avec l’arrivée des Occidentaux. Cependant, c’est dans les grands pays anglo-saxons qu’est née la discipline historique dont le but consistait assez ouvertement à nier pratiquement l’existence des populations d’origine et à ancrer les nouveaux installés dans les pays nouvellement construits, d’où l’intérêt porté à la participation aux deux guerres mondiales par exemple ou aux biographies des « pères fondateurs ». L’histoire des missions religieuses prit aussi une importance considérable. Aujourd’hui, les populations d’origine ou les minorités sont l’objet de recherches approfondies. Les universités françaises ont engagé elles aussi la recherche historique en l’ouvrant aux autres disciplines. Compte tenu de la diversité des statuts politiques dans la région, une collaboration efficace s’est établie avec les disciplines juridiques et les sciences politiques, et également avec les sciences économiques. Les géographes ont fait de même et du reste les diplômes d’histoire et de géographie accordent une large place aux deux disciplines quelle que soit la dominante.

L’histoire et le statut particuliers de la Nouvelle-Calédonie ont dynamisé les recherches en sciences humaines à des fins très utilitaires, puisqu’il s’agit d’apporter le maximum d’informations aux responsables politiques et aux citoyens à la veille de choix politiques capitaux. Ainsi, une décolonisation inachevée dans la région stimule les recherches pour l’ensemble de celle-ci comme l’ont prouvé divers colloques organisés depuis quelques années. D’une façon générale, le thème de la « gouvernance » domine les recherches.

Assez originales sont les recherches des linguistes. Leur domaine est large en raison de la multiplicité des langues locales dans la région. Eux aussi sont enclins à chercher la collaboration d’autres disciplines.

Si l’on veut que la recherche en général dans cette région ne demeure pas marginale, des dispositions devraient être prises au plus haut niveau politique. Cependant, il faut être conscient que dans le monde universitaire, c’est une révolution des esprits qu’il faudrait engager. Peut-être cela sera-t-il compris quand enfin les chercheurs hexagonaux auront compris l’enrichissement qu’ils pourraient tirer à se pencher sur l’Océanie, une région qui remet systématiquement en cause les certitudes et les pratiques. Alors, non seulement l’Océanie ne sera pas le continent invisible dont parlait Le Clézio, mais elle deviendrait celle qui renouvelle les « lumières »… comme au temps de la découverte…

Regnault, Jean-Marc, maître de conférences honoraire, chercheur associé à l’Université de la Polynésie française, HDR, établi en Polynésie française depuis 1984, membre du laboratoire Gouvernance et développement insulaire / GDI – EA 4240.

Retrouvez le profil de Jean-Marc Regnault, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : REGNAULT, Jean-Marc, « La recherche en sciences humaines en Océanie », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/197]


1 réflexion sur « Jean-Marc Regnault : La recherche en sciences humaines en Océanie »

  1. Marine Sam Auteur de l’article

    Retrouvez un article de J.-M. Regnault, Maître de conférences honoraire, Univ. de Polynésie Française, dans les articles du mois du site du Réseau Asie et Pacifique :
    “L’Océanie : des îles de rêve ou illustration des nouveaux désordres du monde ?”
    http://www.reseau-asie.com/article/les-articles-du-mois-du-reseau-asie/l-oceanie-des-iles-de-reve-ou-illustration-des-nouveaux-desordres-du-monde-par-jean-marc-regnault-ma/_mot_cle_show=regnault/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.