RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

Source : Presentation of Asian and Pacific studies, Olga Lomova, Institut d’études d’Asie orientale, Université Charles de Prague, République Tchèque (2009).

Consulter ici le texte original

BREF HISTORIQUE

Les études asiatiques en République Tchèque remontent à la seconde moitié du 19e siècle. L’« Asie » était considérée comme l’ensemble des pays situés au-delà de l’Europe, incluant le Moyen-Orient, l’Asie du Sud et du Sud-Est, et l’Extrême-Orient. L’indologie et la sinologie ont été depuis le début au centre des études asiatiques à l’université Charles de Prague.

Après 1948, avec la victoire de la révolution communiste, les études asiatiques ont prospéré. De nouvelles chaires en sinologie, en japonologie et en coréanologie ont été créées, et l’indologie a poursuivi son développement, se divisant selon les langues (hindi, bengali et tamoul). La liberté académique étant restreinte dans d’autres départements de lettres, les études asiatiques ont également attirés certains des meilleurs esprits des humanités tchèques à cette époque. La plupart de ces développements furent stoppés en 1968 après la suppression du mouvement communiste réformiste, qui eut pour résultat des purges dans les institutions académiques, un accès limité à l’information, peu d’information internationale, et dans certains cas, à savoir pour la sinologie, une subordination directe de la recherche et de l’enseignement aux décisions du Comité central du Parti communiste. La recherche académique est entrée en hibernation, poursuivie à l’occasion par des chercheurs de manière privée, et l’enseignement a été réduit à l’apprentissage de la langue et des thèmes en rapport avec la politique et l’idéologie. Le seul développement nouveau de cette période a été la création d’études mongoles et vietnamiennes à l’université Charles de Prague. Lorsque la liberté académique a été rétablie en 1990, les études asiatiques ont fait face à un écart générationnel énorme, s’accompagnant de controverses à propos des activités communistes précédentes de certains des anciens chercheurs. Les études asiatiques sont donc revenues vers les traditionnelles études orientées vers la philologie. Les sciences sociales sur l’Asie n’ont pu commencer à se développer qu’avec la nouvelle génération de docteurs.


ORGANISATION ACTUELLE ET PRÉSENTATION

Université Charles, Faculté de Philosophie (institution publique, pas de frais d’inscription)

Celetna 13

116 36 Prague 1

Télephone : +420 224 491 850

Fax : +420 224 491 895

E-mail : ipc@ruk.cuni.cz
Il y a trois entités dans l’université :

Institut oriental, Académie des Sciences, Prague (institution publique)

L’Institut a un département d’études orientales et un département d’études de l’Asie du Sud.

Université Palacký d’Olomouc, Faculté de Philosophie (institution publique, pas de frais d’inscription)

L’université a un département d’études asiatiques

Université Masaryk, Brno (institution publique, pas de frais d’inscription)

L’université possède un centre pour l’étude des religions en Chine et au Japon

Université métropolitaine, Prague (institution privée, frais de scolarité)

L’université possède un département d’études asiatiques

DOMAINES ÉTUDIÉS

Sont proposées dans ces universités et instituts des études de littérature, linguistique, histoire prémoderne et moderne, philosophie, religion, anthropologie, médecine chinoise, relations avec l’Europe, bouddhisme contemporain, littérature moderne, Taïwan.

Des licences et masters sont proposés selon les universités et institutions, ainsi qu’une large variété de cours de langues, et l’étude de différents pays.

L’université Charles de Prague est le seul centre proposant un haut niveau d’études en République Tchèque, avec un programme de doctorat en études asiatiques.

Des conférences annuelles et des ateliers sont organisés. On trouve aussi des échanges bilatéraux, des programmes européens et des projets soutenus par des fondations asiatiques.

PERSONNEL

Il y a environ 56 enseignants-chercheurs travaillant sur l’Asie en République Tchèque. Un chercheur à plein temps doit allouer un tiers de son temps à l’enseignement, un tiers à la recherche, et un tiers à l’administration.

Le nombre d’étudiants cumulés dans tous les organismes est d’environ 450-500, en  croissance stable.

PUBLICATIONS

–          Acta Universitatis Carolinae – Studia Orientalia Pragensia  depuis 1945

–          Mongolica Pragensia depuis 2007

–          Archiv Orientalni depuis 1929 (en anglais, français et allemand)

–          Novy Orient depuis 1945 (en tchèque)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.