IRLANDE

Source: Asian studies in Ireland, Chris Connolly, University College Cork‐ Université nationale d’Irlande (UCC), Irlande (2009).
Consulter ici le texte original

BREF HISTORIQUE

Les études asiatiques sont une très jeune discipline académique en Irlande, la première formation d’études asiatique ayant été créée en 2008 à l’University College Cork – Université nationale d’Irlande à Cork (UCC). Cependant les recherches et les études sur l’Asie remontent à quelques années, quand un certain nombre d’écoles de commerce insérèrent des cours de japonais dans leurs programmes ; la Kemmy Business School, notamment, de l’université de Limerick, établit l’Euro-Asia Centre. En 1999, le gouvernement irlandais diffusa son document « Stratégie Asie », faisant une priorité du développement économique et des relations avec la Chine, le Japon, la République de Corée, Singapour, l’Inde, la Malaisie, l’Indonésie, et le Vietnam. Comme le prévoyait la phase II de cette stratégie, le ministre de l’Education annonça le soutien du Département de l’Education à l’établissement de deux instituts irlandais d’études chinoises, l’un à l’University College Dublin (UCD), et l’autre à l’University College Cork (UCC). L’institut de l’UCC se développa rapidement en un département propre, proposant quatre diplômes de licences en études chinoises. En 2009, le département élargit encore son champ d’action pour inclure un master en études asiatiques, traitant surtout du Nord-Est asiatique, et de l’étude soit du japonais, soit du coréen. D’autres institutions en Irlande ont aussi introduit l’enseignement de langues asiatiques, pendant qu’individuellement, des chercheurs avaient des sujets de recherche propres comportant des thèmes relatifs à l’Asie.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

Les études supérieures sont publiques et gratuites en République d’Irlande, bien qu’il soit demandé aux étudiants de payer des frais d’inscription de 1500 euros pour couvrir les services étudiants. Il est possible de profiter d’un système de bourses allant jusqu’à 3400 euros, administré par les conseils de comté.

Le système éducatif est basé sur le système LMD : Licence, Master, Doctorat.

PERSONNEL

Il y a 85 chercheurs universitaires dans le champ des études asiatiques, qui travaillent sur 22 pays, régions ou entités intergouvernementales asiatiques différents. La Chine, le Japon et l’Inde sont les pays les plus étudiés. Il est demandé à la plupart des chercheurs, comme parties intégrantes de leurs tâches, de faire de la recherche et d’enseigner, et c’est une obligation contractuelle pour tous les enseignants-chercheurs à temps plein d’être « actifs en recherche » (‘research active’) et de publier, bien que que n’existe pour cela aucun système national de contrôle.

Les chercheurs sont libres de choisir leurs propres sujets de recherches, malgré, bien sûr, des directions que le gouvernement peut donner, à travers des traitements préférentiels pour des domaines spécifiques de recherche, par l’allocation de bourses de recherche sur certains thèmes. Le travail de consultance est permis, mais doit être déclaré. Les subventions de recherche internes sont en nombre limité, et la plupart des financements viennent de sources externes.

DOMAINES D’ÉTUDES

La langue et la culture sont les principaux domaines d’études. L’Asie orientale est la principale aire de recherche pour les langues et cultures. Les sciences politiques et l’histoire sont les domaines d’intérêt les plus forts dans chacune des quatre régions de l’Asie (du Sud, du Sud-Est, centrale et orientale). Les langues étudiées dans les divers établissements sont le japonais, le mandarin, le coréen, le malais et l’indonésien.

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.