Les études Asie-Pacifique en Suède

Source : Stefan Eklöf Amirell, Institut suédois des affaires internationales, Stockholm, Conférence MedAsia / Eurasiane, Sept. 2011

Bref historique

Les origines des études asiatiques et sur le Pacifique en Suède remontent à la première chaire de langues orientales, inaugurée à Uppsala en 1621. À l’origine, l’aire étudiée couvrait les langues d’Asie de l’Ouest, mais, résultat d’un accroissement des relations entre la Suède et l’Asie et le Pacifique durant le XVIIIe siècle – dû, en particulier, aux activités de négoce de la Compagnie suédoise des Indes orientales et aux voyages de plusieurs disciples de Carl von Linnaeus –, l’intérêt pour les langues d’Asie du Sud et de l’Est s’accrut. En sus de la chaire à Uppsala, une chaire équivalente était instituée à Lund et, au même moment, le nombre de langues enseignées était augmenté. Au milieu du XIXe siècle, le professeur à Lund devait être capable d’enseigner douze langues orientales, lesquelles comprenaient l’arabe, le persan, le sanscrit et le chinois.

La seconde moitié du XIXe siècle a vu une expansion et une professionnalisation des études orientales aux universités de Lund et d’Uppasala. Davantage de postes d’enseignants en facultés étaient institués, et en 1889 la Suède accueillait le Congrès international des orientalistes. L’essentiel des études académiques portait sur l’Asie de l’Ouest et du Sud, tandis que l’étude de l’Asie de l’Est – en particulier la Chine et le Japon – était majoritairement le domaine des chercheurs amateurs et des missionnaires. Les explorations de Sven Hedin en Asie de l’Est au tournant du XXe siècle, cependant, furent accompagnées d’un intérêt croissant pour l’Asie de l’Est et centrale, et en 1918 une donation privée conduisit à l’établissement de la première chaire en chinois (et quelques années plus tard, en japonais) au collège universitaire de Göteborg, au début occupée par le sinologue et linguiste renommé Bernard Karlgren.

Durant les années d’après-guerre et sous l’influence de l’expansion des études sur les aires aux États-Unis, en combinaison avec un intérêt accru de la Suède pour les pays en voie de développement (comprenant l’aide au développement et la politique de neutralité de la Suède dans la Guerre froide, qui apportèrent un rapprochement de nombreux pays asiatiques avec la Suède), un intérêt académique s’est développé pour les conditions sociales, politiques et économiques contemporaines en Asie. Les études asiatiques comme champ de recherche se sont élargies, mais les chercheurs étaient dispersés dans de nombreuses disciplines et universités, ou facultés.

En conséquence, le Conseil des ministres nordique fonda en 1968 l’Institut nordique d’études asiatiques (NIAS), à Copenhague, avec pour but de créer un environnement de recherche fort, et dédié aux études asiatiques, comprenant les régions d’Asie orientale, du Sud-Est, du Sud et centrale. Pendant près de trois décennies, le NIAS a été le centre de recherche le plus important en études asiatiques dans les pays nordiques, et le point de mire de nombreux chercheurs suédois en termes d’environnement et d’activités de recherche, ainsi que de ressources pratiques, particulièrement la bibliothèque.

Pendant la majeure partie de cette période, la recherche suédoise sur la région Asie-Pacifique a essentiellement été menée par des chercheurs individuels, ou par des petits groupes de chercheurs, dans les disciplines établies, particulièrement en histoire, histoire économique, anthropologie sociale, sciences politiques et sociologie. Une large part des financements – qui restaient faibles en comparaison de l’ensemble des financements de la recherche –, venaient de l’Agence suédoise pour les coopérations de recherche avec les pays en voie de développement (SAREC), une autorité gouvernementale chargée de promouvoir la recherche qui faciliterait les progrès politiques, économiques et sociaux des pays en voie de développement. En termes géographiques, les aires d’intérêts des recherches financées par le SAREC étaient les pays avec lesquels la Suède avait des liens forts dans le domaine de l’aide au développement, particulièrement l’Inde, le Sri Lanka et le Vietnam.

Cependant les historiens, par exemple, s’intéressèrent aussi à l’Asie du Sud-Est maritime, comme le montre la publication d’un numéro thématique de la principale revue suédoise en histoire, Historisk tidskrift, sur l’histoire moderne sud-asiatique (1977).

Les études Asie-Pacifique contemporaines en Suède

Dans les années 1990, les études asiatiques se sont développées et étendues de manière significative en Suède, soutenues jusqu’à la fin de la décennie par une politique officielle de renforcement des contacts des suédois avec l’Asie (politique menée principalement pour des motifs économiques). Une partie de cette politique était d’améliorer en Suède les bases des connaissances sur l’Asie et de développer la coopération avec les pays asiatiques dans la recherche et l’éducation supérieure. Plusieurs centres d’études spécialisés sur l’Asie-Pacifique (ou sur une partie de la région) ont été créés dans différentes universités, dont le Centre pour les études du Pacifique et de l’Asie (CPAS) à l’université de Stockholm (déjà créé en 1984, mais intégré depuis les années 2000 dans le Département des langues orientales), l’Institut européen d’études japonaises (EIJS) à l’École d’économie de Stockholm, le Centre d’études asiatiques (auparavant centre d’études orientales et d’Asie du Sud-Est) à l’université de Göteborg, et le Centre d’études orientales et Sud-Est asiatiques à l’université de Lund.

En 1996, le Centre d’études orientales et Sud-Est asiatiques de Lund s’est vu attribué un statut spécial de centre permanent et national d’études orientales et Sud-Est asiatiques, comportant une sorte de « fonction de coordination », mal définie, des études asiatiques en général en Suède. Les financements venaient à la fois du budget du gouvernement pour la recherche, et de l’université. Le centre abrite aujourd’hui la plus grande bibliothèque d’études asiatiques en Suède et un programme de master international en études asiatiques. Il fournit également la possibilité à des chercheurs extérieurs bénéficiant déjà de financements de réaliser des recherches au centre, et finance des post-doctorats de deux ans, dans le champ des études orientales et Sud-Est asiatiques contemporaines. Le Centre accueille de plus le Réseau suédois des études sud-asiatiques (SASNET).

Par ailleurs, le Riksbankens Jubileumsfond et la Fondation suédoise pour la coopération internationale dans la recherche et l’éducation supérieure (STINT) prirent l’initiative en 2001 de créer l’Ecole suédoise d’études avancées sur l’Asie-Pacifique (SSAAPS). Celle-ci, active jusqu’en 2009, proposa des bourses de thèses ainsi que des post-doctorats pour les chercheurs des universités suédoises, en plus de l’organisation de conférences et du financement de missions de recherche ou de participation à des conférences pour les chercheurs suédois dans le domaine des études asiatiques.

À la même période, le Conseil des ministres nordique décida de revoir à la baisse le montant des financements de l’Institut nordique d’études asiatiques (de même que ceux de nombreuses autres institutions de recherche et d’enseignement supérieur nordiques), ce qui eut pour résultat un affaiblissement du NIAS. En 2005, l’Institut a été intégré à l’université de Copenhague, et même s’il reste encore dans une certaine mesure un centre majeur pour les études asiatiques en Suède et dans les autres pays nordiques, son importance relative en tant que telle a diminué, particulièrement en Suède.

Plus récemment, l’Institut suédois des affaires internationales de Stockholm a développé un programme de recherche important sur l’Asie orientale et du Sud-Est, se concentrant particulièrement sur les relations internationales et la sécurité maritime de ces régions.  L’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI) héberge depuis 2009 le Programme SIPRI « Chine et sécurité mondiale », et le Département de recherche sur la paix et les conflits de l’université d’Uppsala – qui  a une forte tradition des études sur les questions de sécurité en Asie centrale, orientale et sud-est asiatique – accueille depuis 2011 le programme de recherche « La paix en Asie orientale », les deux programmes étant financés par le Riksbankens Jubileumsfond.

En résumé, les études sur l’Asie et le Pacifique ont connu un développement substantiel en Suède ces deux dernières décennies. La recherche suédoise sur la région aujourd’hui couvre un large spectre de disciplines et de sujets. Parmi les recherches les plus importantes, on trouve la démocratie et les droits de l’homme, l’économie du développement, les relations de genre, les changements culturels et religieux, le travail, les migrations, ainsi que les études sur la paix et les conflits. L’accent est mis sur les sciences sociales contemporaines, et le développement a été moins marqué, voire inexistant, pour les domaines tels que l’archéologie, la littérature, la musique, l’histoire de l’art, la linguistique et l’histoire pré-moderne.

Liens utiles

Centre d’études orientales et Sud-Est asiatiques, Université de Lund

Institut européen d’études japonaises, École d’économie de Stockholm

Réseau suédois des études sud-asiatiques, Université de Lund

Institut nordique d’études asiatiques

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *