FÉDÉRATION DE RUSSIE – SAINT-PÉTERSBOURG

Source : La sinologie à Saint-Pétersbourg : Traditions et approches contemporaines, par Nikolay Samoylov, Faculté des Études africaines et orientales, Université d’état de Saint-Pétersbourg, Fédération de Russie (juillet 2012).

Voir le texte original
Voir la version anglaise/See the english version

L’histoire en bref

Le 18 juin 1700, Pierre le Grand proclama un édit qui est considéré comme le premier décret des études russes sur les langues orientales. Le Tsar russe ordonna que « deux ou trois moines de talent pas trop âgés » soient envoyés à Tobolsk (Sibérie) pour étudier le chinois et le mongol. La première mission ecclésiastique arriva à Beijing en 1716 et y demeura durant les trois siècles suivants, prêchant le Christianisme. Ils étudièrent la dynastie des Qing, l’armée mandchoue et les relations entre la Chine et les pays voisins, et traduisirent en russe les publications chinoises et mandchoues ainsi que les classiques confucianistes. En 1741, Illarion Rossokhin fonda la première école d’études chinoises à Saint-Pétersbourg.

La Faculté des Études orientales de l’Université de Saint-Pétersbourg fut établie en 1854. En 1899, un Institut des Études orientales fut fondé à Vladivostok, des diplômés de l’Université de Saint-Pétersbourg en devenant les premiers professeurs.

Après la Révolution d’octobre en 1917, toutes les facultés et tous les départements de l’Université de Petrograd (anciennement Saint-Pétersbourg) furent réorganisés. Graduellement, la seule méthode d’enseignement et de recherche académique devint le marxisme-léninisme : les principaux domaines étudiés étaient le développement  social et économique, l’histoire de la lutte des classes et le mouvement révolutionnaire en Chine. Entre 1920 et 1950, les officiels Soviets imposèrent la vision staliniste de la Chine aux cours universitaires, rejetant la sinologie classique. Durant cette période, beaucoup de sinologues russes furent arrêtés et envoyés en prison ou dans des camps de concentration, ou tout simplement exécutés.

La Faculté des Études orientales fut ré-établie en 1944 et les meilleures traditions de l’École d’études chinoises de Saint-Pétersbourg furent ramenées à la vie par un groupe de sinologues russes de renom.

De 1960 aux années 1980, la sinologie prit une nouvelle direction avec l’étude de l’histoire intellectuelle chinoise, de l’histoire des sociétés secrètes et groupes religieux chinois, et de l’histoire des mouvements paysans. De 1961 jusqu’à maintenant, la Faculté des Études orientales a tenu des conférences spéciales sur les problèmes de l’historiographie. Aujourd’hui, elle compte parmi les plus grandes institutions mondiales dans le domaine de la sinologie.

Organisation actuelle et fonctionnement – domaines étudiés

Faculté des Études orientales de l’Université de Saint-Pétersbourg

Un programme de master de quatre ans est proposé par la Faculté des Études orientales de l’Université de Saint-Pétersbourg.

Les étudiants doivent apprendre au moins deux langues asiatiques et une langue européenne. Les cours magistraux couvrent un vaste spectre de disciplines : histoire de la Chine, littérature chinoise, linguistique, ethnographie, philosophie, économie et religions.

Les étudiants reçoivent une licence dans le domaine général des études africaines et orientales.

La Faculté propose également cinq diplômes de maîtrise et les étudiants reçoivent alors une maîtrise en études africaines et orientales.

Les étudiants apprennent le chinois, autant moderne que classique, la littérature, l’ethnographie, la religion, la philosophie et les sciences économiques ; ils étudient également l’anglais et le japonais. Ce programme donne aux étudiants une connaissance approfondie de la civilisation et de la société chinoises, les aidant à travailler dans différents domaines en tant que chercheurs, interprètes, diplomates, journalistes, enseignants, libraires et commerciaux en Asie de l’Est.

Les professeurs de l’Université d’état de Saint-Pétersbourg ont contribué à la mise en place d’un nouveau centre de sinologie à Blagoveshensk, à la frontière sino-russe.

Beaucoup d’académiciens éminents contribuent à maintenir les meilleures traditions de la classique École d’études chinoises de Saint-Pétersbourg. Ils se retrouvent principalement sur deux départements :

  • Philologie chinoise
  • Histoire des pays du lointain orient

Quinze professeurs et enseignants tiennent des séminaires sur des sujets variés des études chinoises.

Des spécialistes d’autres institutions académiques de Saint-Pétersbourg, comme l’Institut des Études orientales, l’Institut d’anthropologie et d’ethnographie et le Musée d’état de l’Héritage, sont invités à donner des cours spéciaux.

Institut Confucius de l’Université d’état de Saint-Pétersbourg

Fondé en juillet 2005 dans le cadre d’un accord entre l’Université d’état de Saint-Pétersbourg et le Bureau national chinois pour l’enseignement du chinois comme langue étrangère, son objectif est de combiner les traditions d’excellence de l’enseignement chinois en Russie avec l’expérience des partenaires chinois et les dernières techniques d’enseignement à distance. L’Institut Confucius propose des cours de langue, calligraphie et culture chinoises.

11 enseignants pour le chinois : neuf sont Russes et deux sont Chinois.

160 étudiants inscrits aux cours de langue.

Institut des Études sur l’Extrême-Orient : branche de Saint-Pétersbourg

Fondé en 2010 comme branche de l’Institut des Études sur l’Extrême-Orient de l’Académie des Sciences russe de Moscou.

Sa principale tâche est d’assurer la coopération, dans leurs activités scientifiques, des académiciens de Saint-Pétersbourg et de Moscou engagés dans des études sur l’Asie orientale.

Bibliothèque de l’Académie des Sciences russe

La bibliothèque de l’Académie des Sciences russe est une bibliothèque d’envergure détenue par l’État et installée à Saint-Pétersbourg.

Elle fut fondée dans cette ville par décret de Peter Ier en 1714 et fut par la suite intégrée dans la structure de l’Académie des Sciences de Saint-Pétersbourg. Depuis 1747, toutes les institutions académiques et, depuis 1783, tous les imprimeurs du pays ont eu l’obligation légale de déposer à la bibliothèque une copie gratuite de chaque ouvrage publié. De 1728 à 1924, ses collections furent entreposées dans le bâtiment « Kunstkamera », avec lequel elle constituait une unique institution académique jusqu’en 1803. En 1924-1925, les collections furent transférées dans un nouveau bâtiment construit pour la bibliothèque en 1914 et occupé par un hôpital militaire durant la Première Guerre mondiale. Le 15 février 1988, la bibliothèque subit un incendie catastrophique qui détruisit ou endommagea une part considérable de sa collection.

Le Département des Publications africaines et orientales de la bibliothèque de l’Académie des Sciences russe fut fondé en 1953.

Institut des Manuscrits orientaux

Dvortsovaya nab. 18, Saint Petersburg

L’Institut est découpé en six divisions académiques :

  • Département des Études sur l’Asie antique
  • Département des Études sur l’Asie centrale et australe
  • Département des Études sur l’Extrême-Orient
  • Département des Manuscrits et Documents
  • Département des Études sur le Proche et le Moyen-Orient
  • La Bibliothèque académique

Kunstkamera

Musée d’Anthropologie et d’Ethnographie Pierre le Grand. Académie des Sciences russe.

3 University Embankment, Saint Petersburg

Durant l’automne 1714, Pierre le Grand ordonna au Docteur Robert Areskin de déplacer sa collection personnelle et sa bibliothèque de Moscou à Saint-Pétersbourg, la nouvelle capitale, et de commencer à travailler à la création du premier musée public d’état – la Kunstkamera. Pour Pierre le Grand, il était extrêmement important de créer l’image d’une Russie en plein changement. L’Empereur avait l’habitude de recevoir les ambassadeurs dans son musée et une visite de ce dernier faisait partie du programme de tous les visiteurs importants.

Le musée est divisé en départements de recherche :

Département de Philosophie et culture orientales, établi

Créé au sein de la Faculté de Philosophie de l’Université d’état de Saint-Pétersbourg en 1998, il possède quatre programmes d’enseignement, deux d’entre étant consacrés aux régions d’Extrême-Orient et d’Asie du Sud : culture chinoise (dirigé par le Professeur Marina Kravtsova) et culture de l’Inde (dirigée par le Professeur Sergei Pahomov).

Le nombre global d’inscriptions au programme de culture chinoise est de cent étudiants, avec actuellement cinq enseignants à plein-temps. Le programme couvre une vaste gamme de sujets portant sur l’histoire de la culture chinoise (incluant la religion, la philosophie, les courants de pensée à l’époque classique et moderne). L’enseignement est principalement basé sur le développement des compétences linguistiques des étudiants, leur permettant de mener leurs recherches en se basant à la fois sur des sources de première main et de la littérature secondaire. La durée du cursus est de cinq ans, ce qui est traditionnel dans le système d’enseignement supérieur russe, et comprend des cours magistraux portant, entre autres, sur l’histoire de Chine, l’histoire de la culture et de la philosophie chinoises, l’histoire de l’art chinois, l’histoire de la littérature chinoise, les croyances populaires et les religions de la Chine moderne. Y sont également donnés divers cours de chinois à la fois classique et moderne et de japonais écrit. À la fin de chaque année scolaire, un article de recherche doit être présenté. Le cursus est complété par un examen d’état et un exament oral sur le dernier sujet de recherche. Sur la base de leurs performances académiques, les étudiants peuvent continuer dans les instituts.

Le programme sur la culture de l’Inde est organisé sur le même modèle. Le nombre global d’inscriptions est de vingt étudiants, avec quatre enseignants à plein-temps. Il couvre divers aspects de la culture indienne, incluant les aspects religieux, philosophiques et sociaux, depuis l’Antiquité jusqu’à l’ère moderne, avec de nombreux cours sur des sujets comme la philosophie indienne, l’histoire de l’Inde, la religion védique et l’hindouisme, la littérature indienne, l’art indien et le système social de l’Inde. Le programme inclut également des cours de langue en sanskrit et en hindi (la principale langue de l’Inde moderne).

Institut Ho Chi Minh

Université de Saint-Pétersbourg, faculté des Études africaines et orientales

L’Institut fut fondé en 2010 avec le soutien du Gouvernement du Vietnam et de l’Université de Saint-Pétersbourg.

Ses principaux domaines de recherche sont :

  • La situation politique contemporaine au Vietnam
  • Les relations internationales en Asie du Sud-Est
  • La politique étrangère du Vietnam
  • L’histoire moderne et actuelle du Vietnam


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *