ITALIE

Consulter la version anglaise/See the english version

BREF HISTORIQUE

En Italie, les études asiatiques se concentrent principalement sur la Chine, le Japon, l’Inde et l’Asie centrale. Les études orientales remontent à l’époque de la Rome impériale. En 1481, l’hébreu, l’arabe et l’araméen sont enseignés au Studium Urbis à Rome en raison de leur importance pour l’étude de la Bible et de l’histoire de l’Église.

Au Moyen-Âge, voyageurs, marchands et hommes d’Église traversent l’Asie pour atteindre l’Extrême-Orient, le plus connu d’entre eux étant Marco Polo. Mais en Italie, la sinologie est principalement associée aux travaux de deux jésuites : Matteo Ricci (1552-1610) et Pasquale D’Elia (1890-1963). Matteo Ricci fut le premier sinologue italien, Pasquale D’Elia le meilleur sinologue de Rome dans l’entre-deux-guerres et le dernier missionnaire sinologue « pré-moderne ».

Pendant les années 1980, les études japonaises et chinoises connaissent de profonds bouleversements. Jusqu’au début des années 1980, la majorité des étudiants intéressés par l’Extrême-Orient avaient suivi un cursus en sciences humaines et étaient principalement intéressés par la culture asiatique. A partir de la seconde moitié de la décennie, le nombre d’étudiants passe de 10 – 15 à plus de 100 par an et les domaines d’étude sont étendus, au-delà de la langue et de la culture, à l’économie, l’histoire et à des sujets contemporains. Plus récemment, des cours spécialisés sur le Japon ont été proposés, par exemple un cours sur le commerce japonais à l’Université privée Bocconi de Milan et des cours de traduction et d’interprétariat à Lecce. L’indologie et les études sur l’Asie centrale sont moins développées que les études chinoises et japonaises.

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ACTUEL

Aujourd’hui les trois principales chaires de recherche sont Naples, Rome et Venise.

  • L’Orientale à l’Université de Naples, anciennement Institut universitaire oriental, accueille un important département d’études asiatiques, couvrant l’intégralité de l’Asie et le monde islamique.
  • L’Université de Rome, La Sapienza, abrite des spécialistes de langue, d’histoire et d’archéologie des pays asiatiques.
  • À l’Université de Venise, « Ca’Foscari », l’accent est mis sur les études chinoises et l’Asie de l’Est.

 Plusieurs institutions culturelles et fondations privées ont activement promu les études asiatiques :

  • L’Institut italien pour l’Afrique et l’Orient, créé en 1995.
  • L’Institut Venise et l’Orient de la Fondation Giorgio Cini, fondé en 1958.

PERSONNEL

Études chinoises et japonaises :

  • Langue et littérature chinoise : 35 chercheurs, dont sept professeurs à temps plein (quatre à Venise, un à Rome, un à Milan et un à Naples)
  • Langue et littérature japonaise : 24 chercheurs, dont six professeurs à temps plein (deux à Naples et Venise, un à Rome et Milan)
  • Histoire de l’Asie de l’Est et du Sud-Est : 11 chercheurs, dont trois professeurs à temps plein (deux à Naples et un à Venise)
  • Archéologie, histoire de l’art et philosophie de l’Asie de l’Est : sept chercheurs, dont cinq professeurs à temps plein (deux à Naples et un à Rome, Venise et Gêne)

Aujourd’hui, on compte 77 chercheurs permanents en études chinoises et japonaises dans les universités italiennes.

Études indiennes

  • Langues modernes et littérature du sous-continent indien : 10 chercheurs, dont trois professeurs à temps plein à Rome, Naples et Venise.
  • Indologie et tibétologie : 18 chercheurs, dont huit professeurs à temps plein à Milan, Bologne, Palerme, Turin, Cagliari, Pise, Basilicate et Rome.
  • Philosophie, religion et histoire de l’Inde et de l’Asie centrale : cinq chercheurs, aucun professeur à temps plein.
  • Archéologie et histoire des arts de l’Inde et de l’Asie centrale : neuf chercheurs, dont quatre professeurs à temps plein à Naples, Bologne et Rome.

Un total de 42 chercheurs étudient l’Inde et l’Asie centrale.

DOMAINES D’ÉTUDE

À l’Université de Naples, les études asiatiques englobent l’intégralité de l’Asie et le monde islamique. A l’Université de Rome, l’enseignement en chinois et en japonais a fait place à l’enseignement du persan puis du sanskrit. A Venise, le département d’études eurasiatiques se concentre sur des thèmes reliant l’Europe et l’Asie. L’Institut italien pour l’Afrique et l’Orient mène des recherches et des programmes de coopération dans de nombreux pays asiatiques dont la Chine, l’Inde, le Pakistan, le Népal, le Turkménistan, l’Ouzbékistan, l’Afghanistan, l’Iran et le Yémen. Il dispense également des cours de chinois, japonais, coréen, arabe, persan et turc.

PUBLICATIONS

  • East and West, revue fondée en 1950 et publiée par l’Institut italien pour l’Afrique et l’Orient
  • Annali dell’Istituto Univerisitario Orientale, revue publiée par l’Université de Naples
  • Rivista di Studi Orientali, revue officielle du département des études orientales de l’Université de Rome
  • Quaderni Eurasiatici, revue publiée à Venise


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.