Sébastien Veg : L’aire chinoise

Réseau Asie – Quels sont les changements radicaux intervenus dans la région du monde de votre aire de compétence ?

Sébastien Veg — L’aire chinoise se distingue à la fois par les changements monumentaux induits par la croissance économique et par l’absence de changements dans les structures politiques. Ce paradoxe structure également le champ de la recherche chinoise : si les universités chinoises sont généreusement financées, la recherche chinoise, dans le domaine des sciences sociales est prisonnière de logiques contradictoires. Elle compte des chercheurs de niveau mondial actifs sur le circuit international, mais les structures institutionnelles sont contrôlées par des logiques où la qualité de la recherche ne joue souvent qu’un rôle secondaire, voire négligeable. Hong Kong, siège de sept universités de rang international, reste le lieu-phare de la recherche en sciences sociales sur la Chine contemporaine. Taïwan, où la recherche est également de grande qualité, est plus éloignée du terrain chinois.

Réseau Asie – Quel est l’état des forces et des faiblesses de la recherche française dans votre aire culturelle ?

Sébastien Veg — La plus grande faiblesse de la recherche française sur la Chine contemporaine est sans doute le petit nombre de jeunes chercheurs, qui rencontrent des difficultés à la fois de financement (pour des séjours longs sur le terrain, difficiles à concilier avec les contrats doctoraux classiques) et de recrutement. Le CEFC plaide à cet égard pour la mise en place urgente de contrats doctoraux et post-doctoraux dans les UMIFRE du pôle Asie.

La recherche française reste bien positionnée dans l’étude des religions chinoises, y compris dans le monde contemporain, à l’articulation des approches philologique et anthropologique, de même que dans certains domaines de la sociologie urbaine et rurale. En revanche, l’histoire contemporaine et les sciences politiques paraissent délaissées.

Réseau Asie – Quelles sont les nouvelles thématiques et axes de recherche émergents ?

Sébastien Veg — Le champ international de recherches sur la Chine a connu une véritable explosion depuis le début des années 1990 dans tous les domaines ; très récemment, l’histoire, notamment sociale, des années 1950 est en pleine expansion du fait d’une certaine ouverture des archives, de même que, en sciences politiques, l’étude des dynamiques administratives centre-localité. Les études de genre et, plus largement, les études « culturelles » (cultural studies) représentent également un poids important, bien que peu représentées en France, où les disciplines restent plus cloisonnées.

Réseau Asie – Quelles mesures permettraient d’améliorer et d’accroître la recherche française… ?

Sébastien Veg — L’absence de masse critique dans la recherche sur la Chine contemporaine en France incite une institution comme le CEFC à regarder vers l’Europe. Le réflexe est souvent de se tourner vers les financements européens pour construire des réseaux institutionnels via des consortiums, comme le réseau ECAF (European consortium for Asian field study) coordonné par l’EFEO et son programme IDEAS (Integrating and Developing European Asian Studies), ou encore le réseau ECRAN (Europe-China Research and Advice Network). Ces réseaux restent des structures très « top-down », alors qu’il pourrait être plus utile de commencer par rassembler de jeunes chercheurs européens spécialistes de la Chine. À travers le colloque « Nouvelles recherches européennes sur la Chine contemporaine » (organisé à Pékin les 5 et 6 juillet 2012), le CEFC ambitionne ainsi d’être une plateforme où l’Europe se construit de manière plus « bottom-up ».

Plus généralement, une réflexion sur la place des IFRE dans le paysage de recherche français sur l’Asie s’impose. Peu de pays, à part la France et l’Allemagne, ont adopté le modèle des centres de recherche à l’étranger, qui nous paraît pertinent dans des pays comme la Chine, où une plus grande indépendance vis-à-vis des institutions locales est souhaitable. Une circulation régulière entre les universités et les IFRE de la zone devrait être un atout pour la recherche française.

Dans cette optique, le rapprochement des réseaux des IFRE français (27 centres) et celui de la Fondation allemande DGIA (Stiftung Deutsche Geisteswissenschaftliche Forschungsinstitute im Ausland, 10 centres pour un budget de €38 millions par an) serait à étudier.

Une plus grande implication du CNRS dans les UMIFRE, notamment pour la mise en place de contrats doctoraux et surtout postdoctoraux, la coordination de réponses à des appels à projets européens ou encore l’articulation avec les réseaux de recherche sur l’Asie en France serait souhaitable.

Sébastien VEG est sinologue et directeur du CEFC (Centre d’études français sur la Chine contemporaine, Hong Kong).

 

Pour citer ce billet : VEG, Sébastien, « L’aire chinoise », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 30 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/174]

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.