Jean-François Huchet : Perspectives de la recherche et de l’enseignement sur la Chine

1)      Quelles analyses faites-vous de la situation des études actuelles de l’Asie et du Pacifique ? 

Le plus simple c’est que je vous parle de ce que je connais le mieux, c’est-à-dire de la Chine. Tout d’abord de la place de la Chine puis des questions d’économie. Sur la Chine, je pense qu’il y a eu « un trou d’air » – je crois à peu près entre la génération des soixantenaires et la génération qui arrive maintenant – dans la plupart des disciplines des sciences humaines et sociales.

2)      Donc le « trou d’air », cela veut dire qu’il y a eu des recrutements qui devaient se faire mais qui ne se sont pas faits ?

Je pense que dans certaines disciplines, c’est en train de se faire, même si c’est de manière un peu inégale. Par ailleurs, on ne recrute plus de la même manière comme on le faisait au moment de votre génération. Par exemple si je prends le cas des sciences politiques, on ne recrute plus des gens qui travaillent sur la situation générale de la politique chinoise en tant que telle. On recrute aujourd’hui des gens qui font des études sur une « tête d’épingle » … sur un sujet très spécifique. Ce n’est pas quelque chose propre uniquement à l’aire culturelle Chine. Il est évident qu’il y a un besoin, à mon sens, de reconstituer un vivier sur des thématiques bien précises. On le voit aujourd’hui avec la passation de pouvoir en Chine durant le 18ème Congrès du PCC. Il existe dans la jeune génération très peu de personnes qui sont capables de décrypter ce qui est en train de se passer en Chine, alors que la Chine est la deuxième puissance – et bientôt la première puissance politique et économique du monde. Je trouve que c’est assez inquiétant.

3)      Vous avez des thésards en amont ?

On a des thésards mais qui travaillent encore une fois sur des sujets « têtes d’épingle » et il n’y en a pas beaucoup. Il y en a un peu plus en anthropologie. Quand j’étais à Hong Kong au CEFC et que nous lancions des appels à financement pour des thèses, nous avions majoritairement des anthropologues.

4)      Qu’est-ce qu’il faut faire ?

À mon sens il faut recruter, mais cela implique qu’il y ait des signaux forts à envoyer aux directeurs de thèses comme quoi ils pourront faire le « service après-vente ». « Je vais recruter cette personne en thèse en sachant que je pourrais lui dire que je vais faire de mon mieux pour l’aider à trouver un poste sur tel ou tel sujet ». Je parle sur quelque chose que je connais mieux à savoir l’économie : combien sommes-nous aujourd’hui en France à traiter de l’économie de la deuxième puissance mondiale ? On a quelques jeunes aujourd’hui qui ont fait des thèses avec Daniel Cohen à l’École d’économie de Paris et il y en deux qui parlent chinois. Donc je suis content que l’un d’entre eux ait été recruté mais c’est très peu pour une telle nation.

5)   Parmi les auteurs des contributions pour le Livre Blanc, les économistes sont ceux qui disent qu’on exige d’eux la connaissance de la langue alors que ce n’est pas vraiment nécessaire. Ils travaillent sur des séries de statistiques, beaucoup de choses sont en anglais …  Or pour moi ce n’est pas suffisant. Il faut entrer dans une langue car c’est entrer dans une logique.

Il faut que les commissions en économie au CNU ou au CNRS soient un peu moins sectaires sur le plan méthodologique et acceptent des personnes qui font de l’économie appliquée et pas uniquement basée sur des modèles économétriques.

6)    Pensez-vous qu’il serait intéressant de créer une nouvelle section CNRS pour pouvoir recruter des gens avec le profil qu’on souhaite ?

Je pense que la section 15 du CNU pourrait être reproduite au CNRS, tout simplement, car elle est ouverte à des gens qui ont travaillé sur la civilisation ; il y a une tolérance plus forte.

7)     Faudrait-il mettre un coup de projecteur sur l’Asie, comment procéder et comment le justifier ?

Je reste persuadé que la meilleure chose est que l’Asie ne se retrouve pas seule dans cette quête, il faut faire comme au CNU avoir une commission qui recrute sur plusieurs aires culturelles. Mais pour la question du contemporain, il faudrait souligner dans ce livre blanc, le fossé entre la montée de l’Asie sur tous les points en matière d’économie, politique, géopolitique … et la faiblesse du recrutement sur cette période. Sinon, on va se retrouver dans vingt ans avec très peu de chercheurs sur une zone géographique très importante. Et en terme de compréhension de cette zone, on aura été déclassé, ce que nous n’étions pas il y a encore quelques années puisqu’il y avait une très forte école sur l’Asie, mais qui correspondait à une Asie qui n’était pas celle qui émerge et se transforme actuellement sous nos yeux.  La Chine en l’espace de 35 ans a connu de profonds changements. On a donc besoin d’avoir des gens qui travaillent véritablement sur le contemporain. On a besoin de monter d’un cran maintenant.

8)    Comment faire évoluer le contemporain, recruter des gens et comment  se positionner ? Qu’est-ce qui peut être fait avec l’INALCO ?

Je pense que la voie à poursuivre, c’est surtout de ne pas toucher à la puissance de formation linguistique qui est remarquable. Mais il faut recruter des juristes, des économistes, des géographes, des politistes qui vont travailler sur l’Inde, sur la Chine, l’Asie du Sud-est … Il faut investir sur le long terme et favoriser une montée en gamme de la recherche et de l’enseignement sur ces domaines et il y aura cette complémentarité qui fait l’excellence de l’INALCO, c’est-à-dire d’une institution qui est capable de former des gens à la fois en langue et en civilisation. De surcroît, nous récupérons à l’INALCO beaucoup d’étudiants qui sont en double cursus. Il est important de savoir et de comprendre ce que les entreprises chinoises font en achetant des terrains au Brésil, que la structure même du commerce extérieur de l’Amérique latine est en train d’être aspirée littéralement par la Chine parce que les pays d’Amérique Latine sont en train de se spécialiser dans les matières premières aux dépens de l’industrie pour répondre aux besoins de la Chine.

9)    Comment fait-on si on n’a pas de bons candidats ?

On pourrait effectivement décider d’avoir un système à l’américaine avec des « tenures ». Toutefois, je suis assez partagé : c’est-à-dire qu’il soit transparent et prévisible pour les candidats. On dit aux gens « voilà on a des critères et au bout de trois ou cinq ans, on vous embauche donc vous avez un poste à contrat indéterminé». Soit on vous en redonne pour deux ans parce que vous avez fait des choses mais ce n’était pas suffisant. Soit vous éjectez. Cependant, il y a des pays où ils affichent sur le papier ce système mais qui en fait, vont mal se comporter vis-à-vis des professeurs qui ont rempli les conditions. En France, les recrutements à l’université permettent déjà d’avoir eu la possibilité de tester en matière d’enseignement les candidats via les postes d’ATER. Pendant deux ans, on a déjà vu si le candidat était capable d’assurer des enseignements tout en écrivant une thèse. Effectivement si la personne ne possède pas les qualités nécessaires, elle ne sera pas recrutée en tant qu’enseignant-chercheur ; aujourd’hui sur les dossiers quand on recrute des maîtres de conférences, ce sont des personnes qui ont déjà été testées par le système.

10)   Comment feriez-vous pour implanter un système semblable au CNRS ?

Moi ça ne me choquerait pas que le CNRS institue une possibilité pendant 3 à 5 ans de dire aux gens « Non vous n’êtes pas fait pour être chercheur ». Je suis très fortement en faveur de pousser les gens à l’enseignement. D’abord parce qu’il y a une exigence de transmission extrêmement importante. Il y a une exigence de transmission sur les sujets sur lesquels on travaille. Je le vois entre les cours que je faisais au département d’économie à Rennes sur l’histoire de la pensée économique qui est un cours très intéressant mais qui n’est pas le sujet sur lequel j’ai fait ma thèse. Mais je vois bien la différence entre ce type de cours que je donnais et le type de cours que je donne maintenant sur la Chine qui est mon objet de recherche. Je pense que pour mes étudiants, ils prennent plus de plaisir et d’intérêt à m’écouter quand je leur parle aujourd’hui d’économie chinoise que les étudiants qui m’écoutaient lorsque je faisais mes cours sur la pensée économique. Je ne faisais que répéter ce que j’avais lu dans les bouquins, je n’ai pas fait ma thèse sur Ricardo ou Adam Smith. Il y a donc cette exigence de transmission sur le sujet de recherches sur lequel on a fait sa thèse,  c’est extrêmement important. Les étudiants sont redoutables, ils jugent un professeur très rapidement et il y a une exigence de clarté dans les propos qui aide beaucoup au niveau de la recherche. Il faut construire un cours sur 26 heures et l’enseignant est devant un public exigeant. Je pense aussi que les cours  nous aident à resituer notre objet de recherche dans un contexte plus large que notre sujet de recherche. Je pense que ces exigences sont nécessaires dans le métier de chercheur. Après faut-il donner un service aux gens du CNRS ou la moitié d’un service et permettre à ceux qui sont à l’université aujourd’hui de faire un peu moins de cours ? C’est une question qu’il faut étudier.

(…)

On pourrait aussi pour les enseignants chercheurs garder « un crédit recherche » sur toute sa vie. Un chercheur qui est à l’université aurait par exemple un crédit de 10 ans recherche dans toute sa carrière et aurait le droit de passer au CNRS, impliquant que quelqu’un du CNRS vienne à l’université avec un crédit d’enseignement à faire pendant 10 ans et cela permettrait de tourner. Les délégations actuelles pour les collègues qui sont à l’université qui partent au CNRS, sont encore difficiles à gérer par l’équipe d’origine de l’enseignant. Pour un détachement, l’université dispose d’un support de crédit qui arrive automatiquement puisque le MESR ne paie plus l’enseignant ; mais la délégation d’une certaine manière est un peu pernicieuse pour l’université parce que tes collègues te disent « on te laisse partir au CNRS pendant un an mais qui va faire les cours si on n’a pas de support budgétaire ? Donc c’est nous qui allons assurer tes cours ? » ; et quand le collègue demande une deuxième année on lui répond qu’il déjà eu une première année cela arrive qu’il y ait une certaine réticence pour lui accorder une deuxième.

11)   Comment verriez-vous l’articulation des deux ? (CNU/CNRS)

Je pense que ce sont des crédits qui permettent d’établir un pont beaucoup plus systématique entre la recherche et l’enseignement. Pourquoi ne pas étendre le système d’institut de France qu’on a mis en place au CNRS ?

12)   Cela équivaut à une année sabbatique ?

Non car il y a des gens qui pourraient rester longtemps. On pourrait imaginer que cela soit le CNRS qui serait l’organisme récipiendaire des enseignants qui partent ? Et à l’inverse il y aurait des chercheurs qui donneraient des cours, s’il y a obligation d’avoir cette réciprocité entre l’université et le CNRS.

13)   Il faudrait qu’il y ait une expérience pilote pour dire qu’en Asie il y a des transformations profondes

On commence par une UMR et voyons ce que ça donne.

14)  À Berkeley, ils ont 6 mois tous les 3 ou 4 ans et s’ils veulent une année il faut qu’ils aillent voir une fondation avec leur projet, laquelle fondation peut dire « moi je prends ce sujet » ; mais ils doivent faire un rapport et travailler. Donc ils peuvent avoir tous les 3 ou 4 ans une année complète. Ce système n’existe pas en France.

Non, mais nous on connaît une autre alternative qui sont les UMIFRE où on part à l’étranger. Mais combien sommes-nous dans le système à le faire ? Très peu et puis ça implique qu’on parte à l’étranger aussi.

15)   Qu’est-ce qu’on pourrait faire pour améliorer les UMIFRE, c’est-à-dire pour que ce soit une plaque importante pour que les chercheurs qui viennent soient accueillis ?

Il faudrait reprendre une politique active du CNRS pour développer des contrats de longue durée (2 à 4 ans) mais aussi de plus courte durée (inférieurs à un an). Nous avions au CEFC en 2008 6 postes CNRS et aujourd’hui il n’y en a plus qu’un c’est-à-dire que l’accordéon s’est refermé.

16)   Quelles sont les disciplines criantes où l’on manque de spécialistes ?

Économie, sciences politique et droit. Les décideurs politiques doivent décider de certaines priorités et reconnaître que dans les trente ans à venir nous auront besoin de personnes qui connaissent la politique chinoise, le droit, l’économie chinoise ; cela ne nous ne empêchera pas bien sûr de recruter toujours des chercheurs et enseignants en sociologie, ou en anthropologie, en langue. Il n’y a pas à opposer les disciplines les unes par rapport aux autres mais s’il y a des lacunes dans certains domaines il faut les combler par des crédits supplémentaires et des créations de poste, quitte dans les période de disette budgétaire que nous connaissons à flécher un peu plus les postes. Prenons l’exemple du droit en Chine, il n’y a à ma connaissance en France que deux personnes qui travaillent à temps plein sur ce sujet. Aux États-Unis, sans réfléchir, je pense à 7 chercheurs qui travaillent sur ce sujet.

17)   Comment situez-vous « Perspectives chinoises » ?

Maintenant la revue est entrée dans les critères scientifiques entre guillemets que ce soit en France ou à l’étranger. Mais on avait suffisamment d’histoire. La revue disposait déjà d’un comité scientifique solide. C’est sur ce point le grand drame des nouvelles revues, surtout dans les critères de classification à l’étranger, qui demandent une longue histoire de publication. Mais cela veut dire que les chercheurs à qui on demande de publier dans les revues classées par SSCI ne publieront pas dans les nouvelles revues non classées.

17) Mais pourquoi n’y a-t-il pas une édition en chinois ?

Essentiellement pour des questions de coûts de la traduction et de main d’œuvre dans le travail éditorial et de censure en Chine. À Taiwan il n’y a pas de problème mais les gens lisent l’anglais. Par contre ce qui est intéressant c’est de prendre des textes de collègues qui écrivent en chinois et de les traduire en anglais, de faire connaitre la recherche qu’il y a en Chine. Et ça je dois dire qu’on ne le faisait pas suffisamment parce que cela coûte cher généralement en plus du gros travail éditorial à faire derrière.

Jean-Francois Huchet, économiste et sinologue, est professeur des universités à l’INALCO

Professor, School of China Studies

 

Pour citer ce billet : HUCHET, Jean-François, « Perspectives de la recherche et de l’enseignement sur la Chine », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 4 décembre 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/1266]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.