Jean-Michel Butel : La recherche à l’Inalco & le Centre d’Études Japonaises

La période récente pourrait être définie pour l’Inalco par le terme « regroupement ». Regroupement des activités de recherche tout d’abord : centres de recherche, études doctorales et administration de la recherche se retrouvant sur un même site dédié, au Centre de la Belle Gabrielle[1] depuis 2008, puis dans le bâtiment historique de l’Inalco, au 2 rue de Lille, à partir du 27 août 2012 ; regroupement – enfin ! – de l’enseignement des 93 langues proposées à l’Inalco à partir d’octobre 2011, dans le beau bâtiment du Pôle des Langues et Civilisations[2], nouvel équipement de la ZAC Paris-Rive-Gauche partagé avec la Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations[3]. Cette concentration des chercheurs et des moyens a été accompagnée par un effort conséquent pour l’organisation, la promotion et la diffusion de la recherche effectuée aux « Langues’O ».

Le Centre d’Études Japonaises[4], évalué A+ par l’AERES en 2009[5], est tout particulièrement représentatif du dynamisme des 14 équipes de recherche de l’Inalco[6]. Le doublement récent (2010) de sa dotation[7], auquel il faut ajouter l’apport de deux enseignants-chercheurs de l’équipe membres de l’IUF[8] ainsi qu’un financement important du Conseil scientifique de la ville de Paris (programme Emergences), est heureusement venu soutenir une activité qui était jusqu’alors largement financée par des partenariats avec des institutions japonaises (au premier rang desquelles l’Université Waseda).

Fort de 34 membres titulaires et 35 doctorants[9], s’appuyant depuis 2012 sur une antenne très active à l’Université Toulouse le Mirail, le CEJ entretient de longue date des rapports très étroits avec d’importantes institutions francophones parmi lesquelles le CRCAO (UMR 8155), mais aussi la section d’études japonaises de l’Université de Genève, toutes les deux parties prenantes, quoiqu’à des titres différents, d’un Master études japonaises cohabilité Inalco /Paris Diderot – Paris 7[10].

Le CEJ fédère de fait les japonisants francophones autour d’outils de diffusion de la recherche uniques en France :

Cipango, Cahiers d’études japonaises

Créé en 1992, Cipango est aujourd’hui la seule revue d’études japonaises publiée en France. Ces dernières années ont été marquées par la consolidation du protocole scientifique de la revue et l’ouverture à des chercheurs francophones au delà des frontières de l’hexagone. En ligne depuis juin 2012 sur le portail académique revues.org[11], comme quatre autres des revues de l’Inalco[12], Cipango connaîtra à partir de cette année 2012 une déclinaison en anglais accessible en ligne : Cipango — Japanese studies: English édition.

Collection Japon

Créée en 2005 et animée depuis par deux membres du CEJ, Christian Galan et Emmanuel Lozerand, aux Belles-Lettres, cette collection, qui compte déjà 16 titres en 2012, propose recherches inédites, essais originaux, mais aussi traductions littéraires et scientifiques[13].

Le CEJ accueille aujourd’hui 14 projets de recherche organisés selon 4 axes[14]. Nous présenterons ici cinq des projets les plus dynamiques. Ceux-ci sont représentatifs de l’ampleur de la recherche sur le Japon à l’Inalco : si une focalisation récente sur le Japon contemporain est tout particulièrement notable, et fait suite à une politique de recrutement des enseignants-chercheurs continue depuis 2005, le Centre n’abandonne pas les études classiques qui faisaient sa force (langue, littérature comme histoire de l’art), ni une vision de la société japonaise qui insère le contemporain dans une histoire longue. On note par ailleurs une tendance forte à la multiplication et à l’internationalisation des partenariats.

Genji monogatari (responsable : Terada Sumie)

Le projet Genji, initié sous le quadriennal 2001-2005, se donne pour objectif la traduction du grand roman médiéval du Genji Monogatari et l’animation de recherches pluridisciplinaires autour de ce dernier. L’équipe a rapidement atteint une notoriété internationale et est désormais connue sous l’appellation « Groupe Genji de Paris ». Elle a été rejointe par de nombreux chercheurs hors institutions françaises.

Le travail collectif de traduction s’appuie sur la vérification comparative des variantes des principales copies manuscrites ainsi que des commentaires datant du XIIIème siècle jusqu’à nos jours. L’attention portée à la lisibilité s’exprime dans le soin porté à l’élaboration stylistique, respectueuse du dispositif narratif de l’ouvrage, et qui répond à l’attente d’un lecteur d’aujourd’hui, légitimement désireux d’accéder à l’un des chefs-d’œuvre du patrimoine littéraire universel.

La publication du premier chapitre s’est faite, conjointement avec des travaux de recherche, sous la forme d’un numéro spécial de la revue Cipango[15]. Celui-ci a rencontré un vif succès qui a entraîné une réédition. Il connaît actuellement une traduction en anglais (prévue pour 2013). La traduction du deuxième chapitre est actuellement en phase de finition. S’ajoute à la réussite du projet le succès de la publication de l’ouvrage  monumental dont Estelle Leggeri-Bauer a assuré le travail éditorial, Le Dit du Genji, Edition Diane de Selliers, 2007[16].

Des manifestations scientifiques internationales, principalement franco-japonaises, sont organisées chaque année. Les actes du colloque de 2008, Opacité et transparence, ont été publiés au Japon en 2009. La publication au Japon des actes du colloque de 2011, Le roman à travers les siècles, est en préparation.

Manuscrits à peintures dans les collections françaises (responsable pour le CEJ : Estelle Leggeri-Bauer)

Ce projet – porté par le CEJ, le CRCAO, la BnF, et soutenu par l’Université de Nagoya – a pour objectif de promouvoir l’étude de manuscrits illustrés japonais conservés dans les collections publiques françaises[17]. Le travail à la fois pluri- et transdisciplinaire reflète la volonté de dépasser le partage traditionnel des savoirs afin de mieux comprendre les manuscrits dans toute leur complexité.

Le projet se signale par la diversité de ses activités scientifiques (séminaire mensuel ouvert aux étudiants en master et en doctorat, journées d’études, colloque, missions de terrain), par son souci de formation (formation à la paléographie) et par son ouverture sur le monde non universitaire (conférences grand public cultivé, contribution à l’organisation d’expositions[18]). Son rayonnement international s’appuie sur le dynamisme de l’équipe et sur les liens tissés avec les chercheurs à l’étranger (Japon, Etats-Unis).

Discours et débats de l’ère Meiji (DDEM) : La famille japonaise moderne  (responsables : Christian Galan et Emmanuel Lozerand)

L’activité du groupe – une vingtaine de chercheurs de divers établissements français (Inalco, Paris 7, Cnrs, Lyon 3, Toulouse Le Mirail, Bordeaux 3 en particulier) – se concentre sur l’étude des discours sérieux ou fictionnels qui ont proliféré dans le Japon des dernières décennies du XIXe siècle et du début du XXe siècle. La première thématique choisie concerne les mutations de la famille japonaise à l’époque moderne : il s’agissait d’aborder la famille comme lieu central et symptomatique des bouleversements de l’ère Meiji, en considérant les questions qui s’y rattachent de manière très ouverte : code civil, relations hommes-femmes, amour, sentiments, croyances, relations parents-enfants, conflits de génération, enfance, éducation familiale, morale, hygiène, sexualité.

L’année 2011 a marqué une étape importante pour ce projet avec la parution d’un épais volume de 670 pages, La Famille japonaise moderne (1868-1926). Discours et débats, édité par C. Galan et E. Lozerand chez Picquier[19]. L’accueil très positif laisse entrevoir une édition anglaise de l’ouvrage. Le groupe se tourne à présent vers un second objectif : présenter une anthologie raisonnée de textes écrits sur la famille dans le Japon moderne. Celle-ci sera publiée aux Belles-Lettres, Collection Japon, au cours de l’année 2013.

L’après-guerre, mémoire et contours (responsable : M. Lucken)

Partant du constat qu’au Japon des débats aussi différents que ceux portant sur la réforme de la Constitution, les relations avec la Chine ou la commémoration des héros de la nation ont pour point commun la Seconde Guerre mondiale et l’occupation américaine, il est apparu important d’analyser dans quelle mesure le cadre de l’« après-guerre » reste pertinent pour situer et décrire l’archipel aujourd’hui. Le projet a eu pour premier objectif d’examiner les différentes modalités du rapport à la guerre depuis 1945. Pour mettre en relief l’ampleur et la complexité du thème, une approche pluridisciplinaire a été privilégiée. De nombreux domaines ont été pris en compte, comme la politique, l’éducation, l’environnement, mais aussi les arts et la littérature.

La réalisation d’un livre collectif a d’emblée été définie comme l’objectif principal du projet de recherche. Publié en 2007 sous la direction de Michael Lucken, Anne Bayard-Sakai et Emmanuel Lozerand, Le Japon après la guerre, (Philippe Picquier, 406 p.), tiré à 1000 ex., a été épuisé en quelques mois. Il a connu une très bonne appréciation de la communauté internationale qui a poussé à une traduction en anglais : Japan’s Postwar, Nissan Institute/ Routledge Japanese Studies, 2011.

 Éducation, enfance-s et société dans le Japon contemporain (responsable : Christian Galan)

Créé en 2008 par des japonisants, l’équipe a reçu depuis le renfort de chercheurs spécialistes de la Chine. Elle rassemble aujourd’hui vingt-cinq enseignants-chercheurs, doctorants, étudiants de Master 2, du CEJ, mais aussi de Paris 7, Paris 8 ainsi que d’universités japonaises, européennes et nord-américaines. Le projet s’attache à tout ce qui concerne les questions d’éducation et d’enfance, au travers de problématiques directement rattachées à des mutations ou à des enjeux auxquels les sociétés japonaises et chinoises doivent actuellement faire face[20]. Les approches et les méthodologies privilégiées sont celles de la sociologie, des sciences de l’éducation, de la psychologie, de l’histoire, de l’anthropologie, de la philosophie et des sciences politiques. Un séminaire de M2 (INALCO / Paris 7), « Education et société dans le Japon contemporain », a été mis en place en parallèle aux activités du groupe.

Populations japonaises, évolutions et perspectives contemporaines  (responsables : Jean-Michel Butel, Isabelle Konuma)

Ce projet veut décrire les évolutions contemporaines des différentes populations résidant au Japon. Il s’attache plus particulièrement aux questions de la dénatalité, du vieillissement, de la crise de la famille, des marges et des migrations[21].

Pour traiter de ces questions, l’équipe rassemblée, qui compte aujourd’hui 29 chercheurs appartenant à 12 institutions différentes, dont 9 doctorants et 4 post-docs, se veut résolument interdisciplinaire. Elle est également mue par une conviction : pour bien être comprise, la société contemporaine doit être considérée comme le résultat d’évolutions qui se dessinent à l’époque moderne.

Ce projet bénéficie d’un financement important du conseil scientifique de la ville de Paris (programme “émergence”: 142.000 euros pour la période 2011-2013).

 Conclusion

Dans les réorganisations qui se font cours, les synergies et les remous engendrés par le PRES puis l’IDEX, l’équipe a toujours voulu réaffirmer sa volonté de proposer une recherche pluri-disciplinaire focalisée sur une aire géographique précise – le Japon –, qui ne serait pas noyée dans une logique de regroupement tous azimuts. Cette stratégie, dictée par la nécessité de se faire reconnaître par des partenaires japonais dont on a dit l’importance aussi bien scientifique que financière, nous semble validée par le dynamisme et la cohérence des réalisations du Centre. L’activité de recherche développée au sein du CEJ est incroyablement intense comparée à sa dotation : pour le précédent quadriennal, la production scientifique compte ainsi 275 entrées, sans compter les colloques internationaux et les journées d’étude ! L’équipe est pourtant au seuil de ses capacités dans l’accompagnement logistique de ses activités de recherche, pour l’instant essentiellement tributaires, malgré l’important effort consenti par l’Inalco ces dernières années, de la bonne volonté et de l’investissement bénévole des enseignants-chercheurs et des étudiants. Sans assistance à la recherche (secrétariat), cette pénurie dramatique en moyens humains rend par exemple très difficile de répondre à des appels d’offre, ce qui ne manquera pas de poser un problème à terme.

Jean-Michel Butel est anthropologue et ethnologue, spécialiste du Japon. Il est maître de conférences à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) et chercheur au Centre d’études japonaises (CEJ).

Retrouvez le profil de Jean-Michel Butel, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.


[1] http://www.inalco.fr/ina_gabarit_espace.php3?id_rubrique=90

[2] http://www.inalco.fr/ina_gabarit_rubrique.php3?id_rubrique=37

[4] www.cej.fr

[5] http://www.aeres-evaluation.fr/Etablissements/INSTITUT-NATIONAL-DES-LANGUES-ET-CIVILISATIONS-ORIENTALES

[6] http://www.inalco.fr/ina_gabarit_rubrique.php3?id_rubrique=114

[7] Précédemment de 14500 euros… que l’on pourra s’amuser à diviser par le nombre de chercheurs du centre.

[8] Michael Lucken en « junior » depuis 2009, puis Anne Bayard-Sakai depuis 2012.

[9] Chiffres de mai 2012. En septembre 2008 l’équipe comptait 20 membres titulaires et 25 doctorants. Le Centre a ainsi connu une augmentation de plus de 50% en 4 ans.

[10]http://www.inalco.fr/ina_gabarit_rubrique.php3?ctx=dept&id_rubrique=47&id_departement=12&ina_rubrique_departement=1201

[11] http://cipango.revues.org

[12] Soit Yod, revue des études hébraïques et juives (yod.revues.org), Études Océan Indien (oceanindien.revues.org), les Cahiers Balkaniques (ceb.revues.org). Devraient suivre les Cahiers de Littérature Orale (http://www.inalco.fr/ina_gabarit_rubrique.php3?pub=1&id_rubrique=1875&cat_rub=56), et Slovo (http://www.inalco.fr/ina_gabarit_rubrique.php3?pub=1&id_rubrique=1886&cat_rub=65).

[13] http://www.lesbelleslettres.com/collections/japon/

[14] Littérature et esthétique ; Lexicologie et sémantique ; Société du Japon contemporain ; Pensée, discours et représentations XIXème-XXème siècles.

[15] http://cipango.revues.org/577

[16] http://www.editionsdianedeselliers.com/nos_livres/oeuvres.php?fiche_id=16

[18] http://www.tapisserie-bayeux.fr/index.php?id=420

[19] http://www.editions-picquier.fr/catalogue/fiche.donut?id=758

[20] http://w3.cej-eesjc.univ-tlse2.fr

[21] www.popjap.fr

 

Pour citer ce billet : BUTEL, Jean-Michel, « La recherche à l’Inalco & le Centre d’Études Japonaises », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 27 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/125]


Une réflexion au sujet de « Jean-Michel Butel : La recherche à l’Inalco & le Centre d’Études Japonaises »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.