Christopher Goscha : L’approche québécoise sur le Vietnam

Professeur en relations internationales à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), je travaille surtout sur l’histoire du Vietnam contemporain ainsi que sur les relations internationales en Asie. Le Vietnam a connu plusieurs « changement radicaux » depuis une vingtaine d’années. Faut-il mentionner la fin de trente ans de guerre et l’unification du pays sous l’égide des communistes ? Mais on pense aussi à l’échec du socialisme, la fin de la guerre froide et l’effondrement du bloc communiste auquel Hanoi était rattaché depuis des décennies. Suite à une guerre avec la Chine, la première du genre entre pays communistes, le Vietnam se trouva très isolé à la fin des années 1980 et confronté à une crise socio-économique qui menaçait sa légitimité. À l’instar de la Chine de Deng Xiaoping, les communistes vietnamiens déclenchèrent une politique économique libérale tout en s’ouvrant à leurs anciens ennemis. Dans les années 1990, le Vietnam communiste intégra l’ASEAN et établit des relations diplomatiques avec l’Occident, notamment avec les États-Unis. La légitimité du parti communiste dépend, désormais, de l’enrichissement du pays.

Cette ouverture vers l’extérieur a certainement débuté une nouvelle ère dans les études vietnamiennes, mais ce renouveau, me semble-t-il, se limite plutôt aux chercheurs travaillant sur l’histoire de ce pays à l’extérieur du Vietnam. À l’extérieur, tant en France qu’ailleurs, l’ouverture du Vietnam a coïncidé avec le renouveau des études coloniales. Grâce à l’ouverture des archives et à de nouvelles approches de l’histoire coloniale, toute une génération de jeunes chercheurs s’est intéressée à la période coloniale du Vietnam. Depuis une dizaine d’années, notre connaissance de cette période s’est grandement améliorée dans les domaines social, culturel, économique, religieux et politique.

Une deuxième thématique s’est développée depuis la fin des guerres. Il s’agit d’une critique du nationalisme vietnamien prôné par les communistes qui mettait l’accent sur la « lutte héroïque » et « la résistance contre les agresseurs ». Une nouvelle génération de chercheurs nous offre désormais une lecture beaucoup plus fine et beaucoup moins idéologique que dans le passé. Une troisième tendance s’intéresse aux aspects socio-culturels des guerres pour le Vietnam depuis 1945. Plutôt que de célébrer la victoire héroïque du peuple vietnamien sur les agresseurs étrangers, cette nouvelle génération de chercheurs n’a plus peur d’explorer la violence et la culture de guerre qui ont animé le parti communiste dans sa quête de pouvoir, ni de souligner à quel point le peuple vietnamien a souffert à cause de ces choix de guerre.

Par contre, ces deux derniers courants historiographiques ne semblent pas se développer de la même façon au Vietnam. Peu de chercheurs sur place se montrent prêts à mettre en cause la version officielle du passé national mise en avant par le parti communiste. Il y a quelques années, l’éminent professeur Phan Huy Le rencontra une opposition assez farouche parmi ses collègues qui refusaient de considérer avec lui que la dynastie des Nguyen ne fut peut-être pas si détestable que l’historiographie officielle a bien voulu le faire croire. Et dans un pays communiste qui ne dirige une économie qui n’a de socialiste que le nom, les guerres, voire « la » guerre, reste sa seule source de légitimité nationale dans le présent. Celui qui ose explorer les zones plus sombres de cette guerre héroïque court le risque de provoquer la colère des autorités, voire pire.

Comme je ne travaille pas en France mais au Canada, il m’est impossible de suggérer comment et par quelles mesures on pourrait améliorer la recherche dans les études vietnamiennes. Je peux cependant confirmer que, grâce à la mise en place d’un projet de collaboration avec les chercheurs de l’Institut d’Asie Orientale (CNRS/ENS) à Lyon, j’ai pu mener à bien un très beau projet scientifique sur les aspects socio-culturels de l’expérience de guerre en Indochine et en Chine. Ce projet a organisé deux ateliers, le premier s’est tenu à l’IAO, le second ici à l’UQAM, et, nous l’espérons, un troisième à Singapour. Nous avons publié deux numéros spéciaux portant sur ce sujet dans deux revues scientifiques de renommée internationale : European Journal of East Asian Studies[1] et la revue War & Society. Cette collaboration québécoise avec la France via l’IAO m’est très précieuse et nous espérons développer davantage notre projet dans les années à venir.

Christopher Goscha est géopoliticien et historien. Il est professeur à l’université du Québec à Montréal.

Retrouvez le profil de Christopher Goscha, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.


[1] ‘The Experience of War: Four Sino-Indochinese Perspectives’, European Journal of East Asian Studies, vol. 9, no. 2, (December 2010), pp. 189-200. Le numéro dossier chez War & Society est sous presse.

 

Pour citer ce billet : GORSCHA, Christopher, « L’approche québécoise sur le Vietnam », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 27 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/122]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.