Eric Marié : La médecine chinoise

La médecine chinoise se caractérise par une longue histoire, avec une continuité épistémologique remarquable, des sources écrites abondantes et un statut officiel en Chine et, dans une certaine mesure, dans d’autres pays. Au cours des années 1950, à la suite de diverses décisions politiques successives et parfois contradictoires, la médecine chinoise a fait l’objet d’une reconstruction de ses théories et de ses pratiques et des réformes ont fortement modifié son exercice et sa transmission. S’exerçant auparavant dans un cadre privé, les consultations sont devenues principalement hospitalières, l’enseignement est devenu essentiellement universitaire, avec une harmonisation nationale des programmes et une intégration de données de médecine occidentale. Cependant, malgré un soutien gouvernemental, la médecine chinoise a traversé, en Chine, une crise à multiples facettes, notamment :

– diminution qualitative et quantitative des vocations, les projets de carrière étant peu motivants, en comparaison de la longueur des études ;

– perte d’identité due à l’obsession de démontrer son caractère « scientifique », avec des contorsions méthodologiques qui se fondent sur les critères de la médecine occidentale et ne prennent pas en compte sa spécificité ;

– Industrialisation de sa pharmacopée qui conduit à la création et à l’utilisation de plus en plus marquée de spécialités (pilules, comprimés…) manufacturées qui tendent à remplacer la traditionnelle prescription magistrale, fondée sur une individualisation du traitement ;

– polémique, comme celle initiée en 2006 sous forme de pétition pour l’abrogation de la médecine chinoise en Chine qui a provoqué un débat académique national, finalement clos par les instances gouvernementales qui ont confirmé leur soutien à la médecine chinoise.

La Chine s’engage de plus en plus dans la tendance à faire reconnaître sa médecine traditionnelle comme un élément essentiel de la culture chinoise, avec son inscription au patrimoine immatériel de l’humanité par l’UNESCO (2010) et la décision de créer des Instituts Confucius de médecine chinoise (le premier en Australie, le second au Royaume Uni et un troisième en préparation en France).

Parmi les nouvelles thématiques auxquelles nous nous sommes consacrés, durant ces dernières années, on peut mentionner :

– la place de la médecine chinoise dans l’offre et la demande de soin en France (plus particulièrement en cancérologie, en partenariat avec l’Institut national du cancer, qui a financé une recherche de trois ans et à qui nous avons remis un rapport de 287 pages en 2010) ;

– les transferts de savoirs vers l’Europe et les modalités de la transmission, l’analyse des programmes d’enseignement et l’implantation de la médecine chinoise en Occident, ainsi que les questions posées par sa globalisation, avec des communications dans plusieurs institutions académiques (Chine, Corée, Taiwan) ;

Dans le domaine de la médecine chinoise, l’enseignement et la recherche, en France, ne bénéficient pas d’un soutien suffisant et la plupart des chercheurs qui s’y consacrent le font à travers le prisme d’une autre discipline (médecine occidentale, sinologie, anthropologie…) et peu d’entre eux ont une connaissance interne, théorique et pratique, de la discipline. Les dizaines d’universités de médecine chinoise et autres organismes institutionnels de recherche implantés en Asie et Pacifique n’ont pas de partenaire officiel, de même rang, en France, et n’ont pas d’autre choix que de coopérer avec des organismes privés qui ne sont pas à la hauteur pour construire des conventions sur un plan égalitaire. Ce champ de l’enseignement supérieur qui pourrait permettre à la France de s’intégrer à des recherches internationales reste donc à créer. L’université de Montpellier 1, à travers sa faculté de médecine, a pris l’initiative d’ouvrir plusieurs diplômes d’université de 3e cycle de médecine chinoise (déjà plus de 150 diplômés) mais, pour combler le retard, il serait opportun de créer un véritable institut de recherche ou une chaire de médecine chinoise qui permettrait de développer une connaissance intrinsèque de cette discipline et de regrouper les doctorants et les chercheurs qui travaillent sur cette thématique.

Éric Marié , historien des sciences et spécialiste de la Chine est docteur de l’Université de médecine traditionnelle chinoise du Jiangxi (Nanchang, Chine) et docteur de l’EHESS à Paris. Il est actuellement rattaché à l’Institut d’Études Transtextuelles et Transculturelles de l’Université de Lyon 3  (EA4186). Il assure la direction pédagogique des Diplômes Universitaires de médecine chinoise à la Faculté de médecine de Montpellier.

Retrouvez le profil d’Eric Marié, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : MARIE, Eric, « La médecine chinoise », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 27 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/119]


2 réflexions au sujet de « Eric Marié : La médecine chinoise »

Répondre à Alain Bernard Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.