Claude Meyer (Sciences Po) : Valoriser la recherche économique

Le déplacement du centre de gravité de l’économie mondiale vers l’Asie constitue un des évènements majeurs des dernières décennies. Face à cette profonde évolution, la recherche française souffre de handicaps sévères par rapport  à celle de  l’étranger, les États-Unis au premier chef bien sûr, mais aussi et c’est plus grave, la Grande Bretagne ou l’Allemagne.

Cette situation pourrait être progressivement améliorée si la politique de recherche s’infléchissait dans deux directions : le recrutement d’économistes spécialisés sur l’Asie et une meilleure synergie avec les attentes de milieux extérieurs à l’univers de la recherche.

  1. Le recrutement d’économistes spécialisés sur l’Asie

Les chercheurs sur l’Asie sont actuellement majoritairement concentrés dans des disciplines comme la linguistique, l’histoire, la philosophie, la sociologie, la science politique, etc. Le nombre d’économistes est extrêmement limité et les vocations semblent rares.

Cela peut s’expliquer en partie par la barrière de la langue, qui représente un investissement très lourd et peut apparaître comme démesuré pour un économiste ; il se spécialisera alors sur des zones plus accessibles au niveau de la langue. En ce sens, ses motivations peuvent être assez différentes de celles du linguiste, historien, sociologue ou politiste, qui choisit tel ou tel pays asiatique en fonction de l’intérêt intrinsèque qu’il  lui porte.

Cependant, en économie, le vocabulaire technique est assez limité, dans les langues asiatiques comme dans les autres, et l’apprentissage pour accéder aux sources originales (statistiques, rapports, articles) est beaucoup plus facile que dans d’autres disciplines.

Il faudrait donc lancer une politique active de recrutement en direction de jeunes économistes en leur proposant une formation linguistique adaptée et quasiment sur mesure, qui aurait une double dimension :

  • Pratique de la conversation courante et apprentissage de la lecture (pour les langues à idéogrammes, acquisition de quelques centaines de caractères usuels) ;
  • Acquisition du vocabulaire spécialisé en économie et finance (pour les idéogrammes, acquisition des caractères composant les termes techniques).

 2- Valorisation de la recherche économique

Les évolutions entraînées par la mondialisation sont si rapides que les attentes de la société dans son ensemble sont très fortes pour comprendre  les enjeux liés au rôle croissant que joue l’Asie dans l’économie mondiale.

Des synergies devraient donc être développées, notamment avec le monde de l’entreprise. Les responsables des acteurs institutionnels de la recherche devraient s’efforcer de diffuser et de valoriser les travaux d’économistes spécialisés sur l’Asie par tous les moyens possibles, par exemple :

  • Contrats de recherche avec les entreprises tournées vers l’Asie et avec les services de recherche économique de grandes banques. Certains de ces contrats pourraient même prévoir le détachement provisoire d’un chercheur pour mener à bien un projet spécifique. Outre l’avantage financier que l’institution concernée en retirerait, une telle politique motiverait les chercheurs dont les travaux seraient ainsi reconnus et valorisés.
  • Coopération avec des organismes ou think tanks privés
  • Coopération institutionnelle avec les associations internationales de recherche économique sur l’Asie
  • Etc.

En résumé, les études françaises sur l’Asie-Pacifique, déjà très nourries en linguistique, histoire, philosophie, sociologie, science politique, etc. devraient s’ouvrir beaucoup plus largement à la dimension économique, que les évolutions récentes rendent désormais  incontournable. La crédibilité de la recherche française sur l’Asie-Pacifique en dépend, y compris du point de vue de la concurrence internationale. Par ailleurs, au-delà de la segmentation des disciplines, une importance plus grande donnée à l’économie permettrait de mieux comprendre dans leur globalité les évolutions actuelles et futures des sociétés d’Asie-Pacifique.

Claude Meyer, économiste spécialiste de la Chine et du Japon, est chercheur associé au Ceri-Sciences Po Paris, au Groupe d’économie mondiale / GEM-Sciences Po et professeur au Centre Franco-Japonais de management de l’Université de Rennes.

Retrouvez le profil de Claude Meyer, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : MEYER, Claude, « Valoriser la recherche économique », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 27 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/116]


Une réflexion au sujet de « Claude Meyer (Sciences Po) : Valoriser la recherche économique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.