Bruno Jetin, Centre d’Économie de l’université Paris Nord (CEPN).

Des changements radicaux sont à l’œuvre en Asie et dans le Pacifique à des degrés inégaux suivant les pays étant donné leur grande variété de situation. Le point de départ, me semble-t-il, tient à l’émergence d’un monde multipolaire où l’Asie et le Pacifique vont jouer un rôle de plus en plus important. En effet, l’Asie compte en son sein deux grandes puissances, la Chine et le Japon, et une puissance en devenir l’Inde. Le Pacifique compte, avec l’Australie, un grand pourvoyeur de matières premières et simultanément un partenaire occidental avec qui l’Asie doit composer. Avec la Chine, l’Inde et le Japon, trois grand pôles de la production et de la consommation mondiale seront donc situés en Asie dans un contexte où nombreux s’accordent à penser que la crise économique ouverte aux États-Unis en 2007 et qui s’approfondit aujourd’hui en Europe va peser négativement et pour longtemps sur l’économie mondiale. Ce phénomène va accentuer un basculement du monde en faveur de l’Asie et simultanément va inciter l’Asie à compter de plus en plus sur ses propres forces.

On va donc assister à une intégration de l’Asie du nord et du sud-est de plus en plus poussée et à un arrimage de plus en plus fort de l’Inde sur cet ensemble, ce que laisse déjà entrevoir sa politique de « regard vers l’est ». L’intégration de plus en plus poussée de l’Asie et du Pacifique est un mouvement de fond qui va entrainer un ensemble de changements structurels dans le domaine économique, social, culturel, politique et géostratégique qui selon moi devraient orienter les projets scientifiques de la recherche française et modifier son organisation et ses institutions.

Traditionnellement, la recherche française sur l’Asie et le Pacifique dispose de points forts dont l’excellence est reconnue mondialement, dans les sciences humaines, en particulier l’archéologie, l’anthropologie et l’histoire, qui lui donnent un atout considérable pour inscrire la compréhension des phénomènes contemporains dans le temps long et leur donner une intelligibilité. Ces disciplines, leurs centres d’intérêt et leurs méthodes rendent indispensables la maîtrise des langues locales et une compréhension approfondie, un lien intime, avec les sociétés qu’elles étudient. C’est la logique de « l’aire culturelle », des « Asian Studies » comme le disent nos collègues anglo-saxons, qui suppose un investissement, parfois de toute une vie, dans la connaissance fine « d’un terrain », d’une société dans sa globalité.

Le changement radical que nous pressentons en faveur d’une intégration croissante de l’Asie et du Pacifique conduit selon nous à ajouter à ce premier pôle d’excellence, un deuxième, qui repose plus sur les sciences sociales, et sur d’autres méthodologies, plus transversales, moins liées à la maîtrise d’une langue, la connaissance d’une culture en particulier, et capables d’embrasser plusieurs pays dans une logique plus globale et comparative. Nous pensons en particulier à l’étude du commerce et de l’investissement à l’échelle régionale, à la constitution de  réseaux asiatiques de production et d’un système financier régional, aux grands projets d’infrastructure, aux phénomènes migratoires, à la constitution de systèmes nationaux d’innovation en lien avec le système scolaire, au développement du tourisme asiatique en Asie et dans le Pacifique, au renforcement des institutions politiques et des lieux de négociations régionaux, aux problèmes de sécurité et de course à la puissance militaire.

La liste n’est pas exhaustive, mais la brièveté de cette contribution ne permet d’aller au-delà et de souligner les liaisons systémiques entre tous ces aspects. De même le renforcement des sciences sociales dédiées à l’étude de l’Asie et du Pacifique ne doit pas être compris comme une remise en cause de l’acquis dans les sciences humaines ni comme une concurrence, mais comme un renforcement. Cela passe, selon nous, par un infléchissement du dispositif de la recherche française qui articule de façon plus efficace la recherche menée dans les grandes institutions spécialisées sur l’étude de l’Asie et du Pacifique et la recherche universitaire. Cela suppose non seulement une meilleure communication et la multiplication des lieux d’échange et d’élaboration de projets et de production en commun, mais aussi une meilleure compréhension et articulation entre disciplines différentes.

En sciences économiques, la langue la plus utilisée pour la recherche et pour publier sur l’Asie voire en Asie est l’anglais et ce n’est certainement pas le seul exemple. La matière vivante est le plus souvent des statistiques dont l’interprétation passe évidemment par une connaissance du ou des pays. Mais il n’existe pas le même rapport à la langue et à la culture d’un pays. Pour rassembler des disciplines et des lieux de production scientifiques si différents, des institutions et des réseaux pluridisciplinaires et transversaux doivent être renforcées au sein du dispositif français de recherche sur l’Asie et le Pacifique et les possibilités de détachement auprès des diverses institutions devraient être multipliées afin de croiser les parcours professionnels et faciliter les reconversions thématiques. Le réseau Asie-Pacifique est, à ce titre, un outil précieux qui doit être préservé et développé.

Bruno Jetin, économiste et sinologue est maître de conférences en sciences économiques à l’Université Paris 13 et chercheur au Centre d’Economie de l’Université Paris Nord / CEPN.

Retrouvez le profil de Bruno Jetin, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : JETIN, Bruno, « Centre d’Économie de l’université Paris Nord », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 27 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/114]


1 réflexion sur « Bruno Jetin, Centre d’Économie de l’université Paris Nord (CEPN). »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.