Jean-Pascal Bassino : Forces et faiblesses de la recherche française

La tendance au basculement du centre de gravité économique du monde vers l’Asie s’accompagne d’un phénomène comparable en matière de recherche scientifique. Le développement économique des pays d’Asie de l’Est et du Sud-Est et plus récemment de l’Inde est en effet associé depuis une dizaine d’années au lancement de programmes massifs d’investissement dans l’enseignement supérieur et la recherche. Il en résulte une convergence vers les niveaux d’excellence qui avaient déjà été atteints par le Japon, la Corée, Hong Kong, Taiwan et Singapour depuis plusieurs décennies.

Cela est particulièrement manifeste en Chine où la volonté des autorités de construire des centres d’excellence académique de niveau international concerne à la fois les sciences de la matière et du vivant (SMV) et les sciences humaines et sociales (SHS). Dans les différents pays d’Asie, cette ambition passe notamment par le recrutement/retour au pays de scientifiques de réputation internationale et de jeunes chercheurs ayant effectué leurs études et/ou le début de leur carrière en Amérique du Nord, en Australie, en Europe ou au Japon, ainsi que par l’augmentation du nombre des chercheurs étrangers effectuant des séjours dans les institutions de premier plan.

Le renforcement de la liberté académique a constitué une condition sine qua non de ces mobilités et de la volonté d’atteindre l’excellence. Cela crée une situation dynamique dans tous les domaines de recherche en SHS comme en SMV, mais en particulier dans des programmes interdisciplinaires.

Compte tenu de l’importance des enjeux économiques, politiques et scientifiques liés au développement des pays d’Asie, la recherche française en SHS portant sur ces pays devrait manifester un dynamisme exceptionnel. Ce n’est généralement pas le cas. La faiblesse de la recherche française sur l’Asie semble liée à la conjonction de deux facteurs.

Le premier réside dans l’inertie dans les processus de décision concernant le recrutement des chercheurs et enseignants-chercheurs en France, qui sont marqués par une tendance lourde à l’autoreproduction. Les responsables d’établissements et d’équipes de recherche ainsi que les membres des comités de sélection ne semblent pas tous convaincus de la nécessité d’augmenter rapidement le nombre de chercheurs disposant d’une réelle expertise concernant les pays d’Asie. Il en résulte une stagnation autoentretenue : le faible nombre de postes ouverts au recrutement a pour conséquence une faiblesse du vivier strictement français de jeunes chercheurs qui justifie le nombre restreint de postes.

La deuxième cause de faiblesse réside dans le cloisonnement entre, d’une part, les domaines traditionnels de la recherche en SHS sur l’Asie qui reposent sur la maîtrise des langues asiatiques et, d’autre part, un ensemble de nouveaux champs de recherche dans lesquels les coopérations entre chercheurs occidentaux et asiatiques sont fortement interdisciplinaires et reposent sur une communication en anglais.

Dans les domaines traditionnels, le nombre de chercheurs n’a pratiquement pas augmenté au cours des dernières décennies ; dans certains cas, le simple renouvellement des effectifs n’est pas toujours assuré. Les champs relativement nouveaux de la recherche en SHS appliquée aux pays d’Asie restent relativement marginaux en France car la barrière linguistique limite la capacité des chercheurs occidentaux à accéder à la masse considérable des données et travaux récents, en particulier en chinois, coréen et japonais.

Parmi les thématiques et axes de recherche qui apparaissent prioritaires dans la coopération scientifique entre pays d’Europe et d’Asie, on peut notamment mentionner les analyses en SHS sur des enjeux de santé publique et de gestion de l’environnement. Il s’agit en effet de thèmes sur lesquels la coopération internationale est forte en SMV et où la prise en compte des analyses sociétales est susceptible d’apporter un éclairage utile à ces recherches.

La faiblesse de la recherche française est particulièrement marquée sur ces questions et plus généralement dans les domaines où la dimension interdisciplinaire est dominante. Cela vaut en particulier pour l’application en SHS des outils numériques et de représentation spatiale reposant sur l’utilisation de données disponibles en langues asiatiques et occidentales. Cela concerne également l’utilisation de techniques quantitatives pour la validation empirique d’hypothèses portant sur les mécanismes de gestion et les processus de décision des agents dans les sphères publiques et privées. Il en est de même sur des questions liées à l’évaluation des capacités d’innovation technologique et organisationnelle dans les pays d’Asie et des implications de celles-ci.

Une telle situation dans ces domaines de la recherche en SHS fortement liés à des enjeux politiques ou économiques de première importance pour les pays européens est naturellement préjudiciable ; elle risque d’avoir de graves conséquences à moyen et long terme.

Le renforcement de la recherche française sur l’Asie nécessite une communication accrue et des programmes structurant les coopérations entre les chercheurs traditionnellement spécialisés sur l’Asie et ceux ne maîtrisant pas nécessairement des langues asiatiques mais néanmoins engagés dans des coopérations avec des partenaires en Asie, aussi bien en SHS et qu’en SMV.

Dans la plupart des domaines, les équipes françaises dans les domaines de la recherche traditionnelle sur l’Asie ne disposent pas à elles seules d’une masse critique ; cela signifie qu’une coopération entre équipes européennes est indispensable. Elle pourrait en particulier reposer sur une plus grande mobilité des jeunes chercheurs à l’intérieur de l’Europe.

Ce renforcement passe aussi par un appui sans faille à la constitution de ressources documentaires, notamment numériques car partageables, comparables à celles dont disposent nos voisins européens.

5 mai 2012

Jean-Pascal Bassino est économiste, professeur des universités (Grenoble II) et spécialiste de l’Asie du Sud-est, de la Chine et du Japon.

Retrouvez le profil de Jean-Pascal Bassino, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.

 

Pour citer ce billet : BASSINO, Jean-Pascal, « Forces et faiblesses de la recherche française », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 27 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/112]


Une réflexion au sujet de « Jean-Pascal Bassino : Forces et faiblesses de la recherche française »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.