Alain Arrault : L’École française d’Extrême-Orient

L’École française d’Extrême-Orient est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel. Elle dépend du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et fait partie depuis 2010 du Pres Hesam (Hautes études – Sorbonne – Arts et métiers).

1-       Quelle est la liste des thématiques dans les domaines de recherche de votre unité ?

Sous l’effet de la loi Sapin de titularisation des agents non titulaires de l’État, les 42 chercheurs contractuels de l’EFEO sont progressivement devenus à partir des années 2000 des « enseignants chercheurs » permanents de l’EFEO, de l’École pratique des hautes études et de l’École des Chartes[1], sous deux titres distincts : maître de conférences et directeur d’études. Ce changement de statut a induit deux effets :

1)      Obligation de délivrer un enseignement. Chargés de cours ou de conférences, ils interviennent essentiellement à l’École pratique des hautes études (section des Sciences religieuses et section Histoire et philologie) et à l’École des hautes études en sciences sociales, quelques-uns le font également au niveau des universités (Université de Toulouse II, Université de Savoie). Bien que concernant dans une grande majorité les EC métropolitains, les EC expatriés occupent toutefois des charges d’enseignements au sein des centres EFEO à l’étranger (Centres de Pondichéry, de Tokyo et d’Hanoi) ou dans les universités locales (Université d’Indonésie, Université chinoise de Hong Kong, Université de Kyoto, Université d’Hanoi, Université de Malaya).

2)     Structuration des enseignants chercheurs en équipes. Après plusieurs refontes, la dernière mouture répartit les EC sur trois axes, subdivisés en thématiques de recherche, correspondant plus ou moins aux aires culturelles :

 A. Sources textuelles et traditions vivantes

a)      Corpus du monde indien (Inde)

b)      Histoire culturelle et anthropologie des religions en Asie orientale (Chine, Japon, Corée)

 B. La construction des centres de civilisations

a)      Cités anciennes et structuration de l’espace en Asie du Sud-est

b)      Pouvoir central et résilience du local

 C. Diffusion du bouddhisme : Transmission et inculturation du bouddhisme en Asie.

Le nouveau quinquennal (2012-2017) prévoit une nouvelle structuration des unités de recherche selon deux grandes thématiques :

A. Systèmes de pensée et pratiques : diffusion, échanges, adaptation

B. Construction des centres de civilisation : frontières, urbanisation, résistances du local.

 Cette nouvelle structuration a surtout pour effet, en apparence, de gommer les aires culturelles et de conférer à chaque unité « une masse critique » d’environ 20 EC.  Il est à noter toutefois que ces équipes ne sont pas reconnues au même titre que les équipes universitaires et celles des autres institutions de recherche. Ce sont des équipes « maison ».

 À l’initiative de l’EFEO, l’European Consortium for Asian Field Studies (ECAF) a été fondé en 2007. Il comprend comme membres fondateurs 30 institutions françaises, allemandes, hongroises, italiennes, anglaises, hollandaises, tchèques et portugaises, et 10 institutions asiatiques ou non-européennes ayant le statut de membres associés. Il a pour vocation de faciliter l’accès au terrain et d’offrir de bonnes conditions de recherche aux chercheurs européens grâce à un réseau de 21 centres situés en Asie (17 centres de l’EFEO, 2 centres italiens, 1 centre allemand, 1 centre singapourien), et d’encourager des programmes de recherche interdisciplinaires dans le domaine des humanités et des sciences sociales.

C’est dans ce cadre que le programme européen IDEAS a été obtenu (voir plus bas). Pour plus de détails, voir http://www.ecafconsortium.com/

2-       Quels sont les contrats (avec les NOMS et les DATES) obtenus sur l’Asie ou le Pacifique par votre unité depuis la création de l’ANR en 2006 ?

ANR-DFG franco-allemand Edition (28 décembre 2007). Pour 36 mois (prolongation 6 mois : fin prévue 30 juin 2011) : Early Tantra  (Inde)

 ANR – CORPUS (28 décembre 2007).  Pour 36 mois (prolongation 3 mois, fin prévue le 30 mars 2011) : Espace Khmer Ancien (EKA) (Asie du Sud-est)

ANR Espace et Territoire (15 décembre 2010). Pour 48 mois (achèvement prévu le 14 décembre 2014) : Régir l’espace chinois – la structuration du territoire de la Chine impériale (Chine)

ANR Programme Blanc – SHS 2 – Développement humain et cognition, langage et communication. Edition 2011. Pour 36 mois (achèvement prévu le 31 août 2014) : Panini et les pâninéens du 16ème au 17ème siècle » (Inde)

En dehors de l’ANR, signalons l’obtention d’un FSP et d’un programme européen :

FSP (financé par le MAEE) : Programme de restauration du Temple du BAPHUON (Angkor, Cambodge) de 1995 à 2011.

 7ème PCRD, project funded by the European Commission: Programme IDEAS : Integrating and Developing European Asian Studies. À compter du 1er janvier 2010, pour 30 mois (pour plus de détail, voir http://www.ideasconsortium.eu).

En dehors de ces subventions « institutionnelles », il existe un nombre important de ressources provenant de mécènes, de fondations, de contrats de recherche, etc., parmi lesquelles on peut relever, dans les toutes dernières années, les noms des organismes suivants :

 -Fondation Polignac, Total Indonésie, Toyota Foundation, Ford Foundation, LVMH

-Fondation taïwanaise Chiang Ching-kuo, Fondation du Japon

-MAEE (subventions accordées au niveau local via les SCAC)

-Etc.

Sur les années 2007-2011, si nous incluons à ces ressources extérieures les ressources propres (vente de publications, stocks, etc.), elles représentent en moyenne 17% du budget par rapport aux subventions du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MESR), et 65% si nous excluons le financement des personnels État et locaux venant du MESR (voir tableau et graphiques ci-dessous). Pour les seules années 2010 et 2011, les ressources extérieures atteignent respectivement 1,9 M€ et 1,5 M €. Sans crainte d’exagération, il apparaît clairement que l’EFEO est un « bon élève » pour ce qui concerne le financement de ses recherches, répondant ainsi au mieux aux vœux des gestionnaires de la recherche publique de faire appel à des subventions extérieures. Cependant, le « bon élève » n’a pas été récompensé à la hauteur de ses efforts : la masse salariale État du MESR a diminué de manière inexplicable en 2009 et 2011 (voir tableau), ce qui a conduit l’EFEO à un exercice déficitaire de son budget, notamment en 2011, et à un gel de deux postes de titulaire et le rapatriement de trois EC.  Par ailleurs, il va de soi que le recrutement de membres (chercheurs temporaires recrutés sur un contrat d’un an renouvelable une fois) prévu dans le cadre des nouveaux statuts des École françaises à l’étranger (décret du 10 février 2011) devient difficile. Est-ce le principe des vases communicants que l’État français veut appliquer : ce qui est gagné d’un côté est retiré de l’autre ?

 3- Quels ont été les recrutements depuis les années 1990 avec mention des disciplines et des aires culturelles ?

En 2000, l’EFEO a exceptionnellement bénéficié de 10 postes supplémentaires de chercheurs, répartis plus ou moins équitablement sur les trois aires, Asie du Sud, Asie du Sud-est, Asie Orientale. Mais comme signalé ci-dessus, deux postes sont désormais gelés faute de masse salariale suffisante. Les recrutements n’ont désormais lieu qu’avec le départ d’un EC, le plus souvent lié à la retraite.

4- Les distinctions et les prix.

Les distinctions et prix attribués à divers titres aux EC de l’EFEO de 2004 à 2011 :

Prix 2004 Shibusawa-Claudel (Japon)

Prix de l’Association for Asian Studies Harry Benda 2005 (Vietnam)

Premio Terzani 2005 (Cambodge)

Certificate of Honour to Eminent Traditional Sanskrit Scholars 2005 (Inde)

Registre de la mémoire du monde de l’Unesco 2005 (collections de manuscrits IFP – EFEO, Inde)

Prix de l’Association vietnamienne d’ethnologie 2006 (Vietnam)

Prix culturel France-Corée 2006 (Corée)

Prix 2007 American Academy of Religion (Chine)

Prix Clio 2007 (Cambodge)

Prix Parikshit 2009 (Inde)

Prix de la Fondation culturelle Phan Châu Trinh, 2010 (Vietnam)

Prix d’Histoire des femmes 2011 (Japon)

Prix Fukuoka 2011 (Cambodge)

Prix dépendant de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres :

Prix de la Fondation Émile Sénart 2005 (Inde), 2006 (Inde)

Grand prix Louis de Polignac 2006 (Cambodge)

Prix Stanislas Julien 2002 (Chine), 2003 (Chine), 2006 (Japon)

Prix Hirayama 2006 (Asie du Sud-est), 2008 (2 : Cambodge, Inde), 2009 (Asie du Sud-est)

Prix Joseph P. Carroll 2008 (Cambodge), 2011 (Vietnam)

Prix d’archéologie de la Fondation Simone et Cino del Duca 2011 (Cambodge)

Prix Herbert–Allen Giles 2011 (Vietnam)

Remarque 1 : Depuis des années, l’État français réduit de plus en plus ses subventions accordées aux institutions d’éducation et de recherche. Pour ce qui concerne en particulier l’EFEO, elle doit faire face à cette réduction et réduire la voilure de ses centres à l’étranger, d’autant plus que la hausse constante du niveau de vie des pays asiatiques se traduit par l’augmentation des salaires locaux et des frais de fonctionnement des centres. C’est la même chose pour les UMIFRE (MAEE – CNRS) implantées en Asie. Or, depuis longtemps l’esprit qui anime les chercheurs asiatisants ne relève plus du « regard éloigné », il est acquis qu’il faille tâter du terrain : voir, entendre et parler. Mais ce rapport ne se fait plus sur un mode « colonial » : je prends et je m’en vais, mais selon un mode qui doit être égalitaire : nous apprenons et nous collaborons. Cela est vrai naturellement pour les pays qui ont développé de longue date sur leur propre culture, et sur celle de leur voisin, une expertise de haut niveau comme le Japon, la Corée, Taiwan, Hong Kong, Singapore, etc. Depuis une bonne vingtaine d’années, avec une accélération dans les dix dernières années, les pays dits émergents de la zone connaissent à leur tour un développement important dans ce domaine.

Pour ne prendre que le cas de la Chine, que je connais le moins mal, vers les années 1990, est progressivement apparue une recherche académique de qualité, c’est-à-dire mettant en œuvre dans de multiples domaines une certaine objectivité et liberté de recherche, conduisant à des publications que l’on ne peut ignorer. Qui plus est, dans le courant des années 2000, la revalorisation des enseignants chercheurs et des chercheurs chinois, d’ordre symbolique (place dans la société) et matériel (hausse substantielle des salaires), est devenu un fait ; le ministère chinois de l’Éducation a mis sur pied un peu partout dans le pays des sortes de « pôles d’excellence » (jiji) qu’il subventionne généreusement pour des programmes de recherche collectifs. Parallèlement, la formation sur place, l’accès au terrain, qu’il soit d’ordre sociologique, ethnologique ou documentaire, sont devenus pour les « étrangers » plus aisés, ce qui ne veut pas dire toujours faciles. Par ailleurs, dans le domaine du patrimoine matériel et immatériel, il ne se passe pas de jours sans que soient faites de nouvelles découvertes – pensons par exemple aux documents excavés des tombes, aux archives locales enfin ouvertes, aux pratiques religieuses réinventées, etc. Si la recherche doit être innovante, c’est-à-dire capable, non pas d’être à la mode, non pas seulement d’être cantonnée dans un travail d’interprétation ou de passeur — toujours indispensable —, mais de travailler sur des nouveaux « matériaux », entendu au sens large de « matériaux de première main », il est plus qu’indispensable que les étudiants, doctorants et chercheurs se rendent sur place, grâce à des missions dont la durée peut être variable mais nécessairement régulière.

Remarques 2 : Il est urgent que l’accès libre aux ressources électroniques concernant l’Asie devienne possible dans les meilleurs délais. Pour celles qui sont payantes, ces ressources, qui comprennent des bases de données, des textes indexables, des revues, des thèses, etc., sont encore trop peu nombreuses en France. Il en existe quelques unes en intranet à la Bibliothèque de l’EFEO pour l’Asie orientale (essentiellement Chine et Japon), mais dans une proportion réduite par rapport aux catalogues que proposent, par exemple, les universités américaines. Ces ressources coutent chères, mais c’est précisément dans le cadre des supra structures qui sont actuellement mises en place, comme la Bulac, les PRES, qu’il conviendrait de réfléchir à une « mutualisation des coûts » afin de mettre à la disposition des doctorants, des enseignants chercheurs et des chercheurs ces ressources. Cet outil est INDISPENSABLE. Toutefois, l’expérience nous dit que l’usage de ressources électroniques doit être assorti de précaution : il arrive trop fréquemment désormais que ce qui n’est pas dans ces ressources, et de manière générale sur la Toile, n’existe pas, or tout n’est pas recensé, loin de là. De plus, l’aspect « électronique » a tendance à privilégier le « récent » au détriment du « passé » en terme d’archivage, d’où la négligence de ressources « passées », mais toujours de référence.

Alain Arrault est anthroplogue et ethnologue, spécialiste de la Chine, maître de conférences à l’École française d’Extrême-Orient et chargé de cours à l’École pratique des hautes études, section des sciences religieuses.

Retrouvez le profil d‘Alain Arrault, membre du Réseau Asie et Pacifique, sur l’annuaire Eurasiane.


[1] Au début du processus, la demande d’accueillir les chercheurs de l’EFEO dans le corps des chercheurs du CNRS a été refusée, d’où le fait que les chercheurs de l’EFEO soient devenus des « enseignants chercheurs » !

 

Pour citer ce billet : ARRAULT, Alain, « L’École française d’Extrême-Orient », carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 27 juillet 2012. [En ligne : http://resap.hypotheses.org/109]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.